Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Isabelle Sommier et Jean Brugié, Officier et communiste dans les guerres coloniales

Paris, Flammarion, 2005, 368 p.
Alain Ruscio
Référence(s) :

Isabelle Sommier et Jean Brugié, Officier et communiste dans les guerres coloniales. Paris, Flammarion, 2005, 368 p.

Texte intégral

  • 1  Paris, Flammarion, 2005.

1Isabelle Sommier, historienne, politologue, a croisé il y a quelques années le chemin de Jean Brugié. Il en résulte un livre empli de chaleur humaine, d’intérêt historique et… d’interrogations politiques. Officier et communiste dans les guerres coloniales1 : c’est le titre, très descriptif, de l’ouvrage que les deux auteurs, l’historienne et l’ancien officier, signent.

2En 1944-1945, la France, libérée de l’occupation nazie, pense à son avenir. Selon les options politiques de base, chaque école de pensée de la Résistance opère des choix. Quid de la Résistance communiste ? Une fois écartées les sornettes de ceux qui croient discerner dans ces milieux une tentation – en tout cas majoritaire – de prise du pouvoir, la stratégie est : l’avenir du pays peut et doit être socialiste, avec une étape démocratique. C’est l’époque où le PCF donne à son hebdomadaire le nom caractéristique de France Nouvelle. C’est l’époque où Maurice Thorez synthétise la réflexion de ses camarades et propose une voie pacifique vers le socialisme par d’autres chemins que celui suivi par les communistes russes. On peut, aujourd’hui, cinquante ans plus tard, analyser cette stratégie de façon critique. Ce qui importe pour notre propos est que les communistes, alors, y croient dur comme fer.

3Démocratiser la société française, c’est également, moyen et conséquence, démocratiser l’armée. Un (des) moyen(s) de parvenir à ce but est de maintenir, au sein de l’institution militaire, des milliers des siens, qui venaient de s’illustrer dans les rangs des FTP. C’est à ce moment que naît, dans son acception bien particulière, l’expression sous-officier ou officier républicain, euphémisme employé pour désigner ces hommes restés fidèles au PCF, mais qui le plus souvent ne gardaient pas leur carte (ou la cachaient méticuleusement), par prudence.

4Dès 1946-1947, cependant, cette stratégie s’avère inconciliable, radicalement, avec l’évolution du monde et, partant, avec l’évolution de la France. Mais les dirigeants communistes, s’ils ont probablement intégré ces données nouvelles (à quel rythme ? c’est un autre problème), maintiennent le principe de base : un communiste fait son devoir de militant, fait du travail de masse là où les circonstances de la vie l’ont placé.

  • 2  Maurice Agulhon, Fernand Barrat, CRS à Marseille, La police au service du peuple, 1944-1947, Paris (...)

5Noyautage ? Ni plus, ni moins que toute force politique qui souhaite avoir une influence sur la société. À ce propos, les auteurs citent un texte déjà ancien de Maurice Agulhon et Fernand Barrat : « La direction du parti tenait […] à conserver des communistes aux postes qu’ils se trouvaient avoir (armée, CRS, police même), moins dans un but de “noyautage” offensif que dans un but défensif (non pour manigancer des complots contre le pouvoir mais pour savoir ce qu’il tramait, ou pour en limiter les effets) » 2.

6Oui, mais être militaire de carrière, dans la France des quinze années qui ont suivi la Libération, ce ne fut pas seulement être membre d’une institution au service d’une politique réactionnaire et atlantiste. Ce fut participer à deux guerres coloniales, l’Indochine (1945-1954), puis, après une courte pause, l’Algérie (1954-1952). Rien que cela.

7A travers la biographie de Jean Brugié, c’est le destin particulier de cette génération d’officiers qui est décrit.

8Lorsqu’un officier, maintenu dans l’armée en 1944-1945, était appelé en Indochine ou en Algérie, c’est-à-dire, concrètement, partait lutter contre des patriotes (et, en Indochine, des camarades, dirigés… par un fondateur du PCF), que devait-il faire ?

  • 3  Alain Ruscio, Les communistes français et la guerre d’Indochine, 1944-1954, Paris, Université Pari (...)
  • 4  À l’époque, aucun ancien officier, aucun témoin encore membre du PCF ne m’avait mis sur le chemin (...)
  • 5  Les auteurs ajoutent que la direction du Viet Minh partageait cette analyse. J’en ai eu plusieurs (...)
  • 6  Les auteurs orthographient « Houzet », mais je ne prétends pas que mon écriture est forcément just (...)

