Navigation – Plan du site
DOSSIER

Quelle place pour une histoire et une mémoire critique en France et en Allemagne ?

Entretien réalisé par Mathias Delori
Sonia Combe
p. 37-49

Résumé

L’entretien, réalisé le 16 novembre 2005 à la BDIC, apporte un point de vue critique sur les débats mémoriels (historiographiques et sociaux) en France et en Allemagne. Sonia Combe explore tout d’abord la question des rapports entre recherche historique et pouvoir dans les deux pays. La comparaison débouche sur un tableau dégrisant de la recherche française : la législation sur les archives et la centralisation de la recherche influence l’écriture de l’histoire et offre peu d’espace pour une histoire critique. Il suffit pour s’en convaincre de constater l’orientation de la plupart des travaux français sur Vichy ou sur l’Occupation. La deuxième partie de l’entretien élargit la perspective aux débats contemporains sur le passé dans les deux sociétés. Sonia Combe souligne alors que la France n’a pas tiré toutes les leçons de Vichy. De son côté, la République fédérale peine à intégrer les mémoires vives des citoyens de l’ex-RDA.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Allemagne, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Mathias DELORI : La législation qui réglemente l’accès aux archives est un des vecteurs de la mémoire officielle. On dit que la législation allemande est plus libérale. Si c’est le cas, pourquoi ?

2Sonia COMBE : La législation sur les archives est plus libérale en République fédérale qu’en France, mais ce n’est pas bien difficile. Elle n’est pas la seule à être plus libérale que la législation française : si ma mémoire est bonne, le Conseil de l’Europe a classé la législation française sur les archives en dernière position des pays démocratiques. C’est bien de rappeler ces choses de temps en temps. Tous les pouvoirs politiques restreignent l’accès aux archives et essaient de se protéger au maximum du droit de regard des citoyens. Sur ce point, le cas français n’a rien d’extraordinaire. Mais les institutions démocratiques fonctionnent mieux dans certains pays que dans d’autres. En France, on pèche par laxisme et indifférence à l’égard de cette question.

3Avant d’en venir à l’Allemagne, il convient de dire un mot des États-Unis. Car on est bien obligé d’admettre que les États-Unis sont l’endroit où l’accès aux archives est le plus facile. C’est aussi le pays où on a le plus de recours quand on n’a pas accès aux documents.

4Mais revenons au cas allemand et à sa législation démocratique. L’ouverture du système a tout d’abord une origine historique. Les archives du Troisième Reich on été saisies par les Américains qui les ont restituées à l’Allemagne en 1955-1956 après avoir pris la peine de les microfilmer, ce qui est une bonne chose, et en assortissant ce retour d’une clause : les archives devaient être ouvertes pour la recherche.

5La deuxième raison, c’est le fait qu’il y a, dans la législation du Bundesarchiv, une phrase qui pose le principe de la protection de la vie privée mais qui précise simultanément que les actes produits par un agent public dans le cadre de ses fonctions ou sous l’uniforme ne font pas partie de la vie privée. Dans la législation française, cette phrase suffirait pour donner accès à bon nombre d’archives, à commencer par celles des dossiers personnels des fonctionnaires de l’État. La confusion qui est entretenue dans la législation française entre vie privée et vie publique est patente aujourd’hui pour toute personne de bonne volonté. D’ailleurs, je voudrais préciser sur ce point que je n’ai jamais dit, contrairement à ce qu’on a voulu me faire dire, que je voulais faire en sorte qu’on puisse tout révéler sur la vie privée. Chacun a droit à sa vie privée. Personne n’a envie qu’on aille consulter son dossier de sécurité sociale ou ses bulletins scolaires. Mais la confusion créée par la législation française n’est pas un hasard. C’est une confusion que personne n’a eu envie de creuser car elle arrangeait bien tout le monde.

