Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les prisonniers de guerre allemands en mains françaises dans les mémoires nationales en France et en Allemagne après 1945

Fabien Théofilakis
p. 67-84

Résumé

Massivement présents en France entre 1945 et 1948 mais longtemps considérés comme les oubliés de l’histoire, les prisonniers de guerre allemands en mains françaises occupent une place particulière dans les mémoires française et allemande. Les silences comme les regains d’intérêt dont ils ont fait (et font) l’objet sont liés aux évolutions du régime d’historicité des deux pays depuis 1945. Dans quelle mesure l’Allemagne et la France ont-elles pu/voulu ménager une place à ces fantômes d’hier dans leurs histoires nationales ? Selon les usages de leur passé (de vainqueur/vaincu) qu’elles ont faits, à usage interne pour affirmer une identité nationale, à l’échelle européenne pour parvenir au rapprochement franco-allemand et individuelle selon l’attention accordée aux témoins, quatre moments peuvent être définis depuis les années 1950 qui analysent le traitement de la mémoire de cette captivité de guerre en temps de paix.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Allemagne, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Abrégés en PGA.
  • 2  Cochet, François, « La captivité de 1939-1945 et les jumelages de villes : du rêve au réveil », da (...)
  • 3  Overmans, Rüdiger, « Bibliographischer Essay », dans Overmans, R. (Hg.), In der Hand des Feindes. (...)
  • 4  Martens, Stéphan, Allemagne. La nouvelle puissance européenne, PUF-IRIS, 2002, p. 105.

1Dans l’histoire des relations franco-allemandes, les prisonniers de guerre allemands 1 en mains françaises constituent un point d’absence paradoxal tant est grand le décalage entre le silence des mémoire nationales à leur égardet leur contribution, en deçà des grandes mises en scène politique, au rapprochement des deux peuples par le biais notamment des jumelages 2 et de fondations de sociétés franco-allemandes à partir des années 50. En effet, près d’un million de PGA ont vécu entre 1945 et 1948 parmi les Français dans un étonnant renversement des rôles entre vaincus et vainqueurs et constitué une expérience unique, de présence ou d’absence, pour les deux sociétés d’après-guerre. Or, ce qui frappe au regard de l’historiographie existante 3, c’est l’impression de long silence entourant cette période liminaire du rapprochement franco-allemand et l’apparition d’une vive demande sociale dans les deux sociétés à partir des années 90. L’intérêt, que l’on pourrait croire tardif, à cette présence allemande s’est concentré quasi exclusivement sur la question des mauvais traitements et le statut de victime de ces prisonniers. Il s’est largement développé sur le mode polémique à partir des accusations de meurtre à grande échelle lancées par le Canadien James Bacque contre la gestion américaine et française des captifs allemands. Enfin, il donne l’impression qu’à une mémoire vertueuse, celle d’un rapprochement franco-allemand sans heurt et sans reproche, s’opposerait une mémoire sacrifiée car honteuse qu’il serait temps d’exhumer. On est en droit de se demander si la focalisation sur le « couple » franco-allemand n’aurait pas contré intérêt public et recherches historiques sur ce qui pouvait raviver cette querelle du passé, le « postulat du lien conjugal [pouvant en effet] être interprété comme une volonté d’inscrire le destin de l’Allemagne dans une dépendance affective, et servir de prétexte pour dissimuler les vieilles hantises » 4et les pages sombres d’histoire partagée.

  • 5  Hartog, François, « Tissé de différents régimes de temporalité, [le régime d’historicité] est […] (...)

2Aborder la question de la mémoire des PGA depuis 1945 à travers la réconciliation franco-allemande conduit donc à interroger les régimes d’historicité en ce que cette réconciliation engage les « manières [qu’a une société] d’articuler passé, présent et futur »5. Dans quelle mesure la perception de cette captivité et son traitement historiographique sont-ils à mettre en relation avec un certain usage du passé pratiqué par les politiques franco-allemandes de rapprochement, avec l’évolution des mémoires nationales française et allemande et, consécutivement, avec la modification du rapport entre individu et collectivité ?

3Plus modestement, l’article précisera les conditions de captivité des PGA en mains françaises et ce que les opinions publiques ont pu en savoir. Il cernera ensuite les moments de la mémoire de cette captivité de guerre en temps de paix. Il tentera enfin de montrer que les silences sont aussi dus aux positions testimoniales des anciens prisonniers.

Autorités et opinions publiques face au « problème des PGA » en France et en Allemagne (1945-1948)

4Revendiqué comme trophée de la victoire, employé dans tous les secteurs de l’économie française, le quasi-million de prisonniers allemands en France métropolitaine fit l’objet d’une vive attention de la part des autorités et des opinions publiques française et allemande.

  • 6  Ministère de la Défense nationale, Direction générale des prisonniers de guerre de l’Axe, Historiq (...)
  • 7  Abrégé en CICR.

5Du côté français, l’Historique du Service des Prisonniers de Guerre de l’Axe 6 de décembre 1948 est la synthèse la plus détaillée. Il témoigne du regard rétrospectif des militaires sur cette captivité. Il ne fut diffusé qu’aux seules institutions impliquées dans la gestion des prisonniers de guerre et au Comité international de la Croix-Rouge 7.

  • 8  Soit 22,4 % du total des PGA, 1er contingent en Occident au 4e trimestre de 1947, Maschke, Die deu (...)
  • 9  Selon l’Historique, seuls 21 886 Allemands sont morts en captivité.
  • 10  Voir Voldman, Danièle, Le déminage de la France après 1945, Paris, Ed. Odile Jacob, 1998.

6Entre 1945 et 1948, la France a détenu 1 065 000 prisonniers dont 907 000 Allemands 8. 765 000 n’ont pas été capturés par ses armées mais cédés, principalement par les Américains (740 000), entre février 1945 et mai 1946. A partir d’avril 1947, la plupart furent rapatriés, les autres (137 987 PG) optant pour un statut de travailleur civil libre. Cette synthèse détaille l’organisation mise en place par l’autorité militaire pour gérer un tel nombre de PG. Elle pointe, par ailleurs, les difficultés quasi-insolubles que rencontrèrent les autorités militaires avant 1946, voire 1947 : comment loger, vêtir, alimenter 900 000 PGA dans une France exsangue ? L’Historique indique ainsi l’arrêt unilatéral des transferts par les états-Unis en septembre 1945, suite à l’incapacité des autorités françaises à assurer un traitement des PG conforme aux conventions. Les premiers temps furent marqués par les manques et l’improvisation : prisonniers logés dans tous les endroits disponibles, même en plein air ; hygiène désastreuse, hospitalisations croissantes (8 406 pour le dernier semestre de 1945). La pénurie de linge conduit à partir d’automne 1945 à une situation qui a pu être régionalement catastrophique. L’alimentation des captifs, autre aspect tragique, ne devient normale qu’au printemps 1947 selon le CICR. Pourtant, les prisonniers qui travaillent ont théoriquement droit aux mêmes rations que les travailleurs français. Les inaptes reçoivent 1 800 calories par jour en 1945, mais 2 200 en 1948. Les taux de mortalité chutent un an seulement après la capture : sur les 24 178 PG officiellement  décédés, 5 745 furent victimes des conditions de vie dans les dépôts français9. Cependant, le camp reste pour 70 % des PGA un lieu de passage de courte durée. D’abord groupés en commandos, les PGA sont laissés dès la fin de l’année 1945 chez leurs employeurs, notamment en milieu rural. Ils travaillent majoritairement dans l’agriculture (40 % en 1946) et dans l’industrie, en particulier dans les mines, sans oublier les 50 000 PG employés dans le déminage, malgré l’interdiction de la Convention de Genève 10.

