Navigation – Plan du site
DOSSIER

La mémoire de l’exil et de la résistance antifasciste comme ciment d’une identité supranationale

Mathias Delori
p. 99-117

Résumé

Prenant acte du caractère convenu et institutionnalisé de la symbolique franco-allemande, l’article s’interroge sur ce que pourrait être une représentation narrative moderne de cette relation. Afin de ne pas donner un caractère trop abstrait à l’argumentation, il part d’un exemple existant de contre-récit dont quelques institutions se sont faites les vecteurs. Cette autre histoire du rapprochement franco-allemand voit dans la participation d’Allemands à la Résistance en France le symbole possible d’une identité commune. L’article s’interroge sur le caractère éthique de cette mémoire et avance quelques arguments socio-historiques en faveur de sa reconnaissance.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Allemagne, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ricœur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, 676 p.

1« Je reste troublé par l’inquiétant spectacle que donnent le trop de mémoire ici, le trop d’oubli ailleurs, pour ne rien dire de l’influence des commémorations et des abus de mémoire – et d’oubli. L’idée d’une politique de la juste mémoire est à cet égard un de mes thèmes civiques avoués. »1

  • 2  « Dépassement » et non pas « critique » ou « procès ». Du point de vue de la problématique de la r (...)
  • 3  Sur la notion de « contre-récit » ou d’histoire alternative en science politique, voir l’excellent (...)

2Ce dossier d’articles a permis d’avancer quelques arguments en faveur d’un dépassement 2 du récit officiel de la réconciliation franco-allemande. Il est temps, au terme de ce tour d’horizon, de proposer une alternative ou plus modestement une piste pour un changement de cap. Plutôt que de réfléchir de manière abstraite – et nécessairement très subjective – à ce que pourrait être une représentation narrative moderne des relations entre les deux pays, nous partirons d’un exemple existant de « contre-récit »3, le seul, à notre connaissance, qui se présente explicitement comme une alternative au récit officiel de la réconciliation. Cette autre histoire du rapprochement franco-allemand s’appuie sur un événement historique singulier présenté comme fondateur de la coopération entre les deux pays : la participation d’Allemands à la Résistance en France. Elle fut portée dans un premier temps par des universitaires progressistes puis relayée par quelques institutions publiques et privées franco-allemandes.

  • 4  Pollak, M., « Mémoire, oubli, silence », in Une identité blessée. Études de sociologie et d’histoi (...)
  • 5  Tzvetan, Todorov, Les abus de la mémoire, Paris, Arlea, 1998, 61 p.
  • 6  Ricœur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, 676 p.
  • 7  Payre, Renaud, « Un possible non institutionnalisé. Socio-histoire de la “science communale” (1900 (...)

3Divers travaux historiographiques ont permis de mesurer l’importance historique de cet épisode (voir la contribution de Ghilhem Zumbaum-Tomasi dans ce volume). Dans cet article, nous quittons le terrain de l’historiographie pour celui des politiques de la mémoire et nous avançons quelques arguments inspirés de l’histoire et de la sociologie critique en faveur de sa reconnaissance officielle. L’argumentation se déroule en trois temps. La première partie présente l’entreprise mémorielle 4 en question : comment les événement historiques sont-ils mis en intrigue ? Quels acteurs politiques sont à l’origine de la promotion de cette mémoire ? La deuxième partie considère les objections éthiques qu’on pourrait opposer à cette entreprise mémorielle. Ce détour par la philosophie politique est indispensable car celle-ci nous met en garde contre les instrumentalisation du passé et les « abus de la mémoire »5. Nous tenterons alors de montrer qu’il existe un espace éthique pour les politiques de la mémoire 6, un espace dans lequel ce récit, comme d’autres, peut prétendre se nicher. Cette objection normative levée, nous avançons dans la troisième section un argument plus « positif » en faveur de cette autre histoire du rapprochement franco-allemand. Un retour critique sur la genèse de la symbolique officielle révèle que le récit de l’exemplarité des Allemands dans la Résistance française constitue ce qu’on appelle un « possible non institutionnalisé »7: il existait en tant qu’hypothèse et fut écarté pour des raisons politiques et historiques.

Plaidoyers pour la reconnaissance officielle de la mémoire de l’exil et de la Résistance en France

4Comme toute politique publique, la symbolique franco-allemande est l’objet de contestation ou de propositions de redéfinition par divers acteurs ou entreprises politiques. Les discours scientifiques et sociaux sur le sens ou le non-sens du grand récit de la réconciliation se sont multipliés ces dernières années. Dans une intervention récente, le politiste Alfred Grosser formulait par exemple la critique sémantique suivante de l’idée de « réconciliation » :

  • 8  Grosser, Alfred, La dimension politique de la réconciliation : retour sur le 6 juin 2004, Conféren (...)

« Le mot réconciliation ne devrait être utilisé qu’avec prudence et parcimonie. La réconciliation individuelle fait sens, qu’il s’agisse de la fin des querelles entre deux personnes ou, pour le catholique, de la réconciliation de l’homme pécheur avec Dieu. En revanche, qu’eût signifié la réconciliation entre deux communautés humaines ? […] Je suis choqué par la notion de réconciliation judéo-chrétienne, car quels seraient les crimes des Juifs qui pèseraient aussi lourd que les crimes commis au nom du christianisme pendant des siècles ? La réconciliation franco-allemande fait sens pour la Première Guerre mondiale. Beaucoup moins pour la Seconde. » 8

  • 9  Cullin, Michel, « Le devoir de mémoire et de réconciliation », Libération, 7178, 2004, p. 41.

5Parmi toutes les voix qui s’élèvent pour une autre construction du sens dans les relations franco-allemandes, un récit alternatif émerge centré sur l’idée d’exemplarité de la Résistance allemande en France. L’universitaire Michel Cullin, un des principaux promoteurs de cette autre représentation narrative des relations franco-allemandes, le résumait en ces termes à l’occasion du soixantième anniversaire du massacre d’Oradour-sur-Glane : « Quel travail de mémoire ? Celui de la réconciliation basée sur l’oubli et le refoulement ou celui qui permet aux Français et aux Allemands de se retrouver sur des valeurs communes ? Soixante ans après l’un des massacres les plus effroyables de la Seconde Guerre mondiale, quel sens donner au travail de mémoire, particulièrement dans sa dimension franco-allemande, si ce n’est celui de la mémoire partagée des résistances au IIIe Reich ? Plus que la réconciliation ou la fraternisation des anciens soldats, impensable voire obscène en ce lieu, c’est la mémoire de l’exil et de la résistance allemande qui doit être célébrée. Celle qui s’appuie sur l’expérience de ces hommes et de ces femmes, doublement victimes parce qu’Allemands. Ceux et celles qui réussirent à échapper aux honteux internements de Vichy rejoignirent les maquis ou les réseaux français, partout en France où c’était possible, entre autres dans le Vercors, en Auvergne, dans les Cévennes et notamment en Limousin »9.

  • 10  Ou construite scientifiquement. Sur les dimensions narratives de toutes les constructions historio (...)
  • 11  Outre les ouvrages cités par Guilhem Zumbaum-Tomasi dans son article, il conviendrait de mentionne (...)
  • 12  On doit à Paul Ricœur cette critique de la mémoire artificielle : « Pour la mémoire artificielle, (...)
  • 13  Abel, Olivier, et Loriga, Sabina, in : Abel Olivier, Castelli-Gattinara Enrico, et al., Ed., La ju (...)

6Comme tout récit historique, cette mémoire est le produit d’une tension entre histoire (réelle)10et fiction. Elle s’appuie d’abord, comme l’a montré la contribution de Guilhem Zumbaum-Tomasi, sur les travaux des historiens sur l’exil et la Résistance en France 11. Ce point est important pour notre propos car il signifie que cette mémoire ne relève pas du simple témoignage et surtout qu’elle n’est pas, pour reprendre une expression de Paul Ricoeur, mémoire simplement « artificielle »12. Ce récit historique n’en est pas moins aussi, et peut-être surtout, un discours politique. Il comprend donc une part essentielle de composition narrative, de travail sur le sens de ces événements. Il est « littérature » si l’on admet que celle-ci peut-être pour « l’histoire une réserve de refigurations possibles du temps »13. Tout en étant ancrée sur des événements passés, l’intrigue se projette dans le présent et l’avenir des relations franco-allemandes et affirme un objectif politique sur lequel nous reviendrons plus loin : la construction d’une identité commune.

