Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Daniel Piquet, L’émancipation des noirs dans la Révolution française (1789-1795)

Paris, Karthala, 2002, 512 p.
Michel Zylberberg
Référence(s) :

Jean-Daniel Piquet, L’émancipation des noirs dans la Révolution française (1789-1795), Paris, Karthala, 2002, 512 p.

Texte intégral

1La Convention montagnarde, le 16 pluviôse an II (4 février 1794), décida d’abolir l’esclavage dans ce qu’il lui restait de ses colonies. Pour de nombreux historiens, ce n’est qu’une simple mesure de circonstances, prise pour parvenir à maintenir dans la Première République l’île de Saint-Domingue dont les esclaves noirs s’étaient révoltés en 1791. Ces historiens ajoutent que les membres de la Convention étaient peu nombreux lors du vote, qu’il n’y a eu que des discussions vagues et fort peu nombreuses. Bref, l’idéologie anti-esclavagiste n’aurait eu aucune influence sur la loi du 16 pluviôse. Dans son ouvrage, Jean-Daniel Piquet revient sur ces interprétations. Il entend démontrer que cette décision d’abolir l’esclavage n’a rien à voir avec un froid calcul de la Convention, qu’elle ne dépend pas seulement d’un élan tardif, mais qu’elle est le résultat de réflexions et d’argumentations qui remontent bien au-delà de 1789 et que la Révolution, du fait de son caractère émancipateur, a converti en acte.

2Pour appuyer sa démonstration, Jean-Daniel Piquet a utilisé un grand nombre de sources imprimées (L’Encyclopédie, les sources du Comité des Colonies de la Constituante et de la police générale, de nombreux journaux et des pièces de théâtre). Certaines étaient connues, mais très peu d’historiens les avaient vraiment utilisées. De plus, il a présenté un glossaire constitué de soixante-huit petites biographies portant sur les créoles et les hommes de couleur présents en France pendant la Révolution.

3Adoptant un plan chronologique, il montre que, dès le début de la Révolution, de nombreux débats portent sur l’abolition ou le maintien de l’esclavage, sans parler de la suppression de la traite des Noirs. Donc pour l’auteur, la loi de l’an II n’est pas une conséquence immédiate de la guerre et des menaces des ennemis pour s’emparer des colonies.

4L’auteur présente d’abord la période des Lumières avec Montesquieu et L’Encyclopédie. Montesquieu n’aurait pas été, pour certains historiens, un partisan de l’abolition de l’esclavage. Pour l’auteur, ces historiens n’ont pas procédé à une analyse rigoureuse de l’œuvre de Montesquieu. Pour lui, l’auteur de l’Esprit des Lois a formulé le procès de l’esclavage des Noirs instauré par les pays européens parce qu’ils avaient exterminé les Indiens d’Amérique. En revanche, les auteurs de L’Encyclopédie sont souvent favorables au maintien de l’esclavage, mais certains comme de Jaucourt, le principal rédacteur de L’Encyclopédie avec Diderot, ont une attitude ambiguë. Dans un article, Jaucourt s’en accommode mais dans un autre il prône une émancipation immédiate des Noirs. A la veille de la Révolution, en 1788, est fondée la Société des Amis des Noirs, avec comme principal animateur Brissot, le futur Girondin, qui est favorable à la disparition progressive de l’esclavage. A cette date, les partisans de cette évolution sont encore peu nombreux, mais leur nombre va considérablement augmenter dès le début de la Révolution. Jean-Daniel Piquet présente les hommes politiques comme Mirabeau, l’abbé Grégoire, Boissy d’Anglas, le duc de la Rochefoucauld ou Marat. Il est vrai cependant que d’autres demeurent favorables au maintien de l’esclavage, membres souvent du Club Massiac comme Alexandre Lameth ou Barnave, mais il y en a également, dans les premières années, au Club des Jacobins où sont entrés des colons et des membres des villes portuaires, qui sont favorables à la poursuite de la traite négrière.