9L’auteur de cette critique se souvient, il y a un quart de siècle, avoir préparé, puis soutenu une thèse d’État sur l’action des communistes français lors de la guerre d’Indochine3 et avoir interrogé quelques officiers au parcours comparable 4. Il peut confirmer que l’argumentation de la direction du Parti, exposée par Sommier et Brugié, était vague : « Conduis-toi en communiste […], fais du travail de masse […], évite la casse » 5. Argumentation tenue alors surtout par André Marty, relayée par un militant de l’ombre, René Houzé 6, mais partagée alors par tous. On ajoutait, pour illustrer ces consignes, que les marins de la mer Noire, sous la direction de Marty, avaient fait échouer le complot contre l’Union soviétique. Exemple alors incontournable.

10Les auteurs rappellent que, dans ce PCF fort hiérarchisé (on allait écrire : fort militarisé), la liberté d’action des militants était ténue. On ne disait pas Non, alors, aux dirigeants, encore moins à Marty. Quelques (rares) officiers ont à ce moment-là enfreint les consignes du Parti et ont claqué la porte de l’armée. Mais à leurs risques et périls (politiques…). L’un d’entre eux, témoignant en 1982, me demanda instamment de ne pas citer son nom, car il ne voulait pas que cette indiscipline ressurgisse.

11Avec le temps, il est possible, non de porter un jugement (les auteurs s’en gardent bien) mais de proposer une analyse historique sur ce phénomène bien particulier.

  • 7  Encore évoque-t-on rarement, par pudeur, les anciens résistants qui ont été retournés par le clima (...)
  • 8  Sans oublier le fait que beaucoup de documents portant sur la période concernée ont été saisis lor (...)

12Humainement, tout d’abord. Si la plupart des acteurs de ce drame, aujourd’hui encore, estiment avoir fait le bon choix, ils ont été durablement (définitivement ?) déchirés 7. Déchirement résumé d’une formule heureuse : « difficile d’être communiste dans l’armée […]. Tout aussi difficile d’être militaire au Parti ». Si les officiers républicains ont en effet été l’objet de la suspicion quasi générale au sein de l’armée, ce qui peut se comprendre quand on connaît les engagements réactionnaires, parfois factieux, de beaucoup d’officiers qui ont passé leur jeunesse à traquer les Viets, puis les Fells, ils n’ont pas été reconnus par leurs camarades. Comment cette génération de communistes qui a dénoncé les deux sales guerres pouvait-elle comprendre que certains d’entre eux aient, là-bas, gardé les mains propres ? Pis : le silence prolongé du PCF pèse encore aujourd’hui. Jamais, malgré la volonté de transparence affichée depuis quelques années, la direction du Parti n’a en effet produit d’analyse sur cet aspect de son histoire. L’ouverture récente des archives permettra-t-elle de compléter l’étude d’Isabelle Sommier et de Jean Brugié ? 8

13Politiquement, historiquement, que retenir ? Les auteurs, on l’a dit, répondent avec nuance, refusant les jugements abrupts, si faciles a posteriori. Isabelle Sommier, dans son introduction, évoque la situation « inconfortable », voire « impossible », dans laquelle se sont retrouvés ces quelques dizaines d’hommes, partis dans une guerre désapprouvée, condamnée, avec comme seule consigne : conduis-toi en communiste. Les pages que Sommier et Brugié écrivent plus loin sur l’Indochine peuvent être étendues, à notre avis, à l’Algérie, même si la présence du contingent avait introduit un élément qualitativement différent : « Était-il juste ou non de partir pour cette guerre injuste ? Une réponse tranchée est-elle possible ? Sans doute pas. Rien, au cours de ces deux longues années [passées par Brugié en Indochine] n’a été facile. Rien n’a été clair. » Cependant, il faut trancher. En Indochine, les dirigeants du PCF ont « commis une invraisemblable erreur d’analyse : ils ont tout simplement oublié que le corps expéditionnaire n’était composé que d’engagés volontaires ». J’ajoute que le travail de masse, difficile auprès des membres du Corps expéditionnaire, était parfois mission impossible lorsque tel officier était dans un poste où la majorité de ses subordonnés étaient des supplétifs indochinois, plus tard des harkis.

