Navigation – Plan du site
DOSSIER

Regards d’historiens américains sur l’histoire contemporaine de la France

Introduction
David Shafer
Traduction de Pascal Dupuy et Karine Rance
p. 11-17

Texte intégral

1Au printemps 2003, j’ai rencontré pour la première fois Anne Jollet, responsable de la rédaction des Cahiers, afin d’élaborer la thématique de ce présent numéro. Nous avons abordé deux questions : les objets d’étude ainsi que les sources utilisées par les historiens américains de la France, à la fois dans leurs recherches et dans leurs pratiques pédagogiques. Rien de plus précis.

2En ce qui me concerne, ce numéro a véritablement commencé à prendre forme lorsque nos conversations ont dérivé sur ma propre expérience d’enseignant d’histoire de la France à la California State University de Long Beach. Anne Jollet, spécialiste de la Révolution française et des campagnes sous l’Ancien Régime, semblait à la fois intéressée et surprise par les textes proposés aux étudiants qui suivent mon cours sur la France d’Ancien Régime. Outre les manuels classiques sur la France des XVIe-XVIIIe siècles, les monographies et les recueils de sources traditionnelles (œuvres de philosophes, pamphlets politiques, sources officielles…), les étudiants doivent également consulter des ouvrages tels que l’Héptameron de Marguerite de Navarre, La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette, quelques pièces de Molière ou encore les Lettres d’une Péruvienne de Madame de Graffigny.

3Il semblait donc qu’en France les historiens universitaires entretenaient des rapports un peu différents des nôtres avec les sources visuelles et, encore plus, littéraires. Avec bien sûr des exceptions, la pratique de l’histoire en France entretient de fait des liens assez distendus et méfiants avec la littérature et des arts visuels. Héritage sans doute de la constitution de la méthode historique à la fin du XIXe siècle en rupture avec la conception romantique de l’histoire. Du coup, l’importance accordée par les historiens américains de la France, dans leur enseignement comme dans leurs recherches, aux sources littéraires et artistiques nous a semblé mériter d’être un des aspects de ce dossier.

4Afin de faire mieux comprendre aux lecteurs français, la démarche de nombre de spécialistes de l’histoire de France aux États-Unis, je me permets d’exposer le travail concret que j’ai moi-même mené il y a quelques années. Nous avons collaboré avec l’une de mes collègues du département de français dans le but de développer un nouveau diplôme d’études françaises. Notre projet, centré sur la francophonie, fut de mettre en place un programme qui utiliserait les enseignements de plusieurs départements. Projet qui est devenu réalité, puisque nous sommes, à présent, la première université à l’ouest du Mississippi offrant un diplôme interdisciplinaire d’études françaises. Ce diplôme est constitué de cours dispensés principalement dans les départements de français et d’histoire, ainsi que de modules, centrés autour de la France, offerts par les départements d’histoire de l’art, de cinéma, de sociologie, des sciences du langage ou des sciences économiques. L’impulsion qui se trouve à l’origine de ce diplôme repose, avant tout, sur un double constat : d’une part, la production culturelle est inextricablement liée au contexte historique à partir duquel elle émerge, et, d’autre part, cette production offre un éclairage sur les représentations des modes de vie et les signifiants identitaires, soit les codes et les symboles d’une société.

5De plus, ce diplôme d’études françaises inclut l’ensemble de la francophonie dans son spectre géographique ce qui peut là aussi être déroutant pour des Français. Cette décision a été dictée, dans un premier temps, par un impératif linguistique, mais elle s’inscrit aussi dans une perception de la France qui la place dans sa dimension de puissance coloniale, dans sa relation à la colonisation et dans sa relation aux survivances de ce passé colonial. Ceci explique l’importance accordée dans ce dossier à cette dimension de l’histoire de France, présente ici spécifiquement à travers deux articles. Le républicanisme français apparaît en effet à nombre d’historiens américains de la France comme mieux perçu lorsqu’il est considéré avec le passé colonial du pays et à partir des relations de réciprocité existant entre la France et ses anciennes colonies.

6Grâce à la collaboration de chercheurs américains, ce dossier des Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique explore quelques-unes des nouvelles approches pédagogiques et scientifiques mises en œuvre aux États-Unis par les spécialistes d’histoire contemporaine française. Ni uni par un thème central, ni évidemment exhaustif dans son contenu, ce numéro a cherché à mettre en lumière quelques-uns des champs d’enquête et des méthodes historiques appliquées par les historien(ne) s américain(e)s, proposant ainsi de nouvelles directions de recherche.

