Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

« Résidencité », un siècle de logement social en région parisienne

Penser le logement pour penser le social, une nouveauté au musée de l’Histoire vivante : Introduction à l’exposition par ses commissaires
Éric Lafon et Gilbert Schoon
p. 83-88

Texte intégral

Un musée d’histoire ouvrière et sociale

  • 1  Pour mémoire, à la suite d’une décision prise en 1937 dans le grand mouvement de développement de (...)

1Le musée de l’Histoire vivante abandonne momentanément la réflexion sur l’image et les représentations, au cœur de ses trois dernières expositions, pour se consacrer à la question du logement social. Ce choix s’est inscrit dans notre programmation, il y a plus d’un an, avant même les incendies des taudis parisiens de l’été dernier et les graves incidents dans les banlieues de cet automne 2005. Musée d’histoire ouvrière et sociale, le musée de l’Histoire vivante n’est pas un musée municipal ou départemental, il est aujourd’hui un musée de France. Il n’a donc pas vocation à restreindre son champ au seul territoire sur lequel il s’est ouvert voilà maintenant presque soixante ans, dans le département de la Seine d’alors, à Montreuil 1. Il a d’ailleurs fallu attendre le début des années 1990 pour que les responsables du musée prennent conscience que l’épaisseur historique, sociologique, et patrimoniale d’une ville comme Montreuil et d’un département comme la Seine-Saint-Denis – au cœur d’un ensemble, la banlieue – pouvait devenir le sujet d’expositions et avoir une place importante dans l’activité scientifique. Cette problématique enrichie a donné lieu en 1994 à une exposition sur l’entreprise de jouets JEP, le Jouet de Paris, installée à Montreuil (Seine-Saint-Denis) de 1908 à 1968, sur les studios de cinéma russe à Montreuil dans les années 1920, sur l’histoire de l’accordéon inaugurée en 1998 en partenariat avec les villes de Drancy et d’épinay-sur-Seine, le Conseil général de Seine-Saint-Denis dans le cadre du projet « Accordéon en Seine-Saint-Denis », ou sur l’histoire et la culture de la pêche à Montreuil. La question du « patrimoine » dominait alors complètement la réflexion et l’activité du musée, structurée par conséquent par des travaux sur la construction des identités spatiales, des appartenances territoriales.

  • 2  Exposition intitulée « Napoléon, aigle ou ogre ? » qui vient de se clore en décembre 2005, commiss (...)

2Les dernières années, les expositions sur Louise Michel, Victor Hugo, puis en 2003 et 2004 sur l’Algérie et l’Indochine coloniales, plus récemment encore sur les images et caricatures napoléoniennes 2 (voir site Internet du musée : http://www.museehistoirevivante.com) auraient pu laisser croire que le musée abandonnait la dimension territoriale et les expositions sur l’histoire de la banlieue parisienne. L’exposition ouverte au public en mars 2006, « Résidencité », consacrée à un siècle de logement social en région parisienne, montre qu’il n’en est rien.

A la source de notre réflexion sur le logement

  • 3  Paris 100 ans de logement, eau et gaz à tous les étages, catalogue de l’exposition au Pavillon de (...)
  • 4  En histoire, les travaux d’Annie Fourcaut et de nombreux jeunes historiens ont développé notre con (...)
  • 5  Benoît Pouvreau, Le logement social en Seine-Saint-Denis (1850-1999), Éditions du Patrimoine, DRAC (...)
  • 6  Jean-Paul Flamand dir., La question du logement et le mouvement ouvrier, Paris, éditions de la Vil (...)
  • 7  Roger H. Guerrand, Propriétaires et locataires : Les origines du logement social en France, 1850-1 (...)
  • 8  Les Cahiers d’histoire de l’Institut de recherche marxiste, n° 2 (1980).
  • 9  Annie Fourcaut dir., Un siècle de banlieue parisienne (1859-1964), Guide de recherche, Paris, L’Ha (...)
  • 10  Annie Fourcaut, La banlieue en morceaux, Creaphis, 2000.
  • 11  Jacques Girault dir., Ouvriers et banlieue xixe-xxe siècle, Actes du séminaire dirigé par Jacques (...)