  • 14  Veyne, Paul, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, S (...)
  • 15  Cullin, Michel, « Résistance : la double mémoire », Libération, 2000, p. 6.
  • 16  Ricoeur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit.
  • 17  Une ambiguïté est ainsi savamment entretenue par le récit entre les échelles binationale et europé (...)

7L’intrigue principale du récit sur les émigrés dans la Résistance française n’est donc pas la réconciliation – puisque Français et Allemands qui luttèrent ensemble contre l’occupant et Vichy n’avaient pas besoin de se réconcilier – mais le mythe fondateur 14d’une identité commune. Ce mythe fondateur est celui de la lutte solidaire, à une époque de négation généralisée des valeurs démocratiques et républicaines, contre les fascismes : « Quel autre sens donner, en effet, à [ce rapprochement] sinon le fait de s’appuyer sur l’expérience de valeurs démocratiques défendues ensemble dans la Résistance par des Français, mais aussi par des Allemands doublement victimes du “Temps du Mépris”? » 15 Ce mythe des origines fait référence à une violence fondatrice, celle exercée par la France de Vichy et l’Allemagne nazie. Il s’inscrit sur ce point dans une tradition largement éprouvée : « c’est un fait qu’il n’existe pas de communauté historique qui ne soit née d’un rapport qu’on peut dire originel à la guerre […] Les mêmes événements se trouvent ainsi signifier pour les uns gloire, pour les autres, humiliation »16. Mais contrairement aux mythes classiques, les frontières de ce récit ne sont pas nationales puisqu’il évoque un espace à la fois franco-allemand et européen 17.

  • 18  Comme par exemple l’exposition itinérante de 1983 sur les camps du sud de la France soutenue par l (...)
  • 19  Voir Zumbaum-Tomasi, L’histoire et la mémoire des allemands communistes dans la résistance françai (...)
  • 20  Sur l’histoire personnelle de Gerhard Leo, voir : Gehrard, Leo, Un Allemand dans la Résistance. Le (...)
  • 21  En allemand : Verband Deutscher in der Résistance, in den Streitkräften der Antihitlerkoalition un (...)
  • 22  Cullin, Michel, « Le devoir de mémoire et de réconciliation », op. cit.

8Les initiatives issues de la société civile en faveur de la reconnaissance officielle de cette histoire se sont multipliées ces dernières années. À côté des innombrables actions citoyennes isolées 18, il importe de mentionner le travail de sensibilisation mené par les témoins fédérés dans quelques institutions privées européennes ou internationales 19. En France, l’« Association des résistants allemands dans la Résistance française » de Gerhard Leo 20s’efforce aujourd’hui d’entretenir le souvenir de ces émigrés. Côté allemand, un travail analogue est effectué par la DRAFD 21, l’Association des « Allemands dans la “Résistance”, dans les forces de la coalition anti-hitlérienne et dans le mouvement “Allemagne libre” ». Des maisons d’édition relaient ces témoignages dans les deux pays. On peut citer à cet égard l’initiative qui a conduit à la traduction en allemand par Gerhard Leo du journal de Denise Bardet, la jeune institutrice d’Oradour assassinée avec ses élèves le 10 juin 1944. Ce témoignage résonne fortement avec le contre-récit comme en témoigne la construction sémantique d’une ligne de front qui traverse les communautés nationales : « Avant que la colère française n’ait ses égarements et que la haine juste des hommes d’Hitler n’ait levé dans tous les cœurs français la folie qui accompagne les batailles et qui entraîne de véritables méprises qui ne se peuvent éviter, je veux dire ma reconnaissance à la vraie Allemagne… Je veux affirmer que cette véritable Allemagne, c’est pour elle que nous nous battons. » 22 Le discours des intéressés ou de leurs porte-parole ne constitue cependant pas le cœur du faisceau de prises de position en faveur d’une ouverture de la symbolique franco-allemande vers cette histoire.

  • 23  L’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) organise et subventionne depuis quarante ans des (...)
  • 24  La jeunesse joue un rôle essentiel dans l’intrigue du récit de la réconciliation comme en témoigne (...)
  • 25  Parmi les nombreuses rencontres d’étudiants organisées sur ce thème, on peut citer celles de Raven (...)
  • 26  Comme par exemple l’exposition patronnée par Stéphane Hessel lors du Forum organisé par l’universi (...)
  • 27  On mentionnera par exemple le colloque « Les Allemands dans l’exil et leur rôle dans la Résistance (...)
  • 28  Schopf, Keith Holz and Wolfgang, Allemands en exil-Paris 1933-1941, Paris, Autrement, 2003, 254 p.
  • 29  Cullin, Michel, « Résistance : la double mémoire », op cit. ; Cullin, Michel, « Vivre une républiq (...)

9Depuis la fin des années 1990, ces vecteurs de mémoire traditionnels ont reçu le soutien volontaire d’une institution publique franco-allemande, de telle sorte qu’il est permis de parler, depuis cette époque, de véritable entreprise politique de promotion de cette mémoire. L’institution dont il est question est l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ)23. Après avoir été pendant des décennies l’instrument essentiel de reproduction du récit officiel de la réconciliation 24, l’OFAJ est en effet devenu le principal vecteur de ce récit de politique publique (mémorielle). De 1999 à 2004, l’OFAJ a subventionné une multitude de manifestations de promotion du souvenir des Allemands dans la Résistance en France : rencontres d’étudiants et d’universitaires sur ce thème 25, expositions 26, colloques 27, publications 28… De manière plus symbolique encore, l’Office franco-allemand pour la jeunesse a apporté une note dissonante au concert de célébrations instituées et convenues du quarantième anniversaire du traité de l’Élysée ; il a en effet organisé une manifestation à Sanary-sur-Mer, cette petite ville près de Toulon qui fut, pour reprendre l’expression de Ludwig Marcuse, la « capitale » des intellectuels allemands en exil. Ces quelques initiatives ont connu un certain écho dans la presse nationale, grâce notamment aux articles signés par le Secrétaire général adjoint de l’époque dans les quotidiens l’Humanité et Libération 29.

  • 30  Garin, Christine, « À Paris, M. Chirac salue une “France enfin rassemblée” », Le Monde, 2004.
  • 31  Bauer, Alfred, « Europe. Les résistants allemands en France ne seront pas de la fête », L’Humanité (...)

10Quel bilan tirer de cette entreprise mémorielle ? L’histoire des Allemands, et plus généralement des étrangers dans la Résistance en France n’a encore guère reçu de reconnaissance officielle. Quelques fronts semblent toutefois avoir été percés. Lors de la célébration du soixantième anniversaire de la libération de Paris, Bertrand Delanoë rendait par exemple cet hommage à ces combattants antifascistes : « Combien étaient nés loin de la terre de France ? […] Nos amis américains, bien sûr, […] sans lesquels rien n’eût été possible. Les républicains espagnols de la division Leclerc […] mais aussi Arméniens, Polonais des légendaires FTP-MOI, Allemands antinazis ou Italiens antifascistes, tous se sont retrouvés dans ce mouvement en marche »30. Si ces références restent des initiatives isolées, cette autre mémoire du rapprochement franco-allemand est aujourd’hui suffisamment vive pour que les choix des responsables officiels ne passent plus inaperçus. Lors des célébrations du quarantième anniversaire du traité de l’Élysée, Alfred Bauer regrettait par exemple publiquement que l’Association des résistants allemands dans la Résistance française de Gerhard Leo n’ait pas été invitée 31.

A la recherche d’une « politique de la juste mémoire »32des relations franco-allemandes

  • 32  Ricœur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit.
  • 33  Abel, Olivier, in : Olivier Abel, Enrico Castelli-Gattinara, et al., Eds, La juste mémoire. Lectur (...)
  • 34  Todorov, Tzvetan, Les abus de la mémoire, op. cit. ; Moreau-Defarges, Repentance et réconciliation(...)

11Un halo de suspicion entoure toutes les entreprises de représentation finalisée de l’histoire. Cette méfiance est légitime : on ne saurait trop souligner, avec Olivier Abel, qu’il existe toujours un « danger » à vouloir « mettre en œuvre une politique de la mémoire (au sens où certains régimes ont tenté des politiques de la langue) qui l’inscrive en termes d’obligations, de droits et d’interdits »33. La question des rapports entre mémoire et éthique a fait l’objet de nombreuses réflexions de la part d’historiens, de philosophes et de théoriciens politiques 34. Ces travaux convergent vers une idée simple : ce n’est pas la fidélité de la mémoire à l’égard du passé qui fonde son caractère éthique, mais les perspectives politiques qu’elle ouvre ; il importe dès lors d’expliciter l’horizon politique et normatif de l’entreprise de promotion mémorielle évoquée plus haut.

