Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

À propos de la mallette pédagogique de la Ligue des Droits de l’Homme

Entretien réalisé par Pascal Guillot
Marie-Christine Vergiat
p. 103-107

Résumé

En 2006, la LDH de Seine-Saint-Denis a mis à disposition des enseignants une mallette pédagogique accompagnant l’exposition de photographies du centenaire de la Ligue, ceci en partenariat avec l’Inspection académique et le Conseil général du département. Cet outil comporte une douzaine de fiches de quatre pages. Deux de celles-ci, destinées aux élèves, comportent la photographie d’un grand artiste (Depardon, Ronis…) et des textes de référence illustrant un droit ainsi qu’un questionnaire. Les pages internes aident l’enseignant à utiliser l’outil et ouvrent d’autres pistes (analyse de l’image, commentaires de la Ligue, bibliographie…).

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Nous nous sommes entretenus avec Marie-Christine Vergiat, présidente de la LDH de Seine-Saint-Denis, à propos de cette initiative stimulante et originale.

2Pascal Guillot (P. G.) : Initialement, la mallette est née d’une demande formulée par les collégiens consultés par le département « pour que les adultes nous aident à débattre sur les discriminations sociales, raciales et sexuelles ». Dans quelle mesure la mallette répond-elle à leurs attentes ?

3Marie-Christine Vergiat (M.-C. V.) : En fait, cette mallette est un projet de la Ligue. Elle est née de l’expérience et d’interventions de militants de la LDH dans les établissements scolaires de Seine-Saint-Denis1. Nous nous sommes aperçus que, autant certaines thématiques étaient faciles à appréhender, à faire connaître, autant d’autres étaient plus compliquées. Surtout, il était difficile pour des enseignants de parler d’un principe qui nous est cher, celui de l’universalité des droits, c’est-à-dire de la nécessité de se battre en même temps pour les droits civils et politiques et pour les droits économiques et sociaux, pour les libertés individuelles et les libertés collectives […]. On s’est dit que, comme on circulait avec une exposition, pour faciliter l’intervention des membres de la LDH, il était utile de créer un outil qui permette de mieux travailler la déclinaison que propose cette exposition autour d’un certain nombre de droits. Quand j’ai rencontré le président du conseil général, Hervé Bramy, pour lui parler du projet, il a donné son accord tout de suite, considérant que cela correspondait aux préoccupations des collégiens qu’il rencontrait, qu’il y avait une vraie demande en la matière.

4P. G. : En quoi le choix de défendre les droits-créances au même titre que les libertés civiles et politiques correspond-il à l’histoire et aux principes de la Ligue ?

5M.-C. V. : La LDH a été créée au moment de l’Affaire Dreyfus, plus précisément lors du procès de Zola. Les intellectuels – concept qui émerge alors – y ont vu un combat contre l’antisémitisme, contre la raison d’état et pour la justice. Très vite, il est apparu à nos premiers fondateurs qu’il ne pouvait pas y avoir de justice sans combat pour la justice sociale. La Ligue s’est très vite engagée pour le combat revendiqué alors par le mouvement ouvrier pour les droits économiques et sociaux, le droit de grève, la liberté syndicale aux côtés des syndicalistes qui étaient souvent victimes de répression, y compris pénale.

6P. G. : Comment êtes-vous parvenus à un appui de l’Inspection académique dans un projet à caractère si militant ? Y-a-t-il eu des tensions ou des concessions ?

7M.-C. V. : La LDH est agréée par l’éducation nationale pour intervenir dans les établissements scolaires. Nous sommes reconnus et nous n’avons jamais eu de problème, quelles que soient les alternances politiques. Certes, nous sommes engagés, mais nous sommes aussi connus pour notre indépendance. Du côté de l’Inspection académique, je dois reconnaître que nous avons rencontré un réel engouement de l’Inspecteur, Monsieur Delaubier, précisément car c’était un projet très respectueux des choix des enseignants et de la liberté pédagogique. Plutôt que d’un projet clé en main, nous avons eu la volonté de donner un outil et de laisser les enseignants travailler autant que possible comme ils le souhaitaient. Il s’agit d’un accompagnement pédagogique pour présenter une exposition.

8P. G. : Pourquoi avoir choisi la photographie plutôt qu’une autre forme d’expression ? La photographie permet-elle d’ « accrocher » davantage les jeunes, d’être plus percutant ? Avez-vous eu la volonté de faire un bel objet ?