  • 1  Philip G. Nord, Impressionists and Politics : Art and Democracy in the Nineteenth Century, London (...)
  • 2  Deborah Silverman, Art Nouveau in Fin-de-Siècle France : Politics, Psychology, and Style, Berkeley (...)
  • 3  Daniel J. Sherman, Worthy monuments : art museums and the politics of culture in nineteenth-centur (...)
  • 4  Gonzalo Sánchez, Organizing independance : the artists federation of the Paris Commune and its leg (...)

7Les articles de Priscilla Parkhurst Ferguson et de Hollis Clayson examinent les relations de la littérature et des arts visuels avec l’histoire de France qui avaient été un des points de départ de notre réflexion. Reconnaissant que la littérature n’est pas une source des plus fiables, Ferguson envisage dans quelle mesure le matériau culturel démultiplie les outils traditionnels de l’historien(ne). En spécialiste du XIXe siècle, l’auteure étudie la littérature produite pendant cette période. La littérature est, selon Ferguson, une source exceptionnelle pour explorer les nuances des relations sociales d’une société en révolution, comprendre la construction et l’articulation d’une marginalisation sociale et, enfin, apprécier les interférences entre les sphères publiques et privées. Pour Hollis Clayson, historienne de l’art dont les travaux se situent aux confins de l’histoire de l’art et de l’histoire, l’impact de l’histoire sociale et du post-structuralisme des années 1970 a changé la pratique des historiens de l’art et les a amenés à davantage considérer les codes sociaux et politiques enfouis dans les productions artistiques. Enfin, cela les a également conduits à s’éloigner de la vision d’un artiste vivant en autarcie, indépendamment de son milieu social. Depuis, cette notion de l’artiste comme médiateur a été réévaluée grâce à la multiplication des études sur le genre et les « queers ». Bien que la contribution de Clayson examine l’évolution, aux États-Unis, de l’histoire de l’art développée en France à partir des perspectives de sa propre discipline, la lecture d’ouvrages comme ceux de Philip Nord 1, Deborah Silverman 2, Daniel Sherman 3 et Gonzalo Sánchez 4 révèle des approches semblables dans les méthodes appliquées par les historiens de l’art et les historiens.

  • 5  Kristin Ross, Fast cars, clean bodies : decolonization and the reordering of French culture, Cambr (...)
  • 6  Naomi Greene, Landscapes of loss : the National Past in postwar French Cinema, Princeton, N.J., Pr (...)

8Cependant les conclusions de Clayson doivent être également confrontées aux travaux de Kristin Ross 5, professeure de littérature comparée, et Naomi Greene 6, professeure émérite d’études cinématographiques et de français, qui ont toutes deux examiné les relations entre le cinéma français et la fabrication de la mémoire collective et de l’identité nationale. En effet, comme l’observe Clayson, la multiplication des études américaines sur l’identité française (centrées autour du genre, de la race ou de la notion d’ethnicité) a exercé une profonde influence sur les objets d’étude des historiens de l’art.

  • 7  Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses : Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution fr (...)
  • 8  David Shafer, The Paris Commune : French Politics, Culture, and Society at the Crossroads of the R (...)

9Même si des voix, en France, se sont aussi élevées pour aborder les notions de race, d’ethnicité et de genre, les historien(ne) s français(es) n’ont pas abordé ces domaines avec la même vivacité que leurs confrères américains. Ainsi, à l’exception du travail exemplaire de Dominique Godineau 7 sur les femmes pendant la Révolution française, les historien(e) s francophones du bouleversement de 1789 ont largement laissé ce champ à la disposition des chercheurs anglophones. De même l’absence de travaux en langue française sur le rôle des femmes pendant les révolutions du XIXe siècle m’est apparue criante lors de la rédaction de mon ouvrage sur la Commune 8.

10L’article de Victoria Thompson s’attache à l’historiographie de l’histoire des femmes en France. Comme l’observe l’auteure, à partir des études de la communauté des historien (ne) s américain(e) s spécialistes de l’histoire de France, l’histoire des femmes a évolué d’une conception de la femme opprimée vers la prise en considération de son rôle d’agent de l’histoire.

11Les historien(ne) s se sont rendu compte que, bien qu’étant opprimées, les femmes au XIXe siècle ne percevaient pas toujours leur statut en terme de subordination, et ne se conformaient pas passivement aux rôles que les hommes voulaient leur assigner. Sans toutefois nier cette subordination, les historien(ne)s ont récemment replacé la condition des femmes dans un contexte socio-culturel, politique et économique plus large. Il en a résulté une histoire des femmes libérée des limites et du statut qu’offrait une application stricte du paradigme des « sphères séparées ». Thompson fait partie de cette légion, en constant développement, d’historien(ne)s américain(e)s qui ont compris que les relations entre les sphères publique et privée sont d’une grande complexité, bien plus importante que les historien(ne)s ne l’avaient relevé jusqu’à présent. En effet, même si les normes culturelles reléguaient les femmes dans la sphère privée, ces dernières étaient amenées fréquemment à négocier au sein de la sphère publique. Questionnée de manière inédite, l’histoire des femmes en France en est sortie transformée et l’article de Thompson suggère, toutefois, qu’il reste encore de nombreux objets à explorer.

