Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

David Wolff et Gaël Moullec, Le KGB et les Pays baltes, 1939-1991

Paris, Belin, 2005, 238 p.
Maurice Carrez
Référence(s) :

David Wolff et Gaël Moullec, Le KGB et les Pays baltes, 1939-1991. Paris, Belin, 2005, 238 p.

Texte intégral

1Ce livre a été écrit par deux historiens, l’un spécialisé dans l’étude de la Guerre froide, l’autre dans celle des services de renseignements de l’ex-URSS. Ils se fixent pour objectif, comme l’indique la présentation de la couverture, de mieux comprendre « les débats actuels entre la Russie et les Pays baltes ». Comme si cela allait de soi, les auteurs prennent pour base de leur démonstration la période où ces pays ont été rattachés à l’URSS, entre la première et la deuxième indépendance. Or, le pari est déjà audacieux, car on ne saurait réduire l’origine des tensions entre la Russie et les Pays baltes à ces 52 années, les contentieux, ou plus simplement les contacts entre les peuples courant sur de nombreux siècles… Par ailleurs, le libellé du titre impose d’emblée une clé d’explication puisqu’on y met en vedette le KGB qui est à la soviétologie ce que le caviar est au menu des grands restaurants. Le fil rouge est dès lors indiqué : les Pays baltes n’ont pu être maintenus dans le giron soviétique qu’au prix d’une répression de tous les instants, souvent impitoyable, que seuls des nationalismes farouches et jamais abattus ont réussi, pour finir, à faire échouer.

2Bien sûr, cet aspect des choses ne peut pas être passé sous silence ou balayé d’un revers de main. Mais la méthode avec laquelle il est présenté comme seule hypothèse recevable pose problème. Tout d’abord, les sources primaires utilisées reposent pour l’essentiel sur des traductions de rapports du KGB (ou de ses prédécesseurs), sans que soit signalée clairement la propension naturelle de tout appareil de répression à justifier son existence par une présentation très subjective des dangers qu’il rencontre… En outre, les documents en question traitent de façon presque exclusive deux sous-périodes marquant une exaspération de la résistance nationale, les années 1940-1950 et la fin des années 1980. Entre les deux, un long intervalle de 20 ou 25 ans sur lequel le livre ne dit pas grand-chose, sinon que le nationalisme s’y est maintenu vivace, sans plus de précision… Cet escamotage n’est sans doute pas prémédité, mais il fait mauvaise impression dans un ouvrage traitant de questions aussi sérieuses. De fait, tout ce qui pourrait suggérer un tant soit peu que la situation était parfois plus complexe que ne le laisse entendre le schéma explicatif de base est subrepticement écarté au profit d’une analyse précalibrée. Dès lors la crédibilité de l’ensemble en pâtit quelque peu puisque nous sommes censés croire les auteurs sur parole… du KGB !

3Pourtant, le livre lui-même apporte des éléments très intéressants qui pourraient ouvrir des pistes plus subtiles que la sempiternelle rengaine sur l’omnipotence du « centre » (l’un des canons intangibles de la soviétologie). Le lecteur apprend, par exemple, ce qui n’est déjà pas si mal, qu’il existait sur place des partisans du régime communiste et qu’ils avaient souvent un rôle actif non seulement dans les prises de décision politiques, mais aussi dans l’organisation de la répression à l’échelle des républiques. Peut-être qu’à ce sujet, il aurait été utile de plonger, le temps de quelques pages, dans l’histoire dramatique des années 1917-1920 en rappelant qu’à l’orée des guerres dites « de libération », 70 % des électeurs lettons et près de 40 % des électeurs estoniens avaient soutenu les partisans des bolcheviks. Certes, il avait depuis coulé de l’eau (et du sang) sous les ponts, mais tout de même…

4Les auteurs nous indiquent également que les « partisans » nationalistes des années 1944-1955 durent avoir eux-mêmes recours à des méthodes de terreur en abattant, dans des villages reculés, des dirigeants locaux de coopératives ou des personnes connues pour leur engagement communiste. Pourquoi les auraient-ils craints s’ils n’avaient eu aucune influence sur les populations ? Il semble donc que les combattants nationalistes n’aient pas été la seule émanation possible de la majorité silencieuse, car une fraction non négligeable de la population n’avait à l’évidence aucune opposition de principe à la collectivisation et se méfiait de la résistance armée, source de tracas et de répression aggravée pour les communautés. Les auteurs ne cherchent pas à le cacher, mais cela va mieux en le disant. Ne serait-ce pas d’ailleurs l’une des sources de l’apaisement relatif constaté entre 1960 et 1980 ? Voilà au moins une hypothèse à approfondir qui expliquerait aussi que tous les Baltes d’aujourd’hui ne sont pas prêts à en découdre avec les Russes et les « rouges » (la gauche lituanienne a gagné par exemple des élections depuis 1991).

5Un autre mérite de l’ouvrage, mais qui n’est pas non plus exploité à sa juste mesure, est de mettre en évidence des phases où le pouvoir central attribua davantage de prérogatives aux dirigeants communistes autochtones. David Wolf et Gaël Moullec en profitent pour suggérer qu’assez vite, cela dégénéra en national-communisme larvé ou patent, ce qui constituait une preuve indirecte que le greffon ne prenait décidément pas auprès des populations. L’analyse est assez plausible. Cependant, ne faudrait-il pas distinguer de manière plus nuancée les positions des uns et des autres ? Il nous étonnerait qu’il n’y ait dans les directions autochtones que des « crypto-nationalistes » d’un côté ou des « fayots à la sauce moscovite » de l’autre. Un moyen terme pouvait exister, même s’il convient d’en cerner les limites. En particulier, le dialogue amorcé avec les diasporas n’est pas réductible à une simple opération de promotion. Il constituait une tentative d’améliorer la paix civile et un moyen de donner un contenu plus alléchant à la notion de « république socialiste soviétique ». Il est possible de considérer ces efforts comme un faux-semblant, mais il n’est pas interdit d’y voir un signe de plus grande maturité et de plus grande confiance.

6Au total donc, cet ouvrage a le grand avantage de s’appuyer sur des sources inédites et d’ouvrir des pistes à la réflexion. Il a de ce point de vue une utilité incontestable. Cependant, prisonnier de schémas assez stéréotypés, il ne tire pas toutes les conséquences de ce qu’il fait découvrir et s’en tient prudemment à des considérations recevables par une opinion occidentale gavée de poncifs. Dommage, car l’histoire des Pays baltes au XXe siècle, l’une des plus passionnantes et des plus complexes en Europe, appelle à un travail de refondation sur des bases moins convenues que celles fixées par les diverses idéologies nationalistes ou le « prêt-à-penser » libéral.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Carrez, « David Wolff et Gaël Moullec, Le KGB et les Pays baltes, 1939-1991 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 98 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/823

Haut de page

Auteur

Maurice Carrez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page