Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’histoire du genre : trente ans de recherches des historiennes américaines de la France

Victoria E. Thompson
Traduction de Edith Febvet
p. 41-62

Résumé

Victoria E. Thompson présente ici une synthèse des travaux réalisés par les historiennes de la France aux États-Unis en histoire des femmes et du genre depuis une trentaine d’années. Elle met en évidence la richesse de cette production et son évolution en fonction des contextes à la fois sociaux (notamment les luttes féministes) et intellectuels (notamment des renouvellements interprétatifs fournis par les penseurs français). Son analyse montre que la problématique du genre est sortie de sa marginalité et a contribué au renouvellement des approches de l’histoire de France, notamment du xixe siècle, dans nombre de domaines traditionnels de cette histoire comme les conflits politiques, le développement urbain ou les politiques de la famille. Le grand apport de cette historiographie peut être caractérisé par la mise en évidence des interactions, le décloisonnement entre des sphères longtemps considérées séparément, notamment entre privé et public, entre famille et État.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  J’aimerais remercier Rachel Fuchs de m’avoir exhortée à clarifier la différence entre femme et gen (...)

1Les historiens américains du genre dans l’histoire française se situent entre deux univers intellectuels 1. Leurs approches de l’étude du genre ont été façonnées par les évolutions du monde universitaire français, plus particulièrement par les travaux de ceux qui, dans la tradition des Annales, ont développé l’histoire des mentalités, et par les travaux de Michel Foucault. Parallèlement, les évolutions récentes, à l’intérieur de l’Université américaine, incluant la « nouvelle histoire sociale », le « linguistic turn », la « nouvelle histoire culturelle » et la « nouvelle biographie », ont aussi influencé leur travail. Durant ces trente dernières années, les travaux qu’ils ont produits ont mis en lumière de nouvelles connaissances sur les Françaises, tandis qu’ils mettaient aussi en évidence les différents moyens par lesquels le genre structure la vie sociale, politique et culturelle. Afin de retracer les directions prises par ces pistes de recherche, cet article privilégiera, sans exhaustivité, les travaux portant sur le « long » xixe siècle, c’est-à-dire la période située entre 1789 et 1914.

2Cet article porte surtout sur l’histoire du genre plus que sur l’histoire des femmes. Tandis que l’histoire des femmes se concentre sur les expériences de vie des femmes dans le passé, l’histoire du genre traite de la création, de la diffusion et de la transformation des systèmes symboliques fondés sur les distinctions homme/femme. Avec le temps, la distinction entre ces deux histoires s’est progressivement estompée. Bien des travaux consacrés à l’analyse des systèmes fondés sur le genre apportent de nouveaux éclairages sur les expériences des femmes d’autrefois, tandis que bien des études courantes sur la vie des femmes confirment l’existence de systèmes symboliques fondés sur le genre. Quoi qu’il en soit, bien que la distinction soit devenue floue et que l’étiquetage de certains travaux « histoire du genre » « histoire des femmes » puisse parfois passer pour arbitraire, la différence entre les deux approches est toujours pertinente et a des implications tant méthodologiques que politiques pour les spécialistes de ce champ de recherche.

3L’histoire du genre découle de l’histoire des femmes et son essor a conduit à un changement dans la manière de comprendre le rôle des femmes françaises dans l’émergence des systèmes politiques, économiques et culturels modernes. Tandis que l’histoire des femmes, telle qu’elle se pratiquait dans les années 1970 et 1980, se concentrait sur l’étude des femmes en tant que « sphère séparée », les historiens du genre ont cherché à construire un cadre interprétatif qui permettrait de relier l’histoire des femmes à l’histoire de France en général. En multipliant les approches théoriques et méthodologiques, ces spécialistes cherchaient les moyens d’analyser les relations entre le privé et le domaine public, entre les familles et les structures économiques et politiques, entre les femmes et l’État. La première génération de ces travaux, même s’ils exploraient de nouvelles méthodes pour relier les mondes public et privé, plaçait leurs analyses dans une logique d’exclusion, cherchant les raisons de la mise à l’écart supposée des femmes de la vie publique.

  • 2  On doit à Gerda Lerner le terme d’« histoire universelle » : « The Challenge of Women’s History », (...)

4Bien que de nombreux auteurs de travaux récents soutiennent toujours le fait que l’exclusion est le signe distinctif des politiques du genre au xixe siècle, leur travail a commencé à proposer une histoire différente. Plutôt que de brosser le tableau d’un monde public (englobant la politique et l’économie) totalement exempt de femmes, où le féminin ne servait qu’à connoter l’infériorité et la subordination, ces travaux dépeignent une société fortement dépendante à la fois des femmes et du symbolisme positif du féminin. En effet, des études récentes montrent combien les femmes et le genre ont été cruciaux dans la transition vers le régime républicain moderne et sécularisé. Tout au long du xixe siècle, des femmes laïques se sont imposées dans des tâches comme les soins aux malades, l’enseignement, ou les œuvres philanthropiques qui étaient précédemment accomplies par les religieuses. Le rôle et les responsabilités des femmes se sont modifiés en même temps que l’économie évoluait (elles passent d’un secteur de l’industrie à un autre ou de productrices deviennent consommatrices). Les discours sexués ont servi à définir les contours du nouveau système économique et social, et les femmes ont joué un rôle important pour donner du sens aux nouvelles hiérarchies sociales. L’ensemble de ces travaux illustre ce qu’un petit nombre de chercheurs avait déjà suggéré : aux États-Unis, l’histoire du genre s’est, en fait, déplacée vers la création de ce que certaines universitaires féministes appelaient de leurs vœux à la fin des années 1970, à savoir une « histoire universelle » qui inclurait à la fois les hommes et les femmes, en relation les uns avec les autres et avec les institutions dominantes, les structures économiques, les mouvements sociaux et les tendances culturelles de leur époque 2.

  • 3  NDLT : jeu de mots intraduisible. « Herstory » signifie littéralement « son histoire à elle » (her (...)

5Dans les années 1970, la publication de travaux sur les femmes françaises par des historiens américains participait d’un mouvement plus large au sein de l’université américaine qui mettait l’accent sur la reconquête de ce que beaucoup considéraient comme un passé « perdu » ou « caché ». Aux yeux de nombreux historiens américains, la découverte et l’écriture de l’histoire de ces femmes dont la vie et les talents n’avaient pas marqué l’histoire étaient considérées comme un acte politique susceptible de stimuler des changements sociaux. La réécriture de l’histoire sous un angle féminin (l’« herstory » 3 remplaçant l’« history ») pourrait être à même de présenter des femmes modèles et de les encourager à prendre une part active et indépendante à leur propre société. Tandis que les universitaires spécialisés dans les États-Unis cherchaient à recréer l’histoire de la vie de femmes en particulier, ceux dont les travaux portaient sur la France se tournaient vers l’étude de groupes de femmes, en insistant sur l’éducation, la charité et la philanthropie, le travail féminin, la famille et le féminisme. Cette approche différente était en partie due au fait que l’histoire française a une longue tradition d’acceptation de l’importance – politique, sociale et culturelle – de certaines femmes en particulier. Des femmes comme Jeanne d’Arc, Marie-Antoinette, Germaine de Staël et George Sand ont, depuis longtemps, trouvé leur place dans l’histoire de France.

  • 4  Patrick Bidelman, Pariahs Stand Up ! The Founding of the Liberal Feminist Movement in France, 1858 (...)
  • 5  Linda Clark, Schooling the Daughters of Marianne : Textbooks and the Socialization of Girls in Mod (...)
  • 6  Gay Gullickson, Spinners and Weavers of Auffay : Rural Industry and the Sexual Dimension of Labor (...)
  • 7  Cela ne signifie pas qu’aucun des historiens du travail féminin ne s’intéresse aux politiques du t (...)

6A partir de la fin des années 1970 et tout au long des années 1980 et 1990, les historiennes américaines de la France ont exploré de nouveaux territoires relatifs aux femmes. Portés par la « seconde vague » du féminisme, des historiens et historiennes comme Patrick Bidelman, Steven Hause et Anne Kenney, Claire Moses et Karen Offen ont étudié les activistes des mouvements féministes du xixe siècle 4. Linda Clark et Jo Burr Margadant se sont intéressées à l’éducation des femmes, explorant en même temps les obstacles et les possibilités qu’avaient les femmes du xixe siècle de parvenir au savoir 5. Les historiennes américaines ont aussi travaillé à restituer le quotidien des travailleuses ordinaires. De nombreuses études majeures produites dans les années 1980 et 1990 par des universitaires comme Gay Gullickson, Elinor Assampo, Tessie Liu et Judith Coffin, ont montré que l’industrialisation n’avait pas toujours provoqué l’exclusion des femmes du monde du travail, bien qu’elles aient été souvent confinées à des tâches subalternes et moins lucratives 6. Ces travaux sur le travail féminin donnent un bon exemple des différentes approches proposées par ces historiens. Contrairement aux historiennes des travailleurs français, par exemple, qui se concentraient sur l’étude des lieux de travail et les syndicats, ces historiens des travailleuses ont exploré les relations économiques entre le lieu de travail et la famille prises comme un tout 7.

