Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Archives et histoire orale des entreprises en Égypte. Le projet du Centre de Recherches d’Histoire Économique et de Business (EBHRC)

Interview 1réalisée en arabe avec l’équipe d’animation du Centre 2 le 27.07.05 au Caire
Didier Monciaud
p. 147-158

Entrées d’index

Géographie :

Égypte

Chronologie :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’idée de l’interview est née lors de la réception par mail du premier numéro du bulletin du Centr (...)
  • 2  Nous remercions ici l’ensemble de l’équipe pour son accueil, sa gentillesse et sa générosité.
  • 3  Cette dernière n’a d’ailleurs pas osé intervenir dans l’interview.

1L’équipe présente se composait du Docteur Abdel ‘Azîz ‘Ezz al ‘Arab, professeur de sciences économiques à l’université américaine du Caire (AUC), spécialiste d’histoire économique et d’économie politique, et d’étudiants de l’université, diplômés de sciences économiques et titulaire d’un BA (équivalent d’une licence) de l’université américaine du Caire, Karin Al Sayed, Wael Ismael, Mustafa Hefny et Dina Khalifa, sans oublier Lina ‘Attallah, diplômée de communication et Yasmine Samir, diplômée de l’université du Caire et nouvellement arrivée dans le Centre 3. Ils occupent tous les fonctions de responsables de projet (project officers) dans le EBHRC.

Quelle est l’origine de votre projet de centre ?

2‘Abdel ‘Azîz ‘Ezz al ‘Arab :

3Cela est une très longue histoire, car l’idée est ancienne. Pour aller vite, au départ, il y a eu la proposition de l’université de constituer un fond d’histoire économique et de « business ». On a cherché quelqu’un pour assurer des cours. Le Doyen en sciences sociales m’a personnellement contacté pour les faire.

4Mais, depuis deux ou trois ans déjà, j’étais convaincu de cette nécessité. L’idée était de sortir de l’histoire « globale », « globalisante » (igmâlia) et d’étudier plus précisément des structures et cadres précis. Il s’agissait de prendre le « business » comme objet pour aller découvrir l’histoire sociale du pays. Bref, l’objectif initial était ici de proposer une approche différente de celle de l’histoire globale.

5La démarche pouvait être, par exemple, de prendre une banque, ses activités et étudier ainsi les formes du nationalisme économique. En Égypte, le thème récurrent est que Tala’t Harb est le père du nationalisme économique avec la création de la Banque Misr. Pour comprendre ce nationalisme économique, choisir d’étudier une banque, ses structures et ses interventions, nécessite aussi de regarder l’histoire bancaire en Europe puis de retourner sur le terrain égyptien car la présence et l’activité des banques européennes y ont été cruciales. L’idée est donc ainsi d’étudier une structure, ses interventions et de replacer celles-ci dans leur contexte.

6L’idée dominante concernant l’Égypte est qu’il existe un lien entre la modernité, la mise en place du secteur du coton et les activités de développement économique.

7Notre idée est de focaliser les études sur des institutions particulières et d’accéder à partir de ces études à une compréhension globale de la période.

  • 4  Société de construction, équivalent égyptien de Bouygues, ayant d’importantes branches d’intervent (...)

8Les études sur les entreprises en Égypte sont peu nombreuses ; par exemple, il n’y a rien ou presque rien sur la société du Canal de Suez, al Moqaoloun al ‘Arab 4. Dans d’autres pays anciennement colonisés, comme l’Inde, cela n’est pas le cas.

  • 5  Historien spécialiste de l’Égypte et de la corne de l’Afrique, professeur à la célèbre université (...)

9Un jour, j’ai demandé à Bob Tignor 5pourquoi on ne trouvait rien sur l’histoire des entreprises au Moyen-Orient. Il m’a répondu que cela aurait été considéré comme des études marquées par de la sympathie envers les entrepreneurs et les patrons.

