Navigation – Plan du site
DOSSIER

« Quel plat réformisme ! » Étude sur une catégorie incertaine

Thierry Hohl
p. 41-54

Résumé

Réforme et réformisme sont des « mots-valises » dont l’usage public, historien, n’est en rien fixe, propice aux approximations. Cet article se propose d’examiner la possible historicisation du terme « réformisme » dans une Histoire française, par le biais de l’utilisation de la notion de champ, dans le droit fil des travaux de Christian Topalov sur le champ réformateur. La période du Front populaire est un terrain d’enquête particulièrement propice pour cette tentative d’observation de fonctionnement du champ réformiste.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Trois colloques ont été organisés : à Dijon, à Nanterre, à Paris. Le colloque de Dijon est paru au (...)
  • 2  La notion de travail juridique est issu de Claude Didry, Naissance de la convention collective, Pa (...)
  • 3  Christian Topalov, « Les réformateurs et leurs réseaux : enjeu d’un objet de recherche », dans Lab (...)

1Origines culturelles du Front populaire : le titre du dossier est un hommage et une incitation à pousser l’enquête, à décentrer le regard des problématiques usuelles, à continuer l’œuvre entreprise dans les colloques qui ont salué le 70ème anniversaire du Front populaire1. La place du peuple, la comparaison internationale, une attention réitérée à l’histoire de la droite, une réflexion renouvelée sur l’antifascisme, le détour par les mémoires collectives furent au cœur des réflexions, des débats, des contributions. Mais une autre approche est apparue, centrée sur le temps social du Front populaire, des grèves aux réalisations gouvernementales - les interventions de Laure Machu sur les conventions collectives font la jonction entre les colloques de Dijon et de Paris -, nourrie d’une interrogation sur l’irruption des mouvements de grève dans la France de mai-juin 1936. Les travaux d’Antoine Prost, les réflexions de Stéphane Sirot, proposent de les analyser à l’intérieur d’un système d’emboîtement des contextes, entremêlant histoire économique, sociale et politique. Cette démarche, prometteuse, situe le Front populaire hors d’une mythologie des origines de l’État providence, de l’État social dont les Accords Matignon, les premières lois sociales votées par le Parlement en juin, seraient l’expression. Cependant, cette approche laisse dans l’ombre la manière dont le gouvernement peut, en quelques jours, proposer un ensemble législatif et contractuel absent du programme du Rassemblement populaire formulé en janvier 1936. La capacité du gouvernement ou de la CGT à produire des normes collectives en si peu de temps ne saurait être rabattu uniquement sur l’expression des revendications des grévistes, sur la peur ressentie par les possédants, traduite dans les votes d’unanimité du Parlement. La poussée gréviste met à jour un ensemble de possibles disponibles, de virtualités qui deviennent lois et accords. Supposer cela, c’est reprendre l’idée que la production des lois est un travail juridique long, complexe, issu de l’interaction des groupes sociaux et politiques, des institutions au sein de l’État et des collectivités territoriales2. L’hypothèse travaillée dans cet article est que l’ensemble normatif et législatif de mai-juin 1936 est le produit d’un champ réformiste né aux alentours de la Belle Époque, aux différentes configurations. La reprise du terme de « champ » situe les réflexions dans le droit fil des travaux engagés par Christian Topalov sur le champ réformateur, et suppose le même emprunt à la sociologie de Pierre Bourdieu, avec les mêmes précautions, « limites », historiennes3. Cet article veut explorer une des origines culturelles du Front populaire à partir d’une catégorie incertaine, celle du champ réformiste.

Pour une histoire du champ réformiste

 « La reprise du travail est générale. Le gouvernement va donc pouvoir poursuivre son action bienfaisante dans une atmosphère plus sereine. Le monde du travail sera le premier à en tirer profit.

- Quel plat réformisme !

  • 4  Jean-Baptiste Séverac, « Plat réformisme », dans Le Populaire, 15 juin 1936.

- Que ce soit « plat », camarade, libre à vous de le penser et de le dire. Mais que ce soit du réformisme, permettez-moi de le contester. Le réformisme, c’est la doctrine selon laquelle le prolétariat peut espérer, réforme après réforme et mesure heureuse après mesure heureuse, voir peu à peu surgir de la société capitaliste un régime nouveau d’où l’exploitation de l’homme par l’homme serait exclue. Pour applaudir aux victoires que la classe ouvrière vient de remporter et au zèle que le gouvernement de Front populaire a déployé pour rendre ces victoires moins difficiles, non seulement il n’est pas besoin d’avoir cette espérance « réformiste », mais même il vaut mieux lui tourner délibérément le dos. Je ne me lasserai pas de le répéter : les camarades que nous avons délégués au gouvernement n’y ont pas été envoyés pour je ne sais quelle besogne de sape et de conjuration. (…) Mais ce qui veut dire que les réformes qu’ils allaient proposer et les mesures qu’ils allaient prendre, nous, socialistes, nous ne pouvions voir en elles que le meilleur moyen de franchir un passage difficile, si difficile même que tous les essais antérieurs avaient misérablement échoué. Pas davantage. Et c’est justement parce que nous n’y avons pas vu davantage que nous ne sommes pas de « plats réformistes. » 4

2Ainsi écrivait Jean-Baptiste Séverac, secrétaire-adjoint de la SFIO, le 15 juin 1936, au moment où les grèves décroissent, quand les premières mesures sociales du gouvernement de Léon Blum ont été votées au Parlement. Il développe l’argument utilisé par Léon Blum lors du congrès socialiste de la fin mai 1936 :

  • 5  Congrès de 1936, p. 187-188.

