Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’histoire et la mémoire des Allemands communistes dans la Résistance en France

Guilhem Zumbaum-Tomasi
p. 85-97

Résumé

L’article de Guilhem Zumbaum-Tomasi porte sur l’histoire des Allemands communistes dans la Résistance en France et sur la réception de leur mémoire en France et dans les deux Allemagnes. C’est finalement à une histoire des blocages mémoriels des trois sociétés que l’auteur nous convie. En France, la mémoire de cette lutte contre l’Occupation s’est heurtée à une mauvaise conscience collective et au mythe d’une Résistance franco-française. Beaucoup décidèrent par conséquent d’émigrer une deuxième fois et de retourner en Allemagne, notamment en RDA. Mais aucun des deux États allemands ne réserva un accueil respectueux à leur expérience et à leurs récits.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Allemagne, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Kraus, Marita, Heimkehr in ein fremdes Land. Geschichte der Remigranten nach 1945, Munich, 2001.
  • 2  Rousso, Henry, Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire, Paris 2001. ; Pierre Laborie, Les Franç (...)

1L’épisode de la résistance des Allemands qui émigrèrent en France entre 1939 et 1946 présente de multiples facettes. Mais c’est avant tout la manière avec laquelle on a décrit a posteriori l’histoire insolite de ces opposants allemands à Hitler qui est intéressante. La mémoire de cette résistance fut largement déterminée par le contexte de l’après-guerre 1. Il a en effet fallu attendre ces dernières années et les recherches sur les « années noires » et les camps d’internement pour que, en France comme dans les deux Allemagnes (puis dans l’Allemagne fédérale après 1990), ces parias à double titre de la dictature de Vichy soient enfin reconnus 2. Après la libération militaire de la France en 1944-45, libération à laquelle des Allemands ont aussi participé, et après la capitulation du Troisième Reich en mai 1945, le débat politique et idéologique se cristallisa partout autour du thème de la résistance antifasciste. Mais rares sont les institutions qui, comme le CDJC à Paris et l’Institut du Marxisme-Léninisme à Berlin (Est), se sont intéressées dès la fin des années quarante au sort de ces résistants.

  • 3  Selon Mosse, George L., La révolution fasciste, Paris, 1999.

2L’article commence par présenter les blocages politiques et historiographiques que la mémoire de cet épisode a subis en RFA, en RDA et en France au cours des décennies qui ont suivi la guerre. Il s’intéresse ensuite plus spécifiquement à l’image que la France s’est construite d’un sous-groupe de ces émigrés : les communistes (juifs) allemands en France. Ces derniers ont souffert de plusieurs accusations : sous l’occupation, ils furent notamment considérés comme des parias du nouvel ordre révolutionnaire et contre-révolutionnaire 3. De retour dans la nouvelle Allemagne, la plupart ont choisi Berlin (Est) et furent à nouveau mis au ban de la société, cette fois parce qu’accusés d’être des agents sionistes ou bien d’être à la solde des états-Unis.

3Les multiples représentations des Allemands communistes dans la Résistance en France sont finalement autant de signes d’une mémoire idéo-politique, identitaire et sociale plurielle convoquant à la fois des souvenirs de la guerre d’Espagne, de l’occupation allemande et de la lutte antinazie. La comparaison de la réception de cette mémoire est très instructive. En RFA, ces résistants furent purement et simplement « oubliés ». En RDA, la plupart furent contraints d’accepter le statut voulu par le parti unique, le SED. C’est finalement seulement en France qu’une mémoire s’est construite, circonscrite au PCF. Après 1990, l’histoire de leur rôle dans la France de Vichy et sous l’occupation allemande reste à écrire.

  • 4  Exil et Résistance au national-socialisme 1933-1945, sous la direction de Gilbert Krebs et Gérard (...)

4Selon des modalités propres, les deux sociétés allemandes tentèrent de se présenter après la guerre comme des victimes du nazisme. Dans ce contexte d’apitoiement des sociétés sur elles-mêmes, le retour au pays des émigrés allemands en 1946 ne fut pas chose aisée. On leur dénia l’expérience communautaire de ces douze années de dictature ; on leur reprocha d’avoir vécu tranquillement en exil quand ils ne furent pas tout simplement accusés d’avoir trahi leur patrie. Ces hommes et ces femmes ne trouvèrent pas un meilleur accueil auprès des victimes des camps de concentration et d’extermination : ils n’avaient pas partagé l’expérience de l’empire concentrationnaire et furent à ce titre exclus pendant des décennies de la communauté des victimes du nazisme. Ces quelques éléments expliquent en partie pourquoi il fallut attendre le début des années 1970 pour que les premières recherches fussent menées sur ce sujet par un petit cercle de germanistes et d’historiens 4.

  • 5  Ainsi, après 1990, la recherche fut marquée en Allemagne par quatre ouvrages principaux : Benz, Wo (...)
  • 6  La légion d’honneur fut toutefois remise à Gerhard Leo le 14 juillet 2004.

5L’émigration allemande qui a activement combattu en France contre les forces d’occupation dans l’espoir de renverser le régime nazi n’est pas un bloc homogène. Elle comprenait schématiquement des socialistes, des sociaux-démocrates, des protestants (réunis autour du pasteur Martin Niemöller), des officiers de la Wehrmacht et des communistes. Si la recherche sur de nombreux aspects de cette lutte d’émigrés allemands contre l’occupant a bien progressé, celle de la résistance communiste, objet central de cet article, demeure un point aveugle de l’historiographie 5. Outre les verrous mémoriels exposés plus haut, la mémoire de la résistance communiste allemande en France entre 1940 et 1944 fut confrontée au contexte politique européen de l’après-guerre. Elle fut prise au piège entre le concept occidental de démocratie d’un côté et l’utopie socialiste d’une Europe unie de l’autre. L’éthique de l’engagement qui a présidé à l’entrée en résistance des communistes allemands en France fut mise en doute par les politiques mémorielles de chaque côté du rideau de fer. Jusqu’au milieu des années 1970, l’affrontement idéologique entre les deux Allemagnes ne laissait guère de place à cette mémoire. Par la suite, les débats sur la culpabilité collective en RFA (débats qui ne furent pas menés en RDA) jetèrent la résistance des émigrés allemands communistes dans l’oubli. A l’instar de Gerhard Leo, de nombreux résistants durent lutter farouchement pour la reconnaissance de leur statut 6. Ces enjeux mémoriels traversent aussi l’historiographie.