  • 6  Économiste brillant et intellectuel célèbre connu pour son évolution ultra-nationaliste au cours d (...)
  • 7  Enseignant à l’Université américaine du Caire et membre du « comité exécutif » du centre.

10D’ailleurs, la première réaction de Galâl Amîn 6à notre projet a été la peur de sembler apporter un soutien au programme de privatisation en cours. Or, Herbert Thompson 7et moi-même étions personnellement peu favorables à une telle orientation.

11En 2001 donc, ce ne sont pas finalement quelques cours, mais un véritable programme de recherche incluant le projet de constitution d’archives qui a été proposé. Pour les archives, l’idée de départ était qu’il existe des sociétés par actions depuis plus de cent ans en Égypte. L’accès à leurs documents, la protection même de ces documents était une question importante. Sans parler de leur classement et de leur accessibilité.

  • 8  Universitaire américain, auteur d’une thèse iconoclaste sur les capitalistes égyptiens.

12Une série de réunions a été organisée sur les différentes activités possibles. Finalement, j’ai présenté un projet en plus de onze cours. La recherche de fonds pour un tel projet dans le cadre de AUC, a été infructueuse. Finalement, par hasard, j’ai rencontré des historiens intéressés par une telle idée : Robert Tignor, Bob Vitalis 8… En général, il ne s’agissait pas d’économistes ou de professeurs d’économie mais d’historiens préoccupés d’histoire économique.

  • 9  Goldberg, Elis, universitaire américain spécialiste des questions du travail en Égypte.
  • 10  Historien britannique, responsable du Centre d’étude du Moyen-Orient à Harvard. Il est spécialiste (...)

13En fait, ce thème intéressait vraiment, puisqu’en 2003, j’ai été invité par Robert Vitalis et l’université de Pennsylvanie à une table ronde à laquelle participaient, entre autres, Bob Tignor, Vitalis, Goldberg 9, Roger Owen 10et un élève de Vitalis qui a fait sa thèse sur l’Égypte. La table ronde s’est tenue en janvier 2004 à Philadelphie. Les différentes institutions étaient dès le départ d’accord pour aider financièrement le projet, sauf Princeton, pour la simple raison que R. Tignor appartient au département d’histoire alors que les autres universitaires sont responsables de départements d’études du Moyen-Orient. Ce dernier doit alors rentrer en parler à son université. Si l’Université américaine du Caire ne dispose pas de fonds pour un tel projet, avec de tels appuis, au retour, il me reste simplement à définir un projet pilote !

En mai 2004, l’idée de réunion se concrétise. Wa’el Isma’îl, Omar Shata et moi-même lançons le travail initial.

14Wa’el Isma’îl :

15Omar Chata et moi-même devenons « responsables de projet » (project officers). C’est le début du travail d’histoire orale. L’objectif initial est de définir les personnes « ciblées », leur rôle, leurs expériences. Pour le domaine de l’économie égyptienne, on vise alors en priorité des personnes âgées qui n’auraient pas encore été interrogées.

  • 11  Haut fonctionnaire égyptien qui a joué un rôle clé dans la politique nassérienne d’industrialisati (...)

16On a d’abord bien sûr songé à ‘Azîz Sidqî 11et on a commencé par faire des recherches à son sujet. En attendant de pouvoir entrer directement en contact avec lui, on a aussi travaillé sur d’autres personnalités.

17Pour entrer en contact avec elles, on a eu recours aux liens personnels, aux connaissances et quelquefois le hasard a bien fait les choses. Par exemple, on connaissait un étudiant dont le grand-père était Hassan Ragab, le représentant de Fiat en Égypte. Cet homme a joué un rôle clé dans la formation de l’entreprise d’automobiles Nasr. Par l’intermédiaire de son petit-fils, nous avons pu entrer en contact avec lui.

18De manière générale, la principale difficulté pour les interviews est de pouvoir rencontrer ces personnalités alors que nous ne sommes que de simples étudiants. Ce n’est pas simple.