  • 8  Parmi les nombreuses contributions de Michelle Perrot, citons : « L’éloge de la ménagère dans le d (...)
  • 9  Léon Abensour, Histoire générale du féminisme des origines à nos jours, Genève, Slatkine reprints, (...)

7Les universitaires français ont été les inspirateurs de tous ces champs d’investigation. Les historiens du travail ont beaucoup appris de Michelle Perrot dont les nombreux articles et ouvrages ont analysé différents aspects de la vie des femmes au travail qui avaient précédemment échappé au travail des historiens 8. Ceux qui s’intéressaient aux questions relatives au suffrage féminin et à la citoyenneté ont lu les travaux d’universitaires comme Léon Abensour, Marie-Hélène Zylberberg-Hocquart et Laure Adler spécialisés dans les origines historiques du féminisme 9.

  • 10  Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960 ; Jean-Louis (...)
  • 11  Katherine Lynch, Family, Class and Ideology in Early Industrial France : Social Policy and the Wor (...)

8De même, dans les années 1980, l’histoire de la famille est un champ de recherche bien installé en France, à la suite de la publication des recherches de Philippe Ariès et de Jean-Louis Flandrin 10. Des historiennes américaines comme Rachel Fuchs et Katherine Lynch élargissaient le domaine de l’histoire de la famille en portant leur attention sur les familles des femmes pauvres 11. Tandis que Lynch démontrait que les responsables politiques bourgeois du milieu du xixe siècle reliaient croissance, structure et fonctions des familles pauvres, Fuchs soulignait combien les croyances culturelles sexuées et les stratégies de survie mises en œuvre par les femmes pauvres expliquaient les structures familiales des classes laborieuses.

  • 12  Aux États-Unis, l’article de Joan Kelly a été déterminant sur cette question. Voir aussi « Did Wom (...)

9L’intérêt pour la vie des pauvres et des travailleurs a aussi été influencé par la popularité de la Nouvelle histoire sociale, qui était devenue, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, l’une des plus influentes écoles de l’historiographie américaine. Avec son goût pour l’« histoire d’en bas » et le quotidien des gens ordinaires, la Nouvelle histoire sociale a suscité chez les historiens des femmes le besoin de redonner corps à celles qui avaient été perdues pour l’histoire. Les méthodes employées par les tenants de l’histoire sociale – analyse quantitative de vastes agrégats sur la démographie, les salaires, etc. – ont procuré une ossature pour les pionniers de cette histoire des femmes françaises. Influencés par l’attention donnée par l’école des Annales à la longue durée, l’histoire sociale a entrepris d’établir une alternative à celle de l’histoire politique. Cette démarche a trouvé une résonance auprès des historiennes féministes qui se demandaient comment l’histoire des femmes, en tant qu’histoire d’individus exclus de la politique, pouvait être comprise à l’aide d’une chronologie fondée sur les guerres, les révolutions et les changements de régime 12.

10Ces études ont tracé les contours d’un domaine de l’histoire nettement féminin. Partant de l’idée qu’au xixe siècle en particulier, l’expérience des femmes était régie par l’existence de « sphères séparées », c’est-à-dire une sphère masculine, espace public de la politique et des activités économiques, et une sphère féminine, espace privé du foyer et de la famille, ces travaux ont cherché à mettre en lumière les domaines dans lesquels les femmes avaient été actives. Ils ont pris un chemin séparé, mais parallèle au travail en cours sur les partis politiques, la diplomatie et la guerre.

  • 13  Bonnie G. Smith, Ladies of the Leisure Class : The Bourgeoises of Northern France in the Nineteent (...)
  • 14  Carol Smith-Rosenberg, « The Female World of Love and Ritual : Relationships Between Women in Nine (...)

11Le sujet de la culture des femmes a aussi été abordé. Dans Ladies of the Leisure Class : The Bourgeoises of Northern France in the Nineteenth-Century, Bonnie Smith explore l’émergence d’une culture féminine particulière parmi les maîtresses de maison de la bourgeoisie du Nord de la France 13. Smith insère son travail dans la tradition de l’histoire des mentalités chère aux Annales. Pour autant, on peut considérer cet ouvrage comme faisant partie de la tendance de l’historiographie américaine consistant à ressusciter les cultures féminines spécifiques. Inspirées par les investigations de la psychologie dans la différence féminine et par les articles influents de l’historienne américaine Carol-Smith Rosenberg, de telles études tendent à définir et à célébrer les domaines culturels que les femmes ont créés pour elles-mêmes 14. Aux États-Unis, nombre d’historiens ont adopté ce paradigme d’une culture féminine spécifique. L’ouvrage de Smith sur les bourgeoises du Nord est l’une des rares études de ce genre consacrée à l’histoire française. Son intérêt prononcé pour l’émergence de l’identité féminine n’a pas rencontré beaucoup d’intérêt avant la fin des années 1990 avec le développement de la nouvelle biographie (étudiée plus loin). Quoi qu’il en soit, alors que Smith examinait l’identité d’un groupe de femmes, ceux qui, plus tard, allaient se tourner vers la biographie se concentraient plutôt sur les identités de femmes individuelles.

12Ladies of the Leisure Class a aussi montré combien les méthodes de l’anthropologie étaient utiles à l’investigation historique de la vie des femmes. Smith présente les activités féminines, par exemple, aller à l’église ou tenir la maison, comme faisant partie d’un univers symbolique et ritualisé dans lequel les femmes du Nord ont créé et organisé leurs propres identités. Cet intérêt pour le rituel était partagé par de nombreux historiens américains dans les années 1980, quand ils ont adopté – et adapté – les méthodes d’universitaires comme Clifford Geertz et Mary Douglas. Pour les historiens, ces méthodes permettaient de trouver le moyen d’explorer le symbolisme de la vie de tous les jours.

  • 15  Nathalie Zemon Davis, « Women on Top », dans Society and Culture in Early Modern France, Stanford, (...)
  • 16  Davis, Women on Top, op. cit., p. 131.
  • 17  Mary Louise Roberts, Civilization without Sexes : Reconstructing Gender in Postwar France, 1917-19 (...)
  • 18  Roberts, Civilization without Sexes, op. cit., p. 6.

13L’attachement de l’anthropologie aux systèmes symboliques a aussi contribué à l’émergence de méthodologies adaptées à l’étude des systèmes du genre. Dans son essai pionnier de 1975 intitulé Women on Top, Nathalie Zemon Davis s’est concentrée sur l’usage des rôles féminins et masculins et l’image dans les rituels des débuts de la modernité. Elle affirme que les rituels dans lesquels les rôles étaient inversés contiennent de riches informations pour les historiens féministes cherchant à comprendre comment le genre a fonctionné dans les sociétés du passé 15. Davis montre que les « symbolismes sexuels » de tels rituels pouvaient à la fois confirmer et saper les normes sociales et culturelles du genre, particulièrement en temps de crise, politique ou sociale. La femme « déréglée » – confinée dans le temps et l’espace du rituel – pourrait à la fois fonctionner comme une soupape de sécurité et suggérer d’autres options comportementales aux femmes 16. Ainsi, Davis propose aux universitaires un modèle pour analyser les symbolismes sexués et, en recherchant comment le genre est en lien à la fois avec des conflits de pouvoir plus larges et les expériences de vie des femmes, elle suggère en même temps, qu’une attention portée à la seule histoire des femmes séparée de celle des hommes ne permettrait d’expliquer ni comment fonctionne le genre dans la société, ni les raisons pour lesquelles les rôles féminins se sont développés d’une manière plutôt que d’une autre. L’attention particulière portée par Davis aux femmes « déréglées » comme une charnière entre les femmes en tant qu’individu, les systèmes symboliques du genre et les politiques, a été reprise par la suite avec bonheur. Bien que plus proche, sur le plan méthodologique des théories linguistiques que de l’anthropologie, Mary Louise Roberts s’inspire de cette approche dans son étude sur les débats de l’entre-deux-guerres sur la féminité, Anne-Louise Shapiro dans son travail sur la criminalité féminine de la fin du siècle et Gay Gullickson dans son livre sur les femmes de la Commune de Paris 17. Tous trois se concentrent sur le rôle du genre à partir de la figure de la femme « déréglée » durant des périodes de crise profonde. Roberts, en particulier, cherche à théoriser la relation entre genre et politique, arguant que le genre « construit et, tout à la fois concède le changement » dans les sociétés en voie de modernisation rapide 18.

  • 19  Nathalie Zemon Davis, « Women’s History in Translation : The European Case », dans Feminist Studie (...)