  • 7  La question du rapatriement des réfugiés allemands après 1945 fait aussi partie de ce mouvement de (...)
  • 8  Lindeperg, Sylvie, Les écrans de l´ombre, Paris, 2001.
  • 9  Bonte, Florimond, Les antifascistes allemands dans la Résistance française, Paris, 1969. Im Kampf (...)
  • 10  Fondation nationale des sciences politiques, archives du Centre d’histoire de l’Europe du vingtièm (...)
  • 11  Jusque dans les années 1980, certains groupes européens actifs ont procédé à une étude de la résis (...)

6Étudier l’émigration des communistes allemands en France entre 1939 et 1946 et leur participation à la Résistance revient, une fois encore, à affronter diverses mémoires ou historiographies antagonistes. De leur point de vue, il ne faisait guère de doute qu’ils avaient combattu aux côtés des Alliés contre la dictature nazie. La classe politique française qui renaissait de ses cendres à partir de décembre 1944 ne l’entendait cependant pas exactement de cette oreille. Certains responsables politiques perçurent plutôt la présence de résistants allemands en France comme une menace pour l’unité nationale 7. La communauté française des historiens participa à la construction de cette image d’une nation largement dévouée à la lutte contre l’agresseur allemand. Par ailleurs, le débat politique sur l’avenir de la IVRépublique et celui sur la décolonisation ne laissaient dans un premier temps guère de place pour un hommage à ces étrangers. Les préoccupations centrales concernaient le relèvement du pays et la préservation de l’unité nationale. A cela s’ajoutait la survalorisation de l’image du résistant français, hissé au rang de mythe politique et idéologique, en particulier dans la littérature et le cinéma 8. Malgré le rapprochement entre la France et l’Allemagne à partir de 1950, il fallut encore que s’écoulent presque deux décennies avant que ne paraissent les premiers travaux sur la résistance communiste allemande en France 9, alors que jusqu’au milieu des années soixante de nombreuses conférences avaient été organisées sur la résistance au régime nazi en Europe, comme à Liège (1958), Vienne et Florence (1959), Varsovie (1962) ou Cracovie et Karlovy Vary (1963)10. Pendant ces décennies, l’identité collective des résistants antifascistes en Europe ne fut guère portée et institutionnalisée que par la Fédération internationale de la Résistance. Il fallut attendre une trentaine d’années pour que la question de la Résistance ne divisât plus la société 11.

7Il convient donc de relancer la recherche sur la résistance communiste allemande en France entre 1939 et 1945, et ce d’un point de vue à la fois historique et historiographique. Historique, parce qu’il n’existe pas encore aujourd’hui de description objective de la résistance des communistes allemands en France. Historiographique car la résistance communiste fut trop longtemps transfigurée après 1945 pour des mobiles idéologiques en une lutte antifasciste.

  • 12  Le chiffre cité par le KPD en France est de 2500 personnes et a été fourni à de nombreuses reprise (...)

8La résistance communiste juive allemande en France entre 1939 et 1945 rassembla un peu plus de 1 500 hommes et femmes parmi lesquels environ 120 périrent pendant la guerre 12.

  • 13  Trois semaines avant la rencontre de Pétain et Hitler à Montoire, le gouvernement français à Vichy (...)
  • 14  La signature de l’Armistice, le 22 juin 1940, posa la première pierre du comportement immoral de P (...)
  • 15  Après le 3 octobre 1940, les étrangers furent menacés à divers titres. Apatrides, ils pouvaient êt (...)
  • 16  Les lois françaises constituèrent l’épine dorsale du régime français pour les quatre années suivan (...)

9Depuis l’été 1940, la propagande allemande et française taxait les émigrants en France de terroristes, de Juifs et de bolcheviques et en faisait les parias du nouvel ordre européen. Cette image formée par une idéologie fortement raciale n’était pas une nouveauté pour les émigrés qui avaient vécu la nomination d’Hitler à la chancellerie du Reich en janvier 1933. En France, elle devint à nouveau menaçante à partir de 1940. L’antibolchevisme et l’antisémitisme, ressorts de l’idéologie nazie et du fascisme français, donnèrent lieu à partir d’octobre 1940 à une ségrégation sociale systématiquement organisée des étrangers, des Juifs et des communistes 13. Le détournement des instruments juridiques permit de suspendre les droits de l’homme en vigueur et de commencer à persécuter systématiquement « l’ennemi ». Dans la France « non occupée », Pétain et sa Révolution nationale se donnèrent pour objectif d’écarter les étrangers de la communauté nationale française. Pour ce faire, Vichy décida leur dégradation juridique et humaine, notamment au travers du malheureux article 19 de la convention d’Armistice de juin 1940 ; cet article obligeait la France à livrer les Allemands présents sur son territoire aux autorités du Reich si celles-ci le demandaient 14. Le statut des Juifs, adopté en octobre 1940, posa quant à lui les bases de la ségrégation économique et sociale de tous les Juifs étrangers vivant dans la France de Vichy 15, faisant de ceux-ci les parias de la société française explicitement désignés par la loi. Nombre d’entre eux furent effectivement mis au ban de la nation et de la société, sans espoir de modification de leur statut social. Les mesures de répression devinrent de plus en plus brutales après juin 1941 alors qu’une guerre totale était engagée contre l’Union soviétique. La collaboration d’état entre Paris-Berlin et le gouvernement de Vichy se radicalisant 16, la population de certaines régions françaises se sentit plus solidaire des persécutés. Une minorité d’entre elle entrait ainsi dans la Résistance alors que la majorité des Français adoptait une conduite attentiste et indifférente.

  • 17  Au CDJC, « Centre de documentation juive contemporaine », plusieurs documents témoignent de ce com (...)