12L’un des thèmes développés par Thompson, le genre comme identité construite culturellement aux marges du système normatif de la nation française, fait écho à l’article de Tyler Stovall intitulé « Universalisme, différence et invisibilité. Revisiter l’histoire de la notion de race dans la France contemporaine ». Peut-être que, comme le suggère Stovall, les recherches sur la notion de race ayant été particulièrement menées au sein de sociétés dans lesquelles les expériences historiques nationales furent confrontées aux problèmes raciaux, les historien(ne)s américain(e)s s’en sont emparés avec plus de vigueur que leurs confrères français. Toutefois, comme l’indique Stovall, si les chercheurs français n’ont pas non plus ignoré ces questions, ils se sont davantage attachés à leurs manifestations contemporaines plutôt qu’à essayer d’envisager leurs fonctions dans l’histoire et la formation de la nation.

13L’article de Stovall suggère que l’histoire de France, et plus particulièrement les questions d’identité nationale qui ont attiré l’attention d’un nombre considérable de chercheurs, ont toujours été saisies en terme de catégorisation. Depuis la Troisième République, la communauté normative à laquelle on faisait référence, généralement, sous le terme de « race française » fut forgée autour des idéaux d’universalisme républicain. Cependant, selon Stovall, le républicanisme ne peut plus être détaché de la relation historiquement symbiotique qu’il entretenait avec le colonialisme. Par conséquent, les références historiques à la « race française », bien qu’étant ostensiblement fondées sur des considérations idéologiques (à savoir le républicanisme), sont restées liées à des conventions qui sont à la fois phénotypiques et immuables. Ainsi, Stovall considère que l’idée de race n’agit pas seulement dans le domaine insidieux du racisme, mais qu’elle est historiquement tellement intégrée au républicanisme français qu’elle se trouve au cœur même de l’identité nationale.

14L’article de Gary Wilder met en lumière les récentes tendances des historien(ne)s américain(e)s travaillant sur l’histoire de France qui, afin de revigorer leur champ d’enquête, l’ont étendu au monde francophone. Sans aller jusqu’à qualifier cette approche d’« impérialisme intellectuel », Wilder, cependant, dresse un parallèle entre la propension actuelle des historien(ne)s à s’engager dans des études coloniales et la « solution spatiale » (« spatial fix ») du capitalisme du XIXe siècle utilisant l’impérialisme pour stimuler une économie marquée par un marché domestique stagnant. Toutefois, Wilder ne suggère pas que les historien(ne)s ne doivent pas s’abreuver aux sources de l’histoire coloniale. Il indique, plutôt, que ce « colonial turn » (« tournant colonial ») pourrait devenir le moyen de revitaliser, aux États-Unis, la recherche historique ayant la France pour objet. En d’autres termes, dans la mesure où les universités américaines privilégient de plus en plus les approches comparatistes et globales, l’histoire européenne pourrait se voir réduite à un simple anachronisme si elle se limitait strictement à un contenu national ou même européen. Ceci étant dit, selon Wilder, percevoir le monde colonial français à travers le prisme national (et plus précisément républicain) peut produire une image distordue, réfléchissante, plutôt qu’interrogative, des principes fondateurs du républicanisme. Bien sûr, Wilder n’en appelle pas à la fin du paradigme national qui serait à jeter aux oubliettes de l’histoire. Il indique plutôt que, si l’on veut que les études sur le monde colonial ne deviennent pas un simple appendice des études portant sur la notion de république française, les historien(ne)s doivent l’appréhender à partir d’autres modes de pensée, tels que les dynamiques et les mouvements internes des sociétés coloniales, ou encore la nature transnationale du colonialisme. Non seulement ces perspectives alternatives permettraient de délivrer le colonialisme français de ses attaches républicaines, mais elles auraient également comme effet d’élargir et d’affiner notre compréhension de l’histoire nationale française et, en suivant le cheminement de la pensée de Stovall, de l’identité française.