« Le vrai problème que cette expérience va poser, c’est le problème de savoir si de cette société que nous avons jugée dans des termes que nous ne retirons pas, et à laquelle nous essayons d’en substituer une meilleure, par une action que nous ne renions pas et que nous n’abandonnons pas, il s’agit de savoir si de ce régime social il est possible d’extraire la quantité d’ordre, de bien-être, de sécurité, de justice qu’il peut comporter pour la masse des travailleurs et des producteurs. Voilà le problème qui n’est pas grave seulement pour nous, croyez-moi bien, que notre expérience va poser. (…) Il s’agit de savoir s’il est possible d’assurer un passage, un aménagement paisible, amiable, entre cette société et la société dont la réalisation définitive est et reste notre but5. »

3Ces deux citations informent sur les temporalités dans lesquelles se meuvent les socialistes : la possibilité, la nécessité des réformes immédiates ne trouve sens que dans le long terme de l’avènement d’une France socialiste. Les socialistes dénient le droit de nommer réformisme leur capacité à améliorer le bien-être des travailleurs.

  • 6  Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, Collection Repères, 2006, (...)
  • 7  Genèses, Décembre 2005.
  • 8  Alain Chatriot, Claire Lemercier, Compte rendu du livre de Lucette Le Van-Lemesle, Le Juste ou le (...)
  • 9  Histoire du réformisme en France depuis 1920, 2 tomes, Paris, Éditions Sociales, 1976.
  • 10  Cité dans Mouvements, janvier-février 2006.

4L’historien doit prendre position face à ce problème : faut-il reprendre la dénégation, la dénoncer comme hypocrite, falsificatrice des visées réelles du socialisme, ou neutraliser l’affirmation en niant sa validité pour la recherche historique ? À rebours de ces méfiances, le choix de cet article est de proposer une lecture des premiers pas du gouvernement Léon Blum en juin 1936, à travers une grille de lecture organisée autour du réformisme, retrouvant ici une des propositions de Gérard Noiriel, la nécessité de retracer « la genèse des moyens d’action mis à la disposition des gouvernants »6. La proposition est de faire passer le réformisme d’une catégorie de la pratique à une catégorie scientifique7, malgré les préventions d’historiens spécialistes de ces questions8. Incontestablement, le réformisme fut, est utilisé par les acteurs sociaux pour assigner des positions. Longtemps, il fut le contrepoint de « révolutionnaire ». Ainsi, les guesdistes en firent un abondant usage. Longtemps, les communistes en usèrent pour se situer comme révolutionnaires héritiers de 1793 et 1917, pour rejeter les réformistes dans le camp de la bourgeoisie, pour assigner aux socialistes une place centriste dans la gauche française9. En contrepoint, actuellement, la CFDT s’en sert pour désigner le caractère de sa démarche, « une utopie faite de petits pas qui s’inscrivent dans un grand dessein » (François Chérèque, université d’été du MEDEF, 2005)10.

5Pourtant, « réformiste » surgit sous la plume de Gérard Noiriel dans son ouvrage sur les intellectuels en République :

  • 11  Gérard Noiriel, Les fils maudits de la République, Paris, Fayard, 2005, p. 105.

« Lorsque les utopies forgées dans les grands moments d’effervescence politique font place au désenchantement, les philosophes révolutionnaires doivent s’effacer devant les historiens réformistes. Cette grande leçon de l’affaire Dreyfus s’est confirmée après le mouvement de mai 1968. Contrairement à leurs adversaires, les réformistes ne croient pas (ou ne croient plus) que l’on puisse améliorer le sort du peuple par la force, en bouleversant de fond en comble l’ordre social. Ils plaident pour le débat, l’échange d’arguments, et cherchent à se rendre utiles en mobilisant leurs compétences universitaires pour éclairer l’opinion et guider l’action des hommes d’État par l’éducation et la communication11. »

  • 12  Gisèle Sapiro, « Éditorial », dans Le Mouvement Social, n° 214, janvier-mars 2006, p.15.

6Pourtant, Gisèle Sapiro trouve une « gauche réformiste » dans la France du début du XXème siècle, quand il s’agit d’explorer les possibilités d’une troisième voie entre étatisme et libéralisme12 :

« La conception de la gauche réformiste, soucieuse de réguler les relations professionnelles (…) »

  • 13  Jacques Julliard, « Diversité des réformismes », dans Le Mouvement Social, n° 87, avril-juin 1974.
  • 14  Laird Boswell, « L’historiographie du communisme français est-elle dans une impasse ? » dans Revue (...)
  • 15  Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, p. 320.
  • 16  Christian Topalov, op.cit.
  • 17  Paul André Rosental, « Géopolitique et État providence », AHSS, janvier-février 2006, p. 107.
  • 18  Michel Borgetto, Robert Lafore, La République sociale. Contribution à l’étude de la question démoc (...)
  • 19  Laurence Dumoulin, « Des modes de socialisation des savoirs académiques », Droit et société, 60/20 (...)

