Navigation – Plan du site
DÉBATS

Sur les usages publics de l’histoire : polémiques, commémorations, enjeux de mémoire, transmission et enseignement

Compte rendu de la première journée publique de discussion du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH)
Jocelyne George
p. 111-117

Résumé

La première manifestation du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire, tenue le samedi 4 mars 2006, a été un grand succès : un amphithéâtre de la Sorbonne débordant (300 à 400 personnes), un auditoire varié d’enseignants (très peu du supérieur) et d’animateurs d’associations, dont plusieurs venaient de province, un auditoire où la jeunesse dominait, constamment attentif et très concerné. Pour avoir participé à cette journée et l’avoir jugée particulièrement intéressante par rapport à la démarche d’histoire critique qui est celle des Cahiers, nous en proposons une rapide évocation personnelle. Le CVUH prépare quant à lui, la diffusion des interventions en ligne et, dans des versions plus développées, la publication de ces interventions sous forme de petits livres.

Haut de page

Texte intégral

Une création récente dans une conjoncture historiographique mouvementée

  • 1  Les Cahiers ont publié la charte fondatrice du CVUH dans leur numéro d’octobre-décembre 2005, Cahi (...)

1Le comité s’adresse à tous les enseignants et chercheurs travaillant dans un domaine ayant trait à l’histoire. Il a été constitué au printemps dernier après le vote de la loi du 23 février 2005, dont l’article 4 était ainsi libellé : « Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer notamment en Afrique du Nord et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit. » 1

  • 2  On pourra se reporter pour la lecture de la loi et de la pétition initiée par l’historien Claude L (...)

2Cette loi « portant reconnaissance de la nation et contribution en faveur des Français rapatriés » avait à l’origine pour objet de satisfaire les revendications des harkis posées depuis le milieu des années 1980, mais l’article 4 inséré signifiait la volonté d’un courant nostalgique de la France coloniale de faire officiellement considérer comme positive l’action coloniale, principalement en Algérie 2.

3De part et d’autre de ce mois de février, deux événements publics marquants se sont produits, l’un en janvier, l’autre en mai 2005. Le premier a été le lancement de l’appel dit des « indigènes de la République » affirmant que « la décolonisation de la République [reste] à l’ordre du jour » et qu’il faut en finir avec « les institutions qui ramènent les populations issues de la colonisation à un statut de sous-humanité ». Le second a été une manifestation des partisans de cet appel, principalement des enfants d’anciens colonisés.

4Le fait colonial a ainsi été accaparé par deux groupes de pression aux conceptions opposées, l’un d’eux ayant même réussi à imposer sa lecture comme matière d’enseignement, démarche inédite en France. Depuis, du fait de la mobilisation de chercheurs spécialisés et de vastes secteurs de l’opinion publique, l’article 4 a été retiré de la loi cet automne.

  • 3  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 96-97, op. cit. Le CVUH a créé un site sur leque (...)

5La situation a suscité au printemps 2005 la formation de ce comité de vigilance dont la référence à celui des intellectuels dans les années 1930 face au fascisme et à la menace de guerre est revendiquée. Dans son manifeste, on peut lire : « Il y a donc un rapport étroit entre la recherche historique et la mémoire collective mais ces deux façons d’appréhender le passé ne peuvent être confondues. S’il est normal que les acteurs de la vie publique soient enclins à puiser dans l’histoire des arguments pour justifier leurs causes et leurs intérêts, en tant qu’enseignants-chercheurs nous ne pouvons admettre l’instrumentalisation du passé. » 3

Les tiraillements entre histoire et mémoire

6L’instrumentalisation du passé était le thème de cette première journée de réflexion et de débat. Dans une introduction, Gérard Noiriel a rappelé la position du CVUH, « revendiquer un espace autonome pour l’histoire » sans que cela signifie un espace au-dessus des lois, les historiens étant comme les autres citoyens dans la cité. La suite de la matinée a été consacrée aux rapports entre histoire et mémoire et a fait alterner, sous la houlette d’Éric Mesnard, interventions de spécialistes, au sujet la guerre de 1914-1918 (Nicolas Offenstadt), du communisme (Bernard Pudal), du genre (Michèle Riot-Sarcey), et interventions du public coordonnées par l’historienne Sylvie Aprile.