19On a eu aussi, par exemple, des contacts avec un ancien responsable de la Fédération égyptienne des industries, ‘Adel Al Gazarin, devenu ensuite ministre ; avec l’ancien ministre de l’Industrie Mohamad ‘Abdel Wahâb, ou encore avec un ancien responsable de l’entreprise de Mahalla al Kubra puis de la société de sidérurgie. En Égypte, souvent les anciens dirigeants d’entreprises deviennent par la suite ministres, ce qui ne simplifie pas les prises de contacts.

  • 12  économiste égyptien, ancien militant communiste et dirigeant d’un organisme de planification.

20Interroger ces personnes permet d’avoir accès à des informations, à leur point de vue sur le secteur industriel, ses réalités, ses problèmes. Ce secteur occupe une place de choix dans l’histoire de la politique égyptienne depuis Nasser. Par exemple avec des gens comme Azîz Sidqî ou encore ’Isma’il Sabri ‘Abdallah 12. L’industrialisation reste un sujet dont les enjeux sont importants.

  • 13  Ce forum s’est tenu en mai 2004.

21En mars-avril 2003, on a intensifié les interviews. La préparation du premier forum 13a aussi débuté. L’objectif était de montrer ce qui avait déjà été réalisé en matière d’histoire orale. On a mis en place le séminaire pour les jeunes chercheurs avec l’idée de montrer les documents réalisés et de favoriser ainsi la recherche et la poursuite du projet.

22Par « jeunes chercheurs », nous entendons les personnes qui débutent des activités de recherche dans le cadre d’un projet de carrière ou par intérêt pour le thème. Deux ateliers ont été lancés autour du thème de l’industrialisation. L’un d’eux permettait de rencontrer des acteurs.

Combien de personnes ont assisté à ces ateliers ?

23Wa’el Isma’îl :

  • 14  Jeune historien égyptien qui enseigne à l’université de New York. Spécialiste du XIXe siècle, il e (...)
  • 15  Terme d’origine turque qui signifie les étrangers d’origine européenne.

24Une trentaine. Le second atelier était consacré à la question des archives, des lois, des conditions de la constitution des fonds, de leur préservation, de l’accès à ces fonds… C’est Khaled Fahmî 14qui l’a animé. Pour ces deux ateliers, des recherches avaient été préparées, par exemple sur la question des khawaga 15ou de la modernité.

  • 16  Voir note 13.

25En parallèle à ces deux initiatives se sont tenues des sessions ouvertes 16.

Et votre place dans l’Université américaine ?

26Wa’el Isma’îl :

27Le travail reposait au départ sur Dr ‘Abdel Azîz,’ Omar Chata et moi-même. Dina Khalifa n’était pas encore salariée au centre mais y participait. Le forum de mai 2004 a donc pu se tenir. Il a permis la formalisation de l’existence du centre qui est officiellement créé alors, au lendemain de cette initiative, en juin 2004. Jusque-là, il s’agissait d’un projet pilote.

  • 17  En arabe, il existe deux registres de langue : le dialecte employé couramment à l’oral, qui diffèr (...)

28Pendant, l’été 2004, il ne s’est pas passé grand-chose. Nous avons essentiellement poursuivi la transcription des entretiens pour lesquels on a choisi de garder l’arabe dialectal 17.

29Le travail a repris à la rentrée scolaire 2004. Avec Karîm al-Sayed, Dina Khalîfa, Dina Wâked, aujourd’hui à Harvard pour étudier le droit, ‘Omar Chata, parti aussi depuis étudier aux états-Unis, et Mustafa Hefnî.

30Dina Khalîfa :

31Ensuite, on a progressé dans la définition du cadre de la recherche. Au départ, il s’agissait de la recherche de « personnes clés ». Il a fallu non seulement élargir le nombre et le type de personnes mais aussi définir des domaines de recherche : industrie, finance, secteur bancaire… Le principe est de choisir nous-mêmes les personnes dont le témoignage nous semble présenter le plus grand intérêt. C’est ainsi que l’on a élaboré une liste de personnes des secteurs bancaire et industriel.