7Aucun des deux auteurs n’utilise de guillemets, ce qui souligne leur usage spontané du terme. Ces deux citations informent sur le problème de définition. Pour Gérard Noiriel, intellectuel réformiste se comprend comme synonyme d’intellectuel de gouvernement. Pour Gisèle Sapiro, les réformistes s’opposent aux catholiques sociaux. Dans le premier cas, l’analogie entre intellectuel de gouvernement et intellectuel réformiste se lit à travers une typologie dans laquelle l’intellectuel révolutionnaire s’oppose à l’intellectuel de gouvernement, tous deux délaissés pour une apologie de l’intellectuel spécifique. Ici, l’utilisation de « réformiste » renvoie à son usage traditionnel, l’opposition terme à terme avec « révolutionnaire ». Gisèle Sapiro use du terme pour qualifier la gauche radicale-socialiste à partir de la figure emblématique d’Émile Durkheim. Par ce vocable de réformiste, elle regroupe ceux qui refusent « le syndicalisme révolutionnaire et la collectivisation des moyens de production ». Dans les deux approches, le réformiste s’oppose au révolutionnaire. Nous retrouvons ici l’usage actif de la catégorie par les acteurs politiques et sociaux, le mot « réformiste » étant une manière de disqualifier l’adversaire dans les rangs de la gauche qui se présentait comme révolutionnaire, Parti communiste, etc. Pourtant, l’utilisation du terme de « réformiste » par ces deux historiens indique qu’il est temps de rouvrir un dossier ouvert et clos dans les années 1970. Dans un numéro du Mouvement Social consacré aux réformistes et au réformisme français, Jacques Julliard avait conclu sur l’impossibilité de trouver une doctrine regroupée sous l’appellation de réformisme, mais avait convenu de l’existence de réformistes13. L’historicisation de la catégorie passe par une alliance entre deux secteurs distincts de la recherche, la première centrée sur le mouvement ouvrier, la seconde sur l’État, sa construction, ses politiques sociales, la première dans une atonie relative, la seconde en pleine expansion14. A la croisée des deux, s’ouvre la possibilité d’élaborer le réformisme comme catégorie historique. Robert Castel définit le réformisme comme une méthode visant à des changements dans les rapports sociaux sanctionnés par l’État15. Cet essai de définition fixe une partie des modalités d’appréhension du réformisme, soit la volonté de travailler sur les rapports sociaux, met en avant l’État comme acteur, mais néglige les autres forces qui jouent un rôle dans la construction des réformes sociales. Cette tentative apparaît trop rigide, pas assez historique pour saisir le réformisme dans ses différentes dimensions. Pour aller plus avant, plutôt que de parler de réformisme, sans doute faut-il travailler sur le champ réformiste. L’usage de l’expression renvoie aux travaux de Christian Topalov sur le champ réformateur, dont l’influence sur la société serait limitée à la période antérieure à 191416. Le champ réformateur se présente comme le cadre commun d’un ensemble d’acteurs individuels et collectifs dont l’objectif est de rationaliser la Société par la Science. Le champ réformiste rencontre ces préoccupations en leur assignant un but : répondre à l’anomie des rapports sociaux, recréer du lien social. Là où les réformateurs tenaient ensemble nécessité de la protection sociale et du libéralisme des biens et des échanges, les réformistes axent leur action sur le premier terme associé à une préoccupation constante, la résolution de la question ouvrière comprise comme la possibilité d’un séparatisme social17. L’ensemble est soutenu par des constats nés dans les sciences sociales, administratives, se concrétise dans un droit social particulier18. Il s’agit ici de mettre en perspective la manière dont le droit se forme à partir d’un savoir savant dont l’usage est un enjeu marqué, entre autre forme de socialisation de savoirs académiques, par la figure de l’expertise19. Adossés à cette appropriation du savoir social, les acteurs du champ réformiste se proposent de créer ou d’utiliser des entités collectives capables de répondre aux problèmes suscités par la présence du corps ouvrier dans la nation, à l’intérieur de la démocratie parlementaire. Cette mise en forme du réformisme recouvre deux configurations distinctes, correspondant à des manières différentes d’appréhender l’ordre social.

  • 20  Ibid, p. 160.

8La première serait la démocratie sociale. La « démocratie sociale » se constitue à partir de trois thèmes forts : la revendication de l’ordre de l’assurance substitué à l’ordre de l’assistance, la construction de la notion de service public et son usage, l’action simultanée de l’État et des institutions de la société civile. Cette configuration repose sur la conviction d’acteurs que la société, les organisations sociales portent en elles la capacité à réguler les enjeux sociaux et économiques. L’État enregistre, vérifie sans imposer de normes sociales extérieures à la négociation sociale. Ce dernier thème rend visible la compétition, mais également la complémentarité entre champ réformateur et champ réformiste pour résoudre la question sociale. Son terrain d’action privilégié se situe à l’intérieur des territoires de la République, municipalités, départements, régions, propose parfois leur refonte, d’où une attention soutenue au fédéralisme, mais laisse le Parlement comme instance délibérative dernière. Dans cette première configuration, le droit social retrouve « l’épaisseur du social dans les rapports concrets qu’y s’y développent et caractérisées par sa diversité, les différences et les inégalités, le droit va se fixer sur ces réalités et les « juridiciser » en faisant émerger les groupements collectifs ainsi que les structures permettant d’établir des rapports de force et de les dépasser dans des compromis. »20 Elle serait la première configuration à l’œuvre au début du XXème siècle.

