Navigation – Plan du site
DOSSIER

L'héroïsation. Représenter, nécessité du Rassemblement populaire

Vincent Chambarlhac
p. 55-71

Résumé

Le Front populaire est aussi un temps d’héroïsation des leaders politiques, parés de vertus charismatiques. L’analyse de ces processus d’héroïsation pointe le reclassement de traditions avérées du mouvement ouvrier. Le Front populaire paraît alors autant un commencement qu’une fin dans l’histoire du mouvement ouvrier. L’invention de ces profils héroïques, comme l’incapacité des minorités dissidentes d’extrême gauche à présenter d’autres héros, signale la manière dont le langage et le vocabulaire politique des gauches se reconstruit aux feux de l’antifascisme.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les lectures et les réactions au 6 février 1934 réordonnent le champ politique, traçant de nouveaux clivages, composant de nouvelles alliances. Dans ce moment singulier où s’élabore politiquement le Rassemblement Populaire, se renouent des fils rompus et se réaffirment des traditions. D’autres s’épuisent, portées sur les marges du Front populaire par des hommes et des groupes dont l’expérience n’est plus transmissible. Le Rassemblement populaire défend un legs et des traditions propres au mouvement ouvrier. L’historiographie du mouvement communiste souligne depuis longtemps la manière dont le PCF réintègre alors la Nation, se situant dans le sillage de la Révolution française. Le mouvement paraît plus ample, courant du parti socialiste (SFIO) à l’extrême gauche, qualifiant ou disqualifiant des attitudes, s’incarnant dans des hommes, des gestes. Ce processus de réassurance identitaire dans le contexte d’un compromis républicain en crise construit une configuration originale du politique, marquée par le recours au héros charismatique, porteur des valeurs du groupe. Les clés de ce recours sont plurielles. Toutes saisissent hors de la sphère politique stricto sensu la manière dont la scène du Front populaire se construit, les matériaux et les traditions dont elle se nourrit pour réaffirmer le rapport des gauches à la République. Ressentie très tôt comme une nécessité, la mise en scène du politique par les forces de la coalition emprunte finalement peu au temps long de l’histoire des gauches en France, forgeant plutôt dans le sillage de l’événement de nouvelles icônes. L’exemple du deuil civique l’illustre.

Une impossibilité : le ‘‘grand homme’’ ne saurait symboliser le Front populaire.

2Depuis les obsèques de Victor Hugo, le deuil civique apparaît comme l’un des éléments clés du dispositif de sacralité politique pour les gauches. Pourtant, entre la commémoration et l’héroïsation, l’événement qu’est la dynamique politique du Front populaire disjoint ce dispositif, signifiant l’impossibilité de cette forme de sacralisation du politique à se saisir des significations plurielles de l’unité.

3Le Front populaire porte en terre Henri Barbusse (1935), Paul Vaillant-Couturier (1937). Seuls ces enterrements ont valeur, pour Danielle Tartakowsky, de démonstration de souveraineté populaire. Ces cérémonies importent pour ce qu’elles pointent des processus d’héroïsation par ailleurs en cours. Dans ce lieu de mémoire des gauches qu’est le cimetière du Père-Lachaise, le parti communiste orchestre les funérailles. Henri Barbusse meurt le 30 août 1935, il est enterré dans la 89ème division où reposent également les victimes de Février 1934. La signification implicite du lieu lie l’écrivain au combat antifasciste. Le sens se complique des nécrologies : dans L’Humanité du 1er septembre 1935, Marcel Cachin trace un parallèle entre Barbusse et Jaurès. Une autre tradition s’arrime à la figure d’Henri Barbusse, le situant dans le prolongement du pacifisme jaurésien. Rapidement, le comité constitué pour l’organisation des funérailles se mue en comité pour l’érection d’un monument à la gloire de l’écrivain : les qualités militantes précédentes s’effacent devant l’hommage à l’écrivain engagé… Le monument suivra la translation de la tombe d’Henri Barbusse au mur des fédérés, liant ainsi l’écriture engagée à la Commune. Paul Vaillant-Couturier est inhumé en 1937 aux côtés d’Henri Barbusse. Mort jeune, brutalement, son dévouement à la cause politique le prive d’une œuvre que lui promettaient ses talents littéraires. L’assistance se presse en nombre à ces deux obsèques. L’intrication des réseaux militants a su convoquer le Peuple de Paris. Ces deux enterrements commémorent une figure classique de la gauche républicaine : l’écrivain engagé. Les nécrologies content la fonction charismatique prêtée à l’homme de lettres. Si l’on s’en tient à Barbusse, le pacifisme de l’écrivain durant la Grande Guerre, son travail intellectuel dans l’organisation du Congrès pour la Défense de la culture, comme l’évocation de son souci de la littérature prolétarienne et du réalisme socialiste qui donnent à voir le Peuple, s’associent pour projeter l’image d’un homme dans lequel se reconnaîtraient les valeurs fondatrices de la coalition. Pour autant, l’homme meurt trop tôt pour la symboliser exactement. Les funérailles de Paul Vaillant-Couturier échouent également de ce point de vue. Lorsqu’elles louent le sacrifice du talent de l’écrivain à la cause politique –communiste- les nécrologies concourent à son héroïsation. Pourtant, Paul Vaillant-Couturier demeure uniquement associé à la mémoire communiste, peinant à subsumer celle-ci au profit d’une mémoire nationale pourtant réclamée par Marcel Cachin, plaidant dans L’Humanité pour un deuil national. De facto, ces deux obsèques ressortent au processus d’intégration du parti communiste dans l’histoire nationale. Par la proximité du Mur des fédérés, par la question monumentale, comme par la présence massive du Peuple de Paris, ces funérailles attestent de l’appropriation par le parti communiste des traditions du mouvement ouvrier dans leur lien à la République. Portés en terre, Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier s’inscrivent dans le temps long de la sacralité politique où la Cité honore ses morts, où le parti communiste relève de cette dernière par l’exemplarité des funérailles. Si les nécrologies pérennisent la figure héroïque de l’écrivain engagé, usant ici du motif dreyfusard, celle-ci paraît paradoxalement une catégorie politique imparfaite dans la perspective du Front populaire : Barbusse, comme Vaillant-Couturier ne sauraient à eux seuls symboliser une dynamique. Leurs funérailles sont clôtures ; regards jetés rétrospectivement sur le devenir communiste dans son rapport à la Nation, elles ne sauraient acquérir d’autres qualités davantage corrélées à la dynamique unitaire du Front populaire. Ni Henri Barbusse, ni Paul Vaillant-Couturier n’épuisent les représentations concourant au Front populaire. Le paradoxe paraît d’autant plus fort que les intellectuels en composent une force spécifique où leur présence est massive. En somme, le Front populaire ne saurait exactement se reconnaître dans la figure singulière de l’intellectuel qui pourtant, depuis l’Affaire Dreyfus, porte la mystique républicaine. Le Front populaire s’ouvre ainsi sur l’éclipse de la figure de l’intellectuel prophétique, dépositaire d’une tradition, rôle qu’Henri Barbusse ne put seul endosser. Cette éclipse se nourrit paradoxalement de la présence massive des intellectuels dans les rangs du Front populaire : le nombre, la pluralité des modes d’engagement et des compétences offertes, interdisent toute héroïsation singulière. L’adieu fait à la figure de l’écrivain se corrèle à l’affirmation de la figure du savant en politique. Le Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes (CVIA) exprime cette configuration, plaçant à sa tête Langevin, Wallon, Rivet qui tous trois se présentent, suivant l’expression de Jean Jamin pour Paul Rivet, comme des savants et des politiques. En outre, l’homme de lettres paraît également malmené par le climat intellectuel où la norme technicienne s’impose davantage, où l’ingénieur devient l’une des références du discours politique –stalinien ou fasciste.

