Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Controverse universitaire sur les violences en Chine

William Guéraiche
p. 121-134

Résumé

Le suicide d’une journaliste sino-américaine, auteur d’un ouvrage à succès sur le massacre de Nankin, a provoqué un débat passionnant sur H—Net, le plus grand réseau d’historiens au monde. Pendant plus d’un mois, des chercheurs ont échangé leurs points de vue sur les violences en Chine au XXe siècle et sur leurs représentations. L’Empire du Milieu a-t-il été un espace propice à la violence depuis la guerre du Pacifique ? pourquoi cette violence a-t-elle été minimisée dans l’historiographie américaine ? Cette controverse historiographique, d’une très haute tenue intellectuelle, montre que la mise en réseau de chercheurs professionnels ouvre des perspectives nouvelles dans la conception même du métier d’historien.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Chine, massacre, Nankin, violence

Géographie :

Chine

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 1994, H—net « Humanities & Social Sciences Online » est devenu avec plus de 100 000 membres le principal réseau de chercheurs en sciences humaines de par le monde. Ses abonnés, principalement des historiens, reçoivent quotidiennement des informations sur l’actualité de la recherche (colloques, édition de livres et de revues, comptes rendus, offres d’emplois, manifestations diverses ou simple commentaire) par zones géographiques (H—Europe, H—Japan, etc.) dont H—Asia, la « liste de discussion » la plus nombreuse qui compte aujourd’hui 3 600 membres. L’université du Michigan assure la domiciliation et fournit la logistique pour la diffusion ; des bénévoles se chargent de la centralisation des informations et de leur diffusion en ligne.

  • 1  « Bizarre Coincidence Censuring the Rape of Nanking » est signé par Greg Leck, mais il s’agit prob (...)

2Le 14 novembre 2004, un message de Colin Joyce et de Greg Leck intitulé « étrange coïncidence ? Censure du Viol de Nankin » provoque un débat passionnant sur H—Asia entre une vingtaine de chercheurs ; plus d’une soixantaine de messages (en moyenne d’un ou deux feuillets) a été diffusée jusqu’au 19 décembre 2004 1. Les Australiens ont pris une large place dans ce débat en raison des vacances universitaires décalées de l’hémisphère sud. Chacun a pu commenter à sa guise les propos préalablement exprimés ; les animateurs du réseau ont arbitré à distance des échanges parfois engagés mais toujours respectueux des prises de position. Cette joute rhétorique d’un type nouveau s’est engagée sur le massacre de Nankin avant de dévier sur les violences en Chine ou plus exactement sur la façon dont les Occidentaux pensent cette violence principalement en Chine et s’est conclue par une réflexion sur la nécessaire transmission de cette mémoire.

Nankin, décembre 1937, enjeu de mémoire

  • 2  Chang, Iris, The Rape of Nanking : TheForgotten Holocaust of World War II, New York, Basic Books, (...)

3Irish Chang, journaliste américaine, a publié en 1997 le résultat de ses recherches sur ce que l’on appelle communément le Viol de Nankin, le massacre des soldats et de la population chinoise de la capitale par les troupes japonaises en décembre 1937 2. Dès sa sortie, l’ouvrage a suscité une polémique car l’événement, minimisé par l’historiographie japonaise et plus largement occidentale, a été considéré, à l’inverse, comme un des hauts faits de la guerre sino-japonaise en Chine continentale. Dans un contexte de résurgence des passions nationalistes dans les deux pays, le parcours d’Irish Chang a télescopé des enjeux historiographiques.

4Dans le message du 14 novembre 2004, Colin Joyce rapporte que l’auteur de manga Hiroshi Motomiya a été censuré par son éditeur. Le pays brûle, qui montrait des soldats japonais passant la population civile de Nankin sans défense par le fil de la baïonnette et violant les femmes, a encouru les foudres des milieux ultranationalistes. Suite à des pressions, l’éditeur s’est excusé et a décidé de supprimer dix pages de ce manga et d’en modifier onze autres. Greg Leck précise qu’une stratégie similaire avait contraint l’éditeur japonais de The Rape of Nanking à renoncer à une traduction avant d’asséner qu’Irish Chang venait de se suicider la veille, au terme d’une grave dépression. La mise en relation des pressions exercées par les milieux nationalistes japonais et du suicide d’un auteur qui aurait pu les subir est lourde de sens. Lors de la première semaine, trois axes structurent le débat : le drame personnel de Chang, les pressions qu’elle aurait subies et l’enjeu historiographique de Nankin.

Irish Chang, The Rape of Nanking

  • 3  15 novembre 2004, Reiko Shinno, University of Wisconsin-Eau Claire, « Further comment re : Bizarre (...)
  • 4  15 novembre 2004, Joseph Askew University of Adelaide, « A comment in response to yesterday’s post (...)
  • 5  18 novembre, George Wei, Susquehanna University, « Further comment on discussion of response to Ir (...)
  • 6  20 novembre 2004, Pei-Yi Wu, Columbia, « Comment on discussion of response to Iris Chang’s Rape of (...)
  • 7  19 novembre 2004, George Wei, The Iris Chang Foundation for Peace and Humanity by CHUS and ACPSS, (...)
  • 8  23 novembre 2004, Julia Altmann, Cologne Museum of East Asian Art, « Two responses re : teaching a (...)