  • 4  Nicolas Offenstadt a publié plusieurs ouvrages sur ces formes spécifiques d’articulation entre his (...)

7L’intérêt pour la Première Guerre mondiale est un fait relativement nouveau qui connaît une croissance surprenante depuis les années 1990. Le nombre de livres publiés annuellement sur le sujet a été multiplié par 6 entre les lendemains de la Seconde Guerre et aujourd’hui. Le croisement entre histoires familiale et nationale, facilité par l’existence de documents et la proximité des souvenirs dans chaque famille, est un élément fort de cet engouement. L’exploitation du souvenir est le fait d’associations et se localise surtout sur la ligne du front dans une logique patrimoniale liée au développement des identités locales avec la décentralisation 4. Ce relais institutionnel qui patrimonialise les sites de la guerre, multipliant monuments et circuits de visite, amplifie une curiosité qu’attestent par ailleurs versions romanesques et filmiques de l’événement. Sans aucun doute s’agit-il de l’une des facettes du travail de mémoire comme « objet de reconversion du militantisme » qu’évoquent les sociologues. Un des aspects de cet intérêt du grand public se focalise sur « les derniers poilus », comme si leur témoignage était irremplaçable alors que, insiste Nicolas Offenstadt, l’on sait déjà tout sur leur sort pendant la guerre. Cette focalisation évite, empêche de mesurer la complexité des enjeux de cette tragédie et l’approche par les acteurs déresponsabilise les pouvoirs. Cette vague mémorielle tend à imposer comme discours de vérité celui du mémorial de Péronne qui affirme que ces soldats, façonnés par une culture de guerre, auraient été massivement consentants à leurs sacrifices. Ce que l’on peut contester. Les approches d’un même fait historique sont, dans ce cas, multiples, mais celle qui est la plus médiatisée devient dominante et risque d’obtenir un statut de vérité si l’on oblitère la diversité des approches. Dans cette perspective, les historiens ne doivent pas laisser les journalistes construire ce que l’on sait ou pas sur un domaine donné du passé.

  • 5  Bernard Pudal est notamment l’auteur de Prendre parti. Pour une sociologie du communisme français, (...)

8On retrouve le même constat d’instrumentalisation politique de l’histoire avec la recherche sur l’histoire du communisme. Bernard Pudal 5étudie le vote de l’assemblée du Conseil de l’Europe survenu le 26 janvier 2006 appelant à une condamnation du communisme. Si la résolution générale fut votée par 99 voix contre 42, les recommandations distribuant les fonds pour son application ne furent cependant pas adoptées, mais l’assemblée a jugé que la dénonciation des crimes commis au nom de cette idéologie n’avait pas été suffisante puisque le désir de justice et d’égalité sociale sont encore séduisants ! Sa résolution veut donc réactiver l’histoire « totalitarienne » du communisme commencée avec Le Passé d’une Illusion de François Furet en 1995 et poursuivie avec Le Livre noir du Communisme en 1997. Le concept de totalitarisme, bien que très faible historiquement, a une forte charge idéologique puisqu’il permet d’englober et de confondre nazisme et communisme. Depuis 1990, dans cette optique, les régimes communistes ont été caractérisés uniquement par les atteintes aux droits de l’homme, les violences physiques, les déportations, les famines et toute l’histoire sociale du communisme a été effacée. Ces crimes entraînent ipso facto la condamnation de l’analyse sociale en termes de lutte des classes comme « matrice ». La médiatisation de cette approche est telle que les travaux récents des historiens sur les sociétés des pays communistes restent en grande partie ignorés. La commission met en cause dans le domaine « un retard pédagogique » et en appelle donc, de fait, à une véritable instrumentalisation de l’histoire que ne peuvent accepter les historiens.

  • 6  Rappelons que les travaux de Michèle Riot-Sarcey sur le politique, les utopies, la représentation (...)

