Navigation – Plan du site
DÉBATS

L’Amérique… selon Marx 1

Seconde partie : journalisme et stratégie durant la Guerre de Sécession
Vincent Bontems
p. 289-305

Résumé

Les États-Unis n’occupent encore qu’une position périphérique au sein du système capitaliste au XIXe siècle. Toutefois, Marx n’a pas manqué de relever l’importance et l’originalité du développement économique et politique de «l’Amérique». Notre étude entend restituer les cohérences et l’évolution des références géopolitiques au sein du corpus marxiste. Dans cette seconde partie, nous examinons comment Marx a traité la «guerre civile américaine» (la Guerre de Sécession) dans ses travaux journalistiques à travers quelques questions précises (Le Sud avait-il le droit de faire sécession?, etc.) et l’évolution du jugement de Marx sur les institutions américaines dans le cours des événements qui ont suivi la guerre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La matière de cet article est tirée d’un mémoire de maîtrise de philosophie rédigé sous la directi (...)
  • 2  Cf. R. Dangeville in K. Marx, F. Engels, La guerre civile aux États-Unis (1860-1865), Paris, 10/18 (...)

1Marx collabore principalement à deux journaux durant la guerre de Sécession, Die Presse et le New York Daily Tribune, tous deux publiés en Nouvelle-Angleterre par des expatriés d’origine allemande 2. Les États-Unis étaient alors un espace de liberté d’expression analogue à ce qu’avaient pu être les Pays-Bas auparavant. La libre-pensée et l’athéisme y étaient certes impitoyablement pourchassés, mais toutes les prises de position politiques et opinions concernant l’organisation de la société civile y étaient licites. La véritable contrainte était de leur trouver un débouché mercantile: la traduction anglaise du Capital, par exemple, se vendit assez bien aux États-Unis (comparé à sa diffusion en Europe), parce que l’éditeur avait fait accroire par sa réclame que s’y trouvaient révélés les secrets de l’accumulation capitalistique, autrement dit, qu’il s’agissait d’un manuel de la réussite économique. Ce malentendu est révélateur: les intérêts politiques européens étaient considérés avec une certaine indifférence, si bien que de nombreux journaux d’immigrés révolutionnaires y furent tolérés. Ils ne trouvaient cependant qu’un écho fort limité auprès des populations établies depuis plusieurs générations et étaient condamnés à végéter ou à disparaître. Joseph Weydemeyer, un correspondant de Marx qui devint général dans l’armée du Nord durant la guerre de Sécession, en fit la cruelle expérience, ne parvenant pas à publier Die Revolution, à plus de deux reprises, faute de pouvoir réunir deux cents dollars.

La critique de l’actualité capitaliste

  • 3  « Principes du Communisme », dans K. Marx, F. Engels, Manifeste du parti communiste, Moscou, Éditi (...)

2Marx entendait s’adresser au «prolétariat» américain, cette expression devant être comprise, indépendamment de la classe ouvrière européenne, comme désignant le plus grand nombre à partir du bas de la société. Ce positionnement démocratique est crucial si l’on veut rendre compte de la manière dont Marx et Engels étendent la perspective politique prolétarienne au-delà des pays industrialisés: «En Amérique, où la constitution démocratique a été introduite, les communistes devront s’allier au parti qui veut tourner cette constitution contre la bourgeoisie et l’utiliser dans l’intérêt du prolétariat, c’est-à-dire aux réformateurs nationaux agrariens» 3. L’élargissement résulte de la situation «décalée» des États-Unis par rapport à l’Europe: en 1847, le prolétariat ouvrier est une classe sans poids dans la société américaine, en revanche, la démocratie formelle permet l’expression d’une idéologie agrarienne anticapitaliste (contre la concentration des terres agricoles). Comme on le verra, cette analyse fut révisée au lendemain de la guerre de Sécession.

Le Sud avait-il le droit de faire sécession? ­

  • 4  Lettre du 5-7-1861 dans K. Marx, F. Engels, Correspondance Marx-Engels, VII, Paris, Alfred Costes, (...)

3On s’en doute, Marx et Engels souhaitaient la victoire du Nord et l’abolition de l’esclavage. Toutefois, pouvaient-ils condamner les prétentions du Sud à faire sécession? C’est Engels qui interroge Marx sur la légitimité de la sécession. «Le Général», comme le surnomment ses amis, commence à se passionner pour la tournure militaire des événements et voudrait connaître l’opinion de son «cher Mohr» sur l’autodétermination des États du Sud. Ce dernier lui répond par une analyse des journaux sudistes en adoptant un critère démocratique: «Quant à l’histoire de la sécession, les journaux anglais ont donné des renseignements entièrement faux. Exception faite pour la Caroline du Sud, il y eut partout une opposition très forte à la sécession.» 4 Si les journalistes anglais font circuler de fausses informations, c’est qu’ils sont engagés dans un processus de spéculation, qui correspond à une orientation idéologique repérable en fonction de leur position dans un organe de presse au sein du champ journalistique britannique. La presse bourgeoise est en effet possédée par des groupes économiques qui ont tout à perdre dans la hausse du prix du coton qu’entraînerait l’abolition de l’esclavage. C’est pourquoi ces journaux, qui, la veille encore, condamnaient l’abomination de l’esclavage prennent fait et cause pour la «liberté» du Sud. En analysant avec ironie cette volte-face, Marx n’est pas loin d’anticiper sur la méthodologie que préconisera, un siècle plus tard, le sociologue Pierre Bourdieu:

  • 5  P. Bourdieu, Sur la télévision, Paris, LIBER, 1996, p. 47.

4« Si je veux savoir aujourd’hui ce que va dire ou écrire tel ou tel journaliste, ce qu’il trouvera évident ou impensable, naturel ou indigne de lui, il faut que je sache la position qu’il occupe dans cet espace, c’est-à-dire le pouvoir spécifique que détient son organe de presse et qui se mesure, entre autres indices, à son poids économique, aux parts de marché, mais aussi à son poids symbolique, plus difficile à quantifier. En fait pour être complet, il faudrait prendre en compte la position du champ médiatique national dans le champ mondial.» 5

  • 6  Die Presse, 25-10-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 24.
  • 7  NYDT 11 -10-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 29.

