Navigation – Plan du site
DOSSIER

Retour(s) sur le Front populaire

Vincent Chambarlhac
p. 7-9

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1   Sur ce point, cf.. Vincent Chambarlhac, Le Front populaire, remarques bibliographiques autour d’u (...)
  • 2   Daniel Grason, René Mouriaux, Patrick Pochet, Eclats du Front populaire, Paris, Syllepse, 2006. X (...)

1À l’occasion du 70e anniversaire du Front populaire, publications et colloques insistent sur son caractère fondateur, son inscription culturelle, politique et sociale, les mémoires qui s’ensuivent. La commémoration du Front populaire souligne la situation faite aujourd'hui à l’histoire du mouvement ouvrier. S’il fut partie prenante d’un courant marquant de l’historiographie du XXème siècle, l’objet « Front populaire » s’estompe, ou tout du moins se pare uniquement de problématiques nouvelles dans l'étroit champ d'une histoire ouvrière qui perd sa centralité... Bien qu’il soit salué dans la presse comme un temps où « s’invente une mémoire », le Front populaire peine à retrouver ses historiens. Cet anniversaire fut pourtant l’occasion, plus qu’en 19961, d’une ré-interrogation du Front populaire. Saluant son actualité, René Mouriaux coordonne une réflexion sur les « éclats » du Front Populaire, pointant ses contradictions internes. Les études réunies à partir du colloque de Juin 2006 tenu à Dijon sur ce même sujet abordent « les expériences, les territoires et les mémoires du Front Populaire. »2 Plus classiquement inscrit dans l’histoire politique, le colloque Front populaire, choc et contre-choc, organisé à Paris I en décembre 2006, renouvelle l’approche en jaugeant également les adversaires du Front populaire. Le Front populaire n'apparaît plus alors endogène à une histoire des gauches. Sa lecture désenclavée restitue plus de profondeur au jeu des acteurs, des forces politiques. La recherche sur le Front populaire s’enrichit donc d’approches nouvelles, où l’histoire sociale et politique voisine souvent avec une histoire culturelle au champ plus large que la seule histoire des intellectuels. Épisode fondateur, le Front populaire ouvre ainsi sur le second XXème siècle. Son expérience semblerait encore séminale.

  • 3   Pour une synthèse : Serge Wolikow, Le Front populaire en France, Bruxelles, Complexe, 1996.

2Ramassons les termes de cette quête de sens. Moment d’intenses mobilisations politiques, le Front populaire est également époque d’innovation sociale, de tentatives économiques. Il vaut pour ce qu’il représente pour le mouvement ouvrier : grèves massives, occupation du pouvoir et majorité parlementaire scandent la période. Ces items démontrent la capacité d’initiative des partis, des associations, des syndicats qui se revendiquent de la classe ouvrière, de son histoire. Ce foisonnement a des causes, finalement bien connues : mobilisation du 12 février 1934, signature du pacte d’Unité d’action entre socialistes et communistes en juillet 1934, appel de Maurice Thorez à l’élargissement aux radicaux, manifestation du 14 juillet 19353. Antifascisme et sursaut républicain se mêlent, quoique le premier terme fût historiographiquement malmené ces dix dernières années, à la faveur notamment des débats sur le fait communiste. Reste que la question des origines du Front populaire est peu, sinon encore rarement posée. Seuil, le Front populaire est pour les articles réunis dans ce dossier autant une expérience fondatrice qu’une clôture de processus (politiques, culturels, sociaux) entamés auparavant, en deçà souvent de la Grande Guerre. Les articles qui suivent s’inscrivent tous dans ce jugement. Face au renouveau des recherches en cours, ils proposent des pistes, nées de regards croisés sur cet objet qu’est le Front populaire.

  • 4   Ainsi, Thierry Hohl poursuit une réflexion entamée dans « Du réformisme aux blumistes : socialist (...)
  • 5   Morgan Poggioli, La CGT du Front populaire à l’État français. De la réunification à la scission, (...)
  • 6   Jean-Pierre Rioux, Révolutionnaires du Front populaire, Paris, UGE, 1974.
  • 7   Vincent Chambarlhac, « Georges Lefranc ou la construction d'une position historiographique », Rec (...)
  • 8   Stéphane Sirot, Maurice Thorez, Paris, Presses de la FNSP, 1997.

