Navigation – Plan du site
DOSSIER

La réconciliation franco-allemande : crédibilité et exemplarité d’un « couple à toute épreuve » ?

Valérie Rosoux
p. 23-36

Résumé

Valérie Rosoux pose dans cette contribution la question de l’exemplarité du grand récit de la réconciliation franco-allemande. Après avoir souligné qu’elle s’inscrit dans une perspective pragmatique – « l’appel à la mémoire est avant tout ce qu’on en fait » –, elle souligne que le cas franco-allemand apparaît en première analyse comme un cas d’école d’usage du passé à des fins de rapprochement. Depuis le début des années 1960, les responsables officiels des deux pays se sont efforcés de promouvoir un récit qui prend le contre-pied des romans nationaux et apaise le souvenir du passé conflictuel. La question de l’exemplarité de cette représentation narrative ne prend toutefois toute sa dimension que si l’on se départ d’une conception purement instrumentale des mises en récits publiques du passé. La mémoire officielle ne peut exister que dans un dialogue permanent avec les mémoires vives.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Allemagne, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Luebke, Heinnick, le 4 septembre 1962, Notes et Études documentaires, n° 2947, 1962, p. 5-6.

1Le rapprochement franco-allemand est souvent présenté comme un cas d’école en matière de transformation des relations entre anciens belligérants. L’évolution de leurs rapports est en effet remarquable. Pendant près d’un siècle et demi, le rappel incessant des souvenirs d’affrontements aboutit à créer de chaque côté du Rhin des histoires nationales rigoureusement antithétiques et finalement incompatibles. L’hostilité de l’ennemi est présentée comme ancestrale et relevant de la nature des choses. La construction européenne met radicalement en cause cette perspective. La nécessité d’un rapprochement balaie tout partage moralisant entre les membres du groupe et les autres. Le « nous » ne renvoie dorénavant plus à un peuple unanimement héroïque et les « autres » ne sont plus stigmatisés comme des suppôts de Satan. Et bien que leur dialogue ne soit pas exempt d’ambiguïtés et de désaccords, les représentants des deux États fondent depuis lors leur coopération sur la reconnaissance concertée d’un passé commun qui « remplit de fierté, mais aussi de regrets douloureux »1. Une telle démarche implique une conception nouvelle et plus complexe de l’altérité. Les groupes en présence ne sont plus considérés comme des masses identitaires hétérogènes, sans conflits internes et indépendantes l’une de l’autre, mais comme des peuples historiquement liés et réciproquement blessés. Il ne s’agit plus de mettre en avant une vision martyrologique ou édulcorée du passé, mais de prendre en charge le passé dans sa complexité. Pour ce faire, les représentants officiels tentent de remémorer le passé en apaisant son sens initial (l’affrontement d’ennemis héréditaires) et en intégrant un sens nouveau (le déchirement de peuples frères).

  • 2  C’est à la France qu’Angela Merkel réserve sa première visite étrangère en tant que chancelière al (...)

2Il convient néanmoins de s’interroger sur la portée et les limites de ce grand récit de réconciliation. De fait, l’évocation émue du passé et les serments réciproques de fidélité ne font-ils pas parfois figure de pure rhétorique au regard d’intérêts largement contradictoires ? La représentation cristallisée d’une « mission historique commune » peut-elle atténuer les inquiétudes suscitées par les choix futurs de chacun des deux partenaires ? Qu’il s’agisse de commerce ou d’agriculture, de politique européenne ou de défense, les deux gouvernements ne parviennent pas toujours à masquer leurs différends sous les traits d’une solidarité à toute épreuve. La victoire électorale d’Angela Merkel ne fait d’ailleurs que raviver les nombreuses interrogations qui concernent les contradictions du couple franco-allemand. La diligence avec laquelle Mme Merkel s’est rendue à Paris au lendemain de son élection 2 ne montre-t-elle pas que son objectif est avant tout de « rassurer » sur la pérennité du lien franco-allemand ?

  • 3  Lavabre, Marie-Claire, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la Fon (...)

