Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Usages politiques du passé : à propos de deux publications récentes

Jocelyne George
p. 137-142

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

« Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine », sous la direction de Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre, Danielle Tartakowsky, Publications de l’Université de Provence, 2006, 264 p.

« Concurrences des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine », sous la direction de Maryline Crivello, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt, Publications de l’Université de Provence, 2006, 298 p.

1Ces deux volumes contiennent les actes d’un colloque qui eut lieu à Paris en septembre 2003 à l’initiative d’équipes de chercheurs de Paris I, Paris VIII et de l’Université de Provence, mêlant historiens, politistes, sociologues, ethnologues, professeurs et doctorants. Le thème, « Usages politiques du passé », se réfère au titre d’un ouvrage de François Hartog et Jacques Revel, paru en 2001. La période étudiée est les trente années qui viennent de s’écouler sous le signe de la crise économique, marquées par le mouvement de mai 1968, la fin de la guerre du Vietnam (1975), l’éclatement de l’URSS (1991), sous les présidences de Giscard d’Estaing (1974-1981), de Mitterrand (1981-1995) et de Chirac, alors que le néolibéralisme est devenue l’idéologie triomphante (marche forcée vers les marchés régionaux dont l’Europe avec l’Acte unique en 1986 et le traité de Maastricht en 1992) et dévastatrice (guerre du Golfe en 1991, guerres balkaniques, guerres africaines, intervention en Afghanistan, guerre d’Irak), avec au bout l’angoisse causée par les déséquilibres de l’écologie planétaire, les intégrismes et le terrorisme.

2Les quarante-trois communications ont été regroupées en deux ensembles publiés chacun en un volume. Le premier, Politiques du passé, est subdivisé en deux parties : « Le pouvoir central » (15 communications) et « Les acteurs nationaux du politique » (8 communications). Le second, Concurrences du passé, est également divisé en deux : « Enjeux locaux, impasses supranationales » (14 communications) et « Concurrences et controverses » (6 communications). Chaque partie est ouverte par une présentation des communications qu’elle contient.

3Les contributions très variées constituent une étude de terrain de l’usage politique du passé. Ce mot recouvre deux notions, celle d’histoire et celle de mémoire, dont l’ouvrage ausculte la concurrence et diagnostique la part grandissante de la mémoire au détriment de l’histoire. Le passé n’est plus étudié et dit seulement par les historiens, il est dit et même mis en scène par bien d’autres acteurs. Le colloque s’interroge sur les causes et les conséquences de l’avantage pris par la mémoire.

4Deux idées générales se dégagent de ces deux volumes. L’État, chargé jusque-là de puiser dans un passé reconstruit pour élaborer une politique symbolique destinée à renforcer le sentiment national en créant une mémoire collective, voit ce rôle s’affaiblir. Le rôle social de l’historien s’affaiblit lui aussi.

Affaiblissement du rôle de l’État dans l’usage politique du passé

5Partisan de la nouvelle modernité économique et politique, Giscard d’Estaing agit délibérément dans ce sens. Il se heurte cependant à une résistance quand il ne veut plus célébrer le 8 mai 1945. L’élection de Mitterrand sera ressentie comme un retour de l’histoire (P. Garcia), ce qui ne sera qu’une illusion. La demande sociale nationale de reconnaissance des divers passés ne diminue pas. L’État est très sollicité, mais il est devenu prudent. D’une part il craint l’accusation de propagande, d’autre part il lui est devenu difficile, à droite comme à gauche, de consolider symboliquement la nation alors qu’il est engagé dans une politique supranationale. Le brouillage est de mise, comme le montre l’étude des noms donnés aux rues en Provence (J.-M. Guillon). Les connotations républicaines de l’époque où ce Midi était « rouge » ont cédé devant « l’épuration symbolique » lorsqu’il est passé à droite dans les années 1970. « Tout se passe comme si se terminait une ère, celle où l’on voulait fabriquer du citoyen… » (Politiques du passé, p. 79) et l’on utilise désormais des appellations aseptisées issues de la géographie et de la culture provençales (Cigales, Romarin, Mistral, Pagnol…). Dans le même ordre d’idées, S. Guillaume montre combien il a été difficile d’utiliser l’histoire du passé européen pour faire accepter le traité de Maastricht dont les partisans adoptèrent le même style technocratique étranger à l’histoire que celui de Giscard d’Estaing.