6M. D. : Une de vos thèses est que les restrictions provoquées par la législation française influencent l’écriture de l’histoire…

7S. C. : On le voit bien en France et en Allemagne. La clause introduite par les Américains de l’ouverture des archives allemandes à la recherche a eu un effet immédiat sur l’écriture de l’histoire. Elle a permis à des gens comme Eberhard Jackel puis Robert Paxton d’élaborer la thèse de la collaboration de l’administration française et des institutions françaises avec l’occupant. J’ouvre d’ailleurs une parenthèse. En France, on ne cesse de dire que c’est Robert Paxton qui a ouvert les yeux. Moi-même, je l’ai dit à plusieurs reprises : en réalité, Paxton a prolongé les travaux de Eberhard Jaekel. Jaekel s’était fait connaître en France car il avait été interviewé par Ophüls dans Le chagrin et la pitié. Puis il a été oublié et c’est de Paxton dont on se souvient maintenant. Toujours est-il qu’on comprend le retard de l’historiographie française à cette époque : dès la fin des années 1950, Raul Hilberg travaillait sur ces documents, alors que les historiens français omettaient d’aller les consulter.

8M. D. : Les archives de Vichy étaient donc scellées en France. Mais qu’est-ce qui empêchait les historiens français d’aller travailler sur les archives allemandes ?

  • 1  Wieviorka, Annette, Déportation et génocide : entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1995, 506  (...)

9S. C. : La plupart ne connaissaient pas l’allemand. C’est d’ailleurs encore le cas aujourd’hui : la plupart des personnes qui travaillent sur la Seconde Guerre mondiale ne connaissent pas l’allemand. Il est rare de trouver en France un historien de la Seconde Guerre mondiale qui comprenne l’allemand. C’est un manque de professionnalisme extraordinaire ! On n’imagine pas, aux États-Unis, que quelqu’un qui travaille sur la Seconde Guerre mondiale ne sache pas le français et l’allemand, ou qu’il n’en ait pas, au moins, une compréhension passive. N’importe quel intellectuel européen de l’entre-deux-guerres savait lire dans les langues étrangères. Pour l’écriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en France, c’est encore un réel problème, une source d’erreurs parfois grossières. Prenez, par exemple, le livre d’Annette Wieviorka sur la déportation 1. Dans tout le livre, elle parle du commandant du camp d’Auschwitz en l’appelant Rudolf Hess, alors qu’il s’agit en réalité de Rudolf Höss. Cela introduit une confusion avec Rudolf Hess, le dignitaire nazi dont l’avion est tombé au nord de l’Angleterre, qui a été fait prisonnier, et qui fut détenu à Spandau jusqu’à sa mort, il y a une vingtaine d’années. Cette méconnaissance des noms produit des confusions. J’ai cité cet exemple, mais on pourrait en citer quantité d’autres bien plus graves que celui-ci, finalement bénin.

10M. D. : Votre livre Archives interdites a ouvert la voie à une controverse sur le manque d’ouverture de la législation française en matière d’accès aux archives. Lionel Jospin avait promis une loi sur les archives. Finalement, quelques articles ont simplement été insérés dans une loi sur la société de l’information de 2001. Quel bilan tirez-vous aujourd’hui ?

11S. C. : Ce qui n’a pas changé, c’est qu’on est toujours dans l’attente d’une nouvelle loi. Après mon livre, il y a eu un rapport du Conseil d’État, le « Rapport Braibant ». Il corrobore tout ce que j’ai dit. C’est d’ailleurs assez amusant, car tout le monde se félicite du rapport Braibant, en l’opposant à mon livre, alors qu’il corrobore tout à fait mes thèses. Dans la mesure où l’on est toujours dans l’attente d’une autre loi, je serais tentée de dire que ni mon livre, ni le rapport Braibant n’ont fait avancer les choses. La réalité est un peu plus nuancée. L’administration s’est sentie contrainte de respecter quelques règlements qu’elle ne respectait pas. Il y a eu une prise de conscience de la part des archivistes. Mais cela fonctionne au cas par cas. Les dossiers de la colonisation à Nantes sont, par exemple, plus aisément consultables, mais il existe encore des clauses stupides qui obligent le citoyen ou l’historien à s’engager à la discrétion. J’ai rencontré récemment la fille d’un ancien ministre de Vichy. Elle voulait connaître un peu mieux l’attitude de son père pendant la guerre. Elle a dû s’engager à la discrétion concernant son propre père… Donc globalement, les choses ont évolué favorablement mais il faut rappeler que la loi est toujours la même et qu’il existe encore des refus de dérogation.