10En dépit de la cristallisation des antagonismes, la Résistance resta paradoxalement un phénomène marginal dans la société française. C’est sur cette marge que se pressèrent les étrangers juifs et communistes à partir de juin 1940. Ils posèrent leur empreinte sur la résistance de gauche dans les deux zones françaises entre l’automne 1940 et l’hiver 1944. Alors que la propagande allemande et française les traitait de « terroristes judéo-bolcheviques »17, la Résistance fut pour beaucoup le seul moyen pour échapper aux arrestations et à la déportation. Cette marginalité extrême leur donna le pouvoir de se radicaliser dans une lutte contre les deux régimes. A partir d’un statut sans issue, ils combattirent pour une autre Europe, libérée du nazisme. L’illégalité signifiait pour eux une porte de sortie, et le moyen de se créer une nouvelle identité.

11La résistance communiste juive était insolite. Insolite parce que les communistes allemands s’engageaient à la fois pour les objectifs de la Résistance en France et pour leurs propres buts politiques. S’engager dans la Résistance signifiait s’engager pour la restauration de la souveraineté française, et œuvrer à la construction d’une France moderne. Les communistes allemands utilisèrent les mêmes armes que la Résistance française. Ils rédigèrent et diffusèrent des tracts en allemand, procédèrent à des opérations de sabotage, perpétrèrent des attentats. Ils espionnèrent aussi les services allemands et se lancèrent dans la confrontation armée à partir de 1943. Les divergences politiques et idéologiques qui avaient existé entre 1939 et 1941 s’estompèrent entre 1941 et 1944 car il ne fallait pas mettre en danger l’unité de la Résistance.

  • 18  La Résistance, une histoire sociale, sous la direction de Prost, Antoine, Paris, 1997.

12De par sa volonté de créer une unité politique, de par sa composition sociologique et le statut de parias des résistants dans l’ordre nouveau, la Résistance des émigrés allemands communistes juifs ressembla à son homologue française 18. La proportion de jeunes qui se mobilisèrent contre l’occupant et le régime de Vichy fut importante bien que cela fût passé sous silence pendant des décennies. On n’a, par ailleurs, pas assez souligné le rôle courageux des femmes dans cette histoire.

  • 19  Brès, Eveline et Yvan, Un maquis d’antifascistes allemands dans la Résistance française, Montpelli (...)
  • 20  Il s’agissait des camps de Gurs et Le Vernet pour les communistes masculins et Rieucros pour les f (...)

13L’analyse de l’histoire des camps d’internement français nous renseigne également sur la situation politique et sociale de ces étrangers durant les années 1939-1945 19. Après la conclusion du pacte entre Hitler et Staline, les émigrés allemands, considérés comme des ennemis de la France ou des membres de la cinquième colonne, furent internés dans des camps d’internement spéciaux en 1939 et 1940 20. La situation politique à l’automne 1939 avait déclenché un vif débat sur le Pacte parmi les communistes, et ce jusque dans les camps, au point d’affaiblir le mouvement communiste jusqu’à l’été 1941. Nombre de progressistes, qui s’étaient rapprochés du KPD (parti communiste allemand) durant leur émigration, s’en éloignèrent. Ces camps d’internement jouèrent un rôle essentiel dans la constitution d’une résistance allemande en France : après l’invasion de l’Union soviétique par les Allemands, ils alimentèrent une nouvelle identification à la Résistance. Par la suite, les maquis furent alimentés par l’arrivée en nombre des anciens internés. Outre des intellectuels, les camps renfermaient des communistes riches d’une forte expérience politique et militaire acquise principalement durant la guerre civile espagnole entre 1936 et 1939.

  • 21  Il fut admis à l’été 1941 qu’il fallait mettre un terme aux dissensions politiques. La pression de (...)
  • 22  Meyer, Ahlrich, Die deutsche Besatzung in Frankreich 1940-1944, Darmstadt, 2000. ; Martens, Stefan (...)

14Les répressions, les exécutions d’otages, l’internement, les persécutions et plus généralement la vie dans l’illégalité participèrent à la construction identitaire des résistants entre 1940 et 1944 21. On ne rappellera jamais assez la brutalité du combat mené contre les communistes et les juifs en France entre 1940 et 1944. Les villes ou villages martyres de Tulle, Arles, Ascq, Oradour-sur-Glane ou du Vercors 22 ont gardé les traces de cette violence.

15Jusqu’à la fin de l’année 1944, beaucoup d’émigrés allemands avaient espéré qu’une fois la France libérée du joug allemand, les Allemands restés dans le Reich se soulèveraient contre la dictature nazie. L’échec de cette prophétie incita nombre d’entre eux à rester en France après 1945.

16Des différences d’opinion existaient au sujet de la nature de la dictature nazie et de son influence sur la société allemande. Aux yeux des émigrés critiques, l’objectif principal (susciter un soulèvement populaire contre Hitler et le gouvernement nazi de l’extérieur) avait échoué. Selon leur analyse, il était nécessaire que l’Allemagne fusse vaincue pour qu’elle reconnaisse les conséquences de la dictature. Ils soulignaient que les camps d’extermination des territoires occupés de l’Est avaient été découverts par les Alliés. De même, les camps de concentration avaient été libérés et photographiés par les Américains, les Anglais et les Russes. Pourquoi la société allemande ne s’était-elle pas révoltée ?

  • 23  Nous faisons allusion aux livres de Hartewig, Karin, Zurückgekehrt. Die Geschichte der jüdischen K (...)
  • 24  Jusqu’en 1946, la France a tenté de ne pas faire de distinction entre les victimes de la dominatio (...)

