Navigation – Plan du site
DOSSIER

Du bon usage de la littérature en histoire

À propos de l’histoire de France du XIXe siècle 1 : l’excentricité
Priscilla Parkhust
p. 19-29

Résumé

Priscilla Parkhust montre à travers une réflexion très personnelle comment des spécialistes de la littérature française aux États-Unis ont été amenés en s’interrogeant sur le statut de la production littéraire à travailler dans le cadre d’une compréhension globale des sociétés et, ainsi, à contribuer à l’élaboration de l’histoire. Les textes littéraires, abondants et divers du xixe siècle français, constituent une des manifestations sociales de l’époque, pas seulement miroir de la société, mais créations elles-mêmes singulières, inscrites dans les formes du fonctionnement social et actrices à part entière de celui-ci.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je tiens à remercier Kyri Claflin pour ses commentaires aussi perspicaces que pertinents.

1En quoi l’histoire de France telle qu’elle est comprise et pratiquée par les historiens américains se distingue-t-elle de cette même histoire telle que la saisissent les historiens en France ? Y a-t-il une histoire américaine de l’histoire de France en même temps qu’une histoire française ? Si cela est bien le cas – et vu les publics particuliers auxquels s’adressent ces deux histoires, comment en serait-il autrement ? – en quoi résident les principales différences ? Quelles sont les caractéristiques de ces deux histoires de France ? On pourrait ajouter à cela d’autres histoires de France mises en œuvre par des historiens d’autres pays. Toujours est-il que le monde anglo-saxon, et particulièrement l’Amérique, a entretenu un rapport très spécial avec la France, ce dont l’historiographie témoigne. Le présent numéro des Cahiers d’histoire témoigne de l’intérêt de ce rapprochement de part et d’autre de l’Atlantique, un intérêt qui n’a rien d’étonnant puisque les questions soulevées touchent au cœur même de l’entreprise de la recherche en histoire. Pour en venir à la question qui me préoccupe dans cet article et qui devra intéresser tous ceux qui cherchent à comprendre et à expliquer un pays qui n’est pas le leur, que discerne celui qui vient de l’extérieur que l’autochtone passerait sous silence ?

  • 2  Il est évident que la qualification d’« intime » ou d’« étranger » dépend étroitement des circonst (...)
  • 3  Ce n’est ni le lieu ni le moment de faire état du concept de « champ intellectuel. » Pour une illu (...)

2La Démocratie en Amérique de Tocqueville restera longtemps le bel exemple et la grande inspiration de ce genre de comparatisme. À l’instar de Tocqueville, quoique dans le sens inverse, les chercheurs (y compris les historiens de la littérature) sur la France venant d’au-delà de l’Hexagone entretiennent un rapport essentiel sinon évident au champ intellectuel français. Ils y sont aussi intimement liés que l’Étranger proposé par Georg Simmel dans son essai intitulé justement L’Étranger (« Der Fremde », 1904). Plus qu’individuelle, cette intimité est constitutive de la communauté. Pour illustrer ce type de rapport structural entre une communauté plus ou moins close et celui qui vient de l’extérieur, Simmel propose l’exemple du marchand du Moyen Age, en particulier le Juif, l’individu qui, par excellence, fait partie de la communauté mais vient de l’extérieur. Ainsi que l’observe si justement Simmel, un tel individu est « loin aujourd’hui, là demain ». De même que les communautés médiévales dépendaient foncièrement des contributions de ces personnages ambulatoires, toute communauté intellectuelle vit des apports des étrangers qui y vivent, qui participent à la vie communautaire sans être membres à plein titre. Les Américains qui se penchent sur l’histoire de la France appartiendraient à cette catégorie d’étrangers intimes 2. Ou bien, pour me servir d’un langage sociologique plus contemporain, un champ intellectuel comprend les sites excentriques tout aussi bien que ceux qui se trouvent au centre des rapports de pouvoir du champ et ce à titre théorique égal 3.