5Marx écrit pour un public américain (constitué d’exilés européens) en faisant ressortir les contradictions de l’idéologie de la presse bourgeoise britannique: «Ils écrivent [les journalistes anglais] toujours deux types d’articles: l’un pour attaquer le Nord, l’autre pour excuser leurs attaques contre le Nord. Qui s’excuse s’acccuse» 6. Il repère pour cela la situation relative de chaque organe de presse dans le champ de l’actualité britannique (informations qui seraient d’ailleurs peut-être implicites s’il n’avait pas à s’adresser à un lectorat étranger): «Prenons, par exemple, les deux antipodes de la presse londonienne, le Times de Londres et le Reynold’s Weekly Newspaper, le plus grand organe des classes respectables, et le seul organe de la classe ouvrière qui subsiste actuellement.» 7 Ce n’est qu’en critiquant la falsification systématique de l’information en fonction de l’orientation des intérêts économiques qu’il peut motiver sa propre évaluation de la situation. La possibilité même de cette analyse suppose, en outre, de pouvoir relativiser les informations diffusées par la presse britannique en fonction d’autres sources. C’est pourquoi il se rend chaque jour au «café américain» de Londres afin de consulter les journaux sudistes, et c’est grâce à eux qu’il établit sa propre évaluation du processus politique censé justifier la création de la Confédération:

  • 8  Lettre du 5-7-1861 dans K. Marx, F. Engels, 1934, p. 50.

6« Géorgie. The Griffin Union écrit: "C’est pure plaisanterie que les gens qui ont établi la constitution reviennent en Géorgie et la ratifient sous le nom d’une convention nationale."–The Macon Journal: "Les conventions nationales, convoquées pour un autre but… prétendent qu’elles sont le peuple et que, par ce droit même, elles peuvent, sans consulter le peuple, nommer des délégués à une convention générale. Toutes les dispositions au congrès de leur fédération sont prises à huis clos, en séance secrète, et l’on cache au peuple tout ce qui s’y fait."–The Augusta Chronicle and Sentinel, le plus grand journal de Géorgie: "Toute l’agitation en faveur de la sécession et de la formation d’un nouveau gouvernement, du moins pour ce qui est de la Géorgie (le plus peuplé des États esclavagistes), ne se fait qu’avec l’assentiment apparent du peuple et fut réalisée, sous l’influence d’une grande surexcitation et d’une mentalité fiévreuse, par une majorité artificielle. Malgré toutes les mesures de chantage, l’élection du 4 janvier a montré une régression de près de 3000 voix et une majorité absolue de 79 délégués élus. Mais, à la réunion de la convention, il y eut, grâce aux flagorneries, aux paroles persuasives, aux tractations et à tous les artifices de la duperie, une majorité de 31 voix contre l’Union… La convention de Géorgie et le congrès particulariste ont agi, tout le monde sera d’accord sur ce point, sans autorisation du peuple." Alabama. The Mobile Advertiser: "La convention a adopté la constitution permanente au nom de l’État d’Alabama… Un grand fait reste acquis, les délégués n’avaient pas été désignés pour une besogne de ce genre."–The North Alabamiani: "La convention s’est dépêchée de s’arroger des droits et de ratifier la constitution…" Détail digne de remarque: dès le premier jour, la force matérielle et physique du pays, les ouvriers aux mains calleuses, sur lesquels on compte pour livrer bataille à l’appel du pays, ont pris position contre la sécession.» 8

7La légitimité de l’autodétermination est ainsi mise en cause au nom même du principe démocratique qui pourrait la fonder. Certes, Marx et Engels seraient favorables au Nord même si le Sud avait organisé une consultation démocratique, mais il paraît douteux que l’oligarchie des grands planteurs en ait jamais eu l’intention, ni les moyens de la gagner si elle avait eu lieu.

La Grande-Bretagne entrera-t-elle en guerre au côté du Sud?

8Dès que le Nord organisa le blocus du Sud, l’exportation du coton en direction de la Grande-Bretagne fut entravée. Rapidement la pénurie s’installa et de nombreuses usines durent fermer. Non seulement les patrons de l’industrie textile firent alors pression sur le gouvernement pour qu’il rompe le blocus par la force, mais ils exploitèrent la crise pour que la population ouvrière au chômage rende le Nord responsable de leur situation. À la fin de l’année 1861, un incident diplomatique survenu entre l’Union et la Grande-Bretagne, «l’affaire du Trent», allait même les encourager à réclamer l’entrée en guerre de leur pays au côté du Sud. Pour Marx, il ne faisait aucun doute que l’Empire britannique ne risquerait pas une guerre incertaine pour une aussi mince affaire, mais l’affaire provoqua tout de même une certaine ébullition dans les milieux financiers. Avec la distance que nous procure le recul historique, cet épisode n’a plus guère d’importance dans le déroulement de la guerre de Sécession, mais il a laissé des traces dans l’histoire des relations internationales:

  • 9  P. Renouvin, Histoire des relations internationales, Paris, Hachette, 1994, p. 605.

9« En décembre 1861, l’incident du Trent provoque une crise: le commandant d’un navire de guerre nordiste a arraisonné un navire marchand anglais et fait prisonnier deux envoyés du gouvernement sudiste qui se trouvaient à bord. L’opinion anglaise réagit avec véhémence, non seulement parce qu’elle est sensible à toute atteinte au droit de navigation en haute mer, mais aussi parce qu’elle commence à s’inquiéter de la "disette du coton". À Washington, la presse réplique sur un ton de menace. Bien que le commandeur du croiseur américain ait agi de sa propre initiative, et bien que les milieux officiels anglais soient persuadés que, dans la circonstance, les Nordistes peuvent invoquer des arguments juridiques solides, les deux gouvernements, débordés par les mouvements d’opinion, sont contraints de prendre des positions antagonistes: le cabinet anglais exige des excuses et veut obtenir la libération des deux prisonniers, et Lincoln hésite à désavouer une initiative qu’il regrette. Or, le gouvernement français s’associe à la démarche anglaise, et c’est l’affirmation de cette solidarité franco-anglaise qui amène le secrétaire d’État Seward à céder: les deux envoyés sudistes sont remis en liberté.» 9