12M. D. : Concernant les dérogations, vous expliquez que le problème n’est pas de savoir si les dérogations sont délivrées ou pas.

13S. C. : Oui. Ce système est générateur d’exclusion. À partir du moment où le système des dérogations existe, de nombreuses catégories de citoyens sont objectivement exclues. C’est évident pour les étudiants en maîtrise. Les chercheurs étrangers hésitent aussi à faire des demandes, cela complique la planification de leurs séjours. Et de nombreux citoyens n’osent pas demander des dérogations car ils estiment ne pas avoir les titres requis.

14M. D. : Une de vos thèses est aussi que le système des dérogations freine l’histoire critique. Il contribue à créer une classe « d’historiens autorisés » qui troquent une partie de leur esprit critique contre un accès privilégié aux archives. Existe‑t‑il une spécificité française en la matière ?

15S. C. : Il y a un problème universel, c’est celui de la vulnérabilité de l’intellectuel. Un intellectuel n’aspire qu’à une chose : être reconnu. Cela peut paraître normal. Mais ce qui est moins normal, ce sont les moyens qu’on utilise pour être reconnu. Le commerce des archives est un élément de l’échange entre l’État et lui. L’intellectuel est prêt à passer certains compromis. Il fait notamment sienne l’idée selon laquelle le travail sur archives requiert une certaine compétence ; il accepte l’idée qu’on ne peut pas laisser n’importe quel citoyen travailler sur ces documents. C’est aussi une manière de se rassurer sur son titre, sur ses compétences… Et c’est un moyen pour avoir accès à des sources qui lui permettent, même si rien n’est automatique, de produire une histoire que d’autres ne peuvent pas produire.

16M. D. : Et existe-t-il une spécificité française ?

17S. C. : L’exception française, c’est la centralisation de la recherche. On est beaucoup plus dans la recherche du consensus en France qu’en Allemagne car il n’existe en France que deux instances qui produisent la pensée : le CNRS et l’Université. Ce système produit une centralisation qui pèse, y compris sur les thèses innovantes. Dès que vous allez à l’encontre de la doxa, de la pensée dominante, vous vous exposez à une réaction globale. En Allemagne, il existe au contraire différents pôles. En histoire, vous avez l’Institut für Zeitgeschichte de Munich, le Max Planck Institut, l’Institut für Sozialforschung de Hambourg, Berlin, la Ruhr. Vous avez des grands pôles qui font que si vous êtes mal vu quelque part, parce que vous rompez avec le consensus de l’école de Munich, vous pouvez aller ailleurs, Hambourg peut vous accueillir. Les États-Unis sont encore plus pluralistes. Il existe aux États-Unis un véritable pluralisme des lieux où s’élabore la pensée. En France, nous n’avons pas ça. Il y a certes l’EHESS, qui essaie de faire contrepoids… Mais tout le monde se retrouve globalement dans les mêmes commissions. La centralisation de la recherche en France nuit à la pluralité de la pensée. Si vous avez une pensée hétérodoxe et que vous êtes ostracisé dans un lieu, vous l’êtes dans tous les lieux.

18Et puis, il existe une autre spécificité française, c’est la congrégation des archivistes. Les archivistes ont un esprit de corps. Ils restent entre eux. Ils sont formés pour cela d’ailleurs. Quand il arrive que des archivistes prennent des positions courageuses, comme par exemple les archivistes des Archives départementales de Paris, Brigitte Lainé et Philippe Grand, qui sont intervenus en faveur de Jean-Luc Einaudi contre Maurice Papon, ils sont placardisés. Et la plupart des historiens et des archivistes sont complices. Des historiens ont bien signé la pétition pour la défense de Brigitte Lainé et Philippe Grand, mais en France, on les compte sur les doigts de la main. Il y a eu beaucoup d’historiens étrangers, mais très peu d’historiens français. Cette histoire, c’est la honte de la corporation des historiens français, pour ne pas parler de celle des archivistes.

19M. D. : Encore un mot sur la mémoire officielle en France et plus précisément sur la représentation de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. N’est-on pas dans une situation paradoxale où l’État reste largement figé sur la question de l’accès aux archives alors qu’on assiste à des renversements spectaculaires au niveau des discours et des commémorations ? Je pense en particulier au célèbre discours de Jacques Chirac, président de la République, dans lequel il a reconnu la responsabilité française dans la Collaboration et le génocide des Juifs. Peut-on dire que la mémoire officielle présente deux visages aujourd’hui ?

