Navigation – Plan du site
DOSSIER

« Impenser » l’histoire de France. Les études coloniales hors de la perspective de l’identité nationale

Gary Wilder
Traduction de Raymond Huard
p. 91-119

Résumé

Gary Wilder propose une réflexion ancrée dans les analyses contemporaines de la colonisation montrant comment le fait colonisateur a non seulement partie liée avec les formes économiques, politiques et sociales du fonctionnement des métropoles, mais aussi comment celles-ci sont transformées par les formes de la colonisation. Il s’agit, en s’appuyant sur la production historique récente aux États-Unis en même temps que sur les expériences pédagogiques de certains enseignants, de ne plus considérer les métropoles comme strictement européennes à partir du moment où l’expansion coloniale est une des dimensions de leur existence et de comprendre comment cette dimension y imprègne à peu près l’ensemble des fonctionnements sociaux.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Joan Landes, Women and the Public Sphere in the Age of the French Revolution, Ithaca, Cornell Univ (...)

1La prolifération de communications à des colloques, des articles de revues ainsi que les listes de spécialistes indiquent que l’Empire colonial prend une place toujours plus importante en tant que spécialité de l’histoire de France. Depuis la réécriture féministe de la Révolution française, on n’aurait pas pensé qu’il fût possible d’entreprendre tant de travaux nouveaux dans un domaine qui apparaissait avoir été à ce point exploité 1. Mais la possibilité de dire du nouveau sur l’histoire de France suppose aussi qu’on réfléchisse sur les termes dans lesquels ces nouveautés sont énoncées. L’objectif du texte qui suit est de provoquer une discussion sur les différents cadres conceptuels possibles à travers lesquels on peut aborder l’histoire coloniale française.

  • 2  Jan Goldstein, « The Future of French History in the United States, Unapocalyptic Thoughts for the (...)
  • 3  Ibid., p. 7.
  • 4  Ibid. p. 7-8.

2De façon schématique nous pouvons distinguer deux conceptions chez ceux qui sont concernés par les implications sur la discipline de ce nouvel intérêt pour le colonialisme français. Le premier est, sur le plan professionnel, défensif et conservateur. Dans une déclaration publique adressée aux historiens travaillant sur la France, émise à leur conférence annuelle, un savant éminent a récemment exprimé ce point de vue 2. Celui-ci prédit que l’intérêt scientifique pour la globalisation, ruinant celui que l’on portait à l’impérialisme, l’immigration et l’internationalisme, va vraisemblablement marquer la fin d’un « paradis des chercheurs » (dont les années 1970 et 1980 ont été l’acmé), paradis dans lequel l’histoire française traditionnelle occupait une place prééminente dans les collèges et les universités des États-Unis 3. Nous pouvons nous attendre – nous dit-il – à des ressources matérielles en diminution (moins de créations de postes et de bourses de recherches, un désintérêt des presses d’université pour ce genre de monographies), et à la promotion de nouveaux programmes de recherches encourageant « la réapparition de types d’historiographie plus anciens ». Par exemple, le retour aux relations internationales et au généralisme historiographique qui a précédé l’époque de la spécialisation fondée sur la consultation en profondeur des archives, qui a commencé autour de 1970 4. En bref, une « perspective globale » qui peut signifier la fin de l’histoire de la France telle que nous la connaissons.

3Cette intervention ne fait pas la distinction entre, d’un côté, les processus matériels de la globalisation et les idéologies néo-libérales qui leur correspondent, et, de l’autre, les tentatives scientifiques visant à les analyser et à les historiciser. Tandis que par certains côtés, les premiers peuvent certainement miner l’éducation libérale et l’étude des humanités, les secondes peuvent produire des résultats mettant en cause les idées reçues selon lesquelles le marché mondialisé s’identifie à la paix, la prospérité et la démocratie. Mais un tel travail déstabilisera aussi nombre de catégories fondamentales autour desquelles la discipline historique s’est organisée, telles que la nationalité et l’identité nationale. Une question se pose alors : devons-nous résister à ce type d’études qui se produit au détriment de l’histoire de France traditionnelle ou l’accueillir volontiers puisqu’il nous aidera à donner un nouveau visage à la signification de cette histoire ?

4Deux présupposés sont contenus dans cette position défensive. Le premier est que la nation française et son empire colonial sont deux entités distinctes et que l’on fait un choix opposé en étudiant l’une ou l’autre. Le second, c’est que l’objet propre de l’histoire de France, c’est l’État-nation modèle dans lequel le territoire, la population et l’État sont isomorphes et où la race, la nationalité et la citoyenneté se recouvrent l’une l’autre.

  • 5  Forum Teaching National and Regional History in a Global Age, FHS 23, 2 printemps 2000, p. 215-238

5L’intérêt croissant des historiens pour l’étude de l’Empire français indique que beaucoup d’historiens français ne voient pas de façon hostile le fait que l’histoire traditionnelle de la France soit remplacée par l’histoire coloniale. Au contraire, la seconde position que je voudrais définir de façon heuristique considère le tournant colonial (colonial turn) comme l’avenir et la sauvegarde de l’histoire de France qui risque de devenir marginale dans les universités américaines. En témoigne le nombre croissant de diplômés qui entrent en Doctorat (Ph. D.) en histoire de France avec l’intention d’étudier le passé de l’Empire français. Ce souci de rénover l’histoire de France en partant d’une approche coloniale a été illustré lors d’un forum particulier publié par French Historical Studies (la même revue a publié la déclaration mentionnée ci-dessus) et consacré à « L’enseignement de l’histoire régionale et nationale à l’âge de la mondialisation ». Il comprenait des communications de qualité venant de chercheurs en histoire coloniale et proposant des approches concrètes sur la façon dont les historiens de la France pourraient intégrer dans leurs cours sur l’histoire européenne des sources originales et au second degré concernant l’Empire. En se servant pour les non-spécialistes de bilans bibliographiques, et en revendiquant sur le plan méthodologique la centralité du colonialisme pour l’histoire de la France, ces contributions cherchaient à élargir et à étendre le champ de l’histoire nationale française de façon salutaire 5.

  • 6  Alice Conklin, « Boundaries Unbound, Teaching French History as Colonial History and Colonial Hist (...)

6Une de celles-ci, venant d’une chercheuse confirmée dont l’œuvre a largement contribué à amener les historiens de la France à des sujets coloniaux, a pour thème : « Enseigner l’histoire de France comme une histoire coloniale et l’histoire des colonies comme une histoire de la France. » 6 L’auteur évoque plusieurs de ses cours dans lesquels elle a cherché à transformer les exposés traditionnels en intégrant l’histoire coloniale à l’histoire métropolitaine. Sa pédagogie met en lumière la façon dont le devenir des nations européennes et celui de leurs territoires d’outre-mer se sont intriqués et influencés l’un l’autre pendant la période moderne et contemporaine. En bref, cette approche renouvelée diffère de façon sensible de la volonté, qu’incarne la position défensive, de traiter la nation française comme une entité strictement européenne qui a existé avant le colonialisme et d’autres phénomènes « globaux » et a poursuivi une existence propre.

  • 7  Ibid.

7Mais une attention plus grande aux objectifs des cours de cette chercheuse révèle aussi les limites de ce projet important et neuf « d’enseigner l’histoire de France comme une historie coloniale et l’histoire coloniale comme une histoire de la France ». Parmi les questions centrales de ce cours, on trouvait celles-ci : « ceux qui apprenaient le français dans les colonies se considéraient-ils comme français ? Comment les Français les considéraient-ils ? Que signifiait le fait d’être français pendant l’époque coloniale et qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui ? » Le sujet d’un autre cours visait « à explorer le processus de formation de l’identité française pendant l’époque moderne et contemporaine et ainsi de trouver de meilleures réponses aux questions de savoir comment “d’Autres” se sont ajustés aux sentiments de personnalité, de “chez soi” et de nation propres à la France. » 7 Ici le désir d’amener l’histoire de France et l’histoire coloniale à entrer en relation l’une avec l’autre risque de domestiquer la seconde dont les possibilités d’analyse seraient réduites aux contours de la première. Je ne prononce pas ici une accusation facile d’Européocentrisme ; je pense qu’il est extrêmement utile de repenser l’histoire de France à partir d’une perspective coloniale. Mon point de vue est plutôt de penser que si l’on englobe l’histoire coloniale dans l’histoire française, on partage avec la position défensive ci-dessus exposée l’idée de nation modèle comme unité présumée d’analyse. Dans ce cas, on présente aux étudiants une compréhension plus complexe de la nationalité française, forgée à travers une relation difficile avec les sujets coloniaux non-européens et les immigrants post-coloniaux. On imagine facilement les profits qu’on peut tirer de cette approche plus nuancée de l’histoire française. Mais quelles questions sur la dynamique constitutive de l’impérialisme peut-on saisir lorsque l’identité nationale demeure la condition inchangée et le but de l’interprétation historique ?

  • 8  Pour un complément à mon propos, voir Antoinette Burton « Who Needs the Nation ? Interrogating Bri (...)
  • 9  Depuis que la première version de cet article a été écrite, un grand nombre de livres ont été publ (...)

8Dans cette contribution, je voudrais mettre en relief les limites qu’un paradigme étroitement national introduit dans l’analyse de la colonisation française 8. Une série de questions concernent la façon dont nous traitons la relation entre la nation républicaine et l’Empire colonial. Une autre, le fait de savoir si la nation elle-même est une catégorie adéquate pour prendre en compte l’histoire de l’Empire colonial. Tout en traitant ces questions en me référant à l’historiographie récente du colonialisme français, je n’entends pas donner une recension complète des travaux concernant ce champ en plein essor 9.

L’économie politique et l’identité nationale

  • 10  Parmi une abondante littérature, on retiendra comme fondamentaux, Benedict Anderson, Imagined Comm (...)

9Il y a bien des façons d’expliquer la prépondérance d’une histoire (coloniale) à base nationale dans la communauté académique des États-Unis jusqu’à aujourd’hui. Parmi celles-ci, la façon dont les normes nationales (et, en ce qui concerne la France, républicaines) sont devenues notre vulgate intellectuelle, et aussi la formation de l’histoire en tant que discipline et ses institutions professionnelles. Je suggère aussi qu’on peut relier la prééminence du paradigme national à l’éclipse, à partir des années 1980, du marxisme académique à la fois dans l’histoire de la France et dans les études coloniales. Depuis cette époque, les études sur les nations, la nationalité et le nationalisme ont proliféré 10.

  • 11  Comme exemples d’interprétations marxistes classiques, voir Georges Lefebvre, The Coming of the Fr (...)
  • 12  Pour une interprétation élargie de la « classe », qui rejette l’idée que la Révolution est un conf (...)
  • 13  Voir par exemple François Furet, Interpreting the French Revolution, Londres et New York, CUP, 198 (...)
  • 14  Immannuel Wallerstein, « Fernand Braudel, Historian “homme de la conjoncture” » dans Unthinking th (...)
  • 15  Keith Michael Baker, dir., The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, Vol (...)
  • 16  Louise A. Tilly and Joan W. Scott, Women, Work and Family, New York, Holt, Rinchart and Winston, 1 (...)

10Il y a de bonnes raisons pour que les historiens aujourd’hui ne se tournent pas souvent vers Marx pour trouver un point de vue théorique. La révision historiographique de l’interprétation marxiste de la Révolution française nous est devenue familière 11. Les interprétations qui voyaient dans la Révolution une transition vers le capitalisme dépendaient souvent d’une conception anachronique et fétichisée de la classe 12. Dans les années 1980, le centre d’intérêt de l’histoire française la plus influente s’est déplacé vers le caractère socialement constitutif des discours 13. Même l’école des Annales a reconverti ses analyses des structures matérielles vers les mentalités 14. Un courant de l’historiographie a abordé la politique ou la culture politique comme un domaine autonome qui doit être analysé de façon spécifique 15. Un autre courant a dirigé notre attention vers les pratiques quotidiennes, les processus culturels, les acteurs sociaux marginaux 16.

