Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962, anthropologie historique d’un massacre d’État

Gallimard, coll. Folio-Histoire, 2006, 897 p.
Thierry Aprile
Référence(s) :

Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962, anthropologie historique d’un massacre d’État. Gallimard, coll. Folio-Histoire, 2006, 897 p.

Texte intégral

  • 1  On connaît ses travaux antérieurs sur le monde ouvrier : la proto-industrialisation en Italie, la (...)
  • 2  Voir p. 645, et note 1 de l’introduction p. 677.
  • 3 « En 1988, Isabelle Lambert, citant Hamon et Rotman, peut… dénoncer le mutisme de l’Humanité de 196 (...)
  • 4  On connaît la collection du même nom chez le même éditeur, ce qui permet de se féliciter que la pa (...)

1Alain Dewerpe, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales 1, vient de publier un ouvrage passionnant dont on peine à suspendre la lecture, malgré le format – près de 900 pages, dont 200 pages de notes – et la rigueur scientifique sans cesse explicitée de la démarche. Dédié à la mère de l’auteur, Fanny Dewerpe, l’une des neuf victimes des violences policières, le livre étudie dans toutes ses dimensions la manifestation du 8 février 1962, protestant contre les menées terroristes de l’OAS en France. L’ouvrage, impressionnant de maîtrise, livre les résultats d’une enquête extrêmement fouillée qui place les événements de la manifestation du 8 février, jusqu’au gigantesque cortège des obsèques le 13 février, dans un cadre historiographique plus large. On y trouve en effet des réflexions sur l’histoire de la police (chap. 3 Les politiques de la police), du fonctionnement de la justice (chap. 10 Impunités), de la violence de l’État gaullien (chap. 2 La violence d’État) fort éloignée de la légende pieuse aujourd’hui diffusée (chap. 4 Les raisons du pouvoir)… Mais c’est surtout par ses conclusions affirmées avec une netteté rare que le livre tranche avec la production courante : les qualifications de « massacre d’État », de « tuerie », de « meurtre » n’apparaissent jamais comme le fruit de l’exaltation d’une plume militante, mais comme le résultat d’une recherche savante, fondée sur l’analyse et le recoupement incessant des sources, de même que le démontage implacable de la construction d’un « mensonge d’État » (chap. 8 Le mensonge), encore confirmée par le refus opposé au chercheur de lui communiquer les archives des délibérations en conseil des ministres 2. C’est la même rigueur qui prévaut dans le traitement des témoignages (chap. 7 Le témoignage), et dans l’analyse de la construction historique changeante de la mémoire de l’événement (chap. 1 Traces et 12 La mesure des morts). On lira avec intérêt « l’histoire mémorielle croisée des deux massacres du 8 février 1962 et du 17 octobre 1961 et de leur appréciation, parallèle puis disjointe » (p. 646 sq) ; disjonction parvenue à un point tel « dans les années 80 » que le 8 février est devenu « la figure de la censure du 17 octobre » (p. 666) et cette « imputation d’occultation », attribuée principalement au PCF, est progressivement devenue vérité d’évidence dans l’historiographie contemporaine, et même parfois dans l’esprit des témoins. Ce travail permet sur ce point de mettre à mal l’orthodoxie paresseusement conformiste d’aujourd’hui s’agissant du rôle du PCF à l’époque 3, en appelant les historiens à mieux évaluer « le rôle majeur du mouvement syndical dans la crise politique de la fin de la guerre d’Algérie et la résolution du conflit » (p. 237). En rapport avec le dossier du présent numéro, on trouvera donc dans ce livre majeur des éléments pour comprendre les interactions entre l’histoire coloniale et l’histoire nationale et une preuve, s’il en était encore besoin, que le travail d’histoire est le préalable indispensable au travail de mémoire. Sans risquer l’emphase, on peut dire désormais que l’on pourra, après cet ouvrage, considérer le 8 février 1962 comme l’une des « journées qui ont fait la France » 4.

Haut de page

Notes

1  On connaît ses travaux antérieurs sur le monde ouvrier : la proto-industrialisation en Italie, la manufacture Oberkampf, le travail ouvrier…

2  Voir p. 645, et note 1 de l’introduction p. 677.

3 « En 1988, Isabelle Lambert, citant Hamon et Rotman, peut… dénoncer le mutisme de l’Humanité de 1961 et de 1982 sur le 17 octobre » (p. 663 et note p. 872). Cette ineptie est démontée p. 649 et suivantes, et note 157 p. 866.

4  On connaît la collection du même nom chez le même éditeur, ce qui permet de se féliciter que la parution du livre d’emblée dans une collection de poche le rende accessible au plus grand nombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Aprile, « Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962, anthropologie historique d’un massacre d’État », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 99 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/729

Haut de page

Auteur

Thierry Aprile

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page