3Or, en ce qui concerne le champ historique, celui des historiens, il va presque sans dire que les littéraires et la littérature se trouvent dans une position excentrique. Les textes sur lesquels s’appuie l’historien sortent habituellement des archives, des écrits fréquemment inédits et/ou d’ordre légal, religieux, ou des chroniques officielles. Pour les sociétés anciennes d’ailleurs, ce sont les seuls dont dispose le chercheur. Les textes reconnus « littéraires » ont également survécu, mais pour d’autres raisons, notamment, la valeur esthétique intrinsèque qui leur est attribuée. Pour la critique et l’historien de la littérature, cette valeur fait partie de l’objet littéraire. On ne la discute pas, on travaille avec. L’œuvre littéraire devient tout logiquement une fin en soi. C’est justement cette valeur qui est mise en question par les littéraires des nouvelles générations. Comment la littérature a-t-elle reçu ses privilèges ? Quelles en sont les conséquences, et pour la littérature, et pour la société ? Par ailleurs, comment une prise en considération des œuvres littéraires infléchit-elle le jugement de l’historien ?

4Littéraire de formation devenue sociologue sur le tard, comme bon nombre de mes collègues, je puise librement dans les travaux d’historiens. La conjonction du social et du littéraire telle que je la conçois et pratique nécessite un sens aigu du contexte historique. De plus, j’estime que les œuvres littéraires nous éclairent, non pas tant sur les faits historiques – d’autres sources seraient plus fiables – que sur le fonctionnement du social. Ce fonctionnement nous arrive, non pas en direct, si je puis dire, mais en différé. Pourtant, pour saisir la société par la littérature, il faut concevoir la littérature autrement ; il faut la comprendre comme une composante de la société que l’on doit prendre en compte plutôt que comme un signe préexistant à l’enquête, signe d’une société fixe.

  • 4  Lettre à Margaret Harkness, avril 1888 :
  • 5  La théorie marxiste qui subordonne les manifestations culturelles de la superstructure à la domina (...)

5Évidemment, de tous temps, les œuvres littéraires ont servi à dramatiser les phénomènes sociaux. Le xixe siècle fournit l’exemple d’Engels, qui assurait avoir plus appris des romans de Balzac que de tous les gros livres d’économie ou d’histoire 4. Que Balzac ait été très explicitement de droite n’infirmait en rien pour Engels la valeur des types sociaux qu’il décrivait et l’analyse de la société moderne qu’il développait. Le roman moderne, en particulier le roman social du xixe siècle, comme chacun sait, offre un terrain d’élection pour ce genre de leçon, en grande partie du fait que les romanciers en question, Balzac tout le premier, n’ont jamais fait mystère de leurs visées politiques et sociales. « J’ai fait mieux que l’historien, a-t-il proclamé dans l’Avant-Propos de la Comédie humaine, je suis plus libre… » Ou bien prenons Durkheim, dans Le Suicide,qui trouve l’incarnation de ses types de suicidaires dans des héros de la littérature française. Toutefois, cette utilisation de la littérature reste documentaire, elle n’a rien de spécifiquement littéraire. Il s’agit d’un texte connu qui dirige le lecteur dans une direction donnée. L’analyste se sert de personnages et d’intrigues fictifs pour illustrer ses propos. La littérature fournit un moyen, mais non la fin de l’analyse. Les critiques dénonçant la naïveté de cette conception de la littérature comme expression directe de phénomènes sociaux n’ont pas fait défaut, conception qui se rapproche d’une lecture sommaire de la théorie marxiste de la « réflexion » de la réalité 5. Quoi qu’il en soit, l’objet littéraire n’est pas pris en compte.

6Or, c’est précisément cet objet que des littéraires des dernières décennies cherchent à cerner. Mais, à la différence de leurs aînés, les historiens et critiques d’obédience plus orthodoxe, ces littéraires « style moderne » poursuivent expressément cet objet littéraire dans le social. Dans quelle mesure le social conforme-t-il le fait littéraire, comment le littéraire entre-t-il dans le social sans pour autant renoncer à son statut de littérature – voilà quelques-unes des questions qu’ils posent. La plupart du temps, ils travaillent à partir des œuvres littéraires pour aboutir au social, quitte à revenir vers les textes littéraires du départ. En fait, ces exégètes n’acceptent plus une division nette entre les deux – une division aussi importante pour les critiques marxistes de la « réflexion » qu’elle l’est pour les partisans d’approches plus classiques. Animés par la conviction que la littérature a partie liée avec la société, qu’elle y remplit des fonctions particulières, importantes et nécessaires, les critiques de cette dernière fin du siècle interprètent l’œuvre dite littéraire comme une manifestation multiple du social, plutôt qu’une « expression » simple.