  • 21  Ibid.

9La seconde serait la modernité technocratique. Cette modernité technocratique repose sur la place centrale de l’État dans la constitution d’un espace juridique et légal capable de réguler la question sociale, d’imposer l’arbitrage entre les différents acteurs du monde social. Sa figure centrale est celle du technicien, de l’expert dont l’avis s’impose au sein des différentes instances de l’administration de l’État, avant de s’imposer sur la place publique par la reprise de ses propositions par les politiques. La délibération démocratique n’est qu’un des aspects du débat, non le principal. L’État se transforme en « machinerie fonctionnelle », se met au service de la Société, et le droit social ouvre la voie aux services publics21.

  • 22  Bertrand Müller, « À la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scient (...)

10Cette caractérisation en deux configurations ne suppose pas leur succession automatique dans l’ordre chronologique, mais indique les différentes potentialités recouvertes par le réformisme. Dans ce cadre, l’usage du champ apparaît comme nécessaire pour mettre en place les affrontements entre les différents acteurs, pour situer les positions réciproques dans l’espace public. L’entrée par le champ suppose le repérage d’acteurs et de lieux indissociablement liés, l’appréhension des modalités d’interprétations concurrentes du réformisme, l’hypothèse d’une historicisation. Elle ne désigne pas dès l’abord des acteurs, radicaux, socialistes, syndicalistes, planistes, etc., mais situe les réflexions, les politiques suivies, sans préjuger de l’appartenance a priori. Ainsi, les politiques municipales communistes, l’acceptation des nationalisations par les communistes en 1937-1938, ce « tournant silencieux », procèdent-elles en partie du champ réformiste. Construire cette catégorie du réformisme à partir de l’objet champ réformiste suppose de mener une réflexion sur les sources, les archives, les documents. En suivant Bertrand Müller, il faut se débarrasser de l’impératif archivistique, de cette volonté de préservation des fonds, pour aller vers la collection documentaire afin de trouver trace d’une activité née d’une interrogation basée sur les sciences sociales22. L’histoire proposée repose non sur la mise en série des archives, sur leur confrontation, mais s’appuie sur le document produit, resitué à l’intérieur d’une configuration intellectuelle, politique et sociale. Cet isolement fragmentaire participe de la recréation des mondes dans lesquels se meuvent les acteurs du champ réformiste, se substitue à la logique accumulative de l’archive. Cette présentation appelle des développements, suppose des précisions afin d’affiner l’objet de recherche, nécessite sa confrontation avec l’action gouvernementale de Léon Blum.

Au temps du Front populaire, une invention ?

11Quand Léon Blum accède au pouvoir, l’homme s’interroge en plein congrès socialiste sur sa capacité à exercer le pouvoir, exprime son anxiété devant la tâche qui l’attend. Le nouveau président du Conseil situe son action au sein du Front populaire, refuse strictement de dépasser ce cadre législatif, qu’excèdent pourtant ses premières mesures. Le président du Conseil fait appel aux ressources du leader parlementaire socialiste, réinvestit une partie des propositions de lois socialistes posées durant les décennies précédentes. Léon Blum, président du Conseil, retrouve Léon Blum conseiller d’État, Léon Blum leader du groupe socialiste à l’Assemblée nationale durant la majeure partie de l’entre-deux-guerres. Cette juxtaposition des rôles indique les ressources convoquées pour répondre aux grèves de mai-juin 1936. C’est ce bilan qu’interrogent Serge Wolikow et Denis Pechanski :

  • 23  Serge Wolikow, Le Front populaire en France, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 170.

« Un accord très large se dégage pour réaliser certaines mesures, essentiellement sociales, contre lesquelles les adversaires du Front populaire n’osent s’élever, dans un premier temps. Malgré tout, ces mesures importantes pour ce qui touche aux conditions de travail et de vie des salariés restent limitées, notamment au plan économique. De ce décalage naissent rapidement des distorsions majeures qui affectent tout l’édifice »23.

  • 24  Denis Pechanski, « Introduction », dans Gilles le Béguec, Denis Pechanski (dir.), Les élites local (...)

« En matière économique, il est devenu trivial de souligner l’extension spectaculaire du champ d’intervention de l’État, du Front populaire à Vichy et à la Libération. (…) L’esprit planiste pesa sur les changements engagés sous le Front populaire. Économie dirigée, pressions de l’occupant et idéologie dirigiste se combinèrent pour renforcer le dirigisme étatique »24.

12Ces deux extraits éclairent sur un constat qui s’énonce ainsi : le gouvernement de Front populaire s’est nourri de social et a alimenté le réformisme économique de l’après-guerre. Pourtant, comment ne pas constater à la lumière des travaux récents que la première vague de réformes ressort d’un programme élaboré dans les années 1910-1914 ? Congés payés, conventions collectives, semaine de 40 heures, s’ils sont des revendications ouvrières portées par la CGT et les grévistes lors des mouvements de mai-juin 1936, ne sont finalement que la conclusion d’un long travail d’élaboration législatif et contractuel.