« La juste mémoire comme juste avenir de l’histoire »35

  • 35  Ullern-Weité, Isabelle, in : Abel Olivier, Castelli-Gattinara Enrico, et al., Eds, La juste mémoir (...)
  • 36  Moreau-Defarges, Repentance et réconciliation, op. cit.

12L’idée selon laquelle nous serions liés aux générations précédentes par un devoir de fidélité à leur souvenir est un élément décisif de la pensée sociale contemporaine. N’est-il pas évident que la connaissance de son propre passé permet de ne pas répéter les mêmes erreurs ? Ne perçoit-on pas immédiatement qu’oublier les morts signifierait les enterrer une seconde fois ? Les hommes politiques ont bien perçu le crédit qu’ils peuvent tirer de cette inclination généralisée au souvenir : l’actualité politique ne compte plus les actes de repentance, les commémorations et tous les rappels du passé 36. On a pourtant de bonnes raisons de se méfier de ces appels irréfléchis au « devoir de mémoire ».

  • 37  Cité par exemple par Valérie Barbara Rosoux in : Rosoux, Valérie-Barbara, Les usages de la mémoire (...)
  • 38  Ricœur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit.
  • 39  Rousso, Henry, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, 414 p.

13Le bon sens suffit pour pointer une aporie de cet impératif du devoir de mémoire : il est impossible de tout se remémorer. Le caractère sélectif de la mémoire est une de ses qualités constitutives majeures, et non pas une des ses limites. On cite souvent à ce propos le Funes de Jorge Luis Borges 37: capable d’associer des milliers de références aux vers récités en sa présence, il ne parvient pas à comprendre la poésie. La psychanalyse confirme aujourd’hui les intuitions de la littérature : il est à proprement parler impossible de se souvenir de tout. Ces « trop de mémoire »38sont enfin tout aussi paralysants du point de vue sociologique : la présence obsédante du passé est (fut ?) un des symptômes les plus aigus, dans la France contemporaine, du syndrome de Vichy 39.

14L’histoire nous prouve ensuite que l’injonction à se souvenir est dangereuse. On ne compte pas les épisodes historiques où la convocation des morts a nourri le désir de vengeance et la loi du talion. C’est en référence au souvenir des guerres napoléoniennes que la Prusse s’est appliquée à légitimer celle de 1870 ; c’est au nom de cette dernière que le gouvernement français a activé le thème de l’Union sacrée en 1914… Aujourd’hui, la transformation des commémorations du génocide des Juifs en religion civile ouvre la porte à toutes sortes d’instrumentalisations politiques contestables. On comprend aisément les impasses éthiques auxquelles mènent ces usages du passé.

  • 40  Rosoux, Valérie-Barbara, Les usages de la mémoire dans les relations internationales…, op. cit.
  • 41  Abel, Olivier, in : Abel Olivier, Castelli-Gattinara Enrico, et al., Eds, La juste mémoire. Lectur (...)

15Paul Ricoeur propose donc de substituer au devoir de mémoire le « travail » du même nom. Valérie Rosoux interprète cette notion de la manière suivante : « Pour Paul Ricœur, le travail de mémoire apparaît comme le seul moyen de rouvrir la mémoire sans pour autant susciter le ressentiment et le désir de vengeance. Plutôt que de nourrir une cicatrice incicatrisable, il rompt avec la logique de revanche, comme il rompt avec celle de l’oubli. Loin d’oublier le passé, il intervient dans celui-ci. Il tente de le modifier en lui donnant une autre signification. Non pas en faisant, comme par magie, que ce qui est arrivé ne se soit pas produit. Mais en révélant d’autres avenirs possibles du passé. Il permet de vivre avec le souvenir, plutôt que de vivre sans lui, ou contre lui »40. Au-delà des interprétations divergentes de cette notion, le travail de mémoire se conçoit comme un effort au travers duquel le sujet intervient sur ses souvenirs afin que « la souffrance crie moins vengeance que récit »41. Contre les forces qui tendent à enfermer la mémoire dans le champ du sacré ou du religieux, le travail de mémoire la propulse vers l’univers de la cognition et de la critique.

  • 42  Ullern-Weité, Isabelle, in : op. cit.

16Cette pause réflexive est essentielle si l’on admet, de manière pragmatique mais contre-intuitive, que ce n’est pas le rapport au passé qui détermine le caractère éthique d’une mémoire (la fidélité de l’image à son référent) mais les perspectives politiques qu’elle ouvre. La juste mémoire n’est rien d’autre chose qu’un « juste avenir de l’histoire »42. Il importe donc de clarifier l’horizon téléologique et le substrat normatif de l’entreprise de promotion de la mémoire des Allemands dans la Résistance en France.

Construire une identité commune transnationale sur la mémoire d’un « antifascisme véritable »

  • 43  Ullern-Weité, Isabelle, in : op. cit.

17On constate aisément que les avocats de cette autre représentation des relations franco-allemandes ne s’inscrivent pas dans le registre de la mémoire pour soi (ou contre l’Autre) chère à ceux qui invoquent un impératif du souvenir. Le travail de « recognition »43du passé qu’ils proposent n’est cependant pas tout à fait le même que celui mis en scène depuis 40 ans par les responsables officiels.

  • 44  Todorov, Tzvetan, Les abus de la mémoire, op. cit.
  • 45  Cullin, Michel, « Le devoir de mémoire et de réconciliation, op. cit.

18Le récit de la réconciliation s’appuie analytiquement sur une théorie du travail de mémoire entendu comme un effort de reconnaissance mutuelle du point de vue de l’autre partie (voir la contribution de Valérie Rosoux dans ce volume). Cette perspective dialogique est absente du récit sur le rôle des émigrés dans la Résistance en France. L’effort de réflexion sur l’histoire est plutôt un retour personnel critique sur son propre passé. Il renvoie essentiellement au champ notionnel allemand de la « Vergangenheitsbewältigung » et à la tradition intellectuelle qui lui est attachée. Ce travail de mémoire est une entreprise plus identitaire où chaque partie cherche dans son passé des enseignements 44pour le présent. Il n’est pas « dialogue » – à moins de considérer que le Moi se dédouble – mais introspection. Sa finalité politique n’est pas le rapprochement entre les peuples mais la construction d’une communauté politique centrée sur des valeurs communes. Les militants de la mémoire des émigrés allemands en France expriment cette finalité en ces termes : « Pourquoi travailler à la transmission de cette mémoire ? Tout simplement parce que les acteurs et les actrices de ces événements ont été des citoyens européens avant la lettre. Allemands d’origine, Français de vouloir, restés en France ou retournés en Allemagne après 1945, ils ont incarné et incarnent, pour certains encore aujourd’hui, un idéal de transculturalité assez unique en son genre. […] À travers la mémoire des résistants allemands en France on peut mieux comprendre pourquoi les débats mais aussi les engagements politiques dans l’Europe d’aujourd’hui sont transnationaux »45.

  • 46  Jaspers, Karl, La culpabilité allemande, Paris, Les éditions de minuit, 1990 (1946), 128 p.
  • 47  Jaspers, Karl, La culpabilité allemande, op. cit.
  • 48  Reichel, Peter, Vergangenheitsbewältigung in Deutschland : die Auseinandersetzung mit der NS-Dikta (...)
  • 49  La mesure de cette « part » mériterait bien des développements. Contentons nous de remarquer qu’el (...)

19La définition de ce travail de mémoire doit beaucoup à l’ouvrage fondateur de Karl Jasper intitulé Die Schuldfrage 46. Bien que le livre fût édité en français sous le titre « La culpabilité allemande », Die Schuldfrage, littéralement « la question de la culpabilité », dépasse largement les circonstances géographiques et historiques de sa composition. On doit à cet ouvrage la pulvérisation de la notion absurde de « culpabilité collective » et la définition des fondements d’une responsabilité citoyenne nourrie par l’expérience historique : « citoyen d’un État, je dois assumer les conséquences des actes accomplis par cet État, à la puissance duquel je suis subordonné et dont l’ordre me permet de vivre »47. On pourrait débattre longtemps de la réception des thèses de Jasper par la société ouest-allemande. L’incomplète dénazification, l’élection aux plus hautes fonctions dirigeantes de personnalités au passé très contestable et tous les mythes mémoriels construits après la guerre 48ne plaident pas pour une représentation enchantée du rapport de cette société avec le passé nazi. L’idée de responsabilité politique héritée du passé n’en a pas moins constitué une part essentielle de l’identité politique ouest-allemande de l’après-guerre 49. Elle a aussi alimenté une riche tradition intellectuelle dont le principal porte-drapeau est aujourd’hui Jürgen Habermas, un auteur régulièrement cité par les promoteurs de la mémoire des Allemands dans la Résistance française.