5Dès le 15 novembre, Reiko Shinno exprime son malaise 3. Le suicide ne s’explique jamais par un facteur unique ; il est inutile de jeter l’opprobre sur une personne ou une société. Joseph Askew exprime parallèlement des réserves sur les méthodes employées dans The Rape of Nanking et se risque à une interprétation plus personnelle. Avec beaucoup de précautions, Askew pense que le terme de « victime » est impropre pour qualifier Iris Chang. Rien ne permet de prétendre qu’elle le fut, d’autant qu’elle était « une enfant de la fortune et du privilège avec une famille heureuse et des millions à la banque pour la réconforter »4. George Wei réagit vivement et rapporte une conversation qu’il avait eue avec Chang après une conférence à Yale. L’oratrice lui avait expliqué que les souvenirs de Nankin l’obsédaient jour et nuit ; elle ne pouvait plus le supporter et l’idée de la mort la hantait. Quand on touche à la part d’ombre de l’être humain, les origines sociales importent peu, conclut Wei 5. Pour le soutenir, Joseph Adler indique très justement qu’il ne faut pas confondre le fait d’être victime d’une dépression et être victime au sens historique ; le même jour, Pei-Yi Wu, membre par alliance de la famille Chang, souligne que Iris n’était pas aussi nantie qu’Askew le sous-entendait, car ses parents étaient des intellectuels immigrés aux États-Unis qui avaient bénéficié du système au mérite. Les propos de Joseph Askew semblent ainsi déplacés 6. Les historiens chinois des États-Unis (CHUSS) et l’Association des Professeurs Chinois en Sciences Sociales des États-Unis (ACPSS) décident d’honorer la mémoire de la défunte en créant la Fondation Iris Chang pour la Paix et l’Humanité chargée de soutenir les chercheurs qui travailleraient sur le massacre de Nankin ou les atrocités perpétrées en Asie 7. Deux visions semblent s’être ici opposées. Les Occidentaux considèrent, comme Julia Altmann que le suicide d’Iris Chang ne doit pas entrer en ligne de compte avec les critiques portées sur ses recherches, alors que les chercheurs asiatiques, ou d’origine asiatique, préfèrent que l’on respecte la tradition chinoise qui consiste à faire l’éloge du défunt en passant sous silence tous les sujets de discorde 8.

6L’aspect personnel et affectif a néanmoins été mineur dans le débat. Dans l’ensemble, les intervenants préfèrent argumenter sur des points qui, à défaut d’être objectifs, permettent de mieux cerner la réalité, comme par exemple les pressions qu’Irish Chang aurait pu subir.

Les pressions

  • 9  15 novembre 2004, Norihito Mizuno, Ohio State University, « Further comment re : Bizarre Coinciden (...)
  • 10  16 novembre, Vincent K. Pollard, Université de Hawaii, « Comment on discussion of response to Iris (...)
  • 11  16 novembre 2004, Norihito Mizuno, Ohio State University, « Continued discussion on the treatment (...)

7La « bizarre coïncidence » insinue que des pressions japonaises auraient peu ou prou conduit Iris Chang au suicide. La réaction est immédiate sur la nature de ces pressions. L’éditeur japonais a-t-il bien été menacé et par qui, se demande Norihito Mizuno. Il semblerait qu’il ait bien été menacé, mais il n’apporte aucun début de preuve 9. Vincent K. Pollard reprend des interviews d’Iris Chang qui laissent entendre qu’elle aussi a subi des menaces. De plus, au printemps 1998, l’ambassadeur du Japon aux États-Unis a publiquement dénoncé le livre, rempli d’erreurs et ne donnant qu’une vision de l’événement ; Gotaro Ogawa, le consul japonais à Hawaii, a tenté des manœuvres auprès de la presse et des autorités américaines pour empêcher la couverture médiatique puis la tenue d’une conférence de Chang à l’université de Manoa. La diplomatie japonaise a donc bien tenté de contrer toute publicité qui aurait pu être faite au livre ou à son auteur en prenant pour prétexte les imprécisions du livre 10. Norihito Mizuno précise ensuite ses sources. Les spécialistes d’histoire japonaise n’ont pas manqué de relever de nombreuses erreurs factuelles : plus de 90 d’après Higashinakano Shudo. D’après un article de Fujioka Nobukatsu dans Seiron en mai 1999, Kashiwa Shobo n’aurait pas publié le livre précisément à cause de ces erreurs. L’éditeur japonais exigeait que des corrections soient apportées, ce que l’auteur aurait refusé. Par ailleurs, Kashiwa Shobo a lui-même dénié qu’il y ait eu de « formidables » pressions pour empêcher la publication ; il suggère par là qu’il y a quand même eu des pressions, ce qui est vraisemblable 11.

  • 12  15 novembre 2004, Reiko Shinno, Assistant professor University of Wisconsin, « Further comment re  (...)

8Ces mises au point renvoient au problème de la réception de l’ouvrage au Japon. Les autorités japonaises ont regardé d’un mauvais œil la parution d’un livre s’inscrivant dans le contexte d’une médiatisation des atrocités japonaises commises pendant la guerre du Pacifique. Au cours de l’année 1998, l’évocation de Nankin ajoute aux critiques formulées à l’encontre du Japon sur les comfort women (la réduction de femmes en esclavage sexuel pour les soldats japonais) ou l’existence d’expérimentations humaines dans l’unité 731 sur la base de Ping Fang près d’Harbin en Mandchourie. En écho aux propos de Reiko Shinno, on peut dire que le déni n’a pas été plus important au cours des dernières années 12, puisqu’il l’a toujours été, mais en 1998, le Japon s’est retrouvé sous le feu nourri de la critique internationale, philippine, coréenne et chinoise au premier chef. Toutefois, rien ne permet d’établir un lien de causalité entre les pressions des milieux nationalistes japonais et le suicide d’Iris Chang.