32Ensuite, il nous a fallu nous concentrer sur la préparation du second forum de 2005. Deux grands axes de travail ont été définis : augmenter le nombre des individus et des secteurs concernés (textile, banque, industrie automobile) et diversifier les niveaux de responsabilité des personnes interviewées en ne se limitant plus aux responsables de premier rang.

  • 18  Ancien ministre du Tourisme et longtemps haut responsable du FMI.

33Pour mai 2005, un premier atelier a été organisé avec Mohamad Abdel Wahab et Fou’ad Sultan autour du récit historique 18. Le second était plus sectoriel et traitait du textile, de la société Nasr d’automobiles. À ce moment, on a aussi décidé de se tourner vers les petites entreprises, les petites activités commerciales comme le Café Riche ou les études sur Héliopolis. Il s’agissait de changer d’échelle.

34Karîm al Sayed :

35On dispose aujourd’hui au sein de l’université de quatre « project officers » (responsables de projet) et d’un poste d’assistant administratif.

Où sont les locaux du Centre ?

36Dina Khalîfa :

  • 19  L’AUC a prévu à partir de 2007 de quitter le centre ville du Caire pour de nouveaux et vastes loca (...)

37Pour l’instant, on est ici dans l’immeuble Falaki et on dispose de cinq bureaux. Une pièce est réservée aux archives. Notre collection est encore petite. Avec le développement, la question de l’espace se posera. Mais avec le futur campus, on devrait avoir plus de place 19.

Quelle a été l’audience au second forum ?

38Dina Khalîfa :

39Pour le forum de 2005, vingt invitations avaient été lancées. Les sessions ouvertes ont accueilli une centaine de personnes, les séances fermées entre 20 et 50. Il y a eu plutôt moins de monde qu’en 2004.

40‘Abdel ‘Azîz ‘Ezz al ‘Arab :

41Mais n’oublions pas que le premier forum en 2004 était inaugural et avait un caractère, disons, plus festif…

42Wa’el Isma’îl :

43Oui, le premier forum avait eu plus d’ampleur. L’implication de l’AUC avait aussi été plus forte et il avait bénéficié de la participation de nombreux enseignants de différentes facultés. En 2005, le forum a davantage reposé sur les intervenants extérieurs.

44‘Abdel ‘Azîz ‘Ezz al ‘Arab :

45Ce n’est pas une question de nombre, mais aussi de spécialisation dans le travail.

46Mustafa Hefnawî :

47On a organisé, par ailleurs, deux séminaires pour poursuivre le travail avec les « jeunes chercheurs ». Il s’agissait de discuter des papiers avec des professeurs, de faire une sorte de groupe de discussion. L’un des séminaires a été consacré à l’histoire orale, les sens de ce concept, les techniques du travail, les problèmes posés. Une autre séance a permis la rencontre des jeunes chercheurs avec Dalia Ghanem, membre du ministère de l’économie.

48Karim al Sayed :

  • 20  Bibliothèque autonome dans l’AUC qui regroupe les documents les plus anciens et les plus rares, ce (...)

49Avec le temps, les activités se sont spécialisées. Les entretiens et la collection d’archives aussi. On s’intéresse à la fois aux papiers personnels, aux autobiographies, aux mémos, aux circulaires, aux lettres… On a commencé aussi à travailler avec la Bibliothèque des Livres Rares de l’AUC 20.

50Wa’îl ‘Ima’îl et ‘Omar Chata ont travaillé sur la question des sources en arabe : comment enregistrer, comment transcrire. On a donc réfléchi sur l’interview. Le Dr ‘Abdel ‘Azîz a été invité à Columbia au Centre d’histoire orale de cette université.

51Avec le temps, on a défini plus précisément des objectifs, fait des choix, notamment dans le fonctionnement de la collecte de sources.