Généalogie universitaire et intellectuelle

  • 6  Dans l’ordre de parution, ces ouvrages sont : Sandy Petrey, Realism and Revolution : Balzac, Stend (...)

7Plutôt que de faire un recensement – à supposer qu’il soit possible d’en faire un – j’appuierai mes propos sur trois ouvrages, textes exemplaires pour mon propos. Tous trois sont sortis des presses universitaires américaines dans les deux dernières décennies et traitent de la littérature dans ses rapports historiques au xixe siècle. Aucun n’est traduit en français, bien que certains essais de ces auteurs aient paru en France 6. Les trois auteurs ont reçu une formation littéraire dans les universités américaines, et tous, chacun à sa manière, ont répondu à l’appel de l’histoire. Il va sans dire qu’il ne s’agit nullement d’une école, encore moins d’une équipe. Tout au plus s’inscrivent-ils dans un courant de littéraires frustrés par les études littéraires orthodoxes, qui ont cherché des nourritures intellectuelles en dehors de leur discipline d’origine. Ce qui est certain, c’est qu’ils récusent l’idée de l’art pour l’art. Ils refusent la mise en quarantaine du produit artistique dans un domaine à part qui serait réglé par les génies que sont les grands écrivains. Si je force quelque peu la note, il n’en est pas moins vrai que faire des études littéraires une sorte de chasse gardée leur paraît un non-sens particulièrement nuisible à l’entreprise intellectuelle. Sans pour autant s’adonner à la sociologie, ils adhèrent grosso modo à une notion de la littérature que l’on qualifierait de sociologique.

  • 7  Les dates sont éloquentes : la première correspond à la date de l’édition originale en français, l (...)

8Comme bon nombre de leurs collègues, surtout en lettres, ces universitaires américains se sentaient visiblement à l’étroit dans leur discipline d’origine, ce qui explique leurs ambitions franchement, voire agressivement inter/trans/pluridisciplinaires, leur pluralisme théorique, et leur habitude de prendre leur bien où bon leur semble. L’éclectisme des références théoriques peut surprendre un esprit plus habitué à des systèmes rigoureusement circonscrits. Il y a un aspect pragmatique que l’on serait tenté d’identifier à l’empirisme anglo-américain. Quoi qu’il en soit, il convient de noter certaines des influences qui se sont exercées sur cette reconceptualisation de la littérature. Tout d’abord, suivant la pente « naturelle » pour les littéraires ayant élu domicile dans des départements de langue et de littérature françaises, il y a l’emprise des grandes théories qui sont arrivées en Amérique à partir des années 60. Depuis la linguistique de Saussure et l’anthropologie structurale de Lévi-Strauss jusqu’aux analyses historiques de Foucault, les théories venues de France ont attiré les universitaires américains, qui y trouvent des points de vue intellectuels allant à l’encontre des approches classiques. L’ouverture théorique que l’on peut constater dans certaines universités américaines actuellement représente, il ne faut pas l’oublier, une modification non négligeable des habitudes intellectuelles de ce champ d’origine anglo-saxonne. Dans une grande mesure, ces perspectives théoriques y sont entrées par la porte ouverte des départements de langue et de littérature françaises. Du fait du retard que prend la traduction, ces professionnels de la langue française ont joué un rôle important dans la diffusion de ces nouvelles théories dans les universités américaines 7.

9On notera une autre influence qui a marqué les études littéraires aux États-Unis depuis trente ou quarante ans. À côté des théories, il y a les pratiques textuelles. Et là un des grands ancêtres est sans conteste le philologue et critique allemand, Erich Auerbach (1892-1957), dont le grand ouvrage, Mimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale, publié en allemand en 1945 [Mimesis-dargestellte Wirklichkeit in der abendländischen Literatur], fut traduit en anglais dès 1953. À l’époque Auerbach enseignait aux États-Unis, à l’université de Yale, alors un centre d’études françaises particulièrement en vue. (Ce n’est qu’en 1968 que Mimésis fera son entrée tardive sur la scène française chez Gallimard.) Dans un champ littéraire dominé par la New Criticism (américaine) Mimésis apportait un nouveau souffle. Cette critique, formalisée surtout à partir des textes poétiques, se voulait l’instrument qui dévoilerait la construction linguistique et rhétorique d’un texte de préférence court. D’où une préférence nette pour les œuvres poétiques. En partie en réaction à la critique marxisante des années 20 et 30, réductrice, ce New Criticism bannissait le hors-texte, autant dire le social et l’histoire.