20S. C. : Chirac a effectivement tiré profit de cette déclaration. Ceci étant, il me semble que ce qu’il conviendrait d’analyser, ce n’est pas le courage ou la lucidité supposée de Chirac. C’est plutôt l’opiniâtreté de Mitterrand à refuser de regarder le passé en face. Comment ce personnage a-t-il pu rester figé aussi longtemps ? Chirac a simplement bénéficié de l’attitude irresponsable et inadmissible de Mitterrand.

21M. D. : L’historiographie de la Seconde Guerre mondiale est le deuxième vecteur de mémoire qui nous intéresse. Quels sont, d’après vous, les épisodes de l’histoire contemporaine franco-allemande dont l’histoire scientifique reste encore à écrire ?

  • 2  Union générale des israélites de France, créée par une loi du gouvernement de Vichy de 1941.

22S. C. : Sur l’historiographie, il y a encore pas mal de pages qu’il faudrait explorer. Par exemple, on attend toujours une histoire de l’UGIF 2. C’est une page d’histoire délicate. Personne ne s’y risque vraiment dans le monde académique.

  • 3  Baruch, Marc-Olivier, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, F (...)

23Sur la question de la collaboration de l’administration française, il existe un livre de référence assez révélateur, l’ouvrage de Marc-Olivier Baruch, Servir L’État français 3. Marc-Olivier Baruch est un historien qui possède tous les titres scolaires, comme dirait Bourdieu : il est normalien, énarque, polytechnicien. Il a écrit un pavé de 800 pages sur la question de la collaboration de l’administration française en dévorant toutes les archives mises à sa disposition. Il a produit ce qu’un serviteur de l’État sait produire : il limite les dégâts. Compte tenu de son parcours, il a observé les choses de l’intérieur. Or, l’historien gagne toujours à avoir une position d’extériorité.

24De même que la Collaboration, l’épisode de l’épuration n’a pas connu un traitement définitif. Sur l’épuration, on ne possède qu’une représentation historique fragmentaire. Au nom du respect de la vie privée, on ne peut accéder aux dossiers personnels qu’après 120 ans. Au nom du respect de la privée car en France – je le rappelle ! – ce que vous faites dans le cadre de vos fonctions relève de la vie privée. Le problème, c’est que sans ces documents, on ne peut pas écrire une histoire globale de l’épuration.

  • 4  Bacque, James, et Ludet, Catherine, Morts pour raisons diverses : enquête sur le traitement des pr (...)

25Il faudrait encore ajouter à cette liste le problème de la mortalité des soldats allemands dans les camps français. C’est un gros problème qui avait été mal traité par un écrivain canadien, James Bacque 4. Le malheureux a dû subir un torrent de critiques. On lui a reproché d’avoir inventé un génocide, sous-entendant qu’il niait le génocide des Juifs ! L’argument était d’une mauvaise foi inouïe. Des sujets mal traités, il y en a tous les jours. Pour l’historien, cela devrait être au contraire une motivation pour la recherche. Ce sujet a ensuite été verrouillé et personne n’ose s’y attaquer. On comprend pourquoi quand on considère la volée de bois vert que Bacque a reçue. Un historien français de renom me parlait récemment de l’historiographie française sur Vichy comme du degré zéro de l’écriture en histoire…

26M. D. : En même temps, ce dernier épisode ne pose-t-il pas la question de fond de l’instrumentalisation de l’histoire ? Car cette question de la mort de dizaines de milliers de prisonniers allemands dans des camps français a tout de même été récupérée en Allemagne par des groupes d’extrême droite qui entendaient nier ou minimiser la responsabilité de l’Allemagne dans les crimes de la Seconde Guerre mondiale. A-t-on raison de vouloir pointer du doigt tous les silences ?

27S. C. : C’est évident ! Cela doit nous encourager à ne pas laisser ces sujets-là aux revanchards. Quand les historiens ne se saisissent pas d’un sujet, ils donnent l’impression de cacher quelque chose. Ils alimentent ainsi tous les propos.

