Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Dominique Poulot, Une histoire des musées de France, XVIIIe-XXe siècles

Paris, La Découverte, coll. « L’espace de l’Histoire », 2005, 198 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Dominique Poulot, Une histoire des musées de France, XVIIIe-XXe siècles. Paris, La Découverte, coll. « L’espace de l’Histoire », 2005, 198 p.

fr

Texte intégral

1L’ouvrage de Dominique Poulot examine comment le musée s’érige en espace politique, social, culturel et identitaire. Il interroge les modes de représentation et d’exposition du passé dans des lieux façonnés d’abord par le gouvernement puis par le goût du public. L’auteur défend la spécificité d’une « raison muséale » dont il entreprend l’archéologie.

2La première partie du livre est consacrée aux fondations du musée, ou plus exactement à l’émergence de cette forme particulière d’exposition.

3La figure du collectionneur est évidemment prépondérante au XVIIIe siècle, qu’il s’agisse du secrétaire, du diplomate ou du voyageur. La collection apparaît comme une quête de fragments épars indéfiniment réordonnés. Le discours qui se rattache à la collection tend précisément à situer les objets et à les identifier aussi précisément que possible. Dominique Poulot montre l’ambiguïté des rapports qu’entretiennent la collection et le musée. Les collectionneurs prennent l’espace muséal comme référence, mais il subsiste d’irréductibles décalages avec les attentes scientifiques du musée. Ces écarts construisent, à partir du XXe siècle, une image dévaluée du collectionneur.

4Abordant l’émergence des musées au siècle des Lumières, Dominique Poulot évoque un « espace de gouvernement », destiné à mettre en scène les valeurs de la monarchie. L’auteur puise ensuite dans le Dictionnaire de Watelet pour analyser la répartition des rôles entre le roi, l’artiste et l’opinion. L’historien enjoignait aux princes de soutenir l’art et de former lui-même l’opinion. Par ce moyen, le roi réaffirme son autorité en même temps qu’il fixe les normes artistiques et qu’il définit des formes d’expression exemplaires.

5Dominique Poulot examine ensuite les conséquences du moment révolutionnaire dans l’organisation des espaces d’exposition et l’apparition d’une administration nouvelle. Le musée devient, après 1789, un espace commun, une surface idéale de l’expression démocratique. L’invention des musées de province illustre cette volonté de redéfinir le lieu d’exposition. Travaillé par une « obsession pédagogique », le musée est confié à des conservateurs artistes autant qu’à des didacticiens chargés de mettre en ordre les œuvres.

6La deuxième partie de l’ouvrage examine les contestations et les débats qui se font jour à partir du XIXe siècle autour de la question muséale. L’auteur analyse ainsi la polémique sur les confiscations et les saisies d’œuvres qui, pendant la Révolution, ont construit les collections des nouveaux musées. Les opposants à ce projet, comme Quatremer de Quincy, redoutent une nouvelle idolâtrie et célèbrent l’in situ comme idéal muséographique.

7Au début du XIXe siècle, les œuvres et les objets accumulés sont intégrés dans un processus de « naturalisation » qui offre aux visiteurs une exposition libre et une circulation sans entraves. L’auteur interroge les modes de légitimation contestés du musée en étudiant la réconciliation historique que tente d’opérer Louis-Philippe à Versailles. Le monarque impose une vue d’ensemble de l’histoire par ses collections. Il inscrit sa dynastie dans la continuité de l’Ancien Régime en surmontant par la continuité des collections l’épisode révolutionnaire.

8La troisième partie du livre de Dominique Poulot décrit les formes multiples de l’institutionnalisation du musée.

9L’exemple du couvent des Petits Augustins, où Alexandre Lenoir sauvegarde les objets d’art provenant des biens nationaux vendus, met en lumière la recherche effrénée d’une forme primitive sous les multiplicités culturelles et religieuses. L’égyptomanie de Lenoir, suivant en cela le discours néoclassique, témoigne de cette quête d’une généalogie unique et cachée, cette obsession d’une vérité première dans l’ordre des civilisations.

10Le musée est aussi un lieu permettant de restituer l’actualité, de montrer et d’illustrer le présent. Dominique Poulot décrit comment en Angleterre, au début du XIXe siècle, la bataille de Waterloo peinte par Wilkie parvient à rendre familier l’événement militaire en rejoignant la sensibilité populaire.

11La manière dont le musée parvient, en France au XIXe siècle, à s’inscrire dans un espace local illustre également la force du processus d’institutionnalisation à l’œuvre. A partir des années 1850, les édiles municipaux s’efforcent de valoriser leurs espaces muséographiques. Dominique Poulot remarque que, malgré la diversité des thématiques qu’ils abordent, les musées de province demeurent, au début du XXe siècle, peu légitimes dans le champ culturel.

12La quatrième partie du livre est centrée sur les médiations et les modes de réception du message muséal.

13Le lieu d’exposition passe d’une mission patriotique et fédératrice au XIXe siècle à l’assouvissement d’un désir de partage des savoirs et d’interactions au XXe siècle. D’abord considéré comme un espace voué à l’étude, le musée s’est mué plus récemment en temple de l’éphémère et du renouvellement permanent. Il cherche dès lors à comprendre la demande sociale et à saisir les attentes du public.

14Enfin, l’écomusée, qui apparaît dans la deuxième partie du XXe siècle, s’attache moins aux objets qu’aux espaces vécus, qu’ils soient naturels ou culturels. C’est ici la mise en perspective et l’actualisation d’un « monde perdu » qui alimentent les dispositifs muséographiques.

15En conclusion, Dominique Poulot rappelle que le musée ne peut être séparé du mode d’organisation politique français. Construit et modelé par l’idéal républicain, il lui est désormais consubstantiel.

16En parcourant deux siècles d’histoire muséographique, l’ouvrage de Dominique Poulot parvient à dégager les liens complexes entre les lieux d’exposition et les exigences politiques. Travaillé par les forces sociales, sculpté par le désir des gouvernants et l’œil du public, le musée s’instaure comme le miroir d’une mémoire collective sans cesse retouchée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Dominique Poulot, Une histoire des musées de France, XVIIIe-XXe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 98 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/834

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page