9Cela étant, le travail d’Iris Chang n’était pas à l’abri de tout reproches ; il a donc été facile de dénoncer l’inexactitude de certains propos ou ses prises de position personnelles pour dénigrer la totalité du travail ou minimiser le massacre de Nankin. Les historiens n’avaient pas fait cet amalgame. Mais si, dans l’ensemble, la profession avait salué la parution d’un livre qui vulgarisait un événement tombé dans les oubliettes de l’histoire, il n’en demeure pas moins que les critiques avaient parfois été sévères.

L’enjeu historiographique

  • 13  Hata Ikuhito, « The Nanking Atrocities : Fact and Fable, » Japan Echo, August 1998, p. 47-57. L’un (...)

10Du point de vue historique, Iris Chang a pris des positions qui relèvent plus de l’opinion que du fait historique établi. Dans le Rape of Nanking, elle affirme notamment que l’empereur non seulement savait ce que l’armée faisait à Nankin, mais qu’il s’en était réjoui (p. 175 et suivantes). L’auteur a eu trop souvent tendance à considérer comme équivalent Hiro Hito, le Japon, l’armée japonaise et les Japonais. Ses détracteurs ont passé au crible le livre pour faire de la moindre erreur un prétexte au dénigrement. Dans le compte rendu diffusé sur H—Net en octobre 1998 (et de nouveau le 16 novembre 2004), Robert Entenmann rappelle qu’Ikuhito Hata avait par exemple entrepris de démontrer que les terribles photos insérées dans l’ouvrage n’avaient pas été prises à Nankin. Hata n’avait apporté de preuves que pour deux photos (sur onze)13. De nouveau sous les projecteurs, le Rape of Nanking suscite le débat sur deux points précis, la polémique sur les chiffres et l’absence de remise dans le contexte.

  • 14  Cité le 17 novembre par Mark Selden, Université de Binghamton, « Resource on discussion of the Nan (...)
  • 15  15 novembre 2004, Tim Isles, « Comment on earlier post Bizarre Coincidence ? Censoring the Rape of (...)

11Combien de Chinois ont été massacrés à Nankin ? Iris Chang avance le chiffre de 350 000, alors que l’historiographie japonaise le réduit 40 000. La vérité est probablement médiane ; d’ailleurs le tribunal de Tokyo avait estimé que 150 000 personnes avaient trouvé la mort, chiffre porté à 190 000 par le tribunal pour crime de guerre qui s’est tenu à Nankin après le conflit. Mark Selden cite le travail de Joseph Askew qui fait le point sur la question (et celui-ci rappelle le 16 novembre que les statistiques de Chang étaient exagérées)14. Les historiens sont confrontés à un problème de sources ; les chiffres demeurent et demeureront des estimations. Cette querelle comptable importe peu au demeurant. Comme le souligne avec pertinence Tim Isles, qu’il y ait eu 40 000 ou 300 000 victimes, est-ce que le massacre n’est pas de toute façon une horreur à condamner comme telle ? Et qu’il n’y ait eu que 40 000 victimes, est-ce que cela justifierait les efforts des nationalistes japonais pour dénier l’importance historique du drame 15 ? Les réponses s’imposent d’elles-mêmes.

  • 16  19 novembre 2004, Moss Roberts, New York University, « Nanjing Massacre Debate – a further comment (...)

12Le débat porte donc plus sur l’aspect qualitatif que quantitatif de l’événement. Les historiens n’ont pas manqué de remarquer que Chang n’avait pas la rigueur que l’on pouvait attendre d’un chercheur digne de ce nom. Celle-ci a trop fait confiance à ses sources (principalement des témoignages de rescapés) sans les critiquer. L’évocation du militarisme japonais dénote une méconnaissance de l’histoire de l’archipel, par exemple. Finalement la volonté de dénonciation a fait passer au second plan les causes profondes du massacre, explique Robert Entenmann dans son compte rendu. L’ampleur du drame est à mettre en relation avec la déshumanisation des victimes ; mutatis mutandis, les soldats japonais ont dénié l’humanité de leurs victimes, comme les nazis l’ont fait avec les juifs. Moss Roberts rappelle qu’une logique de stratégie militaire est aussi à l’origine du massacre : l’état-major japonais voulait écraser le centre politique de la résistance nationale avant qu’elle ne se reconstitue ailleurs 16.

Chine, terre de violence

13L’accord s’étant tacitement réalisé entre les interlocuteurs sur le travail et les polémiques suscitées par Iris Chang, la discussion s’engage sur une nouvelle voie, celle des causes du massacre. Le Viol de Nankin n’est pas un épiphénomène ; dès lors pourquoi n’a-t-il pas été plus exploité par l’historiographie ?

La Chine au ban des nations

  • 17  2 décembre 2004, George Wei, « Response to earlier comments on Iris Chang’s Rape of Nanking ».

14Pourquoi le massacre de Nankin n’est-il pas devenu un lieu de mémoire examiné par les érudits ? Les relations entre les protagonistes de la guerre sino-japonaise et la perception de ces deux pays dans le contexte de Guerre froide sont à prendre en ligne de compte. Les dirigeants japonais, aidés par les Américains, ont patiemment construit l’image d’un Japon victime de la Seconde Guerre mondiale en raison des bombardements atomiques. Le principal obstacle à la recherche, écrit George Wei, a été l’attitude et la politique du gouvernement japonais qui a délibérément refusé l’accès des archives aux chercheurs 17. Les agressions de l’armée impériale ont ainsi été reléguées au second plan dans l’historiographie. Ce caractère hybride du Japon, à la fois victime et bourreau, a rarement été apprécié dans sa globalité car le manichéisme (victime ou bourreau) est un angle d’approche plus facile.