10« L’opinion anglaise» dont il est question n’est en fait que la presse bourgeoise londonienne: comme l’observe Marx, ni les classes populaires, ni les classes dirigeantes n’avaient la moindre envie d’une guerre. Seule la bourgeoisie marchande et industrielle milita fortement en faveur d’une résolution violente de cette crise, qui commence en décembre 1861 et s’achève en février 1862, espérant de la levée du blocus par la force un meilleur approvisionnement en coton. les bourgeois firent pression sur la presse afin qu’elle accrédite l’idée que l’arrestation des deux envoyés sudistes constituait aux yeux du gouvernement britannique un casus belli. Friands de ce genre de suspens, les journaux s’emparèrent de la moindre information sur les tractations entre gouvernements, et en inventèrent au besoin, pour alimenter ce qui devint le feuilleton de l’hiver 1861. Ce qui entrait en crise en l’occurrence, ce n’était pas tant les relations internationales que la valeur des informations:

  • 10  Die Presse 4-1-1862,K. Marx, F. Engels, 1970, p. 157.

11« Je n’ai jamais observé dans toutes les couches de la société anglaise excitation pareille à celle qu’ont suscitée les informations relatives à l’affaire du Trent apportées à Southampton par la Plata, le 27 courant. Vers deux heures de l’après-midi, le télégraphe électrique annonça publiquement cet «événement déplaisant» dans la salle d’information des bourses britanniques. Toutes les actions commerciales baissèrent, tandis que le prix du salpêtre monta. […] En fin d’après-midi, les rumeurs les plus pessimistes circulaient à Londres: l’ambassadeur américain aurait reçu sur-le-champ son passeport, des ordres auraient été donnés pour réquisitionner tout de suite tous les navires américains dans les ports du Royaume-Uni, etc.» 10

  • 11  NYDT 19-12-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 159.

12L’inflation de la valeur informationnelle accompagne donc la spéculation proprement dite. Marx y perçoit immédiatement une bulle spéculative. La valeur informative des articles qui entretiennent la crise boursière est, en effet, comme il se plaît à le rappeler à longueur d’article, quasi nulle: des événements déjà connus sont décrits sous un jour plus dramatique, parfois il s’agit de simples rumeurs, d’autres fois le journaliste rapporte le résultat de tractations qui n’ont pas encore eu lieu. Les flux des cours de la bourse et des informations sont corrélés: «Le lendemain, le 28 novembre, la presse londonienne fit montre, en gros, d’un esprit de modération qui contrastait étrangement avec la formidable agitation politique et affairiste de la veille. […] L’excitation de la bourse s’apaisa, en grande partie, en raison du ton conciliant des journaux marquants de Londres.» 11 S’adressant à un public qu’il imagine inquiet d’une éventuelle entrée en guerre du Royaume-Uni au côté du Sud, Marx s’attache à décrire les ressorts du mouvement spéculatif qui s’est emparé de l’actualité britannique et en montre le caractère outré en regard de la valeur objective que les informations véhiculées devraient recevoir. L’analyse de Marx prend alors pour critère d’évaluation le droit international. Sans nous attarder sur le détail des analyses, signalons que, selon Marx et Engels, le commandant du croiseur américain avait commis une faute de procédure, dans la mesure où, au lieu de faire prisonnier les émissaires sudistes, il aurait dû confisquer le Trent.

  • 12  NYDT 19-12-1861,K. Marx, F. Engels, 1970, p. 164.
  • 13  Die Presse 8-2-1862,K. Marx, F. Engels, 1970, p. 180.

13Cependant, si «John Bull» (la Grande-Bretagne) avait eu intérêt à la guerre, l’affaire du Trent eût constitué un prétexte parfait. Aussi, Marx ne peut s’empêcher de s’inquiéter de la tournure des événements. C’est pourquoi il s’emploie à diffuser des appels au sang-froid à l’adresse de son lectorat américain. Cette attitude montre qu’il craint tout de même que la spéculation débouche sur une prédiction auto-réalisatrice et pense que la meilleure stratégie pour Lincoln serait de quitter le plan diplomatique pour revenir à un règlement juridique «en reconnaissant ouvertement et en réparant une gaffe internationale qui menace de réaliser les espoirs les plus insensés des rebelles du Sud» 12. Le scénario le plus en vogue dans la presse britannique était en effet que le Nord, à force d’opprimer le «Roi Coton» du Sud, était devenu si arrogant qu’il ne laissait d’autre choix à la Couronne que d’intervenir dans le conflit pour le remettre à sa place. Selon Marx, la crise de la filière cotonnière ne devait entraîner qu’une réorganisation de la production et du circuit des échanges capitalistes au niveau mondial: «Le Gouvernement anglais doit éliminer tous les obstacles qui continuent de freiner, de par la faute de l’administration, la culture du coton en Inde.» 13

  • 14  NYDT 25-12-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 169.
  • 15  Die Presse 4-1-1862, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 166.
  • 16  Die Presse 4-1-1862, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 167.

14L’analyse est lucide, davantage que celle de l’historien qui pense devoir faire état d’une réaction de «l’opinion anglaise». Car l’enjeu était justement de ne pas attribuer une position fictive à l’opinion publique: ce qui se dissimule derrière «l’opinion publique», c’est qu’une «fraction importante et influente du monde des affaires pousse le gouvernement à briser le blocus par la force» 14. L’opinion publique, définie idéologiquement comme sujet du mouvement spéculatif, constitue en réalité son enjeu: «Les articles provocateurs de certains journaux anglais ne servent pas seulement les spéculations politiques des personnalités gouvernementales, mais encore les spéculations boursières de certaines personnes privées.» 15 Contre cette spéculation, Marx fait valoir le droit mais aussi et surtout une froide évaluation économique. Il fait ainsi dire à un «marchand de Liverpool»: «personne ne conseillera à l’Angleterre de faire la guerre simplement à cause du coton. Il reviendrait moins cher pour nous de nourrir tous les districts cotonniers pendant trois ans sur le compte de l’État que de faire la guerre aux États-Unis à cause d’eux pendant un an.» 16

  • 17  NYDT 1-2-1862, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 168.