4Les funérailles d’Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier signalent pour nous que la fabrique du héros prend le pas sur la commémoration. Il s’agit moins de se souvenir ensemble que de se reconnaître dans l’exemplarité d’une figure. La disjonction avec la période dreyfusarde notamment naît du champ où s’enracinent ces profils charismatiques, au premier chef Léon Blum, Maurice Thorez. Les héros du Front populaire relèvent en propre du champ politique, et empruntent dans le monde culturel les gratifications symboliques (la condition d’intellectuel notamment) propres à asseoir leur statut dans le cadre des critères de reconnaissance spécifiques à la nation française. Le mouvement inverse la dynamique constitutive de l’intervention intellectuelle. Léon Blum, Maurice Thorez sont héroïques dans leur action, hérauts par la mémoire qu’ils portent, par les traditions qu’ils maintiennent dans le contexte de crise du compromis républicain ; dans leur rapport au pouvoir, ensuite, leur qualité héroïque s’érode ou se maintient. Ces caractéristiques tiennent à la question identitaire qu’ils incarnent dans le temps court du Front populaire : métaphoriquement, ils sont en charge d’incarner la tension unitaire qui traverse le mouvement ouvrier quand la nation se clive, notamment au titre de l’affrontement fascisme/antifascisme. En regard, l’échec de la tentative d’héroïsation de Marcel Martinet, figure aujourd’hui oubliée de la gauche révolutionnaire, pointent la manière dont la mémoire du Front populaire se construit et s’inscrit dans la mémoire nationale, brisant là d’autres filiations, d’autres traditions propres au mouvement ouvrier français.

Léon Blum, héroïque au vif de l’événement ?

5Le 13 février 1936, Boulevard Saint-Germain, la voiture du député socialiste Georges Monnet, dans laquelle se trouve Léon Blum, croise le cortège des Camelots du Roi à l’occasion des obsèques de l’historien de l’Action Française, Jacques Bainville. Reconnu, Léon Blum est pris à partie, extrait de la voiture et roué de coups, comme ses compagnons. L’intervention d’ouvriers du bâtiment, puis des forces de l’ordre, met fin à l’incident : Léon Blum souffre d’une commotion cérébrale et de blessures au visage. Le vendredi 14 février 1936, Le Populaire, organe central du parti socialiste SFIO, titre : « Léon Blum victime d’un attentat fasciste ». Directeur politique du journal socialiste, Léon Blum a construit au Parlement sa stature de tribun socialiste ; davantage porté par la logique que l’émotion, son verbe le distingue de Jaurès. L’extrême droite française fait de lui une cible de choix, puisqu’à lui seul il condense sa haine du juif, son antiparlementarisme, quand le rappel de son ouvrage d’avant-guerre –Du mariage- évoque des mœurs légères, propres à pérenniser la « décadence » française. Défenseur de l’orthodoxie socialiste depuis son discours sur la « vieille maison » en 1920 à Tours, Léon Blum s’oppose aux néo-socialistes en 1933. Depuis Tours, il est en butte aux attaques de la S.F.I.C. pour qui il symbolise tous les travers de la social-démocratie. Dans la nouvelle configuration née du 12 février 1934, cette haine est mise entre parenthèse, facilitant la construction charismatique de Léon Blum par les hommages qui lui sont rendus. Dans la mémoire du Front Populaire, l’épisode a peu marqué ; pourtant dans le court temps qui le sépare des élections de mai 1936, l’attentat contre Léon Blum mobilise toutes les représentations du Rassemblement populaire, concourrant d’une manière déterminante à son héroïsation. La proximité des événements avec la date anniversaire du 12 février 1934, fêtée par l’ensemble des forces du Rassemblement, facilite cette mobilisation.