  • 50  Jürgen, Habermas, « Épilogue », Écrits politiques, Paris, Flammarion, 1999, p. 261-274.
  • 51  « Cette identité politique “dégrisée” rompt avec l’arrière-plan d’un passé centré sur l’histoire n (...)
  • 52  Jürgen, Habermas, Après l’État-nation, Paris, Fayard, 1998, 158 p.

20Les prises de position de Habermas sur le rapport au passé vont dans le sens d’une réappropriation critique de toutes les pages de l’histoire allemande, y compris les plus sombres : il avoue ainsi sa sympathie pour celles et ceux qui « placent avant tout leur confiance dans une conscience nationale qui ne puise ses forces que dans une appropriation critique – instruite par Auschwitz – de nos traditions qui, par bonheur, ne manquent pas de modèles sans équivoque »50. Habermas prolongera cette idée de l’appropriation critique des ambivalences de chaque histoire nationale dans sa théorie du patriotisme constitutionnel : il propose de dépasser les constructions identitaires de type « roman national »51en concluant un pacte constitutionnel orienté vers des valeurs communes. On ne cherchera pas bien loin la mémoire qui anime cette conscience historique et ces valeurs. Dans Après l’État nation, Habermas parcourt le XXe siècle et le ramène à un seul et unique événement « la défaite du fascisme » car alors « toutes les légitimations contraires à l’esprit universaliste des Lumières ont été discréditées »52.

  • 53  En 1951, José-Miguel de Azaola plaidait déjà pour une dénationalisation de la mémoire de la Résist (...)
  • 54  Entretien avec Bernard-Henri Lévy, in : Lévy, Bernard-Henri, « Allemagne : Année zéro. Les damnés (...)
  • 55  Jaspers, Karl, La culpabilité allemande, op. cit.

21Les entrepreneurs de la mémoire des Allemands dans la Résistance en France préfèrent parler « d’antifascisme véritable » afin de marquer leurs distances avec les investissements nationalistes de la notion d’antifascisme 53. Le « patriotisme constitutionnel » devient alors un « patriotisme de la mémoire » et nos lieux de mémoire déménagent des lignes de front vers les camps de concentration vichystes ou hitlériens. L’ancien ministre des Affaires étrangères allemand Joschka Fischer exprimait cette idée en ces termes : si la mémoire des crimes commis par l’Allemagne « n’est pas le fond, la racine, le radical, de la Constitution, il n’y a plus de Constitution du tout et plus de patriotisme constitutionnel. On ne peut être patriote de la Constitution allemande que si ce patriotisme est aussi, indissolublement, un patriotisme du souvenir d’Auschwitz »54. De cette citation de Fischer, on ne retirera que l’adjectif « allemand » car, comme le signalait (déjà), Karl Jasper, cette réflexion sur les rapports entre mémoire et citoyenneté ne devrait pas être liée à jamais à la seule Allemagne : « Le destin de l’Allemagne pourrait servir d’exemple à tous. Puisse cette expérience être comprise ! Nous ne sommes pas une race pire que les autres. Partout les hommes ont des qualités semblables. Partout il y a eu des minorités d’hommes violents, criminels, vitalement actifs, qui lorsque l’occasion s’en présente s’emparent du pouvoir et donnent libre cours à leur brutalité »55.

  • 56  Ces « querelles des historiens » ont porté sur plusieurs questions historiographiques sulfureuses (...)
  • 57  Lefeuvre, Daniel, Pour en finir avec la repentance coloniale, Flammarion, à paraître, 2006. Et pou (...)
  • 58  Cullin, Michel, « Résistance : la double mémoire », op. cit.
  • 59  Ricoeur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit.
  • 60  Abel, Olivier, Castelli-Gattinara, Enrico, et al., Eds, La juste mémoire, op. cit.

22L’entreprise de promotion de la mémoire des Allemands dans la Résistance en France est donc aussi une prise de position contre les voix qui plaident, dans les deux pays, pour une réappropriation des pages glorieuses de nos histoires. Le débat public allemand possède sur ce point une longueur d’avance depuis les « Historikerstreite » des années 1980 56. En France, cette discussion a trouvé une acuité particulière depuis la montée en puissance des mémoires coloniales et les prises de position de certains historiens contre les demandes sociales de repentance 57. Les promoteurs de la mémoire sur les Allemands dans la Résistance en France plaident de leur côté pour un examen critique de l’histoire comme en témoigne leur référence récurrente au triste sort offert par la France aux émigrés antifascistes : « À l’heure des manifestations du souvenir voire de la commémoration des événements de juin et de juillet 1940, a-t-on oublié ce qu’a représenté, il y a soixante ans, l’une des plus grandes hontes de notre histoire : la livraison à Hitler aux termes de l’article 19 de la sinistre convention d’armistice du 22 juin 1940 des réfugiés allemands internés dans les camps français de l’époque ? Celles et ceux qui avaient alors cru à la France furent les victimes d’autorités françaises acceptant l’ignominie. »58 Tout en soulignant l’exemplarité positive de l’antifascisme véritable, ils cherchent à dessiner les contours d’une identité et d’une « culpabilité partagée »59et assument qu’idéalement, « le besoin de mémoire ne naît pas de l’orgueil, mais de la honte »60.

23Cette entreprise mémorielle résiste-t-elle alors à l’examen de la juste mémoire ? Si on admet l’idée qu’une mémoire n’est juste qu’à l’aune des perspectives politiques qu’elle ouvre, la réponse à cette question dépend de l’évaluation par chacun des valeurs de cet antifascisme dénationalisé. Car c’est cet « l’avenir de l’histoire » que leur action entend dessiner.

Un « possible non institutionnalisé » de la symbolique franco-allemande

  • 61  Sur la démarche « socio-historienne », voir : Deloye, Yves, Sociologie historique du politique, Pa (...)
  • 62  Rosoux, Valérie-Barbara, Les usages de la mémoire dans les relations internationales, op. cit.
  • 63  Payre, Renaud, « Un possible non institutionnalisé. Socio-histoire de la “science communale” (1900 (...)

24Ayant présenté la trame et le soubassement normatif de ce contre-récit, nous sommes à présent en mesure de présenter un argument « socio-historique »61en faveur de sa reconnaissance. Un retour critique sur la genèse de la symbolique franco-allemande révèle en effet que le grand récit de la réconciliation n’est pas seulement le produit d’une logique de rapprochement. Si sa structure relève incontestablement d’une telle logique 62, ce récit porte également la marque du contexte géopolitique de son élaboration. Le récit alternatif sur les solidarités transnationales dans la Résistance aurait en effet pu nourrir la symbolique officielle, comme d’autres discours sociaux, s’il n’avait pas été écarté aux premières heures du rapprochement franco-allemand et de la construction européenne. Il constitue un « possible non institutionnalisé »63de la symbolique franco-allemande.

La rhétorique de la réconciliation sur fond de rivalité Est-Ouest

  • 64  Wallace, Helen, « The Conduct of Bilateral Relationships by Governments », Partners and Rivals in (...)
  • 65  Rosoux, Valérie-Barbara, Les usages de la mémoire dans les relations internationales, op. cit.

