Navigation – Plan du site
DOSSIER

Un maire de banlieue face à la question du logement entre discours et pratique : le cas d’André Morizet (1919-1942)

Pascal Guillot
p. 15-25

Résumé

À travers la figure d'André Morizet, maire de Boulogne-sur-Seine de 1919 à 1942, se dessinent les contradictions entre un discours incantatoire et volontariste sur la question du logement social et une pratique municipale peu encline à faire du logement ouvrier une priorité. Engagé à gauche sur le plan politique (communiste, socialiste), Morizet profite du tournant politique et social de 1928 (loi Loucheur) pour favoriser le plus large consensus au Sénat sur les questions relatives au logement des déshérités. Néanmoins, pensant plus en termes administratifs que sociaux, et faisant de la commune qu'il administre un laboratoire de la modernité architecturale, il répugne à ce qu'elle se transforme en un bastion ouvrier.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Île-de-France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Élu maire de Boulogne-sur-Seine en 1919 sur une liste socialiste, André Morizet effectue quatre mandats municipaux successifs, marqués par une nette continuité de gestion, malgré ses fluctuations d’engagement (communiste de 1920 à 1923, socialiste-communiste de 1923 à 1927, puis de nouveau socialiste à partir de 1928). Conseiller général de 1925 à 1927 puis sénateur à partir de 1927, chantre du Grand Paris, réhabilitant les travaux d’Haussmann, Morizet se préoccupe de réunifier sa commune – qui prend en 1925 le nom de Boulogne-Billancourt – et de l’aménager autour d’un centre et de « points forts » reliés par deux diagonales. Il fait surtout de sa ville le laboratoire de l’expérimentation architecturale en faisant appel aux architectes du Mouvement moderne (Debat-Ponsan, Tony Garnier, Le Corbusier…). Mais si l’une des priorités majeures de la municipalité concerne l’enfance et la santé publique – d’où la construction de nombreux groupes scolaires et du premier hôpital de banlieue –, la question du logement domine le débat politique. Morizet ne cesse de l’aborder dans ses interventions tant au conseil municipal qu’au Sénat – notamment au moment de l’examen du projet de loi Loucheur. Comment la traite-t-il et dans quelle mesure la politise-t-elle ? Se démarque-t-il du consensus politique qui semble l’emporter à partir de 1928 ? Dans quelle mesure son discours volontariste se heurte-t-il à sa pratique de premier magistrat municipal ?

  • 1  Sur le contexte de la crise du logement, voir notamment Marie-Jeanne Dumont, Le Logement social à (...)
  • 2 André Morizet., « Des cités-jardins, enfin ! », l’Humanité, 11 juin 1922.
  • 3  André Morizet., « Le toit des hommes », entretien avec Paul Lenglois, Ce Soir, 17 février 1927.
  • 4  Archives municipales de Boulogne-Billancourt, 2D 6, 12 mars1920 et arrêté municipal du 18 mars 192 (...)
  • 5  BAVP, 1759, conseil général de la Seine, procès-verbaux, séance du 29 décembre 1926, intervention (...)

2En France, au lendemain de la guerre, alors que l’action des pouvoirs publics se concentre essentiellement sur la reconstruction des zones dévastées, les conditions de logement s’aggravent. D’après le recensement de 1926, outre des conditions sanitaires déplorables (tuberculose…), un Parisien sur quatre vit dans une demi-pièce ; 320 000 personnes vivent en garnis. Dans les villes de plus de 50 000 habitants, un tiers des ménages vit dans des espaces surpeuplés ou insuffisants. Or, alors que le Royaume-Uni construit près d’un million de logements à bon marché entre 1919 et 1928, la France en construit fort peu, et les investisseurs privés se désengagent du marché du logement. Non seulement ils jugent le secteur peu rentable, mais en plus la peur de louer pour certains par crainte d’insolvabilité des locataires, notamment des mobilisés, et le blocage des loyers, en particulier depuis la loi du 1er avril 1926 – qui fait dépendre le montant du loyer de la date de construction et du régime de l’immeuble. Malgré la mobilisation des locataires, les conditions de logement empirent et les expulsions se multiplient1. Dans l’Humanité, Morizet le qualifie du « plus ardu des problèmes pratiques, celui qui domine tous les autres […] pour la santé de la classe ouvrière, pour l’avenir du pays, pour la beauté et la propreté morales de l’humanité »2. Dans Ce Soir, il écrit qu’ « en tant que maire d’une ville ouvrière, [il] est obligé de se préoccuper des logements »3. Ainsi, dès mars 1920, il promulgue à Boulogne un arrêté pour la déclaration des logements vacants, « considérant que le surpeuplement de la ville est extrême »4, arrêté cassé par la préfecture de la Seine. Il faut attendre 1926 pour qu’une telle disposition puisse être légalement mise en œuvre, et Morizet ne cesse d’exiger au conseil général puis au Sénat des dispositifs légaux pour remédier au problème des logements vacants. En décembre 1926, au nom de la commission des habitations ouvrières et du plan d’extension, Morizet propose de faire voter par l’assemblée départementale un vœu – semblable à celui de la commune du Bourget, administrée par son collègue socialiste Antonin Poggioli – consistant à attribuer aux maires le droit de réquisitionner les immeubles et locaux d’habitations non occupés depuis un an. « L’ordre social exige que les mesures soient prises pour mettre fin à de tels errements – inoccupation des locaux, sans-abris en nombre –, susceptibles de provoquer un trouble regrettable »5 déclare Morizet lors de la lecture du vœu. Près de trois ans plus tard, au Sénat, il avance le chiffre de 4 000 logements vacants dans la capitale. Alors qu’il se dit témoin quotidien d’expulsions de familles nombreuses de leur logement, il se désespère de l’inertie parlementaire :