14Au milieu des années 1980, le genre est devenu le maître mot parmi bien des historiennes féministes. Déjà, dans les années 1970, certaines universitaires américaines, parmi lesquels Davis, affirmaient que l’histoire des femmes avait pris un chemin trop séparé et que l’histoire des femmes ne pouvait pas être comprise, sauf à la mettre en relation avec l’histoire des hommes et les représentations des femmes qu’ils avaient créées 19. Ces historiennes utilisaient le terme « genre » pour suggérer une histoire qui placerait les femmes à l’intérieur d’un ensemble de relations sociales, politiques et culturelles plus vaste. Nombre de chercheurs, de chercheuses commencèrent aussi à dire que les conclusions auxquelles on était arrivé alors, loin de représenter l’ensemble des femmes, s’appliquaient en réalité à des groupes spécifiques seuls étudiés, en l’occurrence, dans le cas américain, aux femmes blanches de la classe moyenne. Le besoin de replacer l’étude des femmes dans un contexte plus vaste et de répertorier les différents sens du mot « femme » conduisit à rechercher de nouvelles méthodologies et sujets d’analyse.

  • 20  Joan Wallach Scott, Gender and the Politics of History, New York, Columbia University Press, 1988. (...)

15En sortant des sentiers battus, l’article de Joan W. Scott, « Gender : A Useful Category of Historical Analysis », apporta la réponse à ces débats d’une manière cohérente et – pour beaucoup – convaincante, offrant aux universitaires un moyen productif de recherche et d’utilisation du concept de genre 20. Influencée par les travaux des post-structuralistes français Michel Foucault et Jacques Derrida, Scott démontrait que le genre était une catégorie d’identité élaborée à travers le discours et au nom du pouvoir. Scott pressait les historiens d’interroger des termes comme « femme » qui semblaient aller de soi au milieu des années 1970, expliquant que ces termes étaient chargés de sens symbolique et politique et qu’à ne pas comprendre leurs différentes acceptions – que ce soit dans le passé ou au présent – les historiens risquaient de se méprendre, non seulement sur l’histoire des femmes, mais sur l’histoire elle-même. Scott arguait aussi qu’envisager les femmes comme un groupe séparé des hommes empêchait de comprendre comment le genre fabrique de la signification politique et sociale.

  • 21  Ce débat a tourné autour de nombreuses questions, la plus importante étant celle de savoir si, oui (...)
  • 22  Que ceci soit vrai du féminisme a de quoi surprendre, mais la date tardive du droit de vote des fe (...)
  • 23  Scott, Gender and the Politics of History, op. cit., p. 162.

16Joan W. Scott a été à l’origine d’un large débat toujours en cours aux États-Unis au sein de la communauté des historiennes des femmes 21. L’article de Scott a été publié à un moment où l’histoire des femmes, en dépit de ses succès dans l’examen des divers aspects de la vie des femmes, était toujours perçue comme un champ de recherche marginal. De nombreux universitaires américains voyaient l’histoire des femmes comme un champ à part – et, en effet isolé – de l’histoire politique dominante. Les histoires de la famille, du travail des femmes et même du féminisme, depuis qu’elles s’organisaient dans le cadre de l’exploration d’une « sphère séparée », étaient perçues comme ayant un impact secondaire sur les questions auxquelles les historiens du politique se consacraient 22. L’article de Scott a mobilisé les historiens et historiennes féministes qui refusaient la marginalité de l’histoire des femmes mais ne voyaient pas comment l’insérer dans le cours de l’histoire de France dominante. À partir de l’histoire du travail (sa spécialité), d’autres contributions dans le même ouvrage montraient combien une attention particulière accordée au caractère sexué du langage pouvait changer la manière d’interpréter le passé. Par exemple, dans son essai consacré aux travailleuses dans l’économie politique de la France, elle écrit : « Les penseurs de l’économie politique se concentraient sur le cas des travailleuses parce qu’elles semblaient intéressantes dans la problématique du développement urbain et industriel, en particulier dans sa dimension morale. En conséquence, les travailleuses sont devenues essentielles dans le vocabulaire conceptuel des sciences morales, le moyen par lequel les règles normatives étaient élaborées et appliquées. » 23 En expliquant que le discours sur les femmes a un impact non seulement sur elles, mais aussi sur la mise en place de systèmes et d’institutions qui affectent l’ensemble de la société, Scott a montré combien l’attention portée au genre pouvait relier l’histoire et l’« herstory ».

  • 24  Scott, « The Evidence of Experience », dans Critical Inquiry 17, été 1991,  p. 773-797.
  • 25  Scott, Only Paradoxes to Offer : French Feminists and the Rights of Man, Cambridge, MA, Harvard Un (...)

17Certains ont pensé que la focalisation de Scott sur le langage – particulièrement celui des hommes – niait l’action des femmes et ignorait leurs expériences vécues. Pour eux, mettre l’accent sur les femmes plus que sur le genre restait le meilleur moyen d’écrire une histoire authentique féministe. De toute façon, Scott affirmait que toutes les expériences donnaient matière à interprétations, modelées par des systèmes de significations plus larges 24. Dans son livre suivant, Only Paradoxes to Offer, Scott illustre cette position théorique : partant de l’hypothèse que les femmes fonctionnent dans l’univers des signifiants générés par le discours masculin, elle s’interroge sur l’existence et l’intelligibilité d’une sphère féminine séparée, au moins au niveau du discours. 25 Dans ce travail, Scott maintient que les féministes qui cherchaient à défendre leurs droits dans le cadre d’une citoyenneté universelle se retrouvaient devoir, malgré tout, mettre en avant la différence – soulignant leur identité de femmes – comme un moyen d’exiger le droit de vote. Selon Scott, ce « paradoxe » montre que le républicanisme français s’est ainsi construit de manière à exclure les femmes.

  • 26  Lenard R. Berlanstein, Daughters of Eve : A Cultural History of French Theater Women from the Old (...)
  • 27  Mary Louise Roberts, Disruptive Acts : The New Woman in Fin-de-Siècle France, Chicago, University (...)
  • 28  Roberts, Disruptive Acts, op. cit., p. 4.

18Les débats sur le républicanisme français, comme excluant par nature les femmes, ainsi que sur les limites et le potentiel du discours fondé sur le genre continuent à être de stimulantes pistes de recherche. Par exemple, dans son récent ouvrage sur les femmes de scène en France, Lenard Berlanstein présente une vision plus nuancée de la vie politique française, qui, au lieu d’exclure les femmes (littéralement ou au niveau du discours), révèle de nombreuses mutations et redéfinitions. « Tout au long du xixe siècle », écrit-il, les changements « dans la nature du domaine politique ont amené à nuancer les notions de masculinité et de féminité qui, en retour, ont produit les termes dans lesquels les actrices, les danseuses allaient être imaginées. » 26 De même, alors que Mary Louise Roberts affirme qu’« un discours uniquement féminin » semble impossible à concevoir, elle maintient également, dans la lignée de Nathalie Zemon Davis et sous l’influence des travaux de la théoricienne du genre, Judith Butler, consacrés au genre comme identité représentée, que « l’expression du genre avait, à la fois (du moins potentiellement), un effet conservateur et un effet subversif » 27. Roberts montre que comme les femmes s’exprimaient à l’intérieur d’un univers discursif partagé avec les hommes la dimension plurielle et fluide du discours faisait que d’apparents « paradoxes » pouvaient être mis en oeuvre de façon à « défamiliariser », et par là même à remettre en cause, les normes du genre. 28

  • 29  Pour la critique de l’impact du linguistic turn sur l’histoire du féminisme comprenant une approch (...)

19Comme ces exemples le montrent bien, l’appel de Scott aux historiens pour qu’ils interrogent les catégories du masculin et du féminin et explorent leurs origines et leur diffusion à travers le langage, continue à modeler les approches et les sujets d’étude des historiens et historiennes américains du genre en France. D’un point de vue méthodologique, Scott a fortement incité les historiens à prêter une attention particulière, au niveau de leurs outils analytiques, à la manière dont les symboles et le langage fonctionnent pour créer du sens. Scott pensait que non seulement le discours modèle les rôles masculin-féminin, mais qu’un discours marqué par le genre donne des clés pour comprendre comment les sociétés se conçoivent et s’organisent elles-mêmes. Son travail s’est situé à un moment où les historiens prêtaient une attention sans précédent au langage. Ce « linguistic turn », comme on l’appelle aux États-Unis, s’est développé en partie en réponse aux insuffisances des explications marxistes sur la causalité historique 29. Certains historiens se sont tournés alors vers les travaux des théoriciens de la linguistique comme Roland Barthes, Hayden White et Raymond Williams. Les historiens séduits par ces théories – de même que par celles de Foucault et de sociologues comme Pierre Bourdieu, de spécialistes du cinéma comme Teresa de Laurentis, et par les travaux d’historiens français novateurs comme Roger Chartier et Alain Corbin – développent de nouvelles approches regroupées sous l’appellation de « nouvelle histoire culturelle », transformant, par exemple, un recensement habituellement perçu comme un document riche d’informations mises en valeur par la statistique en un document faisant partie d’un système symbolique en attente de décodage.