  • 18  15 novembre 2004, Joseph Askew, University of Adelaide, « Further comment re : Bizarre Coincidence (...)
  • 19  17 novembre 2004, Vincent K Pollar, « Comments on responses to the death of Iris Chang ».
  • 20  19 novembre 2004, Moss Robert, New York University, « Nanjing Massacre Debate – a further comment  (...)
  • 21  23 novembre 2004, Nicholas Clifford, Middlebury College, « Nanking Massacre Debate (further commen (...)

15Au cours de sa réflexion sur la victimisation, Joseph Askew se demandait pourquoi, d’une manière générale, l’opinion publique occidentale était restée indifférentes aux violences perpétrées par l’armée impériale 18. Qui sait en effet combien d’Indonésiens sont morts lors de la construction du chemin de fer thaï-birman ou bien encore, dans le cas de la Chine, pourquoi les crimes japonais précédant 1937 ont finalement peu retenu l’attention ? Vincent K. Pollar évoque les contextes politiques. Il est peu vraisemblable que le livre de Chang ait connu une aussi bonne réception dans les années 1950-1960 aux États-Unis pour deux raisons. Premièrement, il y avait un accord tacite entre Américains et Japonais pour ne pas parler de la guerre du Pacifique en raison de la menace communiste sur l’Asie. Deuxièmement, la population américaine d’origine chinoise s’est considérablement accrue au cours de ces trente dernières années 19. Moss Robert renchérit sur la nécessaire mise en contexte des événements. L’avant-guerre est marquée par une série de tragédies en Asie comme avec la révolte des Boxers, à Taiwan et en Corée, mais aussi dans le monde colonial comme les Anglais en Inde et en Irak, les Belges au Congo, les Français en Algérie ou les Américains aux Philippines. Pour reprendre la distinction que Chomsky établissait, il existe des victimes qui comptent et d’autres qui ne comptent pas ; celles de la Chine nationaliste entrent dans la deuxième catégorie en raison de l’ostracisme de la Chine populaire après 1949. Les années 1990 sont donc à cet égard un tournant favorable à un revirement historiographique 20. La théorie est séduisante. Mais si, inconsciemment, les historiens font le distinguo entre les victimes en fonction de l’inclusion dans la communauté occidentale, il importe de rappeler que la Chine, jusqu’en 1949, participait au concert des nations. La « brutalisation » (pour reprendre un terme récent de l’historiographie occidentale) des Chinois a suscité une faible émotion. Nicholas Clifford précise que les Occidentaux et les Américains en particulier se représentaient la Chine comme une terre de violence où les maladies, la cruauté et la misère étaient endémiques – en référence notamment au livre de Walter Mallory de 1926, China, Land of Famine 21.

  • 22  23 novembre 2004, Thomas DuBois, National University of Singapore, « Further comment on Teaching a (...)

16Insensiblement, le débat se déporte donc sur la violence en Asie comme le rapporte F. F. Conley, l’un des animateurs du réseau, le 7 décembre. La violence est partout en Chine. Elle ne résulte pas d’une intrusion étrangère, fût-elle brutale (colonisation, impérialisme etc.). L’histoire intérieure chinoise est jonchée de cadavres ; Thomas DuBois, spécialiste d’histoire rurale le rappelle. Les incendies de villages, les privations, les infanticides, précédent à une plus petite échelle les horreurs de la deuxième moitié du XXe siècle, guerre civile, Grand Bond en Avant et Révolution culturelle inclus 22.

Le « Grand Bond en Avant »

17L’évocation de ces deux derniers épisodes tragiques de l’histoire de la Chine communiste provoque une réaction des membres du réseau, car tous les chercheurs qui ont travaillé sur l’Asie ont, à un moment ou un autre de leur carrière, réfléchi sur le sens de ces événements tragiques. Le débat est passionné sur le Grand Bond en Avant et s’articule autour de son approche ainsi que sur le sens qu’on a pu donner à cette conception originale du socialisme basée sur les communes populaires

  • 23  « On Measuring Famine Deaths… »
  • 24  1er décembre 2004, Barrett McCormick, Marquette University, « Great Leap Forward discussion, a com (...)
  • 25  2 décembre 2004, Robert Cliver, Harvard University, « Great Leap Forward amnesia and mortality est (...)
  • 26  3 décembre 2004, Andrew Field, University of New South Wales Kensington, « Great Leap Forward amne (...)

18Comme pour Nankin, apprécier les conséquences désastreuses du Grand Bond en Avant pose un problème statistique. On estime aujourd’hui que la politique de Mao a provoqué entre 20 et 60 millions de victimes – directes ou indirectes. Les participants appuient principalement leur commentaire sur deux analyses, celle de Jasper Becker, Hungry Ghosts, et celle de Utsa Patnaik 23. Barett McCormick conteste l’argumentation de Patnaik. D’une part, dans la mesure où la République populaire de Chine souhaitait le bien-être des populations rurales, elle n’aurait pas caché les conséquences désastreuses de la nouvelle politique mise en œuvre, d’autre part, la baisse de la natalité aurait été provoquée par un travail trop dur ne laissant pas aux paysans le loisir de se reproduire. Barett McCormick répond sur les deux points. Tout d’abord, de nombreuses études montrent que parti communiste chinois avait bien une culture du secret ou au moins de la rétention d’information. Ensuite, non sans provocation, McCormick affirme que, dans les camps de concentration nazis, les prisonniers manquaient aussi de temps pour se reproduire 24. Robert Cliver s’oppose à cette interprétation. Le travail de Patnaik mérite considération, car son but n’est pas seulement de comptabiliser les victimes. Beaucoup de chercheurs se sont cantonnés à cette tâche pour trouver le plus grand nombre de morts possible et ainsi discréditer le gouvernement communiste (40 millions de victimes représentant un plus grand crime que 20 millions 25). Andrew Field vient au secours de Robert Cliver. Peu importent les méthodes statistiques qui permettent aux historiens ou journalistes de comptabiliser les effets du Grand Bond en Avant, le principal objectif demeure d’analyser pour donner du sens à l’événement 26. Dans cette perspective, deux thèmes sont discutés.

