Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Serge Wolikow, Les combats de la mémoire. La FNDIRP de 1945 à nos jours

Paris, le Cherche-Midi, 2006, 333 p.
Axelle Brodiez
Référence(s) :

Serge Wolikow, Les combats de la mémoire. La FNDIRP de 1945 à nos jours. Paris, le Cherche-Midi, 2006, 333 p.

Texte intégral

1Au confluent de deux histoires, d’un côté celle d’une association de déportés et de la mémoire de la déportation, de l’autre celle d’une (ex-) organisation de masse, les deux auteurs font d’évidence le choix du premier angle. Il paraît pour partie justifié, en raison du hiatus entre l’importance des travaux consacrés à la déportation et l’extrême minceur de ceux traitant des associations de déportés. Mais pour partie seulement, car les travaux sur les organisations de masse communistes sont plus lacunaires encore, en dépit d’un enjeu historiographique évident ; l’ouvrage n’élude cependant pas la question, même si elle reste traitée en filigrane plus que prise à bras-le-corps.

2La FNDIRP, Fédération nationale des déportés et internés, résistants et patriotes, est une association née en 1945-1946 d’une double matrice, celle des centres d’entraide de la Libération, qui se développent pour gérer tant bien que mal le rapatriement des camps, et celle des groupements résistants constitués dans les camps. Au moment où « l’histoire de la Déportation en tant que système laisse place à celle des déportés », la diversité et le foisonnement prévalent – hétérogénéité des courants idéologiques, des lieux et des statuts de déportation – et la FNDIP (déportés et internés patriotes) ambitionne le rassemblement sans conception restrictive, au contraire de la FNDIR (déportés, internés et résistants) qui fait le choix d’un centrage sur les seuls résistants. Prenant acte de ce repli, la FNDIR se transforme début 1946 en FNDIRP et devient la principale association de déportés.

3Elle se montre d’emblée proche du PCF, au contraire de la FNDIR, plus socialiste et gaulliste. Car si les statuts affirment la neutralité politique, si l’éventail politique et religieux des membres et des dirigeants est loin de n’être qu’un alibi de façade, et si l’action sans relâche pour l’épuration et la paix se justifie d’évidence hors suivisme des campagnes du PCF, l’importance de certains dirigeants (au premier chef Marcel Paul) et les choix faits particulièrement durant la Guerre froide (questions de la Ruhr et des réparations allemandes, appel de Stockholm, condamnation de la politique américaine en Corée, condamnation du titisme, soutien à Jacques Duclos suite à la manifestation Ridgway, etc.) masquent mal les sympathies dominantes. Non sans effusions : fin 1949, l’affaire Rousset, lui-même ancien déporté, provoque la scission d’une partie des membres et la création de l’UNADIF (Union nationale de déportés internés et familles de disparus. C’est également durant cette période, durant les années 1940 et 1950, que se développent les actions revendicatives (pour l’obtention de la carte de combattant, contre la divisions entre déportés) et sociales (développement de l’accueil et des soins, service médico-social, création d’un dispensaire, d’un centre de post-cure, aide à la réinsertion professionnelle, etc.).

4De 1958 à la fin des années 1970, la politique revendicative se poursuit avec succès (arrêté d’août 1962 fixant les indemnités pour les différentes catégories d’ayants-droit ; loi du 23 avril 1970 sur la parité des pensions entre déportés politiques et résistants), tandis que l’action sociale s’affirme (service de radiologie, laboratoire d’analyses, intensification de l’activité de diagnostic et de soin, ouverture d’une nouvelle clinique). Des propositions unitaires sont lancées en direction des autres associations de déportés mais, si elles rencontrent un certain succès à la base, elles échouent finalement au sommet. Le pacifisme reste un grand thème de combat, que ce soit via la condamnation de la politique américaine au Vietnam, du coup de force anti-démocratique en Grèce, ou pour le désarmement dans les années 1970. Enfin, si la place de quasi-monopole tenue par les résistants dans la mémoire de la déportation s’efface à partir des années 1960, l’association n’en poursuit pas moins son combat pour la condamnation des anciens miliciens (Paul Touvier) et la dénonciation des criminels de guerre (Klaus Barbie) ; tandis que l’histoire prend une place croissante, avec la création d’une commission interne spécifique, la revendication de l’enseignement de la Seconde Guerre mondiale à l’école et le début d’un travail d’enquête et d’étude sur la base des témoignages des survivants.