6L’éditorial d’Alexandre Bracke-Desrousseaux du 14 février 1936 précise :

 « Oui, nous autres au Populaire, nous autres du Parti socialiste S.F.I.O., nous ne sommes ici, en vous saluant, que les interprètes de la classe ouvrière qui, en défendant la République, défend le terrain sur lequel elle lutte pour son émancipation. »

7Interprétant la voix de la classe ouvrière, Bracke signifie que la stature du leader parlementaire outrepasse les frontières de la S.F.I.O. Certes le Populaire publie dans les jours qui suivent des messages de sympathie de sections socialistes, de députés, de fédérations ; Ian Greisalmer note également, à la faveur des fonds d’archives nouveaux qu’il a pu consulter pour sa biographie de Léon Blum, que ce dernier reçoit également des cadeaux de militants. L’ensemble de la « France socialiste » reconnaît dans le leader du groupe parlementaire son symbole. Mais d’emblée, la plume de l’éditorialiste du Populaire assigne à l’attentat une signification plus ample, aux dimensions de ce qu’incarne la coalition de Rassemblement populaire. Le Parti communiste, condamnant l’attentat, manifeste son soutien au leader socialiste. Vendredi, journal du CVIA, se place à l’unisson des hommages et des marques de sympathie prodigués par les partis. Dans un numéro spécial, intitulé Les écrivains contre la violence et improvisé le 15 février 1936, Jean Guéhenno signe un « Hommage à Léon Blum ». Il développe l’argumentaire déjà esquissé par Bracke-Desrousseaux dans le Populaire :

« Ces hommes haïssent en vous ce qu’ils haïssaient en Jaurès : la raison même. Ils haïssent ce qui vous rend à nos yeux particulièrement estimable, le respect que vous avez du peuple » ( …) Si la haine de ces hommes vous a choisi, c’est que vous portez nos certitudes, c’est qu’on voit en vous s’allier une admirable culture et un sentiment tout populaire de la justice… »

8Dans le même numéro, un article d’André Wurmser s’intitule significativement : « De Jaurès à Léon Blum ». Le parallèle constitue un leitmotiv des hommages rendus, les adversaires mêmes de Léon Blum l’utilisent : le 13 février 1936 –jour de l’attentat-, le général Guillaume propose dans Choc que l’on fasse subir à Blum le même sort que Jaurès avant-guerre. Pour la gauche, cette relation mimétique s’établit au vif de l’événement qu’il faut apprivoiser, insérer dans un temps plus long. Par deux fois l’Action Française porte atteinte à un dirigeant, comme le souligne Alexandre Bracke-Desrousseaux : « Ils l’ont eu ! Ils ont failli du moins l’avoir ». La répétition quasi-mécanique introduit l’attentat dans une autre temporalité : Jaurès fut tué à l’orée de la guerre, la symbolisant ; Léon Blum est mis à mal par les fascistes, porteurs de guerre. En une courte ellipse, la Grande Guerre est conviée ; le Rassemblement populaire s’efforce de conjurer son retour. Ainsi l’article n’a d’autres fins, finalement, que le rétablissement d’une tradition, soit l’inscription de la crise des années Trente dans des contextes discursifs propres à la rendre compréhensible, propres à signifier la possibilité qu’a le politique de la résorber. Le projet implique l’intégration du temps court du Rassemblement populaire au temps plus long de l’histoire des gauches dans son lien à la République. Le 16 février 1936, une manifestation organisée par le Rassemblement populaire convie le peuple de Paris à dire sa réprobation devant les « fascistes assassins », du Panthéon à la Place de la Nation. Cet appel à l’opinion publique doit permettre d’affirmer l’unité des travailleurs et des républicains dans le cadre du Rassemblement populaire. Relatant le 17 le succès de la manifestation, Le Populaire souligne l’union du Paris républicain et du Paris ouvrier, du Paris de la Commune : « Tout un peuple s’est levé », proclame la une du journal : l’ordre des manifestants, leur calme exemplaire s’oppose au désordre des manifestations fascistes. Partant du Panthéon, la manifestation du 16 février 1936 joue de l’esprit du lieu. Lieu de mémoire républicain, le Panthéon fut le cadre en 1924 d’une manifestation lors de la translation du corps de Jaurès, où communistes et socialistes rivalisèrent pour capter la mémoire du grand homme. En 1936, le calme des manifestants soulignent in situ l’unité réalisée des gauches. Du Panthéon, les manifestants gagnent le Quartier Latin, terre des Camelots du Roi, pour ensuite rejoindre la place de la Nation. La manifestation inscrit le Rassemblement populaire et l’homme qui le symbolise dans l’espace républicain tout en retournant l’accusation d’extériorité au corps national, naguère portée contre la S.F.I.O. et le PCF aux forces politiques opposées. Son dispositif, son parcours, et les mots d’ordre qui l’enserrent relèvent d’un cadre strictement national. La dramaturgie de la manifestation mobilise ainsi le mythe du Paris révolutionnaire, tout en redéfinissant le lien de la question révolutionnaire à la République : il s’agit d’exercer le pouvoir pour défendre la République des fascistes. Léon Blum incarne cette nécessité que l’attentat aurait pu interdire.