17Il s’agissait aussi de déterminer si, eu égard aux persécutions et aux camps de concentration, il était possible de se considérer, en tant qu’Allemenand, comme victime de la dictature nazie 23. Après le retour en Allemagne, cette discussion fut reprise, mais selon une appréciation différente. La question de la culpabilité collective des Allemands interrogeait la résistance allemande. Les photos des camps d’extermination, la découverte de ce qu’était la vie quotidienne dans les camps de concentration, l’absence d’une révolte générale – ne serait-ce que morale – contre l’injustice signèrent la fin de l’identification des résistants allemands avec la résistance contre les nazis. Cette sensation fut encore exacerbée par leur sentiment de responsabilité et de culpabilité. C’est précisément comme émigrés qu’ils endossaient la responsabilité des crimes commis au nom du peuple allemand dans l’Europe occupée. Leur retour dans l’Allemagne de l’après-guerre ne modifia en rien leur sentiment de culpabilité : ils n’avaient pas fait assez pour combattre ces crimes. De nombreux émigrés éprouvèrent par conséquent longtemps des difficultés à se considérer comme des victimes du nazisme 24.

  • 25  Chaumont, La Concurrence des victimes : génocide, identité, reconnaissance, Paris, 1997 ; Voir aus (...)

18En Allemagne, la résistance des émigrés allemands fut pendant des décennies l’objet de suspicions. De retour au pays, ils furent accusés en bloc d’avoir trahi la patrie. Certaines personnes isolées furent même victimes de discrimination politique et sociale 25. A aucun moment ne fut discuté le fait que ces discriminations reproduisaient, sans le moindre esprit critique, l’image de l’émigré telle que la propagande nazie l’avait diffusée. Dans le contexte de l’époque, les émigrés étaient doublement dérangeants. Ils rappelaient qu’une autre Allemagne avait existé ; leur clandestinité passée nourrissait par ailleurs les soupçons sur leurs velléités subversives. De leur côté, les émigrés furent contraints de lutter pendant trois décennies, des années cinquante aux années quatre-vingt, pour que la société et l’État acceptent de les reconnaître comme des victimes de la dictature nazie.

  • 26  Les exemples les plus célèbres de l’histoire de la République fédérale sont la vie des sociaux-dém (...)
  • 27  On peut citer deux exemples qui mettent parfaitement en lumière le changement dans la manière de p (...)
  • 28  Pour la RDA, c’est d’abord vrai pour l’Institut du Marxisme-Léninisme (IML) fondé en 1947. Cet org (...)
  • 29  Le CDJC, Centre de documentation juive contemporaine, fut fondé dans la clandestinité en 1943. Il (...)

19Il importe, à ce niveau de l’argumentation, de rappeler combien le contexte de la guerre froide 26 influença les débats mémoriels dans les trois pays 27. L’historiographie nous fournit encore un miroir de ces discours sociaux. En France, l’étude de la période d’occupation ne fut pas uniquement laissée à des organisations comme le CDJC 28. On commença à réunir des documents et à rassembler des données sur les années 1940-1944, probablement dans la perspective du tribunal allié institué pour juger les crimes de guerre allemands. Alors même que l’épuration politique et sociale (1944-1946) était encore le sujet principal en France, nombre de comités virent le jour et furent chargés de mener des recherches à la fois sur les résistants et sur les victimes du nazisme, de les interviewer et d’archiver les sources. Cette première tentative d’examen du rôle de Vichy et de la période d’occupation se fit déjà sous le signe des querelles politiques et idéologiques entre communistes et gaullistes. Chacun offrait une approche différente du rôle et de la mémoire de la Résistance. Les acteurs n’ignoraient pas la présence de résistants allemands, mais ils la passaient sous silence. Jusqu’en 1969, il ne fut pas mentionné en France que des étrangers avaient fait partie de la Résistance29. Il fallut attendre la fin des années soixante pour que le mythe de la Résistance franco-française soit contesté, notamment à l’initiative du Parti communiste français.

20Par ailleurs, l’historiographie de la résistance des communistes allemands au sein de l’émigration française dans la zone d’occupation soviétique puis en RDA fut clairement modelée par le SED. Non seulement les dissensions internes au parti furent écartées, mais l’hétérogénéité de la lutte de ces résistants ne fit l’objet d’aucune attention. Aucune analyse ne fut non plus menée sur les formes de cette résistance et sur ses fondements. La thèse selon laquelle la Seconde Guerre mondiale fut une guerre d’extermination menée sur des motifs raciaux éveilla peu d’intérêt en RDA. Ni le nazisme ni la guerre ne furent officiellement conçus ou analysés en termes raciaux. La résistance antifasciste devint la doctrine nationale et fut grossièrement incorporée à l’enseignement du mouvement ouvrier allemand. La mémoire historique en RDA réduisait la guerre à l’affrontement entre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique. Ce schéma manichéen ne tenait pas compte des autres victimes de la dictature nazie, comme les Juifs, les Slaves, les Tsiganes, les homosexuels ou les responsables religieux.

21Le stalinisme et la fin de cette idéologie constituent un autre champ problématique dans le processus d’évaluation de l’historiographie de la RDA. Alors que de nombreux émigrés revenus de leur exil en France furent victimes du stalinisme, ce phénomène ne fut jamais thématisé en RDA.

22En République fédérale, la présentation de la résistance communiste allemande en France ne fut guère plus objective, mais pour d’autres raisons. La présence de juifs parmi les résistants membres du KPD ne fut en particulier jamais mentionnée.

23On peut se demander en conclusion pourquoi le combat des Allemands dans la Résistance française n’est pas tombé définitivement dans l’oubli. Il est probable que les associations européennes d’anciens résistants, à l’instar de la FIR, communiste, ou de la CAIR, socialiste, furent des éléments d’identification et de préservation du souvenir bien plus forts qu’on ne l’a dit jusqu’à présent. Ces organisations sont restées dans l’ombre d’amicales de victimes comme « Les amis de Dachau » ou les « Buchenwalder ». Elles offraient cependant à ces résistants un lieu d’échange respectueux de leur identité et de leur mémoire de combattants du nazisme. On se rencontrait pour discuter de ses expériences et de la période du fascisme français. Ces lieux de socialisation encouragèrent la constitution d’une identité d’exilés, y compris lors de la période stalinienne du SED (fin des années 1950, début des années 1960). Dans les années 1970, les relations personnelles établies avec les organisations d’anciens résistants à l’échelle européenne furent utilisées pour effectuer un réel travail de mémoire, sans prisme idéologique. C’est ainsi que des anciens résistants allemands de l’Institut du Marxisme-Léninisme ont participé à la réalisation des musées de la Résistance en France, comme celui d’Ivry-sur-Seine. En outre, les relations avec les associations de victimes françaises, non directement affiliées au PCF, s’intensifièrent.