9Michèle Riot-Sarcey inscrit son intervention dans la perspective d’un retour du conservatisme qui conduit à non plus chercher les utopies vers l’avenir, mais à se tourner vers le passé pour comprendre le présent. D’où l’affleurement actuel de l’instrumentalisation de l’histoire tous azimuts. On a évoqué l’instrumentalisation de la Première Guerre, du passé des États communistes, il y a aussi une instrumentalisation des Lumières. Dans son exposé, Michèle Riot-Sarcey rappelle que l’histoire du genre est un outil fécond pour renouveler une histoire politique qui peine à le faire. C’est en effet une entrée primordiale dans les rapports de pouvoir, dimension dont Foucault a efficacement rappelé l’oubli par les historiens. Elle met en avant combien l’histoire du genre reste encore peu pratiquée et toujours trop considérée comme un domaine à part alors que ses implications sont globales quant à la lecture des sociétés. L’histoire des femmes conduit à considérer la question de « l’évolution » autrement, à sortir de l’histoire continue, et aussi à s’interroger sur la « représentativité ». Les femmes sont en effet d’autant plus visibles qu’elles sont représentatives, c’est-à-dire conforme à ce que la société attend d’elles. L’histoire des femmes impose donc aux historiens de s’arracher aux modes de représentation dominants des contemporains. Il convient donc pour l’ensemble des historiens de se saisir des lectures ouvertes par l’histoire en termes de genre 6.

  • 7  Le Collectif de recherche international et de débat sur la guerre 1914-1918 est une association de (...)

10La discussion qui s’engage avec la salle met en relief « la puissance de feu » d’internet et des médias que les élèves ont tendance de plus en plus à privilégier comme ressource documentaire. Or ces ressources documentaires sont très inégales et privilégient les auteurs les plus récents et les plus « vendeurs ». Le fossé s’élargit entre la connaissance établie par les historiens selon les règles de leur discipline et la vulgate médiatique. Denis Woronoff plaide pour que l’on reprenne la question de l’« histoire dominante », qui est à la fois, bien sûr, effet de pratiques de domination mais peut aussi être le fruit d’un consensus des savoirs dans un domaine de l’histoire. D’autres intervenants soulignent l’apport en termes de diversité d’internet, outil des dominés, qui peut être un appui pour une approche démocratique et critique du savoir. Le CRID, comité sur la guerre 14-18 récemment créé, tente de contribuer à un tel usage, rappelle Nicolas Offenstadt 7.

Écrire l’histoire des dominations européennes : un enjeu crucial pour l’autonomie et la fonction critique de l’histoire

11L’après-midi, l’amphithéâtre était encore plus bondé que le matin. On abordait en effet les questions mêmes qui sont à l’origine de la mobilisation : l’esclavage (Marcel Dorigny), la colonisation (Catherine Coquery-Vidrovitch), l’immigration (Gérard Noiriel).

  • 8  Marcel Dorigny a joué un rôle important, tant par ses publications que par sa présence au sein de (...)
  • 9  Le sujet 2005 et 2006 en histoire moderne était libellé ainsi : « Révoltes et révolutions en Europ (...)

12Le premier intervenant a exposé l’histoire du sujet qui débute avec le bicentenaire de la Révolution française et qui, jusque-là, était resté très marginal 8. En 1994 encore, le ministre de la Culture a refusé d’inscrire la première abrogation de l’esclavage parmi les commémorations nationales et il n’en fut quasiment pas question dans la sphère publique. En 1998, en revanche, pour le cent-cinquantenaire de la seconde abrogation, ce fut un raz-de-marée de manifestations locales. Ceci explique l’examen de la loi Taubira en 1999. Lors de la première lecture, des voix s’élevèrent contre ce projet. Ce ne fut plus le cas en 2001, lors de la seconde lecture. Cette loi cristallise les débats à venir. En fait, la question de l’esclavage, encore insuffisamment étudiée, est mal connue et mal maîtrisée par l’opinion publique, mais aujourd’hui les éditeurs, réticents jusque-là, acceptent de publier sur le sujet. Les chercheurs concernés sont encore peu nombreux. Le choix du dernier sujet d’histoire moderne aux concours d’enseignement du secondaire a permis que la question provoque une réflexion dans l’ensemble de la société 9. Des milliers de jeunes gens préparent ces concours et accèdent à une connaissance approfondie sur le sujet qui faisait les deux dernières années place aux révoltes des esclaves, à l’abolition, à la conquête de l’indépendance par les esclaves de la colonie française de Saint-Domingue. Cet aspect de la transmission a été repris par la salle durant la discussion.

