Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

1939-1940: la drôle de guerre et la débâcle vues par le caporal-chef Marcel Gibert

Roger Bourderon
p. 265-285

Résumé

Le 28 septembre 2005, parmi les nombreuses rencontres que permet le Village du livre de la fête de l’Humanité, j’ai fait la connaissance de Julien Blanc-Gras, qui m’a parlé des carnets de guerre tenus par son grand-père, Marcel Gibert, de septembre 1939 à juin 1940. La transcription qu’il m’en envoya peu après me persuada de l’intérêt de ce texte, dont les Cahiers d’histoire publient aujourd’hui la plus grande partie. Les renseignements biographiques m’ont été communiqués par Julien Blanc-Gras.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Marcel Gibert est né le 19 août 1916 dans une famille modeste de Cours, gros village du Beaujolais, dans le département du Rhône. Son père, qui avait une formation de serrurier chez les Compagnons du Tour de France, était mécanicien d’entretien dans l’usine textile Poizat Frères. Sa mère, au foyer, faisait des travaux de couture à domicile.

2Bon élève, il rentre à 11 ans au petit séminaire de Saint-Gildas à Charlieu dans la Loire, puis au grand séminaire de Francheville dans le Rhône. Il en sort avec l’équivalent d’une licence en théologie, mais il ne se destina pas pour autant à la prêtrise.

3Il est appelé sous les drapeaux le 15 octobre 1937 pour faire son service militaire. Nous ne savons pas dans quelle arme il a été affecté. Il en sort caporal-chef. Mobilisé en septembre 1939, il connaît comme tout un chacun la drôle de guerre puis la débâcle, avec un surprenant itinéraire que nous fait connaître son journal de bord. Au terme de ses pérégrinations, il est capturé par les Allemands. Transféré en Allemagne en décembre 1940, il est libéré en avril 1945.

4La guerre terminée, il rencontre sa future épouse, Monique Chatelard, pendant un pèlerinage à Lourdes. Ils se marient en 1947 et auront quatre enfants. Sa femme restera mère au foyer. Après avoir travaillé quelque temps au secrétariat social de l’évêché de Saint-Étienne, Marcel Gibert est dès 1946 journaliste à la Dépêche de Saint-Étienne. Au gré des fusions et des rachats, il travaille successivement pour l’Espoir, la Tribune, le Dauphiné Libéré, le Progrès, essentiellement dans le service des informations générales. Il eut pendant sa carrière des responsabilités locales au sein du Syndicat national des journalistes (SNJ).Ses sympathies politiques allaient à la Démocratie chrétienne, mais il n’en fut jamais un militant actif. Son passé de prisonnier ne l’empêcha pas, bien au contraire, d’être un partisan convaincu de la construction européenne et de la réconciliation franco-allemande.

5Retraité en 1978, Marcel Gibert est décédé le 20 juin 2001.

Le carnet de route de Marcel Gibert

6Du 1er septembre 1939, date de la mobilisation générale, au 22 juin 1940, jour de sa capture par les Allemands, Marcel Gibert tient régulièrement un journal, souvent quotidien. Quelques notes éparses ponctuent ensuite son itinéraire de prisonnier d’août à décembre 1940. L’intérêt essentiel de ces notes vient de la relation, au jour le jour, de la vie d’un mobilisé pris dans un engrenage dont il ne saisit rien, ou très peu, au gré d’affectations qui bien entendu lui échappent complètement, fétu de paille transféré d’un lieu à l’autre, de l’inactivité de la drôle de guerre jusque dans la tourmente de la débâcle.

Du 1er septembre 1939 au 20 avril 1940

7Le 1er septembre 1939, Marcel Gibert est à l’École militaire préparatoire (EMP) d’Épinal dans les Vosges, sans que l’on sache comment il est arrivé là. Il note: «Nous vivons dans une attente fiévreuse des événements. De grand matin, on se précipite sur les journaux et on ne manque aucune des émissions de la radio. On se doute bien de ce qui va arriver mais on veut espérer quand même jusqu’au dernier moment. Lorsque la radio annonce la mobilisation générale pour le lendemain les cœurs se serrent en pensant à toutes les catastrophes qui nous menacent.» Le 3, il note sans commentaire la déclaration de guerre et, le 4, l’évacuation sur Niort de «tous les gosses» et du matériel de l’école.

8Le 5 septembre, il est affecté à Épinal «à la 21e compagnie de passage», écrit-il, puis tout près de Remiremont (21 septembre). Les semaines s’écoulent dans le désœuvrement, quelques corvées mises à part, «vie tranquille et pas trop pénible […] Pas d’événements marquants», note-t-il pour la période du 23 septembre au 20 octobre.

9Le 21 octobre, changement de programme: «Départ à midi de Remiremont. Nous ne savons pas où nous allons.» En fait, Marcel Gibert se trouve le soir même au camp de Mailly, en Champagne, dans le département de la Marne. Ambiance: «Après avoir erré une heure et demie à travers le camp où personne ne nous attend nous finissons par nous loger de force dans un réfectoire.»

10Marcel Gibert est alors affecté au 19e BCP, auquel son sort est désormais lié. Ce Bataillon de chasseurs à pied, créé pendant la guerre de Crimée (1853-1856), qui s’était illustré pendant la guerre de 1914, est reconstitué à ce moment au camp de Mailly1. Suivent presque dix jours d’inactivité, à l’exception d’une manœuvre de DCA2, puis, le 31 octobre, départ de son unité pour un petit village de l’Aisne, aux confins des Ardennes, La Ville-aux-Bois-lès-Dizy, où sa section est logée «dans une maison isolée et vide–dans deux petites pièces et une cave». En novembre et décembre, une vie militaire plus active commence: «quelques marches, quelques manœuvres, et surtout tous les quatre jours la DCA près de la ferme du château». Une vie «pas trop dure», même si «parfois il y fait rudement froid et les nuits ne sont pas drôles». Et toujours, les incertitudes sur l’avenir: «À deux ou trois reprises nous nous préparons à partir soit dans le Nord soit dans l’Est mais au dernier moment il y a contre-ordre.»

1121 décembre, une grande joie: Marcel Gibert part en permission. Il passe Noël et le Jour de l’An chez lui, à Cours: «12 jours à la maison bienheureux mais hélas trop courts. Cependant ils permettent de se retremper et donnent du courage pour l’avenir.» Il est de retour à La-Ville-aux-Bois le 3 janvier 1940: «je reprends la même vie sans événements marquants. Les permissions se succèdent et l’on fête chaque fois les départs et les arrivées. Il y a maintenant cinéma le vendredi la soirée et ça rompt un peu la monotonie du cantonnement.» Du 11 au 13 janvier, il est au camp de Sissonne, pour un stage de DCA qu’il trouve très intéressant.

12Le 14 janvier, il note: «Suppression des permissions à cause de la Hollande.» C’est en fait de la Belgique qu’il s’agit, mais on sait que le cheminement de l’information peut modifier celle-ci. Le 10 janvier en effet, un avion allemand a été obligé d’atterrir à Mechelen-sur-Meuse en Belgique, alors que les plans d’invasion de celle-ci par le Reich ne sont plus un secret pour personne. D’où l’inquiétude des autorités belges et la mise en alerte des troupes françaises, qui entraîne la suppression des permissions. Mais la tension ne dure que quelques jours: dès le 20 janvier, Marcel Gibert signale que celles-ci sont rétablies et qu’il y a des «départs en masse».