  • 27  25 novembre 2004, Vincent K. Pollar, University of Hawaii, « Nanking Massacre Debate & Great Leap (...)

19Tout d’abord, pourquoi le Grand Bond en Avant a-t-il moins retenu l’attention des chercheurs que la Révolution Culturelle, alors que la seconde est bien moins « meurtrière » que le premier ? Vincent K. Pollar répond à Nicholas Clifford sur cette question. Plusieurs raisons se sont combinées. Tout d’abord, entre 1958 et 1961, le parti contrôlait mieux la circulation de l’information, d’autant que les principales victimes étaient des paysans. À l’inverse, les 500 000 à un million de victimes de la Révolution culturelle appartiennent essentiellement à l’élite chinoise. Ceux qui ont réussi à passer à Hong Kong et/ou ont migré en Occident ont pu raconter leur histoire 27.

  • 28  Weigelin-Schwiedrzik, Susanne, « Trauma and Memory : The Case of the Great Famine in the People’s (...)

20Pourquoi y a-t-il deux poids deux mesures pour évoquer les grandes catastrophes du XXe siècle, s’interrogeait Nicholas Clifford. Certes, le caractère endémique des violences et l’éloignement de la Chine sont à prendre en compte, mais on peut aussi faire un parallèle entre les crimes du régime nazi ou ceux de Staline. Le regard extérieur, en fonction de l’actualité politique mondiale, semble commander l’alternance entre l’amnésie et le regain d’intérêt. Charles W. Hayford cite un article de Suzanne Weigelin-Schwiedrzik qui porte précisément sur le traumatisme et la mémoire du Grand Bond en Avant. Cette historienne met en exergue le caractère particulier de l’oubli dans l’empire du Milieu. Culturellement, les anciens incitent à l’oubli des souffrances passées pour permettre à un petit nombre de survivre et ainsi d’assurer la continuité du clan (Yu Hua). La répétition d’expériences traumatiques à intervalles rapprochés peut aussi expliquer le tabou qui a frappé le Grand Bond en Avant pendant plus de trente ans 28. Joseph Askew précise que la perspective d’un avenir meilleur a aussi probablement contribué à faire endurer ces souffrances au peuple chinois.

Sortir de l’impasse ou comment enseigner les violences en Asie ?

21Dès la mi-novembre, en contrepoint de cette réflexion épistémologique sur la façon dont on écrit l’histoire en Asie, des participants réfléchissent sur les moyens d’éviter la polémique et sur ce que pourrait être un enseignement universitaire « honnête » sur des questions comme les comfort women.

Les manuels scolaires

  • 29  6 décembre 2004, Frank Conlon, University of Washington, « History in China’s Textbooks », New Yor (...)
  • 30  6 décembre 2004, Ian Welch, Australian National University, « A comment re : teaching history in C (...)
  • 31  7 décembre 2004, Thomas Bartlett, Melbourne, « Further comment (and other views) re : « History in (...)

22Le 6 décembre, Frank Conlon informe les membres du réseau qu’un article du New York Times du même jour écrit par Howard French apporte matière à réflexion sur la vision partiale de l’enseignement de l’histoire en Chine – tout au moins pour les non-spécialistes dont il fait partie. H. French s’est non seulement intéressé aux manuels scolaires mais plus largement à l’enseignement dispensé dans les salles de classe où il s’est rendu. Outre certains mythes comme la guérilla maoïste qui aurait permis de rejeter les Japonais à la mer (hors du contexte de la fin de la guerre dans l’espace Pacifique), French souligne la propension chinoise à dénoncer la vision partiale de l’histoire enseignée au Japon. La déformation de cette réalité de l’invasion des années 1930 serait à la base du malentendu entre les deux principales puissances asiatiques 29 et il est vrai que les manuels scolaires sont au centre de toutes les polémiques entre les deux nations depuis le début des années 1990. Ian Welch répond le jour même qu’il n’y pas là de quoi s’étonner car toutes les nations du monde ont une conception autocentrée de l’histoire, laissant volontiers dans l’ombre les pages les plus dérangeantes de leur passé 30. Thomas Bartlett regrette que l’article de French ait été apprécié par le petit bout de la lorgnette. Il est indéniable que tous les pays au monde enseignent l’histoire de manière partiale (consciemment ou non). Là n’est pas le problème et la Chine ne fait pas exception. Le point fort de French est d’expliquer que les questions politiques actuelles (comme par exemple les relations avec le Japon) interfèrent dans l’enseignement de l’histoire contemporaine et, au-delà, dans toute la perception de l’histoire et du devenir de la Chine : chaque événement doit s’interpréter à l’aune de la longue durée, celle des cinq millénaires de l’existence supposée de l’empire du Milieu 31. Thomas Bartlett a raison de souligner que cette dimension de la durée historique est essentielle à la compréhension des représentations chinoises. À bien des égards, cette vision ressemble à s’y méprendre à celle de l’Église catholique pour laquelle le temps – humain, celui des souffrances terrestres – n’existe pas, cela toutefois dans un registre différent. Plus prosaïquement, la vision erronée de l’enseignement scolaire n’est pas sans conséquence. En effet, les écoliers peuvent à l’occasion devenir des dirigeants politiques ou économiques convaincus que la Chine s’est bien libérée seule du Japon. Cette perception déformée de la vérité historique n’incline pas à l’humilité dans les relations avec les autres pays du monde – ou de l’espace pacifique, Japon et États-Unis au premier chef.

