Navigation – Plan du site
DOSSIER

« Un logement pour vivre mieux »

Enjeux communistes du logement social dans une ville de la banlieue parisienne, Gennevilliers (années 50-années 70)
Catherine Dupuy
p. 27-41

Résumé

La municipalité de Gennevilliers, conduite de 1944 à 1973 par le communiste Waldeck L'Huillier, s'enorgueillit d'un bilan remarquable en matière de logement populaire, action marquée par son envergure et sa durée. Ce vaste parc locatif contrôlé par la municipalité constitue à la fois la vitrine d'un certain « communisme municipal » et le pilier de l'assise électorale et militante du Parti communiste dans la ville. Cette politique laisse néanmoins de côté les immigrés postcoloniaux originaires du Maghreb et ne permet pas d’éviter la baisse d'influence de ce parti dans les décennies suivantes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Île-de-France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1« Un logement pour vivre mieux » titre la plaquette éditée par la Ville de Gennevilliers en 1977, lors de la célébration du trentième anniversaire de l’Office municipal de HLM. Au milieu des années 1970, cette commune usinière et ouvrière, au nord-ouest de la capitale, peut effectivement s’enorgueillir d’un bilan conséquent en matière de logement populaire.

  • 1  Propos rapportés par Jean Laruelle, adjoint au maire de 1971 à 1989, entretien avec l’auteur, sept (...)

2Le choix politique des grands ensembles n’est pas l’apanage du seul Parti communiste, comme en témoigne alors leur quasi-absence à Saint-Ouen, voisine de Gennevilliers ou leur présence importante dans la commune mitoyenne de Villeneuve-la-Garenne, détenue par la droite depuis l’avant-guerre. Cette forme d’habitat social n’en constitue pas moins, pour bon nombre de villes de la ceinture rouge, un cheval de bataille communiste, celui d’une réalité assumée car garante de nombreux logements populaires et gage d’un certain contrôle de la population et d’un entre-soi militant. Concernant ce rôle dévolu aux logements HLM, Paul Vergnenaigre, adjoint au maire de Gennevilliers, Waldeck L’Huillier, et président de l’OMHLM de 1964 à 1977, aimait affirmer : « Pour que les gens deviennent communistes, il faut qu’ils vivent en communauté. On leur fera des HLM et ils vivront dans les mêmes escaliers. » 1

  • 2  Archives municipales de Gennevilliers (AMG dans la suite de l’article), K 42-12.

3À Gennevilliers, si la chronologie des chantiers s’inscrit dans un contexte double – celui observé à l’échelle nationale à partir du milieu des années 1950 avec l’accélération brusque de la croissance urbaine et l’impulsion des politiques gouvernementales en résultant et celui créé par la place que le PCF accorde à la question –, l’ampleur des réalisations résulte d’une volonté mayorale inscrite dans l’envergure et la durée. Waldeck L’Huillier, maire de la commune de 1944 à 1973, impulse en effet pendant toute la durée de ses responsabilités locales une politique de très grande ampleur, l’ingénieur qu’il a été dans les premières années de sa vie active influençant directement ses priorités communales. Les dividendes électoraux attendus sont affirmés, comme sur ces affiches éditées pour les législatives de 1962 qui proclament « Votez pour L’Huillier, champion de France de la construction de logements »2.

  • 3  Nous renvoyons sur ce point à l’un de nos précédents articles, C. Dupuy, « Politique et logement o (...)

4Cette vitrine du communisme municipal ignore cependant la grande misère locative de ceux qui ne sont pas électeurs, essentiellement les immigrés postcoloniaux originaires du Maghreb relégués dans les bidonvilles, les caves et les hôtels vétustes, puis les foyers et les cités de transit. Notre propos n’est pas de présenter ici les différentes facettes du logement ouvrier d’une commune de banlieue 3, mais d’analyser les enjeux assumés par l’équipe communiste gennevilloise en matière de logement social. La cohérence de l’impulsion mayorale permet la construction d’un vaste parc HLM contrôlé par la municipalité. Vitrine du communisme municipal, il constitue également, avec la fin des années 1950, le plus solide pilier de son assise électorale et militante.

Impératif et centralisation municipale du logement populaire

  • 4  C. Dupuy, « Politique et logement ouvrier à Gennevilliers », op. cit.

5Au sortir de l’Occupation, la commune de Gennevilliers présente le visage d’une ville de banlieue meurtrie par le conflit. Les destructions d’immeubles occasionnées par les bombardements alliés et le relogement des sinistrés en découlant ajoutent à la vétusté et à l’insalubrité de la plus grande partie du parc de logements d’avant-guerre 4. Le milieu des années 1950 s’accompagne, de plus, des impératifs engendrés par la croissance de la population communale issue de l’appel important fait en direction de la main-d’œuvre étrangère et coloniale et de l’envolée démographique née du baby-boom ; en vingt ans, de 1954 à 1975, la population communale augmente ainsi de presque 52 % (50 330 Gennevillois contre 33 140).

  • 5  AMG, J 26-32, rapport d’enquête du 8 novembre 1956.
  • 6  AMG, J 26-23, rapport du 4 septembre 1959.