25Bien que le rapprochement politique franco-allemand fût véritablement initié au travers de la construction européenne au début des années 1950 (déclaration Schuman du 9 mai 1950), les premières représentations de la symbolique de la réconciliation entre les deux pays remontent au début des années 1960. C’est en effet à cette époque que De Gaulle et Adenauer posent le principe d’un « partenariat privilégié »64et décident de le donner à voir. Deux mises en scènes apparaissent a posteriori comme fondatrices : la messe commune dans la cathédrale de Reims en juillet 1962 et l’accolade entre les deux hommes suite à la signature du traité de l’Élysée en janvier 1963. Les grand-messes franco-allemandes qui suivirent n’ont en effet jamais véritablement rompu avec cette logique de mise en représentation, sur des lieux de mémoire de la Première Guerre mondiale, d’une amitié entre responsables officiels signifiant une rupture avec l’idée d’ennemis héréditaires. On sait que la structure de ce grand récit est largement le miroir de sa finalité politique officielle ; il est bien un « travail de mémoire » au service du rapprochement franco-allemand 65. Mais une politique publique n’est jamais le produit d’un seul intérêt. Dans les pages qui suivent, nous explorons l’hypothèse d’après laquelle l’intrigue porterait également la marque du contexte géopolitique de son élaboration : l’exacerbation de la rivalité Est-Ouest. Le spectaculaire rapprochement franco-allemand du début des années 1960 voit en effet le jour à une époque où la tension provoquée par la crise de Berlin (1958-1961) et celle des missiles de Cuba (octobre 1962) n’est pas tout à fait retombée.

  • 66  Le gouvernement français concevait plutôt la coopération avec la RFA comme un moyen au service d’u (...)

26La contemporanéité entre le rapprochement franco-allemand et l’exacerbation des tensions Est-Ouest n’est pas entièrement accidentelle. Si les motivations du gouvernement français apparaissent a posteriori largement déconnectées par rapport à ce contexte 66, on ne saurait en dire autant en ce qui concerne la République fédérale. La rivalité Est-Ouest posait directement la question de la sécurité de la RFA. La diplomatie ouest-allemande hésitait à l’époque entre un renforcement de son alliance avec les États-Unis et l’affirmation d’un partenariat privilégié avec la France. La tournure prise par le réchauffement de la Guerre froide a joué un rôle déterminant dans la maturation de la position francophile du Chancelier. Deux éléments ont semble-t-il pesé : le soutien répété du général De Gaulle dans la crise de Berlin (énoncé pour la première fois le 4 mars 1959) et les hésitations de l’administration américaine dans le domaine de la stratégie militaire. Sur ce dernier point, la crise de Cuba avait tout d’abord fait craindre à Adenauer que Berlin ne puisse servir de monnaie d’échange au retrait des fusées soviétiques. S’il n’en a rien été, la mise en place d’une ligne de communication directe entre Washington et Moscou au lendemain de la crise n’a pas rassuré Adenauer. Enfin, l’annonce de l’adoption de la doctrine nucléaire de la riposte graduée et l’inclination de Washington pour un armement conventionnel de la RFA laissaient craindre que les États-Unis pourraient se résoudre à sacrifier le territoire allemand en cas de conflit avec l’Union soviétique. Le rapprochement avec Paris devait en d’autres termes permettre de maintenir la pression sur Washington dans un contexte de turbulences et d’incertitudes. On peut donc s’attendre, dans ce contexte, à ce que la symbolique de la réconciliation porte la marque du conflit Est-Ouest.

  • 67  Aide-mémoire remis le 29 janvier 1963 par S. E Vinogradov au président de la République, in : Réac (...)
  • 68  Idem.
  • 69  Note de réponse du gouvernement fédéral à l’Aide-mémoire remis le 29 janvier 1963 par S. E Vinogra (...)

27L’hypocrisie de l’idéologie de la réconciliation fut dénoncée à l’époque par l’URSS et les démocraties populaires. Au lendemain de la signature du traité de l’Élysée, l’URSS réagit en effet avec une étonnante violence à ce qu’elle considère être une alliance militaire dirigée contre l’Union soviétique : dans un mémorandum signé par le secrétaire d’État Vinogradov, le traité d’amitié franco-allemand est interprété comme un leurre destiné à masquer une alliance militaire contre l’Union soviétique : « si les choses continuent d’évoluer dans la direction où les pousse le traité, il ne restera plus qu’à supposer que, dans quelques années, la France a l’intention de faire la guerre à l’Union soviétique »67. Les débats suscités, en interne, par ce traité suggèrent que celui-ci a effectivement inquiété les autorités de l’URSS. Le maigre bilan des volets stratégique et militaire de cette convention a prouvé, depuis, que cette inquiétude était largement infondée. La perception communiste de la rhétorique de la réconciliation n’en est pas moins intéressante pour notre propos : « la démagogie de la réconciliation »68fut perçue comme un leurre visant à camoufler les ambitions revanchardes de la RFA. La réponse du gouvernement de Bonn au mémorandum soviétique donne d’ailleurs du crédit à l’interprétation d’après laquelle la mise en scène de la réconciliation a pu servir de paravent diplomatique : « Ce traité n’est dirigé contre aucun peuple ni contre aucun État. Il affirme au contraire la volonté du peuple allemand et du peuple français d’éliminer définitivement les antagonismes nationaux qui ont existé entre eux. » Et le gouvernement fédéral d’insister : « Durant des siècles, Allemands et Français se sont fait face avec méfiance et hostilité. Dans les guerres qui ont eu lieu entre les deux peuples, des millions d’êtres humains ont péri et des valeurs économiques et culturelles inestimables ont été anéanties. Les Allemands comme les Français ont compris que cette querelle était funeste -funeste pour eux-mêmes, pour l’Europe, pour le monde. »69

28Cette grille de lecture, qui insiste sur la dimension stratégique du discours politique, ne contredit pas celle affirmant qu’il existe un substrat plus moral (la réconciliation) dans la symbolique franco-allemande officielle : la morale ne se matérialise jamais en dehors des rapports de force et la politique ne se résume pas aux enjeux de puissance et de sécurité. Seule la prise en compte de ces deux dimensions permet une compréhension historique véritable. En l’occurrence, la lutte d’influence entre les deux blocs était médiatisée par deux usages (ou instrumentalisations) du passé : la rhétorique de la réconciliation à l’Ouest, le récit mythifié sur l’internationale antifasciste à l’Est. Si le contre-récit sur les solidarités transnationales dans la Résistance a aujourd’hui perdu ses connotations idéologiques et politiques, il ne faut pas oublier qu’il fut pendant longtemps monopolisé par les vecteurs de mémoire communistes. Ce discours social était inacceptable car il entrait en résonance avec les grandes fresques historiques dessinées de l’autre côté du rideau de fer. L’hypothèse de sa reconnaissance fut pourtant posée.

Exil, Résistance et rapprochement franco-allemand

  • 70  On pense par exemple à l’association Échanges franco-allemands créée en 1959. Castellan Georges an (...)
  • 71  Bock, Hans Manfred et Pfeil, Ulrich, « Les acteurs culturels et la coopération franco-allemande : (...)

29On associe souvent la genèse de la coopération franco-allemande aux figures d’Adenauer et De Gaulle. Ce faisant, on oublie que les initiatives spectaculaires du début des années 1960 furent précédées d’un travail plus discret réalisé au niveau des sociétés civiles : dès 1945, des militants de la cause franco-allemande, fédérés dans quelques associations privées, s’appliquèrent à encourager les échanges culturels entre les deux pays. Cette idée est particulièrement évidente en ce qui concerne les relations entre la France et la République démocratique allemande : en l’absence de relations officielles, seuls des acteurs privés pouvaient entretenir des relations culturelles 70. Mais elle vaut également pour la coopération entre la France et la République fédérale. Le regain de l’histoire « socio-culturelle »71a permis de mettre en évidence le rôle des initiatives privées dans le rapprochement entre les deux sociétés. Plusieurs organismes d’échanges tels que le BILD (Bureau International de Liaison et de Documentation), la GUZ (Gesellschaft für Übernationale Zusammenarbeit) ou le CFEAN (Comité Français d’Échanges avec l’Allemagne Nouvelle) ont en effet participé au changement de climat entre les deux sociétés. Or l’analyse révèle que le parcours personnel de nombre des animateurs de ces structures se confond avec le récit qui voit dans l’engagement d’Allemands dans la Résistance en France le premier acte de rapprochement.

  • 72  Moreau, Jean-Charles, « Les aspects particuliers de la politique d’occupation française dans les d (...)
  • 73  Bock, Hans Manfred et Pfeil, Ulrich, « Les acteurs culturels et la coopération franco-allemande », (...)
  • 74  Elle est en partie le fruit d’une entreprise de communication lancée par les acteurs eux-mêmes dan (...)