5Dans cette lignée, la FNDIRP semble depuis 1981 surtout préoccupée par « le défi de la transmission » de l’expérience, des valeurs et de l’héritage. Les publications se multiplient, un prix Marcel-Paul de soutien aux maîtrises d’histoire sur la déportation est créé en 1988, une Fondation pour la mémoire de la déportation est créée et reconnue d’utilité publique en 1990. L’association lutte contre le négationnisme et se porte partie civile dans les grands procès (Barbie, Touvier, Papon). C’est également depuis les années 1980 que les réalités démographiques s’imposent crucialement : direction profondément renouvelée suite à une série de décès autour de l’année 1982, chute visiblement inexorable, bien que limitée, des effectifs, et surtout de la fréquentation des établissements médico-sociaux dont la gestion est finalement transférée à la Fédération nationale des mutuelles de travailleurs, tandis qu’on n’ouvre plus de cliniques, mais une maison de retraite médicalisée (1985).

6Cet ouvrage comble incontestablement un certain nombre de lacunes historiographiques et montre tout l’intérêt d’aborder la question de la déportation en « histoire sociale du politique », sous l’angle des associations. Didactique, d’une écriture fluide, d’une lecture facile et agréable, il reste centré sur l’histoire de l’organisation tout en démontrant la fécondité de multiples entrées, dont le rapport mémoire/histoire de la déportation, que les auteurs parviennent à traiter sous un angle nouveau. Les individus ne sont négligés ni dans le corps du texte, ni en annexe, où l’on trouve rien moins que 50 notices biographiques.

7Pour autant, on aimerait en savoir un peu plus aux niveaux prosopographique, sociologique et générationnel. La question de la médecine spécifique des déportés, présente en filigrane dans l’évocation des établissements médico-sociaux, n’est jamais réellement abordée. On ne sait quasiment rien de l’attitude et des campagnes de l’association durant la guerre d’Algérie. Surtout, on aimerait une véritable analyse des rapports au PCF, rapports qui parcourent d’évidence l’ensemble du texte et de l’histoire de l’association. On reste en effet perplexe devant l’affirmation de l’ouverture et du détachement post-Guerre froide, alors même que l’évocation de moult campagnes de l’association ne peut que laisser conclure à un rapport étroit, dans les pleins (attitude face à De Gaulle en 1958, Vietnam, Grèce, lutte pour le désarmement et la paix, rôle nodal des militants communistes, etc.) comme dans les creux (il n’est ainsi pas jusqu’à l’ouverture et l’appétence unitaire des années 1960, présentées comme un signe du détachement, ou la désapprobation en 1976 des condamnations politiques en URSS, qui ne puissent inversement aussi être lues comme un signe de suivisme). Les modalités concrètes des rapports au PCF ne sont jamais abordées, et ce n’est qu’au détour d’une phrase que l’on apprend que Charles Joineau « arrive à la direction de la fédération au temps où le PCF suivait de près les affaires de la fédération », et qu’ « il réussit à la faire évoluer et contribue au développement autonome de sa réflexion comme de sa pratique » – sans malheureusement en savoir davantage. On ne saura rien non plus des rapports au Mouvement de la Paix, autre ex-organisation de masse communiste qui lutte pourtant sur un terrain des plus proches. La FNDIRP n’a donc pas encore livré tous ses secrets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axelle Brodiez, « Serge Wolikow, Les combats de la mémoire. La FNDIRP de 1945 à nos jours », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/687

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page