  • 5  Dobry, Michel, Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003, 460 p.

28Cette réflexion vaut aussi pour la mauvaise écriture de l’histoire. On tend, par exemple, aujourd’hui vers une réhabilitation rampante de la société sous Vichy. Pas du gouvernement ou des institutions : sur ce point, on sait heureusement – ou plutôt malheureusement – à quoi s’en tenir. Mais on peut percevoir une volonté de plus en plus fine d’aplanir, de limiter les dégâts. On retombe si vous voulez dans la vieille thèse officielle française professée par René Rémond d’après laquelle la bourgeoisie française n’aurait pas été attirée par le fascisme. Cette thèse est confortable ; elle est malheureusement fausse. Michel Dobry l’a bien montré dans Le mythe de l’allergie française au fascisme 5. C’est un livre remarquable qui démonte la thèse de René Rémond à partir de différents textes. René Rémond a produit une seule thèse dans toute sa carrière, sa thèse universitaire justement, d’après laquelle les Français auraient peut-être beaucoup de défauts, mais en aucun cas celui d’avoir été tentés par le fascisme. Au travers de cette idée, René Rémond ne fait pas œuvre d’historien, mais d’homme politique : il produit du consensus, car c’est une thèse consensuelle, il produit de l’identité. Habermas a bien décrit cet écueil possible de l’historiographie. Du point de vue de la production de l’identité nationale, cette thèse est un chef-d’œuvre, et son auteur un artiste extraordinaire. René Rémond est d’ailleurs à l’Académie française aujourd’hui. Il l’a bien mérité. Plus fondamentalement, on sent au travers de cet exemple la collusion profonde, en France, entre le pouvoir et les intellectuels. La thèse de René Rémond a été reprise partout, sans esprit critique. Elle est aujourd’hui encore professée à Science Po et à l’Université.

29M. D. : Revenons à la question des mémoires enfouies de la réconciliation franco-allemande. Vous n’avez pas cité celle des Allemands antifascistes dans la Résistance française. Pourtant, si l’on excepte l’histoire de la MOI, largement relayée par les historiens ou les cercles communistes, cette histoire reste largement méconnue…

30S. C. : Les Allemands dans la Résistance, une histoire oubliée ? J’avoue que moi, j’en ai toujours entendu parler. Mais je suis imprégnée de littérature allemande ; peut-être avez-vous raison.

31M. D. : Je veux dire que les témoins de cette histoire ont longtemps eu du mal à se faire entendre, que ce soit en France ou en Allemagne.

32S. C. : En Allemagne de l’Ouest, ils n’ont clairement pas eu voix au chapitre. En Allemagne de l’Est, on en a fait des héros. On a fait de l’antifascisme une sorte de religion civile qui a eu pour effet, finalement, d’occulter la mémoire. C’est d’ailleurs ça le drame de l’antifascisme allemand en RDA : dans la mesure où les résistants étaient intronisés par le régime, sanctifiés comme héros, ils n’intéressaient plus personne. C’est dramatique car on en a oublié la force de ce mouvement, l’abnégation de ces hommes et de ces femmes. Leur mémoire fut sacrifiée sur l’autel de l’historiographie des deux États et de leurs politiques officielles. Aujourd’hui, c’est l’oubli total. Pour un peu, ils passeraient encore pour des traîtres.

33M. D. : Voilà pour les Allemands antifascistes d’une manière générale, mais que dire de ceux qui ont lutté contre l’occupant en France ?

34S. C. : En RDA, on préférait ceux qui avaient émigré en URSS. Parmi ceux-ci, beaucoup ont disparu lors des célèbres purges. Mais globalement, on les a célébrés. La méfiance portait sur l’émigration occidentale. Ceux qui avaient émigré au Mexique, en Angleterre ou en France étaient effectivement suspectés, au début des années 1950 en tout cas. Par la suite, la suspicion s’est quelque peu détendue.

35Ce qui est intéressant du point de vue sociologique, c’est que les émigrés revenus en RDA se sont regroupés en fonction des pays où ils avaient vécu : émigration américaine, émigration mexicaine, anglaise, etc. Ils ont formé des réseaux amicaux mais ils n’ont jamais pu faire émerger une mémoire : dans la mesure où leur histoire était dévoyée par la politique officielle, ils étaient inaudibles.