5Le plus intéressant de ce que nous présente l’auteur, ce sont plusieurs journaux, des brochures populaires et quelques pièces de théâtre. Un des grands textes abolitionnistes est celui de L’Almanach du père Gérard dans lequel Collot d’Herbois, dans son texte du 23 octobre 1791, dénonce l’esclavage des Noirs et condamne ceux qui le soutiennent comme « des grands démons ». Un autre article, publié dans Les Révolutions de Paris par Dubois-Crancé alors que débute l’insurrection des esclaves de Saint-Domingue, critique Barnave et met en doute ce que disent les partisans de l’esclavage, qui affirmaient que les insurgés noirs avaient commis des horreurs. Le journaliste le plus actif est Claude Milscent, créole de Saint-Domingue, qui avait été propriétaire d’esclaves, mais qui, venu en France pendant la Révolution, devient favorable à l’émancipation des Noirs. Dès 1791, il prêchait une abolition graduelle de l’esclavage et après avoir créé en juin 1792 un journal intitulé Le créole patriote, il passe de l’abolition graduelle à l’abolition immédiate, ajoutant que les Indiens devaient également obtenir les mêmes droits.

6La première fois que les partisans de l’abolitionnisme demandèrent à la Convention, par une pétition conduite par Chaumette, qu’elle adopte l’abolition de l’esclavage, eut lieu le 4 juin 1793. D’après Jean-Daniel Piquet, ce n’était pas seulement l’abbé Grégoire qui l’avait demandé, comme on l’a longtemps cru, mais aussi des Montagnards comme Jeanbon Saint-André et Robespierre. La Convention n’accepte pas alors ce qu’on lui propose. Par ailleurs, Robespierre, avant le 4 février 1794, semble être revenu en arrière ; il avait reproché, notamment à la Gironde, de vouloir une abolition immédiate de l’esclavage. Sans doute, et il n’est pas le seul, pense-t-il que l’abolition de l’esclavage mettrait fin à ce qu’il restait des colonies françaises.

7Après le mois de septembre 1793, les partisans de l’abolition de l’esclavage continuent à vouloir l’imposer. C’est, bien sûr, le cas de Milscent avec Le créole patriote, mais également Le Mercure Français. Il se produit également plusieurs pièces de théâtre comme Sélico ou les Nègres de Claude Saint-Just, paru en octobre 1793, ou Le Nègre reconnaissant, mais malheureusement ces pièces de théâtre semblent avoir disparu et on en ignore le contenu. Ce n’est d’ailleurs pas les premières pièces de théâtre qui voulaient mettre fin à l’esclavage. En 1789, Olympe de Gouges avait présenté quelques représentations de sa pièce intitulée De l’esclavage des nègres.

8Ce que dit Jean-Daniel Piquet semble donc exact. L’abolition de l’esclavage n’a pas été imposée par les seules circonstances, mais représente l’aboutissement de toute une pensée philosophique. Ceux qui interviennent le 16 pluviôse an II (4 février 1794) le démontrent. Et plus, l’auteur a mis en doute ce que des historiens avaient affirmé. Par exemple, il n’y a pas ce jour-là dans la Convention montagnarde une petite minorité de députés et, par ailleurs, un nombre important de ses membres se sont exprimés comme l’abbé Grégoire, Danton ou Lacroix qui y sont favorables.

9On ne sait pas ce qu’a fait Robespierre lors de cette séance. On pense qu’il n’était probablement pas présent à la Convention ce jour-là. Mais, après, nous affirme l’auteur, il est à nouveau favorable à l’abolition de l’esclavage et va faire appliquer avec rigueur les décrets d’arrestation des colons qui voulaient maintenir l’esclavage des Noirs et dont certains avaient gagné la France. Et il le demeura jusqu’à sa chute, le 9 thermidor an II. Quant aux thermidoriens, même si parmi eux certains sont favorables aux colons, ils ne remettent pas en question le décret du 16 pluviôse an II. C’est seulement Napoléon Bonaparte qui devait rétablir l’esclavage.

10Dans sa conclusion, Jean-Daniel Piquet, prenant le contre-pied de ce qu’avaient affirmé de nombreux historiens, selon lesquels la pensée révolutionnaire de la fin du xviiie siècle n’était guère anticipatrice des principes anticolonialistes du xxe siècle, s’est efforcé de prouver, et il y est largement parvenu, que la Révolution français a décidé la première abolition du monde en s’appuyant sur une nouvelle idéologie. Cet ouvrage, en dépit de quelques défauts, comme des digressions portant par exemple sur Las Casas, est désormais indispensable pour étudier cet aspect de la Révolution française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Zylberberg, « Jean-Daniel Piquet, L’émancipation des noirs dans la Révolution française (1789-1795) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1040

Haut de page

Auteur

Michel Zylberberg

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page