30L’affirmation que les initiatives constructives de ces hommes et de ces femmes s’inscrivaient dans la continuité des idéaux de la Résistance française est devenue un lieu commun. On doit – à vrai dire – aux acteurs eux-mêmes cette mise en équation entre Résistance et Réconciliation. Pour Jean Moreau, un fonctionnaire français en poste en Allemagne de 1945 à 1955 qui travailla à la diffusion d’un esprit coopératif dans les deux pays, les partisans du rapprochement franco-allemand avaient en commun « une participation aux actions et aux mouvements d’idées qu’avaient engendrés la Résistance »72. Cette thèse est aujourd’hui reprise par quelques historiens : Hans-Manfred Bock, de l’université de Kassel, écrivait par exemple à propos d’une de ces associations privées que « l’engagement de ses membres pour les relations franco-allemandes résultait essentiellement de leur engagement dans la Résistance »73. Cette affirmation mériterait probablement une évaluation plus critique 74.

  • 75  On s’inspire ici de la démarche heuristique exposée par Christine Delory-Momberger dans : Delory-M (...)

31Ce qui est certain, c’est qu’un nombre significatif de personnes engagées dans cette histoire parallèle du rapprochement franco-allemand auraient pu être, du fait de leur « parcours de vie »75, des personnages du contre-récit sur la continuité entre les épisodes de l’exil, de la Résistance et du rapprochement. On citera, à titre d’exemple, les cas de trois personnalités reconnues du rapprochement entre les sociétés civiles : Alfred Grosser, Joseph Rovan, et Stéphane Hessel.

  • 76  Sur la distinction entre Widerstand et Resistenz, voir l’entretien avec Sonia Combe dans ce volume
  • 77  Grosser, Alfred, Une vie de Français, op. cit.

32Né juif allemand en 1925, Alfred Grosser fut contraint de s’exiler en France en 1933. Il n’a jamais prétendu avoir été un véritable résistant, au sens de « Widerstandskämpfer » ; son témoignage n’en est que plus convaincant quant il affirme avoir fait œuvre de « Resistenz »76et s’être inspiré de l’esprit de la lutte antifasciste dans son engagement franco-allemand de l’après-guerre. La mort de ses oncles et tantes à Auschwitz lui aurait inspiré la conviction suivante : « j’étais sûr que la haine pour une collectivité n’était pas la bonne réponse à une haine collective. Et qu’il ne devrait jamais y avoir de condamnation globale d’un groupe humain, en l’occurrence les Allemands, quelle que fût la monstruosité des crimes et quel qu’ait été le nombre de criminels. »77 Alfred Grosser fut le principal animateur, après la guerre, du Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle fondé par Emmanuel Mounier. Au début des années 1960, sa renommée dans les cercles de pouvoir de Bonn et de Paris lui permit d’inviter le président Heinrich Lübke pour une conférence à la Sorbonne.

33Joseph Rovan (1918-2004) est arrivé en France en 1934. Comme nombre de collaborateurs de la revue Esprit, il passa dans la clandestinité en 1941, ce qui lui valut d’être arrêté et déporté à Dachau en 1944. Dirigeant de l’association d’Éducation populaire Peuple et Culture, il travailla également au lendemain de la guerre dans une petite structure d’échanges culturels du gouvernement militaire français d’occupation puis au Bureau International de Liaison et de Documentation. Il s’engagea ensuite aux côtés du ministre gaulliste Edmond Michelet et participa à la préparation du traité de l’Élysée. Il fut aussi conseiller personnel de Helmut Kohl et de Jacques Chirac.

34Stephane Hessel a pour sa part fui l’Allemagne nazie avec sa famille en 1933. Résistant de la première heure, il fut arrêté et survécut aux camps de Dora et de Buchenwald. Dans un premier temps plus engagé à l’ONU et dans les cercles européanistes, Stéphane Hessel ne s’est jamais présenté comme un véritable pionnier de la cause franco-allemande. On trouve cependant sa trace dans les archives de la préparation du traité de l’Élysée. Haut fonctionnaire au ministère de l’Éducation nationale, il a participé aux négociations qui ont abouti à la rédaction des chapitres culturels de cette convention.

  • 78  On se contentera ici d’énumérer quelques signes de cette notoriété : Ils furent tous symboliquemen (...)
  • 79  Jasper, Willi, Hôtel Lutetia : un exil allemand à Paris, Paris, Michalon, 1995, 403 p. Voir aussi (...)

35Ces trois parcours parallèles illustrent bien l’idée selon laquelle le récit sur l’exemplarité des solidarités transnationales pendant la guerre aurait pu constituer un pilier de l’identité franco-allemande construite après la guerre. Il connut même une forme de reconnaissance implicite à travers la notoriété de ces personnages. C’est vrai en particulier de J. Rovan et d’A. Grosser 78, qui devinrent rapidement des vitrines quasi officielles du rapprochement entre les sociétés civiles. Cette forme de reconnaissance du contre-récit a parfois fait pencher la symbolique franco-allemande de son côté. À l’initiative d’Alfred Grosser, l’Office franco-allemand pour la jeunesse a par exemple fêté son cinquième anniversaire en 1968 à l’hôtel Lutetia, dont le bâtiment servit pendant la guerre de Kommandantur puis de lieu d’accueil des anciens déportés 79. On n’est toutefois jamais allé plus loin que ces clins d’oeils semi-officiels et finalement assez marginaux.

  • 80  Abel, Olivier et Loriga, Sabina, in : Abel, Olivier, Castelli-Gattinara, Enrico, et al., Eds, La j (...)

36L’histoire des résistants allemands en France constitue donc bien, pour la symbolique officielle, une « réserve de refiguration possible du temps. »80 On pourrait d’ailleurs élargir l’argumentation au-delà du strict contexte franco-allemand. À travers ce schéma narratif qui fait de l’exil et de la résistance antifasciste la préhistoire du rapprochement entre les peuples après 1945, c’est toute une page des origines de la construction européenne que les responsables du protocole des sommets européens pourraient explorer. Les résistants allemands en France sont aujourd’hui encore d’illustres anonymes. Mais on ne manque pas, au niveau de la grande politique, de figures de l’exil et de la résistance qui contribuèrent au rapprochement entre les peuples d’Europe. Certains, comme le général De Gaulle ou Robert Schuman, appartiennent déjà au panthéon officieux de la construction européenne. Mais a-t-on reconnu à sa juste valeur l’engagement européen du chancelier Willy Brandt qui, après avoir fui puis combattu l’Allemagne nazie, s’agenouillait en Pologne devant le mémorial du ghetto de Varsovie ? De même, on peut s’étonner de l’oubli international dans lequel est tombé un autre grand exilé et adversaire du nazisme qui prépara l’adhésion de son pays aux communautés européennes, l’ancien chancelier autrichien Bruno Kreisky. L’Europe est aujourd’hui en quête d’identité. Un travail sur le sens de ces engagements antifascistes transnationaux apporterait peut-être un certain nombre de réponses à ses questions.

Haut de page

Notes

1  Ricœur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, 676 p.

2  « Dépassement » et non pas « critique » ou « procès ». Du point de vue de la problématique de la résolution des conflits, le travail de mémoire franco-allemand médiatisé par ce récit apparaît en effet exemplaire. Voir la contribution de Valérie-Barbara Rosoux dans ce dossier.

3  Sur la notion de « contre-récit » ou d’histoire alternative en science politique, voir l’excellent ouvrage de Emery Roe. Roe, Emery, Narrative Policy Analysis. Durham, Duke University Press, 1994, 200 p. Ce livre essentiel de l’analyse des politiques publiques américaine est inconnu en France. C’est un paradoxe quand on sait que l’auteur a pour références premières Roland Barthes, Jacques Derrida, Claude Brémond et d’autres structuralistes français.

4  Pollak, M., « Mémoire, oubli, silence », in Une identité blessée. Études de sociologie et d’histoire, Ed. Métailié, 1993, p. 22. Noiriel, Gérard, « Histoire, mémoire, engagement civique », Hommes et Migrations, 1247, 2004, p. 17-26.

5  Tzvetan, Todorov, Les abus de la mémoire, Paris, Arlea, 1998, 61 p.

6  Ricœur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, 676 p.

7  Payre, Renaud, « Un possible non institutionnalisé. Socio-histoire de la “science communale” (1900-1950) », Faire de la science politique : pour une analyse socio-historique du politique, Yves Déloye et Bernard Voutat, Paris, Belin, 2002.

8  Grosser, Alfred, La dimension politique de la réconciliation : retour sur le 6 juin 2004, Conférence à IFRI, juin 2004, Conference proceedings.