  • 17  Pour une vision plus large, voir Anthony Brewer, Marxist Theories of Imperialism, A Critical Surve (...)
  • 18  André Gunder Frank, Capitalism and Underdevelopment in Latin America, New York, Monthly Review Pre (...)
  • 19  Pour des examens critiques des études sur les systèmes mondiaux, voir « Africa and the World Econo (...)

11Ces transformations de l’historiographie française ont convergé avec des développements parallèles dans les études coloniales. Les théories marxistes de l’impérialisme ont dominé la recherche dans les années 1960 et 1970 17. À la suite de l’indépendance nationale des anciens territoires coloniaux et en réponse à la théorie d’une modernisation trans-historique, on a assisté à la prolifération de recherches sur le capitalisme comme système mondial, sur l’expansion du sous-développement et l’échange inégal conduisant à la dépendance 18. Ces perspectives d’un marxisme mondialisé ont été contestées pour leurs périodisations approximatives et leurs définitions imprécises du capitalisme. Des critiques ont défini les théories du système mondial comme une simple inversion de celles de l’économie du développement qui restait eurocentrique, totalisante et fonctionnaliste. Des historiens ont contesté l’idée que les histoires de l’Afrique, de l’Asie ou du monde caraïbe étaient simplement les effets du développement inexorable d’un capitalisme global. Ils ont insisté sur les aspects contingents du capitalisme hors de l’Europe en montrant que les caractères de celui-ci ont été appropriés de façon sélective et réorganisés en dispositifs locaux. Ces travaux ont aussi cherché à rendre aux peuples non- occidentaux un mode d’action historique 19.

  • 20  Pour des exemples sur ce point, voir Edward Said, Orientalism, New York, Vintage, 1978 et Culture (...)
  • 21  Frederick Cooper et Ann Laura Stoler, « Between Metropole and Colony. Rethinking a Research Agenda (...)
  • 22  Paul Rabinow, French Modern. Norms and Forms of the Social Environment, Chicago, UChP, 1989 ; Jean (...)
  • 23  Stoler et Cooper « Between Metropole and Colony », op. cit. ; Paul Rabinow, op cit. ; Frederick Co (...)
  • 24  Voir par exemple Wolf, Europe and the People without History, op. cit. ; Mintz, Sweetness and Powe (...)

12A la même époque, un nouveau champ d’études coloniales non-marxistes s’est développé dans le créneau ouvert par l’ouvrage d’E. Saïd, Orientalism. S’inspirant des théories post-structuralistes du langage et du pouvoir, les chercheurs ont depuis les années 1980 étudié les discours coloniaux et la politique de production du savoir. Ils ont attiré notre attention sur la violence épistémique, aussi bien que sur l’imbrication du colonialisme et de la culture 20. Un autre courant de l’historiographie coloniale a démontré que les catégories de colonisateur et de colonisé n’étaient pas monolithiques. Ces chercheurs ont étudié les contradictions existant au sein des projets coloniaux ainsi que les conflits opposant différentes fractions des Européens, souvent divisés par la classe ou le « genre » 21. D’autres ont attiré l’attention sur les stratégies et les technologies du gouvernement colonial dans des contextes locaux ou sur la façon dont elles sont minées par des pratiques de résistance indigènes 22. Nombre de ces travaux redoutent les excès de généralisation. Ils sont légitimement critiques à l’égard des discussions qui homogénéisent le « colonialisme » en tant que tel, et demandent que nous fassions attention aux spécificités nationales. Les empires nationaux différents ont eu – nous l’apprenons ainsi – des politiques coloniales différentes qui ont conduit à des sociétés coloniales distinctes 23. Une autre tendance importante parmi les historiens a été de mettre l’accent sur les croisements aux effets formateurs entre les sociétés métropolitaines et les sociétés coloniales 24.

13Tout ceci, évidemment, est une généalogie schématique de l’historiographie récente, qui n’a pas l’intention d’être exhaustive. Il faudrait notamment consacrer de développements plus amples pour envisager en détail les raisons pour lesquelles l’histoire culturelle non-marxiste a trouvé le paradigme national si sympathique. Je veux simplement insister sur le fait que malgré leurs différences, les différents courants qui ont conduit l’histoire de la France et les études coloniales à s’éloigner du marxisme ont en même temps mis en avant la nation comme une unité privilégiée d’analyse.

Nation républicaine et Empire colonial

14Nous avons besoin de nous demander quelles implications le paradigme national peut avoir sur l’historiographie coloniale maintenant que celle-ci est mise en œuvre par des chercheurs formés en histoire de la France. Les historiens de la France qui étudient l’Empire colonial peuvent utilement compléter le travail accompli par les historiens de l’Afrique, de l’Asie et des Caraïbes. En contestant les distinctions claires établies entre l’histoire européenne et non-européenne, les historiens de la France sont bien placés pour explorer les interactions entre les sociétés continentales et coloniales. Cette tâche vise à démontrer que l’histoire nationale de la France ne peut être saisie indépendamment du contexte impérial à travers lequel elle s’est forgée. Mais est-ce qu’une conception plus large de l’histoire « française » implique nécessairement de repenser l’historiographie nationale ou bien permet-elle simplement à celle-ci d’être reproduite sur une plus vaste échelle ?

  • 25  Parmi les travaux antérieurs importants, Raymond Betts, Assimilation and Association in French Col (...)
  • 26  Michael Crowder, Senegal, A Study of French Assimilation Policy, Londres Methuen and Co, 1967 ; Wi (...)
  • 27  Parmi les exemples significatifs de cette tendance, on comprendra Conklin, A Mission to Civilize, (...)

15D’importantes recherches ont mis l’accent sur la production et la circulation des idéologies coloniales dans la France métropolitaine et d’outre-mer 25. Certaines de ces études ont cherché à établir un lien entre ces idéologies et les projets de gouvernement colonial, en consacrant une attention particulière aux essais français pour remodeler les sociétés coloniales 26. Une part importante de ce travail vise à faire apparaître le fossé entre la rhétorique officielle et les réalités coloniales et met en question la France qui a échoué à mener à accomplissement ses promesses en matière d’amélioration, de civilisation, de mise en oeuvre des valeurs républicaines. Aussi valables que puissent être de tels résultats, ils risquent d’aborder l’universalisme républicain et le racisme colonial comme opposés l’un à l’autre afin de critiquer le premier du point de vue du second (et vice versa) 27. Une fois que l’on a accepté la revendication du républicanisme à être un universalisme, on explique le racisme colonial par l’absence ou l’échec du républicanisme. Et alors la critique est dirigée soit contre un « faux » universalisme destiné à masquer ou rationaliser de « réelles » pratiques raciales. Ou bien le problème est expliqué par les limites d’un universalisme qui n’a pas été suffisamment étendu à tous les groupes sociaux. Cette approche conduit les historiens à mettre l’accent sur les contradictions entre le républicanisme et le colonialisme ou le racisme plutôt que sur celles qui se situeraient à l’intérieur de l’état-nation français lui-même. Si l’on identifie le problème comme un manque ou une absence de républicanisme ou bien comme un échec de la nation à réaliser ses propres promesses, l’état- nation modèle demeure le référent ultime et non-ébranlé de l’analyse historique. L’historiographie coloniale a dès lors pour objet d’examiner la façon dont le républicanisme a été mis en œuvre dans les colonies ou le rôle que le colonialisme a exercé dans la mise en forme de l’identité nationale française.

  • 28  Rabinow, French Modern, op. cit. ; Lebovics, True France, op. cit. ; Conklin ; A Mission to Civili (...)
  • 29  Patricia Lorcin, Imperial Identities. Stereotyping, Prejudice, and Race in Colonial Algeria, Londr (...)
  • 30  Alice Bullard, Exile to Paradise. Savagery and Civilization in Paris and the South Pacific, 1790-1 (...)
  • 31  Ann Laura Stoler, « Carnal Knowledge and Imperial Power » et « Sexual Affronts and Racial Frontier (...)

16Les travaux d’histoire coloniale, qui nous ont permis de repenser – plutôt que d’élargir simplement – les épistémologies nationales, ont porté leur attention vers les relations fluides et réciproques entre la politique métropolitaine et la politique coloniale 28. Par exemple, Patricia Lorcin analyse la relation entre la politique coloniale, la science coloniale et les études métropolitaines, relation qui, par ses interactions constitutives, a produit les catégories raciales qui ont permis l’administration de l’Algérie française 29. Alice Bullard explore la façon dont la République française a produit en même temps deux catégories de « sauvages » en Nouvelle-Calédonie après la Commune, les radicaux d’extrême-gauche et les indigènes non-européens 30. Les recherches sur la place centrale du « genre » et de la sexualité dans la politique coloniale française ont été aussi particulièrement attentives aux interactions entre la métropole et l’Empire 31.

17Une recherche attentive aux relations intrinsèques entre républicanisme, universalisme et racisme nous rend capables de reconceptualiser notre compréhension de l’état-nation français, à partir de la perspective de l’Empire. Plutôt que de se demander si le républicanisme s’est suffisamment étendu aux colonies ou quel impact le colonialisme a eu sur l’identité nationale, l’historiographie de la colonisation pourrait éclairer la relation fondamentalement disjonctive entre race, nationalité et citoyenneté. Elle questionnerait alors, au lieu de les reproduire, les idéologies républicaines de la nation, et en même temps elle contesterait (au lieu de l’élargir simplement) l’historiographie nationale (quant aux approches méthodologiques, à la périodisation, à la définition des unités d’analyse, etc.). Au lieu de chercher à identifier les moyens par lesquels la nation française et son Empire se sont influencés l’un l’autre, une telle recherche modifierait le sens de ces derniers termes eux-mêmes et nous obligerait à les repenser de façon radicale en termes relationnels.

  • 32  Laurent Dubois, Les esclaves de la République, Paris, Calmann-Lévy, 1998 ; et « The Price of Liber (...)
  • 33  Gary Wilder, « Practicing Citizenship in Imperial Paris » in John L. and Jean Comaroff, Civil Soci (...)
  • 34  James, The Black Jacobins, New York, Vintage Books, 1989 (1938).
  • 35  Voir Robin Blackburn, The Overthraw of Colonial Slavery, 1776-1848, Londres, Verso, 1988 ; Michel (...)

18Ces quelques enseignements, nous pouvons les tirer des travaux de qualité de Laurent Dubois sur « le racisme républicain » dans la Guadeloupe d’après l’émancipation, d’Elizabeth Thompson sur « l’ordre civique colonial » en Syrie et au Liban sous le mandat français, de Maxime Silverman sur la racialisation et la criminalisation de l’immigration par l’État républicain post-colonial 32. J’ai moi aussi tenté d’indiquer ces relations dans mon étude sur l’humanisme colonial, les citoyens-sujets et l’état-nation impérial 33. Un point de repère – modèle de la sensibilité à cette nouvelle approche – est l’ouvrage de C.L.R. James, The Black Jacobins, qui conteste l’idée qu’il y ait eu une relation nécessaire entre le républicanisme et l’abolition de l’esclavage 34. James n’élargit pas simplement l’histoire de la Révolution française pour y inclure la rébellion d’Haïti comme un de ses déterminants cruciaux. En considérant ses « Jacobins noirs » comme l’avant-garde révolutionnaire d’un mouvement mondial d’émancipation, il suggère que la révolution démocratique ne peut véritablement être comprise grâce à un point de vue historique français ou national. De la même façon, des travaux récents utilisent une approche impériale pour nous aider à repenser le lien, dont on présume souvent l’existence, entre la Révolution française, l’universalisme républicain et l’émancipation 35.

  • 36  Landes, Women and the Public Sphere, op. cit.