52Dina Khalîfa :

53La question de la transcription a aussi été l’objet d’une réflexion. On fonctionne selon le système suivant : une transcription est donnée à la personne interviewée pour qu’elle relise et introduise, si nécessaire, changements et corrections.

Quels sont maintenant vos projets ?

54Dina Khalîfa :

55On a établi une liste de sujets et de personnes. On veut aller vers de nouveaux secteurs économiques comme, par exemple, le secteur de la pharmacie, l’industrie militaire, les multinationales…

56Wa’el ‘Isma’îl :

57On a réalisé pas mal de choses, même si on aurait souhaité bien sûr en faire plus. On a eu des difficultés, par exemple, pour contacter et établir le lien avec ‘Azîz Sidqî. Aujourd’hui, la situation est meilleure tant pour les contacts que les moyens. Il nous faut cependant choisir, définir des priorités. Le travail est différent. Il est devenu plus sectoriel et varie selon les entreprises, le niveau de responsabilité des personnes, la présence de minorités étrangères, la localisation géographique de l’entreprise. Le travail de Dina Khalîfa sur Héliopolis, qui privilégie les petites entreprises, est une illustration de cette diversification croissante.

Pour réaliser les entretiens, avez-vous besoin d’un permis ou d’une autorisation ?

58Karîm al Sayed :

  • 21  Centre de l’AUC.
  • 22  Terme qui signifie la politique économique d’ouverture au capital étranger.

59On s’est renseigné auprès du Centre de recherche sociale 21et on a appris que le permis n’était nécessaire que dans le cas où l’on faisait des enquêtes quantitatives. Pour les entretiens individuels, il n’y a pas à demander d’autorisation. Par contre, les difficultés se présentent au niveau du choix des questions. Par exemple, interroger sur l’Infitâh 22pouvait gêner nos interlocuteurs, entraîner de l’appréhension ou même faire peur. Pour un étranger, cela serait sans doute encore plus compliqué de descendre dans la rue et d’interroger les gens avec un magnétophone.

60Wa’el ‘Isma’îl :

61En ce qui concerne la technique d’entretien, elle varie selon les personnes que l’on interroge. Les personnalités n’ont pas les mêmes appréhensions que les gens ordinaires. La nature des questions, la façon de les poser, le fait d’enregistrer ou non, de transcrire ou non, sont autant d’enjeux à redéfinir à chaque entretien.

Avez-vous d’autres projets encore ?

62Dina Khalîfa :

  • 23  économiste et haute responsable au ministère de l’Industrie. Ancienne responsable de l’Economic Re (...)
  • 24  Société d’édition de livres, connue notamment pour ses dictionnaires.

63On a pour projet de développer le travail sur les autobiographies. Avec, par exemple, comme objectif, celle d’économistes comme Isma’il Sabri ‘Abdallah ou Heba Hendoussa 23, de chefs d’entreprise comme Mohamad Taymour ou le directeur d’Elias 24, sans oublier le responsable du garage arménien Papazian à Héliopolis.

64Karîm al Sayed :

65Parmi ces projets, s’inscrit aussi notre participation à la MESA 2005 en novembre à Washington. On y va avec un atelier qui présente différents travaux réalisés au sein du Centre, histoire économique, Café Riche, Héliopolis,…

66On continue à animer un séminaire de recherche, deux fois par mois environ avec des séances publiques. On aura aussi dans les mois à venir un séminaire de travail, fermé celui-ci.

Quand aura lieu le prochain forum ?

67Dina Khalîfa :

68Pour les « jeunes chercheurs », ce sera en février 2006. L’appel à communication a déjà été diffusé. La date limite pour participer est la mi-novembre. Pour le Forum de mai, l’idée est encore vague : ça tournera sans doute autour de l’histoire économique et du business, et de la construction du Centre.

Que pouvez-vous ajouter par ailleurs à propos de la publication de Chronicles ?

