Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

E. Bressol, M. Dreyfus, J. Hedde, M. Pigenet (dir.), La CGT dans les années 1950

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, 488 p.
Morgan Poggioli
Référence(s) :

E. Bressol, M. Dreyfus, J. Hedde, M. Pigenet (dir.), La CGT dans les années 1950. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, 488 p.

Texte intégral

  • 1  Tania Regin, Serge Wolikow (dir), Les syndicalismes en Europe, volume 1, À l’épreuve de l’histoire(...)

1L’ouvrage La CGT dans les années 1950 reprend l’ensemble des travaux du colloque organisé par le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle et l’Institut d’Histoire Sociale de la CGT, tenu les 20 et 21 novembre 2003 au siège de la confédération. À l’image de son comité de direction, cette publication mêle contributions d’universitaires et de syndicalistes. Sans être inédite 1, cette coopération donne au projet sa singularité et permet de combiner les approches militantes et scientifiques, les deux n’étant d’ailleurs pas toujours incompatibles.

2L’ouvrage est ambitieux : retracer l’histoire, encore mal connue, de la principale centrale syndicale française durant les années cinquante, période propice aux polémiques et à la caricature. Pas moins de quarante études, menées de l’échelle locale à l’échelle nationale, sont alors proposées au lecteur pour tenter de saisir la réalité de l’organisation au début des Trente Glorieuses. Ces contributions s’articulent autour de quatre parties thématiques, pas toujours homogènes, traitant des relations collectives de travail, de la société et de la culture, des militants et de l’organisation, et enfin de la stratégie.

3La première partie replace la question des relations professionnelles dans le contexte économique de l’après-guerre, de la reconstruction à l’essor économique. Elle s’intéresse particulièrement à la politique contractuelle de la confédération, instaurée par la IVe République, qui, dans un contexte de guerre froide où l’anticégétisme d’État n’est pas que déclamatoire, provoque tensions et crispations. Plusieurs auteurs relèvent également les distorsions qui peuvent exister entre des mots d’ordre confédéraux, marqués le plus souvent par leur opposition aux gouvernements et au patronat, et des pratiques militantes qui « s’ancrent dans le réel ». L’action des élus CGT au sein des Comités d’entreprise en est ici une parfaite illustration.

4La seconde partie consacrée à la société et à la culture, tend à souligner le renouvellement des pratiques cégétistes au tournant des années cinquante. De l’engagement dans la Sécurité sociale à la gestion des œuvres sociales et culturelles (Tourisme et Travail, CCOS), les auteurs mettent en évidence un apprentissage de l’action gestionnaire par les militants CGT, qui a parfois du mal à se conjuguer avec la tradition revendicative de la centrale. De plus, avec l’accession des femmes au droit de vote, on suit le travail du syndicat en direction des salariées et la lente valorisation du rôle des femmes dans l’appareil cégétiste, affirmation du genre qui ne va pas sans susciter quelques heurts. La place réservée aux prêtres ouvriers est, elle aussi, très instructive sur l’état d’esprit qui règne à la CGT, face à ces bouleversements.

5Dans la troisième partie, c’est sur le fonctionnement de la confédération que les études sont menées : sur sa direction, ses cadres, ses militants ou encore son audience. Dans un contexte de pluralisme syndical et de scission avec FO, les jeux d’échelle (local, fédéral ou confédéral) confirment la prédominance de la Confédération sur les autres centrales, malgré de sévères défections, et permettent de nuancer la traditionnelle question de « la courroie de transmission » syndicale au profit du PCF. Elles montrent également les effets des mutations socio-économiques du pays sur la représentation syndicale.

6Enfin, l’ouvrage se termine avec l’examen de la stratégie confédérale. Il ressort des contributions que cette stratégie syndicale se durcit indiscutablement à partir de l’entrée en guerre froide et conduit la CGT à revenir à une conception très anticapitaliste du syndicalisme. La théorie de la paupérisation absolue, dans une période d’essor économique, illustre ce radicalisme. Ses relations avec les autres organisations syndicales sont dès lors marquées par le refus de toute alliance au sommet avec les « scissionnistes » pour privilégier l’action commune à la base, dans les luttes revendicatives comme la grève d’août 1953. Ce sont évidemment les questions internationales (choix du camp soviétique, lutte pour la paix et contre les guerres coloniales) qui dominent les débats et conduisent la CGT à l’isolement et à la répression. De même, elle montre une hostilité certaine à la construction européenne « d’inspiration américaine ». Une nouvelle fois, on se rend compte du rôle déterminant de Benoît Frachon dans cette stratégie des années d’après scission.

7Ainsi, au-delà de la disparité des contributions, inévitablement liées à la diversité des auteurs et des sujets abordés, il importe de retenir de cet ouvrage l’ampleur des connaissances et des pistes nouvelles offertes aux lecteurs et aux chercheurs. Malgré des découpages qui peuvent être discutés, ce livre souligne la diversité des comportements cégétistes et réévalue le rôle de la CGT sur la scène sociale française des années 1950. Il fait un état des lieux des connaissances et réactualise une mémoire ouvrière contrariée, en montrant les engagements du syndicat et ses contradictions, durant cette période d’affrontement politique.

Haut de page

Notes

1  Tania Regin, Serge Wolikow (dir), Les syndicalismes en Europe, volume 1, À l’épreuve de l’histoire ; volume 2, À l’épreuve de l’État ; volume 3, À l’épreuve de l’international, Paris, Syllepse, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgan Poggioli, « E. Bressol, M. Dreyfus, J. Hedde, M. Pigenet (dir.), La CGT dans les années 1950 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 98 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/829

Haut de page

Auteur

Morgan Poggioli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page