9Pièce essentielle du processus d’héroïsation, la manifestation s’accompagne, en amont comme en aval, d’un dispositif iconique dans les journaux propre à faciliter la fabrique du héros. Les unes du Populaire sur cette semaine donnent à voir la figure bandée de Léon Blum ; le compte-rendu de la manifestation -17 février 1936- s’orne de quatre clichés formant un triptyque que conclut en bas de page un grand cliché présentant le cortège antifasciste débouchant place de la Bastille « parmi d’innombrables et enthousiastes sympathisants ». Le flanc gauche du triptyque expose « la foule énorme des républicains, véritable océan humain », quand son centre montre celle-ci « défilant en ordre boulevard Saint Germain » ; le flanc droit présente « les travailleurs parisiens au départ du cortège ». Le titre en une donne la seule lecture possible : « Après l’attentat contre Léon Blum : Tout un peuple s’est levé ». Le Populaire scénarise donc la manifestation, campant implicitement Léon Blum en héros que l’on commémore tout en stigmatisant l’adversaire. L’hommage que lui rendent les manifestants atteste que l’homme incarne le Rassemblement populaire. Dans le même ordre d’idée, Marceau Pivert, chargé du service cinématographique de la SFIO, fait réaliser un film sur l’attentat ; Léon Blum y est présenté comme « l’un des meilleurs serviteurs de la nation ». L’événement fournit d’abord l’occasion de récapituler une histoire, de mêler des temps et des univers discordants, traits propres à la fabrique du héros. Héritier de Jaurès, Léon Blum figure la tradition socialiste. Sa judaïté, sans cesse stigmatisée par l’extrême droite, convoque également les représentations dreyfusistes. L’homme incarne physiquement ce qu’est le Rassemblement populaire, l’union des républicains et des travailleurs. L’attentat implique également la dimension sacrificielle inhérente au processus d’héroïsation : il constitue la preuve de l’engagement du leader socialiste, et refonde en acte, par ses répercussions, l’unité naguère éprouvée le 12 février 1934. La modernité de ce dispositif tient alors à la superposition du caractère héroïque et de la qualité de victime. Celle-ci se nourrit sans doute des relectures pacifistes de la Grande Guerre, où le soldat est héroïque car victime. Léon Blum apparaît donc comme ce héros qui subit la violence de l’Autre, qualité d’autant plus importante que le Rassemblement populaire est une alliance défensive, réflexive. Sa fonction charismatique est alors double. Dans l’espace de la SFIO, l’attentat permet au leader du groupe parlementaire de s’imposer devant l’ensemble du parti socialiste, indiquant la nécessité de la conquête et de l’exercice du pouvoir. Le trait participe du souffle prophétique prêté à Léon Blum depuis Tours et son discours sur la « vieille maison ». Hors de la SFIO, le dispositif médiatique magnifie le Rassemblement populaire –le Peuple soutient la victime- et permet la péjoration de l’adversaire, mis au ban de la République. De ce point de vue, et dans la droite ligne de la dynamique initiée depuis le 12 février 1934, la réception de l’attentat fait suture entre ce qui relève du registre de l’émotion populaire (le 12 février, l’unité réalisée à la base) et sa prise en charge par le politique. Rendre dans la rue hommage à Léon Blum conforte la nécessité d’une victoire électorale, désirée par des pans entiers de la société présents dans la manifestation : travailleurs et intellectuels, communistes et républicains, sympathisants, tous antifascistes dans les comptes rendus de L’Humanité, du Populaire. Dans l’après-coup de la victoire électorale, on prêtera à Léon Blum les qualités de l’intellectuel : les biographies s’enchaînent, inventant au sens archéologique du terme les qualités littéraires de Léon Blum. Le Front populaire est ce moment où se retournent les critères de légitimation et de fabrique du héros : les qualités politiques précèdent les qualités intellectuelles, lesquelles polissent la statue du grand homme.

10Le vif de l’événement héroïse Léon Blum, réveillant les mémoires jaurésiennes et dreyfusistes, convoquant le Paris révolutionnaire comme le sursaut républicain du peuple parisien. Hantée par ces représentations, la manifestation use de l’ensemble de ces ressorts pour construire une figure du peuple manifestant. L’essentiel dans ce climat de crise politique et morale tient à cette nécessité de donner à voir, ressourçant ainsi un compromis républicain malmené. Il faut des figures pour supporter ce dessein, Léon Blum en est une, à ce titre héros/héraut du Rassemblement populaire.

Fils du peuple, incarner une tradition.

11Face à l’héroïsation de Léon Blum, la construction charismatique de Maurice Thorez s’inscrit dans des temporalités plus complexes. Son autobiographie, Fils du peuple, paraît en 1937. Elle constitue le point d’aboutissement d’un processus débuté plus tôt, nécessité sur son versant français par le tournant stratégique de 1934. La rédaction fut confiée à Jean Fréville. Fils du peuple paraît donc un genre d’autobiographie, plus qu’une autobiographie au sens strict du terme : en son sein, le je implique le nous communiste. Tel quel, l’ouvrage participe en France de ce moment singulier d’héroïsation de chefs politiques charismatiques. Mais, contrairement au parti socialiste SFIO, depuis longtemps acteur du compromis républicain, le PCF se situe en position d’extériorité face à ce dernier. Son appartenance au mouvement communiste international et son souci d’inscription dans le tissu social français compliquent l’étude des ressorts français de la construction charismatique de Maurice Thorez.