69Dina Khalîfa :

70On a effectivement commencé la publication du premier numéro de notre bulletin, qui aura pour le moment 32 pages. Je suis responsable de ce projet. Il s’agit de transmettre le plus possible d’information à un plus large public. Dans ce bulletin, on informe sur nos activités, on reproduit des interviews, des annonces. Ce numéro 1 était un coup d’essai. On essaiera à l’avenir de le rendre plus universitaire, plus profond… On doit l’améliorer avec des rubriques, des sections, des articles, pour rendre mieux compte des activités et des idées du centre, pour mieux y parler des projets de recherches, des questions historiques, de l’actualité… On voudrait ajouter de nouveaux sujets, de nouvelles rubriques…

71Le bulletin devrait ressortir en octobre. On souhaite lui donner à terme une parution trimestrielle, conformément au rythme de l’année universitaire.

72Karîm al Sayed :

73Par ailleurs, on a lancé une autre entreprise, la réalisation d’un guide des ressources de presse sur les questions économiques. Il s’agit d’un recensement des articles de la presse égyptienne en la matière. On a collecté le plus possible d’articles et d’enquêtes dans les journaux et on a réalisé un numéro pilote. Mais on a été contraint d’arrêter à cause de la somme de travail que cela demandait, et cela sans aucun moyen financier. Aujourd’hui, ce projet est donc au point mort.

Envisagez-vous de créer un site internet ?

74Karîm al Sayed :

  • 25  On découpe et agrafe le texte au tableau dans le bureau du centre.

75On y a bien sûr songé et on devrait y venir mais cela doit passer par l’université. Pour l’instant, concernant la presse, on en est au clipping25.

Et en matière de publications, où en êtes-vous ?

76Abdel ‘Azîz ‘Ezz al ‘Arab :

77On peut avancer si les travaux ont un bon niveau. Les recherches des « Jeunes chercheurs » présentées aux Forums ont donné lieu à des remarques et des commentaires. Ces chercheurs doivent donc reprendre et retravailler leurs papiers.

  • 26  Série de travaux en sciences humaines publiés par l’AUC, en anglais, sur une base trimestrielle.
  • 27  Journal libanais en langue anglaise qui dispose d’un supplément distribué dans l’édition du Intern (...)
  • 28  Maison d’édition de l’université américaine du Caire.

78Un autre aspect de la question concerne aussi les finances. On n’a pas actuellement les moyens de prendre en charge des publications. Mais si, par exemple, Cairo Social Sciences Papers 26veut les publier, on est bien sûr d’accord. Depuis que le Daily Star 27a écrit sur nos activités, AUC Press 28nous a contactés et a proposé de publier un ouvrage autour du thème de l’histoire orale.

Comment voyez-vous la place et le devenir de votre centre ?

79Abdel ‘Azîz ‘Ezz al ‘Arab :

80La question est : que faire ? Comment continuer ? L’AUC n’a pas fait le centre. C’est l’enthousiasme de personnalités extérieures pour notre idée qui a permis la création et l’animation du centre au sein de l’AUC. Les besoins financiers sont la clé du développement de nos activités. D’abord en termes de ressources humaines. Pour les dépenses par exemple, notre participation à la MESA 2005 avec l’atelier coûtera 50 % de notre budget !

81Comment donc préserver l’existence du centre ? Cela signifie à la fois préserver l’enthousiasme des présents actifs et aussi attirer de nouvelles personnes à partir du travail déjà réalisé. Véritable base pour continuer et aller de l’avant…

  • 29  Association historique égyptienne.
  • 30  Centre de recherche en économie.
  • 31  Journal irrégulier qui republie des documents anciens.

82On peut parler d’une absence de modèle de construction. De même, le Centre ne correspond pas à un cadre juridique clair. Quant à la question de notre place sur la scène égyptienne, on y existe, mais notre place est modeste à côté d’institutions comme la Gama’yat tarikhya 29, le Economic Research Forum 30ou encore le journal Ayâm masrya 31.