  • 6  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 29 juin 1929, amendement Morizet et Voilin à l’article (...)

3« Messieurs, Nous ne considérons pas que la réquisition des logements vacants ait une importance telle que son adoption doive déterminer la fin de la crise du logement, mais nous lui accordons l’importance qu’elle a réellement […]. Si vous assistiez, messieurs, tous les jours, à des spectacles de ce genre [des expulsions de familles nombreuses], alors qu’il y a 4 000 logements que leurs propriétaires maintiennent vides systématiquement, vous ne vous refuseriez pas à accorder ce que nous vous demandons […]. »6

  • 7  Musée des Années Trente, fonds Morizet, carton 1, « Effectif des huit principales usines de Boulog (...)
  • 8  Ce Soir, art. cité.
  • 9  Voir SGF, résultats statistiques du recensement général de la population, 1926, tome 4, chiffres c (...)
  • 10  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 7 juillet 1928, p. 1142-1143. Voir aussi la séance du 2 (...)

4Dans une enquête effectuée à la demande de Morizet en 1927 sur sa commune, grâce aux statistiques fournies par les huit principales usines y siégeant, sur 35 809 ouvriers y travaillant, 22 935 résident hors de cette ville. Lorsqu’il communique ces chiffres à Paul Strauss, ministre du Travail, lors d’une séance au Sénat, le maire se plaint des mouvements pendulaires qui signifient « temps perdu, forces gaspillées »7, mais les moyens juridiques et financiers faisant défaut rendent « le problème insoluble, présentement »8. Lors d’une autre séance, il évoque la situation catastrophique de sa ville « cas typique et clinique […] d’une vieille ville d’industries anciennes, qui s’est accrue par le développement des usines », où sur 10 000 personnes, 976 habitent dans des logements surpeuplés, et 3 264 dans des logements d’une superficie insuffisante 9. Il cite le cas d’ouvriers « dont le salaire est pris pour la plus grosse partie par le tenancier de l’hôtel meublé », de « parents vivant dans une seule pièce avec cinq, six ou sept enfants », d’autres « habitant un local sans fenêtres et qui prend jour sur un couloir [ou habitant] dans le sous-sol d’une maison »10. En effet, en dépit des lois d’avant-guerre, une telle situation s’explique par l’immobilisme en matière de logement qui prévaut au moins jusqu’en 1928, reposant sur l’espoir d’un retour spontané en province des ouvriers que l’industrie de guerre a attirés à Paris.

  • 11  A.M., « Des cités-jardins, enfin », l’Humanité, 11 juin 1922.
  • 12  Musée des Années Trente, fonds Morizet, carton 1, lettre de Henri Sellier à André Morizet, juin193 (...)

5Or, alors que les pouvoirs publics ne s’occupent que de la reconstruction et que les investisseurs privés se désengagent de plus en plus de la construction de logements, Morizet partage la conviction de nombreux socialistes, en particulier Henri Sellier, selon laquelle seule une intervention publique d’envergure atténuerait ou remédierait à cette crise du logement, la cité-jardin étant la forme par excellence de l’urbanité nouvelle. Le conseil général de la Seine, profitant de la loi Bonnevay de 1912, crée courageusement un Office départemental de la Seine en 1915, qui permet la construction de neuf cités-jardins dans l’après-guerre et l’achèvement de 637 logements dès 1923. Morizet loue la « ténacité ingénieuse » d’Henri Sellier, qui dirige l’office et « le labeur assidu, les efforts consciencieux des conseillers municipaux du département de la Seine […], accomplis sans bruit, au nom du Parti, pour la classe ouvrière » 11. Mais il révèle qu’il convient de construire des logements pour 500 000 personnes en banlieue et il déplore les retards flagrants : alors que Morizet imagine le chiffre de 11 000 locataires d’habitations à loyer modéré dans le département de la Seine dès 1927 dans son article de l’Humanité de 1922, Henri Sellier fournit à son confrère le chiffres de 4 063 locataires seulement en 1933 12.