3La question du logement a longtemps été minorée au sein du mouvement ouvrier au profit de celle du travail et des luttes sociales visant à l’amélioration des conditions et de la durée du temps de travail. Il est significatif que la présente exposition, inaugurée le 18 mars 2006, soit le premier événement par lequel le musée s’intéresse explicitement au logement depuis sa fondation en 1939. D’autres institutions muséographiques plus prestigieuses se sont penchées avant nous sur cette question, une nouvelle fois au cœur de l’actualité. Citons, par exemple, l’exposition très réussie présentée au Pavillon de l’Arsenal en septembre 1992, intitulée Paris 100 ans de logement, eau et gaz à tous les étages 3. De très nombreux travaux universitaires ont été produits sur la question depuis une trentaine d’années, aussi bien dans des perspectives urbanistiques, sociologiques qu’historiques, travaux qui ont profondément renouvelé notre connaissance 4. C’est principalement du côté de la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France et du Conseil général de Seine-Saint-Denis qu’il faut chercher ce qui nous a conduits à projeter cette exposition. Dans le cadre d’une collection intitulée « Itinéraires du patrimoine », ces deux institutions ont publié en 2003 un numéro 5 consacré au logement social en Seine-Saint-Denis (1850-1999), très sérieuse étude rédigée par Benoît Pouvreau, chargé de recherche au Bureau du patrimoine du Conseil général de Seine-Saint-Denis. L’exposition s’impose comme une autre façon de traiter de cette question en privilégiant l’iconographie et, tout particulièrement, l’image photographique et/ou filmique abondante sur la question. Nous dirons donc que notre exposition se veut complémentaire de la publication de Benoît Pouvreau, publication que nous comptons diffuser auprès de notre public. Cependant, le musée n’apporterait rien de plus s’il avait comme seule idée de mettre en image les études et publications que d’autres ont réalisées. Pour nous, la question sociale est une donnée fondamentale dans l’approche historique et scientifique dont nous voulons montrer qu’elle s’est particulièrement traduite par les ambitions, les hésitations, les espoirs et les déconvenues, les contradictions des politiques en matière de logement. On ne s’étonnera guère alors que nous nous référions au séminaire « La question du logement et le mouvement ouvrier français » tenu à l’Unité Pédagogique d’Architecture à Paris en avril 1980 6. Parmi les intervenants, citons un des initiateurs de l’étude du logement social, Roger H. Guerrand, dont l’ouvrage 7 de 1966, Les origines du logement social en France, demeure une référence, ou encore Jacques Girault et Annie Fourcaut, dont les articles parus dans les Cahiers d’histoire 8 dès 1980 dans un dossier « Le PCF et le logement » nous ont été précieux. Nous nous sommes replongés aussi avec plaisir dans l’ouvrage dirigé par Annie Fourcaut Un siècle de banlieue parisienne (1859-1964) 9 et notamment sur l’article de Suzanne Magri, « Logement et habitat populaires de 1890 à 1964 ». Dans l’importante bibliographie qui existe désormais sur le sujet, les ouvrages récents d’Annie Fourcaut, La banlieue en morceaux 10, et celui dirigé par Jacques Girault, Ouvriers et banlieue xixe-xxe siècle, ont été des apports particulièrement stimulants pour notre élaboration de l’exposition 11.

Le logement en banlieue parisienne

  • 12  Daniel Tamanini, ancien résistant communiste, déporté à Buchenwald, a été directeur du musée de l’ (...)

4Ces différents travaux universitaires nous assurent de diffuser auprès du public un propos rigoureux sur la question du logement et viennent en complément d’une matière iconographique qui fait la richesse du musée, telle celle constituée par la donation en 2003 des collections photographiques de Daniel Tamanini 12. Ce militant a photographié de nombreux aspects de la ville de Montreuil et des communes voisines. Ce gisement d’archives nous a incités, avant même de procéder à son inventaire définitif, à en exploiter la précieuse matière photographique sur la politique du logement à Montreuil de 1945 à 1975. On constate dès lors l’importance, à Montreuil, d’une politique du logement social inauguré avec ardeur dès l’entre-deux-guerres. L’ancien maire de Montreuil, Marcel Dufriche, s’en expliquait en 1981 en ouverture du colloque La Banlieue aujourd’hui, coorganisé par le Centre d’ethnologie sociale et de psychologie (EHESS et CNRS), le Centre d’action culturel et la Maison populaire de Montreuil :

  • 13  M. Imbert et P. H. Chombart de Lauwe ed., La banlieue aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, 1982.

5« Il est bien naturel et réconfortant qu’une telle réunion sur ce thème se tienne dans une commune de la région parisienne directement concernée et plus précisément dans la banlieue est, car il y a banlieue et banlieue. La nôtre est particulièrement marquée par le développement de l’industrie au lendemain des deux guerres mondiales dont le corollaire est la concentration ouvrière. Floraison de grandes entreprises, de petites et moyennes […] Corollaire toujours, une diversité très grande dans l’habitat. Après la Première Guerre mondiale, maisons individuelles construites pour la plupart par les travailleurs de Montreuil eux-mêmes ou par le biais de la loi Loucheur. Après la seconde guerre les grands ensembles sur lesquels d’aucuns aujourd’hui glosent, mais qui ont permis cependant de loger des centaines de milliers de familles ouvrières. » 13

Les grandes lignes de l’exposition

6Le cadre de notre exposition ne se limite pas à la commune de Montreuil ; elle recouvre l’ensemble de la petite couronne de la région parisienne, en privilégiant l’actuel département de la Seine-Saint-Denis.