6La précarité des conditions locatives de beaucoup de familles reste patente jusqu’au milieu des années soixante, lorsque le rythme des constructions sorties de terre permet de faire plus grandement face aux multiples dossiers déposés en mairie par les jeunes ménages et les familles nombreuses. Les agents de salubrité diligentés par les services municipaux visitent un grand nombre d’immeubles et de pavillons vétustes, de chambres d’hôtel, de meublés et de constructions légères, qu’ils décrivent, pour la plupart, comme le reflet d’une grande détresse quotidienne : exiguïté et surpeuplement, incommodité de l’accès aux toilettes et à l’eau courante, humidité et infiltrations aggravant l’insalubrité. Dans certains cas, le manque d’ensoleillement et d’aération dû à l’insuffisance des ouvertures et du cubage d’air complète la liste de ces principales nuisances. En plus des caves qui hébergent les Nord-Africains, elles concernent également les sous-sols des pavillons. Les cinq membres de la famille S. occupent ainsi une petite cuisine et une chambre dans le sous-sol d’un pavillon, enterré à un mètre trente du niveau de la cour. Deux petites lucarnes assurent le renouvellement de l’air, la lumière est en permanence artificielle 5. Autre exemple, celui de la famille R. qui compte trois enfants en bas âge. Elle demeure dans deux petites pièces enterrées à un mètre cinquante. L’enquête conclut à un cubage d’air « nettement insuffisant ». Le logement n’a ni eau courante, ni gaz, les commodités sont à l’extérieur 6.

  • 7  Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, tome 17, notice de Jacques Girault.

7La volonté municipale d’impulser et de rester maîtresse du contrôle de la politique du logement social prend forme dès 1945, lorsque le nouveau maire, Waldeck L’Huillier, confie l’élaboration du plan d’aménagement communal à Georges Auzolle, avec qui la municipalité communiste travaillait depuis 1937. « Bon sympathisant » du PCF 7, l’architecte est ensuite le concepteur de tous les chantiers élaborés sous le contrôle de la ville, assisté de sa fille Jacqueline, à partir de 1959.

  • 8  AMG, délibération du conseil municipal, 1er octobre 1947.

8En octobre 1947, les élus approuvent la création d’un Office municipal d’HBM 8(qui devient OMHLM à partir de la loi de juillet 1951). La présidence échoit naturellement au maire. Il place à la fonction clé d’administrateur délégué Paul Vergnenaigre, alors deuxième adjoint et l’un de ses proches. En 1964, ce dernier prend la présidence de l’Office.

  • 9  J.-P. Levy, Les limites d’une politique du logement social à l’échelle communale, l’exemple de Gen (...)
  • 10  écho de Gennevilliers, n° 1, 2 et 9, décembre 1953, février et octobre 1954.

9Une politique municipale précoce d’achat de terrain ainsi que l’impulsion interventionniste de l’État et l’appareil législatif en découlant permettent à la municipalité d’impulser seule pendant vingt ans la construction populaire à partir du début des années cinquante. L’opposition municipale de droite s’émeut de la mainmise communiste. De fait, jusqu’à la mise en chantier du Luth, en 1970, les logements sociaux de la promotion privée, construits après 1945, restent minoritaires (14,7 % du parc total en 1959 ; 10,8 % en 1965 ; 15,8 % en 1969 9), l’essentiel de l’effort repose sur l’Office municipal et les aides de l’État. En 1973, la ville gère 5 788 logements (5 658 constituent le patrimoine de l’Office et 130 sont propriété de la ville). Durant la période pendant laquelle l’opposition est représentée au sein du conseil municipal (1947-1959), la mairie tente systématiquement d’empêcher que la construction populaire ne lui échappe. Ainsi en est-il, en 1953-1954, d’un projet que présente à plusieurs reprises le chef de file de l’opposition municipale : destiné à favoriser la construction privée individuelle par le biais de la constitution d’une société coopérative HLM, le projet est d’abord repoussé, puis accepté avec réticence 10.

  • 11  W. L’Huillier, Combats pour la ville, Éditions sociales, Paris, 1982, p. 155.

10Si la centralisation municipale permet à Waldeck L’Huillier de contrôler la construction du logement populaire, il saisit en revanche, dès le début, toutes les opportunités financières accordées par l’État en recourant massivement à l’emprunt car, souligne-t-il, « contracter des emprunts à 8 % – nous en avons même obtenu à 3 % – c’est gagner de l’argent quand la monnaie se déprécie de 12 à 15 % chaque année. Aussi avons-nous emprunté autant que possible »11.

  • 12  Lancée en 1953 par le ministère de la Reconstruction, et placée sous tutelle de l’État, l’opératio (...)
  • 13  AMG, 100-100 et Bulletin municipal, juin 1955, schéma du projet.

11Le réalisme municipal se retrouve également lors du lancement de l’opération Million par le ministère de la Reconstruction en 1953 12: alors que le Parti communiste et les directeurs des OMHLM critiquent cette ingérence gouvernementale, la municipalité gennevilloise propose néanmoins quatre terrains (contre deux au maximum pour les autres communes de la Seine-banlieue participant au projet), bénéficiant ainsi de la construction de 420 logements, en seconde position derrière Orly 13.

  • 14  JO, 28 mars 1954.
  • 15  Voix Populaire (VP dans la suite de l’article), n° 88, 10 novembre 1955. .
  • 16  Les familles algériennes ont ainsi droit au relogement jusqu’en 1962, mais leur nombre reste très (...)
  • 17  AMG, recensement général de la population, 1962.
  • 18  Pour des chiffres plus précis, se reporter à mon article cité.