6Ainsi, Morizet, conscient que les mesures de l’Office ne représentent qu’une « goutte d’eau », insiste sur la nécessité d’élaborer une méthode qu’il trouve dans les autres pays européens, qui consiste à établir un inventaire des besoins de logements, à établir un programme puis à le financer après seulement.

  • 13  Voir la journée d’étude « Autour de l’année 1928", Université Paris I‑CEDIAS-Musée social-Union na (...)
  • 14  Albert Sarraut est alors ministre de l’Intérieur depuis le 4e ministère Painlevé (3 juillet 1926).
  • 15  Michel Margairaz, « Contexte économique, choix financiers et acteurs politiques », in Autour de l’ (...)
  • 16  Patrick Kamoun, « La loi Loucheur, première loi programme du logement en France », in Autour de l’ (...)
  • 17 Georges Beaugrand vient d’être élu député à l’âge de 35 ans. Au moment de la discussion de la loi L (...)
  • 18  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 7 juillet 1928, p. 1142-1143.
  • 19  Ibid.

7L’année 1928 constitue un tournant pour résoudre la crise urbaine qui frappe le pays. Alors que la France s’urbanise – comme l’atteste le recensement de 1931 –, que le contexte économique redevient favorable et que le budget de l’état devient fortement excédentaire 13, l’expérience des deux gouvernements successifs de Raymond Poincaré (juillet 1926-juillet 1929) semble apporter une série de réponses à ces blocages et permet l’émergence d’un réformisme social d’état. Outre la loi Sarraut 14 (15 mars 1928) sur l’aménagement des quartiers de lotissements et le décret dotant la région parisienne d’un Comité supérieur d’aménagement de la région parisienne, le gouvernement fait voter une loi sur le logement qui porte le nom de l’homme d’affaires Louis Loucheur, devenu depuis 1er juin 1928 ministre du Travail, de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale du gouvernement Poincaré, et à ce titre président du Conseil supérieur des HBM. Comme le souligne Michel Margairaz, « cette convergence chronologique de mesures et de votes, qui s’expliquent certes dans la conjoncture politique d’alors […], s’interprètent aussi sur le long terme comme l’amorce, même avortée, d’un tournant économique et social de l’état républicain »15. En 1921, Louis Loucheur, en tant que député, présente un premier projet de loi tendant à encourager la construction, voté à l’Assemblée, mais enterré par le Sénat. Il reprend son projet en 1928. Comme le fait remarquer Patrick Kamoun, « il s’agit de remédier à la crise du logement et non de loger uniquement les classes populaires »16, puisque sur les 260 000 logements prévus, seulement 80 000 constituent des HBM. Le reste se partage entre 120 000 logements en accession à la propriété et 60 000 logements à loyer moyen – ce projet de loi crée pour la première fois le logement locatif intermédiaire. Au total, le projet Loucheur estime le coût prévisionnel du programme à onze milliards de francs. La Caisse des dépôts et consignations – et éventuellement le Crédit agricole pour le monde rural – avance les fonds, en locatif comme en accession. Morizet, membre de la commission de la loi Loucheur, tente de mettre en pratique ses idées en matière de logement et d’infléchir la loi dans un sens « socialiste ». Selon lui, le problème de l’habitation collective constitue un problème d’urbanisme autant que d’architecture. Or, qui dit expérimentation sociale dit urbanisme, plan, règle, discipline, primauté du collectif. Lors de la séance au Sénat du 7 juillet 1928, Morizet déplore que le gouvernement procède par improvisation, contrairement aux expériences menées dans les autres pays européens : « Votre méthode, c’est l’improvisation : vous voulez pallier les défauts de l’imprévoyance française par les qualités de l’improvisation française. Vous ne prouvez pas le mouvement en marchant, mais vous fabriquez la loi en l’appliquant. Je sais que c’est un peu votre système général. » À l’inverse, il préconise un inventaire des besoins du logement, puis un programme, et, enfin, un financement par des organismes collectifs. Alors que le projet Loucheur prévoit 260 000 logements à construire en cinq ans, le sénateur évalue les besoins pour la Seine uniquement à 247 503 logements, mais, contrairement aux communistes, il se garde d’évaluer les besoins à l’échelle nationale. Il trouve surtout inadmissible qu’un effort financier semblable puisse être accompli par les villes ou les départements de France isolément. Bien qu’il n’évoque pas la création d’un Office national du logement – idée essentiellement défendue par le jeune député communiste de Paris Georges Beaugrand 17, il estime que le problème du logement doit se résoudre à un niveau national : « Ce sont des problèmes d’ordre national. Il faut les traiter […] comme le pays a accepté de traiter le problème des régions libérées, mais ils ne seront pas satisfaits et ils ne peuvent pas l’être si l’on prétend que ce soit uniquement les collectivités locales qui doivent les résoudre. »18 Il cite l’exemple de sa propre commune qui, bien que disposant de capacités financières suffisantes, se voit dans l’impossibilité de loger les 30 000 ouvriers qui ne trouvent pas de logement sur leur lieu de travail. Selon Morizet, même en empruntant trente millions de francs – ce qu’une commune comme Boulogne peut se permettre –, cette ville pourrait loger tout au plus 10 % d’entre eux, et le sénateur constate avec amertume : « Qu’y aura-t-il de changé ? J’aurai transformé une situation financière bonne en une situation financière mauvaise, mais je n’aurais pas corrigé en quoi que ce soit la crise du logement. » Faute de moyens suffisants mis à disposition par l’état, la municipalité ne peut pas faire fonctionner l’office municipal d’habitations à bon marché qu’elle crée en 1924. Néanmoins, comme tous les socialistes, Morizet vote la loi Loucheur, certes amendée. Une sorte de « consensus républicain » – de la droite à la SFIO – se manifeste à l’occasion du vote de la loi. Seuls les communistes votent contre. « Nous sommes trop près du mal pour refuser notre concours à l’effort que vous commencez. Je puis affirmer, avec toute la sincérité et la loyauté qui est en nous, que vous trouverez en nous le concours le plus entier pour l’effort que vous entreprenez » (Très bien ! très bien ! et vifs applaudissements)19.