19En bref, l’histoire coloniale a la possibilité de modifier notre compréhension intime de la nation républicaine de la même façon que l’a fait l’histoire féministe, lorsque celle-ci a démontré que la République française a été créée, non pas sans les femmes, mais contre elles 36. Nous avons appris que l’ordre politique post-révolutionnaire exigeait une sphère privée structurée par le « genre » et dans laquelle les citoyens seraient produits par des mères républicaines. Mais pouvons-nous de la même façon affirmer que la politique républicaine exigeait un empire colonial et des sujets racialisés ? Je ne suis pas convaincu par les formules qui mettent en avant, pour la fondation d’une société, des exigences qui viseraient d’autres sociétés. C’est une chose de comprendre que l’Empire colonial et la République se constituent en interaction ou de mettre au premier plan les contradictions qui surgissent une fois que l’État national devient impérial. C’en est une autre de dire que le racisme et l’impérialisme étaient des nécessités fonctionnelles du républicanisme. D’un point de vue formel, le sexisme et le racisme occupent des positions semblables dans l’histoire républicaine française, et ces processus de différenciation fonctionnent même souvent ensemble. Pourtant, il ne faudrait pas les fusionner. Ils impliquent tous deux des logiques et des techniques de domination distinctes. Une histoire critique du républicanisme est certes indispensable si nous voulons comprendre la dynamique et les dilemmes de l’impérialisme français. Mais je défends l’idée selon laquelle aucune nation, aucune république ne peuvent en elles-mêmes expliquer complètement une expansion prolongée outre-mer, les liens structurels entre la métropole et l’Empire ou les phénomènes de simultanéité et d’interconnexion que nous constatons d’un Empire colonial à l’autre pendant la période moderne et contemporaine.

Histoires nationales et transnationales

  • 37  Voir par exemple Jean Suret-Canale, Afrique Noire, l’ère coloniale, 1900-1945, Paris, éditions soc (...)
  • 38  Voir Henri Brunschwig, French Colonialism, 1870-1914. Myths and Realities, Londres, PallMall, 1966 (...)

20Je me suis demandé jusqu’à présent si l’historiographie coloniale renouvelle ou simplement élargit la conception modèle de la nation française. Je voudrais ajouter à ceci une question complémentaire : quelles sont les limites que le paradigme national rencontre lorsqu’on veut embrasser quelques-uns des traits centraux de l’histoire coloniale française ? Y a-t-il une raison d’affirmer que la nation française, l’identité nationale et le républicanisme fournissent la grille d’intelligibilité la plus féconde lorsqu’on étudie le colonialisme ? Si l’accent mis dans une époque antérieure sur l’économie politique coloniale a réduit la mission civilisatrice française à la logique impitoyable du capital 37, il serait au moins aussi limitatif de réduire le colonialisme français à l’effet d’un désir nationaliste 38.

  • 39  Wallerstein, « The French Revolution as a World Historic Event » in Unthinking Social Science. The (...)
  • 40  Voir par exemple Paul Gilroy, The Black Atlantic, op. cit. ; Marcus Rediker, Between the Devil and (...)

21Prenons en exemple la période comprise entre 1789 et 1848. D’importants travaux d’histoire « révisionniste » ont montré que la dynamique de la Révolution française a été inséparable des insurrections des travailleurs esclaves des Antilles et que le contenu précis de la citoyenneté républicaine s’est forgé à travers ces luttes coloniales pour l’émancipation. Mais est-ce que ces approches n’exigent pas aussi une prise en compte régionale ou atlantique du monde des Caraïbes envisagé comme un réseau de sociétés de plantation esclavagistes, liées les unes aux autres, ainsi qu’aux États-Unis et à l’Europe via une économie politique qui avait sa propre structure, ses rythmes et ses tensions internes. Peut-être aussi ne deviennent-elles intelligibles qu’à travers le prisme de l’abolitionnisme en tant que mouvement social transnational ou celui des révolutions atlantiques elles-mêmes en interconnexion ? Et même on pourrait, avec Wallerstein, suggérer que ce moment de crise nationale et coloniale doit être inséré dans une histoire de la lutte entre la Grande-Bretagne et la France pour l’hégémonie sur le système-monde capitaliste, qui a suivi le déclin du leadership d’Amsterdam 39. Des études récentes ont démontré le rôle central que des processus et des acteurs non-nationaux ont joué dans la formation des empires de l’époque moderne, tels que les marins et les réseaux de commerce maritime, les diasporas d’esclaves de l’ensemble de l’Afrique et la formation d’une classe ouvrière transnationale 40.

  • 41  Une vaste littérature historico-géographique, sur les échelles géographiques, qui décentre la nati (...)

22Le but ici n’est pas simplement de contextualiser l’histoire nationale dans une dynamique plus large, mais de mettre en question le paradigme national lui-même. Je ne suggère pas seulement que la considération de facteurs non-nationaux peut amener à une meilleure compréhension de l’histoire coloniale française (bien que ceci soit certainement vrai). Mon point de vue, c’est que l’analyse du fait colonial peut impliquer que l’on confronte et que l’on représente des processus qui ne sont pas en eux- mêmes de type national. Les unités historiques pertinentes, peuvent être des économies régionales, des communautés dispersées, des mouvements sociaux et des formations religieuses transnationales ou même un système mondial, chacun d’entre eux ayant sa propre structure, ses contradictions, son historicité 41.

  • 42  Julia Clancy Smith, Rebel and Saint, Muslim Notables, Populist Protest, Colonial Encounters (Alger (...)
  • 43  Cooper, Decolonization and African Society, op. cit.
  • 44  Voir aussi les contributions rassemblées dans Frederick Cooper et Randall Packard (dir.), Internat (...)

23Sur ce point, nous pourrions examiner l’histoire sociale des révoltes coloniales populistes du xixe au xxe siècle en Afrique du Nord française, qu’a étudiées Julia Clancy Smith 42. Elle montre que les jihads sahariens cycliques contre l’état colonial expansionniste ne peuvent être compris qu’en termes d’économie politique régionale et d’oekoumène transnational dans un contexte de transformations sociales liées à l’Empire. Grâce à ces catégories, elle restitue les circuits trans-frontières de marchandises et d’information, et les acteurs qui animaient cette politique. L’histoire, présentée par Frédérick Cooper, de la politique ouvrière en Afrique française et britannique qui a préparé la décolonisation est plus comparative que transnationale 43. Mais son apport montre néanmoins que la décolonisation ne fut pas seulement une affaire nationale française ou britannique. Nous apprenons que la fin de l’Empire colonial n’est intelligible que dans le contexte des politiques internationales du travail et des luttes politiques, de la formation d’une idéologie supranationale du développement et des interactions persistantes non seulement entre les métropoles et leurs colonies, mais à travers même les empires coloniaux britannique et français 44.

  • 45  Conklin, A Mission to Civilize, op. cit. ; Cohen, Rulers of Empire, op. cit.

24Autre exemple avec lequel j’ai plus de familiarité, celui de l’Afrique-Occidentale française après la Première Guerre mondiale. Pour expliquer l’émergence de mouvements de réforme outre-mer, les historiens ont invoqué le fait que l’État français a adhéré à la doctrine de l’association des colonies ou de l’intégration de l’administration coloniale dans une fonction publique républicaine élargie, ainsi que la meilleure formation reçue par une nouvelle génération de responsables français 45. Mais une optique nationale française peut-elle rendre compte de l’extraordinaire ressemblance entre les nouveaux projets de réforme du gouvernement qui ont été mis au point dans les Empires britannique, français, belge et hollandais à peu près à la même période. Malgré des contextes politiques et économiques différents, on a vu dans ces empires mettre l’accent sur des politiques indigènes destinées à promouvoir, de façon combinée, le développement économique, le bien-être social et un savoir administratif concernant les sociétés indigènes. De même, comment un cadre national-républicain pourrait-il rendre compte de l’émergence simultanée de formes variées d’anticolonialisme autochtone et de nationalisme dans ces empires coloniaux (celui des États-Unis inclus) précisément à ce moment-là ? Comment négliger le fait que nombre de ces mouvements d’opposition se sont développés grâce à leurs relations avec l’idéologie ouvrière internationaliste et les mouvements transnationaux comme le Panafricanisme ?

  • 46  Sassen, Global Cities, op cit. ; « Spatialities and Temporalities of the Global », Public Culture, (...)
  • 47  Fernando Coronil, The Magical State. Nature, Money, and Modernity in Venezuela, Chicago UchP., 199 (...)
  • 48  J’emprunte le terme « Ne pas penser [Unthinking] » à Immanuel Wallerstein, Unthinking Social Scien (...)
  • 49  Charles Maier, « Consigning the Twentieth Century to History. Alternatives narratives for the Mode (...)

25Ces exemples suggèrent que nous n’avons pas de raison d’attribuer a priori au républicanisme français comme à l’identité nationale un pouvoir explicatif. Pour étudier l’impérialisme dans sa nature propre, nous avons besoin de saisir la façon dont les coordonnées temporelles et spatiales de ces autres histoires interagissent avec les histoires nationales plutôt que de les considérer comme des prédicats de l’histoire française. Je ne suggère pas que les historiens de la colonisation abandonnent l’histoire nationale. Nombre de recherches récentes démontrent que le républicanisme français et l’identité nationale se sont certainement formés en relation avec l’Empire colonial. La production courante sur la géographie historique du capitalisme montre que le global est souvent inséré dans le national ou produit à travers lui 46. L’étude de Fernando Coronil sur l’état vénézuelien nous expose par exemple comment une nation moderne peut être construite sur les fondements matériels et symboliques de grandes sociétés multinationales et du capitalisme transnational 47. Mais, en paraphrasant Wallerstein, je suggère qu’écrire l’histoire coloniale française exige de nous de commencer à impenser [unthinking] l’historiographie en termes nationaux 48. Il est possible, selon une affirmation récente de Charles Mayer, que le paradigme historique national soit l’expression d’une configuration socio-spatiale spécifique centrée sur l’état-nation territorial souverain 49. Il n’est pas évident que nous puissions ou devions simplement étendre simplement, sans les modifier, les récits traditionnels, les périodisations et les cadres analytiques au champ colonial. Impenser en ces termes nous laisserait peut-être libres de nous demander ce que cela voudrait dire d’aborder les documents d’origine coloniale d’un point de vue impérial plutôt que national français.

La méthode marxienne et la forme politique

  • 50  Pour un plaidoyer en faveur de cette approche, voir Charles Tilly, Big structures, Large Processes (...)

26La tradition marxienne pourrait nous fournir une piste sur laquelle nous pourrions avancer à partir de ce point de départ analytique. À la fois dans l’histoire de France et dans les études coloniales, on a vu se combiner à l’éloignement par rapport à la tradition marxiste une critique – allant jusqu’aux racines – d’une science sociale universalisante. Nous avons ainsi hérité d’un scepticisme vigoureux à l’égard des grandes théories, des explications structurales, des perspectives à long terme dans l’analyse historique 50. Cette suspicion est partagée par la micro-histoire empirique, la méta-histoire centrée sur elle-même, et l’histoire des dominés. Mais alors, comment expliquer, comme je l’ai dit plus haut, l’expansion systématique outre-mer des états-nations et les ressemblances structurelle que nous trouvons entre les empires coloniaux lors de certaines conjonctures historiques ?

  • 51  Giovanni Arrighi, The Long Twentieth Century. Money, Power, and the Origins of Our Times, London, (...)
  • 52  Henri Lefebvre, The Production of Space, London, Blackwell, 1991, David Harvey, The Urban Experien (...)

27Ce serait une erreur d’espérer que le pendule revienne vers un marxisme déterministe qui envisagerait la politique et la culture de façon réductrice et serait incapable par exemple de reconnaître que les luttes sur les terrains du genre et de la racialisation sont créatrices sur le plan social. Il n’y a aucune raison pour qu’on accepte simplement la critique de l’économie politique de Marx en considérant qu’elle donnera une explication satisfaisante des relations sociales coloniales. Mais son analyse des contradictions internes de l’accumulation du capital et les tendances du système à engendrer des crises cherche à expliquer la dynamique d’expansion et de globalisation des sociétés européennes modernes et contemporaines. De même, il faudrait critiquer la façon dont la théorie du « système mondial » fétichise le niveau mondial de l’analyse, nivelle l’hétérogénéité des sociétés coloniales et diminue leur impact sur l’histoire régionale et mondiale 51. De la même façon, la nouvelle géographie marxiste n’a pas de cadre d’analyse pour traiter des dynamiques spécifiques des gouvernements métropolitains et coloniaux en eux-mêmes 52. Mais ces courants de pensée, grâce à des concepts comme la division internationale du travail, le développement inégal et la position spatiale cherchent vraiment à expliquer les simultanéités historiques et les interactions qui transcendent la spécificité nationale et caractérisent les formations impériales.