6La plupart des conflits du passé restent aujourd’hui des sources de controverses. La guerre d’Algérie est actuellement une des plus vives. Longtemps passée sous silence, elle fait, aujourd’hui en France, se télescoper trois mémoires : celle des partisans de l’indépendance, celle des partisans de l’Algérie française et celle de la majorité silencieuse (G. Pervillé). La tendance est maintenant de régler ces controverses par la victimisation et la célébration des victimes. La satisfaction affective remplace la prise de conscience des enjeux et démobilise le citoyen (C. Andrieu). L’embarras de l’État se reflète dans la fabrication des programmes scolaires d’histoire revisités cinq fois entre 1986 et 2002. Orientés soit vers le culturel (1986), soit vers une histoire européenne (1995), ils ne donnent pas à l’élève les moyens critiques nécessaires pour comprendre le monde dans lequel il devra vivre et agir (E. Hery).

7À côté de l’État, les Églises, les partis, les syndicats sont d’autres utilisateurs nationaux du passé. L’analyse de la « ré-élaboration » de son passé par le Secours populaire français est particulièrement fine (A. Brodiez). Le Parti socialiste a peu de relations avec l’histoire, réduite à une date mythique : 1971 le congrès d’Épinay, et à l’évocation de quelques grands ancêtres : Jaurès, Blum et, bien sûr, Mitterrand. La CGT a un comportement original puisqu’en 1981 elle crée sa propre institution historienne : l’Institut CGT d’histoire sociale, dont la place est aujourd’hui reconnue par les spécialistes de l’histoire ouvrière et syndicale, alors que paradoxalement diminue la part de l’histoire dans la formation des militants syndicaux.

Affaiblissement du rôle social de l’historien

8De nouveaux utilisateurs du passé, qui agissent dans un espace non plus national mais local et qui se réfèrent moins à l’histoire qu’à la mémoire, concurrencent aujourd’hui l’historien. L’histoire de l’histoire, dans la période considérée, explique en partie cette situation. L’histoire économique et sociale dite des Annales, ouverte à d’autres sciences humaines qu’elle prétendait intégrer comme l’ethnologie et la sociologie, a été progressivement déconstruite. Cette remise en cause remonte au début de la période avec les travaux de Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire en 1971, de Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire en 1975. Ceux-ci réactualisent le vieux problème de l’impossible objectivité de l’historien et remettent en chantier la non moins vieille question de l’impossible connaissance du réel et de sa représentation. Le doute une fois installé, la place est déblayée pour accueillir en 1980, venue des états-Unis, une histoire culturelle des représentations. Vient ensuite la publication des Lieux de mémoire de Pierre Nora qui s’échelonne de 1984 à 1992. Tant et si bien qu’en 1996 Gérard Noiriel pourra intituler La crise de l’histoire un livre consacré à ce cheminement.

9Cette autodestruction de l’histoire est contemporaine de l’introduction et du développement de la notion de patrimoine qui s’élabore sous la présidence de Giscard d’Estaing. Le moderniste que celui-ci prétend être s’exprime en traditionaliste dans le discours qu’il prononce le 23 janvier 1978 à Verdun-sur-le-Doubs : « Dans notre peuple français composés de terriens souvent déracinés, il faut rendre des racines à chacun. Et y a-t-il des racines plus profondes que celles qui vous lient à votre maison, à votre terre, à votre instrument de travail ? Oui, il faut rendre les Français propriétaires individuels de la France. »

10Le conseil des ministres du 9 août 1978 est consacré à la définition d’une « nouvelle politique patrimoniale ». 1980 est décrétée année du patrimoine. Jack Lang renchérit en 1984 en créant la journée du patrimoine. Commence la « muséification du passé ». Commence la vogue des écomusées où l’ethnologue prend le pas sur l’historien. Se multiplient les associations communales animées par les retraités autour du patrimoine local. Elles s’attachent à la conservation d’objets, d’outils quotidiens et banals. Le but est de guérir le sentiment de rupture entre le monde d’avant 1960 et celui d’après, de transmettre des images de ce monde-là (H. Glevarec).

