Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Reynald Abad, La conjuration contre les carpes. Enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II

Paris, Fayard, 2006, 200 p.
Maurice Genty
Référence(s) :

Reynald Abad, La conjuration contre les carpes. Enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II. Paris, Fayard, 2006, 200 p.

Texte intégral

1Alors que les étangs répondaient aux besoins de la consommation de poisson frais dans les régions éloignées de la mer, la carpe représentant l’espèce la plus prisée, leur existence fut mise en cause à la fin du XVIIIe siècle, à la suite de la mise au concours, par l’Académie de Lyon, en 1777, de la question de savoir si « les étangs, considérés du côté de l’agriculture et de la population, (étaient) plus utiles que nuisibles » (p. 59). Le débat ainsi lancé se diffusa les années suivantes, grâce en particulier à une Société d’émulation fondée en 1783 à Bourg-en Bresse, l’idée prévalant qu’ils présentaient « plus d’inconvénients que d’avantages » (p. 98) : non seulement ils soustrayaient de vastes surface à la culture des céréales nécessaires à la subsistance du pays, mais ils entretenaient un climat malsain nuisible aux populations comme aux animaux, voire à la végétation. Le débat cependant n’occupait qu’« une place minime dans les milieux agronomiques et plus encore dans l’opinion publique » (p. 100), lorsqu’il fut brusquement accéléré par la Révolution, du fait de l’intervention des populations paysannes, en particulier dans le Bas-Limousin et dans la Bresse, dans le cadre des mouvements anti-seigneuriaux, bien que la création des étangs ne fût pas un privilège seigneurial.

2Dans le même temps, dans l’idée de combattre la disette et de réduire le chômage, l’Assemblée Constituante, au terme de trois décrets successifs adoptés entre mai et décembre 1790, se décidait à prescrire le dessèchement des marais, question, elle, ancienne et « renouvelée par un important débat agronomique au cours du XVIIIe siècle » (p. 136). La discussion du problème contribua à répandre l’idée que l’extension des terres cultivées était nécessaire à la sécurité alimentaire du pays, en même temps qu’elle accentuait « la méfiance instinctive des esprits à l’égard des zones humides » (p. 137). L’emploi par l’Assemblée de l’expression « terres inondées » favorisa l’amalgame que les adversaires des étangs firent entre ceux-ci et les marais pour passer à « une offensive en règle » (p. 149) ; ils remportèrent un premier succès lorsque l’Assemblée Législative adopta, le 11 septembre 1792, un décret permettant aux administrations locales de décider la « destruction des étangs marécageux », entraînée par le discours d’un député qui associait les étangs « à la seigneurie, au monastère et au jeûne » (p. 145).

3Les mêmes arguments furent repris dans l’été 1793, alors que la question des subsistances se posait avec une acuité nouvelle ; le débat, ainsi relancé, aboutit au décret du 14 frimaire an II (4 décembre 1793), qui autorisait les départements à ordonner, « sur la demande formelle des conseils généraux des communes »,  l’assèchement des étangs qui pourraient « occasionner… des maladies épidémiques ou épizootiques » ou « provoquer des inondations, à l’« exception des étangs nécessaires à l’alimentation des fossés des places fortes ou aux besoins de l’industrie ou de la navigation » (p. 177) ; leur destruction ne serait donc pas systématique. Leur dessèchement se ferait « au profit des citoyens non-propriétaires » (p. 177) – un argument social s’ajoutant aux arguments politiques ou hygiéniques. Ainsi, « ce furent moins les convictions agronomiques que les calculs politiques » qui décideraient du sort des étangs (p. 164).

4En fait, la loi adoptée, non sans quelques réticences – c’est pour emporter la décision que Danton s’était écrié : « Nous sommes tous de la conjuration contre les carpes » (p. 159) – ne put réellement entrer en application. Elle devait être rapportée le 1er juillet 1795, mais le débat devait surgir à nouveau dès 1800-1807, du fait de trois anciens membres de la Société d’émulation de Bourg-en-Bresse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Genty, « Reynald Abad, La conjuration contre les carpes. Enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/685

Haut de page

Auteur

Maurice Genty

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page