20Ce changement d’approche méthodologique a joué un grand rôle dans l’histoire des femmes et du genre en ce qu’il l’a ouverte à de nouvelles sources à analyser. Libérés de la contrainte qu’il y avait à analyser les seules sources statistiques sur les femmes ou les textes écrits par elles, les historiennes ont commencé à aller voir du côté – entre autres – des romans, des pièces de théâtre, des ouvrages de conseil, des études médicales, des écrits religieux et des magazines de mode. Les historiens cherchaient désormais, non plus la parole des femmes (bien que l’orientation vers des sources nouvelles ait montré le nombre surprenant des femmes ayant écrit dans tous ces domaines), mais la manière dont les femmes et le féminin étaient représentées dans ces sources, et, par extension, comment les femmes et le féminin fonctionnaient en tant que partie de systèmes symboliques plus vastes.

  • 30  Victoria E. Thompson, The Virtuous Marketplace : Women and Men, Money and Politics in Paris, 1830- (...)
  • 31  Lisa Tiersten, Marianne in the Market : Envisioning Consumer Society in Fin-de-Siècle France, Berk (...)

21Cette évolution méthodologique continue de produire des travaux importants et novateurs. En variant les approches méthodologiques, les historiens ont trouvé le moyen de sortir l’histoire des femmes des confins de la sphère privée pour explorer les arènes publiques. Mes propres travaux, sur le genre et les attitudes françaises face au marché, par exemple, illustrent comment les discussions au sujet des femmes et de l’argent fonctionnent de manière à remodeler les attitudes face à l’économie de marché, un champ de recherche traditionnellement considéré comme relevant de la « sphère masculine » 30. L’intérêt pour le crédit, la consommation et l’endettement grandit chez les historiennes du genre qui tentent de comprendre le rôle joué par les femmes et les définitions de la féminité dans la création du capitalisme moderne. À titre d’exemple, citons le travail de Lisa Tiersten sur la mode et le design qui illustre bien comment la création d’un style féminin démocratisé a joué un rôle crucial dans le développement d’un marché de masse du vêtement et du mobilier d’intérieur 31. Il reste encore beaucoup à faire pour les historiennes du genre et des femmes dans le domaine économique. Une analyse plus poussée des rôles des femmes dans les réseaux de crédit et d’échange, autant que des études sur les femmes et le féminin dans le commerce de détail et la publicité permettraient d’approfondir notre compréhension des rôles divers joués par les femmes dans l’économie du xixe siècle, tout autant que du moyen par lequel le genre a fonctionné dans le développement et les transformations du capitalisme français.

  • 32  Joan B. Landes, Women and the Public Sphere in the Age of the French Revolution, Ithaca, Cornell U (...)
  • 33  Voir Susan Moller Okin, Women in Western Political Thoughts, Princeton, Princeton University Press (...)
  • 34  Lynn Hunt, The Family Romance of the French Revolution, Berkeley, University of California Press, (...)
  • 35  Suzanne Desan, «War Between Brothers and Sisters : Inheritance Law and Gender Politics in Revoluti (...)

22En plus d’une exhortation à changer de méthodologie, l’appel de Joan W. Scott à travailler sur les causes de la subordination féminine a amené à poser la question de l’« exclusion » des femmes de la vie publique. Scott déplorait que les travaux consacrés à l’étude des femmes dans les années 1970 et au début des années 1980 aient échoué à dire pourquoi les femmes sont dépendantes des hommes quels que soient le lieu et le moment. D’après elle, en focalisant leurs recherches sur des sujets considérés comme relevant de la sphère privée, ils maintenaient l’idée de la nature marginale et subordonnée des expériences féminines. Scott incitait les historiennes du genre à rechercher les origines de cette discrimination (un sujet qu’elle a elle-même abordé dans Only Paradoxes to Offer) et de nombreux historiens et historiennes américains de la France ont répondu à cet appel. La Révolution française a semblé le cadre idéal pour commencer cette recherche, tant l’exclusion des femmes des clubs patriotiques et, par la suite, leur infériorité légale consacrée par le Code napoléonien offrent un exemple clair d’un lieu et d’un moment où leur statut a radicalement changé. Dans Women and the Public Sphere in the Age of the French Revolution, Joan Landes montre que l’exclusion des femmes fait partie inhérente du républicanisme français tel qu’il s’est développé à la fin du xviiie siècle et imposé durant la Révolution 32. En faisant appel à la critique du libéralisme développée par des universitaires comme Susan Moller Okin et Jean Bethke Elshtain ainsi qu’aux méthodes d’analyse du discours mises au point par Scott, Landes lance un débat passionnant et toujours controversé au sujet de la relation des femmes et du républicanisme 33. Ce sujet a continué à être exploré par Lynn Hunt dont The Family Romance of the French Revolution utilise les classifications freudiennes pour évaluer les mutations dans l’utilisation de la famille comme métaphore politique tout au long de la Révolution 34. Pour Hunt, l’attention portée à la famille symbolique peut permettre d’articuler sphère privée et sphère publique. Le potentiel de cette démarche a été montré par la suite grâce au travail de Suzanne Desan dont l’étude de la pratique des successions sous la Révolution révèle le lien qui existe entre la structure et l’expérience de la famille d’une part et celles de la vie politique, d’autre part 35.

  • 36  Sara Maza, Private Lives and Public Affairs : The Causes Célèbres of Pre-Revolutionary France, Ber (...)
  • 37  Carla Hesse, The Other Enlightenment : How French Women became Modern, Princeton, Princeton Univer (...)

23Le travail de Landes a aussi stimulé l’intérêt pour l’application du modèle de la sphère publique de Jurgen Habermas à la question des femmes et du genre. Landes pense que le modèle d’Habermas, en ignorant quasiment les inégalités entre hommes et femmes, peint trop en rose l’égalitarisme de la sphère bourgeoise de la fin du xviiie siècle. Sara Maza a approfondi ce point de vue en se concentrant sur le rôle de célèbres procès d’affaires familiales dans les constructions de la critique de la monarchie. Maza montre que les femmes et le féminin ont joué un rôle central dans le développement de la sphère publique, mais aussi que la masculinisation de cette sphère doit être mise en relation avec l’essor de la pensée contractuelle 36. À l’autre bout de la Révolution, Clara Hesse montre que les écrivaines ont été cruciales dans l’essor du républicanisme, non seulement en intervenant lors des débats publics, mais aussi en se prouvant à elles-mêmes – et, par extension à toutes les femmes – qu’elles étaient capables de débat raisonné. Pour Hesse, l’exclusion des femmes de la sphère publique républicaine a été temporaire et affaire de circonstances plutôt qu’inhérente et permanente 37. La nature sexuée de la sphère publique, et l’acceptation ou non des femmes en son sein, va continuer à être un champ d’exploration historique des plus pertinents.

24Dans ces travaux, la sphère des fonctions publiques – comme chez Habermas – est vue comme une zone immédiate entre la sphère privée de la famille et le domaine public de l’État. Il reste encore beaucoup à faire, de part et d’autre de 1789, pour comprendre le rôle des femmes et du féminin dans la création et le fonctionnement de cette sphère intermédiaire. Comparé aux États-Unis ou à la Grande-Bretagne, par exemple, nous ne savons pratiquement rien de la sociabilité féminine en France, tout particulièrement au xixe siècle. Les associations, les organisations religieuses et les mouvements sociaux – pour n’en mentionner que quelques exemples – seront, à n’en pas douter, des champs fructueux pour les universitaires intéressées par le rôle des femmes dans les sphères publiques du xixe siècle.

  • 38  Carol E. Harrison, The Bourgeois Citizen in Nineteenth-Century France : Gender, Sociability and th (...)
  • 39  Robert A. Nye, Masculinity and Male Codes of Honor in Modern France, New York, Oxford University P (...)

