Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

François Lafon, Guy Mollet

Paris, Fayard, 2006, 960 p.
Vincent Chambarlhac
Référence(s) :

François Lafon, Guy Mollet. Paris, Fayard, 2006, 960 p.

Texte intégral

1Bien plus qu’une biographie ; là pourrait s’arrêter le compte rendu. Au seuil de ces neuf cents pages qu’il faut lire pour dépasser l’évidence historiographique qui fait de Guy Mollet la face diabolique du socialisme, le nom qu’il faut taire pour dire le dogme de la trilogie Jaurès, Blum, Mitterrand. À chacune de ces figures revient une (re) fondation du parti dans le grand récit que celui-ci se donne de lui-même. Guy Mollet n’a pas sa part dans cette geste héroïque, plus exactement, il en constitue la part d’ombre, le bouc émissaire. Guy Mollet est pour ainsi dire ce que le parti socialiste n’aurait jamais dû être. On peut alors considérer que le parti socialiste n’exista pas sous la IVe République : il n’était pas socialiste, mais molletiste. On mesure ici la puissance d’une reconstruction mémorielle : le mitterrandisme s’est construit ainsi, si l’on suit François Lafon dans un chapitre justement intitulé Tombeau pour Guy Mollet. Sa biographie de Guy Mollet se confronte donc à l’historiographie du socialisme français, écrite notamment par ses opposants, dont Madeleine Rebérioux. La biographie revient sur les nombreux procès qu’on fit à Mollet : la Résistance, l’éviction de Léon Blum, l’Algérie, enfin, qui le constitue en figure repoussoir du socialisme français.

  • 1  Serge Berstein, Léon Blum, Paris, Fayard, 2006.
  • 2  Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1995 ; Ian Kershaw, Hitler : Essai sur le charisme (...)
  • 3  Pour une appréhension documentaire de cet archipel, voir Vincent Chambarlhac, Maxime Dury, Thierry (...)
  • 4  Parti socialiste autonome, fondé en 1958 par une scission de la SFIO.

2Selon Claude Fuzier, « Guy Mollet adhère à son parti comme la peau adhère à son muscle ». Explorant cette formule, François Lafon montre d’abord comment Guy Mollet est construit par la SFIO de l’entre-deux-guerres. Il fut militant de l’enseignement, pacifiste intégral, membre de la « Bataille socialiste ». La comparaison avec d’autres trajectoires socialistes – celle de Ludovic Zoretti, André Philip notamment – mesure l’adéquation de Guy Mollet au socialisme français. Elle permet de repérer des écarts également. Guy Mollet choisit la Résistance quand le milieu ultra-pacifiste, qui fut le sien avant-guerre, opte pour la collaboration. Au terme de cette première période, Guy Mollet est un militant socialiste, un député maire d’Arras socialiste traditionnel, construit par l’expérience politique des années trente. Son ascension dans le parti est fulgurante. S’il évince Léon Blum au Congrès de 1946 et s’impose comme secrétaire général du Parti jusqu’en 1969, cette victoire, pour François Lafon, tient sans doute à ce qu’il incarne la tradition socialiste, l’identité du parti contre la tentation travailliste que représente Léon Blum. « Il n’est pour Léon Blum que le Parti lui-même » écrit alors Ernest Labrousse. Sur ce point, l’analyse du congrès de 1946 convainc davantage que celle tentée par Serge Berstein, dernier biographe en date de Léon Blum1. François Lafon, comme son sujet, se situe dans l’œil du parti socialiste quand Serge Berstein aborde celui-ci de l’extérieur. Fidèle à cette position analytique, la biographie s’attache alors à questionner la longévité du secrétariat de Guy Mollet qui pourtant fut souvent minoritaire dans les Congrès. S’inspirant – librement – des travaux de Jacques Le Goff dans son Saint Louis, de Ian Kershaw du Hitler ou le charisme en politique, François Lafon compare le poste tenu par Guy Mollet au monarque féodal2. Il apparaît donc plus suzerain que souverain, jouant des équilibres complexes entre les fédérations et les sensibilités de ce parti archipel qu’est la SFIO3. Guy Mollet multiplie les contacts, les correspondances avec ces responsables fédéraux. Il semble là, dans ce souci de contact personnel, agir comme Paul Faure dans les années trente, mais François Lafon n’aborde malheureusement pas la comparaison. Guy Mollet doit sa position charismatique à l’identité socialiste qu’il maintient en ces temps de Guerre froide. Son pouvoir, et le reproche de bureaucratisation qu’on lui impute, repose sur la routinisation de ces équilibres au fur et à mesure du progressif dépérissement d’un parti toujours plus coupé de la société française. En somme, Guy Mollet est le secrétaire général de la SFIO parce qu’il est l’homme moyen d’un socialisme français construit dans les années trente : c’est là sa force, contre laquelle se brisent des minorités désunies, jamais en mesure finalement de l’évincer (ainsi de la fondation du PSA, signe de l’échec d’une opposition interne4). À l’aune des enjeux de la période, c’est sans doute là sa faiblesse.