12En 1953 s’ouvre la phase des trois premiers chantiers impulsés par la municipalité. De taille modeste et situés dans les quartiers anciens du Village (cités Marcel-Cachin et Robert-Pottier) et des Grésillons (cité Aubrun), ces bâtiments permettent la mise en location de 278 appartements de deux à quatre pièces. L’année 1955 marque le point de départ de projets de bien plus grande envergure, ceux du choix politique des grands ensembles. Par le nombre de logements construits, les ensembles des Agnettes (réalisés en trois tranches entre 1955 et 1973, pour un total de 2 597 appartements), du Fossé de l’Aumône (1 059 logements bâtis entre 1958 et 1961) et du premier chantier du Luth (940 logements, 1972-1973) apparaissent sans commune mesure avec les réalisations précédentes. Ils remodèlent la ville en déplaçant son centre vers l’ouest et entraînent une différenciation spatiale de la population liée aux modalités d’attribution. La mise en location des logements HLM se fait, pour notre période, selon des règles d’attribution prenant en compte des critères nationaux et financiers. Jusqu’en 1968, et alors que le décret du 27 mars 1954 ne le stipule pas 14, les HLM gennevilloises restent réservées aux familles dont l’un des conjoints est de nationalité française, sous condition de ressources suffisantes et d’honorabilité 15; aucun étranger, quelle que soit la pénibilité de sa situation, ne peut prétendre à une location 16. Au début des années 1960, la profession déclarée par les chefs de famille locataires du parc municipal HLM 17permet de répartir les résidents en deux groupes, ces groupes se calquant sur les deux types de logements proposés : ceux, aux loyers moins élevés, offerts par le parc des constructions de moindre confort (les cités Marcel-Cachin, Robert-Pottier et celles de l’opération « Million ») et ceux des HLM dites ordinaires, plus confortables et plus onéreuses à la location (les Agnettes, le Fossé de l’Aumône). De manière prévisible, la part des salariés non qualifiés (OS, manœuvres, personnel de service et d’entretien) est plus élevée dans le premier ensemble. Si les HLM ordinaires accueillent, quant à elles, une majorité d’ouvriers et de personnels de service (63 % en 1962), cette part reste inférieure à celle qu’ils représentent au sein de la population communale (71,4 %), leur sous-représentation s’accompagnant de la surreprésentation des employés et des cadres moyens (37 % dans le parc HLM contre 20 % dans la population active totale)18. Le prix des loyers, souvent plus élevé que ceux des logements anciens, et la part de la population ouvrière exclue, car étrangère, célibataire ou insuffisamment solvable, expliquent ces écarts.

13A partir du milieu des années 1950, la rencontre entre l’aide à la construction impulsée par l’État et la volonté municipale d’encadrer la construction populaire débouche, à Gennevilliers, sur la constitution d’un parc locatif HLM de taille très importante. Cette politique du logement, étroitement contrôlée par le maire et son premier adjoint et homme de confiance, Paul Vergnenaigre, redessine, en une quinzaine d’années, le visage d’une banlieue ouvrière aux nombreux îlots insalubres. Priorité constamment affichée par Waldeck L’Huillier pendant toute la durée de ses mandats de maire, ce parc de logement, géré en grande partie par l’OMHLM, permet d’entretenir et de soutenir la fidélité des Gennevillois à l’égard du communisme municipal. Il en devient le symbole et le vecteur.

Le logement social, vitrine du communisme municipal

14L’attention portée par la municipalité communiste à la création d’un Office municipal HLM, ainsi qu’aux constructions en découlant, se comprend comme la volonté de voir s’améliorer le logement populaire. Elle participe tout autant de stratégies à finalité électorale et d’encadrement de la population. Les critiques formulées par l’opposition municipale de droite, le profil socioprofessionnel des relogés, ainsi que l’écho des actions militantes entreprises confortent cette vision de mise en place, au sein des bastions communistes, de citadelles de fidélités électorale et protestataire. Il constitue aussi, pour la mairie, l’un des meilleurs atouts de sa propagande.

15Pas une semaine, pendant plus de vingt-cinq ans, sans que La Voix populaire – l’hebdomadaire communiste local – ne consacre un ou plusieurs articles au logement social. La rhétorique utilisée vise toujours à démontrer l’exemplarité de la politique municipale. Les papiers ne font jamais référence aux projets et réalisations des autres villes communistes et la description du logement en Union soviétique n’est pas plus fréquente que les panégyriques abordant d’autres sujets.

  • 19  VP, n° 296, 5 mai 1960.

16Les inaugurations sont le moment de rappeler à la population le poids des efforts entrepris par la municipalité. En 1960, lors de celle de la première tranche des Agnettes, Étienne Fajon se livre dans son discours à un vibrant éloge de l’audace de L’Huillier. Il présente la réalisation du chantier comme « un modèle difficile àdépasser », pour lequel le maire et son équipe « méritent bien le beau titre de bâtisseurs », d’autant que cette municipalité « de travailleurs intègres manie des millions sans que le moindre scandale ait jamais effleuré l’un d’eux »19; de fait, L’Écho de Gennevilliers, friand des scandales en mairie, ne parlera jamais de malversations financières dans ce domaine.

17L’équipe communiste conçoit le parc HLM comme la promesse d’une vie meilleure qu’elle se dit seule à garantir – d’où, sans doute, dans cette propagande de clocher, l’absence de références aux autres municipalités de la ceinture rouge – et seule à défendre face à un État prédateur et mauvais payeur.

  • 20  VP, n° 330, 16 février 1961.

18La composition de l’un des articles de l’hebdomadaire local restitue bien ce raisonnement 20. Waldeck L’Huillier est d’abord présenté dans son bureau, à l’écoute de ses concitoyens ; il en a, affirme-t-il, rencontré « près de 30 000 » en dix ans. La sobriété de la pièce cautionne le travail fourni et l’argent non gaspillé : le bureau a pour seul décor le portrait de Jean Grandel (l’ancien maire communiste fusillé à Châteaubriant en octobre 1941), la maquette du plan d’aménagement et une photo aérienne de la ville. Le cadre du lieu de travail restitué, le maire insiste essentiellement au cours de l’entretien sur l’aspect collectif des décisions prises. « L’organe moteur, c’est le bureau municipal », le comité de section et le secrétariat sont là pour rappeler les principes du parti et relayer l’attente des habitants. La municipalité insiste constamment sur la transparence de son travail ; aucun Gennevillois ne doit être lésé.