  • 53  On trouvera des analyses des interconnexions historiques entre les formes de l’État, les stratégie (...)

28Je crois que nous pouvons reconnaître la fécondité analytique de la tradition marxienne tout en évitant la tentation de produire des explications totales, qui caractérisait le marxisme traditionnel. Pour la période de l’entre-deux-guerres, ceci voudrait dire qu’il faut relier l’émergence de projets gouvernementaux semblables dans les Empires aux nouveaux régimes d’accumulation du capital qui se développent simultanément au sein d’un cadre global comprenant le capitalisme de monopole, la planification d’État, la dépression économique, les rivalités inter-états, le protectionnisme mercantiliste qui suivit la Première Guerre mondiale, et la crise mondiale de la discipline au travail qui suivit la révolution russe 53. Cette approche a ses limites sur le plan explicatif. Mais si nous choisissons de ne pas récupérer les dimensions de l’analyse marxiste qui fournissent des points de vue mondiaux et impériaux pour l’histoire coloniale, alors, il nous faut développer d’autres cadres de pensée qui permettent un travail analytique équivalent.

  • 54  Sur ces tensions, voir Hannah Arendt, Origins of Totalitarianism, New York, Harcourt Brace, Jovano (...)
  • 55  Cette approche implique la lecture des travaux de H. Arendt, Balibar, Ewald, Foucault, Lefort, et (...)

29Cette option différente ou approche complémentaire emprunterait des idées à la méthodologie marxiste mais se centrerait moins sur l’économie politique que sur les caractéristiques de la modernité politique dans la longue durée. Marx considère le capitalisme comme sujet à des cycles de crises et de recompositions. En élargissant cette approche, nous pouvons déplacer l’analyse de la forme marchandise à la forme état-nation. Sans réifier « le politique », ni le réduire dans le cas français au républicanisme, nous pouvons nous interroger sur la forme politique. Est-ce que les tensions à l’intérieur de l’état-nation entre l’universalité et la particularité, le domaine civil et le domaine politique, la démocratie et la rationalité, le parlement et l’administration créent une dynamique historique tirée par des contradictions internes ? 54 De même que les chercheurs ont identifié une série de phases à l’intérieur du développement capitaliste (et ont discuté à ce propos), nous devons nous aussi suivre la trace des transformations conjoncturelles dans la rationalité politique. Le mercantilisme, le libéralisme, la théorie de l’état-providence et le néolibéralisme sont tous articulés sur la forme de l’état-nation. Mais chacun d’eux a ses propres stratégies de direction, ses technologies, son savoir propre et ses cibles qui doivent être étudiés 55.

  • 56  Pour ce type d’approche, voir Wilder, The French Imperial Nation-State : Negritude and Colonial Hu (...)

30Une conception structurale en longue durée de l’État-nation comme forme politique moderne peut nous aider à expliquer la simultanéité supra-nationale des projets de gouvernement d’un empire colonial à l’autre pendant la période de l’Entre-Deux-Guerres. On situerait ainsi les transformations du gouvernement colonial au sein d’une reconfiguration de plus vaste portée de la forme et de la rationalité des États occidentaux, qui a commencé vers la fin du xixe siècle. La politique de l’état-nation s’est orientée de plus en plus vers le bien-être social, la gestion des populations et une relation circulaire entre le savoir, la planification et l’administration 56.

  • 57  Voir Wilder « Practicing Citizenship in Imperial Paris » et Wilder « Panafricanism and the Republi (...)
  • 58  Wilder, The French Imperial Nation-State, op. cit.

31Mais, de même que le cadre du système-monde risque de nous écarter trop du champ politique spécifique, l’accent mis sur l’état-nation comme forme politique n’ouvre peut-être pas la possibilité de faire des distinctions assez subtiles entre les aspects métropolitains et ceux plus spécifiquement coloniaux de la politique moderne. Nous pourrions alors compléter ces orientations d’analyse par une autre qui conceptualiserait la France comme un État-nation impérial dans lequel la république parlementaire et l’administration de l’Empire sont articulées au sein d’une formation politique unique. En partant de ce point de vue, l’opposition entre la nation et la colonie ou entre le national et le transnational est reconfigurée. Des processus qui nous apparaissent souvent comme transnationaux peuvent être saisis comme nationaux dès lors que la nation est considérée à une échelle impériale. Ainsi la formation, entre les deux guerres, du sentiment panafricain chez ceux qui avaient une conception culturelle de la revendication nationale peut être perçue comme une pratique civique permettant de réclamer les droits du citoyen. À l’opposé, une politique apparemment de type national comme la participation des sujets coloniaux à la sphère publique républicaine entre les deux guerres peut avoir des implications au plan de l’Empire, par exemple la création de réseaux de solidarité panafricains mobilisant la population contre la domination coloniale 57. Cette politique nous permettrait aussi d’analyser les réformes de l’entre-deux-guerres en Afrique occidentale comme participant d’un État-nation impérial qui cherche à réconcilier la préoccupation républicaine d’une vie meilleure avec le paternalisme colonial, à un moment où l’interpénétration matérielle et idéologique de la France continentale et de celle d’outre-mer se fait plus forte 58.

  • 59  Pour une inflexion différente de la discussion sur la « colonialité », voir Mignolo, Local Histori (...)
  • 60  Mahmood Mamdani, Citizen and Subject. Contemporary Africa, and the Legacy of Late Colonialism, Pri (...)
  • 61  Ann Laura Stoler, « Carnal Knowledge and Imperial Power », op. cit. ; « Colonial Aphasia and the P (...)

32A une date donnée et à de multiples points de vue, les sociétés coloniales et les formes de domination dans les sociétés coloniales, hollandaise, française et anglaise, ont plus de choses en commun les unes avec les autres qu’elles n’en ont avec leurs États et leurs sociétés nationales respectifs. Peut-être devrions-nous essayer de théoriser les champs et les structures de la colonialité moderne, qui n’entre pas dans le cadre trop réduit des nations métropolitaines 59. Bien sûr, en même temps, nous devons éviter de réduire le colonialisme à une métaphore anhistorique et vide au plan analytique. Il nous faut en revanche développer les moyens propres à analyser, comme des systèmes irréductibles aux modèles nationaux, ces traits communs des formations impériales modernes. Mahmood Mamdani essaie de procéder ainsi avec sa théorie du « despotisme décentralisé », type général à ses yeux du gouvernement colonial africain 60. Ann Stoler offre une autre perspective sur ce sujet lorsqu’elle insiste sur le fait que les pratiques de comparaison et d’emprunt entre les Empires ont été elles-mêmes une caractéristique de l’élaboration de la politique coloniale 61.

33Cette dernière perspective nous aiderait à traiter de l’émergence, entre les deux guerres, d’un mouvement international de réforme parmi les administrateurs des différents empires coloniaux. La formation institutionnelle et idéologique engendrée à travers un réseau d’organisations, de journaux, de conférences, de colloques et d’expositions coloniales a alors mis l’accent sur les pratiques nouvelles de l’administration coloniale dans les colonies britanniques, françaises, hollandaises et belges. Il nous faudrait analyser ces réalités de type horizontal en des termes qui ne peuvent se réduire à l’historiographie nationale. De même, nous voudrions étudier les réseaux du communisme international et du panafricanisme transnational, réseaux qui s’étendent sur l’Europe, les États-Unis et les empires coloniaux, en y voyant la matrice du développement des mouvements anticolonialistes après la Première Guerre mondiale.

34Le post-structuralisme nous a appris à réinterpréter le capitalisme à travers des catégories non-marxistes, telles que celles de discours, de culture, et de désir. À l’opposé, je pense que des cadres marxistes modifiés peuvent nous aider à comprendre les dimensions non-économiques de notre modernité politique, grâce à une optique impériale.

Les risques et les ouvertures

35Naturellement des cadres aussi larges et de caractère non-national risquent d’obscurcir des différences qualitatives entre les politiques coloniales nationales et de mettre sur le même plan des cas historiques incommensurables. Une généralisation excessive risque d’être dangereuse. Ces approches doivent compléter, situer dans un autre cadre, modifier les histoires nationales et non les remplacer. Ce n’est ni une prédiction apocalyptique sur la fin de l’État-nation, ni un appel à purger notre vocabulaire intellectuel des termes nationaux. Comme je l’ai indiqué, une recherche fructueuse sur les interactions entre les métropoles et les empires en est tout juste à ses débuts. J’ai voulu simplement suggérer que ces cadres analytiques non-nationaux peuvent nous permettre d’identifier ces interactions plus clairement et de les représenter d’une façon qui perturbe plus qu’elle ne conforte une relation normative entre territoire, population et état ou race, nationalité et citoyenneté.

36Je n’en appelle pas non plus à une nouvelle histoire multinationale comparative. Ce type de comparaison peut, certes, être de valeur inestimable pour le genre de travail que j’envisage ici. Mais il est aussi possible de produire des histoires comparatives approfondies sans mettre en cause du tout le paradigme national. En m’interrogeant sur les limites d’une histoire basée sur la nation, je ne suggère pas qu’il suffirait d’ajouter davantage de cas nationaux à nos monographies pour aboutir à ne pas penser en termes d’historiographie nationale. J’ai essayé d’indiquer une limite qualitative concernant le cadre analytique et l’objet d’analyse, et non pas une limite quantitative touchant le nombre de cas qu’on doit étudier avant de tirer des conclusions plus générales. Dans ces remarques, je mets moins l’accent sur les nations que l’on étudie que sur la façon d’aborder et de comprendre n’importe laquelle d’entre elles. Je soutiendrais même qu’il est possible d’écrire des histoires centrées sur un seul état-nation et qui ne soient pas confinées à l’intérieur d’une optique historique-nationale.

37Il est important pour nous de profiter de points de vue venant d’autres champs de recherche, pour écrire l’histoire coloniale et réformer notre vision de l’histoire nationale française. Mais il n’y a pas de raison que notre recherche historique sur l’Empire français ne contribue pas directement aux débats méthodologiques et théoriques sur le colonialisme et sur les transformations socio-économiques et politiques globales. Une historiographie coloniale française moins centrée sur le républicanisme et l’identité nationale peut commencer à historiciser la phase actuelle de mondialisation en la reliant à une formation globale antérieure d’impérialisme de haut niveau. Je pense que le futur immédiat des études coloniales consistera en partie dans le fait d’approfondir notre compréhension des restructurations actuelles en les reliant à l’impérialisme.

38Le but de ces réflexions variées était de suggérer qu’impenser en termes d’histoire nationale peut nous aider à individualiser d’autres optiques historiques. L’histoire coloniale écrite à partir d’une perspective mondiale ou impériale peut nous rendre capables de repenser les récits dominants de l’histoire nationale française. Notre projet ne serait donc pas d’étendre le champ de l’histoire de France, pour y inclure l’Empire, mais de déstabiliser et réorganiser ce champ lui-même. En étudiant l’Empire français en lui-même, nous pouvons comprendre la nation française comme l’un des aspects de l’histoire impériale, et pas seulement comme son cadre.

L’histoire impériale et l’identité de la discipline

39Pourquoi les tendances conservatrices d’une histoire à base nationale menacent-elles de refouler les découvertes éventuellement perturbatrices d’une histoire innovante à base impériale ? Pour donner une réponse complète à cette question, il faudrait se référer aux structures de la pensée contemporaine, structures marquées par la politique, imprégnées par le social et qui identifient la nation à la société elle-même. Une part importante de la production historique est déterminée par cette perspective et à son tour conforte cet imaginaire national. Mais cette question concernant la persistance du paradigme national (et de sa fonction conceptuelle) pourrait aussi être posée à un niveau plus immédiat. Plutôt que d’étudier l’histoire coloniale dans le but de produire une vision de plus de l’identité nationale française, nous devrions peut-être questionner l’identité de notre discipline afin de comprendre la tendance qui est celle de l’historiographie coloniale à reproduire l’idéologie républicaine.