7La première salle traite de l’origine de la notion de logement social, en partant de la première terminologie consacrée, les « habitations ouvrières ». Dans cet espace, l’iconographie se focalise sur les premières réalisations et la prise en charge par l’État de la construction de logement en France, notamment avec l’adoption de plusieurs lois depuis la fin du xixe siècle, loi Siegfried en 1894 fixant le financement des Habitations à bon marché (HBM), puis loi Strauss en 1906, et enfin la loi Bonnevay en 1912 qui élève les collectivités territoriales au rang de partenaires dans la conception et la production des HBM, puis des Habitations à loyer modéré (HLM). On y retrouve le constat que les questions d’hygiène et de santé précédèrent celle du logement et que les premières initiatives provinrent des milieux philanthropiques et patronaux. Une place importante est consacrée aux taudis parisiens dont la « découverte » par les philanthropes suscite les campagnes en faveur du logement social. L’iconographie fait apparaître la condition des locataires soumis à la rapacité de « Monsieur Vautour ». Nous avons ensuite fait place aux utopistes et à la réflexion des courants socialistes sur la question. Après cette introduction, nous traitons des réalisations en termes de logement social de 1918 aux années 1970 au travers des exemples de réalisations sur Paris, Pantin, Blanc-Mesnil, Saint-Denis, Ivry-sur-Seine, Suresnes, Bagneux, Nanterre. Ces exemples montrent les choix opérés en termes de constructions et d’ensemble d’habitats collectifs dans leurs similitudes et leurs disparités. Des documents d’archives comme quelques procès-verbaux de conseils municipaux à Bagneux et à Montreuil, les photographies de poses de la première pierre, ont été retenus pour insister sur le rôle des élus et des maires des communes de la banlieue. Quant aux architectes, leurs plans et maquettes illustrant les grandes tendances architecturales dans le domaine de la construction de l’habitat collectif sont présentés dans l’espace suivant. La grande salle carrée du rez-de-chaussée du musée est occupée par une grande structure où sont reproduites les façades respectives d’un HBM des années 30, d’un HLM des années 50 et des années 70. A travers des fenêtres découpées dans la structure, le public peut découvrir l’évolution d’une cuisine avec son mobilier aux différentes époques. Cet espace est réservé à l’évolution de 1900 à 1970 des équipements intérieurs et extérieurs dont ont pu bénéficier les locataires des immeubles. La politique du logement social à Montreuil de 1935 à 1975 occupe un large espace au sein duquel le public découvre la collection photographique Tamanini. L’exposition se conclut par deux espaces qui s’inscrivent dans l’actualité. Le premier s’intitule « Vers une nouvelle politique du logement », et s’attache à faire découvrir au public des projets de construction de logements, notamment à Montreuil et à Vitry-sur-Seine. L’occasion est donnée aux dessinateurs Loïc Faujour et Jean-François Battelier d’exprimer leur humour acerbe et salutaire dans ce même espace. Cette actualité est présente également à travers le cycle de conférences et débats que nous mettons en place en parallèle avec l’exposition. Une conférence est organisée avec un architecte sur l’histoire de l’Atelier d’Urbanisme et d’Architecture (AUA) ; d’autres sont axées davantage sur des questions d’histoires du logement en France et en Europe ; deux débats, l’un sur la mixité sociale, l’autre sur « quelles politiques du logement en banlieue ? » sont également initiés, prenant place au sein d’un cycle dominé par le traitement historique du logement dans sa dimension également régionale et européenne. Enfin, une galerie de photographies contemporaines présente trois séries de photographies différentes sur l’habitat, les constructions, les volumes, les couleurs. L’exposition sera présentée dans le cadre d’un décor mural dialoguant avec l’iconographie et les textes, partie intégrante de l’exposition.

8Ce travail ne se veut bien sûr pas exhaustif et n’est pas un catalogue présentant avantageusement toutes les communes de la petite couronne. L’indépendance d’esprit du musée en souffrirait. ce que nous souhaitons, c’est avoir apporté, modestement, notre contribution à l’histoire sociale.

9Pour se rendre à l’exposition : « Résidencité », Un siècle de logement social en région parisienne, du 18 mars au 2 décembre 2006 :

10Heures d’ouverture : mercredi/jeudi/vendredi – de 14 heures à 17 heures et samedi/dimanche – 14 heures à 18 heures. Tarifs des expositions : 2 euros. Gratuit : étudiants, enseignants, chômeurs, groupes scolaires, enfants de moins de 13 ans

11Musée de l’Histoire vivante – Parc Montreau : 31, boulevard Théophile Sueur, 93100, Montreuil. Téléphone : 01 48 70 61 62. Fax : 01 48 55 16 34

12E-mail : mushistviv@wanadoo.fr

  • Accès transports en commun : métro ligne 9 station Mairie de Montreuil puis bus 122, arrêt Parc Montreau ; ou RER A station Val de Fontenay puis bus 122 ou 301, arrêt Parc Montreau.