12Dans le monde communiste, Fils du peuple ressort aux modalités de l’encadrement. La culture biographique qui anime le mouvement communiste confère à cette autobiographie ses traits propres. Imposée par l’Internationale Communiste (IC), la pratique du contrôle biographique débute en France à la faveur de l’affaire Barbé-Célor ; elle constitue, pour la commission des cadres, un excellent outil de vérification selon Eugen Fried. Au printemps 1935, Staline, dans le but de renforcer l’autorité dans le mouvement communiste, impose la publication pour chaque parti communiste de la biographie –l’autobiographie- édifiante du chef : Thaelmann, Togliatti, Gallacher, voient également leurs trajectoires militantes croquées, évaluées à l’aune des critères de l’IC. Aussi, quand Jean Fréville prend la plume pour Thorez, le processus décisionnel paraît collectif et son ouvrage semble la partie visible du travail biographique multiforme qui traverse le parti communiste français. Dans le strict champ du communisme français, cette autobiographie constitue à la fois un miroir dans lequel chaque communiste peut mesurer ce qui le sépare du modèle militant incarné par le chef, et l’occasion d’écrire une histoire officielle du PCF dans son rapport à l’IC. Fils du peuple construit de ce point de vue la lecture des orientations qui menèrent, par le tournant de 1934, à la stratégie de Front populaire. La construction passe par l’invention d’un héros positif, dépositaire d’une tradition, à laquelle sa qualité de chef ajoute une fonction prophétique. Dans le droit fil du Front populaire, Maurice Thorez se présente dans Fils du peuple comme le produit de l’histoire du peuple français.

13L’entreprise charismatique débute en juin 1936, lorsque le PCF revendique l’héritage de la tradition républicaine. Dès avril, un article de Simone Théry dans l’Humanité du 24, signalait que Maurice Thorez surgissait « du plus profond des masses ». Le propos obéit aux sollicitations des contextes tragiques propices à la promotion des héros ; il esquisse en creux le qualificatif de fils du peuple qui s’attache dès 1937 à Thorez. Surgissant des masses, Maurice Thorez en porte les valeurs emblématiques. L’une des qualités constamment placée en exergue de l’ouvrage est le refus de parvenir qui l’anime. Il sacrifie sa personne au prolétariat qu’il incarne par son histoire familiale –fils, petit fils de mineurs. La fatigue, les soucis physiques –souvent rappelés- soulignent l’ampleur du dévouement. Le trait est proche des commentaires des journaux sur Léon Blum travaillant aux lendemains de l’attentat. Pourtant ce n’est pas au vif de l’événement que s’écrit l’autobiographie, mais dans une perspective davantage réfléchie. La figure de Maurice Thorez devient le modèle du cadre communiste et simultanément l’incarnation du peuple, de ses qualités. L’homme s’efface alors devant ce qu’il est supposé représenter. Au rebours de Léon Blum dont les qualités personnelles sont constamment mises en exergue durant la période du Front populaire, la personnalité de Maurice Thorez semble absente. André Ferrat, ex du PCF, l’exprime rétrospectivement :

 « En vérité, le cas Thorez est une illustration du rôle de la non-personnalité dans l’Histoire, en d’autres termes du mythe ou du héros fabriqué. Il est clair que le PCF avait besoin d’un tel mythe ; pour lui-même d’abord, parce qu’un parti où la mystique a remplacé la raison a besoin d’un guide réputé infaillible, et aussi pour les masses qui suivront toujours beaucoup plus facilement un héros –fût-il un héros de papier- qu’un idéal désincarné. »

14En regard de la crise du compromis républicain, la fonction représentative dévolue à Maurice Thorez dans le cadre du Front populaire participe de la conclusion d’une séquence ouverte aux lendemains de la Commune : l’intégration de la classe ouvrière à la communauté nationale. Représentant de la classe ouvrière, notamment le prolétariat de la grande industrie, le PCF dote son chef du charisme nécessaire à cette représentation. Si l’expression fils du peuple implique une assise sociale plus large, les caractéristiques prêtées à Maurice Thorez s’enracinent spécifiquement dans les traditions du mouvement ouvrier français. Michelle Perrot note que Fils du peuple respecte scrupuleusement les canons des autobiographies ouvrières, où l’individu s’efface au profit de la proclamation d’une identité collective. Retenons le refus de parvenir qui compose la pierre angulaire de cette fonction charismatique. L’expression constitue l’une des valeurs du monde syndical français de la belle époque. Le refus de parvenir s'appuie sur le constat formulé par Michelet dans Le Peuple (1846) :

"Presque toujours, ceux qui montent y perdent, parce qu'ils se transforment ; ils deviennent mixtes, bâtards ; ils perdent l'originalité de leur classe sans gagner celle d'une autre. Le difficile n'est pas de monter, mais en montant de rester soi."