  • 20  Morizet, lors d’une séance au Sénat, peu avant le vote définitif de la proposition de loi Sarraut, (...)

8Morizet apporte aussi son concours aux lois relatives aux lotissements en 1929 et à l’expropriation des îlots insalubres en mars 1931. Il n’intervient certes pas lors de la discussion générale du projet de loi de Louis Sarraut – discussion se déroulant essentiellement à la Chambre des députés et au conseil général de la Seine 20–, mais il prend la parole à propos de cas particuliers, les voies privées, les démolitions et le sort des étrangers. Déjà rapporteur du décret-loi du 14 décembre 1926 sur les rues privées de Paris et auteur d’une proposition de loi votée et promulguée le 31 janvier 1928 – étendant la portée du décret-loi à la banlieue, il a qualité pour en parler. Il considère que les rues privées – hormis celles des quartiers bourgeois – doivent bénéficier de subventions attribuées par la projet de loi Sarraut pour l’aménagement des lotissements. Selon Morizet, les rues privées constituent essentiellement des résidus de lotissements anciens datant des annexions de 1859 :

  • 21  Journal officiel, Sénat, débats, intervention d’André Morizet, séance du 9 mars 1928, p. 625.

9« Elles ont exactement la même origine que ceux qui nous occupent […]. La viabilité n’a pas été faite dans ces rues privées […]. Les rues privées ne se présentent pas exactement sous la même forme […], mais le phénomène est identique. Un lotissement est formé à l’extérieur d’une ville, ou bien il en forme un quartier, il constitue un tout. Une rue privée se situe souvent au cœur des villes, ordinairement dans un faubourg, mais toujours au milieu de l’agglomération. » 21

  • 22  Ibid., p. 626.

10L’absence de viabilité, d’eau, d’égout, de gaz et d’électricité assimile la situation des rues privées aux lotissements, et donc tous deux doivent bénéficier au même titre d’avances de trésorerie leur permettant d’« assurer l’exécution des travaux nécessaires pour [les] placer dans les mêmes conditions de viabilité, d’assainissement et d’hygiène que les agglomérations voisines de même importance » (article 1er du projet de loi). Après une intervention similaire de Pierre Laval, le ministre de l’Intérieur consent à ce que les voies privées bénéficient de la loi « dans la mesure où il s’agira d’habitations individuelles dont les occupants ont besoin du concours des pouvoirs publics. »22 Morizet, Laval et le ministre s’accordent donc sur le fait d’exclure de la loi les rues privées desservant des immeubles de rapport et des habitations collectives. En second lieu, Morizet dépose – avec ses collègues Amédée Dherbécourt et Auguste Mounié – un amendement au dernier alinéa de l’article 22 du même projet de loi. Cet alinéa se propose de faire bénéficier d’un abattement de 50 % sur les droits de mutation les acquisitions d’immeubles visant à être démolis, dans l’espoir de faire disparaître au plus vite les taudis. Or, pour Morizet, la situation dramatique du logement et le caractère récent de la loi Loucheur nécessitent l’ajournement de telles dispositions :