36M. D. : Que dire du retour des émigrés en RFA ?

37S. C. : En RFA, cela a été encore pire. Rappelez-vous le traitement qu’a subi Willy Brandt. Il s’est fait traiter de bâtard, puis de traître. Mais il y a d’autres exemples. Pensons aux déserteurs de la Wehrmacht et au tollé déclenché par les anciens combattants lorsqu’il fut question de leur ériger une statue. Il y a des quantités de témoignages tout à fait probants là-dessus. Dans ce contexte, on comprend que certains aient préféré aller en l’Allemagne de l’Est, une Allemagne antipathique mais où, au moins, ils n’avaient pas honte d’avoir été des résistants. Ce contexte explique de nombreux retours en Allemagne orientale. Je le dis ici de manière un peu schématique, mais cette logique explique de nombreux retours vers l’Allemagne de l’Est.

38M. D. : La RDA a-t-elle mené une politique d’accueil aussi chaleureuse à l’égard des Juifs allemands de retour au pays ?

  • 6  Globke, Hans, (1898-1973) est une figure controversée de l’Allemagne adenauerienne. Il faisait par (...)

39S. C. : L’Union soviétique a mené une politique très habile dans sa zone d’occupation. L’URSS a confié l’administration de la zone à des officiers juifs. C’était très intelligent, car ainsi ils ne pouvaient pas être accusés de complaisance à l’égard de cette Allemagne qui se relevait de ses ruines. Les officiers soviétiques juifs venaient souvent de familles cultivées. Ils ont par conséquent mené une politique culturelle remarquable. La première pièce qu’a donnée le Deutsches Theater, en 1946, c’était Nathan le Sage de Gotthold Ephraïm Lessing. Ce n’est pas rien d’avoir joué Nathan le Sage en Allemagne au lendemain de la guerre. Il est certain que ce type d’initiative ne pouvait qu’encourager les intellectuels juifs proches du communisme à venir s’installer en RDA. Il est vrai qu’ils se sentaient pour la plupart davantage communistes que juifs. Par exemple, je ne sais pas si Ernst Bloch se sentait juif à l’époque. L’idéologie marxiste gommait les différences : l’identité juive était dissoute dans l’identité communiste. Mais enfin, ayant été persécutés pendant des années auparavant, ils avaient développé cette identité. Au-delà de cette politique culturelle, il est certain que ces intellectuels juifs se sentaient plus à l’aise dans cette Allemagne de l’Est car, au moins, on ne leur reprochait pas d’être juifs. Il ne faut pas oublier en effet que de l’autre côté, il y avait de véritables salauds au gouvernement. Il y avait des gens responsables des lois raciales, comme Globke6par exemple. Ces gens étaient dans le gouvernement d’Adenauer. La RDA a fait ses choux gras de la présence d’anciens nazis dans le gouvernement d’Adenauer, mais à juste titre ! C’était de bonne guerre de la part de la RDA : dans le gouvernement est-allemand, il n’y avait pas d’anciens nazis. On peut reprocher ce qu’on veut à Ulbricht et à ses sbires, qui n’étaient pas des gens sympathiques, mais ils ne portaient pas la tache du nazisme, l’affaire la plus ignoble de la Seconde Guerre mondiale. Alors oui, cela a dû favoriser l’intégration d’intellectuels juifs. Mais pour un temps seulement car, ensuite, il y a une vague d’antisémitisme en RDA et dans tout le bloc de l’Est. Il n’y a pas eu de procès en RDA mais une émigration juive assez importante : tous ceux qui étaient revenus à Berlin-Est sont partis ; ils ont émigré de nouveau.

40M. D. : Encore un mot sur l’historiographie de l’antifascisme en Allemagne. On connaît bien l’histoire des intellectuels, des Thomas Mann, des Herbert Marcuse. Mais ne néglige-t-on pas les autres, ceux que Bourdieu appelait les dominés, ceux qui ont pris les armes ou bien ceux qui ont fait acte de résistance au quotidien ?

