Navigation – Plan du site
FILMS

Les Groupes Medvedkine, Besançon et Sochaux

2 DVD accompagnés d’un livret de 59 p., Éditions Montparnasse, 2006.
Xavier Vigna

Texte intégral

  • 1  Cinéma aujourd’hui : « Cinéma militant : histoire, structures, méthodes, idéologie et esthétique » (...)
  • 2  La CGT en mai 1968 de Paul Seban, 1969, 92 min ou du même, Pourquoi la grève ? 1970, 44 min.

1Les années 68, on le sait assez, tentèrent d’opérer une reconfiguration des rapports entre ouvriers et paysans d’une part, intellectuels et artistes d’autre part, marquée d’une manière générale par une « prise de parole » (Michel de Certeau) généralisée. C’est cette tentative protéiforme dont témoigne la formation des groupes Medvedkine à Besançon puis Sochaux à partir de 1967, qui s’inscrit dans une conjoncture plus ample d’éclosion puis de développement d’un cinéma militant, lequel, avec de maigres moyens, « se met d’emblée, et par définition, au service de la classe ouvrière et des autres classes ou catégories professionnelles en s’assignant une fonction de contre-information, d’intervention ou de mobilisation » 1. De fait, vingt-trois collectifs de cinéma militant se constituent pendant les années 68, dont les plus connus sont, outre les groupes Medvedkine, Cinéluttes, Arc (Atelier de recherches cinématographiques), Les Cent Fleurs, Mon œil, … Si ces collectifs entretiennent un rapport privilégié avec les organisations d’extrême-gauche – le groupe Dziga Vertov en constituant le symbole –, les organisations syndicales, et notamment la CGT, n’hésitent pas à faire réaliser des films qui illustrent leurs thèses 2. Les films du groupe Medvedkine pourtant à l’intérieur de cet ensemble occupent une place singulière, qui mérite une analyse.

  • 3  En fait, une partie du film est tournée quand se déroule une seconde grève à l’usine Rhodiaceta de (...)
  • 4  Bruno Muel, « Les riches heures du groupe Medvedkine (Besançon – Sochaux 1967-1974), Images docume (...)

2La première singularité tient à l’éclosion des groupes Medvedkine, dans laquelle Pol Cèbe, ouvrier à l’usine Rhodiaceta de Besançon, joue un rôle déterminant. En février-mars 1967, alors que l’établissement est secoué par une grande grève avec occupation, Pol Cèbe contacte Chris Marker pour venir à Besançon soutenir les ouvriers. Contrairement à la légende, le film qui en est tiré, À bientôt j’espère de Chris Marker et Mario Marret est postérieur à la grève et en présente plutôt le bilan 3. Il cristallise cependant une rencontre entre techniciens – parmi lesquels Bruno Muel – et militants ouvriers bisontins, qui se saisissent ensuite de la caméra et réalisent plusieurs courts-métrages. Puis, avec le passage de Pol Cèbe à Clermoulin, centre de loisirs et de culture du comité d’entreprise des usines Peugeot, un second groupe sochalien naît après la grande grève de mai-juin 4.

  • 5  N. Hatzfeld, G. Rot, A. Michel, « Le travail en représentation dans les films militants. », Histoi (...)
  • 6  À bientôt j’espère et Avec le sang des autres. Une large partie du monologue de Christian Corouge (...)

3Cette histoire de la formation rend compte d’une interrogation structurante sur l’identité des auteurs. Les films, à la différence des récits autobiographiques qui jaillissent alors également, se veulent des œuvres collectives. Dès lors, on peut y retrouver une tension entre des exercices de porte-parole, parfois empreints de didactisme, et des déclarations singulières. Dans le même temps, la trajectoire des groupes permet de repérer l’éclipse de l’auteur quand l’heure est à l’espoir révolutionnaire, puis son retour dans Avec le sang des autres de Bruno Muel, quand l’heure est à la désillusion 5. Ce contraste politique jaillit encore davantage de la comparaison entre deux monologues bouleversants, le premier de Georges Maurivard défiant tranquillement les patrons en 1967, le second de Christian Corouge pleurant ses mains ruinées par Peugeot en 1974 6.

  • 7  Jacques Rancière, « Le compromis culturel historique » (1978) in Les scènes du peuple, Lyon, Horli (...)

4Ces auteurs multiples, à la fois récurrents et divers, sont pourtant à la recherche d’une forme artistique au service de la politique. À cet égard, ces films nous réservent une surprise : quand les cinéastes professionnels privilégient le documentaire, et relaient un discours démonstratif, les ouvriers recourent au pamphlet, à l’humour, à la fiction satirique. Les courts-métrages sur la Nouvelle société comme Les trois-quarts de la vie et Week-end à Sochaux en effet témoignent d’une inventivité formelle joyeuse et transgressive au service de l’opposition frontale au patronat. Dès lors, à la différence des quelques peintres enrôlés en vain par la Gauche prolétarienne en 1972-1973, force est de constater que les ouvriers ont réussi à « inscrire la lutte des travailleurs dans l’image » et par là ont su trouver une « politique positive de l’image » dans la fiction 7.

5Ainsi, ne faut-il pas attendre de ces films de nombreuses informations sur ces usines, les ouvriers et leurs luttes. On sera surpris cependant de constater quel aspect méconnu de la CGT ces militants dévoilent. Mais il s’agit d’abord de regarder ces figures ouvrières et syndicales, ces hommes et ces femmes, presque des icônes, le visage de Suzanne Zedet, le corps de René Ledigherer, les regarder mimer les gestes du travail, entendre leur révolte et leurs rêves.

Haut de page

Notes

1  Cinéma aujourd’hui : « Cinéma militant : histoire, structures, méthodes, idéologie et esthétique », mars-avril 1976, n° 5-6, p. 12.

2  La CGT en mai 1968 de Paul Seban, 1969, 92 min ou du même, Pourquoi la grève ? 1970, 44 min.

3  En fait, une partie du film est tournée quand se déroule une seconde grève à l’usine Rhodiaceta de Vaise à Lyon, en décembre 1967, marquée par de vifs affrontements dans l’usine et conclue par le licenciement de 92 militants syndicaux.

4  Bruno Muel, « Les riches heures du groupe Medvedkine (Besançon – Sochaux 1967-1974), Images documentaires 37/38, « Parole ouvrière », 2000, p. 15-35.

5  N. Hatzfeld, G. Rot, A. Michel, « Le travail en représentation dans les films militants. », Histoire & Sociétés n° 9, 2004, p. 130-131.

6  À bientôt j’espère et Avec le sang des autres. Une large partie du monologue de Christian Corouge est reproduite dans Jean-Paul Goux, Mémoires de l’enclave, Actes Sud, 2003 (Mazarine, 1986), p. 482-483. Dans les années ultérieures, Christian Corouge entame une collaboration avec Michel Pialoux qui donnera lieu en particulier à une série d’articles dans les Actes de la recherche en sciences sociales en 1983-1984.

7  Jacques Rancière, « Le compromis culturel historique » (1978) in Les scènes du peuple, Lyon, Horlieu éditions, 2003, p. 262.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Vigna, « Les Groupes Medvedkine, Besançon et Sochaux », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 99 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 01 juin 2016. URL : http://chrhc.revues.org/743

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page