11S’ajoute dans la même configuration l’incroyable succès de reconstitutions dites historiques, phénomène d’origine anglo-saxonne du début des années 1970, dont la première réalisation en France fut le spectacle du Puy-du-Fou en Vendée, créé en 1977 (M. Crivello). Les fonctions de ces reconstitutions sont diverses : économique car elles favorisent le tourisme, sociologique car elles nourrissent un sentiment d’appartenance, politique car elles valorisent les élus qui les organisent. L’instrumentalisation de Napoléon le long de la route qui porte son nom entre Cannes et Grenoble est un exemple savoureux de ces reconstitutions où la brillance du spectacle va de pair avec la neutralité du texte qui ne doit heurter personne. La télévision s’empare de ces représentations qui habituent au simplisme.

Petits bijoux historiographiques

12Quatre communications ont retenu plus particulièrement l’attention de l’auteur de ce compte rendu. Traitant des « Usages politiques de l’histoire des femmes », Christine Bard raconte comment les féministes ont utilisé l’État pour instituer leur histoire. « Les femmes n’ont pas de mémoire collective spécifique ; au moins essaie-t-on de leur donner une histoire » (Politiques du passé, p. 74). Cela s’accomplit en trois temps. D’abord, la façon est très volontariste sous le ministère d’Yvette Roudy qui donne à l’histoire des femmes une reconnaissance officielle. Ensuite, réduites à elles-mêmes durant une décennie, les féministes travaillent et produisent de nombreux ouvrages, en particulier à l’occasion du bicentenaire de la Révolution. L’Histoire des femmes en Occident sous la direction de Georges Duby et Michèle Perrot paraît en 1991-1992. Enfin, en 1994, le cinquantenaire de l’ordonnance accordant aux femmes les mêmes droits politiques qu’aux hommes et, en 1995, celui du premier vote des femmes fabriquent un événement qui ne fut pas reconnu comme tel en son temps et relancent des travaux sur l’histoire des femmes soutenus par le service des droits des femmes. Ainsi, en trente ans, « un domaine nouveau de l’histoire s’est constitué avec le soutien financier des instances officielles chargées des droits des femmes et le soutien moral des associations féminines et féministes » (ibid., p. 80).

13Présentant « L’histoire comme outil de légitimation politique de l’entreprise pendant la Grande crise de la fin du XXe siècle (1974-1993) », Hubert Bonin montre comment les entreprises ont utilisé l’histoire pour faire accepter leur évolution par l’opinion. Au début de cette période, critiquées en particulier par le Parti communiste et menacées de nationalisations par le Programme commun de la gauche, les entreprises cherchent à établir un contre-feu intellectuel en faisant écrire une histoire valorisante qui aboutit à populariser la notion de « culture d’entreprise ». Après les nationalisations de 1981, les entreprises, nationalisées ou non, se présentent comme dynamiques et citoyennes et se réhabilitent dans l’opinion. À partir de 1986, les privatisations vont avec des campagnes exaltant la démocratie boursière : « Paribas montre sa belle porte d’entrée de la rue d’Antin, symbole du secret des affaires, de tradition de la haute banque… » (Concurrence des passés, p. 164). Ultérieurement droite et gauche au pouvoir favorisent le développement des entreprises sorties de la crise. C’est leur « sacre ». Des livres commandés par les entreprises présentent leur puissance comme une finalité naturelle. Les universitaires qui les ont écrits ont voulu travailler de façon académique mais ils ont été mobilisés au service d’une stratégie de communication. « Parce qu’elles étaient confrontées à une sérieuse crise de légitimité au sein de la société et de la cité […] les firmes ont dû reconstruire “leur discours” en parallèle avec la redéfinition de leur stratégie relationnelle au cœur même du système politique. Elles ont dû prouver qu’elles avaient bien vocation à jouer un rôle déterminant dans l’histoire, à conduire le changement économique, alors même que l’État était tenté d’assumer cette mission au tournant des années 1980 et que les multinationales venaient les bousculer » (ibid., p. 167).