  • 21  Supplément à La VP, n° 418, 30 janvier 1963.
  • 22  VP, n° 330, 16 février 1961.
  • 23  VP, n° 233, 30 octobre 1958.

19Le journal rappelle régulièrement les conditions d’attribution et publie en 1963, par souci de transparence, une liste de 405 candidats à un logement HLM 21. Grâce à la mairie communiste, la population laborieuse se construit une vie meilleure ; elle ne peut que faire corps avec cette équipe municipale qui travaille à son bonheur. Le dimanche, les familles partent en promenade vérifier l’avancement des chantiers et imaginer leur futur logement. L’attente est parfois jugée longue – « Bon sang, qu’est-ce qu’ils fabriquent ? ça ne monte pas assez vite » 22 et, le soir venu, il faut regagner son taudis 23.

20Les familles ayant déjà la chance d’être relogées en HLM sont sollicitées pour évoquer leur nouvelle vie, illustration du bonheur que seule une municipalité communiste peut offrir. Les mères de famille décrivent leur joie devant ces logements spacieux, confortables, aérés et clairs, bien loin des « cabanes à lapins » quittées sans regret. Les récits, construits sur un mode identique, disent la confiance en un avenir meilleur. Une mère de trois enfants, qui vient de passer sept ans à l’hôtel, emménage avec les siens, en 1959, dans l’un des logements de la cité Marcel-Cachin ; son récit saccadé est censé traduire l’émotion que lui procure le cadre de son nouveau bonheur familial :

  • 24  VP, n° 109, 5 avril 1956.

21« Voici la salle d’eau, avec douche, sur une petite baignoire s’il vous plaît, lavabo. Ici dans cette petite pièce, les waters. Belle cuisine aux carreaux de porcelaine blanche, eau chaude, eau froide, eau chaude avec ce chauffe-eau. Là cette pièce bien plus belle à elle seule que celle d’où nous venons, ce sera la chambre de Patrick. Passez par ici s’il vous plaît, cette grande pièce aux murs jaune paille, aux fenêtres vitrées de haut en bas donnant sur un balcon… Ce sera le salon où nous aurons notre divan. Et regardez, quelle vue ! »24

  • 25  VP, n° 282, 28 janvier 1960.
  • 26  VP, n° 109, 5 avril 1956.
  • 27  VP, n° 32, 8 juillet 1950.

22Une autre 25s’enthousiasme devant sa cuisine, « avec eau chaude et eau froide dans laquelle tout peut se préparer tranquillement » ; cela change « avec l’eau qui gelait dans les conduites et qu’il fallait aller, ces derniers temps, chercher chez les voisins ». Elle n’oublie pas de demander au journaliste de remercier la municipalité de sa part, ce dernier s’empressant de rajouter : « Nous le faisons très volontiers, sachant fort bien que nos camarades estiment n’avoir fait que leur devoir d’élus de la population ouvrière de Gennevilliers. » Les descriptions se referment sur l’image d’un foyer heureux : « Le ménage Omet voit maintenant la vie en rose. Il faudra bien sûr compter, car tout est si cher… Mais la gaieté est entrée dans la famille […] À Gennevilliers, grâce à la municipalité, l’espoir d’une vie nouvelle et heureuse renaît parmi les mal-logés. »26 L’enfance, « le plus doux espoir » du Parti communiste, sera la première génération non sacrifiée. Grandissant dans des appartements sains, à l’abri des dangers de la rue, les plus jeunes s’épanouiront en toute quiétude, car « les enfants sont comme des plantes, il leur faut, pour croître et se développer, avec une bonne nourriture, du soleil, de l’air, de la lumière »27. Ils rompront le cycle de la dure vie qu’ont menée parents et grands-parents.

  • 28  VP, n° 339, 20 mars 1961.
  • 29  Plusieurs mentions dans les reportages de la VP.

23Les craintes que pourraient ressentir certains locataires sont aussitôt balayées. À ceux qui s’inquiètent des changements occasionnés par cette nouvelle vie qui risque de rompre les anciennes solidarités et d’engendrer une promiscuité contrainte – « comment allons-nous faire pour vivre aux côtés de tous ces gens dans ces grands bâtiments »28 – la mairie répond en insistant sur les avantages d’une modernité maintenant permise aux plus modestes et cite en exemple des familles qui affirment ne pas craindre le recours au crédit pour se meubler 29.

  • 30  AMG, WL 1-17, bulletin intérieur édité par l’OMHLM de Gennevilliers, début des années 1960.

24 Dans cette vitrine d’une modernité portée par les communistes, l’hebdomadaire local et les bulletins municipaux se gardent d’évoquer les difficultés ressenties par certains à se plier à la nouvelle sociabilité des lieux. Un bulletin intérieur édité par l’OMHLM et rédigé par son directeur en dresse cependant l’inventaire, afin d’inciter les locataires à plus de respect mutuel 30. Si le maire glisse une annotation sur le ton adopté (« persifleur, est-ce utile ? »), il ne remet pas en cause les critiques formulées, dont le contenu laisse apparaître tout le décalage entre la promesse d’une vie meilleure et un quotidien moins idyllique. Quelques extraits du florilège présenté rendent compte de cet écart :

« Du bruit : Chacun, n’est-ce pas, aime bien goûter le calme après une journée de travail, à condition toutefois :

– qu’un poste de radio ne martèle pas nos oreilles comme un marteau-pilon.

– que le motard distrait ne fasse pas rugir son moteur à 5 heures du matin juste sous nos fenêtres.

– et que les portes ne claquent pas comme des portières de voiture.