  • 25  Claude Didry, Naissance de la convention collective, Paris, EHESS, 2002.
  • 26  Alain Chatriot, « Débats internationaux, rupture politique et négociations sociales : le bond en a (...)
  • 27  Marion Fontaine, « Travail et loisirs », dans Histoire des Gauches, tome 2, Paris, La Découverte ( (...)

13Le texte sur les conventions collectives procède de la loi de 1919 dont le résultat est issu d’un long « travail juridique » concernant tant les parlementaires que le réseau réformateur et les syndicalistes, et qui reconnaît l’existence des conventions collectives25. La mesure sur les 40 heures trouve son origine dans les organisations internationales, le BIT, et dans un débat économique mené en France dans les années 1931-193326. Si l’organisation genevoise est l’arène privilégiée de l’élaboration de la réflexion sur la réduction du temps de travail, le groupe socialiste au Parlement pose en au moins deux occasions des propositions de lois sur les 40 heures, en février 1932 et en mai 1934. La loi sur les congés payés connaît un précédent avec la proposition posée sous le Cartel des Gauches27. Ces trois mesures phares de la législature Blum ne peuvent se comprendre sans cette mise en perspective, s’inscrivent au sein de la démocratie sociale telle qu’elle se forme au début du siècle, se modifie au tournant de la Première Guerre mondiale.

  • 28  Julian Wright, « Social Reform, State reform and Aristide Briand’s moment of hope in France », dan (...)

14La construction de la « démocratie sociale » se situe à un moment où la construction politique de la France se stabilise à travers le régime républicain. La stabilisation chaotique de la fin du XIXème siècle s’est bâtie sur le suffrage universel conçu comme instrument d’intégration des individus, des classes sociales au sein de la Nation. Pourtant, elle n’empêche pas la question sociale de s’imposer aux esprits, tant les modifications sociales et économiques bouleversent les territoires, les paysages, les représentations sociales. Revenir à un ordre suppose plusieurs alternatives : l’une d’entre elles est le retour à une organisation corporatiste, une autre est la démocratie sociale, du nom d’un groupe, le « Comité de la Démocratie Sociale », né en 190528. Ce groupe comprend des radicaux, des républicains-socialistes, des socialistes indépendants, et est structuré autour de deux membres importants, Léon Parsons et Etienne Antonelli. La chute de Clémenceau fait apparaître le groupe en plein jour en 1909, autour d’Aristide Briand, qui propose au pays une action dans trois sens : la réforme de l’État, la réforme sociale, la volonté de réconciliation. Le Comité de la Démocratie Sociale pèse pour l’accomplissement du deuxième point. Si Briand déçoit, n’accomplit pas son programme, la thématique de la démocratie sociale fonde l’engagement d’hommes comme Joseph Paul-Boncour, figure méconnue mais importante du socialisme, du socialisme indépendant français, Etienne Antonelli, économiste de renom, député socialiste de l’après-guerre.

  • 29  Fabienne Bock, Un parlementarisme de guerre , Paris, Belin, " Histoire et sociétés", 2002, 352 p.

15La Première Guerre mondiale joue un rôle décisif dans sa transformation : l’expérience d’Albert Thomas comme sous-secrétaire à l’armement amène l’État à prendre en charge une partie des conflits et des négociations sociales29. Si l’après-guerre ne laisse que peu de choses en l’état de ce qui fut accompli pendant le conflit, une partie des cadres politiques du Front populaire se sont formés dans la période : comment ne pas penser à Léon Blum ? Une autre inflexion majeure est la nationalisation de la question sociale. Si une partie des efforts de la réflexion de l’après 1918 se base sur l’international, il est patent qu’il y a là un échec dont les causes sont à chercher du côté de la nationalisation des économies issues de la guerre. Avec la fin de la guerre, la radicalisation induite par la Révolution russe, le thème de la démocratie sociale perd de son efficacité, s’efface sans pour autant disparaître. A côté de lui émergent les préoccupations d’organisation, de rationalisation de la société.

  • 30  Les renseignements sont issus de la thèse de Noël Calliès, La loi sur les Assurances sociales et l (...)

16L’épisode des Assurances Sociales remet sur le devant de la scène le champ réformiste. Alexandre Millerand, président de la République, institue une commission chargée de procéder à l’étude d’un projet de loi sur les Assurances Sociales30. L’élaboration du projet revient à Cahen-Salvador, directeur des retraites ouvrières et paysannes. Celui-ci rédige un projet soumis à la Chambre le 21 mars 1921, proposant une organisation à partir de caisses régionales. Finalement, un autre projet est proposé à la Chambre par le Docteur Grinda, le 8 avril 1924, basé sur des caisses mutualistes, sur des fédérations régionales de caisses administrées les unes et les autres par les intéressés, et constituées sans souci de la profession. Le projet est voté sans discussion, et transmis au Sénat où il va rester quatre ans. De leur côté, la CGT et la Fédération Nationale de la Mutualité produisent un projet de 153 articles qui n’aboutit pas, mais dont s’inspirèrent les membres de la Commission de l’hygiène de la Chambre des députés. Voté au Sénat en juillet 1927, le projet est l’objet d’un rapport d’Etienne Antonelli au nom de la Commission de l’hygiène, qui affirme la nécessité d’un système combinant gestion une administrative secondée par les organismes privés. Le texte du Sénat est voté et la loi promulguée en deux fois, en 1928 et 1930. La loi organise la triple cotisation, la gestion des Assurances par les intéressés sous contrôle de l’État, et entérine la forme mutualiste des Assurances sociales. Etienne Antonelli joue un rôle central dans l’adoption de la loi, la défend devant le congrès socialiste de Nancy en 1929, avec Jean Lebas et le Docteur Fié :