3L’objectif de cette réflexion n’est pas de mettre en exergue les arguments en faveur d’une thèse (les rapports franco-allemands sont intrinsèquement marqués par la rivalité) ou d’une autre (la vie du couple franco-allemand est un « long fleuve tranquille »). Il est plutôt de s’interroger sur l’impact de la narration officielle du passé commun des deux peuples. Pour ce faire, la réflexion s’articule autour des interactions qui s’opèrent entre la mise en scène publique du passé franco-allemand et les mémoires vives qui s’y réfèrent. Comme le montre Marie-Claire Lavabre, mémoire officielle et mémoire vive s’articulent et se nourrissent l’une l’autre. Elles se constituent simultanément, selon le schéma d’une instauration mutuelle et croisée. Nombre de souvenirs individuels sont encadrés par des récits collectifs, renforcés par des commémorations et relatés dans les cours d’histoire. A l’inverse, ces institutionnalisations du passé n’ont de sens que rapportées aux souvenirs et aux identifications des individus 3. D’où l’intérêt de se pencher sur les recouvrements et les décalages entre ces différents registres. L’ensemble de cette réflexion permettra in fine de réfléchir au caractère exemplaire du cas franco-allemand.

  • 4  Voir Le Goff, Jacques, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, p. 177.
  • 5  Voir Frank, Robert, « Penser historiquement les relations internationales », in Annuaire français (...)
  • 6  Les discours sélectionnés sont issus de la revue La Politique étrangère de la France. Depuis 1990, (...)

4Avant d’entrer dans le vif du sujet, trois remarques d’ordre méthodologique semblent utiles. Primo, la démarche qui est ici adoptée ne se veut à aucun moment normative. Elle est avant tout pragmatique. Elle se base sur l’ambivalence de toute référence au passé et considère que l’appel à la mémoire n’est pas, intrinsèquement, un gage d’authenticité. N’ayant, en soi, aucune valeur positive ou négative, l’appel à la mémoire est avant tout ce qu’on en fait 4. C’est au regard de cette ambivalence foncière qu’il est proposé de réfléchir aux représentations – ou à l’absence de représentations – du passé franco-allemand. Il ne s’agit pas de juger in abstracto du caractère plus ou moins « légitime » des attitudes observées, mais de tenter de comprendre les dynamiques en présence. Secundo, l’approche des relations internationales qui est privilégiée tout au long de ce chapitre ne s’inscrit pas dans l’étude classique d’une « histoire diplomatique » basée sur les rapports entre gouvernements 5. Elle privilégie la prise en compte des représentations, des émotions et des imaginaires sociaux sur la scène internationale. Tertio, l’analyse se base essentiellement sur un corpus de textes officiels français 6.

Le travail de mémoire comme deus ex machina ?

  • 7  Notes et Études documentaires, 21 décembre 1962, n° 2947, p. 7.
  • 8  Voir par exemple Mitterrand, François, Réflexions sur la politique extérieure de la France, Paris, (...)

5Depuis la fin de la Seconde Guerre, l’ensemble des dirigeants allemands insiste sur l’obligation d’assumer les épisodes les plus sombres de leur passé, tandis que les représentants français refusent toute lecture manichéenne du passé. En 1962, Charles De Gaulle décrit l’Allemagne comme un « grand peuple », rappelle aux Français qu’ils ont eux aussi, « dans certaines circonstances », fait du mal à la population allemande et s’arrête à Munich devant le Feldherrnhalle érigé à la mémoire des victimes de 1870 et de 1914-1918 7. Depuis lors, aucun responsable français n’a manqué de rendre hommage aux « morts allemands » tombés au combat 8.