13Le 9 février, «on commence à parler de départ possible pour l’Est». Effectivement, le mardi 20, l’unité de Marcel Gibert part en train vers la Lorraine, descend à proximité de Metz, puis marche du 22 au 26 février, jour où elle arrive tout près de la frontière allemande, entre Bouzonville et Sierck-les-Bains, «près d’un blockhaus tenu par des voltigeurs». Les jours suivants, travail de réfection de tranchées et d’emplacements de mitrailleuse, ponctué de patrouilles, sur fond de tirs d’artillerie ponctuels qui rappellent que l’on est sur la ligne de front. Ainsi passent le mois de mars et la première quinzaine d’avril.

14Le dimanche 14 avril s’amorce un nouveau changement: «à 4h du matin alerte, note Marcel Gibert. Nous bouclons nos sacs et nous montons nous installer en DCA sous la pluie jusqu’à midi. Nous nous demandons ce qui arrive puis nous apprenons que nous devons partir. Où!?» Effectivement, le soir même, «à 21h, départ. Près de 25 kms à pieds avec tout le barda. J’ai un coup de pompe terrible et je me fais remorquer par la voiturette sur laquelle je mets toutes mes affaires». Le 15, le bataillon est à quelques kilomètres de Metz. Le 17, la nouvelle destination éventuelle se précise, la rumeur aidant: «Arrivée de nouveaux renforts au bataillon. Quelques-uns sont des volontaires pour la Norvège–ça confirme les bruits selon lesquels nous devons partir là-bas.»

15Nous sommes en effet au début de l’intervention anglo-française en Norvège, destinée notamment à empêcher les livraisons de fer suédois à l’Allemagne et à garder la maîtrise de la Baltique et de la mer du Nord–affaire mal menée de bout en bout, et ponctuée par l’occupation des principaux ports norvégiens par l’Allemagne le 7 avril, suivie le 9 de celle du Danemark. La riposte franco-anglaise allait se cristalliser autour du port de Narvik, où se déploient à partir de fin avril des troupes françaises (Légion étrangère et chasseurs alpins). L’aventure dure jusqu’au rembarquement de ces troupes le 7 juin3.

16C’est dans ce contexte que le bataillon de Marcel Gibert reprend le train le jeudi 18 avril à 15h près de Metz, destination inconnue, comme le souligne le carnet de route : «Nul ne sait où nous allons. Toutes les directions possibles sont données nous on ne sait rien de sûr.» Nuit dans le train, réveil le 19 près d’Orléans «et nous continuons à rouler. Nous passons à Blois, Tours, Le Mans, Laval et nous nous endormons à nouveau». Arrêt final le 20 à Landerneau.

17De cette première période se dégage l’impression qu’ont retenue nombre de soldats de la drôle de guerre: il y a certes quelques périodes d’activité militaire–comme ce stage d’initiation à la DCA, ou les travaux et patrouilles dont il est fait état en Lorraine–mais dominent les temps morts, l’étalement des jours inutiles, les déplacements, parfois bien longs, dont on ne sait rien de la finalité. Toutes conditions peu propices à conserver un bon moral.

Du 20 avril au 9 décembre 1940

18Avec l’arrivée à Landerneau le 20 avril 1940, commence pour Marcel Gibert et ses compagnons une étonnante équipée, qu’inaugure l’épisode stupéfiant du bref aller-retour de Brest à l’estuaire de la Clyde en Écosse (du 8 au 18 mai), illustration très ponctuelle mais édifiante de ce que Jean-Baptiste Duroselle a appelé «le gâchis norvégien»4, et se poursuit par l’affectation du 19e BCP sur la rive sud de la Seine aux Mureaux, dans l’actuel département des Yvelines (21 mai-4 juin), puis sur le front sur la Somme au moment même où celui-ci s’effondre–d’où la dramatique retraite dans les pays de Bray et de Caux, pendant laquelle Marcel Gibert participe, dans la désorganisation générale, aux accrochages qui ponctuent ce reflux (5-12 juin). Ces quelques jours, le 19e BCP perd les deux tiers de ses effectifs–il sera cité à l’ordre de l’armée5. Enfin, après un retour à Brest par mer (12-14 juin), un dernier déplacement dans la région de Rennes, sans la moindre utilité tactique ou stratégique, puisqu’il n’y a plus de front, les conduit–on serait presque tenté de dire, «les livre»–à la captivité (15-22 juin).

19Suivons ces itinéraires à travers le texte intégral du Carnet de route de Marcel Gibert depuis le 20 mai 1940, témoignage au jour le jour de la réalité de l’armée française en ce printemps 1940. Ces pages émouvantes expriment souvent, au-delà du réconfort passager qu’apporte parfois le bon accueil des civils, amertume, consternation, sentiment d’abandon, démoralisation, voire colère. Mais à aucun moment Marcel Gibert ne songe à renoncer, à quitter de lui-même son uniforme, même lorsque tout est manifestement perdu.

Extraits

20Le 20 [avril], nous nous réveillons à Landerneau en Bretagne où nous débarquons à 7h. Nous faisons 17 kil (sans sac heureusement) pour aller à Landivisiau, charmante petite ville de 4000 habitants. La CA loge dans la salle du patronage. Malheureusement les trois bataillons de la 24e brigade (3e, 19e, 69e) et il se produit quelques incidents regrettables [sic]. Un type se suicide d’un coup de mousqueton et deux autres essayent l’un de se pendre, l’autre de se jeter sous un camion. Le moral est assez bas car nous n’avons pas de permission avant de partir. On remplace nos chevaux par des mulets et le bataillon touche des camionnettes neuves.

21Le mercredi 24 nous quittons Landivisiau et après 20 kil. environ nous arrivons à Plounéventer, petit village à 10 kil. de Landerneau. Là nous commençons à toucher du matériel: souliers, bérets alpins.

22Jeudi 25–Je vais loger avec le sergent Harang6 chez les sœurs de l’école qui nous invitent à souper et nous traitent comme des princes. Je suis heureux de me coucher dans un lit car depuis le 3 janvier je n’en ai pas vu et je commence à être fatigué.

23Vendredi 26–Nouveau départ pour une marche de 16 kil. qui nous amène à Plabennec, petite ville de 3500 habitants. Je loge à la cure avec Laurendeau dans une belle chambre. La compagnie est au patronage de l’autre côté de la rue. Nous touchons de nouveaux habits: pantalons kaki, vestes imperméables avec doublure, peaux de mouton, chandails, passe-montagnes, couvertures, sacs de couchage, etc.

24Le dimanche 28 les conducteurs partent avec le matériel ainsi que les roulantes. Ils doivent embarquer avec le 3e BCP sur le Chantilly. Le capitaine Rioland nous quitte et le lieutenant Prudhomme le remplace.

25Le lundi 29 nous apprenons que nous devons partir le surlendemain. Nous faisons notre cuisine nous-mêmes.

26Le mardi le vicaire nous emmène, Harang, Laurendeau et moi au Folgoët, pèlerinage célèbre–église magnifique. Nous nous mettons sous la protection de Notre Dame.