14Étudiant « Les affres de l’histoire locale », Loïc Vadelorge aborde un des domaines où la concurrence et la pression des mémoires particulièrement vive et importune gênent le travail historien. Les nouveaux usages du passé se situent tous à l’échelle locale. Depuis 1970 l’histoire locale s’est imposée pour trois raisons : l’influence de la micro histoire italienne dans les années 1980, la thèse nouveau régime plus brève, l’augmentation du nombre des diplômés en histoire, souvent enseignants dans le secondaire qui, grâce à la micro informatique, peuvent trouver des débouchés éditoriaux locaux. Sollicités de donner une mémoire à l’espace sur lequel ils travaillent, ces historiens subissent des pressions pour gommer les aspérités de leur sujet. Parfois même à leur corps défendant, ils peuvent cautionner une histoire séparatiste comme le montre un exemple breton. Au bout du compte, l’histoire se dilue dans les écomusées et les associations patrimoniales.

15Avec « Histoire en marge ou Histoire en marche ? La colonisation entre repentance et patrimonalisation », Isabelle Merle et Emmanuelle Sibeud expliquent que les spécialistes de l’histoire coloniale sont aux prises avec les mémoires sociales de la colonisation, celle des administrateurs qui sont dans le registre de la justification, celle des anticolonialistes qui sont dans celui de la dénonciation. La manipulation des émotions occulte le travail scientifique accompli sur le sujet pendant les années 1990. Une histoire générale collective sur la France coloniale des origines à 1990 a été publiée en 1990-1991. Sont aussi arrivés à maturité des travaux réalisés par une génération d’historiens née dans les années 1960 et par conséquent sans lien direct avec le passé colonial de la France. Un regard neuf est désormais porté sur cette histoire, il envisage « la construction commune et conjointe d’une nation et d’un empire », présentés jusque-là de façon dissociée. L’étude des anciens pays colonisés conduite pour eux-mêmes inscrit la période coloniale dans la longue durée et en relativise la portée. « Il s’agit de retisser les fils d’une histoire éclatée entre colonisés et colonisateurs, entre territoires et métropole, entre nation(s) et empire(s) pour éclairer les cohérences et les tensions d’un univers à la fois mental et matériel, politique, juridique, économique, social et culturel, que fut l’univers colonial. Cet effort méthodologique est essentiel non seulement pour l’histoire mais aussi pour la mémoire car lui seul est à même de contrer les manipulations multiples auxquelles la mémoire coloniale se prête particulièrement bien » (ibid., p. 255).

16Les actes de ce colloque sont particulièrement intéressants parce que de jeunes historiens y expriment une double crainte, celle d’un effacement de la rationalité et celle d’un effacement de la conscience politique. Ils semblent vouloir intégrer les nouveaux champs explorés depuis trente ans dans une histoire plus globale dont le rôle social serait non pas tant de consoler et de divertir que de donner des raisons de comprendre et d’agir, dans un monde où, quoi qu’on en dise, l’horizon national demeure perceptible, où les nations peuvent se rassembler mais où le combat de classes reste toujours au moins aussi vif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne George, « Usages politiques du passé : à propos de deux publications récentes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 100 | 2007, 137-142.

Référence électronique

Jocelyne George, « Usages politiques du passé : à propos de deux publications récentes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/682

Haut de page

Auteur

Jocelyne George

Historienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page