Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Clément Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national

Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 2006, 333 p.
Claude Mazauric
Référence(s) :

Jean-Clément Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national. Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 2006, 333 p.

Texte intégral

1Le propos de Jean-Clément Martin présente le grand mérite de ne pas isoler le fait de « violence révolutionnaire » du mode général des pratiques de violence collective ou d’État, qui viennent de loin dans l’histoire de l’ancienne France mais qui trouvent une subite actualisation, verbale ou factuelle, dès 1788-1789, dans le contexte de crise qu’on connaît. Mais l’auteur montre aussi comment ce processus d’affrontement s’est « politisé », c’est-à-dire, comment les formes discursives de représentation rhétorique ou médiate de la violence latente, assurent à la fois la promotion des enjeux et la singularisation des positions des acteurs qui se placent en opposition dans le cycle Révolution/contre-Révolution. En quoi, la violence et son invocation verbale, participent à la construction du nouveau référentiel politico-social et institutionnel qui se met en place dans les dix ans de la Révolution. Avant d’être effective, la « guerre civile » fut invoquée, exercée d’abord en paroles, aux fins de rassembler les adeptes de chaque camp et de rendre victorieux « coups de force (sic) » puis « radicalisation » des positions. Mais c’est surtout, pour J.C. Martin, l’affaiblissement, non de l’autorité publique, mais, après 1791, de l’État central dans ses principaux instruments de contrôle, qui a favorisé une violence plus ou moins décentralisée, « déchaînée » et souvent barbare, que seule l’hégémonie montagnarde a pu canaliser par la « Terreur ». Celle-ci fut à la fois réelle, ici, proclamatoire, là, le plus souvent instituée de manière plus ou moins autonome en fonction des réalités singulières locales, de la tradition d’affrontement du lieu ou de la canaillerie des protagonistes de terrain. La Terreur est donc devenue instrument du pouvoir d’État dont chaque camp veilla à s’assurer le monopole. La « délégitimation des interventions populaires (p. 282) » a ainsi servi après Thermidor pour contenir, détruire, les oppositions ou, mieux, consolider le droit chemin d’une République du juste milieu, bientôt consulaire.

2De la lecture de cet essai synthétique, aux pistes souvent plus suggérées qu’explorées, il ressort, selon l’idée que l’on peut s’en faire à bon droit, que la violence, référence omni-présente dans la « construction » d’un mythe bien français, également brandi par les héritiers de la contre-Révolution et par ceux de la Révolution, n’a pas constitué l’essentiel du processus révolutionnaire mais son devant de scène ou sa dramaturgie, à peu près jamais son ressort principal, hors les conflits sanglants qui ont pris racines et justification dans la tradition d’affrontement qui avaient partagé antérieurement les élites (cf. p. 191). Cela ne conduit certes pas à minimiser les effets mortifères des massacres, ni les « réalités de la Terreur », moins encore à en « diluer » les effets, mais à mieux situer ce qui est le produit d’une immense transformation et ce qui relève « d’une réalité occasionnelle (sic) ». Fondé sur l’exploitation d’une très vaste bibliographie internationale – immense mérite de ce livre ! –, l’essai de J.C. Martin laisse cependant un goût d’inachevé, peut-être pour n’être pas allé au terme conceptuel d’une analyse de réalités successives qui nécessitaient assurément d’être plus encore replacées dans la configuration d’espace-temps où elles prennent leur sens et ont trouvé leur efficace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Mazauric, « Jean-Clément Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 99 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/738

Haut de page

Auteur

Claude Mazauric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page