Du linge aux fenêtres : sur des façades toutes neuves et belles, qu’y a-t-il donc de plus joli, des fleurs, ou des guirlandes de chemises que même en cherchant bien l’on ne trouve pas dans les autres rues. […]

Des chiens : nous avons construit des maisons pour les gens et leurs enfants, et non pas pour les chiens. […]

  • 31  Passage souligné dans le texte.

Des ascenseurs: [les pannes] vous ont donné du souci ces temps-ci, à nous aussi. [Mais] si vous ne respectez pas certaines petites indications qui ont d’ailleurs été arrachées dans certains ascenseurs, vous paierez pour l’ascenseur, vous paierez pour les réparations et vous monterez à pied »31.

  • 32  VP, n° 332, 2 mars 1961.

Dans le même temps, La Voix populaire préfère porter ses critiques sur la dégradations des HLM du parc privé d’avant-guerre, afin de mieux faire comprendre aux administrés « le plaisir de vivre dans nos HLM neufs » 32.

25De fait, l’amélioration du confort des habitations gennevilloises est significative : alors qu’au recensement de la population de 1954, la vétusté de la grande majorité des logements est patente sur l’ensemble du territoire communal, l’importante amélioration ensuite constatée provient des constructions HLM. En 1968, les indices de confort ont nettement progressé, toujours en liaison avec la poursuite de la croissance du parc HLM. L’équipement des appartements illustre la corrélation entre degré de confort et date de la construction des logements : si la généralisation de l’eau courante dans les logements et de l’utilisation du gaz de ville est acquise, l’absence de douche, de WC intérieurs et du chauffage central domine, en revanche, dans les deux quartiers les plus anciens qui regroupent les logements vétustes et les meublés. Le nouveau parc locatif des HLM municipales offre, quant à lui, tous les éléments du confort moderne.

  • 33  VP, n° 32, 8 juillet 1950.
  • 34  Bulletin municipal, octobre 1962, article de Paul Vergnenaigre.
  • 35  Bulletin municipal, décembre 1956.
  • 36  Par exemple, bulletins municipaux, octobre 1962 et novembre 1963. « Les hommes des grandes banques (...)
  • 37  Par exemple, VP, n° 283, 4 février 1960. L’augmentation des loyers HLM est significative en France (...)

26Malgré le désengagement de l’État stigmatisé par les communistes, la municipalité le souligne à l’envi, les Gennevillois doivent défendre cette réussite locale en faisant corps avec leur municipalité. Lors des conflits coloniaux, la municipalité dénonce la part du budget consacré à l’armement au détriment du logement populaire, car « ce que veulent les Gennevillois, ce sont des logements, pas des canons »33. La préférence étatique accordée à l’armement illustre le désintérêt des gouvernements pour le logement social 34, leur méfiance à l’égard des plus modestes 35et leur inféodation au capitalisme et à ses banquiers 36. Les élus communistes considèrent également que l’État spolie les communes à travers les conditions de financement qu’il accorde (prêts insuffisants et remboursement trop rapide). L’équilibre des loyers devient dès lors difficile à réaliser puisque les sommes perçues ne couvrent qu’incomplètement le montant du remboursement du prêt et des emprunts. La hausse des loyers correspond ainsi à la durée de remboursement du prêt et au taux d’intérêt des emprunts complémentaires 37. Les reportages réalisés par La Voix populaire imputent toujours la cherté des loyers au gouvernement, ce dont les Gennevillois assurent avoir conscience.

  • 38  Bulletin municipal, octobre 1962, VP, n° 426, 28 mars et n° 427, 4 avril 1963.
  • 39  JO, 5 octobre 1968.

27L’État tente également de flouer les habitants en s’allouant une part plus importante que celle qui lui revient dans l’attribution des logements du parc HLM. Les communistes dénoncent la « manœuvre » particulièrement en 1962-1963, lorsque se pose le problème du relogement des rapatriés d’Algérie dans la nouvelle barre Victor-Hugo, aux Agnettes. Pour la municipalité, les nouveaux arrivants risquent de remettre en cause l’entre-soi de la communauté locative. Le maire refuse de dépasser le seuil des 10 % de logements revenant à l’État et fixé par une loi de 1954, alors que le gouvernement souhaite obtenir un quota de 30 %. Les communistes appellent les Gennevillois à se défendre car « eux aussi, Français à part entière, ils ne peuvent admettre d’être privés des logements construits avec l’aide de la commune où ils payent leurs impôts »38. L’arrêté du 1er octobre 1968 fixant les nouvelles conditions d’attribution en région parisienne des logements dépendant des organismes d’habitations à loyer modéré renforce les raisons du mécontentement, puisqu’il fixe à 30 % le quota du contingent préfectoral pour désigner les locataires, contre 10 % précédemment 39.

28La municipalité fait donc de son parc HLM la vitrine du travail acharné de l’équipe communiste ; sa préservation demeure l’affaire de tous : pour les mal-logés, elle représente une promesse, pour l’ensemble des habitants, l’espérance d’un avenir meilleur que seul le maintien des communistes à la mairie peut préserver. À Gennevilliers, la mairie s’emploie à montrer que le logement social ne peut être que communiste. Les changements qui interviennent alors dans les succès de la géographie électorale locale, le maillage de l’implantation militante et l’écho rencontré par les mots d’ordre politiques du parti restituent également l’autre versant des enjeux du parc HLM, celui du plus solide pilier du communisme municipal.

Le plus solide pilier du communisme gennevillois

  • 40  J. Ralite, « Le travail de masse d’une cellule d’HLM”, Cahiers du Communisme, avril 1957, p. 588-6 (...)