  • 23  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 29 mars 1929, intervention d’A.M., p. 369.

11« Nous pensons que ce qui importe à l’heure présente, c’est de construire […]. Le Parlement a fait un très gros effort, l’année dernière, […] pour qu’une politique de construction soit enfin entreprise. De gros projets sont à pied d’œuvre […], mais tous [les] nouveaux logements ne seront achevés que dans deux ou trois ans au minimum. Il ne faut pas, pendant ce temps, que des démolitions faites au hasard jettent sur le pavé un grand nombre de familles qui ne sauraient où aller se réfugier. Si des propriétaires veulent démolir, qu’ils le fassent à leurs risques et périls, ils sont libres et personne ne peut les empêcher, mais qu’ils ne demandent pas à la collectivité de les faire bénéficier d’une mesure de faveur pour exécuter des opérations qui sont directement contraires à l’intérêt général. »23

12En fin de compte, Morizet et ses collègues obtiennent satisfaction, et le dernier alinéa est disjoint de l’article 22 du projet de loi.

13Enfin, Morizet évoque le sort fait aux étrangers par le projet de loi. Suite à un amendement d’initiative parlementaire – contre l’avis du gouvernement et de la commission parlementaire –, le paragraphe 1er de l’article 4 – concernant le droit à prorogation – exclut du bénéfice de la loi les étrangers, sauf ceux ayant combattu ou dont les enfants ont combattu dans les armées alliées. Selon Morizet, une telle disposition, analogue à celle votée le 1er avril 1926 sur les loyers, encourage les propriétaires à louer aux étrangers, car ils préfèrent des locataires non protégés plutôt que ceux bénéficiant de restrictions au droit du propriétaire. Le sénateur craint que la distinction établie profite finalement aux locataires étrangers, au détriment des familles ouvrières françaises. Il cite le cas de la ville de Paris, où l’on dénombre près de 50 000 locataires étrangers, c’est-à-dire 15 701 de plus depuis 1926, et il demande donc à ses collègues de faire un sort égal aux locataires français et étrangers :

  • 24  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 21 juin 1929, p. 590-591.

14« L’éviction se fait quotidiennement au détriment des ouvriers français […]. Si je demande au Sénat de bien vouloir adopter notre amendement, c’est parce que là est le seul moyen de bâtir une loi opérante […]. Que se passe-t-il, en effet, chaque fois que par hasard, un appartement devient vacant ? Le propriétaire a à choisir entre un candidat français et un candidat étranger. Vous, législateurs, vous intervenez alors pour dire : “Attention ! le locataire français, c’est mon protégé. J’ai en sa faveur introduit dans la loi un certain nombre de restrictions au droit du propriétaire. Prenez-le, mais faites bien attention, car lorsque vous l’aurez pris, vous ne pourrez plus lui donner congé. Quant à l’autre, vous pouvez en faire ce que vous voudrez. Prenez-le, mettez-le à la porte, je n’interviendrai pas ; je vous le livre à merci”. Que fera le propriétaire en pareille occurrence ? Il n’hésitera pas une seconde, nous n’avons pas affaire à des anges, nos lois sont faites pour les hommes. Comment ne choisirait-il pas le candidat locataire étranger ? Il le préférera forcément. Et le nombre de locataires étrangers s’accroîtra tous les jours au détriment des Français. »24

15Cette argumentation paradoxale peut surprendre de la part d’un homme de gauche, mais Morizet se dit préoccupé exclusivement par « la réalité pratique » et il estime que la rédaction de l’article du projet de loi vise à flatter les sentiments des anciens combattants. En outre, malgré l’apparence d’un discours ouvrier quelque peu nationaliste, Morizet opte en fait pour l’égalité de traitement entre Français et étrangers. En tout cas, le rapporteur du projet de loi rejette l’amendement Morizet, et l’article 4 – incluant premier paragraphe – est adopté.

