Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

« La Vie est à nous, Le Temps des cerises et autres films du Front populaire »

Une anthologie du cinéma militant du Front populaire éditée en coffret Livre-DVD par Ciné-Archives
p. 199-203

Texte intégral

1Ciné-Archives gère le fonds d’archives audiovisuelles du Parti communiste français et du mouvement ouvrier, soit l’ensemble des films produits, réalisés et/ou distribués par les structures de production audiovisuelle du Parti communiste, de la CGT et autres organes du mouvement ouvrier français au cours du xxe siècle. L’activité d’archivage de ces films a commencé dans les années 1970 au sein d’UniCiTé, qui gérait les réalisations et la diffusion des films du Parti communiste, avant d’être reprise par la société Zoobabel en 1985. Ciné-Archives a reçu mandat du PCF en 1998 pour poursuivre le travail de conservation initié par ces deux structures. Actuellement, près de 800 films sont consultables gratuitement et en intégralité sur le site de Ciné-Archives : <www.cinearchives.org>.

2La collection couvre près d’un siècle, depuis le premier film identifié (l’ancêtre de la Fête de l’Humanité à Garches en 1928) jusqu’aux productions actuelles du PCF et de cinéastes indépendants qui ont choisi de déposer leurs images à Ciné-Archives.

3Ce patrimoine cinématographique offre un « voyage dans le temps » par le prisme communiste : Front populaire, guerre d’Espagne, Libération et reconstruction de la France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, guerre froide, Mai 68, communisme municipal, guerre du Vietnam, Programme commun sont évoqués en images. En plus de porter un regard sur les grands événements de l’actualité politique, économique et sociale du xxe siècle, les films apportent un témoignage précieux sur la « contre-culture » encouragée par le PCF depuis l’entre-deux-guerres.

4L’association répond quotidiennement aux demandes des chercheurs et réalisateurs de films qui souhaitent utiliser des extraits d’archives dans leurs projets ou organiser des projections. Afin d’améliorer la connaissance de ce patrimoine cinématographique, Ciné-Archives a conçu un coffret livre-DVD sur le cinéma militant du Front populaire, centré autour du film La Vie est à nous.

La Vie est à nous, film électoral du Front populaire

5L’année 1935 voit le premier succès électoral du Parti communiste français, lors des élections municipales, et plus particulièrement en banlieue parisienne, où se constitue la « ceinture rouge ». Résolu à poursuivre cette lancée victorieuse, le PCF décide dinvestir un nouveau champ pour propager ses idées : le cinéma. En décembre 1935, il passe commande à Jean Renoir pour superviser le grand film destiné à porter la candidature communiste aux législatives d’avril 1936, La Vie est à nous.

6Le Parti communiste français se trouve alors dans une dynamique d’expansion : disposant d’un fort contingent d’élus, il engrange des milliers de nouveaux adhérents chaque mois, donc des liquidités lui permettant de se donner les moyens de ses ambitions, et porte haut le mouvement de Front populaire. Jusqu’à présent, la presse écrite ou illustrée était restée le meilleur outil en sa possession pour diffuser ses idées ; au tournant de 1936, le cinéma s’impose désormais comme la façon la plus naturelle de s’adresser aux masses.

7Plusieurs facteurs y contribuent : d’une part, une dynamique anime les ouvriers et techniciens de l’industrie du film. Nombre d’entre eux se syndiquent et/ou adhèrent au Parti et sont prêts à officier bénévolement pour la cause. Parmi cette jeune génération, certains deviennent de grands noms du cinéma de l’après-guerre, tel le chef opérateur Henri Alekan.

8D’autre part, une bouillonnante Maison de la culture, impulsée par l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), présidée par Louis Aragon, fédère dans ses locaux de la rue de Navarin l’avant-garde artistique et militante parisienne. S’y côtoient les membres de la Fédération du théâtre ouvrier de France, les chanteurs de la Chorale populaire de Paris, ainsi qu’une poignée de jeunes cinéastes et techniciens du film, qui ne vont pas tarder à former la coopérative Ciné-Liberté. Parmi eux, Jacques Lemare (qui devient chef opérateur de plusieurs films de Jean Renoir) ou encore Jean-Paul Dreyfus, qui, pendant l’Occupation, prend le patronyme de Jean-Paul Le Chanois. En vue des élections législatives d’avril et mai 1936, Jacques Duclos, responsable de la propagande au sein du PCF, cherche donc naturellement à encourager une production cinématographique militante.

9Jean Renoir, qui par l’intermédiaire de sa compagne Marguerite Houllé, fréquente alors les cercles militants, accepte la commande d’un film de propagande réalisé collectivement, avec largent levé lors dune collecte, destiné à diffuser le message communiste auprès de lensemble des électeurs : ouvriers, paysans, mais aussi, fait nouveau, les classes moyennes. Le film doit son existence au dévouement des techniciens du film qui sengagent bénévolement sur ce tournage, et à la collaboration amicale de vedettes établies ou en devenir : Gaston Modot, qui commence ainsi un long compagnonnage cinéphilique avec le PCF, Jean Dasté, lacteur fétiche de Jean Vigo, plusieurs membres de la « bande » de Renoir (Charles Blavette, quon retrouve dans Toni, Nadia Sibirskaïa, qui joue dans La Marseillaise) et de jeunes débutants appelés à de brillantes carrières au théâtre et au cinéma : Roger Blin, Madeleine Sologne ou encore Julien Bertheau. Derrière la caméra, Jacques Becker et Henri Cartier-Bresson – qui hésite encore entre le cinéma et la photographie – font aussi leurs premières armes, quand ils ne jouent pas les figurants. Réalisé en un temps record, avec des moyens limités, le film est prêt à temps pour les élections.