29Dans un article paru dans les Cahiers du communisme en 1957, Jack Ralite expose à partir d’un exemple précis les nombreux avantages que le travail de masse fourni par les cellules de quartier des ensembles HLM apporte au militantisme local et à la diffusion des mots d’ordre protestataires du PCF 40. La cellule Rosenberg « rayonne sur un quartier d’Aubervilliers groupant environ 500 foyers, dont 176 habitent une cité d’HLM ». Passée de 6 adhérents en janvier 1956 à 33, elle structure les organisations annexes et les groupements sympathisants du Parti communiste : foyer de l’Union des jeunes filles de France, cercle de l’Union des jeunesses communistes de France, comité de l’Union des femmes françaises, Comité pour la paix en Algérie, mais aussi amicale des locataires de la cité HLM et association de parents d’élèves. Le sérieux du travail accompli (réunions fréquentes du bureau de section, porte à porte, réunions pour relayer les mots d’ordre et recruter, vente de la presse du parti, organisation d’une collecte en faveur de grévistes…), ainsi que la « volonté detenir compte des masses » conditionnent pour Ralite les clés de cette réussite.

  • 41  Archives de la Préfecture de Police (APP), GA br3, Le parti communiste, implantation dans les comm (...)
  • 42  AMG, WL 1-31, liste du comité de section sortant, 1968.
  • 43  APP, brochure citée et listes électorales, 1960.
  • 44  AMG, WL, 1-17, dossier sur les amicales de locataires, 1958-1962.
  • 45  Ibidem, certains courriers, conservés dans le dossier, entre la mairie, les cellules et les amical (...)

30A Gennevilliers, l’implantation du réseau militant montre la grande efficacité du parti dans les HLM. En 1959, les 12 cellules locales se situent majoritairement dans le parc locatif ancien, un an plus tard, alors que le grand ensemble du Fossé de l’Aumône n’est pas encore loué, les HLM des Agnettes accueillent cinq des 16 cellules locales 41. En 1967-1968, la localisation de 14 des 15 nouvelles cellules locales correspond à la fin de la construction du grand ensemble des Agnettes (9 cellules créées en plus des précédentes) et à la mise en location de celui du Fossé de l’Aumône, achevé en 1960 (5 cellules). Les cellules HLM représentent alors 61 % du total des adhérents 42. Le favoritisme dans l’attribution des logements HLM que dénonce l’opposition peut s’évaluer au regard des membres du comité de section y résidant. En 1961, des 36 membres qui composent le comité, 16 logent dans les HLM municipaux (soit 44, 4 %), essentiellement aux Agnettes 43. La composition et l’action des amicales de locataires restituent également le poids de l’encadrement communiste. Toutes les cités HLM en comptent une dans les années 1960, alors que, par exemple, celle du Vieux-Chemin-d’Argenteuil, à proximité d’un bidonville important, périclite dès sa création 44. Dans les ensembles HLM du Parc-aux-Pigeons (opération « Million ») et de la cité Julien-Mocquard, la présidence de l’amicale revient à deux conseillers municipaux y résidant ; dans la cité Aubrun, à un militant communiste. Les cellules communistes établissent des contacts étroits avec les amicales 45, ce qui permet la satisfaction de certaines des revendications émises par les locataires et l’entretien de la fidélité au PCF. De même, de façon symptomatique, la liste dressée par la préfecture desgroupementssympathisants du PCF sur Gennevilliers en 1960 mentionne l’Amicale des parents d’élèves du groupe scolaire des Agnettes et l’Amicale des locataires regroupant les trois premiers bâtiments HLM déjà loués, alors que les autres associations de même nature dans le parc locatif plus ancien ne sont pas signalées.

  • 46  AMG, WL 1-6, compte rendu de la réunion du comité de Ville de Gennevilliers en présence du maire, (...)

31Pareillement, en 1964, l’attention portée aux enfants et adolescents baby-boomers conduit la municipalité à réfléchir à la mise en place de maisons de quartier. Là encore, les lieux d’implantation ne sont pas neutres, puisque trois sur quatre concernent les Agnettes et le Fossé de l’Aumône, les jeunes ne résidant pas dans le parc HLM pouvant se réunir dans une salle du Centre de loisirs mis à leur disposition dans le quartier du Village. Waldeck L’Huillier accepte alors le principe que la Jeunesse communiste assure la gestion des maisons de quartier si le contrôle reste discret et n’attire pas les critiques des autorités préfectorales 46.

32La dénonciation virulente que l’opposition municipale de droite fait de cet encadrement par « les petits copains », les gardiens d’immeubles et la JC, met en lumière un état de fait réel, celui d’un parc HLM conçu par les communistes comme le vecteur de la parole du parti lors de ses campagnes politiques, notamment au moment de la guerre en Algérie. En 1957, par exemple, s’étant aperçu que les fenêtres et les balcons des nouveaux bâtiments HLM de l’avenue Gabriel-Péri sont « décorés » d’affiches protestant contre le conflit, L’Écho de Gennevilliers s’interroge en des termes faussement dubitatifs :

  • 47  EG, n° 40, octobre 1957.

33« De deux choses l’une. Ou la municipalité a imposé cet affichage aux locataires et il y a abus d’autorité ou au moins trafic d’influence, ou les locataires ont affiché de leur plein gré, ce qui situe leur appartenance politique et tendrait à prouver que ces logements n’ont été attribués qu’à des communistes. »47

  • 48  AMG, WL 1-13, rapport non daté des comités de l’UFF au sujet de la solidarité avec les femmes algé (...)

34La réponse protestataire que les élus et les militants gennevillois apportent à l’issue tragique de la manifestation parisienne du 17 octobre 1961 trouve également plus d’écho dans le parc HLM des grands ensembles que dans le reste de la ville : au lendemain des événements, les signatures pétitionnaires recueillies auprès des Gennevilloises par l’union des Femmes françaises en émanent principalement 48.