14Cette critique du choix des dirigeants du Parti est plus que fondée… si l’on prend au pied de la lettre le discours de l’époque. Mais, interrogeant des témoins, parmi les dirigeants de l’époque, j’ai eu, en ce qui me concerne, l’impression qu’ils répétaient sans trop de conviction ces arguments. Je suis plutôt enclin à croire que le PCF était bien content d’avoir des informations fiables, venant du front, pour alimenter sa propagande. Les auteurs rappellent que Brugié (et sans doute bien d’autres) a (ont) correspondu continûment, durant cette période, avec Rol-Tanguy. Parfois, ces officiers purent être des relais efficaces pour la propagande publique, tel Pierre-Alban Thomas, rencontrant en plein Hanoi, début 1947, l’envoyé spécial de l’Humanité, René L’Hermitte. Je reprendrais volontiers à mon compte, concernant cette expérience, l’expression d’Agulhon et Barrat, citée supra : il s’agissait plus d’un noyautage défensif que d’une volonté sérieuse d’influer sur les politiques des gouvernants.

15La dernière – grosse – partie de l’ouvrage évoque le parcours post-militaire de Jean Brugié. Post-militaire, mais pas post-militant. Jean se met au service du Parti et devient un expert, non connu du grand public, mais apprécié de ses camarades. Il participe en particulier à la Commission Défense Nationale auprès du Comité Central du PCF. Il s’y fait remarquer par ses compétences, mais aussi par une certaine liberté d’esprit. Ce qui lui vaudra des inimitiés et des crocs-en-jambe pas très glorieux.

16Car Jean Brugié, certes militant discipliné, jusqu’à un certain point, ne veut pas, ne veut plus être un soldat. C’est à propos du ralliement du PCF à la force de frappe, dont Jean reste un adversaire déclaré, que se produit la rupture. Jean Brugié, proche des cercles de décision pourtant, n’a absolument pas été interrogé sur cette modification majeure de l’analyse communiste. La décision, rendue publique le 11 mai 1977, est pour lui – pour d’autres – « un coup de massue ».

17Commence alors une longue dissidence. Mais, contrairement à d’autres, ce n’est pas la notion d’engagement qu’il répudie. Jean Brugié a 80 ans en cette année 2006. On le voit encore, inlassable, dans des meetings, dans des réunions de la « gauche de la gauche », comme s’intitule le dernier chapitre de cette passionnante (auto) biographie. C’est là que ceux qui sont restés ses amis aiment lui serrer la main.

Haut de page

Notes

1  Paris, Flammarion, 2005.

2  Maurice Agulhon, Fernand Barrat, CRS à Marseille, La police au service du peuple, 1944-1947, Paris, Armand Colin – Fondation nationale des sciences politiques, 1971. Fernand Barrat fut lui-même commandant de la police nationale.

3  Alain Ruscio, Les communistes français et la guerre d’Indochine, 1944-1954, Paris, Université Paris I Sorbonne, 1984. La thèse a été publiée l’année suivante chez l’Harmattan. Curieusement, ce travail, certes cité dans l’ouvrage d’Isabelle Sommier et de Jean Brugié, n’est absolument pas utilisé.

4  À l’époque, aucun ancien officier, aucun témoin encore membre du PCF ne m’avait mis sur le chemin de Jean Brugié, ce que j’ai mieux compris par la suite, vu son parcours hétérodoxe ultérieur.

5  Les auteurs ajoutent que la direction du Viet Minh partageait cette analyse. J’en ai eu plusieurs témoignages lors de divers séjours au Vietnam.

6  Les auteurs orthographient « Houzet », mais je ne prétends pas que mon écriture est forcément juste. À vérifier, en tout cas.

7  Encore évoque-t-on rarement, par pudeur, les anciens résistants qui ont été retournés par le climat raciste des guerres coloniales, et qui sont devenus des soldats efficaces, voire des tortionnaires.

8  Sans oublier le fait que beaucoup de documents portant sur la période concernée ont été saisis lors de la guerre froide. Une démarche est actuellement en cours pour demander aux plus hautes instances de l’État la restitution de ces documents. Souhaitons qu’elle aboutisse rapidement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ruscio, « Isabelle Sommier et Jean Brugié, Officier et communiste dans les guerres coloniales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 98 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/827

Haut de page

Auteur

Alain Ruscio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page