Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Bernhard Strebel, Ravensbrück. Un complexe concentrationnaire

Traduction française d’Odile Demange, préface de Germaine Tillon, Paris, Fayard, 2005, 770 p.
Thomas Fontaine
Référence(s) :

Bernhard Strebel, Ravensbrück. Un complexe concentrationnaire. Traduction française d’Odile Demange, préface de Germaine Tillon, Paris, Fayard, 2005, 770 p.

Texte intégral

1Depuis une dizaine d’années sont publiées en français des monographies sur les camps de concentration nazis. On pense aux thèses de Michel Fabreguet sur le KL Mauthausen (1999) et de Robert Steigmann sur celui de Natzweiler (2005), au livre rigoureux et précieux d’André Sellier sur le camp de Dora (1998) ; et aujourd’hui à la publication du livre de Bernhard Strebel sur Ravensbrück, préalablement édité en 2003 en Allemagne.

2Ces ouvrages viennent combler des lacunes essentielles dans notre compréhension de la « terreur » nazie, des lieux où elle prospéra et des mécanismes qui l’expliquent. Nos connaissances à propos des camps nazis « ne sont de toute évidence pas à la mesure de l’importance qu’on leur accorde » écrit très justement Bernhard Strebel dans l’introduction de son livre (p. 16). Tous ces nouveaux travaux ont le mérite de replacer les camps dans le contexte de l’État nazi, mais également dans celui de la guerre qui les fait considérablement évoluer. Dès lors, tous cernent non plus un camp mais un véritable complexe concentrationnaire aux ramifications nombreuses et aux implications souvent cruciales dans différents enjeux de cette période. Bernhard Strebel y ajoute d’emblée une autre dimension, propre à Ravensbrück, en cherchant notamment à cerner comment l’histoire de ce camp de femmes s’inscrit dans l’évolution générale du système des camps de concentration, d’abord masculins.

3« Un travail monumental » précise dans sa préface Germaine Tillon, une des premières historiennes de ce camp. Les informations apportées par Bernhard Strebel sont en effet nombreuses et précieuses pour qui cherche un exemple de ce qu’a pu être un camp de concentration nazi. S’appuyant sur une présentation claire des sources retrouvées, souvent inédites, l’auteur réussit à évoquer l’ensemble des aspects de l’histoire du camp, à commencer par ses origines – dès 1933 pour les premiers camps de femmes – et sa construction. Les premiers chapitres présentent tour à tour les victimes – selon les différentes catégories et les nationalités des 123 000 détenues arrivées au camp de 1939 à 1945 – et leurs bourreaux – un sujet considérablement revisité par l’historiographie allemande aujourd’hui, auquel Bernhard Strebel ajoute notamment ses réflexions sur les parcours antérieurs des gardiennes du camp, sur les officiers SS et sur le personnel médical, auteur d’expérimentations meurtrières. Ce faisant, il détaille avec précision les procédures juridiques et politiques qui règlent l’arrivée des différentes « populations » de Ravensbrück, de moins en moins allemandes et de plus en plus étrangères, soulignant ainsi le rôle majeur d’une prise en compte fine de la chronologie. Les procédures sont souvent arbitraires comme celle de la Schutzhaft (la « détention de protection »), permettant un internement administratif dans un camp de concentration, sans jugement, et qui caractérise la déportation de la majorité des femmes de France. Variées, ces procédures touchent des catégories de victimes très différentes, mêlant Témoins de Jéhovah, Juives, Tsiganes, « politiques » et résistantes, « captives » de guerre (surtout des Soviétiques), mais aussi « asociales » et « droit commun » dont l’envoi en camp de concentration visait d’abord « l’instauration d’une société “sans étrangers à la communauté” chère aux tenants du racisme social », comme le rappelle Bernhard Strebel (p. 118). Après une présentation attendue des conditions de vie et de travail, s’appuyant notamment sur les témoignages des survivantes, l’auteur décrit « le système des détenues chargées de fonctions », « ce système nerveux central » des camps nazis (p. 214) souvent appelé après Primo Levi « la zone grise ». En complément de ce thème, on n’oubliera pas de lire une annexe du livre qui aborde beaucoup plus longuement que le corps du texte ne le fait les différentes formes et actions de résistance des détenues. Sur tous ces sujets, l’auteur pointe les caractéristiques liées au sexe, faisant par exemple le point sur les grossesses et les naissances au camp.

4Mais, et c’est probablement un des ressorts les plus intéressants de l’ouvrage, Bernhard Strebel ajoute à cette description forte, parfaitement documentée et analysée mais « classique » d’un camp, celle d’un complexe concentrationnaire, objet d’évolutions et de mutations constantes. Ainsi, il dresse le tableau non plus d’un camp, celui des femmes, mais d’un ensemble de camps limitrophes, aux détenus différents, mais dont les liens sont nombreux. Il commence avec la description du rôle méconnu du camp d’hommes – près de 20 000 détenus au total –, pourvoyeur dès avril 1941 de main-d’œuvre pour les nombreuses constructions engagées, mais aussi lieu d’arrivée d’importants convois d’évacuation d’autres camps en avril 1945. Il ajoute une histoire enfin resituée de « la section de femmes du camp central d’Auschwitz », d’abord dépendante de Ravensbrück et surtout liée au début du génocide des Juifs d’Europe ; et une autre encore plus méconnue sur le « camp de jeunes d’Uckermark », camp de « rééducation » transformé finalement en lieu d’extermination des détenues de Ravensbrück les plus malades et affaiblies dans les dernières semaines de la guerre. Sur ces assassinats systématiques, l’auteur livre également un chapitre de synthèse sur le déroulement à Ravensbrück de l’opération « 14 f 13 » – un programme d’abord initié pour « l’euthanasie » des handicapés mentaux et physiques, où des sélections visent dès 1941 les détenus incapables de travailler.

5Dans cette optique d’un véritable complexe concentrationnaire, la question centrale est celle du travail forcé des détenus des camps de concentration pour l’effort de guerre allemand. Les camps n’ont alors plus seulement des fonctions punitives, de « rééducation », mais deviennent également des pourvoyeurs de main-d’œuvre. En deux chapitres riches en exemples, l’auteur apporte à ce sujet l’exemple crucial de Ravensbrück et de la firme Siemens, sorte de laboratoire de ce qui est systématisé dès 1942, à savoir la mise à disposition de détenus des camps aux entreprises stratégiques allemandes, qui apparaissent dès lors largement complices. Il détaille ainsi le réseau des camps satellites mis en place dans cette optique, parfois très loin de Ravensbrück, et de plus en plus en liaison avec les autres camps d’hommes, dont celui de Buchenwald.

6Évidemment, le manque de sources force parfois l’auteur à en rester au niveau d’estimations, comme pour les chiffres des décès selon la nationalité des détenues. De même, la question des déportations vers Ravensbrück, clairement cernée, aurait davantage pu développer des exemples ouest-européens, dont celui de la France. Mais, notes comprises, le livre fait déjà plus de 760 pages et les annexes et les références bibliographiques ne manquent pas. Par contre, la conclusion aurait probablement gagné à moins suivre le plan de l’ouvrage.

7Au total, par ses problématiques et la somme d’informations fournies, grâce à des sources minutieusement mises à jour et parfaitement maîtrisées, Bernhard Strebel nous offre une synthèse stimulante et indispensable, justement récompensée en France, en 2003, par le prix Guillaume Fichet-Octave Simon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Fontaine, « Bernhard Strebel, Ravensbrück. Un complexe concentrationnaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 98 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/825

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page