83Il faut noter la faiblesse de l’organisation du Centre : les enseignants, les étudiants qu’on y trouve ont tous des activités à côté et ne travaillent pas à temps plein pour le centre. Bref, il s’agit d’un projet jeune, de quelque treize mois seulement.

Comment vous situez-vous par rapport aux questions de méthode historique ?

84Abdel ‘Azîz ‘Ezz al ‘Arab :

85En fait, notre centre n’a pas de position définie. On rassemble des documents et n’importe quel chercheur peut venir les utiliser. Cela peut concerner aussi bien Galâl Amîn ou Khaled Fahmî pour évoquer des sensibilités différentes voire opposées. Notre préoccupation centrale est le thawthiq (collecte d’archives). Les intérêts, les options, les méthodes ou les outils utilisés pour comprendre sont l’affaire des chercheurs eux-mêmes.

86Des gens très différents sont intéressés par notre projet. Des sujets différents les motivent, des écoles et des approches différentes.

  • 32  En 1905, le baron Empain, symbole des forts intérêts économiques belges et européens en Égypte, cr (...)
  • 33  Important et ancien café situé au centre de la partie européenne de la ville du Caire qui fut long (...)

87Au sein de notre centre, on peut trouver Dina Khalîfa et Lina ‘Attalah qui travaillent sur les khawaga ou la ville d’Héliopolis 32, Karîm al Sayed sur le Café Riche 33, Mustafa Hefnî sur les théories de l’histoire du business, Wa’îl Isma’îl sur la Banque Misr

88Karim al Sayed :

89Il existe en fait différentes méthodes parmi les chercheurs au centre. Mais ce qui les rapproche, c’est l’intérêt pour l’histoire orale, le souci d’aller trouver les témoins encore en vie, de les interroger, de retrouver les détails de la façon dont les choses se sont passées.

90Abdel ‘Azîz ‘Ezz al ‘Arab :

91Notre projet est centré sur les acteurs en tant que témoins. L’histoire orale est donc une entrée décisive de notre activité. Je citerais les exemples de Ali Negm, ancien gouverneur de la banque centrale d’Égypte, qui est une source essentielle pour comprendre comment s’est posée dans les années 1990 la question des sociétés islamiques de placement de fonds. Sans négliger bien sûr que lui-même était hostile à ce phénomène. Donc les acteurs et leurs témoignages nous importent beaucoup.

Peut-on dire, selon vous, que la période actuelle joue un rôle dans la constitution de ce projet ?

92Dina Khalîfa :

93Je pense que les difficultés d’accès aux sources en Égypte aujourd’hui ont joué un rôle dans la cristallisation du projet. Le besoin de documents a favorisé l’idée d’aller les chercher et d’en créer avec l’histoire orale.

Coordonnées du Centre :

94The Economic and Business History Research Center

95Rooms 307, 313 A, 314, 315 Old Falaki

96Université Américaine du Caire AUC

97Le Caire Égypte

98e-mail : ebhrc@auceypt.edu

99Tel : 00 20 2 979 56 03/56 02

Haut de page

Notes

1  L’idée de l’interview est née lors de la réception par mail du premier numéro du bulletin du Centre. Nous avions eu connaissance du projet. Nous avons pu mesurer alors l’ampleur des activités du centre et leur intérêt pour la recherche historique.

2  Nous remercions ici l’ensemble de l’équipe pour son accueil, sa gentillesse et sa générosité.

3  Cette dernière n’a d’ailleurs pas osé intervenir dans l’interview.

4  Société de construction, équivalent égyptien de Bouygues, ayant d’importantes branches d’intervention dans le monde arabe, notamment les riches pays du Golfe.

5  Historien spécialiste de l’Égypte et de la corne de l’Afrique, professeur à la célèbre université Princeton, auteur d’ouvrages et d’articles incontournables sur l’histoire économique de l’Égypte.