25Concernant le xixe siècle, les historiens de la masculinité ont commencé à développer un modèle permettant de voir comment on peut mesurer la sociabilité à travers le prisme du genre. Carol Harrison et Jill Harsin ont employé avec profit les théories et les méthodologies de l’histoire du genre pour explorer la sociabilité masculine au xixe siècle 38. S’intéressant aux identités respectivement bourgeoises et républicaines radicales, Harrison et Harsin ont démontré que les hommes de cette époque maniaient les concepts de masculin et de féminin pour définir des activités et des comportements spécifiques méritant d’être proposés comme modèles. L’idée courante selon laquelle collectionner des spécimens scientifiques ou se livrer à des bagarres de rues constituaient des comportements de classe typiquement masculins a aidé à forger une identité commune. De plus, ces activités sexuées pouvaient être reliées à des ordres du jour politiques plus vastes. Comme on le voit dans le travail original de Robert Nye pour qui la pratique et l’imaginaire du duel dans la classe moyenne a servi à construire un être-là démocratique, ces recherches illustrent combien les pratiques et les croyances communes enracinées dans des distinctions de genre ont été cruciales dans l’élaboration des ordres du jour et des idéologies politiques 39. Ces travaux, comme ceux qui concernent les femmes, montrent bien l’importance du genre dans la création et la transformation des multiples sphères publiques en France.

  • 40  Jacques Donzelot, La police des familles, Paris, éditions de Minuit, 1977, rééd. 2005. Voir aussi, (...)

26Il n’est pas surprenant que le modèle d’Habermas ait autant attiré les universitaires féministes durant les années 1980 et 1990, parce qu’il leur donnait un autre moyen de relier le privé et le public et ainsi d’insérer les femmes dans le cours des récits historiques. Le concept du « social » a été repris plus récemment, de manière assez similaire, dotant les historiennes qui s’intéressaient à des sujets qui, il y a dix ans, passaient pour relever de la seule sphère privée, de moyens pour relier les femmes et la famille d’un côté, à l’État, de l’autre. Le développement du social comme catégorie conceptuelle peut faire remonter à Michel Foucault qui affirmait que le pouvoir se fait sentir dans toutes les interactions sociales et relationnelles, mais, plus précisément, à La Police des familles de Jacques Donzelot qui, très influencé par Foucault, expliquait que l’urgence politique visant à discipliner les classes laborieuses avait conduit à la création de nouvelles définitions de la délinquance et à de nouvelles méthodes visant à la fois à punir, mais aussi à produire certains types de comportements déviants 40. Plus important encore pour ceux qui utilisent ce concept du « social », Donzelot montre que pour imposer sa politique, l’État intervient directement sur la famille par le biais de la mère.

  • 41  Joshua Cole, The Power of Large Numbers : Population, Politics and Gender in Nineteenth-Century Fr (...)
  • 42  Elinor A. Accampo, Rachel G. Fuchs et Mary Lynn Stewart, Gender and the Politics of Social Reform (...)
  • 43  Elinor A. Accampo, « Gender, Social Policy and the Formation of the Third Republic : An Introducti (...)

27Donzelot ainsi qu’Habermas, a doté les historiens de modèles théoriques permettant de relier des questions telles que la reproduction, la santé et l’hygiène ou l’éducation à des problématiques et orientations politiques plus vastes. Il en est résulté un ensemble de travaux qui ont, par la suite, permis de délimiter les contours du social et de décrire son fonctionnement, dans la lignée de Foucault et de Donzelot, au niveau de la recherche empirique et de l’élaboration de visions plus complexes et nuancées des relations entre la famille et l’État. Selon Joshua Cole, dont The Power of Large Numbers : Population, Politics and Gender in Nineteenth-Century France explore comment le genre modèle les politiques sociales concernant la famille, le « “domaine”social se différencie du “politique” et de l’“économique”en traversant nombre des oppositions qui séparent les autres, mêlant les sphères publique et privée, les activités des hommes et des femmes, les effets de la politique et du commerce, les activités des institutions et des individus » 41. Le social s’est aussi révélé être un concept utile aux historiens de l’état-providence. Les universitaires qui ont contribué à Gender and the Politics of Social Reform in France, 1870-1914 ont exploré l’interaction des mères, des politiciens et des spécialistes du social 42. Jetant un pont entre le genre et l’histoire sociale, les contributions du livre placent les femmes au centre de l’histoire de l’état-providence, expliquant, comme le fait Elinor Accampo dans l’introduction du volume, que « c’est à travers les femmes que le “social” a commencé à émerger » 43. Elles illustrent bien comment le genre a servi à construire de nouvelles attitudes face aux relations entre famille et État tout en montrant comment des femmes ont pu exercer un pouvoir politique et institutionnel à travers leur action vis-à-vis des autres. En se représentant le social comme une arène interactive dans laquelle des acteurs variés pèsent sur les décisions politiques finales plutôt que comme une voie unique dans laquelle les politiques sont imposées d’en haut, on est conduit à souligner le rôle actif que les femmes ont eu dans l’élaboration de l’état-providence moderne.

  • 44  Jo Burr Margadant éditeur, The New Biography : Performing Femininity in Nineteenth-Century France, (...)
  • 45  Margadant, The New Biography, op. cit., p. 24.
  • 46  Walton, Eve’s Proud Descendents, op. cit., p. 3.

28Les travaux inspirés par Scott et Landes, tout comme ces études qui font du social leur cadre interprétatif, commencent à dessiner une nouvelle image du rôle des femmes et du genre dans la construction de la France moderne. Tandis que dans les années 1970 et 1980, les femmes étaient le plus souvent perçues comme agissant sous contrôle, les travaux plus récents, même s’ils insistent sur l’exclusion et la domination des femmes, montrent que quels que soient les obstacles, les femmes ont été capables de prendre des décisions et des mesures qui ont contribué à construire la vie politique, sociale et culturelle de la France. Même dans le domaine de l’identité, les femmes ont su détourner les modèles culturels concernant les rôles sexués et les identités pour les utiliser à leur façon. La Nouvelle biographie, telle que la pratiquent Mary Louise Roberts, Jo Burr Margadant, Whitney Walton, James Smith Allen et bien d’autres, avance que même à une époque où beaucoup pensent que l’individu résulte de forces culturelles collectives et où l’identité est le plus souvent étudiée en termes de collectif, la biographie peut être un moyen utile pour explorer les identités de genre 44. Dans l’introduction de l’ouvrage qu’elle a dirigé, Jo Burr Margadant explique que la Nouvelle biographie est fondée sur l’idée que « les identités sont des constructions de soi et des autres, mobiles, contradictoires, multiples, qui dépendent autant du contexte que de traits de caractère prédéfinis » 45. De même, en jetant un pont entre le public et le privé, les spécialistes de la Nouvelle biographie montrent comment la perception de soi se fait en relation avec le monde extérieur, ce qui inclut les hommes et les institutions dominées par eux. Au lieu de s’arrêter à l’exclusion des femmes de la sphère publique, ces universitaires recherchent les chemins par lesquels des femmes remarquables ont été capables de « re-façonner » leur personnalité féminine pour la rendre compatible avec le carcan de la vie publique. Ces travaux qui étudient des femmes qui comme les écrivaines ou les artistes entrent en relation avec le public du fait de leur profession, montrent également qu’en créant sa propre identité, une femme peut contribuer à la construction de modèles culturels plus vastes. Comme l’affirme Walton au sujet des quatre écrivaines républicaines qu’elle a étudiées, ces femmes « ont réécrit les valeurs républicaines familiales, proposant des alternatives égalitaires au républicanisme masculin et patriarcal » 46. Il serait intéressant de voir si les éclairages apportés par l’étude des femmes célèbres peuvent être appliqués à celles dont la vie est restée dans l’ombre. En affirmant que l’identité féminine est façonnée par des femmes singulières en relation avec des forces extérieures, ces travaux nous mettent au défi de rechercher comment les femmes qui n’ont pas laissé de traces écrites ont construit leur propre identité. À l’instar de Bonnie Smith dans son livre pionner, Ladies of the Leisure Class, les historiennes du genre peuvent espérer se tourner vers la culture matérielle pour pénétrer dans la création de l’identité féminine, ou encore explorer comment les sources publiques, comme les minutes des procès, donnent des aperçus sur l’image que les femmes ont choisi de donner en public et sur l’impact que ces identités ont eu sur les autres femmes.

  • 47  Julia Clancy Smith et Frances Gouda, Domesticating the Empire : Race, Gender and Family Life in Fr (...)
  • 48  Elizabeth Thompson, Colonial Citizens : Republican Rights, Paternal Privilege and Gender in French (...)
  • 49  Une publication récente montre combien l’histoire des races en France est prometteuse. Voir Sue Pe (...)