  • 30  Il faudrait toutefois s’interroger à cet égard sur le rôle joué par la naturalisation rapide des é (...)
  • 31  C’est pour cette raison que l’exposition permanente sur la résistance allemande, inaugurée en 1994 (...)

24Les motifs de dénigrement de cet héritage de l’histoire de la résistance après 1947 étaient différents dans les deux états allemands. En République fédérale, tout communiste était, par définition, considéré comme un traître à sa patrie 30. En République démocratique allemande, le SED a longtemps considéré que les communistes allemands avaient trahi le stalinisme pendant leur émigration à l’Ouest ainsi que la classe ouvrière allemande par leur décision de partir s’exiler 31. Ces phénomènes n’ont pas encore été suffisamment étudiés par l’historiographie allemande.

  • 32  Bundesarchiv Berlin, BuArch Berlin, Staatsarchiv der Partei- und Massenorgansiationen der DDR, SAP (...)

25Ces cinquante dernières années, la recherche sur la Résistance en France et en Allemagne a beaucoup contribué à la culture mémorielle de la lutte contre le nazisme et le fascisme32. Considérée dans une perspective européenne et contemporaine, elle a donné naissance à de multiples identités qui, soixante ans après la fin de la guerre, demandent à être réexaminées. Le travail de mémoire ne sera bientôt plus dominé par le registre émotif des témoins ; il devrait devenir un élément de l’étude scientifique du fascisme et du nazisme.

Haut de page

Notes

1  Kraus, Marita, Heimkehr in ein fremdes Land. Geschichte der Remigranten nach 1945, Munich, 2001.

2  Rousso, Henry, Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire, Paris 2001. ; Pierre Laborie, Les Français sous Vichy et l´ Occupation, Toulouse, 2003. Jean- Pierre Azéma, François, La France des années noires, Paris 2000 ; Peschanski, Denis, Des étrangers dans la Résistance, Paris, 2002. ; Peschanski, Denis, La France des camps, Paris, 2002 ; Mehringer, Hartmut, Widerstand und Emigration. Das NS- Regime und seine Gegner, Munich, 1997 ; Frankreich und Deutschland im Krieg (November 1942-Herbst 1944) Okkupation, Kollaboration, Résistance, sous la direction de Stefan Martens, Maurice Vaïsse, Bonn, 2000.

3  Selon Mosse, George L., La révolution fasciste, Paris, 1999.

4  Exil et Résistance au national-socialisme 1933-1945, sous la direction de Gilbert Krebs et Gérard Schneilin, Asnières 1998. Des Allemands contre le nazisme. Widerstand et Résistance, Actes d´un colloque à Toulouse, novembre 1997, sous la direction de Danielle Anex-Cabanis, Toulouse. Françoise Knopper, Alain Ruiz, Les Résistants au IIIe Reich en Allemagne et dans l’Exil, Toulouse, 1998 ; Paul Pasteur, Félix Kreissler, Les Autrichiens dans la Résistance, Rouen, 1996 ; Gilbert Badia, Ces Allemands qui ont affronté Hitler, Paris, 2000 ; Laroche, Gaston, On les nommait des étrangers, Paris, 1965 ; Bonte, Florimond, Les antifascistes allemands dans la Résistance Française, Paris, 1969 ; Gilbert Badia, Les barbelés de l’exil. Etudes sur l´émigration allemande et autrichienne, Presses universitaires de Grenoble, 1979.

5  Ainsi, après 1990, la recherche fut marquée en Allemagne par quatre ouvrages principaux : Benz, Wolfgang, Flucht aus Deutschland. Zum Exil im 20. Jahrhundert, Munich, 2001 ; Steinbach, Peter, et Tuchel, Johannes, Widerstand gegen den Nationalsozilismus, Bonn, 1994, pp. 351-394 ; Mehringer, Hartmut, Widerstand und Emigration. Das NS-Regime und seine Gegner, Munich, 1997 ; Schmiechen-Ackermann, Detlef, Anpassung. Verweigerung. Widerstand, Berlin, 1997. En France, quelques synthèses de ces recherches allemandes ont été publiées : Knopper, Françoise et Ruiz, Alain, Les résistants au IIIe Reich en Allemagne et dans l’exil, Toulouse, 1998 et Des Allemands contre le nazisme. Oppositions et résistances, 1933-1945, Actes du colloque, Paris, 1997. Après 1990, la structure de la résistance communiste allemande en France reste mal connue. La résistance intellectuelle, celle de la gauche socialiste ou social-démocrate ou bien encore la résistance militaire ont en revanche été bien analysée.

6  La légion d’honneur fut toutefois remise à Gerhard Leo le 14 juillet 2004.

7  La question du rapatriement des réfugiés allemands après 1945 fait aussi partie de ce mouvement de rejet. Le résistant socialiste Daniel Mayer a beaucoup travaillé sur cette question. Archives du Centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle, IEP ; fonds Daniel Mayer.

8  Lindeperg, Sylvie, Les écrans de l´ombre, Paris, 2001.

9  Bonte, Florimond, Les antifascistes allemands dans la Résistance française, Paris, 1969. Im Kampf bewährt, hrsg. Heinz Voßke, Berlin (Ost), 1969.

10  Fondation nationale des sciences politiques, archives du Centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle, IEP, fonds Charles Tillon et BuArch, SAPMO, Sgy 30/1400/17.

11  Jusque dans les années 1980, certains groupes européens actifs ont procédé à une étude de la résistance comme par exemple la Fédération internationale de la résistance (FIR) qui a son siège à Vienne (archives du Centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle, IEP ; fonds Charles Tillon). Bien qu’elle ait fourni un excellent travail sur la culture mémorielle de la résistance antifasciste européenne, la Fédération n’a pas su s’extraire des tensions de la Guerre froide.