7L’image de cette captivité que donne à voir l’Historique est celle d’une success story dont les difficultés, reconnues car surmontées, valorisent les performances de l’autorité militaire. Le non-respect éventuel de la Convention de Genève se fonde sur une logique très simple : la gestion de la France des PGA a pu être critiquable car sa propre situation était critique.

  • 11  Documentation française, Notes documentaires et études, n° 270 du 26/03/1946, 8 p.
  • 12  Documentation française, Notes documentaires et études, n° 563 du 04/03/1947, 16 p.
  • 13  Documentation française, Notes documentaires et études, n° 659 du 03/07/1947, 8 p. Elle constitue (...)

8Les trois publications de la Documentation française sur les PGA en mains françaises, des 26 mars 1946 11, 4 mars 12 et 3 juillet 13 1947, en vente libre, permettent d’approcher ce que l’opinion française a pu savoir de cette captivité. La note de 1946, rédigée par la Direction des Prisonniers de Guerre, fournit peu de détails chiffrés et se concentre sur la justification de la présence des PGA : « la France a un besoin immédiat de la contribution de son ancienne ennemie à la reconstruction de son économie ». L’utilisation des PG s’inscrit donc dans une logique de « Réparations ». La note insiste sur le fait qu’« au total, les besoins de main-d’œuvre [de l’économie française] englobent dans leur nature absolument toutes les branches de l’activité nationale […] ». La note précise ensuite les modalités de la mise au travail des prisonniers et les responsabilités partagées de l’employeur et des autorités. Il n’est fait nulle mention des difficultés rencontrées, tout juste de la nécessité de « poursuivre et [d’] accroître les efforts déjà faits » pour le « maintien en condition » des quelque 770 000 PG présents au 1er février 1946. En annexe, la note donne la répartition géographique et professionnelle des prisonniers ainsi que le nombre de PG cédés par les Anglo-Saxons. Elle ne dit rien sur l’état de santé des captifs et sur leur mortalité. En revanche, elle rappelle que cette main-d’œuvre est protégée par la Convention de Genève et insiste sur la mise en place du service des PG. Le dernier paragraphe de la note revient sur la logique purement économique de cette présence allemande. Il se clôt sur une considération idéologique qui lie économie et politique. C’est pourquoi l’Allemand est uniquement appréhendé à travers la masse anonyme des prolétaires des Temps modernes : « Il importe donc, au plus haut point, que les représentants du pays, les organes chargés de sa direction et toute l’opinion publique, soient informés et éclairés sur cette question capitale de l’utilisation rationnelle des PG » et que chacun « […] accomplisse [son rôle] […] pour que des années de lutte contre l’oppresseur ne restent pas sans résultat, pour que la “Résistance” n’ait pas été inutile et pour que la France reconstruite reprenant dans le monde la place qui lui revient puisse profiter d’une victoire si chèrement acquise ».

  • 14  Documentation, n° 563, op. cit.
  • 15  Si les articles de la presse nationale datent surtout des années 1945-1946, La Croix consacre aux (...)
  • 16  Le reportage de Bromberger du 29/08/1945 concerne le camp américain de Septèmes.

9Les notes de 1947 adoptent une autre stratégie tant la nécessité de réagir aux accusations lancées par la presse est urgente : « la question des prisonniers de guerre est brûlante. Elle a passionné l’opinion. […] il faut l’aborder franchement, la replacer dans l’ensemble des problèmes qui se posent à la France aujourd’hui, donner tous les éléments pouvant en permettre la bonne compréhension, citer des témoignages et des statistiques »14. En effet, à partir de septembre 1945 15, la presse nationale publie une série d’articles aux titres accusateurs tandis que la presse locale reste beaucoup moins virulente. Ouverte par l’article du 7 septembre 1945 de Louis Audibert de Témoignage chrétien (« Les prisonniers allemands sont des hommes »), la campagne est relayée par les grands quotidiens comme Le Figaro avec l’article de Serge Bromberger du 19 septembre (« Ne pas leur ressembler »)16 ou Le Monde avec celui de Jacques Fauvet du 30 septembre 1945 (« Ne pas les imiter. Un prisonnier, même allemand, est un être humain »). Seule L’Humanité refuse d’y participer et continue à assimiler les PG à des « boches », à des nazis, voire à des SS. Les accusations se concentrent sur le refus de la loi du talion, les conditions ignobles de captivité et sur les décès par inanition. Mais la pression vient aussi de l’étranger, en particulier des états-Unis dont l’opinion évolue entre 1945 et 1946 pour exiger la libération des PG cédés par leur pays. Comment les autorités réagissent-elles à cette campagne de presse ?

  • 17  « 73 jugements portés sur 75 camps par des délégués différents et à différentes périodes », tous p (...)
  • 18  Les PGA sont cités par le nom, leur matricule et leur camp.
  • 19  Documentation française, n° 659, op. cit.
  • 20  Documentation française, n° 563, op. cit.
  • 21  Documentation française, n° 659, op. cit.
  • 22  Documentation française, n° 563, op. cit.
  • 23  Documentation française, n° 659, op. cit.

10Pour convaincre l’opinion que la France n’a pas failli aux « principes d’humanité », deux nouveaux arguments sont avancés : « la France ne cesse de voir dans l’ennemi vaincu un être humain » ;  elle respecte la convention de Genève. Les autorités militaires adoptent une pédagogie à visée pacificatrice. Contrairement à la note de 1946, celles de 1947 s’appuient sur une batterie de statistiques afin de prouver que le service des PGA maîtrise la situation et que les chiffres de la presse sont faux. Enfin, celle de mars recourt abondamment aux témoignages : extraits de rapport de visite de camps par le CICR 17, lettres de PG à leurs familles ou messages radiodiffusés. Cette prise en compte inédite de l’individualité du PGA 18 va de pair avec une attention, relative, à la psychologie du captif dont la « servitude la plus grande […] est le manque de liberté »19. On retrouve la démarche de l’Historique : reconnaître les difficultés, peindre la situation actuelle, conclure sur la bonne volonté et l’efficacité des autorités françaises. Si l’alimentation a été au début « insuffisante »20, en 1947 les PG qui travaillent reçoivent désormais plus de 2 000 calories 21. D’où la baisse spectaculaire du taux de mortalité, inférieur à celui de la « population masculine entre 25 et 29 ans »22. L’amélioration des conditions de captivité permet d’affirmer qu’ils sont mieux nourris et habillés que les Français ! La dernière note entend faire la part entre réalité et sensationnalisme : « Il y a eu des décès. Il s’agit d’une situation de fait, que la France a recueillie, mais non du résultat d’une politique systématiquement [sic] ou d’un laisser-aller coupable ». Et la note d’expliciter : « […] Si l’on pense que 1 045 000 PG sont passés en mains françaises, on ne peut parler d’ “extermination” dans les camps français ». Pourtant, il y a un point où la justification en trois temps des autorités ne fonctionne pas. C’est celui des « mauvais traitements corporels ou de [s] sévices infligés aux PG » car précisément ils ne ressortent pas d’une logique d’intendance mais d’une dynamique de sortie de guerre. C’est toute la société française qui est concernée, voire accusée. Alors qu’en mars 1946, les autorités ne constatent que « […] quelques cas isolés de brimades », cinq mois plus tard, elles reconnaissent « […] des cas de mauvais traitement […] de la part d’une population qui venait de souffrir durement de l’occupation, à un moment où l’on découvrait les horreurs nazies des camps de concentration, et où les déportés regagnaient leurs foyers […] »23. Les PGA ont donc suscité très tôt intérêt et débats en France, sans que pour autant tout soit dit. Qu’en est-il de l’Allemagne, alors occupée et sous contrôle ?

  • 24  Archives du Deutscher Caritasverband (DCD), Fribourg-en-Brisgau, 372.062. Les archives sont quasi (...)
  • 25  Arch. DCD, 372.062, circulaire du 17/09/1946 ; « N’oubliez pas nos PG ! ».
  • 26  Ministère des Affaires étrangères, Archives de la zone française d’occupation en Allemagne et en A (...)