10Le négatif est perdu ou détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, et le film tombe dans un oubli qui dure plus de trente ans. Il faut attendre 1969 pour que La Vie est à nous soit à nouveau visible et obtienne un visa de censure. Les Cahiers du cinéma consacrent à l’époque un numéro spécial à cette ressortie. Depuis cette date, le film vit une seconde carrière ; quelques passages télévisés, une édition vidéo, et de nombreuses projections dans les cercles militants continuent de le faire connaître.

11En raison de son intérêt historique et cinématographique, le CNC a choisi de restaurer La Vie est à nous à loccasion de son 80e anniversaire. La restauration 2K a été faite à partir des copies conservées par Ciné-Archives et d’éléments trouvés au GosfilmoFond, les archives du film russe. Cette nouvelle restauration a fourni l’occasion de rééditer en DVD cette œuvre. À l’idée initiale d’éditer le film seul s’est peu à peu substituée celle de proposer un coffret qui soit une véritable anthologie du cinéma communiste du Front populaire, et de faire connaître les nombreux films longtemps restés cachés dans l’ombre de La Vie est à nous.

Une anthologie du cinéma militant du Front populaire

12À l’aube du Front populaire, le mouvement ouvrier se dote de structures de production et de distribution cinématographiques pour faire passer ses idées auprès des masses. Le PCF et la CGT s’appuient notamment sur la coopérative Ciné-Liberté, qui produit et diffuse en séances privées des films militants interdits de sortie en salle. Cette filmographie est pour la première fois disponible en coffret Livre-DVD.

13Les premiers films du coffret, tournés en 1935, montrent la constitution du mouvement de rassemblement populaire face à la menace fasciste, et notamment l’importante manifestation du 14 juillet 1935, dans laquelle la foule défile en scandant « Unité d’action, Front populaire ».

14Mais l’année 1936 marque le véritable départ d’une activité de production cinématographique du PCF avec la sortie dans les ciné-clubs militants de La Vie est à nous. Sans visa de censure, ce film connaît néanmoins une belle carrière pendant près de deux ans dans les séances privées organisées par la coopérative Ciné-Liberté, qui produit et distribue des films hors du circuit commercial pendant toute la période du Front populaire, avec un succès certain si l’on se réfère au nombre d’encarts parus à l’époque dans la presse ouvrière pour annoncer les séances.

15Ciné-Liberté réalise en juin 1936 un film de douze minutes sur les occupations d’usines, très probablement le film le plus diffusé dans les réseaux militants du Front populaire. Témoin de l’engagement syndical d’une partie du milieu du cinéma, ce film est un document précieux sur la culture ouvrière et sur la rencontre historique entre les travailleurs du film et ceux de la métallurgie.

16Une fois le gouvernement de Front populaire au pouvoir, la production cinématographique suit son cours, tantôt pour célébrer les grandes victoires (la lutte pour les 40 heures, les premiers congés payés), tantôt pour s’inquiéter des menaces qui planent de plus en plus nombreuses. Ainsi, la guerre d’Espagne est présente en filigrane dans de nombreux films, qui exaltent le courage des volontaires des Brigades internationales et vilipendent la politique de non-intervention de Léon Blum.

17Le deuxième DVD du coffret rassemble des films qui montrent bien la difficulté de mener une politique de gauche dans un contexte international de plus en plus inquiétant. Paris 1937, L’Exposition Internationale des Arts et Techniques, sous couvert d’une visite guidée des différents pavillons, présente les positions du Parti communiste en matière de politique étrangère. L’exposition sert aussi de décor au deuxième long-métrage produit par le PCF, Le Temps des cerises, destiné à appuyer la revendication d’un système de retraite. Ciné-Liberté réalise en 1938 un magazine destiné à contrecarrer le discours des actualités officielles. Ce Magazine populaire n° 1 brosse le portrait dune France à la croisée des chemins : la joie prime dans les sujets sur les congés payés ou le Tour de France, mais le ton sassombrit lorsquil est question de lEspagne ou des premières remises en cause des acquis de 1936.

18Les films les plus tardifs comme Les Métallos témoignent bien des désillusions du monde ouvrier en 1938 : alors que le gouvernement a décidé de faire une pause dans les réformes et même de faire marche arrière sur les 40 heures, les syndiqués ne peuvent compter désormais que sur leurs propres forces.

19Le coffret triple DVD propose donc, en seize films, une traversée de ces trois années d’ébullition politique et artistique. Les longs-métrages de fiction ambitieux comme La Vie est à nous ou Le Temps des cerises côtoient des reportages dactualité et des courts-métrages documentaires, tous ces films ayant en commun leur vocation militante et leur réalisation collective et bénévole.

20Pour mieux appréhender ces films, les historiens du cinéma et du mouvement ouvrier Danielle Tartakowsky, Bernard Eisenschitz, Serge Wolikow, Valérie Vignaux, Pauline Gallinari et Tangui Perron ont accepté d’écrire des articles inédits pour le livre accompagnant le coffret. Il y est question de l’émergence du cinéma comme outil de propagande politique, des réseaux de diffusion de films militants dans les années 1930, de la convergence entre milieux politiques et avant-garde artistique, ou encore de la syndicalisation massive des travailleurs du film pendant le Front populaire.

21Coffret Livre-DVD : « La Vie est à nous, Le Temps des cerises, et autres films du Front populaire », 29 €, Éditions Ciné-Archives, en vente sur le site : <www.cinearchives.org>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« « La Vie est à nous, Le Temps des cerises et autres films du Front populaire » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 199-203.

Référence électronique

« « La Vie est à nous, Le Temps des cerises et autres films du Front populaire » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5432

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page