15Marx avait vu juste: la crise diplomatique était déjà résolue au moment où la presse londonienne agitait le spectre de la guerre, et la bulle spéculative finit pas éclater, provoquant une crise au sein des structures médiatiques, qui furent mises en cause à tous les niveaux. Il fut d’abord question d’une omission par l’ambassadeur des États-Unis, Adams, puis d’une rétention de l’information par le gouvernement anglais, ce qui entraîna une légère reprise du mouvement spéculatif, puis il apparut enfin que c’était le Morning Post, l’organe quasi officiel du gouvernement, qui avait bloqué l’information. Marx peut alors triompher: «La presse hurle à la guerre, tandis que leur répondent des meetings pour la paix, qui dénoncent les projets fratricides officiels ainsi que les sympathies pro-esclavagistes du gouvernement. Le désappointement des augures de l’opinion publique, lorsque arriva la nouvelle du règlement pacifique de l’affaire du Trent, faisait vraiment plaisir à voir.» 17

La Confédération peut-elle gagner la guerre?

16Dans une uchronie célèbre, Autant en emporte le temps, Ward Moore imagine ce qu’aurait été la société des États-Unis au début du vingtième siècle si la Confédération avait remporté la guerre de Sécession. Dans ce roman, il suffit d’un événement mineur, la mort d’un officier durant la bataille de Gettysburg, pour faire basculer le destin d’un continent. Les observateurs de la guerre de Sécession partageaient-ils ce sentiment de la contingence de son issue? La plupart des journaux britanniques pronostiquaient une victoire du Sud ou, du moins, surestimaient les capacités militaires de la Confédération, échafaudant quantité de scénarios sur une possible explosion politique des États-Unis.

17L’intérêt de Marx pour les conflits armés de son temps est vif, mais c’est à Engels, surnommé «le Général» en raison de son goût pour les militaria, que l’on doit la plupart des analyses du déroulement des opérations militaires, analyses qu’il communique à Marx, qui les répercute ensuite au sein de ses articles. Ils furent tous deux sensibles à la nouveauté de ce conflit qui, par les dimensions du champ d’opération et par les progrès accomplis dans le domaine de la puissance de feu, annoncent les guerres du vingtième siècle. Ils produisent leurs analyses à partir de données indirectes (les comptes rendus des correspondants de guerre et l’observation des cartes), mais aussi grâce aux informations de première main que leur font parvenir Weydemeyer et Anneke, un autre sympathisant communiste devenu officier dans l’armée du Nord. En stratège bien formé, Engels distingue les différentes échelles du conflit: le plan global de la géographie physique et de la logistique, le plan de la stratégie, et enfin les plans tactiques des affrontements. La guerre de Sécession innove dans l’articulation de ces plans par rapport aux conflits qui l’ont précédée.

  • 18  Die Presse 26-11-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 76.

18À la manière des adeptes de wargames qui, de nos jours, reproduisent les conflits sur le mode ludique, Marx et Engels commencent par examiner la configuration géographique du champ d’opération: ils repèrent d’emblée la cassure montagneuse est-ouest de la ligne de front nord-sud: «La chaîne de montagnes qui commence en Alabama et s’étend vers le nord jusqu’au fleuve Hudson–véritable colonne vertébrale des États-Unis–divise le soi-disant Sud en trois parties. La région montagneuse, formée par les montagnes d’Alleghany avec leurs deux chaînes parallèles, le Cumberland Range à l’ouest et les Blue Ridge Mountains à l’est, sépare, tel un coin, les plaines basses de la côte ouest de l’Atlantique de celles des vallées méridionales du Mississipi.» 18 Cette analyse leur suffit à qualifier d’absurdité le «Plan Anaconda» (l’encerclement géant) préconisé par l’état-major du Nord au début du conflit.

19Ils déterminent ensuite, pour chacune des parties, les «conditions de victoire», c’est-à-dire la situation permettant à l’un ou à l’autre des camps de faire cesser unilatéralement les combats. La conclusion à laquelle ils arrivent est que les conditions classiques, notamment la prise de la capitale ennemie, sont inopérantes dans un conflit qui se déroule à l’échelle d’un continent, et que les résolutions de paix classiques, par fixation d’une nouvelle frontière en fonction de l’état de la ligne de front, le sont tout autant, parce qu’il s’agit d’un conflit dont le moteur n’est pas seulement une rivalité politique mais la lutte à mort entre deux modes de production:

  • 19  Lettre du 10-9-1862, K. Marx, F. Engels, 1934, p. 156.

20« Le Sud ne conclurait ou ne pourrait conclure la paix qu’à la condition de recevoir les États esclavagistes des territoires frontières (Border States). Dans ce cas, la Californie lui reviendrait également, le Nord-Ouest suivrait, et toute la Fédération, à l’exclusion peut-être des États de la Nouvelle-Angleterre, formerait de nouveau un seul pays, mais cette fois sous l’hégémonie avérée des États esclavagistes. Ce serait la reconstitution des États-Unis sur la base réclamée par le Sud. Mais cela est impossible et cela ne se produira pas. […] Le Nord, de son côté, ne peut faire la paix que si la Confédération est limitée aux anciens États esclavagistes et comprise entre le Mississipi et l’océan Atlantique. Dans ce cas la Confédération ne tarderait pas à mourir de sa belle mort. Des armistices, etc., conclus sur la base du statu quo, pourraient tout au plus amener des pauses dans les opérations militaires.» 19

21Les objectifs sont donc asymétriques. Le Sud, qui, au départ, se préparait à une guerre défensive pour défendre l’intégrité de son territoire, se trouve en réalité dans l’obligation de s’emparer par la force de certains territoires (les Border States et les réserves de l’Ouest) s’il veut survivre comme entité indépendante. Il doit pour cela détruire les forces militaires du Nord afin de s’attirer la reconnaissance de la Grande-Bretagne et de la France, seules puissances à pouvoir arbitrer le confit en sa faveur. Le Nord, qui, par l’état initial calamiteux de son armée, s’est retrouvé en position défensive, se doit d’écraser la Confédération en détruisant le gros de ses forces armées et de ses forces productives afin de saper sa résistance. Ce que Marx et Engels ont compris dès les premiers mois, à savoir la dimension économique du conflit et l’asymétrie stratégique qui en découle, les stratèges américains mettront trois ans à l’intégrer.