6La perspective adoptée se décline autour d’un thème clef : le « travail de mémoire ». L’objectif est de décloisonner les récits nationaux. Pour les autorités des deux États, il ne s’agit pas de gommer les événements du passé mais d’agir sur le ressentiment et la haine qui y sont liés. Il convient pourtant de s’interroger sur la réalité du « travail de mémoire » que les acteurs politiques appellent de leurs vœux. L’emploi d’une telle expression dans le registre officiel peut laisser songeur. Le seul travail de mémoire que l’on peut imaginer a priori n’est-il pas directement lié aux souvenirs partagés par les individus ? La démarche proposée sur la scène publique se réduit-elle pour autant à un slogan lié à l’air du temps ? S’apparente-t-elle à un geste politique susceptible d’avoir des effets sur la mémoire vive ?

7La mémoire officielle est, par définition, une mémoire empruntée, une mémoire extérieure. Elle ne se compose pas systématiquement des souvenirs partagés par la population, que ces souvenirs aient été vécus ou transmis. La mémoire officielle est certes susceptible d’influencer la mémoire vive. Certains symboles relayés par les manuels scolaires ou les commémorations publiques peuvent cristalliser des éléments qui sont peu à peu incorporés dans l’ensemble des souvenirs partagés par la population. Mais la diffusion d’une interprétation historique ne peut être tenue pour une simple imposition. Les citoyens exposés au discours politique sur le passé ne se réduisent pas à un pur réceptacle. Prenons en pour preuve les écarts que l’on peut observer entre ce que la mémoire officielle peut dire d’un événement et les perceptions qui prévalent au même moment au sein de la société. L’analyse du cas franco-allemand montre que ces écarts surviennent dès que la lecture officielle apparaît comme étant aseptisée, homogène et strictement édifiante.

Lecture aseptisée du passé

  • 9  Colloque « Mémoire et identité » le 25 septembre 1999 à Genshagen.

8L’élaboration d’une narration du passé qui soit progressivement « partagée » tente d’éviter le développement de récits nationaux agressifs, crispés et exclusifs les uns des autres. L’ancien Premier ministre français Lionel Jospin résume bien la logique en expliquant que cette forme de mémoire n’est pas « une façon de réveiller les anciennes souffrances, mais, sans les oublier, une manière de faire la paix avec le passé »9. L’un des exemples les plus frappants à cet égard concerne la transformation du souvenir de Verdun. Le nombre de victimes et la nature impitoyable du combat marquèrent profondément les consciences de part et d’autre du Rhin. Dès 1916, une représentation nationaliste des combats s’élabore en France et en Allemagne. Quelques décennies plus tard, le contexte du rapprochement franco-allemand ouvre la voie à une nouvelle interprétation du passé : la mémoire de Verdun devient le témoignage de tous les combattants, français et allemands. Il n’est plus question de condamnations et d’appels à la revanche, mais d’une seule narration réconciliatrice. Les soldats des deux camps sont englobés dans un même hommage

  • 10  Barnavi, Élie, « Faire prendre conscience aux Européens de ce qui leur est commun », Le Monde, 19  (...)
  • 11  Le Monde, 5 juillet 2003.

9Cette démarche, pour opportune qu’elle soit, ne va cependant pas de soi. De nombreuses résistances en témoignent. Songeons par exemple aux crispations suscitées par la présentation des guerres mondiales comme des luttes intestines. Le 8 mai 1995, François Mitterrand s’interroge de la sorte : « Est-ce une défaite que nous célébrons ? Est-ce une victoire ? C’est la victoire de la liberté sur l’oppression […] c’est surtout une victoire de l’Europe sur elle-même. » Dans le même sillage, maints représentants officiels dépeignent les deux conflits mondiaux comme des guerres « fratricides » en Europe. Certains vont même jusqu’à justifier le caractère particulièrement violent de ces guerres en précisant « qu’on ne se déchire jamais aussi bien qu’en famille »10. Le même argument est repris par le ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, au lendemain des déclarations fracassantes de Silvio Berlusconi, le 2 juillet 2003, devant le Parlement européen. Alors que le président du Conseil italien provoque un tollé en traitant un député allemand de « kapo », le chef de la diplomatie française se veut rassurant en expliquant que « la vie de famille est parfois difficile »11.