  • 10  Catherine Coquery-Vidrovitch a été une pionnière de l’histoire de l’Afrique en France. On peut ren (...)
  • 11  Voir, par exemple, les rééditions récentes, Charles-André Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, P (...)

13Catherine Coquery-Vidrovitch, spécialiste de l’histoire de l’Afrique, part de sa propre expérience, du vécu d’une jeune enseignante de la fin des années cinquante, d’une famille meurtrie par l’holocauste, choisissant de traverser la Méditerranée pour comprendre et lutter. Cela la conduit à attirer l’attention sur la relative proximité dans le temps de l’histoire de la colonisation et même de la traite atlantique, dont les conséquences sont encore perceptibles, ce qui explique l’importance de la mémoire affective dans ce domaine 10. Il faut d’autant plus se garder des manipulations de cette mémoire. Il ne faut pas penser en termes de duo entre l’histoire et la mémoire, mais en termes de trio entre histoire, mémoire et politique. L’histoire a toujours eu affaire à la politique. N’est-ce pas à cause de cet article 4 de la loi du 23 février 2005 qu’est relancé l’intérêt pour l’histoire coloniale ? Mais l’historienne rappelle aussi qu’en pleines guerres coloniales et décolonisation, Charles-André Julien et Henri Brunschvig ont su traiter avec rigueur, l’un de l’histoire de l’Afrique du Nord, l’autre de celle de l’Afrique noire 11.

  • 12  La production de Gérard Noiriel, un des initiateurs avec Michelle Riot-Sarcey du CVUH, est importa (...)

14Gérard Noiriel aborde la question des migrations, objet d’une particulièrement vive imbrication avec le politique 12. Il rappelle que l’histoire de l’immigration ne remonte qu’au début des années 1980 et que la décision de la faire entrer dans les programmes d’enseignement n’est pas encore prise, alors que des rapports commandés par des hommes politiques ont déjà été rédigés. Il insiste beaucoup sur l’idée qu’il ne faut pas faire « l’histoire des immigrés » mais bien celle de l’immigration qui est tout un processus et, surtout, une dimension normale de la vie des sociétés et de la naissance des civilisations.

15La préoccupation majeure des participants à cette journée s’est polarisée autour de la sauvegarde de la qualité de la transmission du travail des historiens, des chercheurs, dans l’enseignement et dans l’opinion. Il existe de fait une vulgate de l’histoire d’inspiration libérale qui dispose de moyens puissants dans l’édition, dans les medias et donc sur internet. Vulgate dont la puissance idéologique remonte notamment à la représentation de la Révolution française par François Furet, disqualifiant les luttes sociales qui pèse aujourd’hui fortement sur l’ensemble de la transmission des travaux historiques. Ceux-ci sont toujours conçus selon une méthode éprouvée, dans la pluralité des approches mais ils butent sur les moyens de la transmission dont l’éclatement et la privatisation ne se révèlent pas être une garantie pour l’élaboration d’une réflexion critique. S’il peut en trouver les moyens, le comité envisage d’ailleurs une bataille du livre, c’est-à-dire une vulgarisation sous petits formats, peu coûteux, où les regards se croiseraient.

16Le combat mené de tous temps entre progressisme et conservatisme a pris une nouvelle intensité et a tellement tourné, depuis quelques décennies, à l’avantage du second que, face à une histoire ouvertement idéologique, on a actuellement le sentiment que la liberté de produire, de diffuser une histoire savante et critique, que la liberté de penser elle-même est en cause, d’où l’appel à une vigilance collective.

Haut de page

Notes

1  Les Cahiers ont publié la charte fondatrice du CVUH dans leur numéro d’octobre-décembre 2005, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 96-97, L’histoire de France. Regards d’historiens américains, p. 191-194.