  • 20  Lettre du 12-6-1861, K. Marx, F. Engels, 1934, p. 39.
  • 21  K. Marx, F. Engels, 1970, p. 156.

22Dans un premier temps, la guerre de Sécession se déroula comme un conflit classique, chaque camp tentant de s’emparer de la capitale adverse: «Le premier objectif du Sud aussi bien que du Nord, c’était Washington. L’offensive du Sud dans cette direction a été beaucoup trop faible; il semble bien qu’une fois passé Richmond, le gros de l’armée n’ait pas été assez fort pour porter un coup opportun.» 20 Ce n’est que lorsque les choses se décantèrent qu’il apparaîtra clairement que ni la chute de Richmond ni celle de Washington n’auraient nécessairement des suites décisives; la dimension économique des objectifs stratégiques eût dû alors devenir évidente pour tous les commentateurs. Il n’en fut rien. Les correspondants de guerre se focalisèrent sur des données secondaires, telles que la renommée des généraux ou le moral des troupes. À l’inverse, les données démographiques, économiques et géopolitiques conduisent les deux camarades à estimer fortement improbable une victoire sudiste. Même si le Sud remportait des victoires écrasantes, il ne serait qu’en sursis. Voilà qui explique la sûreté du jugement de Marx au sujet de l’issue du conflit, même après les premiers revers du Nord: «Pour ce qui est des yankees, je reste certainement, après comme avant, d’avis que le Nord finira par l’emporter. Mais il se peut que la guerre civile traverse toutes sortes d’épisodes, peut-être même des suspensions d’armes, et traîne en longueur.» 21

23L’avantage initial du Sud était prévisible en raison de causes structurelles (disponibilité de la population blanche, tradition militaire) aussi bien que de causes conjoncturelles (motivation, initiative des combats). Le Nord devait, comme le souligne Engels, dans un article strictement militaire qu’il écrit pour The Volunteer Journal for Lancashire and Cheshire (n° 66 du 6 décembre 1861), se réorganiser pour agir selon des principes stratégiques pertinents à l’échelle d’un continent. Rappelons l’incohérence que la scission des états-majors avaient entraînée: les armées du Sud étaient dirigées par Lee, un excellent stratège, Virginien traditionaliste mais anti-esclavagiste à titre personnel, tandis que le Nord avait confié la direction des opérations à McClellan, général pusillanime, concepteur de l’inepte «Plan Anaconda» et pro-esclavagiste… Devant l’incompétence et le manque de détermination des nordistes, Engels fulmine et évoque le «procès d’épuration qui s’impose dans l’armée américaine de volontaires». Ce sera la guerre elle-même qui s’en chargera.

  • 22  K. Marx, F. Engels, 1970, p. 69.

24Viennent ensuite les difficultés d’organiser la logistique de campagne à travers l’espace immense du territoire américain. Engels sera frappé, tout au long du conflit, par les renversements de situation tactique, et par l’incapacité des états-majors à comprendre l’articulation nouvelle qui doit être trouvée entre ce plan d’opération et le plan stratégique. Dans les conflits antérieurs, à l’exception de la campagne de Russie, l’évolution de la situation stratégique résultait de l’accumulation des résolutions tactiques qui permettent d’améliorer une position: le front progressait de bataille en bataille. Dans l’immense espace américain, la victoire d’un jour n’implique nullement le gain d’un avantage stratégique pour le lendemain. Un an après l’ouverture des hostilités, le Nord en est encore à former une armée digne de ce nom: «Aucune armée nouvellement formée de civils ne peut être efficace, si elle n’est pas soutenue et aidée par de gigantesques ressources intellectuelles et matérielles qui se trouvent dans les mains d’une armée régulière relativement forte, en ce qui concerne l’organisation, cette force principale des armées régulières.» 22

  • 23  Lettre du 11-6-1863, K. Marx, F. Engels, 1934, p. 229.

25Pour que le Nord commence à faire la guerre «régulièrement», il faudra attendre l’arrivée à la tête de l’état-major d’Ulysses Grant. Cet homme d’affaires malheureux et alcoolique avait, au début du conflit, réintégré l’armée un peu par hasard. Bien que n’étant nullement formé à la stratégie, ou peut-être justement grâce à ce manque de formation selon des schémas dépassés, il sera le premier, et sans doute le seul général avec Sherman, à comprendre les nouvelles conditions et les nouveaux objectifs de la guerre totale. Engels le détecte tout de suite: «Seul Grant opère bien. Son mouvement contre Vicksbourg du sud-ouest au nord-est, l’isolement de l’armée de secours, puis son refoulement, et jusqu’à ses assauts violents mais inutiles sont excellents.» 23 Ce qu’Engels admire en particulier chez Grant, c’est qu’il a intégré qu’il valait mieux perdre plus d’hommes que l’adversaire pourvu qu’on obtienne un résultat stratégique durable: briser le front de l’adversaire, détruire l’appareil productif d’une ville, ou encore prendre le contrôle d’une ligne de communication. Grant mit ainsi fin à la stratégie aberrante d’encerclement et attaqua en priorité les centres de production et les lignes de transport.

  • 24  Propos rapportés par B. Catton, cité dans J. McPherson, La Guerre de Sécession, Aylesbury, Robert (...)