11Plus encore que pour la France, la situation outre-Rhin dans l’immédiat après-guerre a largement déterminé les modalités d’éventuelles réactions. Cependant, nos recherches sur la zone française d’occupation (ZFO) montrent une forte mobilisation impliquant l’ensemble de la société ouest-allemande. La presse aborde largement la question des PGA et fait connaître les dispositions officielles prises par les autorités françaises, notamment concernant le courrier. Si elle ne peut avoir qu’exceptionnellement accès aux camps et au territoire français, si elle reste sous contrôle direct des autorités d’occupation dont elle tire l’essentiel de ses informations, elle utilise la radio et la presse, plus critiques, des zones anglo-saxonnes. Elle s’appuie aussi à partir de 1947 sur les récits des PG transformés en travailleurs libres qui passent leur congé en ZFO. L’action des églises en faveur des « frères derrière les barbelés » constitue aussi un puissant vecteur de mobilisation. L’église catholique, très structurée et influente en zone française, initie deux grandes actions à partir de 1946. L’opération de Lagerpatenschaft 24 vise le parrainage de chaque camp de prisonniers en France par un diocèse catholique en Allemagne. Elle cherche ainsi à instaurer une relation privilégiée entre le prisonnier et le fidèle qui lui confectionne ses colis. Le milieu catholique organise des collectes de toute nature. Ces opérations répondent, certes, au slogan Vergesst unsere Kriegsgefangenen nicht ! 25. Elles s’inscrivent aussi dans des rivalités confessionnelles et dans des débats de politique intérieure : les PGA constituent un moyen pour les églises de se poser en interlocuteur incontournable dans l’Allemagne en reconstruction. Enfin, on peut citer, à l’échelle individuelle, le flot des demandes de libération adressées aux autorités françaises : 316 pour le Land de Rhénanie-Palatinat 26 accompagnées d’attestations du maire, du curé, ou du médecin, de certificats des employeurs, voire de témoignages d’anciens PG français ! Quasi inexistantes en 1945 (6 « pétitions »), les demandes affluent en 1946 (233) pour décroître l’année suivante (78) avec les premiers rapatriés.

12Le rappel des conditions de cette captivité et de la façon dont les opinions nationales ont pu en être informées laisse apparaître qu’entre 1945 et 1948 le « problème PGA » n’a pas été occulté. A mesure que la presse et les opinions, française et étrangères, s’en emparent, la France fait de plus en plus figure d’accusée. Dès lors que les derniers prisonniers ont quitté la France et que cette histoire se clôt, quelle mémoire de cette captivité voit-on se développer ?

Les quatre moments de l’histoire des PGA dans les mémoires nationales (1949-2006)

13Depuis la fondation des deux États allemands en 1949, quatre moments structurent l’histoire de la mémoire des prisonniers de guerre français en Allemagne. Ils sont déterminés par le rapport que les deux pays entretiennent avec le passé et l’état des relations franco-allemandes.

  • 27  Bundesarchiv (Barch) Coblence, Z 35/486, Deutsches Büro für Friedensfragen, Memorandum, « Das Schi (...)
  • 28  Barch, Z 35/486, id.

14Dès 1949, le Bureau allemand pour les questions de la paixen zone d’occupation américaine entreprend de retracer le « destin des PGA en détention française »27. En 71 pages, le mémorandum aborde tous les aspects de la captivité en France sur le mode du catalogue. Il conclut que les chiffres avancés par les autorités françaises ne prennent pas en compte les soldats « […] inhumés en plein air, fusillés et morts à la suite de mauvais traitements des mines », rappelle les étapes pour parvenir à la libération de tous les prisonniers 28 et la transformation en travailleurs libres. Enfin, le mémorandum aborde des thèmes qui ne sont pas traités dans les documents utilisés précédemment. Il s’agit des ressources financières, des évasions et des engagements dans la Légion étrangère.

15Ce qui caractérise ce document, c’est la neutralité du ton. Tout en évoquant les réactions des opinions et de la presse, la position adoptée par les nouvelles autorités allemandes est celle du constat. Les passages critiques, formulés non comme un reproche mais comme une conséquence de la situation française, correspondent aux témoignages de Heimkehrer ou à la reprise des accusations du Comité, français, pour l’étude des problèmes relatifs aux PG de l’Axe. La partie sur les PGA en France est d’ailleurs précédée d’une autre sur les PG français en Allemagne. Ce document d’une Allemagne de l’Ouest en transition politique, – position de tutelle à un État partiellement souverain –, traduit la position en retrait des autorités de la jeune RFA sur la captivité allemande en France. Le mémorandum, à usage interne, évite d’aborder trop frontalement la question avec les autorités françaises, alors que l’enjeu majeur n’est pas encore le rapprochement franco-allemand.

  • 29  Smith, Arthur, Heimkehr aus dem Zweiten Welktrieg. Die Entlassung der deutschen Kriegsgefangenen, (...)
  • 30  Benz, Wolfgang, Schardt, Angelika (Hg.), Deutsche Kriegsgefangene im Zweiten Weltkrieg. Erinnerung (...)
  • 31  Naumann, Kalug (Hg.), Nachkrieg in Deutschland, Hamburger Edition, 2001.
  • 32  Overmans, Rüdiger, « German Historiography, the War Losses, and the Prisoners of War », dans Bisch (...)
  • 33  La collecte d’informations passe notamment par l’interview de 2,7 millions d’anciens prisonniers d (...)
  • 34  Le gouvernement poussera en 1950 la commission des Nations Unies pour les affaires sociales et hum (...)
  • 35  Cité dans Benz, Schardt, op..cit.,, Deutscher Bundestag, p. 14.
  • 36  Benz, Schardt, id., p. 21.

16Si le bureau souligne fréquemment les interventions des autorités allemandes pour obtenir la libération des PG ou leur prise en charge 29, c’est que « les prisonniers constituèrent un problème de politique intérieure considérable dans la République qui venait d’être fondée »30 : traumatisme de la guerre et de la captivité, recomposition des économies familiales et matrimoniales, indemnisations, accession au marché du travail 31… Dans une Kriegsfolgengesellschaft allemande de 11 millions de PG à l’étranger et de millions de displaced persons à l’intérieur, les PGA de France sont une minorité rapidement invisible. L’objectif des autorités allemandes des zones occidentales est en effet de clarifier le sort des Wehrmachtsangehörigen en obtenant le maximum d’informations sur les PGA pour localiser le million de « manquants » et réunir les familles 32. Les recensements effectués de 1947 à 1958 33 ont considérablement influencé la perception du problème, notamment de ce million de disparus, par la population allemande. D’autre part l’attention quasi exclusive portée aux PGA détenus en URSS 34 va durablement influencer l’Erinnerungskultur allemande de la captivité et devenir un facteur d’identité nationale. C’est ainsi que lors de la 94e séance du Bundestag du 26 octobre 1950 qui proclame la solidarité du peuple allemand avec les PG se trouvant à l’étranger, le chancelier Adenauer concentre sa déclaration sur « le destin des Allemands, des anciens membres de la Wehrmacht, des hommes, des femmes et des enfants déportés, qui sont toujours retenus en Russie soviétique », cinq années et demi après la capitulation de l’Allemagne ; cette « mesure de froide cruauté […] inflige à des millions de familles en Allemagne souffrance et chagrin et tristesse et désespoir »35. Dans le contexte de guerre froide, la captivité en mains soviétiques constitue un enjeu de politique intérieure et extérieure. Le retour des 300 000 derniers PGA d’URSS en 1956, suite au voyage d’Adenauer à Moscou, marque l’apogée de la popularité du chancelier. Selon l’institut d’étude d’opinion d’Allensbach, il constituait toujours, vingt ans plus tard, la réalisation la plus marquante du père fondateur de la RFA 36.