41S. C. : Oui, sans doute. Vous avez raison. Sur la question de la résistance en actes, il existe tout un courant aujourd’hui en Allemagne qui distingue Widerstand et Resistenz. Le premier terme renvoie à la résistance à proprement parler, la résistance en actes, les armes à la main. Le second désigne tous ces petits gestes de la vie quotidienne qui témoignent d’un refus du régime… C’est un débat intéressant qui ouvre une perspective micro historienne stimulante.

42Ceci étant, on risque aussi de tomber dans l’écueil classique qui consiste à donner trop de valeur au phénomène social qu’on étudie. Autrement dit, il ne faudrait pas que la reconnaissance de l’existence de cette Resistenz réelle masque une autre réalité, celle de l’adhésion massive au système. L’histoire est une pratique discursive qui comporte une part d’idéologie, celle de l’historien. L’auteur d’un livre d’histoire, c’est l’historien. Ce ne sont pas les acteurs de l’histoire. Donc on risque toujours d’aboutir à un renversement de tendance. La Resistenz a probablement existé, mais elle ne doit pas occulter l’adhésion massive au système. C’est également valable en France. La Resistenz a existé mais il ne faut pas oublier que la résistance a été ultra minoritaire jusqu’à Stalingrad, et même au-delà.

43M. D. : Comment la division de l’Allemagne pèse-t-elle sur les débats mémoriels en Allemagne aujourd’hui ? On parle souvent de la crise économique dans les nouveaux Länder. L’autre défi de l’unification, c’est peut-être l’héritage immatériel de la RDA, l’intégration de ses mémoires et de ses identités dans un nouveau récit national. Cette entreprise vous semble-t-elle bien engagée ?

44S. C. : La RDA est aujourd’hui complètement délégitimée. Le problème en Allemagne, c’est cette tentative d’essayer de mettre un signe d’égalité entre les crimes nazis et les crimes communistes. C’est notamment le projet de certains à l’Institut zur Zeitgeschichte de Munich ou encore de Nolte. L’objectif derrière, c’est de produire une nouvelle fois de l’identité nationale. Il y a donc une tentative de délégitimation de la RDA, un refus de réfléchir au pourquoi de la division de l’Allemagne. Car avant de délégitimer un régime, il conviendrait peut-être de s’interroger sur les raisons de sa création. On nous dit que c’est l’Union Soviétique qui a voulu la division de l’Allemagne… Je veux bien qu’on accable l’Union soviétique de tous les maux, et Staline en particulier ; cela ne me dérange absolument pas. Mais la vérité, c’est que la division a été voulue par les grandes puissances ; cela a été voulu par les Occidentaux.

45Les mensonges qui entourent l’épisode de la partition de l’Allemagne sont un symptôme de cette délégitimation : la recherche ouest-allemande s’est employée à faire oublier la recherche est-allemande. Il y a eu une prétention de supériorité des travaux de la recherche ouest-allemande sur la recherche est-allemande. Cette prétention était justifiée dans certains domaines. Je pense, par exemple, à la sociologie : en RDA, on ne pouvait pas travailler avec des méthodes d’enquête traditionnelles. Par conséquent, les travaux de sociologie en RDA ne sont pas intéressants, sauf peut-être pour l’historien qui peut ainsi comprendre un grand nombre de choses. La sociologie était donc bien une discipline sacrifiée. L’histoire était très orientée ; la philosophie quasiment inexistante. C’est vrai. Mais de là à délégitimer tout le monde scientifique de l’Est, c’est absurde. Dans les sciences exactes, en mathématiques par exemple, Moscou fut un pôle essentiel. Aujourd’hui, Moscou, c’est la province. Donc il y a une tendance regrettable à la délégitimation de tout ce que ces pays ont produit.

46M. D. : Cette délégitimation de la mémoire de la RDA n’est-elle pas aujourd’hui contestée par la société civile ? Le succès du film Good bye Lenin a ouvert un débat sur ce qu’on appelle l’Ostalgie, cette sorte de nostalgie des Allemands de l’Est pour la RDA. S’agit-il d’un épiphénomène exagéré par les médias ? Ou doit-on admettre qu’une partie de la population conteste la délégitimation que vous décrivez ?