15La dernière contribution du dossier est celle de Gregory S. Brown. Elle porte sur l’utilisation des nouvelles technologies à des fins pédagogiques. Comme l’observe Brown, les nouvelles technologies pour l’enseignement et la recherche sont encore peu utilisées par les historien(ne)s en général, et par les historien(ne)s français(es) en particulier. Trop souvent malheureusement, les historien(ne)s ne définissent pas d’objectifs clairs avant d’utiliser la technologie et s’en servent uniquement en raison de son caractère neuf ou accessible. L’intérêt grandissant pour les technologies nouvelles ne doit cependant pas nous faire oublier qu’elles soulèvent un certain nombre de problèmes, comme la possibilité pour les étudiants de n’avoir recours qu’à l’internet et d’ignorer les recherches en bibliothèques ou dans les archives. En outre, alors que les ressources électroniques se nourrissent de plus en plus de textes en ligne, ils doivent, pour que nos étudiants américains puissent les utiliser, être traduits en anglais. En dehors des étudiants de Master, très peu, dans les niveaux inférieurs, sont en mesure de lire, comprendre ou analyser un texte en français. Mais, comme le suggère Brown, nous pouvons diriger nos étudiants vers des sources visuelles, et comme nous l’avons observé plus haut, les historien(ne)s américain(e)s de l’histoire de France ont été des plus actifs dans le domaine de l’analyse iconographique appliquée à l’histoire.

16On s’en souvient, Wilder considère que, dans leurs pratiques pédagogiques, les enseignants américains spécialistes de l’histoire de France se doivent d’avoir une ouverture et une approche internationales. Dans une perspective analogue, l’article de Brown suggère que les nouvelles technologies peuvent, pour cette même communauté d’historiens, permettre d’améliorer les pratiques de l’enseignement et répondre plus pleinement aux attentes des étudiants.

17Je me permets à ce propos de citer un exemple remarquable d’instrument pédagogique mis au point par deux de mes collègues de la California State University à Long Beach, Patricia Cleary et Sean Smith. Leur website (http://back.acs.csulb.edu:8080/​emurray/​) consacré à la vie quotidienne d’Elizabeth Murray, une négociante américaine au XVIIIe siècle, est tiré de la thèse de Pat Cleary. Le site adopte une approche interactive et est organisé en fonction des niveaux pédagogiques. Cette distinction permet aux enseignants des écoles primaires, des collèges, des lycées ou du supérieur de bâtir des cours et de susciter auprès de leurs élèves des travaux relatifs à l’Amérique coloniale, à l’histoire des femmes ou à l’histoire économique et tout cela à partir de la vie d’Elizabeth Murray. Si on peut tirer un grand profit de la visite de ce site, c’est qu’il offre une exploration de l’histoire adaptable au niveau intellectuel des élèves. Mais ce type d’entreprise n’est possible que grâce à la générosité de ses concepteurs et également à celle de l’institution qui l’a financé.

18En conclusion, quel est l’intérêt de ce numéro centré sur le regard et les pratiques d’enseignants américains sur l’histoire de France ? Il répond à la volonté de stimuler une discussion sur le devenir de l’histoire de France dans les universités américaines. Cependant, une autre de ses ambitions, plus fondamentale celle-ci, est d’explorer les points de dissonance entre historiens français et américains et, ainsi, de mettre en lumière les relations entre « background » national et pratique de l’histoire.

19Ce dossier voudrait nous aider à préciser les points d’ancrage de ces divergences nationales, fondées sur des présupposés des cultures nationales pas toujours bien explicités, et à comprendre en quoi elles ont des chances de contribuer à façonner les interprétations futures et les nouvelles approches de l’histoire de France vue de part et d’autre de l’Atlantique ?

Haut de page

Notes

1  Philip G. Nord, Impressionists and Politics : Art and Democracy in the Nineteenth Century, London and New York, Routledge, 2000.

2  Deborah Silverman, Art Nouveau in Fin-de-Siècle France : Politics, Psychology, and Style, Berkeley, University of California Press, 1989.

3  Daniel J. Sherman, Worthy monuments : art museums and the politics of culture in nineteenth-century France, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1989.

4  Gonzalo Sánchez, Organizing independance : the artists federation of the Paris Commune and its legacy, 1871-1889, Lincoln, Neb., University of Nebraska Press, 1997.

5  Kristin Ross, Fast cars, clean bodies : decolonization and the reordering of French culture, Cambridge, Mass., MIT Press, 1995.

6  Naomi Greene, Landscapes of loss : the National Past in postwar French Cinema, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1999.

7  Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses : Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988, rééd., Perrin, 2005.

8  David Shafer, The Paris Commune : French Politics, Culture, and Society at the Crossroads of the Revolutionary Tradition and Revolutionary Socialism, Basingstoke and New York, Palgrave Macmillan, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Shafer, « Regards d’historiens américains sur l’histoire contemporaine de la France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 96-97 | 2005, 11-17.

Référence électronique

David Shafer, « Regards d’historiens américains sur l’histoire contemporaine de la France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 19 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/922

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page