  • 8  On rapprochera Auerbach de son contemporain le sociologue Norbert Elias (1897-1990). L’œuvre majeu (...)

10Si le recul d’un demi-siècle laisse à voir les insuffisances de la théorie auerbachienne du développement de la littérature occidentale, il montre également tout ce qui n’a pas vieilli, ce qui a gardé toute sa pertinence jusque dans notre ère supposée post-moderne, à savoir l’attention soutenue au texte en tant qu’acte littéraire que l’on ne pourra soustraire à l’imbrication du social et du littéraire. À une sensibilité proprement littéraire Auerbach joint une conscience aiguë du rôle du social dans toute œuvre écrite en l’occurrence dans l’œuvre littéraire. Parmi les analyses qu’il entreprend dans Mimésis, lesquelles s’étendent de Homère et la Bible jusqu’à Proust et Woolf qui témoignent d’une érudition immense, est particulièrement célèbre celle de l’ennui qui afflige les jeunes mis en scène par Stendhal dans le Rouge et le Noir. Avec une aisance née d’une longue intimité avec l’œuvre – on se rappellera que le réfugié écrivit son livre magistral pendant la seconde guerre à Istanbul sans les ressources d’une grande bibliothèque – Auerbach propose cet ennui stendhalien comme phénomène proprement historique, lequel ne peut se comprendre qu’enraciné dans les conditions particulières de la Restauration finissante. Engels aurait eu donc raison de chercher une clé du social dans l’imaginaire 8.

  • 9  Les premières traductions de Georg Lukács (1885-1971) en anglais, The Historical Novel et Studies (...)
  • 10  Fondée au début des années 80, l’Association for French Cultural Studies s’est donné (et se donne (...)

11Pour bon nombre de littéraires américains dans les années 60, et particulièrement les jeunes étudiants ou universitaires, cette découverte fut une sorte de libération, renforcée par les traductions d’ouvrages-clés du philosophe hongrois marxiste, Georg Lukács, du critique allemand Walter Benjamin, et, plus tard, du critique russe Mikhaïl Bakhtine 9. Ce qu’aux États-Unis, on nomme aujourd’hui « études françaises », surtout les études dix-neuviémistes, sont redevables à l’ouverture pratiquée par ces écrits il y a 40 ans, quand bien même les travaux ne comportent pas de référence explicite à ces auteurs. On n’œuvre plus aujourd’hui dans la même atmosphère intellectuelle. L’air du temps présent est bien différent de celui que respiraient nos aînés. Évidemment, aux influences provenant d’en dehors de l’Hexagone, il faut ajouter celles du dedans, la « French theory » qui déferla sur les universités américaines à cette même époque – Barthes, Foucault, Derrida, Lacan, Kristeva, Cixous, Todorov…, pour ne citer que les références les plus présentes10. Il n’est pas dans mon intention de faire le point de ces influences théoriques, lesquelles sont loin d’être complètes. Il importe tout simplement de reconnaître la prégnance de perspectives, directions et orientations qui ont incité cette génération à redéfinir l’objet du travail littéraire.

12Et cette reconceptualisation de l’objet littéraire, qu’est-ce qu’elle donne ? Les questions de base posées par ces ouvrages témoignent de la réorientation des études littéraires et de la façon dont elles prennent l’histoire en compte. Ces questions tournent autour de trois thèmes : la dynamique des rapports sociaux dans une société en voie de modernisation ; la signification de la marginalité et le statut de la différence, à savoir les groupes, individus, et littératures relégués par cette société à ses marges ; et, dernièrement, la mise en œuvre d’un nouvel espace culturel.