Au début des années cinquante, les socialistes belges et français fondèrent le « Comité d’action interallié de la Résistance », CAIR, à Bruxelles, qui vit le jour presque au même moment que la Communauté économique européenne. Il s’agissait d’une fédération socialiste d’anciens résistants qui souhaitaient se démarquer de l’association communiste en France et en Belgique. Quelques années plus tard, l’« Union internationale de la résistance et de la déportation » fut fondée à Bruxelles et rejoignit le CAIR. Archives du Centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle, IEP ; fonds Daniel Mayer.

12  Le chiffre cité par le KPD en France est de 2500 personnes et a été fourni à de nombreuses reprises à la direction du KPD à Berlin (été 1945) et du SED (1946-1986) par le directeur du Travail Allemand (TA) et le président de CALPO, Otto Niebergall. Nos recherches dans les archives françaises et allemandes nous conduisent à un chiffre différent, de 1000 personnes au maximum. La différence entre ces chiffres s’explique aisément. Les sources du BuArch sur les communistes (juifs) allemands ne recensent que les noms de personnes qui furent cadres, fonctionnaires ou membres du KPD et qui ont continué à faire partie du KPD après août 1939. Niebergall a certainement aussi compté leurs épouses et enfants, dont les noms n’ont pas été retenus dans les sources officielles. Une autre explication renvoie à l’entrée au CALPO, le Comité Allemagne libre pour l’Ouest, d’anciens prisonniers ainsi que d’émigrés allemands qui étaient politiquement proches du « Zentrum » ou de la social-démocratie. Niebergall les a peut-être comptabilisés.

Une autre base de calcul est le décompte réalisé par la Commission Nansen en 1939, qui se trouve dans les archives du Centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle, IEP ; fonds Daniel Mayer. Et : Archiv der sozialen Demokratie, FES Bonn et BuArch, SAPMO, RY 5 et RY 61. Karlheinz Pech, An der Seite der Résistance, Berlin (Ost) 1974 ; Heinz Voßke, Im Kampf bewährt. Erinnerungen deutscher Genossen an den Widerstand 1933-1945, Berlin (Ost), 1969 et Résistance. Erinnerungen deutscher Antifaschisten, Berlin (Ost) 1985.

Sur la CALPO, voir Beatrix Herlemann, Die Emigration als Kampfposten, Königstein im Taunus 1982, Jörg Morré, Hinter den Kulissen des Nationalkomitees, Munich, 2001 et Bodo Scheurig, Verräter oder Patrioten, Berlin, Francfort/Main 1993.

13  Trois semaines avant la rencontre de Pétain et Hitler à Montoire, le gouvernement français à Vichy, choisissant la docilité, lançait la guerre civile : les communistes et les juifs devenaient les ennemis de l’État français (la France de Vichy) fondé par Pétain et de sa Révolution nationale. La persécution étatique, non coordonnée à ses débuts, donna lieu à des premiers convois de déportation vers l’Est fin 1941. Quelques mois plus tard, la police française, la Sipo/SD et la Wehrmacht menèrent leurs premières actions militaires communes contre lesdites bandes terroristes. Les relations entre les nouvelles et anciennes élites à Vichy et les raisons de leur rejet de la Troisième République constituèrent longtemps le principal objet du débat en France. Beaucoup d’hommes politiques de la France de Vichy pensaient qu’il fallait réviser les acquis idéologiques de la Révolution française et de la Troisième République (1875-1940). De plus, la France connaissait depuis le milieu des années trente une crise politique et sociale. Les uns voyaient dans la crise la fin du capitalisme et de la liberté d’entreprendre. Les autres faisaient porter la faute sur l’influence des migrants et en particulier sur les Juifs étrangers. Afin de mieux comprendre le régime de Vichy, on divise cette dictature en deux périodes de durées inégales. La première débute en juin 1940 et s’achève à l’automne 1941. C’est l’époque où l’on tenta d’instaurer un nouvel État français au travers de la Révolution nationale « Travail, Famille, Patrie ». La phase suivante est celle de la Collaboration à proprement parler. Pour plus de détails sur ces questions, cf. Philippe Burrin, Ressentiment et apocalypse, et George L. Mosse, La révolution fasciste. Les deux auteurs soulignent la spécificité du nazisme, qu’ils qualifient de mouvement révolutionnaire et contre-révolutionnaire. Les deux auteurs s’intéressent aussi aux racines culturelles du nazisme en insistant sur son antisémitisme et anticommunisme. Ils envisagent également leur analyse critique comme un appel à mener plus de recherches sur l’histoire des mentalités du nazisme et sur l’environnement politique et social. Burrin et Mosse se demandent comment le nazisme, forme spécifique du fascisme et de l’antisémitisme racial, a pu surgir en Allemagne. Leur analyse apporte une réponse sur la manière dont le nazisme a pu transmettre certaines valeurs à la société allemande des années vingt et trente et comment cette dernière les a admises. Marc Olivier Baruch, Le régime de Vichy, Paris 1996 ; Philippe Burrin, Ressentiment et apocalypse, Paris 2004 ; Eric J. Hobsbawm, L’âge des extrêmes, Paris 1994 ; Ian Kershaw, Qu’est-ce que le nazisme ?, Paris 1997, 2e éd. ; Mark Mazower, Der dunkle Kontinent. Europa im 20. Jahrhundert, Berlin 2000. ; George L. Mosse, La révolution fasciste., Paris 2003. ; Jean-François Muracciole, La France pendant la Seconde Guerre mondiale., Paris 2002. ; Stanley Payne, Geschichte des Faschismus, Berlin 2001 ; Robert O. Paxton, La France de Vichy, Paris 1997.

