Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Alain Prigent, Les instituteurs des Côtes-du-Nord. Laïcité, amicalisme et syndicalisme sous la IIIe République

Sables d’Or-les-Pins, Édition Astoure, 2005, 272 p.
Jacques Girault
Référence(s) :

Alain Prigent, Les instituteurs des Côtes-du-Nord. Laïcité, amicalisme et syndicalisme sous la IIIe République. Sables d’Or-les-Pins, Édition Astoure, 2005, 272 p. 

Texte intégral

1Alain Prigent, professeur d’histoire et de géographie dans un collège des Côtes-d’Armor, consacre une partie de son activité à comprendre et faire comprendre certains aspects de l’histoire socio-politique de la Bretagne, mêlant ce que nous apprennent les archives et la presse et ce que les expériences humaines nous lèguent. Ancré dans son terroir, ne dissimulant pas ses propres engagements, il fait surgir régulièrement des militantismes. Encouragé par Claude Geslin, directeur de sa maîtrise d’histoire sur le syndicalisme des instituteurs, il nous livre une des rares monographies départementales composées sur les instituteurs, reprise intégrale du mémoire de recherche, augmentée d’une présentation du contexte avant 1914. A l’annonce du décès de Jacques Ozouf, un des meilleurs hommages que l’on peut rendre à ce grand innovateur est de présenter l’ouvrage de Prigent.

2Huit chapitres se succèdent. Trois présentent les conditions de l’enseignement primaire, la législation et l’organisation scolaire, les premiers engagements des maîtres et maîtresses. Puis les cinq autres analysent l’évolution des caractères des organisations syndicales. Enfin, un dictionnaire sommaire des militants permet des repérages. Des représentations documentaires ou graphiques complètent le texte qui ne s’achève pas, hélas, par un index.

3Les luttes pour une école laïque constituent, comme dans l’ensemble de l’Ouest français, la matrice explicative. En 1881, la majorité des instituteurs sont congréganistes alors que pour enseigner aux filles, les institutrices laïques sont rares. Vingt ans plus tard, tous les enseignants des écoles de garçons sont laïcisés alors que le processus ne se produit qu’au fur et à mesure des vacances de postes d’institutrices. Pour cette immense mutation, les écoles normales jouent un rôle bien que créées tardivement (1886), relayé par les conférences pédagogiques, l’action des inspecteurs, tandis que les associations font le reste. La laïcisation s’accélère au début du xxe siècle mais la répartition des élèves reste semblable (deux-tiers des élèves fréquentent l’école publique pendant toute la période). Les instituteurs et institutrices acquièrent par l’association une culture professionnelle qui voisine avec la revendication naissante d’une égalité de traitement. Avec l’apparition des premières tendances au syndicalisme, des solutions s’esquissent dans le rapprochement avec le syndicalisme ouvrier et le socialisme naissant.

4Plutôt que la division qui affecte en France le mouvement syndical enseignant, les syndiqués des Côtes-du-Nord restent unis dans une organisation autonome, l’émancipation des membres de l’enseignement laïque, mouvement qui semble avoir été à l’origine de la naissance et du développement du Comité de défense laïque, né en 1922, d’orientation plus politique. Mais cette unité ne résiste que deux ans aux pressions diverses qui se manifestent, rencontre entre les hostilités syndicales nationales confrontées aux affrontements locaux. Très vite, les caractéristiques syndicales nationales se retrouvent dans le département. Un puissant Syndicat national confédéré lutte pour la défense de l’école laïque, pour les revendications des personnels, pour une politique de présence dans les organismes consultatifs, se radicalise pour la défense de la République et contre les mesures de compression des dépenses. Une active minorité dans le cadre de la CGTU se réclame de la révolution sociale, lutte contre le militarisme, mène une bataille sans concession contre l’Église, se montre tolérant vis-à-vis de la langue bretonne et place le « rouge » au centre de ses représentations.

5Quand l’unité se reconstitue par absorption du syndicat affilié à la CGTU dans le Syndicat national des instituteurs, les militants du premier, plus jeunes, plus actifs, deviennent les dirigeants du syndicat unifié. Pourtant la question laïque contribue à maintenir des divisions internes. La position du SNI de nationalisation avec gestion par l’État, les enseignants et les parents se heurte à une opposition majoritaire dans la section départementale réclamant le monopole, donc la fin de l’enseignement privé.

6Cette étude sérieuse servira à la connaissance du monde enseignant, confirmant la grande disparité de situations dans un ensemble apparemment cohérent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Girault, « Alain Prigent, Les instituteurs des Côtes-du-Nord. Laïcité, amicalisme et syndicalisme sous la IIIe République », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 99 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/731

Haut de page

Auteur

Jacques Girault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page