  • 37  Moisel, Claudia , Frankreich und die deutschen Kriegsverbrecher. Politik und Praix der Strafverfol (...)

17Un tel traitement mémoriel ne pouvait s’appliquer aux anciens PGA en mains françaises. En 1949, ils sont déjà tous rapatriés. Ne restent en France que les criminels de guerre nazis. Si l’opinion et le gouvernement allemands sont unanimes pour en demander la libération, le chancelier préférera, dans ce cas, une diplomatie discrète pour ménager son interlocuteur 37. Dans sa politique de réconciliation avec la France, il n’y a pas de place pour des manifestations officielles en l’honneur des ex-PGA en France à l’instar de celles qui concernent leurs compatriotes en URSS, ennemi à stigmatiser. Dans la perspective d’intégration de l’Allemagne au bloc occidental, inscrire ces PGA dans une mémoire officielle eût été délicat. Quelle place pouvait leur être accordée dans une Allemagne de l’Ouest assumant son passé – condition nécessaire pour son avenir européen – mais refusant d’y inclure les soldats de la défaite et de la honte ? Et dans une France où le mythe résistancialiste fonde le présent victorieux sur le passé de résistance à l’occupation nazie ? Du fait de ces articulations temporelles, la figure des PGA à l’Ouest, soldats de Hitler, vaincus maltraités, apparaissait trop liée à une mémoire porteuse de guerres et de revanche pour trouver place dans les mémoires nationales et donc dans la dynamique de la réconciliation.

  • 38  « Commission scientifique pour la documentation du destin des prisonniers de guerre allemands de l (...)
  • 39  Steininger, Rolf, « Some Reflections on the Maschke Commission » dans Bischof, Ambrose, op. cit. ; (...)
  • 40  11-12 millions de PGA répartis dans plus de vingt états.
  • 41  Husson, Édouard, Comprendre Hitler et la Shoah. Les historiens de la République fédérale d’Allemag (...)
  • 42  Frei, Norbert, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, H.C (...)

18Le second moment correspond à celui de la « Commission Maschke » 38dans les années 60-70 et à la recherche par le gouvernement allemand d’une « vue d’ensemble objective » sur le sort des PGA. Certes, dès 1947, des recensements de grande ampleur ont été lancés. Certes, à partir de 1953, les archives fédérales à Coblence ont pour mission de rassembler des documents sur le passé immédiat de l’Allemagne. Mais le gouvernement n’initie qu’en 1957 un projet de recherche 39 traitant la captivité allemande dans son ampleur 40 et intégrant les souffrances subies par les PGA. La commission Maschke s’inscrit dans un contexte particulier, celui de la Vergangenheitsbewältigung 41, l’Allemagne prenant conscience d’avoir trop vite tourné la page de son passé-présent 42. C’est la période où la génération d’après-guerre, par ses questions à la génération des pères sur son rôle pendant la guerre, met à mal le mythe de la Null Stunde. C’est aussi l’époque de l’Ostpolitik de Willy Brandt, ministre puis chancelier de RFA de 1969 à 1974. Alors qu’Adenauer cherchait à ancrer la RFA à l’Ouest, Brandt vise le rapprochement avec les voisins de l’Est.

  • 43  431 livraisons de la série dont 40 à l’étranger fin 1974.
  • 44  Barch¸ B205, 1794.
  • 45  Steininger, op. cit., p. 173.
  • 46  Benz, Schardt, op. cit., p. 11.

19Lorsque le Parlement allemand vote le financement du projet, il est stipulé que le ministère des Affaires étrangères visera chaque volume avant sa publication afin de ne pas « provoquer » les États concernés. En 1969, Brandt justifie le choix de réserver, dans un premier temps, l’accès à certains publics, notamment ceux des bibliothèques universitaires 43, pour éviter aux opinions publiques des ex-ennemis de penser que les Allemands cherchent à déclencher un large débat sur le sort des PG. Cela pourrait « rouvrir de vieilles blessures parmi tous ceux qui firent [la guerre] […] et ne servirait pas la politique extérieure de réconciliation de la République fédérale »44. S’il reconnaît la nécessité d’une collecte de documents sur les crimes commis contre les Allemands, il rappelle au Parlement que ceux-là doivent « résister à la tentation d’écarter toutes ces choses pour lesquelles [ils] sont accusés à juste titre en pointant du doigt les crimes des autres »45. Une fois le projet achevé, la collection sera ouverte sans restriction. Ces contraintes ont empêché le grand public de prendre conscience que les historiens avaient scrupuleusement écrit l’histoire des PGA, favorisant le succès de mythomanes 46.

  • 47  Barch, B 205, 688b.
  • 48  Overmans, op. cit., p. 138.

20Pourtant, la Commission a mené une gigantesque enquête d’histoire du temps présent, en Allemagne à partir de 1961 puis à partit de 1962 pour l‘étranger. Durant les 16 ans de son existence, elle aura consulté quelque 45 000 rapports, 200 000 questionnaires, des centaines d’enregistrements… La présentation uniforme adoptée pour les onze monographies nationales permet de mêler les aspects « objectifs », comme les enquêtes statistiques (nombre de PG, rations alimentaires, rendements au travail…), et « subjectifs »47(captivité comme vécu individuel et collectif). Au fil des 22 volumes s’impose une présentation type combinant analyse et documents afin d’« […] éviter toute évaluation ou accusation […] » 48.

  • 49  En particulier sur le nombre trop bas de décès donnés par l’Historique.
  • 50  PV de la Commission d’Histoire de Captivité de la réunion du 30/03/60, in Maschke, vol. XV, op. ci (...)
  • 51  Maschke, dans Böhme, Die deutschen Kriegsgefangenen in franzöischer Hand, Ed. Gieseking, vol. XIII (...)
  • 52  De façon révélatrice, l’histoire se clôt avec la libération ou la transformation et n’aborde pas l (...)

21Le XIIIe volume, publié en 1971, est consacré aux PGA en mains françaises. Pour dresser un tableau exhaustif, soucieux des nuances mais critique 49, la Commission utilise des documents officiels français, des documents d’institutions neutres, comme les rapports de visite de camps par le CICR, enfin des archives allemandes, surtout les rapports du Caritas-Verband, ceux de rapatriéset le mémorandum de 1949. Il a bénéficié de l’aide du Comité d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale, qui s’intéresse à l’histoire des PGF en Allemagne. Le même esprit préside aux recherches des deux parties : « […] évocation des souffrances subies par des millions d’individus, sans intention de rechercher des criminels et de se poser en accusateurs »50. Le Service historique de l’armée apportera une aide déterminante à la rédaction du volume. Comme E. Maschke l’écrit dans la préface, « ce livre, qui doit instruire sur la captivité allemande en détention française, devrait être un pont entre Allemands et Français, dont la force portante serait précisément éprouvée et prouvée, si elle pouvait paraître chargée, dans une perspective historique, de ce qui est passé et de ce qui est surmonté »51. L’ouvrage doit donc se comprendre non comme « un souvenir des oppositions passées mais comme un témoignage de ce qui est commun entre Français et Allemands ». Le recours à des sources orales et la large part faite aux souffrances des PG montrent qu’ils ont été écoutés. Pour autant, ont-ils été entendus par la société allemande ? La monumentale Histoire des PGA de la Seconde Guerre mondiale réinscrit-elle cette captivité dans l’histoire nationale allemande ? Les raisons de la prise en compte de ce passé, son caractère spécifique 52, serait-on tenté de penser, sont celles-là mêmes qui en empêchent alors l’inscription dans une histoire collective officielle. Aucune continuité n’est revendiquée pour et par cette génération de la guerre, composée par ailleurs de citoyens intégrés d’une RFA en pleine croissance et désormais réconciliée avec la France.