14  La signature de l’Armistice, le 22 juin 1940, posa la première pierre du comportement immoral de Pétain et du gouvernement français. Ils rompirent sciemment avec les traditions républicaines. L’article 19, al. 1, dicté par les Allemands, obligeait les Français à livrer les opposants allemands puis, les années suivantes, les juifs allemands. La signature de l’Armistice marqua les débuts de la politique de collaboration. Des anciens hommes politiques de la République de Weimar, comme Franz Dahlem, Siegfried Rädel, Rudolf Hilferding ou Breitscheid, furent victimes de cette politique. Des artistes également devaient être livrés ou l’ont été, à l’instar de Rudolf Leonhard, Gustav Regler ou Franz Wolf. Voir : Doris Obschernitzki, Letzte Hoffnung – Ausreise, Teetz 1999 ; Edwin M. Landau et Samuel Schmitt, Lager in Frankreich. Überlebende und ihre Freunde, Mannheim 1991. ; Denis Peschanski, La France des camps. L’internement 1938-1946, Paris 2002 ; Franz Dahlem, Am Vorabend des zweiten Weltkrieges, Berlin (Est) 1977.

15  Après le 3 octobre 1940, les étrangers furent menacés à divers titres. Apatrides, ils pouvaient être arrêtés dans la rue. S’ensuivaient l’internement et la déportation. S’ils tombaient sous le coup du statut des juifs de 1940 et de 1941, ils étaient hors la loi. On leur prit tout d’abord leur travail, puis leurs biens, puis en dernier recours on les déporta. Sur le plan politique, ils étaient contrôlés depuis septembre 1939 alors qu’on se trouvait encore sous le régime de la IIIe République. Certains furent arrêtés et internés.

16  Les lois françaises constituèrent l’épine dorsale du régime français pour les quatre années suivantes et préparèrent le terrain à sa participation aux crimes de la Wehrmacht et de la dictature nazie. Au tournant de 1941/1942, la politique des forces d’occupation se radicalisa, et quelques mois plus tard celle de Vichy suivit le même cours. Le paroxysme de cette politique se situa entre l’été 1941 et le début de 1943, ainsi que durant les mois précédant l’invasion alliée en 1944 en Normandie. Les forces d’occupation pouvaient se reposer sur la certitude de bénéficier du soutien de Vichy pour appliquer leur politique raciale. Les Allemands qui n’approuvaient pas la politique de collaboration de Vichy ont rencontré des problèmes avec les autorités sur place. Les victimes étaient toujours les mêmes : juifs, internés, communistes et toutes les autres personnes mises au ban de la communauté française.

17  Au CDJC, « Centre de documentation juive contemporaine », plusieurs documents témoignent de ce combat acharné contre les Juifs et les bolcheviques par l’occupant allemand et l’administration française : DXXXIX, LXXV- 233, 271 XIX, XXVI-19, IV- 168. En 1941, une brochure antisémite française intitulée Pourquoi les nationaux ne peuvent souhaiter le succès des Communistes, dessins de Pélan, texte de Mars-Trick, éditeur G. Mazeyrie (Paris), reprenant le combat judéo-bolchevique dans : Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes Berlin (PAA), Kampf gegen den Kommunismus, Pol 3 Nr. 4a 1940, 1944 (Paket 1313).

18  La Résistance, une histoire sociale, sous la direction de Prost, Antoine, Paris, 1997.

19  Brès, Eveline et Yvan, Un maquis d’antifascistes allemands dans la Résistance française, Montpellier, 1987 ; Bessière, André, L’engrenage : « Ils avaient une certaine idée de la France », Paris, 1991 ; Joutard, Ph., Marcot, Fr., « Les étrangers dans la Résistance en France », Exposition du Musée de la Résistance et de la Déportation, novembre 1992- septembre 1993, Besançon, musée de la Résistance et de la déportation, 1992 ; Coll., Des indésirables. Les camps d’internement et de travail dans l’Ardèche et la Drôme durant la Seconde Guerre mondiale, Paris, 1997 ; Krebs, Gilbert et Schneilin, Gérard, Exil et Résistance au national-socialisme 1933-1945, Paris 1998 ; Christian Eggers, Unerwünschte Ausländer, Berlin, 2002 ; Peschanski, Denis, Des étrangers dans la Résistance, Paris, 2002.

20  Il s’agissait des camps de Gurs et Le Vernet pour les communistes masculins et Rieucros pour les femmes de toutes nationalités. Denis Peschanski, La France des camps. L’internement 1938-1946, Paris 2002, et Christian Eggers, Unerwünschte Ausländer, Berlin, 2002.

21  Il fut admis à l’été 1941 qu’il fallait mettre un terme aux dissensions politiques. La pression de l’envie de survivre était plus forte et les désaccords entravaient la lutte collective contre Vichy et l’occupant. Ceci cependant n’empêcha pas le parti communiste de continuer à procéder à des épurations internes en son sein jusqu’à l’été 1944 ; Cf. sur cette question, l’affiche Manouchian et le film de la propagande de la Wehrmacht de 1942 au Bundesfilmarchiv Berlin, ACE « Actulalités Mondiales » Nr. 95 du 1.5.1942 (muet) ; Cf. en outre l’article de Hans-Gunther Voigt, Das Karree der Erschossenen. Ein Prozeß und seine Geschichte. in Film und Fernsehen.

22  Meyer, Ahlrich, Die deutsche Besatzung in Frankreich 1940-1944, Darmstadt, 2000. ; Martens, Stefan et Vaisse, Maurice (dir.), Frankreich und Deutschland im Krieg. Okkupation, Kollaboration, Résistance, Bonn, 2000.

23  Nous faisons allusion aux livres de Hartewig, Karin, Zurückgekehrt. Die Geschichte der jüdischen Kommunisten in der DDR. Cologne, Weimar, Vienne 2000 et Kießling, Wolfgang, Partner im « Narrenparadies », Berlin, 1994. Pour ceux qui sont restés en France p. ex. Siegmund Gingold, Mémoires d’un indésirables. Juif, communiste et résistant, Paris, 2004.

24  Jusqu’en 1946, la France a tenté de ne pas faire de distinction entre les victimes de la domination nazie. On rappelait alors que les résistants et les prisonniers étaient tous des victimes du nazisme.

