Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin, Les historiens de garde : de Lorant Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national

Éditions Inculte Essai, 2013, 224 p.
Claudette Toulmonde
Référence(s) :

William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin, Les historiens de garde : de Lorant Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, préface de Nicolas Offenstadt, Éditions Inculte Essai, 2013, 224 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif propose une analyse critique des productions « historiques » d’auteurs militants politiques, livres, magazines, émissions de télévision ou de radio, et de leur conception de l’histoire. Ces « historiens de garde », au sens que donnait Paul Nizan à l’expression « chiens de garde », veulent figer le passé de la France dans un récit romanesque et héroïque et, pour reprendre l’expression de Suzanne Citron, dans un « roman national ».

2La publication en 2009 de Métronome, du comédien Lorant Deutsch, devient rapidement un phénomène de société. Les soutiens des grands médias (France Télévision, TF1) et de certains politiques (Robert Hue, Bertrand Delanoë), l’absence d’analyse critique des journalistes et un grand succès populaire ont fait de Lorant Deutsch « une véritable autorité historienne ». La question posée n’est pas celle de savoir si l’histoire est réservée aux seuls historiens universitaires, car elle appartient à tous, professionnels comme amateurs. De nombreux supports (romans, films, fêtes, vidéos…) en facilitent l’accès au plus grand nombre. Les ouvrages scientifiques ou de fiction ne sont pas antinomiques : Alexandre Astier l’a montré avec la série Kaamelott et les bonus des DVD, comme en son temps Sacha Guitry, annonçant clairement son parti pris dans Si Paris m’était conté (1955).

3Mais à propos de Lorant Deutsch, il faut revenir sur sa démarche, qui joue l’ambiguïté en prétendant faire de l’histoire pour arriver à une fiction, et sur ses intentions. L’histoire qu’il raconte ne résulte pas d’une analyse historique, mais n’est que le récit romanesque de l’histoire d’un pays replié sur lui-même.

4Les auteurs des Historiens de garde s’interrogent d’abord : Lorant Deutsch fait-il de l’histoire ? En reprenant tous ses écrits et en s’astreignant à une analyse de ses formulations, ils ont pu mieux cerner sa méthode : « Je n’invente rien » et « la vérité historique est dans un éclairage ». Pour eux, cet auteur cultive l’ambiguïté en réduisant l’histoire à un roman au service de l’identité nationale. De plus, l’histoire doit distraire, fédérer et enfin devenir le support d’une morale. Il rejette la démarche scientifique et l’histoire scolaire. Il reprend les arguments traditionnels des tenants d’une histoire centrée sur elle-même et dont l’identité doit s’imposer à tous. Il récuse également les programmes de l’Éducation nationale, dont la lecture est au mieux ignorée, à en juger par les exemples choisis : ainsi, contrairement aux affirmations de Lorant Deutsch, la bataille de Bouvines ou les grands personnages qu’il cite sont bien inscrits dans les programmes.

5La compréhension du travail de Lorant Deutsch est rendue difficile par l’absence de référence précise à des sources. Cependant, il est intéressant d’observer sa manière de les utiliser. Pour lui, ce qui est le plus important, c’est « l’éclairage ». Donc il se permet de trier dans les sources afin de mieux construire le récit qu’il attend. C’est ce qui l’éloigne de l’histoire comme science et discipline, qu’elle soit pratiquée par des professionnels ou des amateurs. Deux exemples sont significatifs. Héraclius, patriarche de Jérusalem, serait venu en 1187 à Notre-Dame de Paris prêcher la troisième croisade, conduite par Philippe Auguste, Richard Cœur de Lion et l’empereur Frédéric Barberousse. Malheureusement, ce récit ne résiste pas aux faits. Le deuxième exemple est encore plus éclairant : il affirme que les communards ont bombardé depuis Montmartre la « colonne de juillet » à la Bastille. La source utilisée, pourtant hostile à la Commune, dit le contraire. Ces petits arrangements avec la vérité historique répondent à un but idéologique, même s’il s’en défend, alors même que ses convictions royalistes ne sont pas en cause. Le problème est que la démarche historique exige d’apporter la preuve de ce qui est avancé, et non de se justifier par son « éclairage », si célèbre soit-on. Ainsi, pour Lorant Deutsch, la monarchie aurait construit une France idéale, mais le malheureux Louis XVI, en laissant triompher la République, se montra indigne de ses ancêtres. Selon lui, aujourd’hui, on enseignerait donc une « histoire officielle ». Si la tentation d’une « républicanisation » de l’histoire enseignée existe, le « roman national » ne répond en rien à la conception de l’histoire des chercheurs.

6Lorant Deutsch rejoint Patrick Buisson, directeur de la chaîne « Histoire », pour qui l’histoire doit être utilisée dans le combat des idées, dont les thèmes seraient : l’identité nationale, l’exaltation de la colonisation, la stigmatisation de l’immigration et de l’islam. Il suscite ou encourage la création de documentaires télévisuels, de fictions historiques, ou encore le projet d’une « Maison de l’histoire de France », ce qui ne va pas sans réactions dans le monde des historiens. Lorant Deutsch et Patrick Buisson ont réalisé ensemble un documentaire sur Louis Ferdinand Céline, présenté comme une victime par les auteurs, un médecin des pauvres, porte-parole du pays « réel », préférant oublier le collaborateur antisémite qui se rend en Allemagne au moment du débarquement des Alliés.