Les rapports sociaux dans une société nouvelle

13Il est évident que les rapports sociaux dans la société française ont été profondément, mais inégalement bouleversés par la suite d’événements que nous nommons la Révolution. Un des articles de foi de ces générations nouvelles de critiques est l’importance capitale qu’ils attribuent au fait littéraire dans la société qui le produit. Pour répondre à cette interrogation, S. Petrey se réfère aux travaux du philosophe anglais J.-L. Austin, Quand dire, c’est faire ([1955], 1970). Des analyses fouillées des romans du xixe siècle (Balzac, Stendhal, Zola) lui permettent de sonder les rapports entre le réalisme et la Révolution, c’est-à-dire entre catégorie littéraire et événement politique. Mais, pour Petrey comme pour d’autres qui cherchaient à renouveler les études littéraires à l’époque, le littéraire est toujours plus que la littérature tout comme le politique comprend bien plus que la politique. Et Petrey de suggérer, textes à l’appui, que dans la France post-révolutionnaire hantée par des révolutions à venir, l’identité sociale change de nature. Au lieu de constituer une disposition plus ou moins fixe, relativement stable, cette identité devient de plus en plus fluide, sujette au renouvellement continu. Le nouveau roman du xixe siècle ne constate pas, ne peut pas constater, les « faits » historiques ou autres. La vérité romanesque résiderait dans les personnages et les comportements qui dramatisent faits, événements ou circonstances. S’appuyant sur des analyses détaillées et astucieuses des romans choisis (Le Rouge et le Noir, Sarrasine, le Père Goriot, Germinal), Petrey éclaire un monde où l’histoire elle-même est conçue comme une « performance » dans ce sens où rien n’existe a priori, rien n’est donné d’office, où tout doit se constituer dans les actions des individus et des groupes.

14Petrey souligne le rôle de la langue française, qu’il conçoit comme acteur au sens fort du terme dans cette société en quête de stabilité. Il fait intervenir la distinction établie par Austin, entre le discours qui constate ou décrit une réalité qui existe en dehors de lui, et celui qui agit, qui crée, qui produit cette réalité. Comme dans une cérémonie de mariage, le modèle donné par Austin, les mots eux-mêmes ne sont ni vrais ni faux, ils agissent. Ils produisent des « faits » ou des actes sociaux, politiques, et culturels : dire, c’est faire. Si certains discours font autorité, et que les gens y croient, c’est qu’ils sont investis du pouvoir de déterminer la réalité – comme le prêtre est habilité à faire un mariage. Les outils théoriques modernes permettent une réévaluation et une revalorisation d’une pratique textuelle souvent décriée pour sa prétendue naïveté. Dans une gamme de perspectives théoriques qui comprend Lukács et Althusser aussi bien que Barthes, Auerbach, Jacobson et Bakhtine, Petrey s’engage dans la réhabilitation du réalisme en le présentant comme une pratique textuelle essentielle, capitale, en un mot, moderne.

Les marges

15Il n’y a pas que les littéraires de ces dernières années qui se soient intéressés aux marges et aux marginaux. Les historiens contemporains n’ont pas manqué de porter leur attention sur les groupes sociaux ignorés par l’histoire traditionnelle, fixée sur les grands événements et les grands hommes. Pourtant, en littérature, cette attention bouleverse la hiérarchie esthétique aussi bien qu’intellectuelle, ce qui a rendu la résistance particulièrement aiguë. Bien des questions que posent les littéraires deviennent d’ailleurs proprement historiques : qui sont ceux qui se trouvent relégués aux marges, quels groupes, quels individus, quelles œuvres ? Pourquoi et comment s’y trouvent-ils ?