27Mercredi 1er mai–Réveil à 3h départ vers 4h30. Les camions nous amènent à Brest où nous arrivons vers 6h. Nous nous rendons dans le port militaire où vers 8h nous embarquons sur le Compiègne, paquebot des Messageries Maritimes faisant avant guerre la ligne d’Indochine. Nous sommes logés dans la cale avant. Nous avons chacun une couchette mais il n’y a guère de place. Aussi nous passons la journée sur le port à admirer les bâtiments de guerre nombreux (dont le Richelieu en voie d’achèvement) et le mouvement du port. Vers 13h les remorqueurs s’accrochent au bateau et nous démarrent d’une cinquantaine de mètres du quai puis s’arrêtent. Nous nous demandons pourquoi quand vers 4h nous apprenons que nous devons débarquer. Nous avons tout d’abord peine à le croire tant ça nous paraît extraordinaire. Mais l’ordre arrive et à 6h nous descendons du bateau. Les camions reviennent nous chercher et nous ramènent à Plabennec que nous sommes heureux de retrouver vers 9h, accueillis joyeusement par la population–signe que nous avons laissé un meilleur souvenir que nos prédécesseurs du 20e chasseurs qui n’étaient pas très aimés. Je retrouve mon lit avec joie car la journée a été fatigante.

28Jeudi 2 mai–Jour de l’Ascension. Depuis quelque temps on ne sait plus guère comment on vit et la plupart ne se doutent même pas que c’est l’Ascension.

29Le vendredi nous touchons à nouveau des pantalons bleus. Pas grand travail.

30Le samedi on nous apprend que le départ est fixé au lundi matin.

31Le dimanche la soirée est occupée par un match intéressant entre l’équipe du pays et le 19e qui gagne de loin. Le soir nouveau contre-ordre. Le départ est retardé de 48h. Nous changeons de chambre et nous allons loger à l’école où le directeur nous reçoit très bien. Nous avons chacun une belle petite chambre.

32Lundi 6–Le matin marche de 15 kil. avec le sac. Ensuite repos.

33Mardi 7–Matin match de rugby. La soirée, prise d’armes pour la remise de la croix de guerre au lieutenant Psalmon, au chef Dezens et au sergent Thery. Revue par le colonel Lafargue, commandant de la brigade. Puis le commandant remet les croix. Le colon7 fait un petit speech pour nous encourager au départ. Ensuite nous défilons.

34Mercredi 8 mai–Réveil à 4h. Nous prenons congé du directeur de l’école Saint-Joseph qui est très gentil pour nous et nous gâte. À 5h30, départ au camion pour Brest où nous allons au même endroit que la semaine dernière. Vers 9h nous commençons à embarquer, nous reprenons les mêmes places. Avec nous sont embarqués des soldats du 6e Génie et quelques artilleurs. Vers midi les remorqueurs arrivent et après quelques manœuvres nous démarrons à 13h15 pendant que sur le quai une foule de marins et d’ouvriers de l’arsenal nous souhaitent bon voyage et que le musique de la Marine joue la Marseillaise et la Sidi Brahim8. La fanfare du 19e répond du bateau et lentement nous quittons le port puis les remorqueurs nous quittent. Il y a quatre paquebots pour la brigade: le Chantilly, le Koutoubia, l’Explorateur Grandidier et le Compiègne. Nous prenons un peu de vitesse et nous gagnons la haute mer, escortés par trois contre-torpilleurs. Tout le monde fait bon visage mais chacun regarde le plus longtemps possible la terre de France que nous ne reverrons peut-être pas avant longtemps et certains peut-être jamais hélas! Nous pensons à tous les autres que nous n’avons pas revus depuis 4 mois et il y a un peu de mélancolie. Puis nous gagnons la haute mer. Jusqu’au soir nous restons sous le pont à regarder les bateaux du convoi et les mouettes. La mer est calme, sauf le soir où elle est un peu agitée. Quelques types ont le mal de mer moi je ne sens rien.

35Jeudi 9 mai–Mer toujours calme et voyage sans incident. Vers midi nous commençons à apercevoir au loin les côtes d’Irlande, qui se précisent peu à peu. La soirée nous avons un exercice d’alerte pour que chacun sache bien à quoi s’en tenir en cas d’alerte réelle. Sur le soir on commence à deviner les côtes d’Angleterre. Nous sommes donc dans la mer d’Irlande et le canal Saint-Georges.

36Vendredi 10 mai–Au réveil nous apercevons nettement la terre des deux côtés. Nous sommes donc dans la partie la plus étroite du canal. L’Irlande est montagneuse et sauvage, l’Angleterre plus verdoyante. Dans la matinée nous croisons un convoi d’une douzaine de bateaux et nous rencontrons pas mal de navires isolés. Vers 11h nous arrivons à l’embouchure de la Clyde en Écosse et un pilote vient à bord. Vers midi nous arrivons dans la rade de Greenock, un avant-port de Glasgow où nous jetons l’ancre. La rade est immense et nombreux sont les bateaux de toutes sortes qui s’y trouvent. Nous sommes près de deux porte-avions. La ville a plutôt l’air triste et morne, ville d’usines qui s’étendent tout le tour. Nous nous demandons ce que nous allons devenir d’autant plus qu’on commence à murmurer que la Belgique et la Hollande ont été attaquées par le Reich9.

37Samedi 11 mai–Rien de nouveau pour nous. On a l’air de ne pas savoir que faire de nous. On affiche sur le bateau les communiqués et les informations. Nous apprenons ainsi l’attaque allemande et les bombardements aériens. Grosse émotion car nombreux sont les types de Lyon, Nancy, Metz… Beaucoup qui jusqu’ici n’étaient guère enthousiastes sont pris de colère en apprenant ces bombardements sauvages et voudraient bien retourner en France pour se battre. Nous commençons à nous impatienter sur ce bateau à l’ancre où nous ne savons que faire.

38Dimanche 12 mai–Jour de la Pentecôte. Le matin, grosse affluence aux deux messes dites à bord dans le fumoir des 1ères classes qui s’y prêtent [sic] admirablement. Il y a sept prêtres à bord dont un aumônier divisionnaire, qui avant guerre était dominicain missionnaire en Norvège. La soirée, concert par la fanfare, chansons, saynètes… etc., qui obtiennent beaucoup de succès et occupent agréablement la soirée. Nous dévorons les communiqués qui sont encore assez imprécis. La bataille semble faire rage et on ne sait quelle en sera l’issue. Et toujours rien de nouveau pour nous.

39Lundi 13 mai–Toujours au même endroit. Le temps est maussade, il pleut un peu et l’énervement gagne. On a l’impression d’être inutiles ici et ça nous met en colère. On attend d’un instant à l’autre un ordre quelconque mais rien ne vient. La soirée, l’aumônier divisionnaire dominicain qui fut 8 ans missionnaire en Norvège nous parle de ce pays. Il nous dit son aspect montagneux, ses côtes déchiquetées, son manque de voies ferrées mais son bon service de car, un peu son histoire, le caractère froid mais très sensible de ses habitants. Les hommes de troupe n’ont pas le droit de mettre les pieds au bar des 3e classe où mangent les sergents, ni au fumoir où mangent les adjudants. Aussi les types sont ulcérés de se voir parqués et traités comme des riens sur ce bateau où nous nous embêtons mortellement depuis 4 jours, réduits à tourner sur les ponts comme des fauves en cage, inutiles tandis que d’autres se battent en France, et alors que les officiers ont tout le luxe possible et que les sous-officiers ont toutes leurs aises. Enfin le soir nous apprenons que nous devons débarquer demain matin.