35La fidélité de la population des HLM à l’égard de la mairie communiste se vérifie dès lors clairement au moment des consultations électorales. À partir de 1962, le nouveau découpage des bureaux de vote individualise les bâtiments des Agnettes et du Fossé de l’Aumône. L’analyse de ces scrutins montre une fidélité électorale bien plus nette dans ces deux ensembles que dans le reste de la ville, notamment lors des élections municipales de 1965 et 1971, quand la présence d’une seule liste, celle conduite par les communistes, conduit à un scrutin sans enjeu, si ce n’est celui du taux d’abstention. Les communistes obtiennent alors leurs meilleurs résultats rapportés aux inscrits dans les deux grands ensembles des Agnettes et du Fossé de l’Aumône : en 1965, alors que la moyenne gennevilloise des suffrages accordés à la liste conduite par les communistes s’établit à 66,8 % des inscrits, elle est de 82,7 % aux Agnettes et de 81,5 % au Fossé de l’Aumône ; six ans plus tard, l’abstention gagne du terrain, mais les deux grands ensembles continuent de se détacher (58,2 % pour l’ensemble, 66,7 % pour les Agnettes et 67,9 % pour le Fossé de l’Aumône). La forte charge anti-gaulliste des référendums d’octobre 1962 et d’avril 1969 débouche sur une constatation identique. Alors que pour les accords d’Évian (référendum d’avril 1962), le consensus national entraîne localement des résultats proches de la moyenne locale (95,8 % des suffrages exprimés et 77,1 % des inscrits aux Agnettes ; 95,1 % et 77,8 % au Fossé de l’Aumône ; 93,8 % et 69,1 % pour la commune), les écarts se creusent lors des deux consultations suivantes. Si les Gennevillois refusent à 63,6 % (51,3 % des inscrits) d’élire le président de la République au suffrage universel, les habitants du Fossé de l’Aumône le font à 77,1 % (70,2 % des inscrits) et ceux des Agnettes à 78,1 % (69 % des inscrits). En 1969, la question offrant un consensus national d’opposition plus large, l’écart se resserre, mais les deux bureaux représentent encore les deux meilleurs scores du PCF (80,1 et 84,5 % des suffrages exprimés, pour une moyenne de 73,7 %).

36Le parc locatif contrôlé par la municipalité devient ainsi l’un des plus solides points d’ancrage du communisme municipal gennevillois. La propagande faite autour de sa constitution, le nombre de logements offerts et les attentes qu’il conditionne en font, pendant près de 20 ans, l’une des réussites les plus visibles de la carrière édilitaire de L’Huillier. Les problèmes engendrés par ce nouveau mode d’habitat ne sont pas, aux yeux des communistes, de même ampleur que les avantages retirés. L’entre-soi social et électoral, le pôle de militance et l’encadrement au service du Parti communiste ainsi constitués permettent à ce communisme de bastion de se maintenir et de s’enraciner grâce aux citadelles de fidélité que constitue le logement social municipal.

37Le début des années 1970 ouvre une autre période, celle qui voit la mairie perdre, pour partie, la maîtrise de la construction et de l’attribution des logements sociaux. En 1973, le grand ensemble du Luth est édifié conjointement par l’OMHLM (940 appartements) et par l’Office central interprofessionnel du logement (844 appartements). Aujourd’hui, la part logements locatifs sociaux appartenant à l’OMHLM reste majoritaire, mais celle principalement détenue par de nombreuses sociétés anonymes augmente (31,3 % du total).

38Le début de la décennie entérine également une double évolution. L’obsolescence rapide des grands ensembles s’accompagne de changements dans la composition socioprofessionnelle et « ethnique » de la population logée. L’enrichissement des classes moyennes et ouvrières supérieures résidant en HLM leur permet souvent de s’installer ailleurs, les logements vacants revenant en général, à Gennevilliers, à des familles issues de l’immigration nord-africaine, dont les parents échappent pour partie au corps électoral communal.

  • 49  O. Masclet, La Gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué, Paris, La Dispute, 2003.

39L’ancrage du vote communiste se maintient cependant encore : en 1977, la liste d’union de la gauche à forte majorité communiste réalise ses meilleurs scores dans les bureaux de vote correspondant aux trois grands ensembles. Dans les années 1980, l’érosion générale de la participation y est moins forte et les succès du PCF toujours plus élevés que la moyenne communale. Gennevilliers s’inscrit aujourd’hui dans le dernier môle de la défunte ceinture rouge. Lors des élections municipales de 2001, la liste d’union de la gauche à forte majorité communiste est élue dès le premier tour, donnant ainsi au parti l’une de ses plus beaux résultats en banlieue parisienne. Parmi les neuf bureaux de vote réalisant un score supérieur à la moyenne communale (66,3 % des suffrages exprimés), six correspondent aux deux grands ensembles municipaux du Fossé de l’Aumône et des Agnettes, le Luth réalisant des scores moindres. Ces succès ne doivent cependant pas masquer la fin d’un communisme identitaire de bastion auparavant construit en grande partie par le parc municipal HLM, puisque obtenus sur la base d’une représentation municipale de plus en plus ouverte aux autres composantes de la gauche. L’étude menée au Luth par Olivier Masclet 49a, d’autre part, souligné l’absence de réelle volonté municipale pour intégrer au sein de l’équipe communiste des représentants issus de ces quartiers stigmatisés. Les initiatives récentes de la mairie s’inscrivent dans une démarche participative (les Assises de la Ville) qui tente de pallier le délitement bien compris de l’identité communiste dans la commune en général et dans le logement social en particulier, ce qu’illustrent la restructuration du Luth (démolition d’une partie de l’ensemble pour aérer l’enclave) et les nouvelles constructions locatives intermédiaires avec accession à la propriété.