10Cette interprétation comporte toutefois sa part d’ambiguïté. La mise en scène d’une déchirure fraternelle ne risque-t-elle pas de heurter les êtres qui ont été – et qui souvent demeurent – blessés dans leur chair ou dans leur entourage ? On peut à cet égard rappeler la polémique provoquée par le président Valéry Giscard d’Estaing lorsque celui-ci renonce à commémorer le 8 mai 1945. Sans dire un mot de cette résolution en France, le président français choisit d’en avertir en premier lieu les chefs d’État européens. Le 7 mai 1975, il écrit dans un courrier adressé aux membres du Conseil européen qu’il est temps « de tourner ensemble nos pensées vers ce qui nous rapproche et ce qui peut nous unir ». Ce faisant, le président français surestime le pouvoir de gommer par décret l’interprétation communément acceptée du passé national. Dans Le Monde du10 mai 1975, Pierre Viansson-Ponté titre : « L’Histoire au Musée ». L’Humanité du même jour déplore « un outrage à la mémoire de ceux qui ont donné leur vie ». De nombreuses organisations politiques, syndicales et de la Résistance descendent dans la rue pour manifester leur mécontentement.

  • 12  Le Figaro, 5 février 1998.
  • 13  Le Figaro, 8 mai 1998. Sur le « souci d’aseptisation » manifesté par maints partisans de la réconc (...)

11Des résistances analogues caractérisent certaines commémorations de la Première Guerre mondiale. Le 11 novembre 1998, Jacques Chirac fête le 80e anniversaire de l’armistice en insistant sur la nécessité de célébrer « l’histoire commune des nations combattantes »12. Dès son annonce, cet objectif suscite de vives réactions. Certains se disent scandalisés par un tel hommage. Pour eux, la célébration des nations combattantes sur le thème du « souvenir partagé » relève d’une vision tronquée de l’histoire. Ils jugent inconcevable d’amalgamer dans une même commémoration les combattants des deux camps, les uns ayant défendu leur patrie avec abnégation, les autres étant au service d’une volonté impérieuse de domination. Le général Clarke de Dromantin déclare notamment que s’il est justifié que la mémoire fasse apparaître l’atrocité de la guerre et qu’elle favorise la réconciliation, il est primordial qu’elle ne confonde pas tous les acteurs dans un « même brouillard aseptisé »13.

  • 14  Amery, Jean, Par-delà le crime et le châtiment, Essai pour surmonter le mal, Paris, Actes sud, 199 (...)

12Ces deux exemples montrent que l’hégémonie de l’acteur politique qui dépeint étroitement « l’historiquement correct » n’est jamais totale. Le témoignage de Jean Améry le rappelle tragiquement. Après avoir subi la torture et l’expérience concentrationnaire nazie, Jean Améry écrit : « Ce qui s’est passé s’est passé » et « le fait que cela se soit passé ne peut pas être pris à la légère » ; « rien n’est cicatrisé, et la plaie qui était peut-être sur le point de guérir se rouvre et suppure » 14. Ces paroles mettent en lumière une tension à laquelle ne peut échapper aucune réflexion sur la gestion politique du passé : la nécessité de se tourner vers l’avenir comporte toujours le risque de faire fi de vies endommagées à jamais.

Lecture homogène du passé

  • 15  Discours prononcé à Caen le 6 juin 2004, publié in Esprit, n° 306, juillet 2004, p. 164-166.
  • 16  Voir Rosoux, Valérie, Les usages de la mémoire dans les relations internationales, Bruxelles, Bruy (...)