3Ce lien tissé entre un homme et l’identité socialiste est réversible, permettant ainsi le questionnement du rapport de Guy Mollet au pouvoir. La matrice socialiste des années trente structure le regard et les analyses du secrétaire général dans son rapport au pouvoir. Ainsi en est-il de la question algérienne : le 6 février 1956 (Journées des tomates), il analyse la situation algérienne (p. 619) en termes de classes et non à partir de la question nationale. Il assume l’action de Robert Lacoste, obtient le vote des pouvoirs spéciaux. Face à la pratique de la torture dont il connaît l’existence – sinon l’amplitude – par un mémorandum confié par Hubert Beuve-Méry, il ferme les yeux au nom de la raison d’état. Ainsi également de la crise de Suez : hanté par Munich et la comparaison Nasser/Hitler, il ordonne l’expédition. En somme, tout à son rapport à la vieille maison, l’homme peine à saisir les novations et les enjeux de la période. Il fait peser sur le groupe parlementaire et le parti le devoir de solidarité avec les membres socialistes du gouvernement, quand bien même le gouvernement paraît être l’otage des militaires. Il en fit lui-même l’expérience comme Président du conseil. Le parti socialiste peut ainsi se déliter et l’opposition interne se structurer jusqu’à la scission de 1958, son secrétaire général est imperméable à cette dynamique. Pour lui, ménager De Gaulle après le 13 mai 1958, c’est assurer au parti une place centrale dans le nouveau système politique, pérenniser somme toute la centralité du lien de la SFIO à la République. Si ses yeux se dessillent après 1962, la réponse qu’il entend donner paraît toujours identitaire, et régressive en regard des novations initiées par la Ve République : il confie à Claude Fuzier le soin d’engager un dialogue doctrinal avec le PCF pour « effacer 1920 ». Parallèlement, il sacrifie la modernisation engagée par Georges Brutelles et la dynamique des colloques socialistes qu’il ne soutient pas ; il se refuse également au processus de modernisation du parti engagé par Gaston Defferre autour de la présidentialisation. Guy Mollet est d’une autre République, d’un autre temps militant sans doute aussi. L’essentiel de l’homme demeure sa fidélité à l’identité socialiste, au parti ensuite. Ainsi s’explique sa démission de 1969 et ses heurts avec l’habileté manœuvrière de François Mitterrand, étranger à la SFIO. Redevenu militant, minoritaire à Epinay, Guy Mollet fonde l’OURS, qu’il anime jusqu’à sa mort. Il se projette alors dans l’ombre du militantisme d’Alexandre Bracke-Desrousseaux, forgeant sans doute à son corps défendant l’accusation de néo-guesdisme qui sert la dénonciation du molletisme, et permet l’identification du mitterrandisme au jauressisme. Jusque dans son rejet, Guy Mollet paraît consubstantiel aux arcanes du socialisme français.

4Sans doute cette biographie vaut-elle autant pour ses digressions sur le milieu socialiste que dans son abord de Guy Mollet. Le parti constitue ainsi autant que la figure de l’homme le sujet de l’ouvrage, sinon plus. La biographie souligne, tout en fixant sa focale sur un homme, le paradoxe d’une formation politique qui, à quatre ans d’intervalle, fêta ses trente ans et son centenaire. Au cœur du hiatus, Guy Mollet. Aussi faut-il considérer qu’il paraît moins la part d’ombre du siècle du parti socialiste français que l’une de ses principales charnières.

Haut de page

Notes

1  Serge Berstein, Léon Blum, Paris, Fayard, 2006.

2  Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1995 ; Ian Kershaw, Hitler : Essai sur le charisme en politique, Paris, Flammarion, 2001.

3  Pour une appréhension documentaire de cet archipel, voir Vincent Chambarlhac, Maxime Dury, Thierry Hohl, Jérôme Malois, Histoire documentaire du Parti socialiste, tome III « Les centres socialistes », Dijon, EUD, 2006.

4  Parti socialiste autonome, fondé en 1958 par une scission de la SFIO.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « François Lafon, Guy Mollet », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/689

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page