7Ainsi, Lorant Deutsch utilise sa popularité et un excellent marketing, sous couvert de divertissements légers, pour raviver les rêves royalistes et les idées de l’extrême droite traditionnelle. L’auteur est omniprésent dans ses écrits par ses affirmations et ses jugements personnels, et laisse finalement peu de place aux documents historiques eux-mêmes. Il se met en scène de façon ludique, donnant à son récit la forme d’une flânerie à travers les lieux et les époques. Tenant son lecteur par la main, il fait naître la connivence. Il reprend aussi plusieurs archétypes comme celui de l’homme parti de rien, de l’immigré, du provincial qui triomphe par ses qualités de visionnaire afin d’obtenir la sympathie de son public. Il utilise un discours émotionnel et simplificateur afin de faire oublier le « roman national ».

8Métronome est aussi un produit adapté à la rapidité de la réponse médiatique. La plupart des journalistes ont adhéré sans beaucoup de réserves à cette belle aventure, qui a été soutenue par l’ensemble de la presse écrite et audiovisuelle, du Figaro à Libération. Lorant Deutsch est devenu au fil du temps un « historien » reconnu par les journalistes, même si ses assertions sont en contradiction avec les acquis de la recherche. Certains historiens ont bien tenté de protester, mais ils sont rapidement passés pour des « pisse-vinaigre », dont les critiques ne pesaient rien face au soutien du maire de Paris, lequel n’a pas hésité à remettre à Lorant Deutsch la médaille de vermeil de la ville de Paris. Ce large consensus médiatico-politique est révélateur d’une réelle coupure entre la société et l’histoire scientifique. On peut reprocher aux historiens d’y avoir contribué, mais la responsabilité en revient avant tout aux politiques et aux médias, qui ont imposé ce livre sans tenir compte de ses caractères intrinsèques.

9Le livre de Lorant Deutsch n’a rien d’original. Il se rattache à une tradition française de plus d’un siècle, mais qui reste vivace et resurgit périodiquement dans l’édition, le cinéma ou les parcs d’attractions. De leur côté, les historiens sont bien conscients de ces difficultés, mais beaucoup hésitent à faire partager leurs réflexions à un public qui cherche des certitudes et se trouve facilement happé par un récit clinquant et assuré. Le dernier à proposer un « récit national » fut Ernest Lavisse, dans son Histoire de France en vingt-sept volumes, publiée de 1892 à 1922. Il avait face à lui les adversaires de la République, nostalgiques de la monarchie et qui se sont appuyés sur l’Action française pour créer une tradition de vulgarisation de l’histoire « à la française », avec Charles Maurras et Jacques Bainville. Ce dernier est un écrivain de talent, mais son Histoire de France parue en 1924 ne répond pas à des critères scientifiques. Il n’y est pas question de comprendre les hommes ou les sociétés, mais de faire entrer le récit dans des thèses précises : l’antigermanisme, la nécessité d’un pouvoir fort, ce qui dans l’entre-deux-guerres incitait à un rapprochement avec les fascismes au pouvoir, comme en Italie ou au Portugal. S’il fut critiqué en son temps par bien des historiens, l’ouvrage de Bainville bénéficia au fil du temps d’une large audience. Aujourd’hui encore, il est régulièrement réédité et cité comme référence historique, notamment par Alain Minc, éric Zemmour, Lorant Deutsch ou François Fillon.

10Avec Sacha Guitry, le « roman national » migre vers le cinéma. Issu de la même génération que Jacques Bainville, il veut raconter l’histoire de France à travers celle d’un lieu. Pour lui, le monument est le principal témoignage de l’œuvre des grands hommes. Il plaque les valeurs de son temps sur le passé et affirme que pour parler de la France, il faut être français par droit du sang. Au détour de certains commentaires, il affirme clairement l’idée d’exclusion de l’autre, de l’étranger. Mais bien que de droite, il est aussi antigermaniste, ce qui le retient d’une collaboration trop marquée pendant la Deuxième Guerre mondiale. La télévision, après la radio, va devenir un nouvel outil dont les universitaires ne vont pas prendre rapidement la mesure dans la diffusion des avancées historiques. L’émission la plus connue sera La caméra explore le temps, d’André Castelot, Alain Decaux et Stellio Lorenzi, où l’histoire sert d’habillage à des propos romanesques. Puis viendront des spectacles, comme celui initié par Philippe de Villiers au Puy-du-Fou en Vendée, ou les jeux vidéo de Dimitri Casali sur Napoléon.

11La nouvelle garde prend le relais sur un terreau favorable au néonationalisme historique, fondé sur un utilitarisme facile destiné à servir le présent, comme le souhaitaient Nicolas Sarkozy et ses plumes, Henri Guaino, Patrick Buisson ou encore Max Gallo, avec la volonté d’imposer une vision unique comme pour l’identité nationale. Ces journalistes, animateurs de médias, enseignants, éditorialistes, ne sont pas tous des historiens de formation. Mais tous parlent d’histoire et se présentent comme les représentants d’un courant minoritaire et les garants de la défense de la vérité historique. Ils ne forment pas un groupe homogène pouvant se regrouper en un lobby, mais par leur audience médiatique, ils posent le problème de l’impact du « néonationalisme » historique.

12Ce livre est donc salutaire. Il dévoile le sens et les objectifs de ces différentes productions pseudo-historiques, démonte et détaille les mécanismes de l’opération politique, tout en rappelant au fil des chapitres combien la rigueur scientifique est nécessaire à la démarche de tout historien digne de ce nom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Toulmonde, « William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin, Les historiens de garde : de Lorant Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3576

Haut de page

Auteur

Claudette Toulmonde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page