13Le deuxième type de difficultés rencontrées par les responsables politiques concerne la délicate intégration des mémoires en présence. Le but des discours officiel franco-allemands n’est certes pas d’imposer une seule lecture de l’histoire. Il est plus vraisemblablement de penser les conditions d’une cohabitation d’expériences différentes. Cette finalité pose d’emblée la question de la cohérence entre des mémoires divergentes, voire contradictoires. De fait, comme le rappelle le chancelier Gerhard Schröder, « le souvenir que la France garde du 6 juin 1944 est différent de celui de l’Allemagne. […] Pour la France, ce jour historique marquait la fin de l’occupation qu’elle attendait depuis si longtemps. Pour de nombreux Allemands, le 6 juin symbolisait l’échec militaire définitif »15. Autre exemple, les interprétations pour le moins discordantes de la figure napoléonienne. La manière dont Georges Pompidou se réfère à Napoléon en soulignant ses erreurs devant les Allemands et sa grandeur devant les Français le montre à l’envi 16. Dernière illustration, les accords de Munich. Comment nier qu’un tel événement donne lieu à des connotations particulières en Allemagne et en France ? En Allemagne, la principale référence historique demeure 1939-1945, c’est-à-dire une guerre partie du sol allemand, perspective qui semble donner raison à une attitude qui, a priori, se veut pacifiste. La référence historique qui marqua davantage les Français reste 1938, qui tend à associer une catastrophe à tout pacifisme bêlant.

14Les exemples d’interprétations diverses du passé – et a fortiori du passé conflictuel – pourraient être multipliés à l’infini. Ils indiquent que la finalité des tenants de la mémoire officielle ne peut être d’élaborer un récit prétendument consensuel. Est-elle par conséquent de superposer diverses expériences particulières dans un récit « mosaïque » ? Face à une pluralité d’expériences, comment le discours franco-allemand peut-il apparaître comme un facteur d’intégration et de cohésion ? Il convient ici de préciser que la prise en considération de plusieurs points de vue ne signifie pas que toutes les perspectives sont pour autant équivalentes. Reconnaître la pluralité des lectures du passé ne remet pas en cause l’existence d’une réalité en deçà de ces représentations. La lecture commune et non plus strictement nationale du passé ne se fonde pas sur un quelconque relativisme – à chacun sa mémoire, à chacun sa vérité –, mais sur l’idée qu’un passé commun au niveau factuel se révèle divergent quant à ses expériences.

  • 17  Sur cette question, voir Ferry, Jean-Marc, « Procéder démocratiquement », La Revue Nouvelle, n° 1- (...)
  • 18  Genshagen le 25 septembre 1999.
  • 19  Voir Wieviorka, Annette, « Le Vél’ d’Hiv’ : histoire d’une commémoration », Autrement, n° 54, 1999 (...)

15Loin de toute notion d’uniformisation ou d’homogénéisation, il s’agit d’accepter l’existence de désaccords raisonnables concernant la réalité du passé. Le travail de mémoire prôné par les autorités politiques des deux États reste donc toujours le travail des mémoires 17. L’élaboration d’une narration commune du passé ne permet donc pas d’effacer les différences d’approche entre les deux côtés du Rhin. Comme l’indique Lionel Jospin, des décalages et des malentendus de mémoire subsistent et subsisteront « tant que nous resterons les Allemands et les Français, tant que nos identités seront différentes » 18. Au bout du compte, l’existence de tensions et de conflits concernant l’interprétation du passé ne prouve-t-elle pas d’une certaine manière la vitalité de la mémoire? 19 En d’autres mots, une mémoire qui n’est plus conflictuelle n’est-elle pas une mémoire qui ne donne plus de sens ?

Lecture édifiante du passé

  • 20  Jean-Pierre Rioux parle à ce sujet de « mémoire-Nation en souffrance » (Rioux, Jean-Pierre, « Devo (...)
  • 21  Il est en effet frappant de constater le glissement, dans les discours officiels, d’un terme à l’a (...)
  • 22  Expression du sociologue François de Singly, cité par Stéphanie Noblet, « Quand les secrets de fam (...)
  • 23  Pour reprendre une formule forgée dans un tout autre contexte, Jean Vernette, Nouvelles Spirituali (...)

