Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Hommage : Jean-Pierre Vernant, un héritage aux origines de la pensée grecque

Guylain Chevrier
p. 143-145

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Jean-Pierre Vernant s’est éteint le 9 janvier 2007 à 93 ans. Avec lui, c’est l’une des toutes premières figures de l’hellénisme moderne qui nous a quittés. Ceci six mois après la disparition de Pierre Vidal-Naquet, complice de toujours, avec lequel il partageait ce statut d’éminent spécialiste de la connaissance savante de la culture grecque et de son renouvellement, ainsi que le privilège d’avoir transformé notre regard sur la Grèce. Il a été de ceux qui, dans le grand mouvement d’avancée des sciences humaines du XXe siècle, ont fait preuve d’invention et d’imagination dans un secteur de l’histoire dominé par les littéraires et que le classicisme ne prédisposait pas naturellement au changement. Il a introduit en grand l’anthropologie dans le champ des études grecques pour passer de l’étude de la cité à celle de l’homme grec. Il a cherché à mieux le comprendre, à en approcher au plus près la réalité psychologique, et par là même à se rapprocher de ceux qui ont pu inventer des mythes et des formes d’institutions qui demeurent en continuité avec une pensée qui est la nôtre, comme aux racines de notre conscience.

  • 1  Le Monde, Hommage à Ignace Meyerson, 24.11.1983.
  • 2  Ibidem.

2Il est celui des hellénistes de cette génération qui nous laisse ce qui se rapproche peut-être le plus d’une œuvre, par une continuité de travaux dont l’approfondissement aura été l’enjeu d’une vie, à partir de plusieurs influences essentielles. Il a d’abord reçu une formation philosophique qui devait aboutir à l’obtention d’une agrégation de philosophie en 1937. Puis, il y a eu la rencontre avec Ignace Meyerson, « figure exceptionnelle » selon les propres termes de Jean-Pierre Vernant 1, fondateur de la psychologie historique. Une discipline qui s’était donné comme but, dans l’étude de l’homme, une enquête d’ensemble qui devait convoquer tout ce qu’il a créé, produit, dans tous les domaines au long de son histoire : outils et techniques, langues, religions, institutions sociales, systèmes des sciences, productions artistiques… Pour Meyerson, l’homme est à chercher dans cette forme inscrite dans la durée qu’il a donnée à ses créations, l’héritage et la mémoire, organisés selon les grandes classes des faits de civilisation. Tout cela amenait au constat que, derrière les évolutions et les différences dans l’espace et le temps, les transformations des conduites et des œuvres humaines, « l’Homme est au-dedans de lui-même le lieu d’une histoire »2. Jean-Pierre Vernant fonda avec Ignace Meyerson en 1940 la Société Toulousaine de Psychologie comparative.

  • 3  Louis Gernet, Anthropologie de la Grèce antique, Maspéro, 1968.
  • 4  Jean-Pierre Vernant, Les origines de la pensée grecque, Paris, PUF, 1962.

3L’intérêt qu’investit Jean-Pierre Vernant dans une telle démarche, il va aussi le mettre dans une rencontre avec l’anthropologie historique dont la méthode habite l’helléniste Louis Gernet, qui l’adapte au champ de la civilisation grecque. Ce dernier ouvre une perspective nouvelle avec son travail capital sur l’Anthropologie de la Grèce antique 3,qui le révèle comme le véritable père de l’hellénisme moderne. Il en découle pour Jean-Pierre Vernant l’évidence de cette raison grecque, « fille de la cité », « qui ne s’est pas tant formée dans le commerce humain avec les choses que dans les relations des hommes entre eux ». Il insiste de ce point de vue sur la rupture entre le monde mycénien et la civilisation des cités-état dans cet ouvrage incontournable que sont Les origines de la pensée grecque 4.

4Jean-Pierre Vernant ne s’y trompe pas, il choisit toujours les meilleures influences.

  • 5  Jean-Pierre Vernant, Mythe et pensée chez les Grecs : études de psychologie historique, Paris, Mas (...)
  • 6  Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce ancienne, Paris, Maspéro, La (...)
  • 7  Jean-Pierre Vernant, Mythe et société en Grèce ancienne,Paris, Maspéro, La Découverte, 1974.
  • 8  Jean-Pierre Vernant, L’individu, la mort, l’amour : soi-même et l’autre en Grèce ancienne, Paris, (...)
  • 9  Jean-Pierre Vernant, L’univers, les dieux, les hommes : récits grecs des origines, Paris, Seuil, 1 (...)