  • 32  Sur les manuels scolaires en général, voir le numéro 12 d’Outre Terre : Enseigner la nation, octob (...)
  • 33  7 décembre 2004, Joseph Askew, « Further comment on History in China’s Textbooks, noting a reporte (...)

23Les manuels scolaires soulèvent bien des questions 32. Toutes n’ont évidemment pas pu être abordées sur le forum. Joseph Askew prolonge la réflexion en évoquant un ouvrage dirigé par Gardner Bovington sur les manipulations de l’histoire dans le Xinjiang, province frontalière de l’Asie centrale ayant une forte proportion de musulmans. Gardner Bovington évoque un manuel chinois qui rassemble tous les matériaux sur l’histoire de la province. Sur la première page dudit manuel, il est précisé qu’il ne s’agit pas de toute son histoire, mais qu’« il condense l’histoire qui illustre que le Xingjiang a toujours été une province chinoise ». Par conséquent, comme Bovington, on peut en déduire que toutes les autres sources ont été éliminées. Joseph Askew pense que les traductions exagèrent peut-être son propos – mais on comprend à demi-mot qu’il soutient la dénonciation de son collègue américain 33. En effet, ce type de manipulations sur l’histoire du Xinjiang pourrait aussi fort bien s’appliquer au Tibet ou à Taiwan.

Les « comfort women »

  • 34  17 novembre 2004, Robert Entenmann, message cité. Le compte rendu de l’ouvrage de Chang avait été (...)
  • 35  8 décembre 2004, Reiko Shinno, « A query on approaches to teaching about ‘comfort women’ ».

24La même semaine, en alternance avec les manuels scolaires, les violences faites aux femmes arrivent aussi dans les discussions du site. Dès les premiers jours, les viols organisés de manière systématique à Nankin avaient été évoqués. D’après le tribunal de Tokyo, 20 000 femmes ont été violées dont certaines assassinées immédiatement après. Robert Entenmann avait expliqué que le viol contre les femmes ennemies avait été perpétré pour montrer la supériorité des Japonais tout en humiliant hommes et femmes à la fois 34. Un échange assez animé s’ensuit sur la prostitution et la guerre. D’inévitables parallèles sont établis avec la situation actuelle – les prostituées dans le sillage de l’armée américaine en Irak (de même que les exactions de cette armée). Mais les intervenants sont d’accord pour dissocier les comfort women des femmes qui, volontairement, acceptent de travailler pour l’armée. La discussion est relancée par une question posée par Reiko Shinno le 8 novembre : comment peut-on enseigner la question des comfort women surtout si l’on essaie de se concentrer sur autre chose que la sexualité des hommes japonais 35.

  • 36  9 décembre 2004, Ian Wech, « Response to query on teaching about ‘comfort women’ ».
  • 37  13 décembre 2004, Rhonda Semple, University of Northern British Columbia, « Further response and c (...)

25Il importe d’abord de qualifier l’acte. Pour Ian Welch, cet épisode est à classer dans la catégorie des crimes de guerre et à étudier comme tel, même s’il peut aussi être abordé sous l’angle des women’s studies. En revanche, une approche culturaliste ou faisant la part belle à l’ethnicité n’est pas souhaitable 36. Mais la relation entre violences sexuelles et guerre n’est pas nouvelle précise Rhonda Semple. Après avoir cité une bibliographie critique sur le sujet, cette dernière explique que bien que les Japonais aient institutionnalisé cette pratique particulière, il y a eu des précédents au cours de la Première Guerre mondiale notamment 37. Plusieurs universitaires rapportent enfin leur expérience, les difficultés méthodologiques auxquelles ils se sont heurtés et les réponses qu’ils ont pu y apporter.

« Dumbing down » and « Numbing down »

  • 38  9 décembre 2004, Franck F. Conlon, « A thought regarding teaching about ‘comfort women’ and other (...)

26Tous les chercheurs – qui sont aussi des enseignants – ont pu se poser la question de la transmission des horreurs de la guerre en Chine à la faveur de la discussion sur les comfort women notamment. Frank F. Conlon livre son expérience de 34 ans de cours sur les violences asiatiques dont les rébellions et mutineries de 1857, le massacre d’Amritsar, les émeutes communales, la partition du sous-continent indien, etc. Comme beaucoup d’historiens, F. Conlon s’est senti déchiré entre ses convictions morales, son sentiment personnel qui condamnait les manifestations du mal et la nécessité d’offrir des explications de ces terribles faits en les replaçant dans leur contexte. Certains manuels préfèrent ainsi passer sous silence des événements dont la complexité pourrait échapper aux étudiants (dumbed down). Dans le même temps, les médias offrent à l’opinion publique son lot d’horreurs, de meurtres, d’émeutes sanglantes, de pogroms. Les universitaires fournissant des explications peuvent aussi participer à cette entreprise d’insensibilisation (numbing down) de l’horreur. Pour trouver le juste milieu, il ne faut jamais chercher à éviter les questions qui dérangent, car ne pas les enseigner ferait courir le risque de l’oubli. Mais cette transmission sur les violences d’Asie a parfois des effets négatifs que l’enseignant ne peut pas contrôler. Des stéréotypes sur les Asiatiques sont instillés ou renforcés dans l’esprit des étudiants qui pensent que « ces gens, écrit Franck Conlon, sont fatalistes, fanatiques, irrationnels, méchants et tout à l’avenant ». L’une de ses lignes directrices en tant qu’enseignant a été de bien montrer que « émeutes communales », « comfort women » sont des appellations pratiques pour désigner un phénomène historique mais que nommer les choses ne suffit pas à les comprendre, d’autant qu’elles ont été vécues individuellement par les différents acteurs38. Ce point de fuite est difficile à atteindre car le métier d’historien consiste précisément à s’élever au-dessus de l’individu si l’on veut donner du sens à l’événement.