2  On pourra se reporter pour la lecture de la loi et de la pétition initiée par l’historien Claude Liauzu au numéro 94-95 des Cahiers, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, Des révoltes de l’Europe à l’Amérique, 1773-1802, p. 253-256.

3  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 96-97, op. cit. Le CVUH a créé un site sur lequel on peut trouver tous les renseignements concernant son activité,//cvuh. free. fr/

4  Nicolas Offenstadt a publié plusieurs ouvrages sur ces formes spécifiques d’articulation entre histoire et mémoire dans le cas de la Grande Guerre. Voir notamment Les fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Paris, Odile Jacob, 1999, ou sous sa direction, Le Chemin des dames. De l’événement à la mémoire, Paris, Stock, 2004.

5  Bernard Pudal est notamment l’auteur de Prendre parti. Pour une sociologie du communisme français, Paris, Presses de la Fondation des Sciences politiques, 1989 et l’un des directeurs de l’ouvrage collectif, Le Siècle des communismes, Paris, Éditions de l’Atelier, 2000.

6  Rappelons que les travaux de Michèle Riot-Sarcey sur le politique, les utopies, la représentation mettent tous en œuvre cette problématique, notamment La Démocratie à l’épreuve des femmes : trois figures critiques du pouvoir, 1830-1848, Paris, 1994, ou Le réel de l’utopie : essai sur le politique au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1998.

7  Le Collectif de recherche international et de débat sur la guerre 1914-1918 est une association de chercheurs créée en 2005 qui s’inscrit dans le débat autour du « consentement patriotique ». Son président actuel est Frédéric Rousseau. Pour plus de renseignements voir le site http//crid1418.org//

8  Marcel Dorigny a joué un rôle important, tant par ses publications que par sa présence au sein de nombreuses institutions (en particulier le Comité pour la Mémoire de l’esclavage), dans la reconnaissance de l’esclavage comme phénomène majeur de l’histoire de la France révolutionnaire. On lui doit la publication de plusieurs colloques de la fin des années 1990 sur ce thème comme Esclavage, résistance et abolitions aux éditions du CTHS en 1999 ou avec Yves Benot, en 2003, Le Rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises : 1802, aux origines de Haïti, chez Maisonneuve et Larose.

9  Le sujet 2005 et 2006 en histoire moderne était libellé ainsi : « Révoltes et révolutions en Europe (Russie incluse) et aux Amériques de 1773 à 1802 ».

10  Catherine Coquery-Vidrovitch a été une pionnière de l’histoire de l’Afrique en France. On peut renvoyer au volume classique de la Nouvelle Clio qu’elle a rédigé avec Henri Moniot, L’Afrique noire, de 1800 à nos jours, Paris, PUF, 2005, mais aussi au récent livre d’hommages, Mama Africa. Hommage à Catherine Coquery-Vidrovitch, Avant-propos de Chantal Chanson-Jabeur, sous la direction de Odile Goerg, Paris, L’Harmattan, 2005.

11  Voir, par exemple, les rééditions récentes, Charles-André Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Paris, Payot, 2001 ou, avec Annie Rey, L’Afrique du Nord en marche, Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1952, Paris, Omnibus, 2002, Henri Brunschvig, Le partage de l’Afrique noire, Paris, Flammarion, 1971.

12  La production de Gérard Noiriel, un des initiateurs avec Michelle Riot-Sarcey du CVUH, est importante de même que ses interventions dans la sphère publique pour faire connaître ses propres travaux et les débats qui traversent la sphère des historiens. Depuis sa thèse sur les ouvriers, notamment immigrés de Longwy, il a synthétisé sa réflexion dans plusieurs ouvrages, notamment, Le creuset français : histoire de l’immigration, 19e-20e siècle, Paris, Seuil, 1988, et État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne George, « Sur les usages publics de l’histoire : polémiques, commémorations, enjeux de mémoire, transmission et enseignement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 98 | 2006, 111-117.

Référence électronique

Jocelyne George, « Sur les usages publics de l’histoire : polémiques, commémorations, enjeux de mémoire, transmission et enseignement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 98 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/875

Haut de page

Auteur

Jocelyne George

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page