25  Chaumont, La Concurrence des victimes : génocide, identité, reconnaissance, Paris, 1997 ; Voir aussi la discussion qui eut lieu entre Finkelstein et Novick aux États-Unis sur la question de l’importance des victimes de l’holocauste dans la culture mémorielle. In : Peter Novick, Nach dem Holocaust., Stuttgart, 2002.

26  Les exemples les plus célèbres de l’histoire de la République fédérale sont la vie des sociaux-démocrates Willy Brandt et Herbert Wehner. Dans le domaine culturel, on peut citer la polémique qui a surgi autour de la personne de Gustav Gründgens mis en scène dans le roman de Klaus Mann, Méphisto, ou encore la manière dont Marlene Dietrich a été traitée. Adorno et Horkheimer durent lutter pour se faire accepter après leur retour dans la jeune République fédérale, tout comme les écrivains Thomas et Golo Mann. Le reproche le plus répandu émis envers les émigrés était qu’ils avaient délaissé l’Allemagne déprimée, leur patrie, et avaient vécu tranquillement en exil. Voir : Marita Kraus, Heimkehr in ein fremdes Land. Geschichte der Remigranten nach 1945, Munich 2001.

Pour la RDA, se référer à l’exemple de Paul Merker in Wolfgang Kießling, Partner im « Narrenparadies ». Der Freundeskreis um Noël Field und Paul Merker, Berlin 1994 et à George Hermann Hodos, Schauprozesse. Stalinistische Säuberungen in Osteuropa 1948-1954, Berlin 2001. Pour les sources : BuAch Berlin, SAPMO, Série DY 30, ZPKK.

27  On peut citer deux exemples qui mettent parfaitement en lumière le changement dans la manière de présenter les résistants communistes allemands en France. D’une part, celui du journaliste et député du PCF Florimond Bonte, qui publia en 1969 un article dans L’Humanité sur les antifascistes allemands et rédigea un ouvrage sur le même thème qui joue avec la mémoire communiste. Pendant tout ce temps, le travail de Bonte était soutenu par l’IML qui lui a envoyé des documents qui apportaient uniquement la preuve d’une résistance communiste internationale. De l’autre, l’article de Michel Cullin dans Libération du 17 juillet 2000 intitulé « Résistance : la double mémoire », montre comment les rapports à la résistance et à la mémoire ont changé après 1989. En s’appuyant sur diverses mémoires après 1945, Cullin plaide pour une nouvelle approche de la résistance et de la mémoire. Sur la relation entre IML et Florimond Bonte, cf. BuArch SgY 30/1400/17 et Florimond Bonte, Les antifascistes allemands dans la Résistance française, Paris 1969.

28  Pour la RDA, c’est d’abord vrai pour l’Institut du Marxisme-Léninisme (IML) fondé en 1947. Cet organisme avait été chargé d’étudier le mouvement ouvrier et l’histoire du parti communiste allemand. Au fil des décennies, l’Institut a publié plusieurs ouvrages sur le mouvement ouvrier allemand et sur son rôle dans la lutte des classes. Après la fin de la période stalinienne au SED (1956), l’IML s’est attaché à explorer minutieusement l’exil français. La période passée en exil fut toutefois de nouveau instrumentalisée par le SED. Il fallut attendre 1962 pour que les rapports se transforment en récits d’expériences personnelles. Le « degré de véracité » d’un récit de souvenirs était alors toujours jugé à l’aune de la fidélité stalinienne au communisme. Ces récits ont incarné la doctrine socialiste officielle de la RDA.

29  Le CDJC, Centre de documentation juive contemporaine, fut fondé dans la clandestinité en 1943. Il s’est chargé dans un premier temps de réunir des documents sur les crimes de guerre et la résistance juive en France pendant l’Occupation. Après 1944, le CDJC a constitué ses propres archives, a interviewé les survivants et publié des ouvrages notamment sous l’impulsion de Serge Klarsfeld, Maxime Steinberg et David Diamant. Aujourd’hui, le CDJC fait partie, avec les Archives nationales, des institutions françaises les plus importantes pour l’étude de l’histoire juive de la France sous l’Occupation allemande.

30  Il faudrait toutefois s’interroger à cet égard sur le rôle joué par la naturalisation rapide des étrangers dans leur identification à la société française.

31  C’est pour cette raison que l’exposition permanente sur la résistance allemande, inaugurée en 1994, à la Gedenkstätte deutscher Widerstand de Berlin (Bendlerblock), fut critiquée par les familles des protagonistes du 20 juillet 1944. La querelle s’enflamma au point que certains descendants des officiers du 20 juillet menacèrent de boycotter l’exposition. Ils reprochaient aux communistes allemands de ne pas avoir agi dans un esprit patriotique. Le litige alla si loin que les communistes allemands furent collectivement écartés de l’exposition à cause des épurations staliniennes menées à la fin des années vingt, entre 1935 et 1939 et après 1949. Lorsque le chancelier de l’époque assista à la parade du 14 juillet 1994 aux côtés de François Mitterrand, il refusa de décorer les résistants allemands qui avaient été actifs au sein de la résistance communiste en France.

32  Bundesarchiv Berlin, BuArch Berlin, Staatsarchiv der Partei- und Massenorgansiationen der DDR, SAPMO, sous DY 30/2/4 concernant les protocoles de l’organe central du contrôle du parti unique (SED), ZPKK, entre 1948 et 1956. Sur la période : Wolfgang Kießling, Partner im « Narrenparadies », Berlin 1994. ; Karin Hartewig, Zurückgekehrt. Die Geschichte der jüdischen Kommunisten in der DDR, Köln, Weimar, Wien 2000 ; Sonia Combe, Une société sous surveillance, Paris, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Zumbaum-Tomasi, « L’histoire et la mémoire des Allemands communistes dans la Résistance en France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 100 | 2007, 85-97.

Référence électronique

Guilhem Zumbaum-Tomasi, « L’histoire et la mémoire des Allemands communistes dans la Résistance en France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/668

Haut de page

Auteur

Guilhem Zumbaum-Tomasi

Doctorant, Centre Marc Bloch Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page