27Cette réflexion de Franck Conlon sur son métier, sur la transmission de « l’altérité asiatique », est probablement l’une des clefs de compréhension du caractère iconoclaste du Viol de Nanking. Iris Chang renverse la perspective historique, ou plutôt la façon dont les historiens approchent leur sujet. Elle s’est résolument placée du point de vue des populations, telles qu’elles ont vécu cette tragédie. Et c’est précisément pour cette raison que son livre est dérangeant dans toutes les acceptions du terme.

  • 39  D’autres discussions ont eu lieu sur H—Asia autour de ces thèmes, comme sur le racisme dans les ma (...)

28La Chine ne laisse jamais indifférent ; qu’elle fascine ou qu’elle serve de repoussoir, elle suscite des débats passionnés dès que l’on évoque les violences qui s’y sont déroulées. C’est peut-être justement sur ce point que se manifeste l’altérité de l’empire du Milieu. Le caractère endémique de ces violences sur l’ensemble du XXe siècle déconcerte les observateurs occidentaux, universitaires inclus. Dans un débat comme celui qui vient d’être évoqué, on comprend que tous les chercheurs ont essayé de faire passer sous les fourches caudines de la raison une succession d’événements tragiques, mais qu’au bout du compte quelque chose d’essentiel leur a échappé. Dès que l’on tient un élément d’explication, comme par exemple les contradictions du communisme rural sous Mao, d’autres faits le contredisent ou en limitent la portée – les violences existaient avant 1949 et l’acceptation du Grand Bond en Avant par la paysannerie ne fait pas du Parti Communiste Chinois le seul agent de ce drame, pour reprendre l’exemple précédemment évoqué. C’est précisément parce que tout un chacun avait des commentaires pertinents à faire que le débat a continuellement rebondi 39.

29L’enchaînement des différents thèmes est probablement l’aspect le plus singulier de cette controverse. En effet, nonobstant le drame personnel d’Iris Chang, les chercheurs ont en premier lieu réfléchi sur le massacre de Nankin perpétré contre des populations chinoises. Mais très vite le débat a évolué sur les violences internes de la Chine, comme si cette dernière ne pouvait être uniquement présentée comme victime. Les historiens, même les plus consciencieux, ont du mal à échapper à cet avatar d’un mode de pensée occidental hérité de la Guerre froide.

Haut de page

Notes

1  « Bizarre Coincidence Censuring the Rape of Nanking » est signé par Greg Leck, mais il s’agit probablement de deux messages ; l’un de Colin Joyce, « Comic bows to Japan’s nationalist », l’autre de Greg Leck, commentant le précédent. Comme il y a ambiguïté sur l’auteur, les messages suivants ne citent que son titre.

2  Chang, Iris, The Rape of Nanking : TheForgotten Holocaust of World War II, New York, Basic Books, 1997, 290 p. C’est en voyant le nom d’Irish Chang que j’avais lu le message. En effet, en 2000, j’avais acheté l’ouvrage généreusement exposé chez Smith à Hong Kong – malgré mes réticences face à un travail historique de journaliste. Ma méconnaissance de l’événement et un index en fin d’ouvrage m’avaient finalement persuadé de l’acquérir. Je l’avais lu d’une traite. Je garde le souvenir d’avoir été perturbé par le récit particulièrement vivant du massacre.

3  15 novembre 2004, Reiko Shinno, University of Wisconsin-Eau Claire, « Further comment re : Bizarre Coincidence ? and post re : Iris Chang ».

4  15 novembre 2004, Joseph Askew University of Adelaide, « A comment in response to yesterday’s posts re : death of Iris Chang ».

5  18 novembre, George Wei, Susquehanna University, « Further comment on discussion of response to Iris Chang’s Rape of Nanking ». Les échanges entre Joseph Askew et George Wei continuent jusqu’au 7 décembre 2004. Nous ne citerons que les extraits qui ont enrichi le débat sur d’autres thèmes.

6  20 novembre 2004, Pei-Yi Wu, Columbia, « Comment on discussion of response to Iris Chang’s Rape of Nanking ».

7  19 novembre 2004, George Wei, The Iris Chang Foundation for Peace and Humanity by CHUS and ACPSS, (The Chinese Historians in the United States and The Association of Chinese Professors of Social Sciences in the United States).

8  23 novembre 2004, Julia Altmann, Cologne Museum of East Asian Art, « Two responses re : teaching about Nanking », novembre 2004 Reiko Shinno, University of Wisconsin, « Teaching about Nanking – a response to comments on original post » ou encore 16 novembre 2004, Glenda Bonifacia, University of the Philippines, « Some Thoughts on Iris Chang and her work ».

9  15 novembre 2004, Norihito Mizuno, Ohio State University, « Further comment re : Bizarre Coincidence ? and post re : Iris Chang ».

10  16 novembre, Vincent K. Pollard, Université de Hawaii, « Comment on discussion of response to Iris Chang’s Rape of Nanking ».