9M.-C. V. : La LDH a l’habitude de travailler avec les artistes : comédiens, réalisateurs, dessinateurs… Il se trouve que cette exposition photographique a été réalisée pour le centenaire de la LDH. De grands photographes nous ont donné leurs droits sur un certain nombre de photographies pour illustrer des thématiques. Nous disposions de cet outil, expérimenté en Seine-Saint-Denis. D’abord, ce sont des photographies très bien choisies, qui interpellent. Elles constituent un outil très facile pour libérer la parole. Il suffit de donner deux ou trois clés aux élèves, et la parole se libère. De plus, ce sont des photographies prises en situation réelle, qui permettent de dire que cela existe, de dire aussi que les droits de l’homme ont pris des formes différentes dans le temps, comment ils sont encore bafoués, comment ils évoluent d’un pays à un autre. On joue sur la photographie hier et aujourd’hui ; bref, c’est un outil qui convient parfaitement.

10P. G. : Comment mettre en relation le verbe introductif de la fiche (« Choisir », « Avoir le temps », « Jouer »…) avec les droits évoqués, à travers les textes fondamentaux et les photographies ? Ne manque-t-il pas aussi une petite notice biographique de chaque photographe ?

11M.-C. V. : On a essayé de faire des notices pour la plupart des photographes, à quelques exceptions près. Le parti pris consistait à présenter des photographies qui ouvraient sur plusieurs droits. On a choisi un certain nombre de thématiques – qui nous paraissent importantes – en donnant à chaque fois des pistes pour travailler sur d’autres outils ou sur d’autres ouvertures.

12P. G. : On note quelques lacunes, notamment le droit à l’éducation…

13M.-C. V. : Il s’agit d’un outil pour les enseignants. Ces derniers ont posé la question. C’est un parti pris : nous avons estimé que les enseignants n’avaient pas besoin de nous pour évoquer ce droit. On aurait été malvenus. Cependant, on nous a fait ce reproche… Il y avait des choix à faire.

14P. G. : Vous avez eu le souci des textes fondateurs mais, parfois, ces textes se réduisent à des prises de position de la LDH, par exemple sur les lois relatives à l’immigration comme « arsenal restrictif et répressif ». Ou encore, certains droits sont accompagnés de phrases vagues ou floues et non pas de documents de référence, sans indiquer la source de ces phrases (par exemple sur la distinction discrimination/distinction dans la fiche « Jouer »).

15M.-C. V. : Nous avons fait le pari de construire des fiches de quatre pages : à l’extérieur, des textes de référence ; à l’intérieur, un outil pédagogique destiné aux enseignants, qui constitue un commentaire, une analyse de la Ligue. Certes, nous nous sommes battus contre la loi CESEDA, mais nous avons fait le choix de ne pas faire de commentaire uniquement sur cette loi, d’autant que certains enseignants peuvent être d’accord avec celle-ci. Nous sommes dans un cadre institutionnel, nous devons avoir un minimum de réserve et ne pas concevoir un outil exclusivement militant. En revanche, nous devons affirmer nos prises de position (« arsenal répressif »), même si l’enseignant peut utiliser d’autres arguments. Nous reconnaissons quelques « loupés », malgré notre souci de coordination et d’harmonisation. Ainsi, sur le droit à la santé, nous aurions pu introduire un article de loi sur la CMU ou une citation de Pierre Laroque, le créateur de la Sécurité sociale. Notre volonté a avant tout consisté à mélanger les approches. Des professeurs de matières différentes peuvent ainsi se saisir de l’outil.

16P. G. : Cette expérience de la Seine-Saint-Denis peut-elle être étendue à l’ensemble du territoire, voire généralisée ?

17M.-C. V. : Lors de notre dernier congrès, nous avons appris que des collectivités locales avaient donné leur accord : Val-de-Marne, Midi-Pyrénées, PACA. Nous avons demandé en vain au ministère de l’éducation nationale s’il pouvait généraliser l’initiative. Nous devons partir de l’expérience originale de la Seine-Saint-Denis, ce qui valorisera d’autant plus ce département…

Haut de page

Notes

1  Contact de la Ligue des Droits de l’Homme de Seine-Saint-Denis : Bourse du travail, 11, rue Génin, 93210 Saint-Denis, courriel : ldh93@club-internet.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Vergiat, « À propos de la mallette pédagogique de la Ligue des Droits de l’Homme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 101 | 2007, 103-107.

Référence électronique

Marie-Christine Vergiat, « À propos de la mallette pédagogique de la Ligue des Droits de l’Homme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/641

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Vergiat

Présidente de la LDH de Seine-Saint-Denis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page