  • 62  Pierre Bourdieu, « Rethinking the State. Genesis and Structure of the Bureaucratic Field » dans Ge (...)
  • 63  Ibid., p. 55.

40Pierre Bourdieu nous avertit : « Tenter de penser l’État, c’est prendre le risque d’adopter (ou d’être dominé par) une pensée d’État, c’est-à-dire d’appliquer à l’État des catégories de pensée produites et garanties par l’État, et ainsi de méconnaître sa vérité la plus profonde. » 62 Il explique que le risque d’utiliser des catégories fournies par l’État pour penser l’État ne peut être atténué que grâce à une étude critique et auto-réflexive. « Pour avoir une chance de penser effectivement un État qui lui-même se pense à travers ceux qui essaient de le penser, il est impératif de soumettre à un questionnement radical toutes les présuppositions inscrites dans la réalité qui est à penser et dans la pensée de l’analyste lui-même. » 63 Le diagnostic convaincant de Bourdieu et sa recommandation peuvent servir de directives utiles pour les historiens de la France qui se donnent pour tâche de questionner la conscience de soi républicaine et les normes nationales, plutôt que de les propager ou de les réifier.

  • 64  Ibid., p. 58 et 53.
  • 65  Ibid., p. 55.

41Bourdieu explique ce risque en terme de « capital étatique » en montrant que « l’un des pouvoirs majeurs de l’État est de produire et d’imposer des catégories de pensée que nous appliquons spontanément à toutes les réalités du monde social, y compris l’État lui- même » 64. Il ajoute : « La science sociale elle-même a participé à ce travail de construction de la représentation qui constitue en partie la réalité de l’État lui-même. » 65 Même si nous acceptons comme plausible, bien qu’elle soit partielle, cette approche fonctionnaliste des chercheurs, qui considère ceux-ci comme les porteurs inconscients de catégories de pensée imposées par l’État, celle-ci s’applique t-elle à des historiens américains ordinaires écrivant sur l’État colonial français avant la décolonisation ? étant donné la différence spatiale et temporelle entre l’analyste et son objet, de quelle façon un État français du passé pourrait-il continuer à se définir lui-même chez des historiens étrangers écrivant en anglais ? Quel intérêt auraient ces historiens à se compromettre consciemment ou non avec le « capital étatique » français ?

  • 66  Dominick La Capra, Writing History, Writing Trauma, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 200 (...)
  • 67  Writing History, Writing Trauma, op. cit., p. 21-22-36-70, « History and Psychoanalysis, op. cit., (...)

42On comprendra mieux la vulnérabilité des historiens à l’impératif de reproduire un paradigme national républicain en nous référant à deux autres analogies conceptuelles. La première est freudienne. Dominique La Capra soutient que nous devons reconnaître le rôle que le transfert joue dans la médiation entre le passé et la façon dont les historiens en rendent compte. Cette relation de transfert entre l’analyste et son objet s’exprime dans « la tendance à répéter ou remettre en exécution dans son propre discours les processus qui sont en œuvre dans l’objet d’étude » 66. Puisque selon La Capra un tel transfert est un aspect inévitable de l’historiographie, les historiens doivent prendre la responsabilité, soit de mimer [act out] simplement le passé (dans l’acte d’écrire) soit de prendre en compte [work through]leur relation à ce passé dans leur travail. Mimer le passé conduit les historiens à fétichiser les archives comme si c’était le passé lui-même et à reproduire au niveau de la réflexion ce que leur suggère ce qu’ils étudient. Prendre en compte les relations à ce passé exige des historiens qu’ils réfléchissent sur les catégories à travers lesquelles ils représentent ce passé, et qu’ils exercent une réflexion critique sur leur objet d’étude 67. Réaffirmer que le républicanisme français était un universalisme (qui échoua à s’établir dans les colonies) serait alors un cas où l’on mime le passé. Il conduirait les historiens à présupposer que la nation est un objet donné à travers lequel on peut analyser l’histoire impériale plutôt qu’analyser la nation comme un artefact historique forgé dans le contexte de l’impérialisme. L’appel de Bourdieu à veiller à ne pas se laisser dominer par les catégories étatiques s’appliquerait alors même aux chercheurs étrangers écrivant sur une organisation politique du passé.

43L’invitation de La Capra à prendre en compte plutôt que mimer ce transfert est pertinente pour l’historiographie coloniale au moins sous deux aspects. D’abord, ne considérons pas qu’elle préconise une position de réflexion critique conduisant l’historien à reconnaître que sa situation sociale ou ses tendances intellectuelles affectent son savoir de partialité ou de préjugés subjectifs. Admettons plutôt que la prise en compte du transfert exige une conscience épistémologique particulière. Grâce à celle-ci, l’historien reconnaît que les catégories qui permettent d’analyser l’histoire ont été elles-mêmes produites par cette histoire. Dans ce cas encore, l’appel de Bourdieu aux chercheurs pour qu’ils soumettent leurs présupposés politiques à un questionnement radical s’adresserait aussi aux historiens qui ne sont pas eux-mêmes des sujets de l’État qu’ils étudient.

44En deuxième lieu, il nous faut vérifier le concept de « prise en compte » [du transfert] qui dans la formulation de La Capra conserve sa connotation freudienne de travail psychique curatif, un travail thérapeutique et même émancipateur pour les historiens tout autant que pour l’historiographie. Plutôt que d’identifier cette « prise en compte » à une auto-analyse qui essaie de dépasser les limites psychiques imposées par le passé, nous devons la traiter comme une orientation d’analyse qui opère de façon consciente avec ou à travers les catégories (sociales) inévitables, les structures et les institutions qui sont l’héritage historique du passé.

45Des historiens pleinement conscients doivent être attentifs à la généalogie politique de leurs catégories politiques. Mais une conscience plus aiguisée ne dissout pas ou ne dépasse pas ces catégories de façon magique. Des historiens critiques ne peuvent se contenter d’ignorer ou d’éviter les catégories historiquement constituées qu’ils critiquent. Que nous lisions Marx à propos des abstractions réelles, Foucault sur le fait qu’on est toujours inscrit dans des relations de pouvoir, Derrida sur la nécessité d’écrire sous la rature [under erasure], la leçon est qu’il n’existe pas de position en dehors de la société, de la politique, ni de signification à partir de laquelle on pense ou on agit, qui soient transcendantales ou trans-historiques. Tout autant que la transformation historique, l’analyse historique doit prendre en compte (soit qu’elle les accepte, soit qu’elle en tienne compte parce que c’est une réalité, soit qu’elle les reconfigure) les catégories et les structures qui nous sont données par l’histoire (même si on admet qu’elles sont constituées socialement). Pour les historiens « prendre en compte » l’impérialisme ne veut pas dire aller au-delà d’une histoire coloniale dont nous méconnaîtrions la présence persistante, c’est plutôt réviser nos cadres analytiques de telle sorte que le colonialisme lui-même devienne l’instrument fondamental grâce auquel nous pouvons aborder le passé colonial dans ses propres termes.

46L’application par La Capra de la notion de transfert à l’historiographie nous aide à comprendre pourquoi l’avertissement de Bourdieu sur le risque de reproduire l’idéologie d’État peut aussi concerner les historiens étudiant une époque et un lieu qui ne sont pas les leurs. Mais même si nous abordons le transfert en termes socio-historiques plutôt qu’en termes de rapport intra-psychiques, celui-ci peut-il expliquer que des historiens américains puissent être forcés de mimer plutôt que de prendre en compte l’histoire coloniale française ? Quelle motivation psychique ou sociale auraient-ils à reproduire à l’échelle impériale les récits républicains ou l’imaginaire national ? Parce qu’elle met entre parenthèses la question de savoir si et pourquoi les historiens américains peuvent idéaliser le républicanisme français, la notion de transfert est un concept utile, mais insuffisant pour comprendre la persistance du paradigme national dans l’historiographie.

  • 68  David Harvey, The Limits to Capital, New Edition, Londres, Verso, 1999, p. 424-445 ; « The Spatial (...)

47Une autre analogie conceptuelle vers laquelle nous pouvons nous tourner est marxienne. David Harvey utilise le terme d’« investissement spatial » [spatial fix] pour expliquer en partie le dynamisme historico-géographique du capitalisme 68. Harvey se demande si les contradictions internes du capitalisme (par ex. le fait que le profit soit à la fois fonction d’une croissance dépendant du travail humain et d’une technologie qui réduit l’importance de celui-ci) ne peuvent pas être résolues grâce à des solutions externes. Il soutient qu’à l’intérieur de la sphère de circulation, les crises dues au processus de suraccumulation-dévalorisation [du capital] sont souvent différées grâce à de vastes investissements à long terme dans les infrastructures physiques et sociales. En absorbant le surplus de capital et de travail, ce recours à un capital fixe orienté vers le futur a pour effet un déplacement temporel des crises. Cet investissement dans une infrastructure durable, relativement immobile, accroît paradoxalement la mobilité du capital et permet une accumulation intensifiée (grâce à un rythme réduit de turn-over et à des coûts de production plus bas, etc.) Cependant, comme Harvey l’explique, ce même capital fixe devient finalement un obstacle à la poursuite de l’accumulation. Les tendances égalitaires de la compétition et de la lutte des classes exigent des innovations technologiques et organisationnelles constantes, mais une infrastructure coûteuse ne peut être abandonnée facilement sans entraîner des pertes financières massives. L’accumulation du capital dépend à la fois de l’infrastructure fixe et de l’aptitude à se déplacer vers des localisations rapportant plus de profit (avec une infrastructure plus moderne, une force de travail mieux formée ou moins chère, des coûts de production plus bas, etc.). Du fait de cette tension interne entre fixité et mobilité, les capitalistes sont souvent déchirés entre le désir de se déplacer (et d’accepter la dévalorisation du capital ancien) et celui de rester et de profiter (malgré des taux de profit en baisse) de leurs investissements originels coûteux. Harvey remarque que des phases cycliques de dévalorisation du capital et de restructuration sont coûteuses économiquement et perturbatrices socialement. Le capitalisme, même quand il réussit, est un système hautement instable.

48Mais Harvey explique que des crises de suraccumulation peuvent aussi être délocalisées dans l’espace grâce à une expansion géographique. La colonisation l’annexion ou l’exploitation de formations sociales non-capitalistes promettent un « investissement spatial » en absorbant un surplus de capital et de travail. L’accumulation primitive – soutient-il – est moins coûteuse et moins déstabilisante que la restructuration technologique ou organisationnelle dans le lieu d’origine. Mais les « investissements spatiaux » ne résolvent pas les contradictions internes ; elles les déplacent seulement en les portant à une échelle géographique plus vaste. Dans un des scénarios possibles, un développement externe réussi peut aussi faire émerger un compétiteur économique qui a ses propres crises de suraccumulation, le même besoin d’« investissement spatial », ce qui entraîne un conflit international. Dans un autre scénario, la dépendance imposée empêche la colonie d’absorber assez de capital et de force de travail pour résoudre la crise initiale. La crise ainsi transférée risque simplement de se déployer à l’échelle internationale, avec des effets encore plus dévastateurs. Nous pourrions, en d’autres termes, dire que le recours à l’impérialisme, plutôt que de contribuer à une restructuration, est analogue à une façon de mimer les contradictions au lieu de prendre celles-ci en compte. La crise qui suit peut être lue alors comme le retour du refoulé. Selon Harvey, tout « investissement spatial » est temporaire, illusoire et dangereux.

49Dans quelle mesure la notion d’« investissement spatial » propre à Harvey peut-elle être pertinente pour la production intellectuelle au même titre que pour la production industrielle ? Bien qu’il procède plus d’une analogie souple que d’un mécanisme rigoureux d’explication, ce concept peut éclairer certaines tendances ou dangers que j’ai évoqués. En revenant à mon exemple initial, nous pouvons rappeler que Goldstein prévoyait, en 2001, une crise imminente de l’historiographie de la France aux états-Unis. La compétition au sein d’un champ élargi de l’histoire mondiale épuise et dévalue les réserves en capital culturel détenues depuis longtemps par les historiens de la France. On constate que les emplois se déplacent rapidement vers des secteurs en croissance de la discipline, à la fois nouveaux et qui semblent offrir plus de possibilités.