40Mardi 14–Vers 8h du matin, un bateau anglais, le Queen Mary 2, vient s’accoster au Compiègne et nous passons dessus. Une demi-heure de bateau et nous arrivons à quai à Gourock10. Personne pour nous accueillir sauf deux ou trois officiers et les employés. Sur le quai même nous prenons le train et après une heure de voyage nous arrivons dans un camp de soldats anglais. Nous logeons sous la tente (6 par guitoune) et nous sommes assez bien installés. Nous mangeons pour la première fois de la journée à 16h30 puis nous nous promenons dans le camp et nous causons avec les soldats anglais: quelques mots de français chez eux, quelques mots d’anglais, nous arrivons à nous comprendre. Nous sommes au camp de Gailes en Écosse, au bord de la mer, à 2 kil. de Irvine et à 5 de Troon11. Mais pour le moment nous sommes consignés dans le camp (un cas d’oreillons!?). Ceux qui vont quand même en ville sont très bien accueillis par les habitants.

41Mercredi 15–Matin. Éducation physique par le commandant de compagnie et rugby. Sur le soir nous apprenons avec stupeur que nous partons le lendemain matin pour retourner sur le Compiègne. Nous avoir amenés ici pour deux jours! Pour aller où? Personne ne le sait mais on parle beaucoup de retourner en France sur les Alpes. Vers 20h nous recevons les premières lettres depuis Brest. Quelle joie d’avoir des nouvelles de la maison après une semaine loin de France.

42Jeudi 16 mai–À 1 h 30, alerte. Les Allemands paraît-il bombardent pas très loin d’ici (sans doute Glasgow) et on prend les précautions pour le camp. Mais ça ne dure pas et nous nous recouchons. Le matin on réintègre tout le matériel. Beaucoup sont contents de partir car ici la nourriture était bonne mais il n’y a pas de vin. Nous buvions de l’eau ou de la bière et ça ne plaisait guère à certains. Avant de partir a lieu la remise du nouveau fanion de la compagnie offert par le capitaine Rioland. Il est très beau, il remplace avantageusement l’ancien qui n’était pas fameux. À 11 h nous prenons le train et nous faisons le chemin inverse de l’avant-veille. A14h30 nous sommes tous sur le bateau. À 20 h nous partons dans la brume. Nous ne savons pas encore où mais il paraît bien certain que c’est la France.

43Vendredi 17 mai–Nous allons bien en France. Nous marchons toujours au sud mais personne ne sait encore dans quel port. Il y a toujours de la brume et il pleut.

44Samedi 18 mai–Dans la soirée nous commençons à voir les côtes de France et vers 8h nous sommes à quai dans le port de commerce de Brest. La majorité des types est heureuse de se retrouver en France, mais qu’est-ce qui nous attend ici? Aussitôt commence le déchargement du bateau mais nous ne pouvons pas sortir.

45Dimanche 19–À 6 h nous débarquons et nous passons toute la journée sur le quai même en plein soleil, pour rendre la plus grosse partie de ce que nous avions touché pour aller en Norvège. À 5 h nous partons à pied et nous faisons 18 kil. pour aller loger dans une ferme à Saint-Thonan12 où nous arrivons crevés par la fatigue et la chaleur.

46Lundi 20–À midi nous repartons et encore pleine chaleur nous refaisons les 18 kil d’ici à Brest furieux d’avoir marché 36 kil. pour une nuit. Nous prenons le train qui démarre à 8h.

47Mardi 21–Journée en train–Rennes, Laval, Alençon, Caen. Nous devons aller à Corbeil mais à 9h du soir on nous arrête à Vaux-sur-Seine et nous allons à pied aux Mureaux. Nous sommes logés dans une magnifique école mais nous couchons dans les caves et comme il n’y a pas de paille nous couchons sur des fagots de bois.

48Mercredi 22–Couché à 3h on me réveille à 5h pour aller installer la DCA à quelques centaines de mètres sur les bords de la Seine. Il pleut et ce n’est pas marrant.

49Jeudi 23–Nous creusons les emplacements de DCA. Il fait un temps magnifique et nous trouvons très bien.

50Vendredi 24–Nous construisons nos trous puis lorsqu’ils sont finis on nous fait changer de place pour aller près de l’usine d’aviation où il faut en recommencer d’autres.

51Samedi 25–Nous faisons nos emplacements et un abri pour la nuit. Le soir mon groupe prend la DCA. Je prends un bon bain dans la Seine avec Wauters et Michaud.

52Dimanche 26–Réveil à 4h30. Il faut embarquer tout le matériel puis à 7h30 nous partons sous la pluie. Ce n’est qu’une manœuvre. Jour vraiment choisi et attention charmante pour maintenir le moral des troupes! Nous marchons jusqu’à 13h et nous arrivons dans un bois où nous campons jusqu’à 16h. Retour ici à 18h. Je vais manger au restaurant avec Veillet et Wauters et un bon repas nous retape.

53Lundi 27–Le matin départ en camion pour aller aux douches à Flins-sur-Seine. Quelle joie depuis le temps que nous n’avons pas pu en avoir. La soirée corvée de lavage. Le soir DCA.

54Mardi 28–Il pleut. Heureusement nous avons trouvé une petite maison pour nous abriter. Nous apprenons avec stupeur et colère l’infâme trahison du roi des Belges13.

55Mercredi 29–RAS. Visite d’un avion allemand.

56Jeudi 30–DCA

57Vendredi 31–Vie toujours calme. On commence à parler de départ. Vers midi un avion allemand nous survole.

58Samedi 1er juin–DCA. La soirée avec Wauters nous allons rendre visite à la mère et à la femme de R. Guillot. Accueil très aimable. Le soir on parle avec insistance de l’imminence du départ.

59Dimanche 2 juin–Fête de Maman dont le souvenir chéri ne me quitte pas de la journée. Depuis 5 mois je ne l’ai pas revue et quand aurai-je ce bonheur maintenant?! À 8 h du matin nous allons tous en DCA car on craint un bombardement imminent. Nous creusons des emplacements mais il ne se passe rien de la journée.

60Lundi 3 juin–On craint encore les bombardements et on disperse le bataillon dans la campagne. Nous allons dans un bois à 5 ou 6 kil avec la première compagnie. Vers midi nous entendons arriver une quantité d’avions qui commencent à bombarder. Nous nous mettons au [sic] DCA mais ils sont trop haut. Et nous ne pouvons qu’écouter siffler et exploser les bombes. Nous nous demandons quels dégâts ils ont bien pu faire. Un premier ordre arrive à 16h de rester jusqu’à 20h dans le bois puis à 5h celui de rentrer immédiatement et de se tenir prêts à partir. Rentrés vers 7h nous apprenons les dégâts. Quelques morts et blessés. Un ou deux incendies et des dégâts matériels. Une bombe est tombée juste de l’autre côté de la rue en face de chez nous. Ils ont lancé une quantité de bombes de tous calibres mais une seule a atteint l’usine sans faire grand dégât. Certains trous sont formidables.

61Mardi 4 juin–Nous retournons dans les bois mais il ne se passe rien et nous passons une agréable journée à lire, écrire et jouer. Mais à 5h30 arrive l’ordre de rentrer immédiatement. Nous partons à 8h en camion. Où?! Barda sénégalais [sic], cape, musettes… nous allons à 8h route de Flins pour embarquer. En route j’apprends que nous allons dans la Somme. Adieu les Alpes! Nous embarquons dans des cars et à 10h30 nous démarrons tous feux éteints. Nous roulons toute la nuit et nous croisons de très nombreux autres convois.