47S. C. : L’Ostalgie, c’est la nostalgie de la Geborgenheit (sécurité). C’est lié au chômage, à l’insécurité économique dans les nouveaux Länder. Cette Ostalgie, ce n’est pas une nostalgie de l’ancien régime. C’est la nostalgie d’une certaine sécurité sociale. Il y a certainement, dans l’Ostalgie, des points de cristallisation de l’identité est-allemande, mais c’est surtout par opposition à ce qui se passe aujourd’hui.

48M. D. : Après la guerre, la RFA fut contrainte de reconnaître la responsabilité politique de l’Allemagne dans le génocide des Juifs. De son côté, la France s’est plutôt accrochée au mythe d’après lequel tous les Français auraient été des résistants. La montée en puissance de la Shoah dans les représentations collectives est certainement une des évolutions mémorielles les plus significatives des dernières décennies. Ce phénomène contribue-t-il à rapprocher les représentations collectives de chaque côté du Rhin ?

49S. C. : On assiste à l’intégration de la mémoire du génocide des Juifs dans la conscience historique occidentale. C’est un phénomène général qui touche à la fois la France et l’Allemagne. Le génocide des Juifs a intégré la conscience occidentale. De ce côté-là, il n’y a pas effectivement de grande différence entre la France et l’Allemagne si ce n’est qu’en Allemagne, cela a un pouvoir évocateur plus important. Le problème posé par cette évolution, c’est qu’on est en train de faire de la Shoah une religion civile, qui risque d’avoir les mêmes effets néfastes que l’antifascisme en Allemagne de l’Est.

50M. D. : Vous voulez dire que la mémoire de la Shoah écrase les autres mémoires ?

51S. C. : C’est difficile de dire que la mémoire de la Shoah « écrase » les autres. Le génocide des Juifs est le trait saillant de la Seconde Guerre mondiale. Avec le génocide des Juifs, on est entré dans une nouvelle ère : l’extermination d’un peuple fait partie de l’univers des possibles pour l’action humaine. Je ne dirais pas que le mémoire de la Shoah écrase les autres mémoires. D’autant que cette mémoire n’empêche pas de travailler sur d’autres points. Le problème, c’est la sacralisation de la Shoah, le fait qu’on en fasse une religion civile avec ses rituels, ses liturgies. C’est ça qui est inquiétant.

52M. D. : Vous voulez dire que cette mémoire est instrumentalisée ?

53S. C. : C’est évident. On l’instrumentalise comme on veut. Mais moi, ce qui m’inquiète, c’est le fait qu’on en fasse une religion. C’est un « mauvais usage » de la mémoire de la Shoah car on risque alors effectivement d’en faire un instrument de légitimation de l’actuel ordre du monde. La religion de la Shoah, elle est utilisée en Israël. Vous connaissez la rhétorique du gouvernement israélien : « au nom de la Shoah, nous ne nous laisserons pas… ». C’est un mauvais usage de la mémoire de la Shoah, de même que de l’autre côté, les partisans des Palestiniens font un mauvais usage de cette mémoire quand ils parlent de mercantilisation d’Auschwitz. Mais pour finir sur le rapport des mémoires, sur cet aspect-là aussi, il n’y a pas de grande différence en France et en Allemagne aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1  Wieviorka, Annette, Déportation et génocide : entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1995, 506 p.

2  Union générale des israélites de France, créée par une loi du gouvernement de Vichy de 1941.

3  Baruch, Marc-Olivier, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p.

4  Bacque, James, et Ludet, Catherine, Morts pour raisons diverses : enquête sur le traitement des prisonniers de guerre allemands dans les camps américains et français à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Sand, 1989, 323 p.

5  Dobry, Michel, Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003, 460 p.

6  Globke, Hans, (1898-1973) est une figure controversée de l’Allemagne adenauerienne. Il faisait partie de la garde rapprochée du chancelier, qui le nomma Secrétaire d’État. En 1963, la Haute Cour de Justice de la RDA le condamna par contumace, lui reprochant son passé au service du régime nazi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Combe, « Quelle place pour une histoire et une mémoire critique en France et en Allemagne ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 100 | 2007, 37-49.

Référence électronique

Sonia Combe, « Quelle place pour une histoire et une mémoire critique en France et en Allemagne ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/654

Haut de page

Auteur

Sonia Combe

Historienne, responsable du département des archives de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page