29Les historiennes de l’identité féminine ont offert d’utiles éclairages dans deux autres domaines. Les études de la colonisation – centrées sous l’influence de théoriciens post-coloniaux comme Homi Bhabha et Gayatri Spivak sur la création et le fonctionnement des identités « subalternes » – ont donné des exemples de réactions des groupes dominés face à leur image, créée par les colonisateurs. Elles ont montré comment les groupes dominés agissaient en fonction d’elle. L’influence de ces théoriciens sur les historiens américains des femmes françaises apparaît plus nettement dans les travaux consacrés aux femmes et au genre dans les colonies françaises. L’ouvrage édité par Julia Clancy Smith et Frances Gouda, Domesticating the Empire : Race, Gender and Family Life in French and Dutch Colonialism, illustre combien la combinaison des théories et des méthodes de l’étude du genre et des études post-coloniales peut produire un ensemble impressionnant de pièces à même de nous aider à comprendre à la fois la situation des femmes dans les colonies et comment le genre a modelé les politiques coloniales, les institutions et les identités 47. Alors que ce champ d’étude n’en est qu’à ses débuts, de nombreux travaux récents montrent l’intérêt de ce domaine très prometteur. Elizabeth Thompson, dans Colonial Citizens par exemple, étudie le rôle du genre dans les colonies syrienne et libanaise de la France, en expliquant que « la focalisation sur le genre […] permet d’entrevoir les structures souterraines de pouvoir qui régissent l’ordre civique » 48. Ici, Thompson se sert du concept d’« ordre civique » dans un sens assez proche de celui où d’autres parlent de « sphère publique » ou de « social », comme un moyen pour relier les vies quotidiennes des hommes et des femmes au fonctionnement de l’État. Son utilisation du genre pour évaluer les formes officieuses du pouvoir dans les colonies et l’attention qu’elle porte aux différents fonctionnements du pouvoir selon le contexte et les groupes sociaux approfondissent notre compréhension de cette arène intermédiaire du pouvoir en mettant en lumière sa complexité. Plus encore, tout comme l’ouvrage de Clancy-Smith et Gouda, les recherches de Thompson soulignent la complexité des moyens par lesquels le genre et la race fonctionnent ensemble pour modeler les identités et autoriser ou non toute possibilité d’action. La relation entre le genre et la race dans la société française – aussi bien en métropole que dans les colonies – sera sans nul doute le futur objet d’analyses très fructueuses 49.

  • 50  Lynn Hunt éditeur, Eroticism and the Body Politic, Baltimore, The Johns Hopkins Univeristy Press, (...)
  • 51  Mary Lynn Stewart, For Health and Beauty : Physical Culture for Frenchwomen, 1880s – 1930s, Baltim (...)
  • 52  Thomas Laqueur, Making Sex : Body and Gender from the Greeks to Freud, Cambridge, MA., Harvard Uni (...)

30Les études de la sexualité ont aussi permis de nouvelles approches du genre. Depuis la publication des ouvrages de Michel Foucault, Alain Corbin, Jean-Paul Aron et Roger Kempf, la recherche sur la sexualité en France s’est concentrée autour des relations entre sexe et pouvoir. Des publications comme Eroticism and the Body Politic, éditée par Lynn Hunt, et Homosexuality in Modern France, publiée par Jeffrey Merrick et Bryant Ragan, tout comme les volumes de Vernon Rosario et, plus récemment, de Carolyn Dean ont montré que les relations sexuelles sont fréquemment utilisées, dans le discours public, comme une métaphore des relations sociales 50. La sexualité tend également à devenir un sujet d’intérêt public dans les moments de transformation sociale. Ces travaux complètent la recherche tournant autour des relations entre genre et crise sociale, montrant comment la sexualité et le genre œuvrent ensemble pour modeler le discours public sur le changement. Souvent, des définitions restrictives des formes de sexualité acceptées ou des rôles sexués apparaissent dans les moments de grave crise sociale comme des tentatives pour réguler et stabiliser la société. Ces études sont complétées par – et souvent empiètent sur – les travaux des historiens du corps. Le corps féminin – omniprésent dans la culture française du xixe siècle – offre de riches perspectives à l’analyse, comme le travail de l’universitaire canadienne Mary Lynn Stewart l’a montré 51. Influencée par Foucault comme par Thomas Laqueur et Londa Schiebinger, Stewart explore la relation entre les réalités des formes physiques de la reproduction et la façon dont elles étaient comprises, sur le plan médical et culturel 52. Dans l’écart qui sépare le physique du culturel, Stewart repère les possibilités offertes aux femmes de résister et de conquérir leur indépendance. Vue l’importance donnée autrefois au corps féminin en France, un tel travail nous encourage à explorer comment les différences de classe et de genre ont affecté à la fois les expériences que les femmes avaient de leur corps et la façon dont celui-ci était représenté, tout autant que la façon dont le genre a modelé les expériences sensuelles et physiques des Françaises et des Français. L’intérêt manifesté par les historiens de la sexualité et du corps pour comprendre comment le genre et les identités sexuées peuvent être conçues et rendues visible aux autres (un intérêt partagé par ceux qu’influencent les théories post-coloniales et les universitaires dont les travaux sont partie prenante de la Nouvelle biographie) ouvre sur un terrain de recherche inexploré et potentiellement riche.

31En jetant un pont entre le privé et le public, l’histoire du genre a élaboré une vision du passé de la France radicalement nouvelle. Il y a trente ans, la plupart des universitaires croyaient que la vie des femmes du xixe siècle relevait d’une sphère séparée, gouvernée par les principes domestiques. Depuis, les travaux universitaires ont montré que le « corset » domestique, conçu pour confiner les femmes dans une destinée médiocre, pouvait, en fait, être mis ou retiré, serré, desserré ou renversé par l’usure, en fonction des femmes et des circonstances. Les nouvelles sources et méthodes développées pour faire l’histoire du genre ont été complétées par un ensemble toujours croissant de travaux cherchant à découvrir des aspects de la vie des femmes jusqu’alors délaissés – voire souvent inenvisagés. Ces recherches continueront sans aucun doute à parfaire notre connaissance de la vie familiale des femmes et de leurs loisirs, de leur rôle dans le monde du travail et des professions tout autant que de leur part dans l’élaboration de la vie politique, culturelle et économique.

  • 53  Karen Offen, « Women’s History : Retrospect (1789-1940) and Prospect » dans French Historical Stud (...)

32Privée du corset domestique, l’histoire du genre a perdu de sa cohérence. Cela a provoqué la consternation chez certaines historiennes qui voient le champ se dissoudre en une multitude d’approches et de sujets et manquer de principes structurants autres que le concept nébuleux et ubiquiste de genre. Paradoxalement, cette idée selon laquelle le genre est partout a donné à certains l’impression que les femmes ne sont nulle part. Dans un article récent, par exemple, Karen Offen, l’une des universitaires les plus en vue de l’histoire du féminisme français, a fait part de sa nostalgie du temps où « les historiennes des femmes ressentaient de la sympathie, voire s’identifiaient » avec leurs sujets d’étude 53. Offen désigne l’usage de ce qu’elle appelle la « longue focale métaphorique », c’est-à-dire les cadres interprétatifs fondés sur les théories qui cherchent à relier les identités sexuées à des questions politiques plus vastes, comme la cause de ce manque d’identité. Bien que tous les historiennes du genre et des femmes ne partagent pas ce point de vue, cette inquiétude peut provenir en partie du sentiment qu’en dépit de ce que les historiennes féministes aient montré brillamment combien les femmes et le genre ont occupé une place prépondérante dans l’émergence de la France moderne, bien des historiens – des partis politiques ou du développement économique par exemple – continuent à considérer les travaux présentés dans cet article comme secondaires, et ce, même s’ils ont été eux aussi influencés par les théories et méthodologies qui ont modelé les approches du genre ces dernières décennies. Sans avoir été complètement intégrée dans les domaines historiques comme « catégorie d’analyse utile », l’histoire du genre a perdu la fraîcheur de ses débuts et le sentiment de solidarité né de l’activisme politique dans lequel se situaient les historiennes occupées à écrire l’« herstory ».

  • 54  Un bon exemple en est donné dans : Katrin Schultheiss, Bodies and Souls : Politics and the Profess (...)

33En même temps cependant, autant l’histoire du genre que l’histoire des femmes continuent à être des espaces de recherche pleins de vitalité dans les universités américaines. Le croisement de l’histoire des femmes et du genre avec l’histoire sociale et culturelle, caractéristique de bien des ouvrages publiés de nos jours, a produit un ensemble impressionnant et sophistiqué de travaux qui cherchent comment les actions des femmes confortent et, à la fois défient, les systèmes du genre. Ayant pris de la distance avec la croyance qui voulait que la vie des femmes du xixe siècle soit dominée par la structure et le concept de « sphère séparée », les historiennes des femmes et du genre retournent aux domaines « féminins traditionnels », qu’ils réévaluent avec un œil neuf 54. Parallèlement, d’autres universitaires en histoire des femmes et du genre tournent leur attention vers d’autres terrains. Au lieu d’y voir le signe d’un investissement déclinant dans ce champ de recherche, on pourrait l’envisager comme une autre source de croisements fertiles, grâce à des historiens attentifs à tout ce que les études sur le genre pourraient apporter à de nouveaux sujets, transformant à leur tour des champs qui sont restés largement à l’écart de l’histoire des femmes et du genre.