  • 31  Congrès de Nancy, 1929, p. 364

« À l’heure actuelle, nous sommes en présence d’une loi qui est votée, et je vous le demande, est-ce que malgré toutes ses imperfections, cette loi n’apporte pas à la classe ouvrière de notre pays un grand, un immense progrès social du point de vue matériel comme du point de vue moral ?31 »

17Le congrès vote à l’unanimité une motion de défense de la loi sur les Assurances Sociales. Etienne Antonelli reprend une des thématiques du Comité de la Démocratie Sociale du début du siècle, thématique du passage de l’assistance à l’assurance, reprise par l’ensemble du système politique, à la notable exception des communistes et des plus conservateurs. Cet épisode des Assurances Sociales concrétise une des réformes envisagées lors du gouvernement Briand. Mais l’entre-deux-guerres n’est pas la simple montée de cette configuration du champ réformiste, dont les premières mesures du gouvernement Blum seraient le parachèvement. Revenons sur la deuxième vague de réformes de juin-juillet 1936.

  • 32  Jean François Biard, Le socialisme devant ses choix. La naissance de l'idée de Plan, Paris, Public (...)

18Elle ressort de l’évènement, retour sur les décrets-lois, amnistie, et met en place une série d’approfondissements des lois sociales de la période antérieure. A l’intérieur de cette vague, trois réformes de structure colorent le paysage social d’une certaine nouveauté : nationalisation des usines d’armement, statut de la Banque de France, Office du Blé. Cette mosaïque de mesures, certaines comprises dans la programme de Front populaire, d’autres pas, ressort à la fois de la démocratie sociale et de la modernité technocratique. Cette juxtaposition indique bien le rôle de Blum au sein du champ réformiste, celui d’un « passeur » entre les deux configurations, celui d’un homme formé au temps de la constitution du champ dont les circonstances, les évènements font un des promoteurs de l’action de l’État au sein des relations sociales. Ici intervient la querelle sur le planisme. Dans les années 1932-1934, un courant planiste se développe au sein de la SFIO, de la CGT, de la société française, très largement inspiré des thèses du socialiste belge Henri de Man32.

  • 33  Sur les services publics, un numéro spécial : « Les services publics, l’économie, la République », (...)

19Le refus de Léon Blum de concéder quoi que ce soit au planisme provient de sa fidélité aux thèmes de la démocratie sociale tels qu’ils furent évoqués avant-guerre, déclinés pendant la guerre, revivifiés au moment des Assurances Sociales. Si le responsable socialiste n’entrevoit pas pour ce type de démocratie autre chose qu’une destinée passagère, son déni de socialisme, opposé au planisme, renvoie à sa lecture de la proposition à travers le prisme de la démocratie sociale. Léon Blum ne voit-il pas dans le planisme l’exact point de la cristallisation de l’autorité de l’État à partir de laquelle le socialisme n’est plus envisageable ? En somme, la poussée d’un des thèmes de la démocratie sociale, quand lui ne la conçoit qu’à travers un équilibre structurant. Son hostilité initiale n’est rien d’autre que la manifestation de la doctrine de service public telle qu’il la connaît, telle qu’il la promeut lors de son passage comme conseiller d’État33. Son choix se relie à sa connaissance des doctrines de droit, à Léon Duguit autant qu’à une quelconque orthodoxie marxiste. Sa réelle épouvante des discours étatiques des néo-socialistes renvoie à sa formation de juriste autant qu’à la fidélité à un socialisme marxiste. Dans le même temps, son premier acte est de donner une place centrale au président du Conseil, à l’État dans la définition des relations sociales nouvelles au sein du pays. Cette inflexion trouve son origine dans la Première Guerre mondiale avec la mise en place d’un warfare state dans lequel les responsables socialistes jouent un rôle important, en particulier autour d’Albert Thomas. De son poste de chef de cabinet de Marcel Sembat, Léon Blum est au premier plan pour observer à la fois l’efficacité de l’État dans l’organisation de l’économie de guerre, des relations sociales qu’elle nécessite, mais également les difficultés, les lenteurs, les errements d’une administration, d’un gouvernement dépourvus d’habitudes en cette matière.

  • 34  Ilian Greilsammer, Blum, Paris, Flammarion, 1996, p.216.