9  Cullin, Michel, « Le devoir de mémoire et de réconciliation », Libération, 7178, 2004, p. 41.

10  Ou construite scientifiquement. Sur les dimensions narratives de toutes les constructions historiographiques, voir : Ricœur, Paul, Temps et récit. 1/L’intrigue et le récit historique, Paris, Gallimard, 1983.

11  Outre les ouvrages cités par Guilhem Zumbaum-Tomasi dans son article, il conviendrait de mentionner tous les travaux sur les camps français. Contentons-nous de rappeler les travaux précurseurs de Gilbert Badia en la matière : Badia, Gilbert, Les barbelés de l’exil : études sur l’émigration allemande et autrichienne. Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1979, 443 p.

12  On doit à Paul Ricœur cette critique de la mémoire artificielle : « Pour la mémoire artificielle, tout est action, rien n’est passion. Les places sont souverainement choisies, leur ordre cache l’arbitraire de leur choix ; et les images ne sont pas moins manipulées que les places auxquelles elles sont assignées. », Paul, Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit.

13  Abel, Olivier, et Loriga, Sabina, in : Abel Olivier, Castelli-Gattinara Enrico, et al., Ed., La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricœur, Genève, Labor et Fides, 2006, 214 p.

14  Veyne, Paul, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, Seuil, 1992, 168 p.

15  Cullin, Michel, « Résistance : la double mémoire », Libération, 2000, p. 6.

16  Ricoeur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit.

17  Une ambiguïté est ainsi savamment entretenue par le récit entre les échelles binationale et européenne. Outre les Allemands, des Autrichiens, des Espagnols et de nombreuses autres nationalités ont participé à la Résistance en France. En fonction de ses objectifs politiques, le narrateur insiste alternativement sur la dimension binationale ou européenne de cette histoire.

18  Comme par exemple l’exposition itinérante de 1983 sur les camps du sud de la France soutenue par les Instituts Goethe et le ministère français des Affaires étrangères ou encore, en Allemagne, l’exposition « Vis-à-vis. Deutschland-Frankreich » de la Haus der Geschichte de Bonn (1987). Citons aussi les prises de position citoyennes dont on trouve la trace dans les archives des grands quotidiens. Ainsi ce courrier des lecteurs du Monde à propos des célébrations du cinquantième anniversaire de la Libération : « Puisque commémoration il y a, ne pourrait-on pas plutôt rassembler en 1995 à Berlin des jeunes Français et Allemands qui réfléchiraient ensemble à la force de caractère, au sens des valeurs, au courage de la petite minorité de résistants allemands, connus ou inconnus, qui dans un environnement hostile et fanatisé ont sauvé l’honneur du peuple allemand et dont ces jeunes doivent être fiers ». Claude Merlet, « Au courrier du monde. Débarquement. Une leçon pour la jeunesse », Le Monde, 1994.

19  Voir Zumbaum-Tomasi, L’histoire et la mémoire des allemands communistes dans la résistance française, dans ce volume.

20  Sur l’histoire personnelle de Gerhard Leo, voir : Gehrard, Leo, Un Allemand dans la Résistance. Le train pour Toulouse, Tirésias, 1997.

21  En allemand : Verband Deutscher in der Résistance, in den Streitkräften der Antihitlerkoalition und der Bewegung « Freies Deutschland ».

22  Cullin, Michel, « Le devoir de mémoire et de réconciliation », op. cit.

23  L’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) organise et subventionne depuis quarante ans des échanges de jeunes entre la France et la République fédérale d’Allemagne. L’OFAJ est un des principaux symboles du rapprochement franco-allemand car il fut créé en 1963 en application du traité de l’Élysée. C’est même la seule institution directement issue de ce traité.

24  La jeunesse joue un rôle essentiel dans l’intrigue du récit de la réconciliation comme en témoigne la Déclaration commune paraphée au traité de l’Élysée : « [Le général De Gaulle et le chancelier Adenauer déclarent] que la réconciliation du peuple allemand et du peuple français, mettant fin à une rivalité séculaire, constitue un événement historique qui transforme profondément les relations entre les deux peuples [et constatent] que la jeunesse se trouve appelée à jouer un rôle déterminant dans la consolidation de l’amitié franco-allemande. » L’OFAJ a entretenu cette symbolique pendant des décennies en apportant ses contingents de jeunes lors de chaque grand-messe franco-allemande.

25  Parmi les nombreuses rencontres d’étudiants organisées sur ce thème, on peut citer celles de Ravensbrück des 27-29/4/2000, le séminaire « Résistance et citoyenneté – Des jeunes en résistance » des 10-13/11/2000 à Montreuil, la rencontre « Mémoire et résistance » du 6/4/2001 à La Bégude-de-Mazenc…

26  Comme par exemple l’exposition patronnée par Stéphane Hessel lors du Forum organisé par l’université germano-polonaise de Frankfurt/Oder et Poznan/Slubice (27-30/6/2002).

27  On mentionnera par exemple le colloque « Les Allemands dans l’exil et leur rôle dans la Résistance », 30/10/2001 (Sanary, 4/4/2000) ou encore la conférence « Le rôle des résistants allemands en France dans la réconciliation franco-allemande », manifestation organisée par l’Institut Goethe de Paris, l’Observatoire des Relations franco-allemandes pour la Construction européenne et l’OFAJ.

28  Schopf, Keith Holz and Wolfgang, Allemands en exil-Paris 1933-1941, Paris, Autrement, 2003, 254 p.

29  Cullin, Michel, « Résistance : la double mémoire », op cit. ; Cullin, Michel, « Vivre une république européenne et sociale », Libération, 2001, p. 6 ; Cullin, Michel, « Échanges entre jeunes et citoyenneté européenne », Libération, 2003, p. 6 ; Cullin, Michel, « Nous avons d’énormes besoins nouveaux », L’Humanité, 2003. ; Cullin, Michel, « Le devoir de mémoire et de réconciliation », op cit.

30  Garin, Christine, « À Paris, M. Chirac salue une “France enfin rassemblée” », Le Monde, 2004.

31  Bauer, Alfred, « Europe. Les résistants allemands en France ne seront pas de la fête », L’Humanité, 2003.

32  Ricœur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit.

33  Abel, Olivier, in : Olivier Abel, Enrico Castelli-Gattinara, et al., Eds, La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricœur, op. cit.

34  Todorov, Tzvetan, Les abus de la mémoire, op. cit. ; Moreau-Defarges, Repentance et réconciliation, Paris, Presses de Sciences Po, 1999, 131 p. ; Ricœur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, op cit. ; Rosoux, Valérie-Barbara, Les usages de la mémoire dans les relations internationales : le recours au passé dans la politique étrangère de la France à l’égard de l’Allemagne et de l’Algérie de 1962 à nos jours, Bruxelles, Éditions Bruylant, 2002, 403 p. ; Abel, Olivier, Castelli-Gattinara, Enrico, et al., Eds, La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricœur, op. cit.

35  Ullern-Weité, Isabelle, in : Abel Olivier, Castelli-Gattinara Enrico, et al., Eds, La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricoeur, op. cit.

36  Moreau-Defarges, Repentance et réconciliation, op. cit.

37  Cité par exemple par Valérie Barbara Rosoux in : Rosoux, Valérie-Barbara, Les usages de la mémoire dans les relations internationales…, op. cit. ; Borges, Jorge Luis, « Funes ou la mémoire », Fictions, Borges, Jorge Luis, Paris, Gallimard, 1957.

38  Ricœur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit.

39  Rousso, Henry, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, 414 p.

40  Rosoux, Valérie-Barbara, Les usages de la mémoire dans les relations internationales…, op. cit.

41  Abel, Olivier, in : Abel Olivier, Castelli-Gattinara Enrico, et al., Eds, La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricœur, Genève, Labor et Fides, 2006, 214 p.

42  Ullern-Weité, Isabelle, in : op. cit.

43  Ullern-Weité, Isabelle, in : op. cit.

44  Todorov, Tzvetan, Les abus de la mémoire, op. cit.

45  Cullin, Michel, « Le devoir de mémoire et de réconciliation, op. cit.

46  Jaspers, Karl, La culpabilité allemande, Paris, Les éditions de minuit, 1990 (1946), 128 p.

47  Jaspers, Karl, La culpabilité allemande, op. cit.

48  Reichel, Peter, Vergangenheitsbewältigung in Deutschland : die Auseinandersetzung mit der NS-Diktatur von 1945 bis heute, München, Beck, 2001, 252 p.