34Au total, tandis que beaucoup reste à faire dans les domaines examinés par cet article, le temps est venu de nous demander où nous allons nous diriger à présent. Le but des historiennes des femmes a été atteint, les femmes ont été rétablies dans l’histoire. Il est impensable qu’un manuel d’histoire de l’Europe ou de la France moderne ignorant les femmes soit publié aujourd’hui aux États-Unis. De plus, l’approche dominante qui traite le genre comme le moyen de pénétrer les systèmes symboliques qui façonnent les idéologies, les politiques sociales et les identités individuelles s’est révélée extrêmement productive et a débouché sur l’importance du genre dans les formes d’élaboration de la France moderne. En même temps, le champ doit continuer à évoluer de manière à ce que l’étude du genre reste novatrice et stimulante.

  • 55  Bien qu’il ne se limite pas à la seule histoire de France, The Gender of History : Men, Women and (...)

35Bien que les femmes aient toujours été le sujet de recherches historiques, les trente dernières années ont été une période durant laquelle un nombre sans précédent d’universitaires se sont engagées dans cette histoire et en ont changé la face. Durant cette période, une première vague de travaux sur les femmes françaises et le genre a été portée par l’essor conjoint de la Nouvelle histoire sociale et du féminisme ; une seconde vague a été fortement influencée par la Nouvelle histoire culturelle et l’œuvre de Joan Scott. La troisième vague doit encore se définir plus clairement, bien que les théories post-coloniales et l’histoire de la sexualité et du corps en constituent l’axe majeur. Dans chacun de ces moments, les nouvelles approches des femmes et du genre ont conduit à renouveler la compréhension de l’histoire, de ses hypothèses, ainsi que ses pratiques et ses échelles de valeur 55. Il est possible que cette période tire à sa fin et que l’histoire du genre devienne – comme elle est de plus en plus répandue et s’entrecroise avec d’autres domaines et méthodes – un champ moins cohérent et moins attractif. Mais il est possible aussi que cette croissance et ces croisements fertiles continuent à produire de nouvelles façons d’envisager le genre et l’histoire comme un tout. L’avenir seul nous le dira.

Haut de page

Notes

1  J’aimerais remercier Rachel Fuchs de m’avoir exhortée à clarifier la différence entre femme et genre. Je remercie également tous les universitaires dont les travaux m’ont inspirée. NB : Les notes de cet article ont pour objectif de donner des exemples, elles ne constituent pas une bibliographie exhaustive.

2  On doit à Gerda Lerner le terme d’« histoire universelle » : « The Challenge of Women’s History », dans The Majority Finds its Past : Placing Women in History, Oxford, Oxford, University Press, 1979, p. 180. On trouvera une très bonne vue d’ensemble de ce débat dans Manuela Thurner : « Subject to Change : Issues and Paradigms of U.S. Feminist History », dans Journal of Women’s History, 9-2, été 1997,  p. 122-146.

3  NDLT : jeu de mots intraduisible. « Herstory » signifie littéralement « son histoire à elle » (her) par opposition à « son histoire à lui » (his-story).

4  Patrick Bidelman, Pariahs Stand Up ! The Founding of the Liberal Feminist Movement in France, 1858-1889, Westport, CT, Greenwood Press, 1982 ; Steven C. Hause et Anne R. Kenney, Women’s Suffrage and Social Politics in the French Third Republic, Princeton, Princeton University Press, 1984 ; Claire Goldberg Moses, French Feminism in the Nineteenth Century, Albany, State University of New York Press, 1984. Quelques articles de Karen Offen : « A Nineteenth-Century French Feminist Rediscovered : Jenny P. d’Héricourt, 1809-1875 », dans Signs, 13-1, automne 1987,  p. 144-158 ; « Ernest Legouve and the Doctrine of “Equality in Difference” for Women : A Case Study of Male Feminism in Nineteenth-Century French Thought », dans Journal of Modern History, 58-2, 1986,  p. 479-481 et « Depopulation, Nationalism and Feminism in Fin-de-Siècle France », dans American Historical Review, 89, juin 1984,  p. 648-676.

5  Linda Clark, Schooling the Daughters of Marianne : Textbooks and the Socialization of Girls in Modern French Primary Schools, Albany, State University of New York Press, 1984 ; Jo Burr Margadant, Madame le Professeur : Women Educators in the Third Republic, Princeton, Princeton University Press, 1990.

6  Gay Gullickson, Spinners and Weavers of Auffay : Rural Industry and the Sexual Dimension of Labor in a French Village, Cambridge, Cambridge University Press, 1986 ; Elinor Accampo, Industrialization, Family Life and Class Relations : Saint-Chamond, 1815-1814, Berkeley, University of California Press, 1989 ; Tessie P. Liu, The Weaver’s Knot : The Contradictions of Class Struggle and Family Solidarity in Western France, 1750-1914, Ithaca, Cornell University Press, 1994 ; Judith Coffin, The Politics of Women’s Work : The Paris Garment Trades 1750-1915, Princeton, Princeton University Press, 1996.

7  Cela ne signifie pas qu’aucun des historiens du travail féminin ne s’intéresse aux politiques du travail : le livre de Patricia Hilden, Working Women and Socialist Politics in France 1880-1914 : A Regional Study, Oxford, Clarendon Press, 1986, est une remarquable étude de la place des femmes et de l’idéologie sexuée dans le mouvement ouvrier français.

8  Parmi les nombreuses contributions de Michelle Perrot, citons : « L’éloge de la ménagère dans le discours des ouvriers français au xixe siècle », dans Romantisme, 13-14, 1976,  p. 105-122 ; « Les femmes, le pouvoir, l’histoire » dans Une histoire des femmes est-elle possible ?, Paris, Rivages, 1984, et sa contribution au tome 4 de l’incontournable Histoire de la vie privée : de la Révolution à la Grande Guerre, édité par Philippe Ariès et Georges Duby, Paris, Seuil, 1987.

9  Léon Abensour, Histoire générale du féminisme des origines à nos jours, Genève, Slatkine reprints, 1977 ; Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard, Féminisme et syndicalisme en France avant 1914, Paris, Anthropos, 1978 et Laure Adler, À l’aube du féminisme : les premières journalistes (1830-1850), Paris, Hachette, 1983.

10  Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960 ; Jean-Louis Flandrin, Familles : parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Hachette, 1976.

11  Katherine Lynch, Family, Class and Ideology in Early Industrial France : Social Policy and the Working-Class Family, 1825-1848, Madison, University of Wisconsin Press, 1988 ; Rachel G. Fuchs, Abandoned Children : Foundlings and Child Welfare in the Nineteenth-Century France, Albany, University of New York Press, 1984 ; et Poor and Pregnant in Paris : Strategies for Survival in the Nineteenth Century, New Brunswick, NJ. Rutgers University Press, 1992.

12  Aux États-Unis, l’article de Joan Kelly a été déterminant sur cette question. Voir aussi « Did Women have a Renaissance ? » dans Becoming Visible : Women in European History, édité par Renate Bridenthal et Claudia Koonz, Boston, Houghton Mifflin, 1977,  p. 137-164, reproduit dans Women, History and Theory : The Essays of Joan Kelly, Chicago, University of Chicago Press, 1984,  p. 19‑50.

13  Bonnie G. Smith, Ladies of the Leisure Class : The Bourgeoises of Northern France in the Nineteenth Century, Princeton, Princeton University Press, 1981.

14  Carol Smith-Rosenberg, « The Female World of Love and Ritual : Relationships Between Women in Nineteenth-Century America », Signs 1-1, automne 1975,  p. 1-29. L’ouvrage cité le plus souvent par les historiens au sujet du développement psychologique des femmes est celui de Carol Gilligan, In a Different Voice : Psychological Theory and Women’s Development, Cambridge, Harvard University Press, 1982.

15  Nathalie Zemon Davis, « Women on Top », dans Society and Culture in Early Modern France, Stanford, Stanford University Press, 1975,  p. 124-151.

16  Davis, Women on Top, op. cit., p. 131.

17  Mary Louise Roberts, Civilization without Sexes : Reconstructing Gender in Postwar France, 1917-1927, Chicago, University of Chicago Press, 1994 ; Ann-Louise Shapiro, Breaking the Codes : Female Criminality in Fin-de-Siècle Paris, Stanford, Stanford University Press, 1996 ; Gay Gullickson, Unruly Women of Paris : Images of the Commune, Itaca, Cornell University Press, 1996.

18  Roberts, Civilization without Sexes, op. cit., p. 6.

19  Nathalie Zemon Davis, « Women’s History in Translation : The European Case », dans Feminist Studies 3, 1976,  p. 83-103.

20  Joan Wallach Scott, Gender and the Politics of History, New York, Columbia University Press, 1988. Cet essai a d’abord été publié dans American Historical Review, 91-5, décembre 1986.