62Mercredi 5 juin–Vers 5h30 du matin arrêt. Alerte aux avions. Nous nous dispersons dans la campagne et regardons passer deux vagues de bombardiers allemands. Nous repartons et vers 7h nous débarquons après le village de Le Quesne. À peine à terre, alerte et nous assistons au passage de bombardiers allemands accompagnés par 6 chasseurs. Trois français les attaquent mais l’un est descendu et les allemands s’enfuient. Nous faisons 4 ou 5 kil. pour gagner notre cantonnement et en route nous avons 7 ou 8 alertes. Nous arrivons à Beaucamps-le-Vieux. Gros village de la Somme près de la Seine-inférieure14. La section est logée dans un vieux château dont il faut fracturer les portes pour rentrer. Nous nettoyons, nous touchons de la paille et nous nous arrangeons très bien. Vers 16h alerte. Les Allemands ont réussi encore une fois à percer sur la Somme et ils avancent à toute vitesse. Nous voyons deux bombardiers venus bombarder en rase-mottes un village voisin. L’avion français que nous avons vu descendre ce matin est touché à 5 ou 600 mètres d’ici. Nous allons le voir. L’avion s’est littéralement volatilisé. Il n’en reste presque plus rien comme du corps de l’aviateur tout déchiqueté. Nous nous mettons en DCA près du château puis vers 6h nous partons avec la 1ère compagnie prendre des emplacements de combat dans la nature. Il y a des nuées d’avions allemands et pas un français. Nous nous installons dans un petit taillis. Nous ne savons pas grand-chose de la situation. Le soir rien à manger.

63Jeudi 6 juin–Dès la matin on entend une très violente fusillade et canonnade tout près de nous. Que se passe-t-il? Les Allemands paraît-il ont avancé et ne sont qu’à une dizaine de kil. Nous nous installons en vue d’un tir terrestre et nous attendons. La bagarre se poursuit. Le soir nous assistons à un formidable combat d’avions juste au-dessus de nous: une quarantaine d’avions aux prises dont une quinzaine de français. Nous en voyons descendre cinq dont deux français hélas.

64Vendredi 7 juin–Soupe à 3h du matin pour toute la journée mais il n’y a rien [sic]. La centaine d’avions que nous avons vue hier est allée bombarder nos arrières et le centre de ravitaillement. Les Allemands ont encore avancé durant la nuit. Sur notre droite ils ont fait une large brèche et foncent vers la Normandie. Beauvais serait pris. Devant nous ils ne seraient qu’à deux ou trois kil. Nous tâchons de nous enterrer le plus possible mais ce n’est pas facile presque sans outils dans un sol où il n’y a que des racines. (Écrit sous la mitraille) Depuis midi les deux artilleries se livrent un duel fantastique avec tous les calibres. Les Allemands envoient beaucoup de fusants15 qui éclatent surtout en avant de nous, mais certains tout près. Les fusils-mitrailleurs et les mitrailleuses ne cessent de crépiter toute la journée. À 8 h du soir ça dure encore. Nous ne savons pas le résultat de cette journée de grande bagarre. À 9 h on nous prévient qu’à 9 heures et demie le régiment qui est devant nous va décrocher, décimé. Les Allemands ont allongé un peu leur tir et c’est maintenant la 1ère compagnie et nous qui dégustons copieusement. Clemencet et Feger sont blessés très légèrement. Nous cherchons de nouveaux emplacements et nous nous installons 200 mètres en arrière à l’abri d’une haie très touffue.

65Samedi 8 juin 1940–Nous avons travaillé presque toute la nuit à creuser nos emplacements, dormant seulement deux heures. Le matin il fait un brouillard épais et nous ne voyons pas les crêtes en face tenues par les Allemands. Ceux [sic] en profitent sans doute pour descendre dans la vallée car à 4h30 la bagarre commence. Nous entendons la 1ère et la 2ème compagnie se défendre vigoureusement. Nous enrageons contre ce brouillard. Nous tirons cependant quelques rafales un peu au jugé pour donner aux voltigeurs au moins un appui moral. L’artillerie se met de la partie des deux côtés ainsi que l’aviation allemande. La bagarre fait rage. Nous tirons sur une arme automatique en face de nous car le brouillard s’est levé vers 8h (trop tard hélas). Nous apprenons que les deux compagnies subissent une attaque terrible et meurtrière. Nous nous inquiétons de voir près de nous un bois non occupé à notre droite mais on ne veut pas nous écouter. Vers 9h30 l’artillerie française se tait brusquement et nous n’entendons plus un coup de canon français alors que toute la journée nous serons pilonnés sans arrêt par des milliers d’obus. De même pas un avion allié mais des nuées d’allemands qui bombardent et mitraillent. Où donc est tout notre fameux matériel! Vers 13h Chauvel va faire une reconnaissance dans le bois et revient nous annoncer que les Allemands suivent la route que nous ne voyons pas et s’infiltrent dans le bois. Nous les laissons avancer jusqu’à ce que nous puissions tirer et nous ouvrons le feu sur eux. Mais ils passent plus à droite dans le bois qui n’est pas tenu et lorsqu’ils sont à 50 mètres avec leurs mitraillettes nous sommes obligés de nous replier. Clemencet en ce moment est à la 1ère compagnie et nous ne le reverrons pas. Nous prenons le plus de matériel possible et nous partons abrités un peu par les haies, mais accompagnés par les salves des mitraillettes et sous un bombardement encore accru si possible. Par miracle personne n’est touché. Jusqu’à maintenant aucune perte dans la section et pourtant quel pilonnage dans notre coin. Dans le petit verger que nous occupions il est tombé plus de 100 obus. Heureusement les arbres nous protègent efficacement contre les fusants. À plusieurs reprises nous avons été couverts de terre et de pierre mais sans mal. Nous allons nous installer à la hauteur de la 3e compagnie et de la 1ère section. Nous tirons sur les renforts allemands qui descendent la crête en face. Andrieux et Tonnelier sont grièvement blessés. L’ordre est de tenir et nous tenons malgré tout. Les avions sont revenus et nous bombardent et nous mitraillent. La 1ère et la 2ème compagnie sont paraît-il encerclées depuis longtemps et presque anéanties. À 6 h 30 l’ordre de repli arrive. Des unités voisines ont paraît-il lâché pied et nous devons reculer sous peine d’être encerclés. Le lieutenant commandant la CA qui est allé faire une reconnaissance dans le bois et s’est heurté aux Allemands nous dit que nous avons eu une riche idée de décrocher à temps car un quart d’heure plus tard la section subissait le sort de la 1ère compagnie. En se repliant, le lieutenant Mignonneau est blessé à la jambe par un éclat d’obus. On le hisse sur un cheval. Brugoroux est légèrement blessé à côté de moi. Nous traversons le village16 sous le bombardement. Quel changement depuis trois jours! Vide maintenant et déjà sérieusement abîmé. Nous marchons sur la route de Vieux-Rouen17 avec le matériel, car l’échelon18 doit venir. Mais il fait une chaleur torride- nous sommes exténués et c’est lourd. Arrivés à 500 mètres du village nous nous arrêtons dans un petit bois car voilà les avions. Ils bombardent d’une façon terrible Beaucamps et un autre village. On nous dit que l’échelon est anéanti. Sur l’ordre du commandant de compagnie nous abandonnons nos pièces après les avoir rendues inutilisables. Je ne trouve déjà plus Lenief, Caignet et Wauters. Nous continuons notre route sur Vieux-Rouen que nous trouvons bien mal en point. Nous nous arrêtons un peu plus loin dans un bois où nous trouvons le 60e BCA19 qui a établi une ligne provisoire de résistance. Nous restons là un moment pour avoir le plus de monde possible et savoir où aller. L’ordre est paraît-il d’aller à Neufchâtel20 puis Véreux. Nous partons en marchant au sud mais bientôt nous rencontrons dans le bois des types de la 5ème brigade dont l’état-major vient d’être surpris et qui nous annoncent que nous sommes tournés. Il faut marcher au Sud-Ouest. Nous marchons sous-bois à la boussole à cause des avions qui rôdent. Nous arrivons dans une grande ferme où nous buvons du cidre et où on essaye de regrouper les types par bataillons. Puis on repart avec les lieutenants Proudhon, Marousy, Rond. Nous marchons sous-bois dans la nuit. Halte à un carrefour, on veut s’arrêter pour coucher, convoi qui passe. Nous nous endormons et quand nous nous réveillons nous sommes seuls. Passe de l’artillerie qui va à Neufchatel. Nous grimpons dans un camion et nous nous laissons véhiculer, assommés.