11  16 novembre 2004, Norihito Mizuno, Ohio State University, « Continued discussion on the treatment of the Rape of Nanking : Response to Tom Isles ».

12  15 novembre 2004, Reiko Shinno, Assistant professor University of Wisconsin, « Further comment re : Bizarre Coincidence ? and post re : Iris Chang ». Reiko précise que la polémique dure depuis longtemps et que c’est pour cette raison que le professeur Ianega avait déjà traduit le gouvernement japonais en justice il a plusieurs décennies.

13  Hata Ikuhito, « The Nanking Atrocities : Fact and Fable, » Japan Echo, August 1998, p. 47-57. L’une des photos montre une rangée de têtes exposées ; il s’agit en fait de bandits exécutés par la police chinoise en 1930 ; l’autre est une image de propagande de l’armée japonaise qui « protège » les paysans chinois. Cité par Robert Entenman, 16 novembre 2004, « A link to the H—ASIA book review of Iris Chang’s Rape of Nanking ».

14  Cité le 17 novembre par Mark Selden, Université de Binghamton, « Resource on discussion of the Nanjing Massacre », 30 novembre 2004, Andrew Field University of New South Wales Kensington, « Comment on discussion of response to Iris Chang’s Rape of Nanking » complète cette bibliographie de même que Vincent K. Pollar le 19 décembre, « China 1937: Etiology, historiography, victims, guilt, repentance ».

15  15 novembre 2004, Tim Isles, « Comment on earlier post Bizarre Coincidence ? Censoring the Rape of Nanking ».

16  19 novembre 2004, Moss Roberts, New York University, « Nanjing Massacre Debate – a further comment ».

17  2 décembre 2004, George Wei, « Response to earlier comments on Iris Chang’s Rape of Nanking ».

18  15 novembre 2004, Joseph Askew, University of Adelaide, « Further comment re : Bizarre Coincidence ? and post re : Iris Chang ».

19  17 novembre 2004, Vincent K Pollar, « Comments on responses to the death of Iris Chang ».

20  19 novembre 2004, Moss Robert, New York University, « Nanjing Massacre Debate – a further comment ».

21  23 novembre 2004, Nicholas Clifford, Middlebury College, « Nanking Massacre Debate (further comment) ». Walter H. Mallory, China : Land of Famine, New York, American Geographical Society, 1926, 199 p.

22  23 novembre 2004, Thomas DuBois, National University of Singapore, « Further comment on Teaching about Nanking ».

23  « On Measuring Famine Deaths… »

24  1er décembre 2004, Barrett McCormick, Marquette University, « Great Leap Forward discussion, a comment ».

25  2 décembre 2004, Robert Cliver, Harvard University, « Great Leap Forward amnesia and mortality estimates ».

26  3 décembre 2004, Andrew Field, University of New South Wales Kensington, « Great Leap Forward amnesia and mortality estimates ».

27  25 novembre 2004, Vincent K. Pollar, University of Hawaii, « Nanking Massacre Debate & Great Leap Forward amnesia ».

28  Weigelin-Schwiedrzik, Susanne, « Trauma and Memory : The Case of the Great Famine in the People’s Republic of China (1959-1961) », Historiography East and West 1.1 (2003) : 39-67, cité le 2 décembre 2004 par Charles W. Hayford, University Evanston.

29  6 décembre 2004, Frank Conlon, University of Washington, « History in China’s Textbooks », New York Times article, December 6, 2004.

30  6 décembre 2004, Ian Welch, Australian National University, « A comment re : teaching history in China today ».

31  7 décembre 2004, Thomas Bartlett, Melbourne, « Further comment (and other views) re : « History in China’s Textbooks ». Le débat se poursuit les jours suivants avec Andrew Field.

32  Sur les manuels scolaires en général, voir le numéro 12 d’Outre Terre : Enseigner la nation, octobre 2005, notamment l’article d’Edward Vickers : « Chine vs Japon : histoire et nationalisme », p. 379-391.

33  7 décembre 2004, Joseph Askew, « Further comment on History in China’s Textbooks, noting a reported case of treatment of Xinjiang as perpetually part of China ». Les références du livre sont : Gardner Bovingdon with contributions by Nabijan Tursun, « Contested Histories » in Xinjiang China’s Muslim Borderland, edited by S. Frederick Starr, M. E. Sharpe : New York, Armonk, 2004, p. 362-363.

34  17 novembre 2004, Robert Entenmann, message cité. Le compte rendu de l’ouvrage de Chang avait été adapté d’une conférence donnée à Milwaukee le 26 septembre 1998, « Remembering and Explaining the Rape of Nanking », dans le panel Women and Sexual Violence in Asia, Midwest Conference on Asian Affairs.

35  8 décembre 2004, Reiko Shinno, « A query on approaches to teaching about ‘comfort women’ ».

36  9 décembre 2004, Ian Wech, « Response to query on teaching about ‘comfort women’ ».

37  13 décembre 2004, Rhonda Semple, University of Northern British Columbia, « Further response and comment on query re : « teaching about ‘comfort women’ ».

38  9 décembre 2004, Franck F. Conlon, « A thought regarding teaching about ‘comfort women’ and other examples of human’s capacity for nastiness : « Dumbing down » and « Numbing down » ? »

39  D’autres discussions ont eu lieu sur H—Asia autour de ces thèmes, comme sur le racisme dans les mangas japonais et les jeux vidéo chinois en novembre 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Guéraiche, « Controverse universitaire sur les violences en Chine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 100 | 2007, 121-134.

Référence électronique

William Guéraiche, « Controverse universitaire sur les violences en Chine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/672

Haut de page

Auteur

William Guéraiche

Historien

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page