  • 53  Bacque, James, Other Losses : An Investigation into the Mass Deaths of German Prisoners at the Han (...)
  • 54  Bacque, James, Der geplante Tod. Deutsche Kriegsgefangene in amerikanischen und französischen Lage (...)
  • 55  Bacque, James, Morts pour raisons diverses. Enquête sur le traitement des prisonniers de guerre al (...)
  • 56  Rousso, Henry, « Seconde Guerre mondiale. L’invention d’un génocide », in Le Monde, 27/04/90. Voir (...)
  • 57  Combe, Sonia, Archives interdites. L’histoire confisquée, La Découverte & Syros, 2001.
  • 58  Bacque, Morts…, op. cit., p. 255.
  • 59  Bacque, id., p. 183.
  • 60  Bacque, id., p. 161.
  • 61  Bacque, id., p. 148.
  • 62  Bacque, id., p. 196.
  • 63  Bacque, id., p. 140.
  • 64  Bacque, id., p. 215.
  • 65  Il s’agit du témoignage de Steckelings : « Bien que les Français, dans les camps, se soient montré (...)

22La polémique suscitée en 1989-1990 par le livre du Canadien James Bacque 53 et de ses versions allemande 54 et française 55 marque le troisième moment. En Allemagne, malgré son énorme succès de librairie, il est rejeté par les historiens. En France, certains historiens le considèrent une « véritable escroquerie intellectuelle »56 tandis que d’autres lui reconnaissent des « faits authentiques établis pour la première fois »57. Pourquoi un ouvrage sur la captivité allemande en mains américaines et françaises connaît-il à ce moment une telle résonance alors que le thème n’avait pas rencontré précédemment la même ferveur ? La perspective de traitement de la captivité y est pour quelque chose. Tout d’abord les accusations de meurtre à grande échelle contre les autorités françaises. Selon Bacque, les autorités militaires françaises auraient délibérément provoqué la mort de 167 000 à 314 241 PGA, voire 409 000 dans l’édition française 58, en refusant de les alimenter. Le pendant de cette estimation délirante est la dénonciation du mythe de la « pénurie mondiale en matière de moyens de transport et d’alimentation » créé par les Alliés après la guerre 59. Le lecteur cherchera en vain les raisons d’une telle politique meurtrière puisqu’elles ne sont jamais clairement élucidées : « vengeance pusillanime »60? affirmation de son appartenance au camp des vainqueurs ? provoquer l’« engagement volontaire » dans la Légion étrangère 61 ? En fait, la méthode et le discours déployés par l’auteur ne visent, in fine, absolument pas à administrer une preuve selon les règles du métier d’historien mais à lancer un débat qu’« on avait réussi à éviter […] »62 jusqu’à son intervention. La posture que prend Bacque est celle du pamphlétaire – et non du chercheur – qui affirme avoir raison contre le silence de tous car il prétend révéler la vérité que personne ne veut voir. Sa méthode consiste d’abord à discréditer les acteurs de l’époque (le général Buisson, directeur du service des PG de l’Axe, le général De Gaulle, toutes les autorités qui ont concouru à « […] camoufler le cadavre »63, « la société française dans son entier »64), les archives, comme de juste, nettoyées-manipulées-fermées et les travaux disponibles (les volumes de la Commission scientifique). La voie est alors libre pour la vérité. Et Bacque de suivre la sienne pour déterminer le nombre de morts, manifestement seul intérêt d’une histoire de la captivité : interprétations erronées de documents, utilisation sans précaution méthodologique de témoignages oculaires, calculs fantaisistes lui permettent de trouver des taux de mortalité de 100 % ! Le seul témoignage qui eût permis à l’auteur de (se) rappeler que la très grande majorité des prisonniers n’était pas dans les camps mais chez des particuliers et de saisir certaines raisons du silence sur cet épisode n’est pas analysé 65.

  • 66  Becker, Annette, Rousso, Henry, « D’une guerre à l’autre », dans Audoin-Rouzeau et al. (dir), La V (...)
  • 67  Notamment en France le rôle de La France de Vichy de R. Paxton, 1973. Voir La France sous Vichy. A (...)
  • 68  Lagrou, Pieter, Mémoires patriotiques et Occupations nazies. Résistants, requis et déportés en Eur (...)
  • 69  Virgili, Fabrice, La France « virile ». Des femmes tondues à la libération, Payot, 2000.
  • 70  Moisel, op. cit., p. 11-14.
  • 71  Le second conflit mondial n’est plus lu et commémoré selon l’axe structurant de l’opposition franc (...)
  • 72  Frei, N., « 1945 und wir. Die Gegenwart der Vergangenheit », 1945 und wir. Das Dritte Reich im Bew (...)
  • 73  Citons les récentes maîtrises de Jesse, Fritz, Les PGA en Bretagne. Rencontres et expériences entr (...)

23Mais l’effet produit par Morts pour raisons diverses tient aussi à l’évolution de l’horizon d’attente des sociétés allemande et française. Le fait que les débats aient lieu à partir des années 90 montre qu’ils sont une conséquence des changements idéologico-politiques de l’Europe dus à la fin des régimes communistes et de la guerre froide 66. Pour la société (ouest-) allemande, ces changements signifient l’effacement de la menace soviétique et pour l’historiographie la fin de la focalisation sur la captivité en URSS. Ils ont accéléré la crise des histoires nationales – ces mises en récit officielles qui offraient une articulation close entre un passé héroïque et un futur synonyme de progrès – telles que les sociétés européennes les avaient conçues depuis 1945 67. Ces récits qui offraient une lecture de la guerre qui répartissait les responsabilités entre vaincus et vainqueurs 68 de façon univoque ne fonctionnent plus, ce dont témoignent en France la fin du mythe résistancialiste et des héros nationaux 69, en Allemagne les nouvelles recherches sur la pré-histoire de la RFA 70 ou le débat sur un État allemand post-national. D’où une nécessaire relecture de la guerre et des perceptions sur les vaincus/vainqueurs 71. Ce sont ces failles qui rendent possible la mise en récit de la captivité au sein de l’histoire nationale, l’État opérant lui-même le retour dans la mémoire officielle de mémoires longtemps marginalisées. Le thème de la captivité bénéficie aussi de la relation nouvelle entre le collectif et l’individuel, conséquence de la crise des mythes contemporains des origines, de la multiplication des publications centrées sur le souvenir 72 et la souffrance, des études à l’échelle locale 73.

  • 74  Déclaration du ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, 26/01/06.
  • 75  Frei, op. cit., p. 19.
  • 76  Friedrich, Jörg, Der Brand Deutschland im Bombenkrieg 1940-1945, Propyläen Verlag, 2002.
  • 77  Voir le débat sur le Zentrum gegen Vertreibungen.
  • 78  Overmans, R., Soldaten hinter Stacheldraht. Deutsche Kriegsgefangene des Zweiten Weltkrieges, Ulls (...)
  • 79  Knopp, Guido, Die Gefangenen, C. Bertelsmann, 2003.
  • 80  Lachauer, Ulla, Lehrjahre beim Feind. Hitlerjungen in Kriegsgefangenschaft, 2005. Côté français, U (...)

