Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Eugen Weber, La France de nos aïeux. La fin des terroirs. Les imaginaires et la politique au XIXe siècle

Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de l’Histoire », 2005, 857 p.
Jacques Girault
Référence(s) :

Eugen Weber, La France de nos aïeux. La fin des terroirs. Les imaginaires et la politique au XIXe siècle. Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de l’Histoire », 2005, 857 p.

Texte intégral

1La collection vise à constituer une bibliothèque comprenant les œuvres majeures de la production historique. Les critères de sélection peuvent être contestés, mais ici le choix s’impose. Au début des années 1980, une œuvre majeure, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, livrait une somme inédite, synthèse des connaissances historiques, sociologiques et ethnologiques. Cette entrée dans la modernité de ce « pays de sauvages » montrait notamment comment, par une politique suivie en dépit des divers régimes politiques précédents, la France rurale s’était nationalisée dans la première partie de la Troisième République, sous l’effet de plusieurs impulsions administratives, militaires, scolaires, économiques. Ce texte essentiel connaît une nouvelle vie et pourra ainsi alimenter des discussions, notamment chez les spécialistes d’histoire rurale qui n’avaient pas, en leur temps, présenté une réaction unique vis-à-vis de cette approche. Il s’accompagne de quatre réflexions extraites d’un ouvrage paru en 1991 chez le même éditeur, Ma France. Mythes, culture, politique, ouvrage qui, en son temps, ne suscita pas les mêmes réactions que le précédent.

2On pourrait reprocher à ce type de rééditions de négliger l’auteur, son évolution, la genèse de son œuvre. Les index thématiques facilitent l’utilisation.

3Relire une vingtaine d’années après La fin des terroirs permet d’en mesurer l’intérêt de la démonstration en trois volets, la situation, les agents du changement, l’assimilation en route. Le pari des Républicains se réalise. Comment des transferts se sont opérés de la pauvreté à une aisance très relative où l’indigence porte « un masque», de la résignation à des espérances, de l’auto-suffisance à une consommation débutante ? Comment la famille perd sa caractéristique d’être l’unique protection pour les individus ? Comment une mémoire a pu se constituer et comment est née une culture nationale ? Pourtant le monde des campagnes ne se confond pas avec les valeurs urbaines. Des barrières sont en train de tomber à la veille de la Première Guerre mondiale et « le monde clos de la société villageoise » devient moins étanche.

4Les méthodes d’ouverture employées vis-à-vis des campagnes françaises, alliant la violence et la séduction, paraissent proches de celles de la colonisation et amorcent des « grandes tempêtes sociales et politiques » de la fin du siècle. Les décalages dans les résultats abondent en fonction de l’inégal développement économique et des résistances rencontrées. Retenons trois piliers principaux de cette mutation. L’école poursuit l’apprentissage du français, critère essentiel de civilisation, facteur d’unification, dont la connaissance devient « motif de fierté ». Les transports, avant tout les routes, puis les pénétrations ferroviaires, permettent la circulation, l’échange, objectif du plan Freycinet. L’armée enfin et le service militaire universel brisent le repliement sur soi  tout comme l’exode rural.

5L’école, l’armée, les transports constituent donc des moteurs pour imposer des changements et, en dépit des adaptations et des résistances, les productions imaginaires et la religion en subissent les conséquences. Mais là, la périodisation plus longue s’impose pour mesurer la lenteur des transformations. Et, l’exemple de la Seconde République nous invite à distinguer l’éphémère politisation des campagnes françaises et les conséquences de la lente transformation de la situation matérielle envisagée sous tous ses aspects, y compris des méthodes de production.

6Ces quelques réflexions reflètent mal l’intérêt de cet ouvrage informatif – « Cela s’est produit ainsi » – qui invitait à la réflexion, toujours d’actualité, sur la démarche historique croisée avec les apports des autres sciences humaines. Un vrai classique !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Girault, « Eugen Weber, La France de nos aïeux. La fin des terroirs. Les imaginaires et la politique au XIXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 99 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/733

Haut de page

Auteur

Jacques Girault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page