15L'historien romantique apprécie alors les prémisses de la Révolution Industrielle. Son enquête traque la diversité de la Nation française. Depuis 1830, la classe ouvrière se situe en position d'extériorité face au corps social français. Elle n'appartient déjà plus au monde des campagnes dont elle ignore les valeurs ; elle peuple les faubourgs mais inquiète les classes moyennes et le pouvoir politique. Refuser de parvenir, pour le mouvement ouvrier français, c’est alors renoncer à toute possibilité d’ascension sociale par fidélité à sa classe : renoncer donc à briguer ce que des qualités intellectuelles pourraient promettre aux fils du peuple, dès lors qu’ils accepteraient de déroger. Refuser de parvenir, c’est aussi tracer dans la chair du social les frontières de classes. Le sacrifice de ses possibilités est d’abord un travail sur soi dont le résultat dévoile l’appartenance sociale. Dans cette tension entre le singulier et le collectif débute l’héroïsation du « rétif », processus indéfini tant il s’agit quotidiennement de renoncer pour soi, se dévouer pour servir. S’emparant de la maxime pour caractériser Maurice Thorez, le gain du PCF est double. D’une part, il s’approprie les valeurs du syndicalisme révolutionnaire, s’inscrivant ici dans la continuité d’une histoire ouvrière dont il serait le dépositaire. D’autre part, l’expression implique des qualités intellectuelles, elle « ouvriérise » les critères nationaux de reconnaissance du grand homme, dont nous signalions plus haut qu’ils furent également sollicités pour Léon Blum. La forme autobiographique, fût-elle un leurre, certifie pour Maurice Thorez sa qualité d’écrivain. Elle le lie également au monde des instituteurs, qui se firent les passeurs de ces traditions. Elle suppose un capital culturel dont Thorez use seulement dans une perspective collective. Pour autant, les antécédents récapitulés dans Fils du peuple impriment une singulière torsion à l’esprit de ces dernières. Au XIXème siècle, le refus de parvenir proclame une coupure sociale, souhaitée irréductible dans l’esprit du syndicalisme révolutionnaire. L’attitude rend visible l’extériorité de la classe ouvrière à la communauté nationale, elle soustrait la classe ouvrière à cette dernière. Lorsque Maurice Thorez le porte dans son autobiographie, l’exhibant en vertu nécessaire pour tout cadre communiste, le refus de parvenir se comprend dans la logique du Front populaire où le PCF est une composante d’une alliance de gouvernement. Il ne s’agit plus de se soustraire, mais de s’agréger à la communauté nationale. Chemin faisant, l’appropriation explicite des traditions ouvrières par le PCF s’effectue à l’intérieur d’un cadre républicain qu’il entend défendre, dont il revendique une part de l’héritage. Les dissidences de gauche du communisme lui reprochent alors, selon le mot d’Henry Poulaille, de « tricoloriser » le prolétariat.

16A la différence de Léon Blum, l’héroïsation de Maurice Thorez s’inscrit dans des temporalités plus longues. Préparé, lié aux consignes de l’IC mais pensé dans la perspective du Front populaire, son dispositif dure davantage. Pour autant, la genèse de ces dispositifs charismatiques comporte des similitudes. Tous deux affirment une identité collective signifiée par les cadeaux, les messages de sympathie reçus par Léon Blum comme Maurice Thorez. Tous deux incarnent une tradition au moment où celle-ci subit une torsion significative : le choix de l’exercice du pouvoir par la SFIO, l’intégration à la Nation pour le PCF. Repéré dans ses effets politiques, ce mouvement affecte également les représentations collectives. L’affichage d’une continuité avec un passé et des traditions masque les choix et les reclassements qui s’opèrent. Ceux-ci dessinent un moment singulier où s’abîme en partie le legs du long XIXème siècle ouvrier, quand le politique, redéfinissant tout ou partie des représentations sociales venues du monde ouvrier, suscite des héros capables d’articuler ce hiatus, disqualifiant ainsi d’autres héritages. Ce hiatus naît de l’unité énoncée sous les auspices d’un antifascisme de masse, brassant l’ensemble des horizons culturels du mouvement ouvrier dans la perspective de la défense de la République, de la culture. Point de condensation, cet objectif politique du Rassemblement populaire implique un choix dans les traditions exhibées, comme des oublis, des lapsus. Il est également, sur les marges du Rassemblement populaire, des tentatives d’héroïsation capables de réassurer l’identité de groupes dissidents des forces de gauche. Évoquer l’échec de l’une de ces dernières, affine aux révolutionnaires du Front populaire, mesure en partie les choix de traditions opérés par la coalition.

Marges du Rassemblement populaire : l’impossible transmission ?

17A Saint-Denis, les 10 et 11 août 1935, se tient un meeting « contre la guerre et l’union sacrée ». Réponse aux déclarations de Staline « comprenant et approuvant la politique extérieure de la France », il réunit des militants et des organisations de la gauche révolutionnaire. Les initiateurs de cet appel, tous à gauche du mouvement communiste, trouvent dans le refus de cette nouvelle ligne du mouvement communiste la possibilité de se différencier et d’exister dans la dynamique antifasciste, motrice du Rassemblement populaire. Pacifisme et antifascisme s’affrontent dans cette lecture du pacte Laval / Staline à hauteur de la mémoire de la Grande Guerre, mémoire d’autant plus singulière qu’elle se nourrit uniquement du pacifisme révolutionnaire, très largement minoritaire en France durant le premier conflit mondial. L’ensemble de la gauche révolutionnaire se presse au meeting. Le groupe Révolution Prolétarienne, initiateur de l’enquête Pour un nouveau Zimmerwald, à l’origine du meeting, côtoie des représentants de l’Action léniniste, du groupe des Bolcheviks léninistes, des membres de la Fédération Unitaire de l’Enseignement, des représentants des revues L’Internationale (Union Communiste), La Lutte finale, La Lutte des Classes, Nouvel Âge, Marceau Pivert (Gauche Révolutionnaire, SFIO), des représentants du rayon de Saint-Denis de Jacques Doriot, etc. Le meeting échoue à unir ces différentes minorités, se divisant sur la présence et le passé de Georges Valois. L’extrême gauche peine à peser face à la dynamique du Rassemblement populaire.

