Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution

Paris, Fayard, 2000, 409 p.
Sébastien Jahan
Référence(s) :

Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2000, 409 p.

Texte intégral

1Le lecteur qui s’attend à retrouver les aventures narrées par le menu et nappées au soufre d’un chevalier d’Eon ou d’un abbé de Choisy risque d’être déçu. D’abord parce que cette histoire du travestissement est moins celle de l’homme qui se déguise en femme que l’inverse. La faute aux sources, policières et judiciaires, qui recensent surtout des histoires de femmes revêtant l’habit d’hommes, soit pour pénétrer incognito dans les couvents masculins ou les casernements, soit plus souvent encore pour échapper à la misère ou à de mauvais traitements. Mais si l’archive se fait moins l’écho d’une transformation dans l’autre sens, ce n’est pas par laxisme des institutions répressives. Au contraire : interdit par la loi, le travestissement est néanmoins mieux toléré pour les femmes que pour les hommes. Dans le premier cas, lorsqu’il n’est pas utilisé pour cacher la débauche, il se justifie en partie par le désir bien compréhensible de la femme de se rapprocher de cet idéal physique et spirituel qui s’accomplit dans l’homme. Il est excusable de vouloir tendre vers le parfait, même si cela passe par une transgression de l’ordre divin des choses. Le contraire, en revanche, est incompréhensible et du coup, d’autant plus rare : comment peut-on refuser la perfection de son sexe ? L’homme travesti en femme est nécessairement un pervers ou un malade… Et l’on saisit alors le projet de l’auteur : nous entraîner dans une passionnante prospection de cette société d’Ancien Régime où l’identité des sexes se définit d’abord en termes de hiérarchie, orientée par une vision du monde où la supériorité de l’homme est une évidence pratiquement incontestée.

2Le lecteur en mal d’anecdotes truculentes, donc, se consolera bien avec ces portraits émouvants de femmes, récurrents tout au long de l’ouvrage, au point de nous rendre familières une Antoinette Bourignon ou une Marie-Joseph Barbier. La première a porté l’habit d’homme pour échapper au mariage et réaliser sa vocation monastique, l’autre endossa l’uniforme de l’armée des Flandres pour échapper à l’extrême pauvreté de sa famille, avant de s’installer, toujours travestie, à Paris où sa vie tapageuse de courtisane finit par intéresser la police… Ces itinéraires de vie, atypiques, donnent de la chair à l’ouvrage sans le départir de son acuité critique : celle qui pousse l’auteur à débusquer au cœur du récit ou du témoignage les motifs hagiographiques ou romanesques rattachant chacune de ces femmes à des modèles héroïsés de saintes ou de guerrières, quand il ne s’agit pas des deux réunis dans une suprême association des vertus cardinales de chacun des deux sexes, chasteté féminine, vigueur martiale masculine. Non, décidément, Sylvie Steinberg nous parle bien d’autres choses que d’amusants trompe-l’œil libertins ou carnavalesques. Plus qu’une histoire du travestissement, elle retrace dans ces pages denses et roboratives une histoire de la différence des sexes, explorant les confins indécis du « genre », à travers ces multiples codes sociaux et corporels que la culture des apparences a mis en place et qui, imposant la lecture immédiate de l’identité, rendent d’autant plus aisées la méprise et la confusion des sexes.

3La démonstration de Sylvie Steinberg s’étoffe, en effet, d’une exploration très maîtrisée de la pensée médicale et physiognomonique des xvie et xviie siècles, laquelle véhicule alors l’essentiel de la représentation savante du corps. Paradoxalement, dans ce système intellectuel largement tributaire de la théorie des humeurs et des tempéraments, la confusion des sexes est tolérable, dans la mesure où elle ne vient pas contredire une croyance en l’unité fondamentale du genre humain. Au point que certains médecins n’hésitent pas à accréditer l’existence d’hermaphrodites dans la nature, certains humanistes à admirer dans l’androgyne une sorte d’allégorie de la perfection, incarnée dans le mythe d’un Adam originel, synthétisant les qualités des deux sexes. Dans un tel univers mental, le genre se distingue du sexe, au sens où l’individu n’est pas irrémédiablement campé dans la complexion que lui imposent ses organes génitaux mais peut participer d’un genre, féminin ou masculin, selon son tempérament dominant (un homme flegmatique, de complexion humide, sera nécessairement efféminé par exemple…). La thèse de Sylvie Steinberg met donc en évidence le rôle de l’effondrement de la conception humorale du corps au profit d’une conception biologique ou naturaliste dans la mutation radicale qui affecte la perception de la différence des sexes à partir du xviiie siècle. Toutes les différences procèdent désormais d’un donné essentiellement anatomique, fondé sur une Nature qui entérine l’inégalité des sexes en même temps que leur altérité. Le siècle des Lumières, en dénonçant le mensonge des apparences au nom du naturel, tient dans sa ligne de mire la société aristocratique dont il pare la dégénérescence d’attributs essentiellement féminins (mollesse, artifice, oisiveté…). Pour une pensée hantée par le spectre largement fantasmatique du déclin des Nations par leur dépopulation, réprimer la confusion des sexes est un enjeu vital. On comprend mieux pourquoi la Loi révolutionnaire, au grand dam de Condorcet, a eu vocation à corriger l’inégalité des rangs et du sang, alors même qu’elle enracinait « dans le sexe l’infériorité naturelle de la femme ». Héritière d’un discours savant des Lumières sexualisant le corps de la femme au point de lui inventer un cerveau plus petit et un bassin plus large pour mieux l’éloigner des sphères de la pensée et du pouvoir et mieux l’enfermer dans sa vocation maternelle, la Révolution a renvoyé les légions féminines à leur foyer au nom de la même morale familiale, obsédée par la survie de la Nation et de l’espèce patriotique…

4Il serait fastidieux de répertorier tous les domaines que Sylvie Steinberg effleure, chemin faisant, dans ce beau livre : histoire de l’homosexualité, du vêtement, de l’enfance, de la littérature ou de la religion… Les digressions sont nombreuses et les esprits chagrins estimeront sûrement qu’elles gâtent la limpidité de la réflexion. Elles participent pourtant de la valeur d’un livre qui, par ses facettes multiples et ses pistes esquissées, nourrit autant le savoir qu’il lui ouvre l’appétit….Il faut aussi reconnaître à Sylvie Steinberg d’avoir su se garder à égale distance de l’hermétisme jargonnant et de la frivolité racoleuse : toutes raisons qui font que l’on referme son livre à regret.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 87 | 2002, mis en ligne le 28 octobre 2009, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1674

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page