Haut de page

Notes

1  Propos rapportés par Jean Laruelle, adjoint au maire de 1971 à 1989, entretien avec l’auteur, septembre 2003.

2  Archives municipales de Gennevilliers (AMG dans la suite de l’article), K 42-12.

3  Nous renvoyons sur ce point à l’un de nos précédents articles, C. Dupuy, « Politique et logement ouvrier à Gennevilliers » dans J. Girault (dir.), Ouvriers en banlieue xixe-xxe siècle, Les Éditions de l’Atelier, 1998, pp. 243-261.

4  C. Dupuy, « Politique et logement ouvrier à Gennevilliers », op. cit.

5  AMG, J 26-32, rapport d’enquête du 8 novembre 1956.

6  AMG, J 26-23, rapport du 4 septembre 1959.

7  Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, tome 17, notice de Jacques Girault.

8  AMG, délibération du conseil municipal, 1er octobre 1947.

9  J.-P. Levy, Les limites d’une politique du logement social à l’échelle communale, l’exemple de Gennevilliers, mémoire de maîtrise de géographie, université Paris I, 1983, annexe 4.

10  écho de Gennevilliers, n° 1, 2 et 9, décembre 1953, février et octobre 1954.

11  W. L’Huillier, Combats pour la ville, Éditions sociales, Paris, 1982, p. 155.

12  Lancée en 1953 par le ministère de la Reconstruction, et placée sous tutelle de l’État, l’opération doit permettre d’édifier 21 000 Logements Économiques Normalisés en France, dont 3 800 en région parisienne. Le projet doit son nom au mode de financement, un trois pièces de 50 m2 ne devant pas dépasser la somme forfaitaire d’un million de francs, soit environ deux fois moins qu’un logement social ordinaire. Grâce au faible coût obtenu par le biais d’ouvrages industrialisés et normalisés, le loyer devient plus abordable, au prix d’un confort réduit. Les communes fournissent les terrains, les Offices municipaux acceptent les plans et les entrepreneurs désignés par l’État.

13  AMG, 100-100 et Bulletin municipal, juin 1955, schéma du projet.

14  JO, 28 mars 1954.

15  Voix Populaire (VP dans la suite de l’article), n° 88, 10 novembre 1955. .

16  Les familles algériennes ont ainsi droit au relogement jusqu’en 1962, mais leur nombre reste très faible.

17  AMG, recensement général de la population, 1962.

18  Pour des chiffres plus précis, se reporter à mon article cité.

19  VP, n° 296, 5 mai 1960.

20  VP, n° 330, 16 février 1961.

21  Supplément à La VP, n° 418, 30 janvier 1963.

22  VP, n° 330, 16 février 1961.

23  VP, n° 233, 30 octobre 1958.

24  VP, n° 109, 5 avril 1956.

25  VP, n° 282, 28 janvier 1960.

26  VP, n° 109, 5 avril 1956.

27  VP, n° 32, 8 juillet 1950.

28  VP, n° 339, 20 mars 1961.

29  Plusieurs mentions dans les reportages de la VP.

30  AMG, WL 1-17, bulletin intérieur édité par l’OMHLM de Gennevilliers, début des années 1960.

31  Passage souligné dans le texte.

32  VP, n° 332, 2 mars 1961.

33  VP, n° 32, 8 juillet 1950.

34  Bulletin municipal, octobre 1962, article de Paul Vergnenaigre.

35  Bulletin municipal, décembre 1956.

36  Par exemple, bulletins municipaux, octobre 1962 et novembre 1963. « Les hommes des grandes banques qui nous gouvernent veulent liquider les constructions HLM pour permettre aux capitalistes de trouver un placement rentable dans la construction de logements [du parc privé] », Bulletin municipal, novembre 1963.

37  Par exemple, VP, n° 283, 4 février 1960. L’augmentation des loyers HLM est significative en France : + 7,5 % par an en moyenne d’avril 1961 à octobre 1963, + 12,3 % d’octobre 1963 à avril 1967 dans R. Butler et P. Noisette, Le logement social en France 1815-1981. De la cité ouvrière au grand ensemble, Paris, La Découverte, 1983, p. 71.

38  Bulletin municipal, octobre 1962, VP, n° 426, 28 mars et n° 427, 4 avril 1963.

39  JO, 5 octobre 1968.

40  J. Ralite, « Le travail de masse d’une cellule d’HLM”, Cahiers du Communisme, avril 1957, p. 588-601.

41  Archives de la Préfecture de Police (APP), GA br3, Le parti communiste, implantation dans les communes suburbaines, brochure citée.

42  AMG, WL 1-31, liste du comité de section sortant, 1968.

43  APP, brochure citée et listes électorales, 1960.

44  AMG, WL, 1-17, dossier sur les amicales de locataires, 1958-1962.

45  Ibidem, certains courriers, conservés dans le dossier, entre la mairie, les cellules et les amicales.

46  AMG, WL 1-6, compte rendu de la réunion du comité de Ville de Gennevilliers en présence du maire, 23 mars 1964.

47  EG, n° 40, octobre 1957.

48  AMG, WL 1-13, rapport non daté des comités de l’UFF au sujet de la solidarité avec les femmes algériennes.

49  O. Masclet, La Gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué, Paris, La Dispute, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Dupuy, « « Un logement pour vivre mieux » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 98 | 2006, 27-41.

Référence électronique

Catherine Dupuy, « « Un logement pour vivre mieux » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 98 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/851

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page