26Les analyses d’Engels sont menées à partir des cartes. Dans ces conditions, son interprétation des affrontements au niveau tactique est forcément imprécise. Il estime à propos de la bataille de Shiloh, qu’il nomme «bataille de Corinth», que le combat a dû s’y consumer lentement entre forces relativement égales. En réalité, les armées sudistes de Beauregard culbutèrent les cinq divisions de Grant le 6 avril et les firent reculer jusqu’au fleuve Tennessee; à la fin du premier jour Grant avait perdu 10000 hommes et n’en conservait que 15000. Mais, lorsque la nuit tomba, il fut rejoint par les cinq divisions de Buell, soit 25000 hommes, qui s’étaient perdues en route et n’avaient pu se joindre à l’engagement du premier jour: «Lorsque certains de ses officiers proposèrent une retraite avant que les rebelles ne puissent reprendre leur assaut le lendemain matin, le général s’écria: "Une retraite? Mais vous n’y pensez pas! J’ai l’intention d’attaquer à l’aube et de les battre à plate couture." » 24. Grant soupçonnait que Beauregard avait aussi subi de lourdes pertes. Il ne disposait plus que de cinq divisions, ce qui donnait à Grant, avec les renforts reçus, un avantage symétrique à celui que son adversaire avait eu la veille. Le 7 avril fut l’image inversée de la veille: les nordistes surprirent au petit matin les sudistes et les firent reculer jusqu’à atteindre au soir l’église de Shiloh. Puis Beauregard évacua ses troupes vers Corinth en célébrant, comme à son habitude lors de ses revers, sa victoire «presque» totale, interprétation des combats qui fut complaisamment relayée par les correspondants de guerre britannique.

  • 25 K. Marx, F. Engels, 1934, p. 170.

27Les analyses d’Engels demeurent donc, au niveau stratégique, justes, et Marx peut s’appuyer sur elles et même les vérifier lorsqu’il critique la présentation des combats dans la presse britannique: «J’ai parcouru, au café américain, une masse de feuilles sudistes et j’y ai vu que la Confédération est fort mal en point. Les journaux anglais ont étouffé la bataille de Corinth. Les feuilles sudistes la dépeignent comme la guigne la plus extraordinaire qu’ils aient eue depuis leur levée de bouclier.» 25 Les analyses de Marx et Engels donnent donc des informations d’une qualité supérieure à celles des correspondants de guerre. Elles dégagent l’importance des facteurs logistiques (chemin de fer, télégraphe, qualité du génie, aérostat) et, surtout, les nouveaux objectifs de la stratégie (la destruction de l’appareil productif de guerre).

Conclusion: les conséquences de la guerre civile américaine

  • 26  NYDT 11-10-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 24.

28Pour Marx, la guerre civile américaine résulte de la dérive des institutions républicaines et de leur accaparement progressif par l’oligarchie esclavagiste du Sud avec la complicité d’éléments corrompus de la classe politique du Nord: «L’usurpation croissante de l’Union par les puissances esclavagistes à la suite de leur alliance avec le Parti démocrate du Nord est pour ainsi dire la formule générale de l’histoire des États-Unis depuis le début de ce siècle» 26. Dans ces conditions, l’élection de Lincoln est saluée comme une victoire politique par Marx, non seulement au nom des principes humanistes de l’abolitionnisme, mais aussi en raison des intérêts de classe des travailleurs. La lettre que Marx, au nom de l’AIT, adressa à Lincoln à l’occasion de sa réélection (1864) mériterait d’être citée dans son intégralité:

29« Tant que les travailleurs, le véritable pouvoir politique du Nord, permirent à l’esclavage de souiller leur propre République; tant qu’ils se glorifièrent de jouir–par rapport aux Noirs qui avaient un maître et étaient vendus sans être consultés–du privilège d’être libres de se vendre eux-mêmes et de choisir leur patron, ils furent incapables de combattre pour la véritable émancipation du travail ou d’appuyer la lutte émancipatrice de leurs frères européens.»

30Cette lettre, comme la réponse affable qui lui fut faite par l’ambassadeur des États-Unis («Le gouvernement des États-Unis se rend parfaitement compte que sa politique n’est pas, ou ne pourrait pas être, réactionnaire»), peuvent étonner les lecteurs de Marx qui gardent en mémoire la critique des institutions républicaines américaines de La Question juive. Elle montre, en tout cas, comment Marx perçoit une évolution possible vers le socialisme à travers un régime démocratique, à condition que celui-ci se détache des intérêts de classe qui ont présidé à son institution.

31Toutefois, la crise institutionnelle ouverte par la sécession laisse aussi entrevoir à Marx et Engels la possibilité d’une transformation sociale et politique beaucoup plus radicale. Tous deux ne peuvent s’empêcher de dresser un parallèle avec les guerres révolutionnaires françaises. C’est pourquoi ils critiquent l’action de Lincoln, habile et audacieuse au regard des mœurs de son pays, mais pusillanime comparée à la politique jacobine. Ils sont déçus par l’absence de recours à la conscription au Nord qui serait, à leurs yeux, le prélude à la prise de conscience collective des masses de leur pouvoir politique. Ils vont même jusqu’à souhaiter un coup d’État par le général Frémont, lui imaginant le destin d’un Bonaparte socialiste. Rapidement, Marx comprend toutefois la stratégie de Lincoln: il ne peut s’aliéner aucune composante politique du Nord dans sa lutte pour maintenir l’unité du pays. Il espère que, dans son second mandat, son action prendra un tour plus directif. L’assassinat de Lincoln ne permet pas d’apporter une confirmation à ce jugement.

  • 27  Lettre du 5-9-1862, K. Marx, F. Engels, 1934, p. 164.

32La radicalisation politique de la République américaine paraissait possible mais improbable: «S’il y avait seulement une preuve, un indice, que, dans le Nord, les masses commencent à faire comme la masse a fait en France en 1792 et 1793, tout serait bel et bien. Mais la seule révolution qui soit en perspective, il semble que ce sera plutôt une contre-révolution démocratique.» 27 La période de la «reconstruction» présente, certes, des caractéristiques «jacobines», car la mise sous tutelle des États du Sud par les politiciens et les affairistes de la Nouvelle-Angleterre s’accompagna, sous la présidence de Grant, d’une réforme autoritaire des institutions politiques: certains États furent même représentés et dirigés par des Noirs. Mais cette phase d’antagonisme radical entre le pouvoir central et les valeurs sociales des anciennes classes dirigeantes régionales fut abandonnée, dix ans plus tard, pour laisser place à une reprise de la collaboration entre le Nord et le Sud. Les classes dirigeantes du Sud recouvrèrent les responsabilités politiques et obtinrent de la Cour suprême le droit de réinstaurer l’hégémonie leucocratique sous la forme de l’apartheid. Certes, l’esclavage était aboli, mais la condition salariale des Noirs qui lui succéda fut encore plus misérable. L’impunité du Ku Klux Klan montre, en outre, la facilité avec laquelle la société civile du Sud fut capable de se structurer «souterrainement» pour permettre l’enfouissement de la norme sociale réprimée, sa résurgence rituelle, et l’organisation d’un contrôle social parallèle.