49  La mesure de cette « part » mériterait bien des développements. Contentons nous de remarquer qu’elle existe comme en témoigne les discours et actes officiels de quelques dirigeants de premier plan. On peut par exemple mentionner le célèbre Kniefall du chancelier Willy Brandt devant le mémorial du ghetto de Varsovie le 7 décembre 1970 ou encore le fameux discours du Président Richard von Weizäcker du 8 mai 1985.

50  Jürgen, Habermas, « Épilogue », Écrits politiques, Paris, Flammarion, 1999, p. 261-274.

51  « Cette identité politique “dégrisée” rompt avec l’arrière-plan d’un passé centré sur l’histoire nationale. Le contenu universaliste d’une forme de patriotisme qui se cristallise autour de l’État démocratique constitutionnel ne doit plus être rapporté aux continuités victorieuses ; il est incompatible avec cette naturalité brute – mais au second degré – qui caractérise une conscience historique demeurant obtuse quant à la profonde ambivalence de toute tradition ; quant à l’enchaînement de l’irréparable – l’aspect nocturne et barbare de toutes les conquêtes culturelles jusqu’à présent ». Habermas Jürgen. « Conscience historique et identité post-traditionnelle », Écrits politiques, Jürgen Habermas. Paris, Flammarion. 1999, pp 293-317.

52  Jürgen, Habermas, Après l’État-nation, Paris, Fayard, 1998, 158 p.

53  En 1951, José-Miguel de Azaola plaidait déjà pour une dénationalisation de la mémoire de la Résistance : « Si le mouvement de résistance contre le nazisme avait été européen plutôt que national, l’Europe serait différente aujourd’hui. » De Azaola José-Miguel, « Das ist eure Aufgabe !.» Dokumente, Zeitschrift für übernationale Zusammenarbeit. 12, 1951, p. 221-222.

54  Entretien avec Bernard-Henri Lévy, in : Lévy, Bernard-Henri, « Allemagne : Année zéro. Les damnés et les autres », Le Monde, 1999.

55  Jaspers, Karl, La culpabilité allemande, op. cit.

56  Ces « querelles des historiens » ont porté sur plusieurs questions historiographiques sulfureuses telles que la comparabilité des régimes nazi et communiste ou l’historicisation du génocide des Juifs dans le contexte de la menace soviétique. Elles furent aussi, et ce point nous intéresse plus particulièrement, l’occasion d’une controverse sur la question de la normalisation du rapport au passé, plusieurs intellectuels, comme Michael Walzer, proposant d’en finir avec la « routine de la culpabilisation ».

57  Lefeuvre, Daniel, Pour en finir avec la repentance coloniale, Flammarion, à paraître, 2006. Et pour une histoire critique de l’esclavage et de la colonisation, le dossier consacré à cette question dans les Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n° 89, 4e trimestre 2002.

58  Cullin, Michel, « Résistance : la double mémoire », op. cit.

59  Ricoeur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit.

60  Abel, Olivier, Castelli-Gattinara, Enrico, et al., Eds, La juste mémoire, op. cit.

61  Sur la démarche « socio-historienne », voir : Deloye, Yves, Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, 1996, 125 p.

62  Rosoux, Valérie-Barbara, Les usages de la mémoire dans les relations internationales, op. cit.

63  Payre, Renaud, « Un possible non institutionnalisé. Socio-histoire de la “science communale” (1900-1950) », in : Faire de la science politique, op. cit.

64  Wallace, Helen, « The Conduct of Bilateral Relationships by Governments », Partners and Rivals in Western Europe : Britain, France, Germany, Adlershot, Gower Publishing Company, 1986, p. 137-155.

65  Rosoux, Valérie-Barbara, Les usages de la mémoire dans les relations internationales, op. cit.

66  Le gouvernement français concevait plutôt la coopération avec la RFA comme un moyen au service d’une politique d’hégémonie en Europe. Voir : Delori, Mathias, « La genèse de la coopération franco-allemande au début des années 1960 : l’apport de l’analyse des politiques publiques », RFSP, vol. 56, n° 3, 2006, p. 409-428.

67  Aide-mémoire remis le 29 janvier 1963 par S. E Vinogradov au président de la République, in : Réactions étrangères au traité et Bilan coopération FA, 63-65, Archives du MAE, Europe, Allemagne, 1961-1970, 1600

68  Idem.

69  Note de réponse du gouvernement fédéral à l’Aide-mémoire remis le 29 janvier 1963 par S. E Vinogradov au président de la République, Archives du MAE, Europe, Allemagne, 1961-1970, 1600

70  On pense par exemple à l’association Échanges franco-allemands créée en 1959. Castellan Georges and Lenoir Roland, France-République démocratique allemande. 30 ans de relations, Paris, PUF, 1978, 240 p.

71  Bock, Hans Manfred et Pfeil, Ulrich, « Les acteurs culturels et la coopération franco-allemande : formes, objectifs, influences », Le traité de l’Élysée et les relations franco-allemandes. 1945-1963-2003. Defrance, Corine, and Pfeil, Ulrich, Paris, CNRS Éditions, 2005, p. 193-209.

72  Moreau, Jean-Charles, « Les aspects particuliers de la politique d’occupation française dans les domaines de la jeunesse et de l’éducation populaire », in : La dénazification par les vainqueurs, Vaillant Jérôme, Lille, Presses universitaires de Lille, 1981, p. 19-35.

73  Bock, Hans Manfred et Pfeil, Ulrich, « Les acteurs culturels et la coopération franco-allemande », op. cit.

74  Elle est en partie le fruit d’une entreprise de communication lancée par les acteurs eux-mêmes dans le temps de l’action (de 1945 à 1963). Au lendemain de la guerre, un climat de suspicion entourait toutes les entreprises de coopération franco-allemandes de telle sorte qu’on a eu tendance à insister sur les éléments de rupture avec la période précédente.

75  On s’inspire ici de la démarche heuristique exposée par Christine Delory-Momberger dans : Delory-Momberger, Christine, Les histoires de vie. De l’invention de soi au projet de formation, Paris, Anthropos, 2000, 290 p. Conformément à cette démarche, les parcours de vie de ces trois personnalités, dont on se contente ici de proposer une esquisse, ont été reconstitués à partir d’entretiens biographiques et de documents d’archives. Ces trois personnages ont aussi produit des autobiographies. Grosser, Alfred, Une vie de Français. Paris, Flammarion, 1997, 220 p ; Hessel, Stéphane, Danse avec le siècle, Paris, Seuil, 1997, 312 p. ; Rovan, Joseph, Mémoires d’un Français qui se souvient d’avoir été allemand, Paris, Seuil, 1999, 555 p.

76  Sur la distinction entre Widerstand et Resistenz, voir l’entretien avec Sonia Combe dans ce volume.

77  Grosser, Alfred, Une vie de Français, op. cit.

78  On se contentera ici d’énumérer quelques signes de cette notoriété : Ils furent tous symboliquement nommés dans les premiers Conseil d’administration de l’Office franco-allemand pour la jeunesse, une institution qui fut jadis un symbole de la réconciliation franco-allemande. Le cas de Joseph Rovan est encore le plus éloquent. Il fut décoré, en France, de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite. Il reçut en Allemagne les médailles des Ordres du Mérite fédéral allemand et bavarois, le Prix de la Tolérance de la ville de Münster, et en 2001, le Prix National Allemand (Deutscher Nationalpreis).

79  Jasper, Willi, Hôtel Lutetia : un exil allemand à Paris, Paris, Michalon, 1995, 403 p. Voir aussi le roman de Pierre Assouline : Assouline, Pierre, Lutetia, Paris, Gallimard, 2005, 438 p.

80  Abel, Olivier et Loriga, Sabina, in : Abel, Olivier, Castelli-Gattinara, Enrico, et al., Eds, La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricœur, Genève, Labor et Fides, 2006, 214 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Delori, « La mémoire de l’exil et de la résistance antifasciste comme ciment d’une identité supranationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 100 | 2007, 99-117.

Référence électronique

Mathias Delori, « La mémoire de l’exil et de la résistance antifasciste comme ciment d’une identité supranationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 19 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/699

Haut de page

Auteur

Mathias Delori

ATER en science politique à l’IEP de Grenoble, doctorant à l’UMR PACTE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page