66Dimanche 9 juin–Vers 4h arrivée à Neufchâtel: barrage, impossible de passer, la ville bombardée dix fois est en ruine et en feu. Nous quittons l’artillerie. Nous sommes 11: Vignot, Beaupère, Veillet, Chandru, Proust, Brugnoux, Sibert, Guenot, Malfoy, Paye et moi. Nous essayons de nous renseigner auprès des rares militaires qui sont là. Personne ne sait rien. Où aller? Cette indécision nous fait rester un peu dans la ville. Quel spectacle d’horreur. Pas une maison debout, des rues bouchées sur deux ou trois mètres de haut par les ruines, le feu rôdant partout, des cadavres à demi calcinés parmi les décombres. Nous avons hâte de sortir de là. Nous trouvons la route de Rouen et nous décidons de la suivre. À 500 mètres nous nous arrêtons dans un beau petit chalet où nous trouvons de quoi manger et boire un peu. Puis nous arrivons vers un pont sauté. Nous franchissons la rivière (la Bresle!21) avec de l’eau jusqu’aux cuisses. Nous trouvons un civil qui nous indique Eclavel22 comme pays non évacué. Nous y marchons. Arrivée à Massy; nous trouvons des pionniers du Génie qui vont partir en camion. Nous prenons place avec eux. Nous trouvons l’adjudant Lemerre avec un groupe d’infirmiers. Ils prennent d’Eclavel [sic] puis s’arrêtent. Nous les quittons pour suivre la route de Rouen. Bientôt ils reviennent sur nous et nous remontons pour aller avec eux jusqu’aux Hayons où ils s’arrêtent de nouveau. Nous continuons à pied sur la route de Rouen sans rencontrer personne sinon un officier en auto qui nous dit que nous ferions mieux de marcher vers Dieppe et la mer car la route de Rouen est coupée. Vignot et Veillet ne veulent pas et nous continuons jusqu’au pied de Saint-Martin-Osmonville où des civils nous apprennent que les Allemands sont au village à 300 mètres. Indécision, conseil de guerre, certains font des bêtises. J’arrive à les décider à prendre la route de Saint-Saëns qui est à quelques kil23. Là nous trouvons un lieutenant du 31e territorial avec une quarantaine de types. Il nous dit ce qu’il sait. Rouen, Dieppe, occupés, marcher de jour c’est risquer de se faire prendre. Mieux vaut attendre la nuit et partir avec eux qui sont du pays et par les petites routes veulent gagner Le Havre ou Yvetot. Nous nous arrêtons dans une maison et nous nous restaurons avec des biscuits en quantité. Vers 16h nous sortons dans la rue. Des mitraillettes se mettent à tirer de tous les côtés. Nous n’avons plus rien pour nous défendre. Un peu d’affolement. Certains veulent aller se rendre et envoyer Siber (lorrain) en parlementaire. Il faut que je me fâche pour qu’on ne le fasse pas. On entend un FM répondre, c’est celui du 31e. Le tir se calme. Nous sortons et traversons tout le pays pour arriver vers le 31e qui veut quand même partir à 9h et demie. Au N-O on entend des FM et des mitrailleuses françaises. Nous décidons d’essayer de les rejoindre par les bois et nous partons. Mais bientôt nous voyons l’impossibilité de l’entreprise et nous revenons vers le 31e qui a eu deux blessés. Vers 7h un char français surgi de je ne sais où arrive et nettoie le village. À 9 h 30 nous nous mettons en route. Nous avons deux FM 1915 pour nous. Nous marchons toute la nuit sans encombre mais nous perdons en route Brugiroux et Siber qui ont dû s’endormir pendant une pause sans que nous nous en apercevions.

67Lundi 10 juin–Nous arrivons au village de Auffay24 où nous trouvons plusieurs convois autos. Chaudru crevé s’assoit sur un canon anglais et part avec. Nous allons sur la route de Tôtes Yvetot quand à 500 mètres d’un bois nous entendons la fusillade. Demi-tour en vitesse mais nous n’en pouvons plus et nous nous arrêtons à 500 mètres de là dans une ferme au milieu des bois où nous commençons à dormir un bon coup et à nous restaurer un peu ensuite. La fusillade se rapproche. Vers 5h nous décidons de partir. Nous regagnons Auffay où nous trouvons une colonne formidable, deux régiments de cavalerie, de l’artillerie et les restes des Bons de Ch25 mais nous ne voyons pas le 19e. Nous marchons sur la route de Biville26 derrière le 69e. À 4 ou 5 kil. de Auffay brusquement la canonnade et la mitraille éclatent. La colonne est attaquée par une trentaine de chars. On fait face avec les FM, les mitrailleuses et quelques 25 qui [sic] arrivent à incendier une dizaine de chars. Nous sommes plaqués dans un champ de blé. Quand nous voyons tout le monde refluer, nous partons vers le N-O. Nous traversons 500 mètres de plaine sous le feu, les balles nous sifflent aux oreilles et nous voyons tomber les types en masse. Personne de chez nous n’est touché et nous filons à travers champ. De loin sur une route nous apercevons une colonne d’artillerie tractée. Après une course échevelée d’au moins 2 kil. nous arrivons à la hauteur des derniers camions qui nous prennent de force. Nous suivons la route de Longueville Bacqueville au milieu d’un chaos d’autos, de camions, de chevaux et de fantassins et le matin nous arrivons près de la mer à Veules-les-Roses à 10 kil. de Saint-Valéry-en-Caux.

68Mardi 11 juin–Tous les camions s’arrêtent à Veules. Là nous retrouvons Haech et Sénéchal qui se trouvaient aussi dans le convoi. L’artillerie du 73e va se mettre en batterie. Il paraît qu’il faut contre-attaquer pour dégager un peu le point d’embarquement. Tous les chasseurs doivent se rendre à Fontaine-sur-le-Dun. Nous prenons la route et Veillet nous quitte pour partir à Saint-Valéry en auto. Nous faisons 500 mètres sur la route et nous nous arrêtons dans un pré où se trouvent une centaine de chasseurs. Il faut attendre ici les ordres. Je retrouve là Gardette qui est au 3e et avec qui je discute un bon moment puis départ pour Fontaine. On s’arrête un kil. plus loin à un carrefour et là les officiers (capitaine de la Boisse)27 nous laissent tomber. Bientôt nous apprenons que les chasseurs quittent Fontaine pour aller à Saint-Valéry. Nous nous mettons en route. Je rencontre quelques types du 19e, Plault, etc., puis le chef Schmitt de la 3e. Nous marchons sur la route de Saint-Valéry jusqu’avant le dernier village, Ecot28. Inutile d’aller à St-V qui est en feu et qui est bombardé sans arrêt29. Arrêt dans un bois, les types ne savent pas quoi faire. Avec Haeck, Beaupere, Proust et quelques autres nous gagnons Ecot, le PC du 56e d’artillerie. Nous partons avec eux. En attendant nous nous restaurons. Les ordres n’arrivent pas. Ça se bagarre tout près. Nous sommes encore sous le bombardement. Nous nous couchons dans un coin pour attendre le petit jour.