18L’échec de Saint-Denis constitue l’un des premiers indices de l’impossible transmission d’une partie de la mémoire et des traditions ouvrières dans le contexte nouveau du Rassemblement populaire. Il manque à cette mouvance une référence. Dans le sillage du meeting, la revue Les Humbles, animée par Maurice Wullens, publie un hommage à Marcel Martinet. L’homme importe pour ce qu’il représente dans le spectre des minorités conviées à Saint-Denis. Membre du noyau de la Vie ouvrière en 1914-1918, c’est un pacifiste de la première heure. Compagnon de lutte de Monatte et Rosmer, il a fréquenté Trotsky, parisien en 1915. Poète pacifiste, la force lyrique de son recueil Les Temps maudits le consacre icône du pacifisme révolutionnaire. Militant de la première heure du PCF, il se conçoit syndicaliste communiste. La bolchevisation entraîne sa rupture avec le mouvement communiste. Dissident de gauche du PCF, il anime avec Magdeleine Paz le comité pour la défense de Victor Serge, côtoie Breton et les surréalistes par le biais de son amitié avec Trotsky ; c’est aussi l’une des références de la littérature prolétarienne telle que la définit Henry Poulaille dans Nouvel âge. L’hommage des Humbles au premier semestre 1936 se comprend dans l’aire de réception de la revue comme la proclamation des valeurs d’une mouvance par le biais d’un héros charismatique. Culturellement et politiquement, Les Humbles entendent maintenir le mythe d’une radicale extériorité du prolétariat à la communauté nationale. En retrait du politique par la maladie, Marcel Martinet se présente comme le leader moral du pacifisme, fort d’une autorité forgée au cours de cette même année 1935 dans l’espace du pacifisme révolutionnaire par l’apostrophe faite à Romain Rolland à l’occasion de la publication de son recueil Quinze ans de combat. L’issue de la polémique consacre Marcel Martinet en leader moral du pacifisme en lieu et place de Romain Rolland, simple compagnon de route du mouvement communiste. Dès lors, Marcel Martinet devient le symbole de la fidélité aux luttes pacifistes d’antan, l’expression de l’actualité de ce positionnement. Son nom est caution donnée à la lutte pacifiste dans le climat de l’antifascisme. Lui rendre hommage, dans l’esprit des Humbles, participe du souci de publicité de ces valeurs dans le contexte nouveau et mouvant du Rassemblement populaire.

19L’hommage des Humbles se construit dans le salut à l’écrivain, brodant ainsi sur le motif de l’écrivain engagé. La reproduction de ses poèmes, d’extraits de ses romans, voisinent avec les critiques élogieuses ou les compliments de Ludovic Massé, André Breton, Georges Duhamel, Stephan Zweig, Charles Vildrac, Andréas Latzko, Henry Poulaille, Édouard Peisson, Edmond Humeau… Les qualités politiques procèdent alors de l’écrivain qui « refuse de parvenir » par fidélité au prolétariat. La cohérence de ce rapprochement pour Marcel Martinet tient moins au caractère militant de l’écriture de chaque dédicataire qu’à l’insertion de tous au sein des luttes du mouvement ouvrier au titre d’écrivain. A contrario, une seconde catégorie d’intervenants se caractérise par le seul primat du militantisme. Elle compte des publicistes engagés dans la lutte révolutionnaire (Maurice Parijanine, Maurice Wullens), des militants pacifistes (les Alexandre, Léon Emery), des figures emblématiques du mouvement ouvrier (Pierre Monatte, Léon Trotsky). Leur fonction première, dans le cadre de l’hommage des Humbles, tient à la certification de la valeur pacifiste et révolutionnaire de Marcel Martinet. La somme des hommages rendus légitime celui-ci comme conscience morale pour la mouvance dissidente.

20Le dispositif charismatique du recueil prête à Marcel Martinet les traits de l’écrivain engagé au dessus de la mêlée. L’ornement est « rollandien » mais se complique des qualités de l’écrivain prolétarien qui témoigne et refuse de parvenir. Mise en intrigue d’un itinéraire, la composition de l’hommage se referme sur la qualité de vigie et de prophète de Marcel Martinet qui fut l’un des seuls, en août 14, à demeurer pacifiste et syndicaliste révolutionnaire, maintenant une tradition alors jugée obsolète que l’issue révolutionnaire en Russie revitalisait. Tel quel, le charisme de Marcel Martinet se construit hors du cadre national ; par comparaison avec le cas thorézien, la référence au refus de parvenir se comprend dans la logique de soustraction à la communauté nationale héritée du XIXème siècle. Ce comportement établit la fidélité de l’écrivain au mouvement ouvrier, supposant implicitement l’écart du mouvement communiste face à la tradition. Pierre Monatte l’exprime :