16Dans le choix des textes pour sa démonstration, Petrey s’est limité aux grands romans du siècle. Rien de plus classique que son choix de Balzac, Stendhal et Zola, pour tester la pertinence (et pour faire passer) ses grilles théoriques novatrices. J. Matlock, au contraire, sans pour autant négliger les apports théoriques divers, cherche à agrandir le canevas social et littéraire qui incombe au littéraire. Cet agrandissement modifie l’objet de l’analyse aussi bien que son sujet. Matlock se concentre sur les femmes marginalisées par la prostitution, par l’hystérie qui leur est attribuée, par la folie qui devient leur lot. Le roman participerait d’une surveillance des femmes dans une société proprement panoptique. Pour ces femmes comme pour ceux qui les classent comme « différentes », cette surveillance réalise le panopticon mis en évidence par Foucault dans Surveiller et punir. La différence qu’incarnent ces catégories de femmes relève à la fois des idées reçues et du jamais assez fixe. Ce qui explique les rares protestations des personnes concernées elles-mêmes en même temps que les puissants efforts pour maintenir leur marginalité, donc préserver les privilèges des autres, c’est-à-dire des hommes d’élite.

17De même que J. Matlock choisit ses sujets parmi les déshéritées de la France du xixe siècle, elle appuie sa démonstration sur les œuvres que l’on qualifierait de déshéritées esthétiques, les auteurs et les ouvrages non canoniques, ceux en dehors de la grande littérature. Elle confronte les grands romans aux autres. Le roman populaire d’un Dumas et d’un Sue fait face à l’œuvre canonique de Balzac. D’ailleurs toute une gamme de documents divers est mise à contribution, depuis les romans archi-connus aux autres moins connus parce que moins cotés mais aussi des archives, des illustrations, des gravures, de nouveaux médias dont le roman-feuilleton reste l’exemple le plus achevé. Dans sa (re)construction d’un régime de la marginalité féminine, Matlock analyse la prostituée, l’hystérique, et la folle pour dévoiler certains des mécanismes par lesquels une société, en l’occurrence cette société du xixe siècle en France, produit et maintient un certain ordre.

Le nouvel espace urbain

18Comment naviguer dans une société visiblement en mouvement ? Où sont les points de repère pour ce monde en construction devant nos yeux ? Plus que jamais, Paris au xixe siècle occupe le devant de la scène, la ville est le site de changements, le lieu de métamorphoses, tant individuels que sociaux. Lire cette ville exige des connaissances autrement profondes que par le passé. Or, c’est justement ce genre de lecture qu’entreprend S. Marcus dans ce que l’on nommera une « géographie culturelle » de la capitale. Qui plus est, la singularité de Paris ressort d’une comparaison soutenue avec Londres. L’optique est formée de la confrontation de récits et de résidences car la narratologie a partie liée avec le tissu urbain en renouvellement continu. Marcus insiste sur l’enchevêtrement narratologique de l’espace résidentiel et sur le sens même de la ville dans ce siècle en pleine mutation. L’« archéologie culturelle » qu’elle entreprend nous lance dans l’élaboration d’un discours, voire d’une poétique qui construit les rapports entre vie et ville dans le Paris de la Monarchie de Juillet, le Londres de 1840 à 1880, et le Paris du Second Empire jusqu’en 1880. S’en prenant à la promiscuité qu’ils attribuent à l’immeuble parisien aux appartements communicants, les architectes du « home » anglais le présentent comme le site idéal, et idéalisé, de l’homme propriétaire et maître chez lui. Alors que les écrits parisiens insistent sur les liens entre le privé de l’immeuble et le public de la rue, le discours correspondant en Angleterre construit la maison individuelle contre la ville, le jardin et le muret qui l’entoure comme les remparts d’un mini château fort à l’ancienne. Ces discours parallèles et contrastés des deux côtés de la Manche font apparaître deux conceptions de la ville dans deux paysages urbains bien distincts. Pour circonscrire ces discours de la ville, S. Marcus attire notre attention sur les écrits divers qui les composent. À côté des oeuvres littéraires, il y a des discussions d’architectes et d’urbanistes aussi bien que des illustrations et des articles dans la presse populaire. Ces ouvrages plutôt inhabituels nous révèlent, en même temps qu’ils en offrent une lecture nouvelle, l’espace culturel en train de se faire au xixe siècle. Comme d’autres auteurs, Marcus lit le paysage urbain dans les discours qu’il suscite, discours qui touchent à bien des sujets qui suggèrent l’incursion de la ville dans la vie quotidienne – les rapports sociaux ne sont plus les mêmes qu’au début du siècle.

  • 11  Je me permets à ce propos de renvoyer également à mon propre travail, Paris as Revolution : Readin (...)