24Cette seconde évolution est particulièrement visible en l’Allemagne depuis l’unification. L’Europe pacifiée et élargie est le cadre dans lequel la République de Berlin réaffirme que « le crime de l’Holocauste sera à jamais une part indélébile de l’histoire allemande et pour nous un engagement perpétuel pour le futur »74 mais aussi celui dans lequel les Allemands revendiquent la reconnaissance de leur statut de victimes 75. La demande de reconnaissance concerne les victimes des bombardements alliés 76, les expulsés de l’Est comme les PGA 77. Cette demande sociale très forte explique que la captivité ait tant gagné en présence médiatique : en 2000, Das Erste-ARD diffuse un documentaire en trois parties, Soldats derrière les barbelés. PGA de la Seconde Guerre mondiale accompagné d’un livre du même titre 78. Sa préface souligne le « besoin de s’épancher des personnes concernées ». En 2003, c’est au tour de la ZDF de programmer un documentaire en cinq parties, Les prisonniers. Son réalisateur, Guido Knopp, l’historien-maison de la 2e chaîne, insiste dans la préface du livre éponyme 79 sur le fait que « […] les témoins de ces années-là, qui ont vécu la captivité, peuvent encore parler. Écoutons-les ». Ces séries consacrent une partie à la captivité en mains françaises. En 2005 enfin, ARD diffuse un documentaire entièrement consacré à la captivité de jeunes Allemands en France. Le titre, Années d’apprentissage chez l’ennemi. Jeunes hitlériens prisonniers de guerre 80, traduit l’inversion de la perception de la captivité en référence au troisième changement, la solidité de la construction européenne fondée sur le rapprochement franco-allemand.

  • 81  Koop, Volker, Besetzt. Französische Besatzungspolitik in Deutschland, be. bra verlag, 2005, p. 9.

25Car ce rapprochement, inédit au xxe siècle, permet paradoxalement au xxie siècle de dépasser l’âge d’or de la réconciliation incarné par les couples quasi-mythiques tels que De Gaulle-Adenauer et Mitterrand-Kohl…pour remonter à l’âge de fer des rapports entre les deux voisins au sortir de la guerre. Ce retour critique sur les origines, qui ne peut faire l’impasse sur les fondements d’un tel rapprochement, transforme les PGA en mains françaises en objet d’histoire, comme le fait Volcker Koop dans son étude critique sur la politique française d’occupation en Allemagne 81. Il affirme en introduction sa conviction que « ce livre n’affectera pas l’amitié franco-allemande […]. Il sert la relation franche et sincère de l’un avec l’autre – et tout partenariat doit pouvoir la supporter ». Il consacre alors un chapitre aux PGA qu’il intitule « Un poste sur le compte des réparations ». Koop essaie de faire la part des travaux de l’époque et de celui de Bacque, sans malheureusement apporter lui-même de nouveaux éléments de réponse, ce qui le rend dépendant du livre de Bacque et limite considérablement l’intérêt scientifique de sa présentation. De façon révélatrice, le paragraphe consacré au « nombre encore non élucidé de victimes » est relégué en clôture du chapitre après que Koop a rappelé combien la question des PGA en mains françaises restait d’actualité, même après 1948. Cette présentation critique – et critiquable – pour la puissance occupante s’inscrit donc dans une relecture moins irénique des relations franco-allemandes dans lesquelles les prisonniers ont joué un rôle non négligeable.

  • 82  Sticker, Johannes, Moi, Johannes Sticker prisonnier allemand en Bretagne… Éd. Astoure, 2005, coll. (...)

26En raison du poids du couple franco-allemand, la construction européenne fournit un cadre de référence à une histoire de cette captivité allemande orientée vers la même finalité réconciliatrice. La publication en France de témoignages d’anciens PGA est à replacer dans cette dynamique. L’un des derniers en date, celui Johannes Sticker 82, publié en 2005,  est présenté comme «… un petit pas sur la longue route menant du statut de “boche” à celui de compatriote européen ». L’auteur précise qu’il avait écrit une version allemande de ses souvenirs en 1977, trente ans après son retour de captivité : « J’ai demandé plus de trente fois à des maisons d’édition allemandes de les publier, mais toujours en vain. Beaucoup donnaient comme raison ne pas vouloir nuire aux relations franco-allemandes. » En un sens, l’intérêt contemporain porté à cette captivité tient sans doute au fait que ces PG ne sont plus vus comme des vaincus mais comme des Européens appartenant à une même communauté de culture, d’histoire et de destin… que les anciens vainqueurs. Ces changements multiples redéfinissent le statut des PG : d’« oubliés de l’historiographie », comme les avait qualifiés justement Annette Becker, ils sont devenus les pionniers in extremis du rapprochement. La nouvelle relation entre l’individuel et le collectif modifie aussi l’attitude des anciens PGA vis-à-vis du témoignage et permet de revenir sur la nature de cette mémoire sacrifiée.

Du silence à la prise de parole : le témoignage des PGA dans l’espace public

  • 83  Pollak, M., « Mémoire, oubli, silence », in Une identité blessée. Études de sociologie et d’histoi (...)

27Cette prise de parole dépend en effet de la relation entre la perception qu’ont les témoins de l’utilité de transmettre leur passé et l’état de réceptivité d’une société au témoignage. Le régime d’historicité élaboré dans l’après-guerre a sans doute cantonné les souvenirs de captivité en France à une « mémoire souterraine », si l’on considère que les « silences conjoncturels ne sont pas seulement l’effet d’interdits venant d’en haut [mais] peuvent être la conséquence d’une intériorisation de sentiments d’infériorité, de honte, de l’anticipation de discrimination »83. Dans l’espace public, ce silence se traduit par l’absence de structure institutionnelle qui aurait donné voix à ces rapatriés en Allemagne : les premières associations se créent au début des années 1950 et ne distinguent pas les prisonniers selon leur lieu de captivité ; l’indemnisation des PG commence avec le retour de ceux d’URSS en 1957, plus de 10 ans après le rapatriement des PG de France.

  • 84  Barch B205, 686, lettre de D. Lapierre au professeur Maschke du 14/10/1963.
  • 85  Barch, B205, lettre de Maschke à D. Lapierre, s.d.
  • 86  La kommunikative Gedächtnis est selon Jan Assmann la mémoire qui meurt avec ses porteurs. S’étenda (...)
  • 87  L’oubli étant entendu comme « la force vive de la mémoire », Augé, Marc, Les formes de l’oubli, Ma (...)
  • 88  Augé, id., p. 78.

28Alors que nos demandes d’interviews auprès d’anciens PGA ont reçu un accueil extrêmement favorable, nous permettant d’en réaliser près d’une soixantaine depuis 2003, les quelque cent demandes envoyées, quarante ans plus tôt, par Lapierre, journaliste à Paris Match, avaient obtenu un « nombre de réponses […] infime »84. Estimant que ces soldats « se méfient terriblement de toute investigation dans leur vie militaire passée », le journaliste demande conseil auprès du professeur Maschke. Le directeur de la Commission lui confie qu’il éprouve la même difficulté. Il distingue cependant « ceux qui furent retenus dans l’Est […] beaucoup plus prêts à nous aider dans nos recherches que les PG rapatriés beaucoup plus tôt des pays occidentaux. Pour ces derniers, tout ça est passé depuis longtemps. La profession, la famille, les intérêts actuels sont pour la plupart d’entre eux plus forts que les souvenirs d’un temps dur et triste, comme l’est chaque captivité »85. Cette remarque pointe les raisons exogènes qui expliquent l’absence d’une kommunkatives Gedächtnis 86dans le cas des PGA en mains occidentales. Après le rapatriement, l’urgence du présent et l’envie d’oublier ce passé de guerre pour se consacrer à l’avenir a en partie empêché l’éclosion d’une parole revendicatrice ou fédératrice. Le besoin d’un retour à une normalité passait pour ces prisonniers par une forme d’oubli 87, celle du re-commencement, dont l’« ambition est de retrouver le futur en oubliant le passé, de créer les conditions d’une nouvelle naissance qui, par définition, ouvre à tous les avenirs possibles sans en privilégier aucun »88. Les anciens prisonniers que nous avons interrogés avaient comme un retard à rattraper : retard dans les études souvent arrêtées l’année du baccalauréat, retard dans l’accès au marché du travail alors que les meilleures places sont déjà prises, retard dans la vie affective avec une famille à fonder…

  • 89  Pollak, op. cit., p. 30.

