Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Nathalie Alsas, La liberté ou la mort. L’effort de guerre dans l’Hérault pendant la Révolution française

Publ. de l’Université de Provence, 2006, 294 pages, préface  de Christine Peyrard.
Claude Mazauric
Référence(s) :

Nathalie Alsas, La liberté ou la mort. L’effort de guerre dans l’Hérault pendant la Révolution française. Publ. de l’Université de Provence, 2006, 294 pages, préface  de Christine Peyrard.

Texte intégral

1Le bon livre de Nathalie Auzas est dédié à la mémoire de Michel Péronnet (1931-1998) qui en avait suggéré le thème et inspiré l’orientation avant que Christine Peyrard, de l’Université de Provence, ne prenne le relais d’une direction de recherche visiblement conduite tambour battant. On pourra trouver réduit le champ couvert par l’enquête : le département de l’Hérault face aux nécessités de la guerre et de la défense des acquis de la Révolution commencée en 1789 et exposée, comme on sait, à l’hostilité des monarques européens. Les « monographies départementales » ne rencontrent plus aujourd’hui la faveur des historiens, lesquels s’attachent plutôt à traiter de grandes problématiques, thématiques ou anthropologiques, insérées dans de plus vastes espaces géographiques et chronologiques ou observés dans d’étroits réseaux fonctionnels. Mais cette conjoncture méthodologique, à mon sens, conduit à souligner l’originalité paradoxale et la force démonstrative de la recherche de Nathalie Auzas, une recherche nourrie d’érudition bien maîtrisée, attentive à la relation des faits, sensible à la valeur heuristique des sources exploitées, et qui, dans les conclusions qu’on en peut tirer, nous conduit à penser que le « cas » de l’Hérault républicain qui se dégage de sa démonstration, pourrait prendre figure de « modèle » de comparaison, non seulement au regard des autres départements du Bas-Languedoc (comme on disait), c’est-à-dire, l’Aude et le Gard, mais plus généralement, de tous ces ensembles départementaux de l’arrière proche du théâtre des opérations militaires, qui ont été confrontés à la menace d’invasion par les frontières voisines ou les côtes maritimes, et donc astreints à se mobiliser pour soutenir les plus exposés – ici les Pyrénées-orientales – résister et finalement l’emporter. L’auteur nous montre d’abord comment, à partir de 1792, l’emprise de la guerre extérieure sur l’évolution intérieure du processus révolutionnaire, conduit à en bander tous les ressorts et à se donner une dynamique de radicalisation qui trouve dans la proclamation de la « Patrie en danger », sa justification et son programme. Ici, c’est la puissance espagnole qui incarne la menace : on sait qu’à la fin du xviiie siècle, celle-ci est rien moins que négligeable militairement et sur le plan maritime ; solidement rétablie d’autre part dans son unité étatique, au terme d’une phase d’expansion ibérique à laquelle la France avait contribué, à la fois financièrement, et politiquement dans le cadre du « Pacte de famille », la monarchie espagnole est évidemment fanatiquement hostile à la Révolution de France et à tout ce qu’elle incarne à ses yeux d’impie et de subversif. Du coup la limite pyrénéenne, comme celle du Piémont au sud-est, est un espace frontalier très menacé que la République devra tenir à tout prix en comptant d’abord sur les forces régionales. C’est alors que l’Hérault, avec ses ressources en hommes, son port de Sète, ses manufactures de drap de Lodève, son agriculture diversifiée, ses métiers (cordonniers, tanneurs, fabricants d’armes etc.), ses chantiers, sera mis à contribution. Si la réussite a répondu aux attentes, c’est que l’élan républicain, celui en premier lieu, du Club des jacobins de Montpellier, le premier en France à avoir réclamé la République, n’a cessé de se déployer. Alors a paru ce que Nathalie Auzas, qualifie de « don », le don de soi, le don de ses biens, la participation à la mobilisation, quelquefois contrainte, à laquelle l’Hérault, sous la conduite de ses élites politiques, s’est plié sans trop barguigner. L’exaltation de l’héroïsme, « l’illusion héroïque » même, sans laquelle un tel effort eut été inconcevable, a permis de tenir et de créer les conditions d’une victoire authentique, intérieure, cela va de soi, mais aussi extérieure, qui se concluera temporairement avec les traités de 1795 par lesquels s’est stabilisée la ligne frontalière jusqu’à ce que reprennent les tensions caractéristiques de la période du « second Directoire », quand, de nouveau, il faudra refaire face à l’espagnol et, sur mer, à l’anglais, quelquefois sous le regard intéressé, complice ou hostile, du « barbaresque ». Entre « espoir et crises », les gens de l’Hérault, surtout ceux de la plaine et des plateaux, moins ceux d’en haut, ont finalement identifié leur patriotisme à la victoire républicaine, ce qui a contribué à former leur acculturation nationale durable : c’est sur ce constat que s’achève la démonstration de Nathalie Auzas. Des annexes précieuses complètent un ouvrage qui honore sans flonflons la recherche historique décentralisée comme elle se pratique aujourd’hui en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Mazauric, « Nathalie Alsas, La liberté ou la mort. L’effort de guerre dans l’Hérault pendant la Révolution française », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 99 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/740

Haut de page

Auteur

Claude Mazauric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page