  • 69  En étendant l’analogie, nous pouvons établir une relation entre la vitesse croissante avec laquell (...)

50On peut aussi dire que la proposition d’Alice Conklin visant à aborder l’histoire coloniale comme l’histoire de France est une sorte de réponse à cette crise, au moyen d’un déplacement spatial (voir note 6). Le « tournant » impérial dans l’historiographie de la France peut être perçu comme une tentative d’« investissement spatial » au profit d’un secteur en déclin qui n’est plus aussi innovant, productif, qu’il l’a été. On pourrait dire que l’histoire de France, dont les ressources propres ont été épuisées et dont la part de marché décroît, peut être revitalisée en s’étendant à un territoire apparemment non-développé et plein de possibilités productives. Une nouvelle réserve de matériaux bruts (les archives coloniales) et des instruments de travail plus variés (de nouveaux sujets d’étude) pourraient ainsi fournir un retour sur investissements plus élevé en matière académique et permettre à une historiographie de la France plus compétitive de toucher un plus large éventail de consommateurs 69.

  • 70  De le même façon, nous pouvons rappeler que grâce à une économie impériale autarcique, des secteur (...)

51Mais comme dans le propos d’Harvey, cet « investissement spatial » académique, plutôt que d’affronter directement les difficultés internes, risque simplement de les déplacer. Au lieu de restructurer l’appareillage intellectuel lui-même et de permettre ainsi la dévalorisation d’un capital fixe important (le paradigme historico-national, l’optique républicaine), il est plus facile, moins coûteux et moins déstabilisant d’appliquer des questionnements analytiques, des concepts et des méthodes existant déjà à de nouveaux territoires de l’histoire coloniale 70. Plutôt que de développer le savoir sur l’Empire afin de décentrer l’histoire de France, l’étude de l’impérialisme peut servir simplement comme un alibi pour recentrer l’historiographie de la France. Au mieux, ce serait une occasion perdue pour une critique productive et une meilleure compréhension politique et une transformation créatrice. Au pire, en les transférant, la nouvelle historiographie reproduirait les processus coloniaux qu’elle décrit, en les étendant outre-mer afin d’incorporer de nouveaux territoires, de nouvelles populations dans les normes républicaines nationales françaises, au lieu de les confronter, afin de questionner ces normes elles-mêmes.

  • 71  The Logic of Practice, Stanford, SUP, 1990, pp. 52-58 et 112-134 ; In Other Words, Essays Towards (...)

52Dans ce cas, la dynamique interne qui pousse à une expansion géographique ne serait pas le désir d’un profit économique, mais la protection d’un statut professionnel (via la production savante et la reproduction disciplinaire). Plutôt que d’imputer sur le plan idéologique cette démarche scientifique à des catégories de pensée imposées par l’État, comme le fait Bourdieu plus haut, nous pourrions la comprendre comme un effet, indirect, de la lutte pour le capital culturel au sein de champs professionnels structurés et structurants comme d’autres travaux de Bourdieu invitent à le faire 71.

53J’admets que mon analogie dépasse ici sa limite de validité et que ce scénario ne s’est pas encore produit. Mais le seul moyen de n’être pas dominé par une pensée de l’État qui mime ce qu’elle est supposée analyser, déplace et exporte les tensions internes plutôt que de les affronter est de mettre en question les présupposés, de prendre en compte les transferts et les contradictions, de restructurer l’appareillage technique et social, c’est-à-dire disciplinaire, de la production intellectuelle.

54En bref, plutôt que de nous lamenter sur la crise de l’historiographie de la France, dont Goldstein suggère qu’elle est liée à la globalisation, à l’impérialisme et à l’histoire mondiale, nous pourrions la prendre à bras-le-corps. Plutôt que de la différer ou de la déplacer – en faisant de l’histoire coloniale la domestique de l’histoire de la France, nous pouvons l’exploiter comme une chance de donner une configuration nouvelle aux conventions de la discipline en partant d’une perspective mondiale et impériale. Cette démarche qui consiste à impenser en termes traditionnels ou à décoloniser l’historiographie est, je crois, nécessaire si les historiens de la France tiennent vraiment à développer des questions, des concepts et des méthodes qui généreront un nouvel intérêt dans une grande variété de champs.

Haut de page

Notes

1  Joan Landes, Women and the Public Sphere in the Age of the French Revolution, Ithaca, Cornell University Press, 1988 ; Christine Fauré, Democracy without Women, Feminism and the Rise of Liberal Individualism in France, Bloomington, Indiana University Press, 1991 ; Geneviève Fraisse, Reason’s Muse, Sexual Difference and the Birth of Democracy, Chicago, University of Chicago Press [ci-dessousUChP], 1994 ; Dorinda Outram, The Body and the French Revolution, Sex, Class and Political Culture, Newhaven, Yale University Press, 1989 ; Lynn Hunt, The Family Romance of the French Revolution, Berkeley, University of California Press [ci-dessous UCaP], 1993 ; Joan Wallach Scott, « French Feminists and the Rights of Man », History Workshop, 28, 1989, p. 1-21 ; Sean Reynolds (dir.), Women, State and Revolutuion, Essays on Power and Gender in Europe since 1789, Brighton, Wheatsheaf Books, 1986. Voir aussi Carole Puteman, The Sexual Contract, Stanford, Stanford University Press, 1988.

2  Jan Goldstein, « The Future of French History in the United States, Unapocalyptic Thoughts for the New Millenium », French Historical Studies (ci-dessous FHS) 24 (1) Winter 2001, p. 1-10.

3  Ibid., p. 7.

4  Ibid. p. 7-8.

5  Forum Teaching National and Regional History in a Global Age, FHS 23, 2 printemps 2000, p. 215-238.

6  Alice Conklin, « Boundaries Unbound, Teaching French History as Colonial History and Colonial History as French History », FHS 23,2, p. 215-238.

7  Ibid.

8  Pour un complément à mon propos, voir Antoinette Burton « Who Needs the Nation ? Interrogating British History », Journal of Historical Sociology (ci-dessous JHS), 10, 3, septembre 1997, p. 227‑248 et pour sa critique du « nationalisme méthodologique », Manu Goswami, The Production of India. Colonialim, Nationalism and Territorial Nativism, 1870-1920, Chicago, UChP (sous presse).

9  Depuis que la première version de cet article a été écrite, un grand nombre de livres ont été publiés sur l’historiographie coloniale française qu’à mon grand regret, je n’ai pu intégrer dans cette discussion.

10  Parmi une abondante littérature, on retiendra comme fondamentaux, Benedict Anderson, Imagined Communities. Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, nouvelle édition, Londres, Verso, 1991 ;Roger Brubaker, Citizenship and Nationhood in France and Germany, Cambridge, Harvard University Press, 1992 ; Ernest Gellner, Nations and Nationalism, Ithaca, Cornell University Press, 1983 ; Anthony Giddens, The Nation State and Violence, Berkeley, UCaP, 1987 ; Eric Hobsbawm, Nations and Nationalism since 1780, Cambridge, Cambridge University Press [ci-dessous CUP], 1990 ; Anthony D. Smith, National Identity (Ethnonationalism in Comparative Perspective), London Penguin Books, 1991 ; voir aussi les articles recueillis dans Gopal Balakhrisnan, Mapping the Nations, London, Verso, 1996,et Geoff Eley, Becoming National. A Reader, London, Oxford University Press [ci-dessous OUP], 1996

11  Comme exemples d’interprétations marxistes classiques, voir Georges Lefebvre, The Coming of the French Revolution, Princeton, Princeton University Press [ci-dessous PUP], 1947 et Albert Soboul, A Short History of the French Revolution, 1789-1799, Berkeley, University of California Press, 1977. Pour un survol de l’historiographie « révisionniste » de la révolution voir Garry Kates, » Introduction » to Kates (dir.), The French Revolution, Recent Debates and New Controversies, London et New York, Routledge, 1998. Pour l’élaboration de l’idée de « marxisme traditionnel » ; voir Postone, Time, Labor and Social Domination. A Reinterpretation of Marx’s Critical Theory, Cambridge, Cambridge University Press, 1993

12  Pour une interprétation élargie de la « classe », qui rejette l’idée que la Révolution est un conflit entre bourgeoisie et noblesse, voir Colin Lucas, « Nobles, Bourgeois and the Origins of the French Revolution », Past and Present 60, août 1973, p. 84-126.

13  Voir par exemple François Furet, Interpreting the French Revolution, Londres et New York, CUP, 1981 ; Lynn Hunt, Politics, Culture, and Class, in the French Revolution, Berkeley, UCaP, 1984, William Sewell, Work and Revolution in France, The Language of Labor from the Old Regime to 1848, Cambridge, CUP, 1980.

14  Immannuel Wallerstein, « Fernand Braudel, Historian “homme de la conjoncture” » dans Unthinking the Social Science, The limits of Nineteenth Century Paradigms, Cambridge, Polity Press, 1991.Voir aussi les essais historiographiques rassemblés dans Jacques Revel et Lynn Hunt (dir.), Histories, French Constructions of the Past, New York, The New Press, 1995

15  Keith Michael Baker, dir., The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, Vol 1, The Political Culture of the Old Regime, Londres OUP, 1987 ; Colin Lucas (dir.) The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, Vol 2, The Political Culture of the French Revolution, Londres Oxford ; Mona Ozouf, Festivals and the French Revolution, Cambridge, Harward University Press, 1988 ; Keith Michael Baker, Inventing the French Revolution. Essays on French Political Culture in the Eighteenth Century, Londres et New York, CUP, 1990 ; Roger Chartier, The Cultural Origins of the French Revolution Durham, Duke University Press, 1991.

16  Louise A. Tilly and Joan W. Scott, Women, Work and Family, New York, Holt, Rinchart and Winston, 1978 ; Joan W. Scott, Glassworkers of Carmaux, French Craftsmen and Political Action in a Nineteenth Century City, Cambridge, Harvard University Press, 1980 ; Bonnie G. Smith, Ladies of the Leisure Class, Princeton, PUP, 1981, Nathalie Zemon Davis, Society and Culture in Early Modern France, Stanford, Stanford University Press [ci-dessous SUP], 1987 ; Katherine A. Lynch, Family, Class and Ideology in Early Industrial France, Social Policy and the Working Class Family, New York, Columbia University Press, 1988 ; Lynn Hunt, The New Cultural History, Berkeley, UcaP, 1989 ; Rachel Fuchs, Poor and Pregnant in Paris, Strategies for Survival in the Nineteenth Century, New Brunswick, Rutgers University Press, 1992 ; Marie Louise Roberts, Civilization without Sexes. Reconstructing Gender in Postwar France 1917-1927, Chicago, UChP 1994 ; Laura Lee Downs, Manufacturing inequality, Gender Division in the French and British Metalworking Industries, 1914-1939, Ithaca, Cornell University Press, 1995 ; Leora Auslander, Taste and Power. Furnishing Modern France, Berkeley, UcaP, 1996 ; Judith Coffin, The Politics of Women’s Work. The Paris Garment Trades, 1750-1915, Princeton, PUP, 1996.

17  Pour une vision plus large, voir Anthony Brewer, Marxist Theories of Imperialism, A Critical Survey, London, Routledge, 1980.

18  André Gunder Frank, Capitalism and Underdevelopment in Latin America, New York, Monthly Review Press, 1969 : Immanuel Wallerstein, The Modern World System, vol. 1, Capitalist Agriculture and the Origins of the European World in the Sixteenth Century Economy, New York, Academic Press, 1974 and The Capitalist World Economy. Essays, Cambridge CUP, 1979 ; Samir Amin, Accumulation on a World Scale. A Critique of the Theorie of Underdevelopment, New York, Monthly Review Press, 1974 ; Emmanuel Arrighi, Unequal Exchange. A Study of the Imperialism of Trade, New York, Monthly Review Press, 1972 ; Fernand Braudel, Capitalism and Civilization, vol. 3, The Perspective of the World, New York Harper and Row, 1984.