29Néanmoins, il existe aussi des raisons endogènes à l’absence d’une kommunaktives Gedächntis propres à la captivité en mains françaises. L’étalement dans le temps des rapatriements et l’éparpillement des Heimkehrer entre les quatre zones d’occupation ont dilué l’importance du contingent des PGA et rendu leur nombre moins visible ; la diversité des destins individuels a limité les moments de sociabilité aux séjours, douloureux, dans les camps et réduit les contacts personnels à une amitié de circonstance et de nécessité nullement poursuivie après la libération. Cette absence d’« entrepreneurs de la mémoire »89 a empêché les souvenirs de chaque PG de former une mémoire de groupe.

  • 90  Rousso, H., « Mémoire et histoire : la confusion » dans La hantise du passé, entretien avec P. Pet (...)
  • 91  Augé, op. cit., p. 98.

30A contrario, leur prise de parole actuelle s’explique par les failles récentes de l’histoire collective 90 mais aussi par le besoin éprouvé par ces témoins arrivés en fin de vie de transmettre leur expérience aux générations nées bien après la guerre et leur captivité. La relation intergénérationnelle modifie la réception du témoignage dans l’espace privé alors qu’une très large majorité des PG interviewés n’avait jamais raconté en détail, voire abordé, leur captivité avec des membres de leur famille de leur génération. Ces motivations rejoignent un besoin de reconnaissance très actuel qui prend parfois la voix de l’amertume à peine voilée face à une réparation, financière et symbolique, jamais venue. En effet, « ce qui est difficile à penser, derrière la figure du retour, c’est la continuité »91. La mise en récit individuelle, qui se donne tardivement à entendre, aura-t-elle permis au PGA interviewé de se reconstruire cette continuité de vie ?

31La réflexion sur la place des PGA dans les mémoires française et allemande souligne combien l’impression de silence sur cette captivité est à nuancer. Le caractère honteux ou enfoui de cette mémoire apparaît davantage comme une perception rétrospective des sociétés européennes marquées par la fin de l’idéologisation des mémoires nationales. Comment ces prisonniers auraient-ils pu être les oubliés des origines (et dès l’origine) alors que l’expérience de la Seconde Guerre mondiale est constitutive de la refondation des identités nationales ? C’est ce lien entre passé et présent qui explique pourquoi l’intérêt porté par les contemporains et les historiens à ces PGA, le positionnement de cette mémoire marginalisée vis-à-vis des mémoires collectives et l’influence des relations franco-allemandes ont évolué au gré des quatre moments depuis les années 50. La crise des mémoires nationales héroïques et l’achèvement du rapprochement franco-allemand étaient peut-être les conditions nécessaires à la résurgence publique de cette mémoire captive sans pour autant qu’elle s’apparente à une rumination du passé. Il ne serait pas étonnant que le travailleur civil libre devienne une figure du discours de rapprochement, lui qui fut paradoxalement abordé par tous les documents de l’époque sans trouver encore d’échos aujourd’hui dans les représentations. A travers la recomposition des régimes d’historicité, c’est sans doute la question d’une juste mémoire de cette captivité en mains françaises qui reste d’actualité et son pendant épistémologique, le positionnement de l’historien entre recherche scientifique et demande sociale.

Haut de page

Notes

1  Abrégés en PGA.

2  Cochet, François, « La captivité de 1939-1945 et les jumelages de villes : du rêve au réveil », dans Caucanas, Sylvie, Les prisonniers de guerre dans l’histoire. Contacts entre peuples et cultures ; Cazals, Rémy, Payen, Pascal (dir.), Privat, Toulouse, juin 2003, p. 293-304.

3  Overmans, Rüdiger, « Bibliographischer Essay », dans Overmans, R. (Hg.), In der Hand des Feindes. Kriegsgefangenschaft von der Antike bis zum Zweiten Weltkrieg, Köln ; Weimar ; Wien : Böhlau, 1999.

4  Martens, Stéphan, Allemagne. La nouvelle puissance européenne, PUF-IRIS, 2002, p. 105.

5  Hartog, François, « Tissé de différents régimes de temporalité, [le régime d’historicité] est […] une façon de traduire et d’ordonner des expériences du temps […] et de leur donner sens », dans Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Ed. du Seuil, 2003, p. 118.

6  Ministère de la Défense nationale, Direction générale des prisonniers de guerre de l’Axe, Historique du Service des Prisonniers de Guerre de l’Axe (1943-1948), Paris, 13/12/1948, 387 p. Sans indication contraire, les chiffres cités sont tirés de cet ouvrage.

7  Abrégé en CICR.

8  Soit 22,4 % du total des PGA, 1er contingent en Occident au 4e trimestre de 1947, Maschke, Die deutschen Kriegsgefangenen des Zweiten Weltkrieges. Eine Zusammenfassung, vol. XV, Ed. Gieseking, 1974, p. 194-197.

9  Selon l’Historique, seuls 21 886 Allemands sont morts en captivité.

10  Voir Voldman, Danièle, Le déminage de la France après 1945, Paris, Ed. Odile Jacob, 1998.

11  Documentation française, Notes documentaires et études, n° 270 du 26/03/1946, 8 p.

12  Documentation française, Notes documentaires et études, n° 563 du 04/03/1947, 16 p.

13  Documentation française, Notes documentaires et études, n° 659 du 03/07/1947, 8 p. Elle constitue une reprise de la précédente.

14  Documentation, n° 563, op. cit.

15  Si les articles de la presse nationale datent surtout des années 1945-1946, La Croix consacre aux PGA une série d’enquêtes en 1947 et Le Figaro une enquête en 1949.

16  Le reportage de Bromberger du 29/08/1945 concerne le camp américain de Septèmes.

17  « 73 jugements portés sur 75 camps par des délégués différents et à différentes périodes », tous positifs.

18  Les PGA sont cités par le nom, leur matricule et leur camp.

19  Documentation française, n° 659, op. cit.

20  Documentation française, n° 563, op. cit.

21  Documentation française, n° 659, op. cit.

22  Documentation française, n° 563, op. cit.

23  Documentation française, n° 659, op. cit.

24  Archives du Deutscher Caritasverband (DCD), Fribourg-en-Brisgau, 372.062. Les archives sont quasi muettes sur la réception de telles actions.

25  Arch. DCD, 372.062, circulaire du 17/09/1946 ; « N’oubliez pas nos PG ! ».

26  Ministère des Affaires étrangères, Archives de la zone française d’occupation en Allemagne et en Autriche, Colmar, Délégation provinciale pour la Rhénanie-Palatinat, RP 1983, 2052, 2053, 2659, 2660.

27  Bundesarchiv (Barch) Coblence, Z 35/486, Deutsches Büro für Friedensfragen, Memorandum, « Das Schicksal der deutschen Kriegsgefangenen in französischem Gewahrsam ».

28  Barch, Z 35/486, id.

29  Smith, Arthur, Heimkehr aus dem Zweiten Welktrieg. Die Entlassung der deutschen Kriegsgefangenen, Deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart, 1985.

30  Benz, Wolfgang, Schardt, Angelika (Hg.), Deutsche Kriegsgefangene im Zweiten Weltkrieg. Erinnerungen, Geschichte Fischer, 1995, p. 13.

31  Naumann, Kalug (Hg.), Nachkrieg in Deutschland, Hamburger Edition, 2001.

32  Overmans, Rüdiger, « German Historiography, the War Losses, and the Prisoners of War », dans Bischof, Günter, Ambrose, Stephan (Ed.), Eisenhower and the German POWs. Facts against Falsehood, Louisiana State University Press, 1992, p. 131.

33  La collecte d’informations passe notamment par l’interview de 2,7 millions d’anciens prisonniers de guerre ; Overmans, idem, p. 132-133.

34  Le gouvernement poussera en 1950 la commission des Nations Unies pour les affaires sociales et humanitaires à créer une commission pour élucider le sort des PGA disparus à l’Est.