« Mêlé de la coulisse aux débats intimes du gouvernement, confident et parfois conseiller des ministres socialistes, Sembat, Guesde, Thomas, lié de longue date avec nos anciens camarades Briand et Viviani, ami de Paul Painlevé depuis ma jeunesse34. »

  • 35  Bruno Marnot, Les ingénieurs au Parlement sous la IIIème République, Paris, Éditions du CNRS, 2000

20De cette situation, Léon Blum fait une lecture politique, proposée dans les Lettres sur la Réforme gouvernementale, où il se prononce pour une réorganisation du travail ministériel dans le sens d’une plus grande efficacité, autour d’une fonction de président du Conseil plus à même de prendre des décisions, des initiatives. Il applique ses principes lors du Front populaire en développant un « Secrétariat général de la présidence du Conseil » dont il confie la direction à Jules Moch, représentant au sein de la SFIO des élites technocratiques en cours de formation, un des rares ingénieurs demeurés après la scission néo dans les cercles dirigeants35.

21Jules Moch et Charles Spinasse, tous deux en charge de postes importants dans le premier gouvernement Léon Blum, sont des férus de la rationalisation, de l’organisation dans le cadre de la nation. Ces figures sont nouvelles dans le socialisme : elles montrent la profonde mutation qu’est en train de subir le thème de la démocratie sociale, avec la montée en puissance de la thématique de l’intervention de l’État, rendent visible une nouvelle configuration des liens entre politique, social et économie que le Front populaire esquisse sans véritablement la finaliser. L’économie échappe au politique pour être dévolue aux experts, aux techniciens, qui évaluent le social à partir de son efficacité avant d’en rendre compte au politique. La crise des relations entre Parlement et gouvernement dans les années 1930 favorise ce déplacement : le politique abandonne l’expertise pour la confier à des individualités jugées compétentes, par leurs diplômes, leurs expériences. Dans le même mouvement, les tâches de coordination confiées au Secrétariat général de la présidence du Conseil donnent à cet organisme le soin de suivre les effets des Accords Matignon. Le social devient affaire d’État, non plus seulement création entre les différentes parties de la société. Dans les deux cas, le Front populaire apparaît comme un échec final. Dans les deux cas, il marque une étape vers le nouveau, de la « démocratie sociale » à « la modernité technocratique ». Dans le traitement de la question sociale par le Front populaire, le débat n’est pas entre réformistes et révolutionnaires, mais à l’intérieur des interprétations à donner à la démocratie sociale. Écrire cela, c’est mettre à sa place le PCF pour ce qui concerne ces questions : en dehors du gouvernement. Si, sans conteste, le PCF sut faire vivre la force du refus de s’inscrire dans la société française, telle qu’elle était, d’une partie des milieux sociaux dans l’après 1917, il n’a rien de bien intéressant à dire sur ce problème. Son opposition à la structuration d’un programme de Front populaire relativement ambitieux procède de son refus de considérer la démocratie sociale au sein de la République française. Logique, ce déni de possibilité l’amène à privilégier des mesures immédiates destinées à améliorer le niveau de vie de la classe ouvrière, des classes moyennes, mais il ne saurait esquisser son acceptation de la possibilité d’une démocratie sociale en France. Cela l’amènerait à renoncer à ce qui structure sa construction politique : ériger l’Union Soviétique en modèle social. Dès lors, le Parti communiste se prononce contre tout ce qui peut apparaître comme un aménagement de fond de la société capitaliste : nationalisations, plans, sont renvoyés aux chimères du réformisme, aux utopies dangereuses. Toutefois, ces débats ne seront pas sans influence sur le Parti communiste, au fur et à mesure que sa stratégie de nationalisation fonctionne. Devant sa revendication d’intégration à la nation, sa dénonciation du fascisme comme étranger, le PC doit prendre en compte le phénomène de l’État français. La période du Front populaire sera trop courte pour le faire évoluer plus avant, pour pousser au bout de sa logique le « tournant silencieux », mais les communistes sauront se soumettre, sans état d’âme, dans des contextes différents mais avec le Front populaire en mémoire, à la discipline de l’action gouvernementale, jusqu’à un certain point…

  • 36  Pierre Rosanvallon, Le modèle politique français, Paris, Seuil, 2004.

22En conclusion, le champ réformiste est une des modalités d’explication des évolutions politiques et sociales en cours dans la France du XXème siècle. S’en inspirer restitue aux réformes du Front populaire une autre profondeur, complexifie le rapport à l’évènement, des élections aux grèves de mai-juin 1936. D’une manière plus générale, saisir les évolutions des politiques sociales par le seul biais des organisations, des alliances parlementaires, néglige les différentes étapes de création législative. Oublier le politique, c’est oublier le poids de l’élaboration partisane dans la construction d’un régime social dont notre époque est peut-être le terme. Il est nécessaire de mettre en relation le grand récit républicain de création d’un modèle politique avec les évolutions du champ réformiste, sa production, ses évolutions, ses échecs. Renaissent alors des corps intermédiaires sans doute trop négligés, en voie de redécouverte historiographique, qui donnent à lire une autre histoire que celle d’un modèle républicain36.

Haut de page

Notes

1  Trois colloques ont été organisés : à Dijon, à Nanterre, à Paris. Le colloque de Dijon est paru aux Éditions Sociales, sous la direction de Jean Vigreux, Serge Wolikow et Xavier Vigna.

2  La notion de travail juridique est issu de Claude Didry, Naissance de la convention collective, Paris, EHESS, 2002.

3  Christian Topalov, « Les réformateurs et leurs réseaux : enjeu d’un objet de recherche », dans Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris, Éditions de l'EHESS, 1999, 574 p.