6  Économiste brillant et intellectuel célèbre connu pour son évolution ultra-nationaliste au cours de la dernière période après avoir été proche des analyses marxistes. Fils du penseur musulman libéral Ahmed Amin, il est un redoutable orateur connu pour son humour et ses commentaires dévastateurs.

7  Enseignant à l’Université américaine du Caire et membre du « comité exécutif » du centre.

8  Universitaire américain, auteur d’une thèse iconoclaste sur les capitalistes égyptiens.

9  Goldberg, Elis, universitaire américain spécialiste des questions du travail en Égypte.

10  Historien britannique, responsable du Centre d’étude du Moyen-Orient à Harvard. Il est spécialiste d’histoire économique de l’Égypte et d’histoire de l’État au Moyen-Orient.

11  Haut fonctionnaire égyptien qui a joué un rôle clé dans la politique nassérienne d’industrialisation et a occupé plusieurs hautes responsabilités dont celles de Premier ministre.

12  économiste égyptien, ancien militant communiste et dirigeant d’un organisme de planification.

13  Ce forum s’est tenu en mai 2004.

14  Jeune historien égyptien qui enseigne à l’université de New York. Spécialiste du XIXe siècle, il est le promoteur d’une lecture de l’histoire de l’Égypte en rupture avec la lecture nationaliste dominante.

15  Terme d’origine turque qui signifie les étrangers d’origine européenne.

16  Voir note 13.

17  En arabe, il existe deux registres de langue : le dialecte employé couramment à l’oral, qui diffère selon les pays et même dans certains cas selon les régions, et l’arabe classique, langue plus soutenue, que l’on retrouve dans le domaine de l’écrit, de la religion ou des discours officiels.

18  Ancien ministre du Tourisme et longtemps haut responsable du FMI.

19  L’AUC a prévu à partir de 2007 de quitter le centre ville du Caire pour de nouveaux et vastes locaux situés en grande périphérie dans une zone appelée « Nouveau Caire ». Elle y disposera d’un campus unique.

20  Bibliothèque autonome dans l’AUC qui regroupe les documents les plus anciens et les plus rares, ceux qui ne peuvent être dans la bibliothèque générale qui, comme la plupart des bibliothèques américaines, fonctionne selon le système de l’accès direct.

21  Centre de l’AUC.

22  Terme qui signifie la politique économique d’ouverture au capital étranger.

23  économiste et haute responsable au ministère de l’Industrie. Ancienne responsable de l’Economic Research Forum.

24  Société d’édition de livres, connue notamment pour ses dictionnaires.

25  On découpe et agrafe le texte au tableau dans le bureau du centre.

26  Série de travaux en sciences humaines publiés par l’AUC, en anglais, sur une base trimestrielle.

27  Journal libanais en langue anglaise qui dispose d’un supplément distribué dans l’édition du International Herald Tribune au Moyen-Orient.

28  Maison d’édition de l’université américaine du Caire.

29  Association historique égyptienne.

30  Centre de recherche en économie.

31  Journal irrégulier qui republie des documents anciens.

32  En 1905, le baron Empain, symbole des forts intérêts économiques belges et européens en Égypte, crée en plein désert au nord du Caire une ville nouvelle, Héliopolis, devenue aujourd’hui avec le développement du Caire un quartier de la capitale.

33  Important et ancien café situé au centre de la partie européenne de la ville du Caire qui fut longtemps un des hauts lieux de la vie intellectuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Archives et histoire orale des entreprises en Égypte. Le projet du Centre de Recherches d’Histoire Économique et de Business (EBHRC) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 100 | 2007, 147-158.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Archives et histoire orale des entreprises en Égypte. Le projet du Centre de Recherches d’Histoire Économique et de Business (EBHRC) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 21 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/719

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Chercheur associé au GREMAMO (Groupe de recherche sur le Maghreb et le Moyen-Orient), Paris VII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page