  • 25  Morizet n’intervient pas dans la discussion du projet de loi sur l’expropriation des îlots insalub (...)
  • 26  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 19 décembre 1931, p. 1719.
  • 27  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 23 mars 1932, intervention d’André Morizet, p. 436.

16Après le vote des lois des années 1928 et 1929, le Parlement ne légifère quasiment plus sur la question du logement dans les années 1930, hormis sur l’expropriation de l’habitat insalubre en mars 1931 25, mais Morizet demeure vigilant sur les crédits attribués aux constructions ouvrières. En décembre 1931, il se plaint de la diminution constante des crédits et propose dans une Haute Assemblée acquise à la cause des campagnes que les communes rurales – qui n’utilisent qu’un tiers des fonds prévus par la loi Loucheur – reversent leur part aux autres communes. Le ministre des Finances donne satisfaction à cette proposition dans l’article 10 de la loi des Finances 26. Néanmoins, Morizet se montre plutôt optimiste par rapport à la portée de la loi Loucheur. L’année suivante, lorsque le Sénat discute d’un plan d’aménagement de la région parisienne, Morizet considère toujours le logement comme « le premier problème », mais « en partie déjà résolu » par les lois sur les lotissements et sur les HBM : « L’une et l’autre ont déjà reçu une large application et, s’il reste beaucoup à faire dans les lotissements, si la crise du logement ouvrier est loin d’être terminée dans la région parisienne, les méthodes sont définies, l’exécution en train. Pour résoudre ce premier problème, ce n’est qu’une affaire de temps et d’argent. »27

  • 28  Voir AMBB, 7 D 14, lettre d’André Morizet à Henri Sellier, « Mon cher ami », 15 décembre 1928.
  • 29  Morizet envie d’ailleurs Henri Sellier, maire de Suresnes, de « travailler dans le neuf ». « Dans (...)
  • 30  AMBB, 7 D 20, lettre d’André Morizet. à Mme Fleury, 21 novembre 1931 ; lettre d’André Morizet à Mm (...)
  • 31  Voir, entre autres, « une inutile mairie-palace », Paris-Boulogne, n° 160, 28 avril 1935.

17Pourtant, au niveau local, dans la ville qu’administre Morizet, les effets de la loi Loucheur tardent à se faire sentir, et le bilan de la municipalité en matière d’habitations à bon marché, qu’elle qualifie le plus souvent de « logements ouvriers », se révèle être fort modeste. L’office municipal d’habitations à bon marché reste inactif, et laisse l’office départemental construire dans le sud de la ville 922 logements, livrés en 1931 aux locataires, et à peine une centaine au centre, en 1934. Toutefois, étant donné la cherté du terrain, la municipalité obtient une cession très avantageuse des terrains et elle donne un terrain municipal à l’office en 1928 28 ; des sociétés privées construisent le reste des logements ouvriers, la municipalité leur donne certes la garantie financière de la ville, mais nous sommes éloignés de tout effort collectif et ambitieux à l’échelle d’une ville de près de 90 000 habitants. Henri Sellier, dans sa ville relativement peu peuplée de Suresnes, fait construire une cité-jardin de plus de 1 300 logements 29. Certes, la ville de Boulogne dispose d’un très faible nombre de terrains disponibles, hormis le parc au nord de la ville acheté au franc symbolique à la famille Rothschild, et elle ne peut s’étendre, étant donné sa situation géographique, ceinturée par le bois, la ville de Paris et la Seine. Dans le courrier du maire, le nombre important des réponses à des demandes de logement sous forme de lettres-type signées de la main du maire témoigne d’une certaine impuissance de la municipalité en matière de construction de logements. « Je me suis occupé de votre demande de logement, mais celle-ci demeure à l’enquête. Soyez assuré [e] que dès que possible, j’interviendrai en votre faveur » ou encore « Je me propose de recommander votre demande de logement, à l’Office départemental d’HBM, [car] ce n’est pas la ville qui construit mais l’Office. Beaucoup de familles n’ont pu encore obtenir satisfaction »30représentent les formulations les plus récurrentes. Lorsqu’en 1938, Morizet et son équipe tentent de faire construire enfin un nombre conséquent de logements par Le Corbusier, le projet n’aboutit pas à l’approche de la guerre. Dans ses comptes rendus de mandat, la municipalité ne se vante d’ailleurs pas de quelque effort en matière de logements accessibles au plus grand nombre ; le bilan établi par la section socialiste SFIO de Boulogne de « quinze ans d’administration ouvrière (1919-1935) », à la veille des élections municipales de 1935, ne mentionne même pas les logements ouvriers. D’ailleurs, l’opposition municipale ne se gêne pas d’exploiter ce déficit. Lorsqu’elle critique la construction d’une « mairie palace », elle montre en contrepoint que la municipalité ne met rien en œuvre pour faire disparaître les taudis et l’habitat insalubre31. On constate donc un décalage entre le discours volontariste et légaliste de Morizet et la réalité locale