21  Ce débat a tourné autour de nombreuses questions, la plus importante étant celle de savoir si, oui ou non, une approche « déconstructionniste » du langage sexué conteste ou reproduit les structures du pouvoir qui dominent les femmes. Pour en connaître l’essentiel, se reporter au débat opposant Joan Scott et Linda Gordon dans Signs 15-1, été 1990,  p. 848-860.

22  Que ceci soit vrai du féminisme a de quoi surprendre, mais la date tardive du droit de vote des femmes françaises fait de l’histoire du féminisme français celle d’un « échec », particulièrement si on le compare à ceux que l’on considère comme « réussis », les féminismes anglais et américain. Ainsi, même les recherches sur le féminisme insistent sur l’idée des deux sphères séparées.

23  Scott, Gender and the Politics of History, op. cit., p. 162.

24  Scott, « The Evidence of Experience », dans Critical Inquiry 17, été 1991,  p. 773-797.

25  Scott, Only Paradoxes to Offer : French Feminists and the Rights of Man, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1996 (traduit en français en 1998 sous le titre : La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme, Paris, Albin Michel).

26  Lenard R. Berlanstein, Daughters of Eve : A Cultural History of French Theater Women from the Old Regime to the Fin-de-Siècle, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2001, p. 4.

27  Mary Louise Roberts, Disruptive Acts : The New Woman in Fin-de-Siècle France, Chicago, University of Chicago Press, 2002,  p. 10-15. Les deux travaux de référence de Judith Butler sont : « Performative Acts and Gender Constitution : An Essay in Phenomenology and Feminist Theory », dans Performing Feminisms : Feminist Critical Theory and Theater, ed. Sue-Elle Case, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1990, et Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990.

28  Roberts, Disruptive Acts, op. cit., p. 4.

29  Pour la critique de l’impact du linguistic turn sur l’histoire du féminisme comprenant une approche critique du travail de Scott, voir Kathleen Canning, « Feminist History after the Linguistic Turn : Historicizing Discourse and Experience », dans Signs, 19-2, hiver 1994,  p. 368-404.

30  Victoria E. Thompson, The Virtuous Marketplace : Women and Men, Money and Politics in Paris, 1830-1870, Baltimore, the Johns Hopkins University Press, 2000.

31  Lisa Tiersten, Marianne in the Market : Envisioning Consumer Society in Fin-de-Siècle France, Berkeley, University of California Press, 2001.

32  Joan B. Landes, Women and the Public Sphere in the Age of the French Revolution, Ithaca, Cornell University Press, 1988.

33  Voir Susan Moller Okin, Women in Western Political Thoughts, Princeton, Princeton University Press, 1979, et Jean Bethke Elshtain, Public Man, Private Woman : Women in Social and Politics Thoughts, Princeton, Princeton University Press, 1980. Les travaux de la philosophe Carole Patemen ont aussi influencé les universitaires à cette époque, tout comme ceux de la française Geneviève Fraisse. Voir Carole Patemen, The Sexual Contact, Stanford, Stanford University Press, 1988, Geneviève Fraisse, Muse de la raison : la démocratie exclusive et la différence des sexes, Aix-en-Provence, Alinéa, 1989.

34  Lynn Hunt, The Family Romance of the French Revolution, Berkeley, University of California Press, 1992.

35  Suzanne Desan, «War Between Brothers and Sisters : Inheritance Law and Gender Politics in Revolutionary France », dans French Historical Studies, 20-4, automne 1997,  p. 597-634.

36  Sara Maza, Private Lives and Public Affairs : The Causes Célèbres of Pre-Revolutionary France, Berkeley, University of California Press, 1993 (traduction française, Vies privées, affaires publiques : les causes célèbres de la France prérévolutionnaires, Paris, Fayard, 1997). D’autres travaux majeurs portent sur les femmes et le genre au temps des Lumières comme ceux de : Dena Goodman, The Republic of Letters : A Cultural History of the French Enlightenment, Ithaca, Cornell University Press, 1994 ; Samia I. Spencer, éditeur, French Women and the Age of Enlightenment, Bloomington, Indiana University Press, 1984.

37  Carla Hesse, The Other Enlightenment : How French Women became Modern, Princeton, Princeton University Press, 2001.

38  Carol E. Harrison, The Bourgeois Citizen in Nineteenth-Century France : Gender, Sociability and the Uses of Emulation, Oxford, Oxford University Press, 1999 ; Jill Harsin, Barricades : The War of the Streets in Revolutionary Paris, 1830-1848, Houndsmills, Palgrave, 2002.

39  Robert A. Nye, Masculinity and Male Codes of Honor in Modern France, New York, Oxford University Press, 1993.

40  Jacques Donzelot, La police des familles, Paris, éditions de Minuit, 1977, rééd. 2005. Voir aussi, Donzelot, L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Fayard, 1984 ;rééd., Le Seuil, coll. « Points essais », 1994.

41  Joshua Cole, The Power of Large Numbers : Population, Politics and Gender in Nineteenth-Century France, Ithaca, Cornell University Press, 2000, p. 12. Cole cite aussi la critique littéraire Mary Poovey pour son influence sur sa manière de penser le social. Voir Poovey, Making a Social Body : British Cultural Formation, 1830-1864, Chicago, University of Chicago Press, 1995.

42  Elinor A. Accampo, Rachel G. Fuchs et Mary Lynn Stewart, Gender and the Politics of Social Reform in France, 1870-1914, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1995.

43  Elinor A. Accampo, « Gender, Social Policy and the Formation of the Third Republic : An Introduction », dans Accampo et alii, Gender and the Politics of Social Reform, p. 11. Accampo cite le livre célèbre de Denise Riley, « Am I that Name ? » Feminism and the Category of « Woman in History », Minneapolis, University of Minnesota Press, 1998, comme un modèle d’approche du social dans une perspective sexuée.

44  Jo Burr Margadant éditeur, The New Biography : Performing Femininity in Nineteenth-Century France, Berkeley, University of California Press, 2000 ; James Smith Allen, Poignant Relations : Three Modern French Women, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2000 ; Whitney Walton, Eve’s Proud Descendents : Four Women Writers and Republicain Politics in Nineteenth-Century France, Stanford, Stanford University Press, 2000 ; Roberts, Disruptive Acts.

45  Margadant, The New Biography, op. cit., p. 24.

46  Walton, Eve’s Proud Descendents, op. cit., p. 3.

47  Julia Clancy Smith et Frances Gouda, Domesticating the Empire : Race, Gender and Family Life in French and Dutch Colonialism, Charlottesville, VA., University Press of Virginia, 1998.

48  Elizabeth Thompson, Colonial Citizens : Republican Rights, Paternal Privilege and Gender in French Syria and Lebanon, New York, Columbia University Press, 2000, p. 3.

49  Une publication récente montre combien l’histoire des races en France est prometteuse. Voir Sue Peabody et Tyler Stovall éditeurs, The Color of Liberty : Histories of Race in France, Durham, NC., Duke University Press, 2003.

50  Lynn Hunt éditeur, Eroticism and the Body Politic, Baltimore, The Johns Hopkins Univeristy Press, 1991 ; Jeffrey Merrick et Bryant T. Ragan, Jr. éditeurs, Homosexuality in Modern France, New York, Oxford University Press, 1996 ; Vernon A. Rosario, The Erotic Imagination : French Histories of Perversity, New York, Oxford University Press, 1997 et Carlyn Dean, The Frail Social Body : Pornography, Homosexuality and other Fantasies in Interwar France, Berkeley, University of California Press, 2000.

51  Mary Lynn Stewart, For Health and Beauty : Physical Culture for Frenchwomen, 1880s – 1930s, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2001.

52  Thomas Laqueur, Making Sex : Body and Gender from the Greeks to Freud, Cambridge, MA., Harvard University Press, 1989 ; Londa Schiebinger, The Mind Has No Sex ? Women in the Origins of Modern Science, Cambridge, MA., Harvard University Press, 1989.

53  Karen Offen, « Women’s History : Retrospect (1789-1940) and Prospect » dans French Historical Studies, 26-4, automne 2003, p. 742.

54  Un bon exemple en est donné dans : Katrin Schultheiss, Bodies and Souls : Politics and the Professionalization of Nursing in France, 1880-1922, Cambridge, MA., Harvard University Press, 2001.

55  Bien qu’il ne se limite pas à la seule histoire de France, The Gender of History : Men, Women and Historical Practice, Cambridge, MA., Harvard University Press, 1998, de Bonnie Smith est une critique stimulante de la façon dont les suppositions sur le genre ont modelé la pratique historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victoria E. Thompson, « L’histoire du genre : trente ans de recherches des historiennes américaines de la France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 96-97 | 2005, 41-62.

Référence électronique

Victoria E. Thompson, « L’histoire du genre : trente ans de recherches des historiennes américaines de la France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/943

Haut de page

Auteur

Victoria E. Thompson

Professeure associée, Département d’histoire, Arizona State University

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page