  • 28  M. Aglietta, Crise et régulation du capitalisme, Paris, Calmann-Lévy, 1976, p. 20.
  • 29  Lettre du 29-10-1862, K. Marx, F. Engels, 1934, p. 160.

33Du point de vue de la restructuration économique, la guerre civile et la reconstruction furent des périodes «révolutionnaires», mais au sens des révolutions bourgeoises: «Les États-Unis ont connu à partir de la guerre civile une révolution capitaliste.» 28 La centralisation de l’économie fut opérée au profit des capitaux de la Nouvelle-Angleterre. Une politique monétaire audacieuse d’émission de monnaie papier fut engagée, la valeur de la monnaie reposant uniquement sur la valeur spéculative de sa circulation et non plus sur celle de l’or, preuve que les Américains étaient très en avance sur les mécanismes financiers européens: «Ce qui rend la dépréciation actuelle moins dangereuse qu’elle ne l’eût été, dans des circonstances analogues, en France et même en Angleterre, c’est que les yankees n’ont jamais défendu deux prix, le prix or et le prix papier.» 29 Marx observe, dans le même temps, que les États-Unis se sont refusés à lever de nouveaux impôts et ont laissé filer la dette extérieure. Dix ans après la guerre de Sécession, 70% de tout ce qui existe sur le sol américain est virtuellement possédé par la Grande-Bretagne et la France.

  • 30  P. M. Sweezy, Le capitalisme moderne, Paris, Seuil, 1977, p. 157.

34La substitution de la Nouvelle-Angleterre à l’Angleterre comme métropole des États du Sud est néanmoins effective dans l’organisation des moyens de production: en 1875, l’aménagement du territoire américain s’organise autour d’elle grâce au développement du chemin de fer et rend possible l’édification de la plus fantastique concentration de capitaux privés (Morgan, Rockefeller) à l’aide d’un capitalisme d’État (allocation des parcelles). Cette substitution ne fait d’ailleurs que reproduire la situation antérieure du développement inégal combiné: «Ce schéma d’un centre exploiteur et d’une périphérie exploitée n’est pas caractéristique des seules relations internationales. On le retrouve à l’intérieur du cadre national, dans les pays développés comme dans leurs satellites. Pendant toute l’histoire des États-Unis, par exemple, le Nord-Est a entretenu avec le Sud et l’Ouest des relations essentiellement de type colonial.» 30 Cette réorganisation du colonialisme s’est opérée sans que le principe du développement libre de la société civile soit remis en cause.

35La récupération des flux économiques du Sud ne compensait cependant pas le coût de l’endettement massif auprès des puissances européennes. L’ensemble du système reposait sur une fuite en avant du crédit alimentée par la spéculation sur les nouveaux territoires à coloniser. Au lendemain de l’écrasement final de la résistance des Sioux, l’agriculture, florissante durant la guerre, connaît un profond ralentissement, alors même que les États du Nord ont entrepris une mécanisation qui devrait en augmenter les rendements; l’industrie connaît aussi une crise sans précédent et, rien qu’en 1893, plus de cinq cents banques et seize mille entreprises font faillite. Au début de l’année 1894, un ouvrier américain sur quatre a perdu son emploi: on dénombre plus de trois millions de chômeurs dans un pays traditionnellement sous-peuplé en main-d’œuvre. Par milliers ils tentent de recouvrer une intégration sociale par la mobilité géographique, vainement : ils deviennent vagabonds. En désespoir de cause, certains finissent par s’organiser en une «armée industrielle» qui circule plus ou moins clandestinement dans les chemins de fer avec le but avoué de se retrouver le 1er mai à Washington pour défiler devant le Capitole. Le meneur de la campagne, Jacob Sechler Coxey, est arrêté pour avoir piétiné les pelouses du Capitole. Il ne prononcera son discours au Capitole que le 1 mai 1944. Or, Marx avait entrevu cette évolution réactionnaire des États-Unis:

  • 31  K. Marx, Le Capital dans Œuvres complètes. Économie I, Paris, Gallimard, 1965, p. 1235.

36« Le courant humain qui se précipite tous les ans, immense et continu, vers l’Amérique, laisse des dépôts stagnants dans l’est des Etats-Unis, la vague d’émigration partie d’Europe y jetant sur le marché du travail plus d’hommes que la seconde vague d’émigration ne peut en emporter vers le Far West. D’autre part, la guerre civile américaine a entraîné à sa suite une énorme dette nationale, l’exaction fiscale, la naissance de la plus vile aristocratie financière, l’inféodation d’une plus grande partie des terres publiques à des sociétés de spéculateurs, exploitant les chemins de fer, les mines, etc., en un mot la centralisation la plus rapide du capital. La grande république a donc cessé d’être la terre promise des travailleurs émigrants. La production capitaliste y marche à pas de géant, surtout dans les États de l’Est, quoique l’abaissement des salaires et la servitude des ouvriers soient encore loin encore d’y avoir atteint le niveau normal européen.» 31

  • 32  K. Marx, F. Engels, Manifeste du parti communiste, Moscou, Éditions du progrès, 1978, p. 12.
  • 33  K. Marx, F. Engels, Manifeste du parti communiste, Moscou, Éditions du progrès, 1978, p. 26.