19Ces trois ouvrages nous montrent l’importance croissante qu’ont prises des études inter/transdisciplinaires dans l’université américaine de nos jours 11. Les études littéraires ne sont plus ce qu’elles ont été il n’y a pas si longtemps. Il est hautement significatif que littéraire de formation, Marcus se présente comme une historienne de la culture. Il n’empêche qu’à bien des égards, les trois autres continuent ou renouent avec la tradition des études littéraires classiques, et ils le font par l’explication de texte. Tous accordent à l’analyse détaillée des textes une attention soutenue et informée par les méthodes linguistiques et rhétoriques mises à jour par diverses théories du littéraire. En études littéraires, surtout dans des départements de langue et de littérature françaises des universités américaines, l’explication de texte offre l’outil de base. Bien que les lectures comme les textes soient devenus autrement souples que par le passé, et qu’ils interrogent le texte différemment, le fil d’Ariane de ces ouvrages, comme de bien d’autres, reste l’explication de texte. Voilà peut-être la qualité qui distingue le littéraire et conditionne son emprise de l’histoire. Tout historisant, tout post-moderne qu’il puisse (ou veuille) être, le littéraire reste l’amoureux des textes, particulièrement des textes reconnus « littéraires », dont il suit les mouvements, et repère les structures.

20Le lecteur historien est en droit de se demander ce que ces nouvelles lectures lui apportent. Qu’est-ce qu’il peut adopter pour ses propres lectures de phénomènes historiques ? Les ouvrages dont il a été question ci-dessus exposent l’importance que revêt l’histoire pour les études littéraires. Reste à savoir ce que la littérature peut bien apporter à l’historien. Celui-ci a d’autres visions de la littérature, d’autres images de l’histoire. Le bon usage de la littérature en histoire ne dicte pas, ne doit pas dicter l’usage de l’histoire en littérature. En paraphrasant les propos de Pascal, on pourrait dire pour conclure que l’une et l’autre ont leurs raisons que l’autre ne connaît point.

Haut de page

Notes

1  Je tiens à remercier Kyri Claflin pour ses commentaires aussi perspicaces que pertinents.

2  Il est évident que la qualification d’« intime » ou d’« étranger » dépend étroitement des circonstances particulières dans lesquelles ces rapports se nouent et se maintiennent. Simmel lui-même considère tout rapport social comme une négociation continue entre distance et proximité.

3  Ce n’est ni le lieu ni le moment de faire état du concept de « champ intellectuel. » Pour une illustration dans un domaine concret voir Pierre Bourdieu, La Noblesse d’État : Grandes Écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit, 1989, et particulièrement l’édition américaine, The State Nobility : Elite Schools in the field of power, Oxford, Polity Press, 1996, qui identifie les personnalités occupant des positions dans le champ afférent.

4  Lettre à Margaret Harkness, avril 1888 :

http://www.marxists.org/archive/marx/works/1888/letters/88_04_15.htm

5  La théorie marxiste qui subordonne les manifestations culturelles de la superstructure à la domination de la base économique est l’expression robuste d’une perspective qui se trouve bien avant Marx, sous la plume d’un conservateur invétéré, le vicomte de Bonald : « La littérature est l’expression de la société comme la parole est l’expression de l’homme », Législation primitive, (Paris : LeClere, An XI [1802], 2 : 207). Stendhal fait écho aux mêmes sentiments dans Le Rouge et le Noir (1830) : « un roman : c’est un miroir qu’on promène le long du chemin » et « un roman est un miroir qui se promène sur une grande route ».

6  Dans l’ordre de parution, ces ouvrages sont : Sandy Petrey, Realism and Revolution : Balzac, Stendhal, Zola, and the Performances of History, Cornell University Press, 1988 ; Jann Matlock, Scenes of Seduction : Prostitution, Hysteria, and Reading Difference in Nineteenth-Century France, Columbia University Press, 1994, et Sharon Marcus, Apartment Stories : City and home in nineteenth-century Paris and London, University of California Press, 1999. Les auteurs s’étendent sur trois générations universitaires (Petrey diplômé de la fin des années 60 ; Matlock et Marcus des années 80 et 90), mais ils se rapprochent plus qu’il ne paraît puisque pour Petrey, il s’agit de travaux qui interviennent dans une carrière bien avancée par d’autres ouvrages plus « classiques », alors que les ouvrages de Matlock et Marcus sont, à l’origine, des thèses de doctorat. Les thèses de doctorat des deux premiers s’inscrivent dans une lignée plus « traditionnelle. »