18Morizet lui-même se plaint constamment jusqu’en 1928 d’un déficit de législation sur le logement, mais comme ses collègues socialistes, il approuve – certes, avec des réserves – les dispositions législatives des années 1928 et 1929, et sa propre politique édilitaire ne met pas au centre de ses préoccupations la construction massive de logements ouvriers. Il se montre plutôt un réalisateur d’équipements de grande envergure – qui obéissent à une logique et à un plan d’ensemble –, moins soumis que l’habitation aux représentations conventionnelles solidement ancrées, et plus facilement occasion d’expérimentation – que ce soit par les techniques de production ou par les matériaux employés. En ce sens, Morizet se montre avant tout urbaniste. Surtout, Morizet, bien que socialiste, veut construire le moins possible d’Habitations à Bon Marché dans sa commune, évitant que celle-ci ne se prolétarise et ne devienne à terme un bastion ouvrier.

Haut de page

Notes

1  Sur le contexte de la crise du logement, voir notamment Marie-Jeanne Dumont, Le Logement social à Paris (1850-1930) : les habitations à bon marché, Liège, Margada, 1991, 192 p. ; La question du logement et le Mouvement ouvrier français, sous la dir. de Jean-Paul Flamand, Paris, Éditions de la Villette, 1981, 245 p. ; Jean-Paul Flamand, Loger le peuple : essai sur l’histoire du logement social en France, Paris, La Découverte, 1989, 369 p. ; Roger-Henri Guerrand, Les origines du mouvement social en France, Paris, éditions ouvrières, 1967, 359 p. ; Susanna Magri, « Le mouvement des locataires à Paris et dans sa banlieue. 1919-1925 », Le Mouvement social, n° 137, octobre-décembre 1986, p. 53-76 et Christian Topalov, Le logement en France. Histoire d’une marchandise impossible, Paris, PFNSP, 1987, 437 p.

2 André Morizet., « Des cités-jardins, enfin ! », l’Humanité, 11 juin 1922.

3  André Morizet., « Le toit des hommes », entretien avec Paul Lenglois, Ce Soir, 17 février 1927.

4  Archives municipales de Boulogne-Billancourt, 2D 6, 12 mars1920 et arrêté municipal du 18 mars 1920.

5  BAVP, 1759, conseil général de la Seine, procès-verbaux, séance du 29 décembre 1926, intervention d’A. M., p. 953.

6  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 29 juin 1929, amendement Morizet et Voilin à l’article 25 bis [non adopté], p. 705.

7  Musée des Années Trente, fonds Morizet, carton 1, « Effectif des huit principales usines de Boulogne-Billancourt au 10 mars 1926 et domicile de leurs ouvriers » [usines Renault, Salmson, Farman, Carnaud, Kellner, Odelin, Blériot et Dewald], tableau dactylographié, commenté et signé par André Morizet (reproduit dans les annexes). Voir aussi Journal officiel, Sénat, débats, séance du 31 mars 1927.

8  Ce Soir, art. cité.

9  Voir SGF, résultats statistiques du recensement général de la population, 1926, tome 4, chiffres cités dans Jean-Paul Brunet, « Constitution d’un espace urbain : Paris et sa banlieue de la fin du XIXe siècle à 1940", Annales économies Sociétés Civilisations, 40e année, n° 3, mai-juin 1985, p. 641‑569. Nina Berberova, dans ses Chroniques de Billancourt, évoque avec précision les conditions de logement des Russes émigrés dans des hôtels autour de la place Nationale à Boulogne-Billancourt : « Ce qui étonnait le plus [Kolka], c’était la taille de la pièce qu’occupait son père, car, lui aussi, il habitait dans le quartier, dans une seule pièce séparée de la cuisine par un rideau, où logeaient sa mère, un homme qu’il appelait oncle, ses deux demi-sœurs âgées de deux et trois ans, et lui-même », Nina Berberova, Chroniques de Billancourt, Arles, Actes Sud, 1992, 243 p., p. 214.

10  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 7 juillet 1928, p. 1142-1143. Voir aussi la séance du 21mars 1927, au cours de laquelle Morizet communique les chiffres de son enquête au ministre Paul Strauss.