37Si l’Amérique ressemble de plus en plus à l’Europe, pourquoi l’idéologie marxiste ne peut-elle s’y développer? En 1847, Marx et Engels estimaient que seuls les agrariens pouvaient faire évoluer la démocratie américaine vers le socialisme. Par la suite, l’industrialisation de la Nouvelle-Angleterre y entraîna le développement d’un important prolétariat citadin. Chicago fut même la ville la plus prolétarienne du monde: le 1er mai 1886 des dizaines de milliers de travailleurs y défilent avant d’être dispersés par l’armée. Quand Engels est au regret, en 1893, de rédiger seul la nouvelle préface du Manifeste, il ne fait plus référence aux agrariens et il rend hommage à «Marx, l’homme auquel toute la classe ouvrière d’Europe et d’Amérique doit plus qu’à tout autre.» 32 Le prolétariat est devenu l’élément principal de la dynamique révolutionnaire en Amérique comme aux Europe: «Au moment où j’écris ces lignes, le prolétariat d’Europe et d’Amérique passe la revue de ses forces, pour la première fois mobilisée en une seule armée sous un même drapeau et pour un même but immédiat; la fixation légale de la journée normale de huit heures, proclamée dès 1866 par le Congrès de l’Internationale à Genève, et de nouveau au congrès ouvrier de Paris de 1889.» 33

38De 1860 à 1880, il se forme à New York et dans les autres métropoles industrielles de l’Est, une dizaine de sections communistes. Celles-ci sont marquées par la situation transitoire de l’identité culturelle du prolétariat de la côte est: la section 1, dirigée par Sorge, un correspondant de Marx, est «allemande». Les clivages «nationaux» rendent toute coordination inefficace, l’essentiel de leur énergie étant mobilisée par des luttes intestines. L’Internationale américaine se montre incapable de surmonter les contradictions d’un prolétariat mis en concurrence selon ses origines et ne parvient pas à l’unification transversale des rapports de classe. Impuissante à changer le rapport de force entre prolétaires et capitalistes, l’idéologie communiste n’en possède pas moins un pouvoir certain de mobilisation: le défilé en l’honneur des morts de la Commune de Paris, en 1871, impressionne par son ampleur. À la mort de Marx, on imagine mal sa popularité auprès des masses de la Nouvelle-Angleterre: le 14 mai 1883, le drapeau américain fut mis en berne à Brooklyn, tandis que des milliers de personnes se pressaient au Cooper Union Institute of Manhattan pour entendre un dernier hommage, en quatre langues, à celui qui est considéré alors, à l’égal de Victor Hugo, comme un bienfaiteur de l’humanité. En 1893, Eugène Debs, président de l’American Union Railway, qui refusait d’arrêter une grève à Chicago, est jeté en prison avec le consentement de la Cour suprême, quelques mois seulement après l’arrestation de Coxley. Il découvre en prison l’œuvre de Marx. Il se présentera à l’élection présidentielle à de nombreuses reprises sous les couleurs socialistes: en 1912, il obtiendra près d’un million de voix, soit 6% des votes. Alors, «le talon de fer» de la répression, dont Jack London fantasma les prolongements fascistes, se mit en place, et sa dernière campagne (1920) fut menée depuis le pénitencier d’Atlanta.

39La première partie de cet article a été publiée dans les « Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique », n° 103, Retour sur le Front populaire, p. 129-144.

Haut de page

Notes

1  La matière de cet article est tirée d’un mémoire de maîtrise de philosophie rédigé sous la direction d’André Tozel, que nous tenons à remercier, ainsi qu’Étienne Balibar et Pierre-François Moreau pour leurs conseils et les documents fournis. Nous remercions aussi Nicolas de Lavergne et Jérôme Lamy sans qui ce travail n’aurait pas abouti.

2  Cf. R. Dangeville in K. Marx, F. Engels, La guerre civile aux États-Unis (1860-1865), Paris, 10/18, 1970.

3  « Principes du Communisme », dans K. Marx, F. Engels, Manifeste du parti communiste, Moscou, Éditions du progrès, 1978, p. 93.

4  Lettre du 5-7-1861 dans K. Marx, F. Engels, Correspondance Marx-Engels, VII, Paris, Alfred Costes, 1934, p. 50.

5  P. Bourdieu, Sur la télévision, Paris, LIBER, 1996, p. 47.

6  Die Presse, 25-10-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 24.

7  NYDT 11 -10-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 29.

8  Lettre du 5-7-1861 dans K. Marx, F. Engels, 1934, p. 50.

9  P. Renouvin, Histoire des relations internationales, Paris, Hachette, 1994, p. 605.

10  Die Presse 4-1-1862,K. Marx, F. Engels, 1970, p. 157.

11  NYDT 19-12-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 159.

12  NYDT 19-12-1861,K. Marx, F. Engels, 1970, p. 164.

13  Die Presse 8-2-1862,K. Marx, F. Engels, 1970, p. 180.

14  NYDT 25-12-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 169.

15  Die Presse 4-1-1862, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 166.

16  Die Presse 4-1-1862, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 167.

17  NYDT 1-2-1862, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 168.

18  Die Presse 26-11-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 76.

19  Lettre du 10-9-1862, K. Marx, F. Engels, 1934, p. 156.

20  Lettre du 12-6-1861, K. Marx, F. Engels, 1934, p. 39.

21  K. Marx, F. Engels, 1970, p. 156.

22  K. Marx, F. Engels, 1970, p. 69.

23  Lettre du 11-6-1863, K. Marx, F. Engels, 1934, p. 229.

24  Propos rapportés par B. Catton, cité dans J. McPherson, La Guerre de Sécession, Aylesbury, Robert Laffont, 1992, p. 449.

25 K. Marx, F. Engels, 1934, p. 170.

26  NYDT 11-10-1861, K. Marx, F. Engels, 1970, p. 24.

27  Lettre du 5-9-1862, K. Marx, F. Engels, 1934, p. 164.

28  M. Aglietta, Crise et régulation du capitalisme, Paris, Calmann-Lévy, 1976, p. 20.

29  Lettre du 29-10-1862, K. Marx, F. Engels, 1934, p. 160.

30  P. M. Sweezy, Le capitalisme moderne, Paris, Seuil, 1977, p. 157.

31  K. Marx, Le Capital dans Œuvres complètes. Économie I, Paris, Gallimard, 1965, p. 1235.

32  K. Marx, F. Engels, Manifeste du parti communiste, Moscou, Éditions du progrès, 1978, p. 12.

33  K. Marx, F. Engels, Manifeste du parti communiste, Moscou, Éditions du progrès, 1978, p. 26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Bontems, « L’Amérique… selon Marx  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 105-106 | 2008, 289-305.

Référence électronique

Vincent Bontems, « L’Amérique… selon Marx  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/876

Haut de page

Auteur

Vincent Bontems

Laboratoire de recherche sur les Sciences de la matière (LARSIM-CEA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page