19  Pour des examens critiques des études sur les systèmes mondiaux, voir « Africa and the World Economy » in Frederick Cooper, Allen Isaacman, Florencia Mallon, William Roseberry (dir.), Confronting Historical Paradigms. Peasants, Labor, and the Capitalist World System in Africa and Latin America, University of Wisconsin Press, 1993 ; Frederic Cooper, « Conflit and Connection, Rethinking Colonial African History », American Historical Review, 99, 1994, p. 1516-1545and Ann Laura Stoler and Frederick Cooper, « Between Metropole and Colony, Rethinking a Research Agenda » dans Cooper and Stoler (dir.), Tensions of Empire, Colonial Culture in a Bourgeois World, Berkeley, UCaP, 1997. Sur les formes d’action des colonisés, voir James C. Scott, Weapons of the Week. Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven, Yale University Press, 1985 ; Jean Comaroff, Body of Power, Spirit of Resistance, The Culture and History of a South African People, Chicago, UChP, 1985 ; Ranjit Guha and Gayatri Chakravorty Spivak (dir.), Selected Subaltern Studies, New York, OUP, 1988 ; Dipesh Chakrabarty, Rethinking Working Class History, Bengal 1890-1940, Princeton, PUP, 1989. Sur les essais d’articuler l’analyse du capitalisme global et l’anthropologie sociale locale au sein d’une perspective de système-monde, voir Eric Wolf, Europe and the People without History, Berkeley, UCaP, 1982 ; Sidney Mintz, Sweetness and Power, The Place of Sugar in Modern History, New York Penguin, 1985.

20  Pour des exemples sur ce point, voir Edward Said, Orientalism, New York, Vintage, 1978 et Culture and Imperialism, New York, Knopf, 1993, Michael Taussig, Shamanism, Colonialism, and the Wild Man. A Study in Terror and Healing, Chicago UChP, 1987 ; Timothy Mitchell, Colonizing Egypt, Cambridge, CUP, 1988 ; Bernard S. Cohn, An Anthropologist among the Historians and Other Essays, Delhi, OUP, 1990, et Colonialism and its Forms of Knowledge. The British in India, Princeton PUP, 1996 ; Nicholas, B. Dirks, Colonialism and Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1992 ; Partha Chatterjee, Nationalist Thought in the Colonial World. A Derivative Discourse, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1993 ; et The Nation and its Fragments. Colonial and Postcolonial Histories, Princeton, PUP, 1993, Nicholas Thomas, Colonialism’s Culture, Anthropology, Travel and Government, Princeton, PUP, 1994 ; Ann Laura Stoler, Race and Education of Desire. Foucault’s History of Sexuality and the Colonial Order of Things, Durham, Duke University Press, 1995.

21  Frederick Cooper et Ann Laura Stoler, « Between Metropole and Colony. Rethinking a Research Agenda » dans Cooper et Stoler (dir.), Tensions of Empire. Colonial cultures in a Bourgeois World, Berkeley, UCaP, 1997 ; Ann Laura Stoler, « Sexual Affronts and Racial Frontiers. European Identities and the Cultural Politics of Exclusion in Colonial Southeast Asia » dans Stoler et Cooper, Tensions of Empire, op. cit. ; Ann Laura Stoler, « Carnal Knowledge and Imperial Power. Gender, Race and Morality in Colonial Asia »dans Micaela de Leonardo, Gender at the Crossroads of Knowledge. Feminist Anthropology in the Postmodern Era, Berkeley, UCaP, 1991.

22  Paul Rabinow, French Modern. Norms and Forms of the Social Environment, Chicago, UChP, 1989 ; Jean et John Comaroff, Of Revelation and Revolution, vol. 1, Christianity, Colonialism, and Consciousness in South Africa, Chicago, UChP, 1991 ; vol. 2, The Dialectics of Modernity on a South African Frontier, Chicago,UchP, 1997 ; Guha et Spivak, Selected Subaltern Studies, op. cit. ; Cohn, An Anthropologist among the Historians, op. cit.

23  Stoler et Cooper « Between Metropole and Colony », op. cit. ; Paul Rabinow, op cit. ; Frederick Cooper, Decolonization and African Society. The Labor Question in French and British Africa, Cambridge, CUP, 1996.

24  Voir par exemple Wolf, Europe and the People without History, op. cit. ; Mintz, Sweetness and Power, op. cit. ; Rabinow, French Modern, op. cit. ; Thomas C. Holt, The Problem of Freedom, Race, Labor and Politics in Jamaïca and Britain, 1832-1938, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1992 ; Ranajit Guha, A Rule of Property for Bengal, An Essay on the Idea of Permanent Settlement, Durham, Duke University Press, 1996 ; Cooper and Stoler, Between Metropole and Colony, op. cit. : Stoler, Race and the Education of Desire, op. cit. ; Comaroff, Of Revelation and Revolution, vol. 2, op. cit. ; John et Jean Comaroff, « Homemade Hegemony » dans Ethnography and the Historical Imagination, Boulder, Westview Press, 1992 ; Edward Said, Culture and Imperialism, New York, Knopf, 1993 ; Nicholas B. Dirks, « Introduction. Colonialism and Culture » dans Dirks, Colonialism and Culture, op. cit. ; Antoinette Burton, Burdens of History, British Feminists, Indian Women and Imperial Culture 1865-1915, Chapel Hill University of Noth Carolina Press, 1994.

25  Parmi les travaux antérieurs importants, Raymond Betts, Assimilation and Association in French Colonial Theory, New York, Columbia University Press, 1961 ; Raoul Girardet, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, La Table Ronde, 1972 ; Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial, Paris, PUF, 1978 ; William B. Cohen, The French Encounter with Africans, White Responses to Blacks, 1530-1880, Bloomington, Indiana University Press, 1980 ; William Schneider, An Empire for the Masses, The French Popular Image of Africa 1870-1900, Westport, Greenwood Press, 1982.

26  Michael Crowder, Senegal, A Study of French Assimilation Policy, Londres Methuen and Co, 1967 ; William B. Cohen, Rulers of Empire, The French Colonial Service in Africa, Stanford, SUP, 1971. Parmi les travaux plus récents, David Prochaska, Making Algeria, French Colonialism in Bône, 1870-1920, Cambridge, CUP, 1990 ; Gwendolyn Wright, The Politics of Design in French Colonial Urbanism, Chicago, UChP, 1991 ; Herman Lebovics, True France The Wars over Cultural Identity, 1900-1945, Ithaca, Cornell University Press, 1992 ; Alice Conklin, A Mission to Civilize, The Republican Idea of Empire in France and West Africa 1895-1930, Stanford, SUP, 1997.

27  Parmi les exemples significatifs de cette tendance, on comprendra Conklin, A Mission to Civilize, op. cit., et Bernard Mouralis, République et colonies. Entre histoire et mémoire, la République française et l’Afrique, Paris, Présence Africaine, 1999.

28  Rabinow, French Modern, op. cit. ; Lebovics, True France, op. cit. ; Conklin ; A Mission to Civilize, op. cit. ; Cooper, Decolonization and African Society, op. cit.

29  Patricia Lorcin, Imperial Identities. Stereotyping, Prejudice, and Race in Colonial Algeria, Londres et New York, I.B.Tauris, 1995.

30  Alice Bullard, Exile to Paradise. Savagery and Civilization in Paris and the South Pacific, 1790-1900, Stanford, SUP, 2000.

31  Ann Laura Stoler, « Carnal Knowledge and Imperial Power » et « Sexual Affronts and Racial Frontiers », op. cit. ; les contributions françaises dans Julia Clancy-Smith et Frances Gouda, Domesticating the Empire. Race, Gender and Family Life in French and Dutch Colonialism, Charlottesville, University Press of Virginia, 1998 ; Françoise Vergès, Monsters and Revolutionaries. Colonial family Romance and metissage, Durham, Duke University Press, 1999 ; Owen White, Children and the French Empire, Miscegenation and Colonial Society in French West Africa, 1895-1960, Londres, OUP, 2000.

32  Laurent Dubois, Les esclaves de la République, Paris, Calmann-Lévy, 1998 ; et « The Price of Liberty. Victor Hugues and the Administration of Freedom in Guadeloupe 1794-1798 », William and Mary Quaterly, vol. LVI, n° 2 avril 1999, p. 363-392 ; Elizabeth Thompson, Colonial Citizens. Republican Rights, Paternal Privilege and Gender in French Syria and Lebanon, New York, Columbia University Press, 2000 ; Maxim Silverman, Deconstructing the Nation. Immigration, Racism and Citizenship in Modern France, London, Routledge, 1992.

33  Gary Wilder, « Practicing Citizenship in Imperial Paris » in John L. and Jean Comaroff, Civil Society and the Political Imagination in Africa. Critical Perspectives, Chicago, UChP, 1999 ; « The Politics of Failure. Historicizing Popular Front Colonial Policy in French West Africa » in Tony Chafer and Amanda Sackur (dir.), French Colonial Empire and the Popular Front, Hope and Disillusion, New York, Saint Martin’s Press, 1999. ; « Framing Greater France between the Wars », Journal of Historical Sociology, 14,2, juin 2001, p. 198-225.

34  James, The Black Jacobins, New York, Vintage Books, 1989 (1938).

35  Voir Robin Blackburn, The Overthraw of Colonial Slavery, 1776-1848, Londres, Verso, 1988 ; Michel Rolph Trouillot, Silencing the Past and the Production of History, Boston, Beacon Press, 1995 ; Sue Peabody, « There are no Slaves in France » The Political Culture of Race and Slavery in the Ancient Regime, Londres, OUP, 1996 ; Carolyn E. Fix « The French Revolution in Saint-Domingue. A Triumph or a Failure ? » dans David Barry Gaspar et David Patrick Geggus, A Turbulent Time, The French Revolution and the Greater Caribbean, Bloomington, Indiana University Press, 1997 ; John Garrigus « White Jacobins, Black Jacobins. Bringing the Ha•tian and French Revolution Together in the Classroom « FHS, 23, n° 2, printemps 2000, p. 259-275.

36  Landes, Women and the Public Sphere, op. cit.

37  Voir par exemple Jean Suret-Canale, Afrique Noire, l’ère coloniale, 1900-1945, Paris, éditions sociales, 1962 ; Catherine Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires, 1898-1930, Paris, Mouton, 1972.

38  Voir Henri Brunschwig, French Colonialism, 1870-1914. Myths and Realities, Londres, PallMall, 1966. Parmi les exceptions notables qui ne sont pas marxistes, mais adoptent le point de vue de l’économie politique, voir Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984, et Cooper, Decolonization and African Society, op. cit.

39  Wallerstein, « The French Revolution as a World Historic Event » in Unthinking Social Science. The Limits of Nineeenth century Paradigms, op. cit.

40  Voir par exemple Paul Gilroy, The Black Atlantic, op. cit. ; Marcus Rediker, Between the Devil and Deep Blue Sea. Merchant, Seamen, Pirates, and the Anglo-American Maritime Works, Cambridge, CUP, 1987 ; Peter Linebaugh et Marcus Rediker, The Many-Headed Hydra. Sailors, Slaves, Commoners and the Hidden History of the Revolutionary Atlantic, Boston, Beacon Press, 2000 ; Jacqueline Nassy Brown, « Enslaving History. Narratives on Local Whiteness in a Black Atlantic Port », American Ethnologist, 27, 2, mai 2000, « Black Liverpool, Black America and the Gendering of Diasporic Space », Cultural Anthropology, vol. 13, n° 3, août 1998 ; Julius Sherrard Scott, The Common Wind. Currents of Afro-African Communication in the Era of the Ha•tian Revolution, Ph. D. Dissertation, Duke University, 1986. Pour une comparaison, voir aussi Robin Blackburn, The Making of New World Slavery. From the Baroque to the Modern, 1492-1800, Londres, Verso, 1997.