5Il y a cette autre rencontre importante avec le structuralisme, cette nouvelle méthode d’investigation scientifique que met au point Claude Lévi-Strauss, déterminante, qui va nourrir celle que Jean-Pierre Vernant met en œuvre dans son travail si important sur les mythes grecs. Il va aller, nanti de sa formation et de cet outillage nouveau, déconstruire les mythes grecs pour nous livrer un regard unique sur leur sens, à l’image de ce qu’il nous décrit comme fondamental dans le mythe (hésiodique) de la naissance de l’univers : « c’est qu’à un moment donné », dit-il, « l’espace s’ouvre et se débloque », reflet de la mise en marche d’un nouveau temps, celui de la polis. Il faut encore relire Mythe et pensée chez les Grecs 5 ou Mythe et tragédie en Grèce ancienne 6ou encore Mythe et société en Grèce ancienne 7, des productions où s’exprime pleinement son apport. Il faut encore s’intéresser à des ouvrages comme L’individu, la mort, l’amour 8, a fortiori L’univers, les dieux, les hommes9, pour mesurer cette volonté de porter son savoir vers un large public, œuvrant ainsi à la diffusion de la connaissance la plus avancée sur la pensée des Grecs, pour nous renvoyer à des questionnements qui enjambent le temps.

6Il a indéniablement su, dans les sillons de l’avènement des nouvelles sciences de l’homme du début du siècle et du terrain favorable ainsi constitué en faveur d’une nouvelle école de pensée en matière de recherche dans le champ de l’histoire, saisir l’opportunité de dépasser les frontières de ce qui séparait cette discipline de la sociologie et de la psychologie. Il s’est ainsi tourné vers des enjeux scientifiques inédits et a réussi à faire faire un pas décisif aux études grecques dans ce sens, celui de la compréhension de ce qui se noue dans les pensées de l’homme selon son histoire.

  • 10  Extrait d’une interview publiée en hommage à Jean-Pierre Vernant dans l’hebdomadaire L’humanité di (...)
  • 11  Ibidem.

7Il y aussi chez Jean-Pierre Vernant une autre histoire du côté de l’homme, de sa vie très tôt marquée par son engagement politique dès seize ans aux Jeunesses communistes, puis au PCF, auquel il resta attaché jusqu’en 1939, alors qu’il était mobilisé. Il y aura acquis des convictions qui, malgré des désaccords qui devaient l’amener à s’éloigner du PCF à partir de la fin des années trente, continueront de faire repère tout au long de sa vie. Il avait vécu le Front populaire et le bouleversement qui s’en était suivi et en avait été marqué profondément, parlant de « choses merveilleuses » à propos de ces ouvriers qui partaient sur les routes de leurs premiers congés payés 10. Comme il l’a très bien exprimé lui-même, lorsqu’il a été question de savoir comment réagir face à la débâcle de 1940, à l’Occupation qui se profilait déjà et à la trahison des élites qui laissaient place au régime de Vichy, « Je n’étais plus membre du Parti communiste. Mais je restais attaché à une vision marxiste de l’histoire… » provoquant selon lui cette sorte d’« aveuglement » dont dérivait « une lucidité assez grande »11 devant la montée du fascisme en Europe, la politique française de soumission du gouvernement Daladier à Munich en 1938, une lucidité donc qui l’a aidé à faire les bons choix et à entrer en résistance jusqu’à devenir en 1944 chef des FFI de la région toulousaine. Il parlait d’« une façon marxiste de réfléchir : savoir que, pour comprendre la dynamique d’une société, tous les niveaux du réel doivent être pris en compte… », ceci même si la vision de l’histoire qui se dégageait du marxisme était fausse à ses yeux sur bien des plans.

8Nous avons perdu une grande figure de la connaissance historique, proche, sa vie l’aura montré de bout en bout, de ces héros grecs qu’il a si bien côtoyés et dont il demeure indissociable dans notre mémoire.

Haut de page

Notes

1  Le Monde, Hommage à Ignace Meyerson, 24.11.1983.

2  Ibidem.

3  Louis Gernet, Anthropologie de la Grèce antique, Maspéro, 1968.

4  Jean-Pierre Vernant, Les origines de la pensée grecque, Paris, PUF, 1962.

5  Jean-Pierre Vernant, Mythe et pensée chez les Grecs : études de psychologie historique, Paris, Maspéro, 1965.

6  Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce ancienne, Paris, Maspéro, La Découverte, 1972.

7  Jean-Pierre Vernant, Mythe et société en Grèce ancienne,Paris, Maspéro, La Découverte, 1974.

8  Jean-Pierre Vernant, L’individu, la mort, l’amour : soi-même et l’autre en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, 1989, rééd. Coll. Folio Histoire, 1996.

9  Jean-Pierre Vernant, L’univers, les dieux, les hommes : récits grecs des origines, Paris, Seuil, 1999, rééd. Coll. Point Histoire, 2002.

10  Extrait d’une interview publiée en hommage à Jean-Pierre Vernant dans l’hebdomadaire L’humanité dimanche du 18 au 24 janvier 2007.

11  Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guylain Chevrier, « Hommage : Jean-Pierre Vernant, un héritage aux origines de la pensée grecque », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 100 | 2007, 143-145.

Référence électronique

Guylain Chevrier, « Hommage : Jean-Pierre Vernant, un héritage aux origines de la pensée grecque », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/684

Haut de page

Auteur

Guylain Chevrier

Docteur en histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page