« Martinet aime dire qu’il est un vaincu, que nous sommes des vaincus. On nous retrouve souvent seuls en effet ? On dirait que nous aimons nous singulariser. L’esprit de contradiction ? Fichtre non ! Le plaisir d’aller contre le courant ? Ce n’est pas si folâtre. Alors, quoi ? Le goût du malheur ? Non, le besoin de ne pas se duper soi-même pour ne pas duper les autres. (…) Nous préférons Martinet. Il ne crie pas au triomphe quand c’est encore la défaite. Il n’accepte pas de s’asseoir à la table des puissants pour chanter leur gloire. Il reste fidèle à ses Temps maudits. C’est le meilleur moyen, et peut-être le seul, de préparer le triomphe véritable de nos idées et de notre classe. »

21Contrechamp du processus de personnalisation en cours dans le mouvement ouvrier, l’hommage des Humbles affirme la mise en abîme des réflexions sur l’exercice charismatique de l’autorité politique. Il est saisie d’un moment de l’histoire du mouvement ouvrier (la séquence 1934-1936) durant lequel la réorganisation du champ politique aux feux de l’antifascisme passe par la cristallisation d’identités militantes autour d’une figure. Importe alors pour conclure ce qualificatif de vaincu qui émaille l’ensemble de l’hommage. Il signifie l’impuissance d’une tradition, de valeurs, à mordre sur le contexte. La réception de l’hommage des Humbles est un échec. Les causes n’en sont pas seulement matérielles : si la revue tire à 1070 exemplaires, elle est amplement chroniquée dans les feuilles des minorités révolutionnaires, et la personnalité de Marcel Martinet vaut encore caution. L’échec tient davantage à l’essence même du charisme qu’on lui prête. Entièrement charpenté par la référence au pacifisme de la Grande Guerre, il implique une seule position, contre le courant. Précisément, le positionnement demeure singulièrement énigmatique, dans un contexte unitaire largement structuré par l’impératif de défense républicaine ; le chiasme dit la progressive atonie des minorités révolutionnaires. Il conte également la dépendance des marges envers le centre : les minorités révolutionnaires usent du même motif charismatique pour maintenir une représentation incarnée de leur idéal. Leur échec mesure également ce que tisse dans l’épaisseur sociale du mouvement ouvrier la dynamique de Front populaire.

Une séquence héroïque ?

22Ces trois dispositifs charismatiques naissent quasi simultanément, s’ordonnant au moment où la dynamique unitaire antifasciste a trouvé sa forme politique. Le recours à l’héroïsation construit alors le mythe du Front populaire qui serait plus qu’une alliance défensive, plus finalement qu’un gouvernement de défense républicaine. En effet, si le Front populaire emprunte à cette forme de gouvernement la nécessité d’incarner une réponse parlementaire à la crise, si l’appui qu’il trouve dans le monde associatif (CVIA, LDH) et syndical peut l’apparenter à un retour de la défense républicaine dans le contexte des guerres franco-françaises, le recours aux héros politiques circonscrit une autre manière de se représenter le monde social, dont la pratique du recours charismatique constituerait l’une des occurrences. Pour les acteurs du Front populaire, la coalition prend forme dans la rue, où elle acquière sa visibilité (unité, manifestation de souveraineté, gestes symboliques) ; elle s’incarne dans des profils héroïques où l’un peut être victime et à ce titre charismatique (Léon Blum) quand l’autre tire du refus de parvenir sa légitimité à représenter et guider la classe ouvrière. La scène du Front populaire, lue dans cette perspective d’une séquence héroïque, esquisse une représentation singulière du peuple, de sa cohésion. Tenue par l’unité, celle-ci se construit d’abord dans la mise en scène d’identités collectives (la classe ouvrière, les intellectuels, les antifascistes…) prises en charge par le politique, représenté par le chef. Pour la Gauche, le Front populaire, dans sa dynamique de conquête du pouvoir, peut ainsi se concevoir comme une forme nouvelle de gestion du politique à l’ère des masses, puisque auparavant aucun chef d’un parti de gauche n’avait été héroïsé de son vivant, dans la posture de conquête d’une majorité parlementaire. L’échec, sur les marges du Rassemblement populaire, à proposer d’autres profils héroïques, indique la force du cadre républicain dans la structuration des identités partisanes. Il faut alors prendre au mot l’impératif défensif proclamé par le Rassemblement populaire. Le recours au chef charismatique se comprend dans la surprise de l’unité que le politique doit prendre en charge face à la menace que représente l’extrême droite où le mythe du chef est prégnant, notamment chez les Croix-de-Feu, et l’appel à une révolution (nationale) implicite. Les gauches ne braconnent pas pour autant sur les terres de l’extrême droite, elles inventent à partir du langage commun de la crise des années Trente leurs propres propositions, objectivant d’après leurs positions dans le champ politique leurs représentations de la crise. Les héros du Rassemblement populaire s’apprécient en regard du 6 février 1934, des raisons qui l’engendrèrent. L’échec de l’extrême gauche à constituer son unité (meeting de Saint Denis en août 1935), à imposer d’autres profils héroïques, indique que l’expérience de la lutte pacifiste en 14-18 n’a rien à dire sur la crise contemporaine. L’enjeu n’est pas l’issue révolutionnaire, mais la capacité des forces politiques de gauche à représenter le peuple, « déligitimant » la concurrence des formes nouvelles du politique à l’extrême droite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Chambarlhac, « L'héroïsation. Représenter, nécessité du Rassemblement populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 103 | 2008, 55-71.

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « L'héroïsation. Représenter, nécessité du Rassemblement populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/67

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

Chercheur associé Université de Bourgogne IHC UMR CNRS 5605

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page