7  Les dates sont éloquentes : la première correspond à la date de l’édition originale en français, la seconde pour la traduction en anglais : Jacques Derrida, De la grammatologie, éd. française 1967, éd. américaine 1976 ; Michel Foucault, Naissance de la clinique, éd. française 1963, éd. américaine 1973, Les mots et les choses, 1966, 1971, L’Archéologie du savoir, 1969/1972 ; Roland Barthes, Mythologies, éd. française 1957, éd. américaine 1972.

8  On rapprochera Auerbach de son contemporain le sociologue Norbert Elias (1897-1990). L’œuvre majeure de ce dernier, Über den Prozess der Zivilisation (1939), fait preuve d’une sensibilité historique, d’une vision vaste du développement de l’Occident, d’un goût pour les grandes représentations théoriques liés à une pratique intense du texte. L’ouvrage d’Elias n’a été traduit en anglais qu’en 1968. On a attendu quelques années encore en France où La civilisation des mœurs paraît chez Calmann-Lévy paru qu’en 1973.

9  Les premières traductions de Georg Lukács (1885-1971) en anglais, The Historical Novel et Studies in European realism, paraissent toutes deux en 1962. Les traductions françaises datent de la même époque : Le Roman historique en 1965, Balzac et le réalisme français, deux ans plus tard, en 1967. Une traduction pionnière de quelques essais de Walter Benjamin paraît en France dès 1959 (Oeuvres choisies). En anglais, Illuminations n’arrivent qu’en 1968, bien que certains essais aient été connus par les revues bien avant cette date. La grande vague benjaminienne attendra les années 1980 et 1990. Das Passagen-werk est traduit en français en 1989, Paris, capitale du xixe siècle : le livre des passages, plus tardivement en anglais, The Arcades Project, 1999.

10  Fondée au début des années 80, l’Association for French Cultural Studies s’est donné (et se donne toujours) la mission d’élargir l’objet de l’enseignement de la langue française. En réponse à la diminution très importante des effectifs des élèves qui se spécialisent en français à l’université, elle envisage un enseignement qui comprendrait plus que l’étude de la littérature, son objet traditionnel. L’aire française, s’est-on efforcé de faire comprendre, englobe bien plus que les seules œuvres littéraires. Il n’y a qu’à confronter les programmes de n’importe département de langue et littérature françaises des années 50 ou 60 avec ceux des années 80 et 90. D’où également l’intérêt pour les littératures dites francophones, c’est-à-dire d’en dehors de l’Hexagone, particulièrement de l’Afrique noire et du Maghreb, un intérêt qui s’est manifesté plus tôt au États-Unis qu’en France. Il y aurait à faire état des historiens tels que Hayden White qui ont, eux aussi, redéfini l’objet intellectuel de la discipline (Metahistory : the historical imagination in nineteenth-century Europe, 1973 ; Tropics of discourse : essays in cultural criticism, 1978).

11  Je me permets à ce propos de renvoyer également à mon propre travail, Paris as Revolution : Reading the 19th-century City, University of California Press, 1994, lequel compose une autre « géographie culturelle » parisienne. La question de base, c’est bien les rapports entre ville et révolution. Comme Matlock et Marcus, je confronte les grands romans à d’autres textes, depuis les noms de rue (texte virtuel) aux guides de Paris en passant par le journalisme. Comme Marcus, j’exploite des personnages clé de la ville, le flâneur pour moi, la concierge pour Marcus, tous deux agents générateurs de récits et de savoir. Voir, en français, « Mobilité et modernité : le Paris de La Curée, » Les Cahiers naturalistes, No 63, 1993, 73-81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Priscilla Parkhust, « Du bon usage de la littérature en histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 96-97 | 2005, 19-29.

Référence électronique

Priscilla Parkhust, « Du bon usage de la littérature en histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/925

Haut de page

Auteur

Priscilla Parkhust

Professeure, Columbia University, Département de sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page