3Ce dossier n’entend pas proposer une lecture du Front populaire, il se conjugue aux travaux précédemment cités, précisant parfois des analyses déjà esquissées lors des colloques4. Ce qui lie ces interrogations tient d’abord à l’intuition que ce chantier historiographique n’a pas épuisé -et de loin- ses ressources. S’appuyant sur un travail de doctorat conséquent5, Morgan Poggioli tient le planisme dans la CGT comme l’une des origines de la refonte syndicale au temps du Front populaire. La démonstration s’adosse à un large massif archivistique, peu défriché encore. Thierry Hohl pratique autrement, questionnant le réformisme des socialistes sur une séquence temporelle élargie. Le Front populaire serait là sans doute autant une aurore qu’un aboutissement. S'aborde ainsi une histoire du réformisme français qui vaut contrepoint des lectures des décennies précédentes, souvent marquées par les réflexions sur les révolutionnaires du Front populaire6, sinon construite dans le champ du socialisme français par les réflexions rétrospectives d'un acteur et d'un vaincu, Georges Lefranc7. Olivier Jacquet rompt avec cette ré-interrogation d'objets déjà identifiés dans l'historiographie du Front populaire. Inspirée de la micro-histoire, son analyse traque dans la viticulture bourguignonne l'ancrage rural d'une république sociale. Il pointe alors moins un Front populaire aux champs qu'un socialisme notabiliaire, qu'épaulent les radicaux. Ici, le Front populaire entérine des équilibres fraîchement construits par le syndicalisme viticole, dont la résonance construit l'enracinement des socialistes. Cas-limite, cet exemple vaut pour ce qu'il dit en creux du mythe du Front populaire, épisode davantage urbain, épisode fondateur. C'est au coeur de ce mythe qu'il faut plonger pour scruter les processus d'héroïsation des personnels politiques du Front populaire, soit Maurice Thorez8, mais aussi Léon Blum. Une autre lecture s'ébauche alors, où le Front populaire paraît, plus qu'un épisode fondateur, une période de reclassement des traditions ouvrières comme du rôle de l'intellectuel en politique.

  • 9   Antoine Prost, Autour du Front populaire. Aspects du mouvement social, Paris, Seuil, 2006.

4Empruntant le titre d'Antoine Prost, c'est « autour du Front populaire »9 qu'il faut lire ces articles. Tous, à leur manière, cherchent à enraciner le Front populaire en un siècle dont il apparaît un moment, une charnière. Il s'agirait là de prendre à rebours la rhétorique commémorative, pour qui le Front populaire « invente une mémoire ». Pour nous, davantage que cette invention, c'est cette histoire qu'il faut continuer à scruter.

Haut de page

Notes

1   Sur ce point, cf.. Vincent Chambarlhac, Le Front populaire, remarques bibliographiques autour d’une commémoration, http://www.dissidences.net/textes%20inedits.htm#textes, consulté le 21/10/07.

2   Daniel Grason, René Mouriaux, Patrick Pochet, Eclats du Front populaire, Paris, Syllepse, 2006. Xavier Vigna, Jean Vigreux, Serge Wolikow, Le pain, la paix, la liberté. Expériences et territoires du Front populaire, Paris, Éditions sociales, 2006.

3   Pour une synthèse : Serge Wolikow, Le Front populaire en France, Bruxelles, Complexe, 1996.

4   Ainsi, Thierry Hohl poursuit une réflexion entamée dans « Du réformisme aux blumistes : socialistes au temps du Front populaire », comme Morgan Poggioli « Pratiques du syndicalisme », dans Xavier Vigna et alii, op. cit., note 2.

5   Morgan Poggioli, La CGT du Front populaire à l’État français. De la réunification à la scission, de la scission à la dissolution, Dijon, Université de Bourgogne, 2005.

6   Jean-Pierre Rioux, Révolutionnaires du Front populaire, Paris, UGE, 1974.

7   Vincent Chambarlhac, « Georges Lefranc ou la construction d'une position historiographique », Recherche socialiste, n° 37, mars 2007.

8   Stéphane Sirot, Maurice Thorez, Paris, Presses de la FNSP, 1997.

9   Antoine Prost, Autour du Front populaire. Aspects du mouvement social, Paris, Seuil, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Chambarlhac, « Retour(s) sur le Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 103 | 2008, 7-9.

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Retour(s) sur le Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/63

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

Centre Georges Chevrier, UMR CNRS 5605, Université de Bourgogne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page