  • Accès en voiture : Périphérique porte de Bagnolet, autoroute A3, sortie S29 (Montreuil/Théophile Sueur). Premier feu à gauche, deuxième feu à gauche (Bd Théophile Sueur) jusqu’au Parc Montreau. Le musée se situe dans le parc.

Haut de page

Notes

1  Pour mémoire, à la suite d’une décision prise en 1937 dans le grand mouvement de développement de l’éducation populaire qui caractérise l’époque du Front populaire, le musée de l’Histoire vivante a ouvert ses portes au public pour la première fois le 23 mars 1939. Trois personnalités communistes sont à l’origine de sa fondation, Jacques Duclos, député de la circonscription, Fernand Soupé et Daniel Renoult, respectivement maire et conseiller général de Montreuil. Un an auparavant, ils avaient créé la société pour l’Histoire vivante. Musée de l’histoire du mouvement populaire et des révolutions, l’exposition présentée en 1939 s’inscrivait dans la célébration du 150e anniversaire de la Révolution française. Création politique et culturelle du PCF, le musée se donne alors pour mission de diffuser auprès des couches populaires une histoire en mouvement, une histoire des luttes sociales qu’il inscrit dans le registre d’une histoire nationale et républicaine. Pour suivre l’histoire du musée, voir le site http://www.museehistoirevivante.com.

2  Exposition intitulée « Napoléon, aigle ou ogre ? » qui vient de se clore en décembre 2005, commissaire scientifique Pascal Dupuy. L’exposition a été accompagnée de la publication d’un catalogue Napoléon, Aigle ou ogre, Montreuil-Paris, Publication du musée de l’Histoire vivante et de la Réunion des Musées nationaux, 173 p., 35 euros (disponible à la librairie du musée ou à commander au musée 31, boulevard Théophile Sueur, 93100 Montreuil).

3  Paris 100 ans de logement, eau et gaz à tous les étages, catalogue de l’exposition au Pavillon de l’Arsenal, Jacques Lucan, Éditions du Pavillon de l’Arsenal Picard éditeur, 1999.

4  En histoire, les travaux d’Annie Fourcaut et de nombreux jeunes historiens ont développé notre connaissance sociale de la banlieue parisienne tandis que les travaux de Jacques Girault et de ses étudiants de Paris 13-Villetaneuse ont davantage approfondi la dimension de l’action politique en matière de logement. C’est ce second aspect que l’on retrouve principalement dans ce numéro que les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, « Loger en banlieue » ont élaboré en partenariat avec le musée de l’Histoire vivante en accompagnement de l’exposition « Résidencité » (voir « Dossier » infra).

5  Benoît Pouvreau, Le logement social en Seine-Saint-Denis (1850-1999), Éditions du Patrimoine, DRAC Île-de-France et Conseil général de la Seine-Saint-Denis, coll. Itinéraire du Patrimoine, n° 286, 2003, 64 p.

6  Jean-Paul Flamand dir., La question du logement et le mouvement ouvrier, Paris, éditions de la Villette, 1981 (contributions de Michèle Perrot, Annie Fourcaut, Jacques Girault…).

7  Roger H. Guerrand, Propriétaires et locataires : Les origines du logement social en France, 1850-1914, Paris, Quintette, 1987.

8  Les Cahiers d’histoire de l’Institut de recherche marxiste, n° 2 (1980).

9  Annie Fourcaut dir., Un siècle de banlieue parisienne (1859-1964), Guide de recherche, Paris, L’Harmattan, 1988.

10  Annie Fourcaut, La banlieue en morceaux, Creaphis, 2000.

11  Jacques Girault dir., Ouvriers et banlieue xixe-xxe siècle, Actes du séminaire dirigé par Jacques Girault, Paris, éditions de l’Atelier, 1998.

12  Daniel Tamanini, ancien résistant communiste, déporté à Buchenwald, a été directeur du musée de l’Histoire vivante. Il a été aussi photographe et rédacteur à l’hebdomadaire du Parti communiste français, La Voix de l’Est. Mme Jacqueline Tamanini a fait don au musée des collections photographiques au décès de son époux.

13  M. Imbert et P. H. Chombart de Lauwe ed., La banlieue aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Lafon et Gilbert Schoon, « « Résidencité », un siècle de logement social en région parisienne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 98 | 2006, 83-88.

Référence électronique

Éric Lafon et Gilbert Schoon, « « Résidencité », un siècle de logement social en région parisienne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 98 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/868

Haut de page

Auteurs

Éric Lafon

Articles du même auteur

Gilbert Schoon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page