41  Une vaste littérature historico-géographique, sur les échelles géographiques, qui décentre la nation sans la mettre de côté, nourrit l’orientation analytique que je défends. Voir par exemple Neil Smith, Uneven Development. Nature, Capital, and the Production of Space, Oxford, Basil Blackwell, 1984 ; Henri Lefebvre, La production de l’espace, Oxford Blackwell, 1991 ; Eric Swinguedouw, « Neither Global nor Local. Globalization and the Politics of Scale » dans Kevin Cox (dir.), Spaces of Globalization. Reasserting the Power of the Local, New York, Guilford Press, 1997 ; Neil Brenner, « Beyond State Centrism ? Space, Territoriality, and Geographical Scale in Globalization Studies », Theory and Society, 28, 1, 1999, p. 39-78 ; David Harvey, Spaces of Hope, Berkeley, UCaP, 2000 ; Bob Jessop, « On the Spatio-temporal Logics of Capital’s Globalization and their Manifold Implications for State Power », www.comp.lancs.ac.uk/sociology/soc072rj.html, 2001. Pour un récit exemplaire de l’histoire coloniale qui explore plutôt que de présupposer la production de la nation en relation avec les multiples échelles géographiques qui se recoupent, voir Goswami, The Production of India, op. cit.

42  Julia Clancy Smith, Rebel and Saint, Muslim Notables, Populist Protest, Colonial Encounters (Algeria and Tunisia, 1800-1904), Berkeley, UCaP, 1994.

43  Cooper, Decolonization and African Society, op. cit.

44  Voir aussi les contributions rassemblées dans Frederick Cooper et Randall Packard (dir.), International Development and the Social Sciences. Essays on the History and Politics of Knowledge, Berkeley, UCaP, 1997.

45  Conklin, A Mission to Civilize, op. cit. ; Cohen, Rulers of Empire, op. cit.

46  Sassen, Global Cities, op cit. ; « Spatialities and Temporalities of the Global », Public Culture, 12, 1,2000 ; « Embedding the Global in the National. Implications for the Role of the State » dans David A. Smith, Dorothy J. Solinger, et Steven C. Topik (dir.), States and Sovereignty in the Global Economy, Routledge, 1999 ; Neil Brenner, « Global, Fragmented, Hierarchical. Henri Lefebvre’Geographies of Globalization ». Public Culture, 10.1.1997, p. 135-167.

47  Fernando Coronil, The Magical State. Nature, Money, and Modernity in Venezuela, Chicago UchP., 1997 ; voir aussi Walter D. Mignolo, Local Histories/Global Designs. Coloniality, Subaltern Knowledges and Border Thinking, Princeton, PUP, 2000.

48  J’emprunte le terme « Ne pas penser [Unthinking] » à Immanuel Wallerstein, Unthinking Social Science. The Limits of Nineteenth Century Paradigms, Cambridge, Polity Press, 1991, p. 1-4.

49  Charles Maier, « Consigning the Twentieth Century to History. Alternatives narratives for the Modern Era », American Historical Review, n° 105,3, juin 2000, p. 807-831.De façon provocatrice, Maier nous demande de reconnaître la relation entre les paradigmes intellectuels et les structures socio-spatiales. Mais son exposé est univoque et centré exclusivement sur les processus récents de déterritorialisation plutôt que sur leurs relations avec un processus simultané de reterritorialisation. Pour une approche plus équilibrée, voir Neil Brenner, « Beyond State-Centrism ? Space, Territoriality and Geographical Scale in Golalization Studies », Theory and Society, 28,1999, p. 39-78.

50  Pour un plaidoyer en faveur de cette approche, voir Charles Tilly, Big structures, Large Processes, Huge Comparisons, New York, Russell Sage Foundation, 1984, et Immanuel Wallerstein, The Essential Wallerstein, New York, The New Press, 2000.

51  Giovanni Arrighi, The Long Twentieth Century. Money, Power, and the Origins of Our Times, London, Verso, 1994. Giovanni Arrighi and Beverly J. Silver, Chaos and Governance in the Modern World System, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1999.

52  Henri Lefebvre, The Production of Space, London, Blackwell, 1991, David Harvey, The Urban Experience, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1989, et Limits to Capital, London Verso, 1999.

53  On trouvera des analyses des interconnexions historiques entre les formes de l’État, les stratégies d’accumulation et les projets d’hégémonie dans Bob Jessop, State Theory. Putting Capitalist States in their Place, University Park, Pennsylvania State University Press, 1990. David Harvey résume les théories de ceux qui établissent une relation entre les régimes d’accumulation et les modes de régulation politique dans The Condition of Postmodernity, Cambridge, Blackwell, 1989. Pour l’usage de l’intrication dans la description des interconnexions non réductrices entre les niveaux économiques et politiques de la société dans l’histoire européenne contemporaine, voir Michael Mann, The Sources of Social Power, Vol. 2, The Rises of Classes and Nations-States, 1760-1914, Cambridge, CUP, 1993. Sur l’indiscipline au travail et l’État capitaliste pendant cette période, voir Antonio Negri, « Keynes et la théorie capitaliste de l’État » dans Negri et Michael Hardt, Labor of Dionysus. A Critique of the State-Form, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1994.

54  Sur ces tensions, voir Hannah Arendt, Origins of Totalitarianism, New York, Harcourt Brace, Jovanovitch, 1951 ; Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, et Le Sacre du Citoyen, Histoire du Suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992 ; étienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Race, Nation, Class, Ambiguous Identities, London Verso, 1991 ; Balibar, Les Frontières de la Démocratie, Paris, La Découverte, 1992 ; et Masses, Classes, Ideas, Studies on Politics and Philosophy before and after Marx, New York, Routledge, 1994.

55  Cette approche implique la lecture des travaux de H. Arendt, Balibar, Ewald, Foucault, Lefort, et Rosanvallon parallèlement à celle de théoriciens de l’État marxistes comme Jessop, Offe, Negri et Poulantzas.

56  Pour ce type d’approche, voir Wilder, The French Imperial Nation-State : Negritude and Colonial Humanism between the Two World Wars, Chicago, University of Chicago Press, 2005. Sur la rationalité politique, voir Michel Foucault, « The Subject and the Power » dans Hubert Dreyfus et Paul Rabinow, Michel Foucault. Beyond Structuralism and Hermeneutics, Chicago, UChP, 1982, et ses Résumés des cours, 1970-1982, Paris, Julliard, 1989 ; « The Political Technologies of Individuals » in Luther H. Martin, Huck Gutman et Patrick H. Hutton (dir.), Technologies of the Self, Amherst, University of Massachusetts Press, 1988 : « Omnes et Singulatim. Towards a Criticism of “Political Reason” dans The Tanner lectures on Human Values, Vol. 2, Salt Lake City, University of Utah Press, 1981 ; « Governmentality » dans Graham Burchell, Colin Gordon et Peter Miller (dir.), The Foucault Effect. Studies on Governmentality, Chicago UChP, 1991 ; « Faire vivre et laisser mourir. La naissance du racisme », Les Temps modernes, février 1991, p. 37-61. Pour des approches explicites ou implicites des rationalités politiques françaises, voir Rosanvallon, L’État en France, op. cit., François Ewald, L’État-Providence, Paris, Grasset, 1986 ; Jacques Donzelot, L’Invention du social, Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Le Seuil, 1984 ; Giovanna Procacci, Gouverner la Misère. La question sociale en France, 1789-1848, Paris, Le Seuil, 1993 ; Sylvia Schafer, Children and Moral Danger and the Problem of Government in Third Republic France, Princeton, PUP, 1997 ; Andrew Aisenberg, Contagion. Disease, Government and the Social Question in Nineteenth Century France, Stanford, SUP, 1999.

57  Voir Wilder « Practicing Citizenship in Imperial Paris » et Wilder « Panafricanism and the Republican Political Sphere » dans Tyler Stovall and Sue Peabody (dir.), The Color of Liberty. Histories of Race in France, Durham, Duke University Press, 2003.

58  Wilder, The French Imperial Nation-State, op. cit.

59  Pour une inflexion différente de la discussion sur la « colonialité », voir Mignolo, Local Histories/Golbal Designs, op. cit., et Walter Mignolo « The Many Faces, of Cosmopolis. Border Thinking and Critical Cosmopolitarianism », Public Culture, automne 2000, vol. 12, n° 3, p. 721-748.

60  Mahmood Mamdani, Citizen and Subject. Contemporary Africa, and the Legacy of Late Colonialism, Princeton, PUP, 1996.

61  Ann Laura Stoler, « Carnal Knowledge and Imperial Power », op. cit. ; « Colonial Aphasia and the Place of Race in France. The Politics of Comparisons », Keynotes Adress at 1951-2001.Transatlantic Perspectives on the Colonial Situation Conference, New York University, 27 – 28 avril 2001, et « Tense and Tender Ties. Intimacies of Empire in North American History and (Post) Colonial Studies, Journal of American History (à paraître décembre 2001).

62  Pierre Bourdieu, « Rethinking the State. Genesis and Structure of the Bureaucratic Field » dans Georges Steinmetz (dir.), State/Culture. State Formation after the Cultural Turn, Ithaca, Cornell University Press, 1999, p. 53.

63  Ibid., p. 55.

64  Ibid., p. 58 et 53.

65  Ibid., p. 55.

66  Dominick La Capra, Writing History, Writing Trauma, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2001, p. 36. Sur ses formulations antérieures concernant le transfert et l’historiographie, voir La Capra, « History, Language and Reading. Waiting for Crillon », American Historical Review, 100, 3, juin 1995, p. 827-828 ; « History and Psychoanalysis » dans La Capra, Soundings in Critical Theory, Ithaca, Cornell University Press, 1985, p. 72.

67  Writing History, Writing Trauma, op. cit., p. 21-22-36-70, « History and Psychoanalysis, op. cit., p. 828.

68  David Harvey, The Limits to Capital, New Edition, Londres, Verso, 1999, p. 424-445 ; « The Spatial Fix. Hegel, Von Tunnen and Marx » et « The Geopolitics of Capitalism » dans Harvey, Spaces of Capital. Towards a Critical Theory of Geography, New York, Routledge, 2001. Voir aussi Smith, Uneve development, op. cit., p. 131-135.

69  En étendant l’analogie, nous pouvons établir une relation entre la vitesse croissante avec laquelle les tendances concernant les sujets et les points de vue théoriques se succèdent à travers les disciplines académiques avant d’être écartées au profit de nouvelles, et la dynamique niveleuse de la compétition capitaliste qui requiert des innovations constantes et un rythme de turnover accéléré, afin de combattre la tendance, dans une production croissante, à l’abaissement du taux de profit.

70  De le même façon, nous pouvons rappeler que grâce à une économie impériale autarcique, des secteurs déclinant et passés de mode du capitalisme français ont pu éviter jusqu’à la décolonisation, des restructurations coûteuses et perturbatrices (ce que Jacques Marseille appelle le « redéploiement »), ce qui a contribué, pendant le début du xxe siècle, à ralentir le rythme de la modernisation capitaliste, comparativement à d’autres nations industrielles. Voir J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français, Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984.

71  The Logic of Practice, Stanford, SUP, 1990, pp. 52-58 et 112-134 ; In Other Words, Essays Towards a Reflexive Sociology, Stanford, SUP, 1999, pp. 87-93, 122-139 ; Language and Symbolic Power, Cambridge, Harvard University Press, 1991, pp. 163-202 ; Bourdieu et Loïc J. D. Wacquant, An Invitation to Reflexive Sociology, Chicago, UChP, 1992, pp. 94-115.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gary Wilder, « « Impenser » l’histoire de France. Les études coloniales hors de la perspective de l’identité nationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 96-97 | 2005, 91-119.

Référence électronique

Gary Wilder, « « Impenser » l’histoire de France. Les études coloniales hors de la perspective de l’identité nationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/962

Haut de page

Auteur

Gary Wilder

Professeur associé, Département d’histoire, Pomona College

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page