35  Cité dans Benz, Schardt, op..cit.,, Deutscher Bundestag, p. 14.

36  Benz, Schardt, id., p. 21.

37  Moisel, Claudia , Frankreich und die deutschen Kriegsverbrecher. Politik und Praix der Strafverfolgung nach dem Zweiten Weltkrieg, Wallstein, 2004, 287 p.

38  « Commission scientifique pour la documentation du destin des prisonniers de guerre allemands de la Seconde Guerre mondiale » dont le président est Erich Maschke.

39  Steininger, Rolf, « Some Reflections on the Maschke Commission » dans Bischof, Ambrose, op. cit. ; Maschke, vol. XV, op. cit.

40  11-12 millions de PGA répartis dans plus de vingt états.

41  Husson, Édouard, Comprendre Hitler et la Shoah. Les historiens de la République fédérale d’Allemagne et l’identité allemande depuis 1949, PUF, 2000.

42  Frei, Norbert, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, H.C. Beck, 1996.

43  431 livraisons de la série dont 40 à l’étranger fin 1974.

44  Barch¸ B205, 1794.

45  Steininger, op. cit., p. 173.

46  Benz, Schardt, op. cit., p. 11.

47  Barch, B 205, 688b.

48  Overmans, op. cit., p. 138.

49  En particulier sur le nombre trop bas de décès donnés par l’Historique.

50  PV de la Commission d’Histoire de Captivité de la réunion du 30/03/60, in Maschke, vol. XV, op. cit., p. 30.

51  Maschke, dans Böhme, Die deutschen Kriegsgefangenen in franzöischer Hand, Ed. Gieseking, vol. XIII, 1971, p. XII-XIV.

52  De façon révélatrice, l’histoire se clôt avec la libération ou la transformation et n’aborde pas la réinsertion des PGA.

53  Bacque, James, Other Losses : An Investigation into the Mass Deaths of German Prisoners at the Hands of the French and Americans After World War II, Toronto, 1989.

54  Bacque, James, Der geplante Tod. Deutsche Kriegsgefangene in amerikanischen und französischen Lagern 1945-46, Frankfurt/M.-Berlin 1989.

55  Bacque, James, Morts pour raisons diverses. Enquête sur le traitement des prisonniers de guerre allemands dans les camps américains et français à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Sand, 1990.

56  Rousso, Henry, « Seconde Guerre mondiale. L’invention d’un génocide », in Le Monde, 27/04/90. Voir aussi Nassib, Sdim, « Enquête des camps de la mort pour les soldats du Reich », Libération, 04/12/89, p. 36-38.

57  Combe, Sonia, Archives interdites. L’histoire confisquée, La Découverte & Syros, 2001.

58  Bacque, Morts…, op. cit., p. 255.

59  Bacque, id., p. 183.

60  Bacque, id., p. 161.

61  Bacque, id., p. 148.

62  Bacque, id., p. 196.

63  Bacque, id., p. 140.

64  Bacque, id., p. 215.

65  Il s’agit du témoignage de Steckelings : « Bien que les Français, dans les camps, se soient montrés très cruels envers nous, j’ai écarté ces souvenirs parce que beaucoup d’autres se sont montrés humains avec nous lorsque nous sommes sortis des camps », p. 158.

66  Becker, Annette, Rousso, Henry, « D’une guerre à l’autre », dans Audoin-Rouzeau et al. (dir), La Violence de guerre, 1914-1945. Approches comparées des deux conflits mondiaux, Ed. Complexes IHTP-CNRS, 2002. Étienne François, « Meistererzählung und Dammbrücke. Die Erinnerung an den Zweiten Weltkrieg zwischen Nationaliserung und Universalisierung », in Mythen der Nationen. 1945 – Arena der Erinnerungen, Flacke, Monika (éd.), Deutsches Historisches Museum, 2005.

67  Notamment en France le rôle de La France de Vichy de R. Paxton, 1973. Voir La France sous Vichy. Autour de Robert O. Paxton, Ed. Complexes IHTP/CNRS, 2004 ; Rousso, Henry, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Ed. du Seuil, 1990.

68  Lagrou, Pieter, Mémoires patriotiques et Occupations nazies. Résistants, requis et déportés en Europe occidentale, 1945-1965, Ed. Complexe, IHTP-CNRS, 2003.

69  Virgili, Fabrice, La France « virile ». Des femmes tondues à la libération, Payot, 2000.

70  Moisel, op. cit., p. 11-14.

71  Le second conflit mondial n’est plus lu et commémoré selon l’axe structurant de l’opposition franco-allemande mais de celle nazisme/Shoah.

72  Frei, N., « 1945 und wir. Die Gegenwart der Vergangenheit », 1945 und wir. Das Dritte Reich im Bewusstsein der Deutschen, Verlag. Beck, 2005, p. 10.

73  Citons les récentes maîtrises de Jesse, Fritz, Les PGA en Bretagne. Rencontres et expériences entre capture, captivité et vie parmi les Français, 1944-1948/1949, 2004, Rennes 2 ; de Philippe, Gregory, La France de la libération et les PGA (Nord et Nièvre) Lille III 2005, Hunold, M., Les PGA en Gironde, 1944-1948, Bordeaux III (en cours). Enfin, citons l’accès aux archives, qu’il soit libre (CICR, YMCA, Ministère du Travail, Shat, archives allemandes) ou soumis à dérogation (Shat, Affaires étrangères, archives départementales) en raison des délais de communicabilité, est désormais beaucoup plus facile.

74  Déclaration du ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, 26/01/06.

75  Frei, op. cit., p. 19.

76  Friedrich, Jörg, Der Brand Deutschland im Bombenkrieg 1940-1945, Propyläen Verlag, 2002.

77  Voir le débat sur le Zentrum gegen Vertreibungen.

78  Overmans, R., Soldaten hinter Stacheldraht. Deutsche Kriegsgefangene des Zweiten Weltkrieges, Ullstein, 2000.

79  Knopp, Guido, Die Gefangenen, C. Bertelsmann, 2003.

80  Lachauer, Ulla, Lehrjahre beim Feind. Hitlerjungen in Kriegsgefangenschaft, 2005. Côté français, Un million d’Allemands en France, 1945-1948, H.-C. de La Casinière, diffusé sur France 3 en 1996.

81  Koop, Volker, Besetzt. Französische Besatzungspolitik in Deutschland, be. bra verlag, 2005, p. 9.

82  Sticker, Johannes, Moi, Johannes Sticker prisonnier allemand en Bretagne… Éd. Astoure, 2005, coll. Témoignages, p. 6.

83  Pollak, M., « Mémoire, oubli, silence », in Une identité blessée. Études de sociologie et d’histoire, Ed. Métailié, 1993, p. 22.

84  Barch B205, 686, lettre de D. Lapierre au professeur Maschke du 14/10/1963.

85  Barch, B205, lettre de Maschke à D. Lapierre, s.d.

86  La kommunikative Gedächtnis est selon Jan Assmann la mémoire qui meurt avec ses porteurs. S’étendant sur trois générations, elle est la « mémoire à court terme de la société ».

87  L’oubli étant entendu comme « la force vive de la mémoire », Augé, Marc, Les formes de l’oubli, Manuels Payot, 1998, p. 30.

88  Augé, id., p. 78.

89  Pollak, op. cit., p. 30.

90  Rousso, H., « Mémoire et histoire : la confusion » dans La hantise du passé, entretien avec P. Petit, Textuel, 1998, p. 17-21.

91  Augé, op. cit., p. 98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Théofilakis, « Les prisonniers de guerre allemands en mains françaises dans les mémoires nationales en France et en Allemagne après 1945 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 100 | 2007, 67-84.

Référence électronique

Fabien Théofilakis, « Les prisonniers de guerre allemands en mains françaises dans les mémoires nationales en France et en Allemagne après 1945 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/691

Haut de page

Auteur

Fabien Théofilakis

Doctorant Universités Paris X Nanterre et Augsbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page