4  Jean-Baptiste Séverac, « Plat réformisme », dans Le Populaire, 15 juin 1936.

5  Congrès de 1936, p. 187-188.

6  Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, Collection Repères, 2006, p. 60.

7  Genèses, Décembre 2005.

8  Alain Chatriot, Claire Lemercier, Compte rendu du livre de Lucette Le Van-Lemesle, Le Juste ou le Riche. L’enseignement de l’économie politique, 1815-1950, Paris, CHEFF, 2004, 788 p., dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2005-3, p. 190-192.

9  Histoire du réformisme en France depuis 1920, 2 tomes, Paris, Éditions Sociales, 1976.

10  Cité dans Mouvements, janvier-février 2006.

11  Gérard Noiriel, Les fils maudits de la République, Paris, Fayard, 2005, p. 105.

12  Gisèle Sapiro, « Éditorial », dans Le Mouvement Social, n° 214, janvier-mars 2006, p.15.

13  Jacques Julliard, « Diversité des réformismes », dans Le Mouvement Social, n° 87, avril-juin 1974.

14  Laird Boswell, « L’historiographie du communisme français est-elle dans une impasse ? » dans Revue Française de Science Politique, vol. 55, n° 5-6, octobre-décembre 2005, p. 919-933.

15  Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, p. 320.

16  Christian Topalov, op.cit.

17  Paul André Rosental, « Géopolitique et État providence », AHSS, janvier-février 2006, p. 107.

18  Michel Borgetto, Robert Lafore, La République sociale. Contribution à l’étude de la question démocratique en France, Paris, PUF, 2000.

19  Laurence Dumoulin, « Des modes de socialisation des savoirs académiques », Droit et société, 60/2005, p.295-306.

20  Ibid, p. 160.

21  Ibid.

22  Bertrand Müller, « À la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scientifiques », dans Genèses, n° 63, juin 2006.

23  Serge Wolikow, Le Front populaire en France, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 170.

24  Denis Pechanski, « Introduction », dans Gilles le Béguec, Denis Pechanski (dir.), Les élites locales dans la tourmente. Du Front populaire aux années cinquante, Paris, Éditions du CNRS, 2000, p. 28.

25  Claude Didry, Naissance de la convention collective, Paris, EHESS, 2002.

26  Alain Chatriot, « Débats internationaux, rupture politique et négociations sociales : le bond en avant des 40 heures (1932-1938) », dans Patrick Fridenson, Bénédicte Reynaud, La France et le temps de travail (1814-2004), Paris, Odile Jacob, 2004.

27  Marion Fontaine, « Travail et loisirs », dans Histoire des Gauches, tome 2, Paris, La Découverte (deuxième édition), 2005, p. 706.

28  Julian Wright, « Social Reform, State reform and Aristide Briand’s moment of hope in France », dans French Historical Studies, vol.28, n° 1, 2005 ; Marie Geneviève Dezes, « L’expérience Briand en 1909 : Participation te démocratie sociale », dans Le Mouvement social, n° 87, avril-juin 1974.

29  Fabienne Bock, Un parlementarisme de guerre , Paris, Belin, " Histoire et sociétés", 2002, 352 p.

30  Les renseignements sont issus de la thèse de Noël Calliès, La loi sur les Assurances sociales et la Mutualité, Paris, les Presses modernes, 1929 ; Se protéger, être protégé. Une histoire des Assurances sociales en France, Rennes, PUR, 2006, 347 p.

31  Congrès de Nancy, 1929, p. 364

32  Jean François Biard, Le socialisme devant ses choix. La naissance de l'idée de Plan, Paris, Publications de la Sorbonne,1985 ; Stéphane Clouet, De la rénovation à l'utopie socialiste, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1991 ; Éric Nadaud, Les socialistes de la SFIO et l'idée de plan dans les années 1930 : le cas de Jean Zyromski et de la tendance "Bataille Socialiste", dans Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 43-1, janvier-mars 1996 ; Gilles Vergnon, « Utopie, savoirs et programme politique : Henri de Man et le plan du travail »,dans Araben, revue électronique, consultable à l’adresse suivante :

 http://greph.univ-lyon2.fr/revue/Araben_Vol_1_Science%20et%20utopie.pdf

33  Sur les services publics, un numéro spécial : « Les services publics, l’économie, la République », dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, juillet-septembre 2005. En particulier, l’introduction d’Olivier Dard et Michel Margairaz, et l’article de ce dernier.

34  Ilian Greilsammer, Blum, Paris, Flammarion, 1996, p.216.

35  Bruno Marnot, Les ingénieurs au Parlement sous la IIIème République, Paris, Éditions du CNRS, 2000.

36  Pierre Rosanvallon, Le modèle politique français, Paris, Seuil, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Hohl, « « Quel plat réformisme ! » Étude sur une catégorie incertaine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 103 | 2008, 41-54.

Référence électronique

Thierry Hohl, « « Quel plat réformisme ! » Étude sur une catégorie incertaine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/98

Haut de page

Auteur

Thierry Hohl

Chercheur associé Université de Bourgogne IHC UMR CNRS 5605

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page