69Mercredi 12–Vers 4h30 nous décidons de partir. Par bonheur il pleut et il y a du brouillard. Nous retrouvons Vigier. À nous 5 nous suivons les crêtes, protégés par le brouillard et à 1 kil. nous trouvons la mer. Nous suivons les falaises jonchées de matériel de toutes sortes. Certains descendent les 50 m de falaise avec des cordes. Plusieurs se tueront. Nous gagnons Veules où il y a un monde fou mais où l’embarquement est commencé. Il n’y a pas de port et il faut d’abord passer sur des petites barques pour gagner les navires. ça ne va pas vite. La marée descend. Il faut entrer dans l’eau jusqu’au ventre (pour moi) et même jusqu’au cou pour pouvoir embarquer. Le brouillard s’est dissipé. Les dernières troupes anglaises de couverture se sont repliées. Les avions allemands essayent de venir sur nous. La DCA en abat un et interdit le passage aux autres. J’embarque vers 9h. L’artillerie allemande se met à tirer des deux côtés, combattue par l’artillerie de marine dont le tir est très efficace. Nous voyons une barque chavirer devant nous, il n’y a que quelques sauvés. Vers 10h30 nous démarrons en commençant déjà à racler le fond. Je suis sur le Patrie. Les marins sont admirables. Ils ont fait un travail formidable et sur le bateau sont charmants, nous donnant toutes sortes de choses. Nous voguons bientôt tranquillement, seulement survolés à deux ou trois reprises par des avions que notre DCA (d’une précision formidable) repousse. Mais un autre bateau reçoit une torpille. On nous donne des boissons chaudes et à manger. Je suis avec Haeck. Nous trouvons Lemerre et deux ou trois autres types du 19e. La nuit il ne fait pas chaud. Sur le matin on arrive près de Cherbourg.

70(Écrit le 12 juin en mer)–Quel soupir de soulagement en voyant la mer ce matin et surtout en montant sur ce bateau. En revivant les 5 jours terribles que nous venons de passer nous nous demandons bien comment nous sommes en vie.

71Jeudi 13–Nous entrons dans le port de Cherbourg avec précaution car la veille il a été miné par les Allemands30. Nous débarquons et nous allons dans le stade de la Marine où nous trouvons à manger et à boire. Nous retrouvons Veillet, Ferraton, Boehler et une vingtaine de types. Le 19e compte 29 membres. Nous faisons notre toilette, écrivons. La soirée nous regagnons le port et nous embarquons à 2000 sur le Marrakech, grand paquebot venu du Havre le matin. Nous nous dirigeons sur Brest où nous arrivons dans la matinée.

72Vendredi 14–Nous débarquons et nous gagnons tout de suite le train dans le port. Nous avons une distribution de vivres. Nous apprenons les tristes nouvelles de France. Sur le soir nous partons et nous roulons toute la nuit.

73Samedi 15–Nous arrivons à La Brohinière 40 kil avant Rennes. Nous débarquons et nous allons au village du Crouais à 2 kil. Arrêt dans un pré, dîner. Ordre de se débrouiller pour loger. Nous trouvons à un kil. une belle ferme avec des gens charmants et nous y installons. Nous faisons un bon lit de paille et nous nous endormons tranquilles et couchés comme nous ne l’avons pas été depuis 15 jours.

74Dimanche 16–Je me réveille à 9h du matin. Toilette en vitesse et je vais à la messe à laquelle je n’ai pas pu assister depuis trois semaines. Il y a beaucoup de monde. La soirée je viens au ravitaillement: quel travail! Nous faisons notre cuisine nous-mêmes et nous mangeons très bien. Le soir bonne petite promenade dans la nature. Quel calme reposant.

75Lundi 17–De 10 à 12 h nous entendons le formidable bombardement de Rennes et toute la journée les explosions des trains de munitions. Il y a 800 morts paraît-il31. Nous ne serons donc jamais tranquilles et le cauchemar va-t-il recommencer. Journée de repos.

76Mardi 18–Les Allemands paraît-il ne sont pas loin. À 2 h un motard vient nous apporter l’ordre de ficher le camp d’urgence sur Vannes. Les officiers nous ont laissés tomber, notre aspirant de la ½ brigade est parti depuis longtemps sans s’inquiéter de nous. Nous partons presque les derniers. À Saint-Méen-le-Grand nous voyons passer quatre automitrailleuses allemandes, les soldats assis dessus en béret. Ils ne disent rien à personne. Qu’est-ce que cela signifie. Nous continuons la route sur Gaël où on nous dit que les Allemands passent depuis le matin. En effet nous arrivons pour voir passer toute une division motorisée avec d’ailleurs beaucoup de camions français et anglais. Ils filent sur Brest quelques-uns s’arrêtent et disent que la guerre est finie avec nous. Ils n’en veulent qu’aux Anglais. Ils sont très corrects, demandent à manger et à boire en payant, veulent serrer la main à quelques soldats «camarades français». Pendant trois heures nous les voyons défiler. Il y a là deux autobus suffisants pour nous emmener. Tous les chauffeurs sont en train de se saouler et quand ils reviennent, très tard, ils ne veulent plus partir et font des histoires. Quelle tristesse de voir ça! Nous quittons le pays et allons coucher dans une ferme un kil. plus loin32.

77Mercredi 19–À 7 h du matin nous repartons et arrivons bientôt à Mauron, où les Allemands passent aussi. De braves gens nous donnent à manger, Boehler va voir le maire pour nous faire nourrir et si possible transporter. À midi nous sommes répartis deux par deux dans les cafés où nous sommes tous servis très bien. La soirée après une sieste nous décidons de partir. Mais toutes les routes sont coupées. Nous trouvons des soldats du PRAU33 dont le commandant Gibert et les officiers sont très chics et sur leur conseil nous restons adoptés par eux. Quelques-uns vont travailler dans les fermes. Trois partent quand même, Boehler, Lemerre, Proust. Doisneau, Barout, Frenillot et moi nous restons pour assurer la liaison. Le soir nous aidons à décharger du foin. On nous a donné un cantonnement où logeaient des Polonais.

78Jeudi 20–Nous allons manger au château et nous nous promenons. Boehler et Lemerre couchent chez des gens. Le soir on nous dit que les Allemands occupent le pays et nous allons coucher dans une ferme à 1500 m près du château où est le PRAU.

79Vendredi 21–Nous nous promenons et nous achetons une chemise un caleçon et un béret car nous n’avons plus rien à nous mettre.

80Samedi 22–Rien de nouveau durant la journée. Mais le soir malgré la défense de sortir un sergent et quelques types vont au village, se font ramasser et dévoilent l’existence du parc. Aussitôt les Allemands arrivent, nous font embarquer dans des camions et conduisent la colonne au camp de Coëtquidan où nous arrivons vers 3 h du matin. Nous logeons dans l’hôpital polonais, chambre claire, lits, draps (la première fois depuis le début de la guerre), nous dormons vraiment bien. Nous sommes avec les cuistots du parc. Nous les aidons à nettoyer la cuisine et comme il faut fournir à manger à 1200 types nous restons pour leur [sic] aider, Obin, Proust, Tastet et moi. Nous restons là six semaines assez bien nourris et bien couchés.