11  A.M., « Des cités-jardins, enfin », l’Humanité, 11 juin 1922.

12  Musée des Années Trente, fonds Morizet, carton 1, lettre de Henri Sellier à André Morizet, juin1933.

13  Voir la journée d’étude « Autour de l’année 1928", Université Paris I‑CEDIAS-Musée social-Union nationale des fédérations d’organismes HLM, organisée par Françoise Blum et Annie Fourcaut, 27 novembre1998. Actes publiés sous le titre « Autour de l’année 1928. Le social et l’urbain », in Vie sociale, n° 3/4, mai-août 1999.

14  Albert Sarraut est alors ministre de l’Intérieur depuis le 4e ministère Painlevé (3 juillet 1926).

15  Michel Margairaz, « Contexte économique, choix financiers et acteurs politiques », in Autour de l’année 1928. Le social et l’urbain, Vie sociale, n° 3/4, mai-août 1999, Actes de la journée d’étude, CEDIAS, 27 novembre 1998, p. 21‑28.

16  Patrick Kamoun, « La loi Loucheur, première loi programme du logement en France », in Autour de l’année 1928. Le social et l’urbain, op. cit. Voir aussi sur la loi Loucheur, Roger-Henri Guerrand, « Cetipastouskimfo », Urbanisme, n° 301, juillet-août 1998, p. 31-34 et Carls Stephen Douglas, Louis Loucheur and the shapping of modern France, 1916-1931, Bâton Rouge, Louisiana State University Press, 1993, 330 p., traduction française par Alice-Catherine Carls, Louis Loucheur : ingénieur, homme d’état, modernisateur de la France, préface de Emmanuel Chadeau, Arras, Presses universitaires du Septentrion, 2000, 333 p.

17 Georges Beaugrand vient d’être élu député à l’âge de 35 ans. Au moment de la discussion de la loi Loucheur, son intervention est l’une de ses toutes premières. Il devient maire de Gentilly en 1935.

18  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 7 juillet 1928, p. 1142-1143.

19  Ibid.

20  Morizet, lors d’une séance au Sénat, peu avant le vote définitif de la proposition de loi Sarraut, salue le travail de ses collègues de la Chambre des députés et du conseil général, notamment Charles Auray et Auguste Mounié : « [Ils ont] été nos porte-parole dans toutes les questions qui se rattachent [à la loi sur les lotissements], il convenait de les laisser cette fois-ci, à l’honneur, comme ils avaient été à la peine », J.O., Sénat, débats, séance du 9 mars 1928, p. 625.

21  Journal officiel, Sénat, débats, intervention d’André Morizet, séance du 9 mars 1928, p. 625.

22  Ibid., p. 626.

23  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 29 mars 1929, intervention d’A.M., p. 369.

24  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 21 juin 1929, p. 590-591.

25  Morizet n’intervient pas dans la discussion du projet de loi sur l’expropriation des îlots insalubres ; il fait en revanche un exposé historique très documenté sur les effets bénéfiques de la loi de 1915 sur la ville de Paris [J.O., Sénat, débats, séance du 10 mars 1931, p. 265].

26  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 19 décembre 1931, p. 1719.

27  Journal officiel, Sénat, débats, séance du 23 mars 1932, intervention d’André Morizet, p. 436.

28  Voir AMBB, 7 D 14, lettre d’André Morizet à Henri Sellier, « Mon cher ami », 15 décembre 1928.

29  Morizet envie d’ailleurs Henri Sellier, maire de Suresnes, de « travailler dans le neuf ». « Dans certains endroits, déclare Morizet, on a la chance de travailler dans le neuf [en italiques dans le texte]. M. Henri Sellier bâtit une véritable ville près du mont Valérien […] ». [cité dans G.Brunon Guardia, « Paris et sa banlieue. Entretien avec M. André Morizet », Cahiers de la République des lettres, des sciences et des arts, n° 12, mai 1928, p. 64].

30  AMBB, 7 D 20, lettre d’André Morizet. à Mme Fleury, 21 novembre 1931 ; lettre d’André Morizet à Mme Rigolet, 23 novembre 1931. Des dizaines de lettres du maire reprennent les formulations de ces deux dernières.

31  Voir, entre autres, « une inutile mairie-palace », Paris-Boulogne, n° 160, 28 avril 1935.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Guillot, « Un maire de banlieue face à la question du logement entre discours et pratique : le cas d’André Morizet (1919-1942) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 98 | 2006, 15-25.

Référence électronique

Pascal Guillot, « Un maire de banlieue face à la question du logement entre discours et pratique : le cas d’André Morizet (1919-1942) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 98 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://chrhc.revues.org/861

Haut de page

Auteur

Pascal Guillot

 

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Architecture et politique au xxe siècle
    Paru dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 109 | 2009
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page