814 août–Départ en camion à 7h du matin. Rennes, Laval, Vernon, Gisors… Compiègne à minuit.

825 août–Nouveau départ à Noyon puis répartition par groupe. 9 kil. à pied pour aller à Thiescourt.

8323 août–Retour à Compiègne à la caserne Jeanne d’Arc.

848 octobre–Départ pour le camp de Royallieu. Nous retrouvons Boehler et Lemerre (depuis le 4 août). Je suis au bureau de la compagnie avec Tastet.

858 décembre–Départ en train avec Tastet seulement. Nous quittons Proust et Boisié. Compiègne, Montdidier, Royes, Chaulnes, St-Quentin, Le Cateau, la Belgique et partie de la Hollande durant la nuit… Rosendal, Breda, Tilburg, Boxtel Chendel, Veghel, Putten, Habs, Hassime.

86Le 9 décembre–Vers 14 h nous arrivons en Allemagne. Asporden, Krefeld, Limbourg… Nous allons dans un camp près de Limbourg.

87À cette date s’achève le carnet de route de Marcel Gibert. Prisonnier de guerre au Stalag XII-A34, à proximité de Limburg sur la Lahn, dans la Hesse, il travaille dans une gare de triage à Oberlahnstein, près de Coblence, où il lui arrive de commettre de petits actes de sabotage sur les colis allemands dont il avait la charge–destructions, vols alimentaires pour améliorer l’ordinaire…. Il tente plusieurs fois de s’évader, sans succès. Libéré le 21 avril 1945 par les troupes américaines, il rentre à Cours, où il n’était pas revenu depuis la permission qu’il avait eue fin 1939 et qui lui avait permis de passer le Nouvel an 1940 en famille.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Christine Levisse-Touzé, directrice du Mémorial Leclerc Musée Jean Moulin (Ville de Paris), qui m’a communiqué ces renseignements.

2  L’artillerie antiaérienne (officiellement: «Défense contre les aéronefs»).

3  Cf. l’excellent écrit qu’a fait Jean-Baptiste Duroselle de l’épisode norvégien dans L’Abîme, 1939-1945, Imprimerie nationale, 1982.

4  Op. cit.

5  Cf. note 1.

6  Nous ne savons rien des personnes dont Marcel Gibert cite le nom.

7  Le colonel.

8  Cette marche militaire glorifiait notamment les chasseurs tués lors des combats de septembre 1845 en Oranie contre Abd-el-Kader.

9  C’est effectivement le 10 mai que commence l’invasion de la Hollande et de la Belgique.

10  Je n’ai pas trouvé de référence à ce nom ou à un nom très proche.

11  Ces deux localités se situent sur la côte occidentale de l’Écosse, dans la partie sud de l’embouchure de la Clyde.

12  À 8 km de Landerneau.

13  le 27 mai, face à une situation militaire catastrophique, le roi Léopold décide de capituler, sans consulter les gouvernements anglais et français. La capitulation sans condition exigée par Hitler est effective le 28 mai à 4h.

14  Aujourd’hui Seine-Maritime. Lorsque Marcel Gibert arrive dans ce secteur, le 5 juin, le front se situe le long de la Somme. Ce jour-là, les Allemands attaquent, percent le front, et occupent Rouen dès le 9 juin. Cf. Pierre Rocolle, La guerre de 1940, La défaite, Armand Colin, 1990, notamment chapitre 6.

15  Les obus fusants éclatent en l’air, et non en percutant sur le sol.

16  Il s’agit toujours de Beaucamps-le-Vieux.

17  Vieux-Rouen-sur-Bresle, en Seine-Maritime. La Bresle sépare la Somme de la Seine-Maritime.

18  Nous ne savons pas quelle structure est indiquée ainsi.

19  Bataillon de Chasseurs-alpins.

20  Neufchâtel-en-Bray, à quelque 25km vers le sud-ouest.

21  Il y a manifestement erreur sur le nom de la rivière, vu l’itinéraire décrit ensuite.

22  Il s’agit d’Esclavelles, à la sortie du pays de Bray.

23  Ces marches, sans but précis, aux itinéraires changeant au gré des rencontres, et qui se situent dans un petit périmètre aux confins du pays de Bray, au sud-ouest de Neufchâtel-en-Bray, illustrent bien l’ampleur de la désorganisation qui suit la percée allemande sur la Seine.

24  Le changement de cap vers le nord, amorcé avec la halte à Saint-Saëns, se confirme avec le passage à Auffray.

25  Bataillons de chasseurs.

26  Biville-la-Baignarde.

27  Souligné dans le texte.

28  Il n’y a pas de village de ce nom sur les cartes de la région. Peut-être s’agit-il d’un lieu-dit.

29  Saint-Valéry-en-Caux est encerclé le 11 juin vers midi. Cf. Pierre Rocolle, op. cit.

30  Je n’ai pas trouvé de trace de ce fait: il est probable que l’information relève de la rumeur. Du 15 au 18 juin, des troupes britanniques embarquent encore de Cherbourg pour l’Angleterre. Au soir du 18 juin, les Allemands sont aux abords de la ville, dont la reddition intervient le 19 dans l’après-midi. Cf. Pierre Rocolle, op. cit.

31  Le 17 juin, un train de 12 wagons de munitions stationné à la gare de triage de Rennes est attaqué par des Stukas. Garés tout à côté, cinq trains bondés de réfugiés sautent avec lui. Jamais exactement établi, le nombre des morts s’élève sans doute à 2000 et il y a 900 blessés. Cf. Pierre Rocolle, op. cit. Ce même 17 juin, Pétain devenu Président du conseil, annonce qu’il faut «cesser le combat». On notera que Marcel Gibert, pris dans le tragique du quotidien, ne fait aucune allusion à la situation politique. Autre exemple, c’est le lendemain de la signature de l’armistice (21 juin) que Marcel Gibert est fait prisonnier: rien n’indique l’événement. Nous ne saurons évidemment jamais quand il l’a appris, ni quelles furent ses réactions.

32  Ces diverses observations montrent bien l’extrême confusion du moment: phase finale de la démoralisation (épisode des chauffeurs ivres), présence simultanée dans les mêmes lieux de troupes allemandes et de débris de l’armée française, opération séduction, sans doute spontanée et sincère, de la part de soldats allemands obscurs et sans grade–ce qui n’empêche pas qu’au bout du compte le stalag est le prochain horizon pour Marcel Gibert et ses compagnons.

33  Je n’ai aucune indication sur ce sigle.

34  Cf. Liste des camps de prisonniers de guerre dans Yves Durand, La captivité – Histoire des prisonniers de guerre français, 1939-1945, éd. Fédération nationale des combattants prisonniers de guerre et combattants d’Algérie, Tunisie, Maroc, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Bourderon, « 1939-1940: la drôle de guerre et la débâcle vues par le caporal-chef Marcel Gibert », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 105-106 | 2008, 265-285.

Référence électronique

Roger Bourderon, « 1939-1940: la drôle de guerre et la débâcle vues par le caporal-chef Marcel Gibert », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 16 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/885

Haut de page

Auteur

Roger Bourderon

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page