16Un troisième type de limites découle de la progressive mise en question des récits nationaux jadis dominants dans chacun des États 20. La citoyenneté ne semble effectivement plus pouvoir se baser sur l’apprentissage d’une fresque historique figée et réduite à quelques exemples édifiants. La multiplication des références au « devoir » et puis au « travail de mémoire »21 s’inscrit dans un contexte sociologiquemarqué par le poids des réminiscences issues des tragédies du XXe siècle, la mise en cause de la légitimité du pouvoir étatique, l’attention croissante aux droits de l’homme et aux victimes en général. Complétons ce panorama par une tendance de la société contemporaine à exiger la transparence totale qui implique la « mise en lumière de tout ce qui est dans l’ombre »22, ainsi que le « déplacement du dogme à l’expérience »23, le récit national laissant la place à l’expérience personnelle.

  • 24  Voir entre autres Moreau Defarges, Philippe, Repentance et réconciliation, Paris, Presses de la Fo (...)
  • 25  Paris le 15 septembre 1998.
  • 26  Certains spécialistes de l’histoire coloniale décrivent le passage d’une « histoire de conquérants (...)

17Jadis présenté comme transcendant et tout-puissant, l’État est davantage perçu comme un instrument qui s’apparente à un système de régulation et/ou de redistribution. Les responsables politiques sont ainsi de plus en plus souvent amenés à se justifier et à rendre des comptes. La multiplication des gestes de « repentance », mea culpa et autres mises à plat des erreurs du passé national le montre 24. En 1998, lors de la célébration du 350e anniversaire de la Paix de Westphalie, le ministre français chargé des Affaires européennes, Pierre Moscovici, souligne cette évolution : « À l’époque du traité de Westphalie, les monarques de droit divin pouvaient encore se fonder sur la distance entretenue avec le peuple et sur le mystère du pouvoir. Les systèmes démocratiques ne le peuvent plus. L’Europe appartient désormais à ses citoyens et c’est à eux que nous devons rendre des comptes. »25 Une telle conception du pouvoir suppose l’élaboration de récits qui tendent à décrire l’histoire « par le bas » (tenant compte de la diversité du vécu des acteurs en présence) plutôt que « par le haut » (insistant sur le déroulement lisse et linéaire d’une communauté de destin)26. Cette démarche ne paraît concevable que si l’on ne perçoit plus la vision officielle comme une vérité une et définitive, mais comme une tension dynamique entre différentes représentations en perpétuelle évolution.

  • 27  Discours cité par Dulucq, Sophie, et Zytnicki, Colette, op. cit., p. 69.

18N’est-ce pas le sens de l’allocution prononcée en octobre 2004 par le ministre de l’Outre-Mer, Brigitte Girardin, quand elle explique que « jamais la société française n’aura été autant bousculée par la remémoration des souffrances collectives. Jamais les drames de l’histoire n’auront été autant agités au profit d’affirmations identitaires exclusives. Jamais la concurrence des mémoires qui coexistent sur notre sol n’aura été aussi forte »27 ? Comme ces paroles l’indiquent, le nombre croissant de revendications placent les représentants de l’État devant une remise en question de leur rôle. S’il reste un acteur clef (c’est vers lui que se tourne chacun des groupes en présence), l’État n’apparaît plus comme l’unique source d’identification des citoyens – songeons notamment au rôle accru que prennent en la matière les territorialités locales, régionales et les organisations étrangères qui s’occupent de plus en plus de la mise en place de cérémonies, commémorations et autres spectacles du souvenir.

  • 28  Le Monde, 23 janvier 2002.
  • 29  Voir l’avant-propos de Lavabre, Marie-Claire, in Claire Andrieu et al., Politiques du passé. Usage (...)

19Il est par ailleurs frappant de constater que certaines déclarations officielles s’inscrivent désormais dans une perspective quasi thérapeutique et non plus seulement pédagogique. Considérant les traces laissées par la guerre (en l’occurrence, il s’agit de la guerre d’Algérie), le secrétaire d’État chargé des anciens combattants Jacques Floch considère qu’ « il ne s’agit pas de faire l’impasse sur les souffrances et les traces indélébiles laissées par la guerre, mais au contraire de les sublimer dans le rituel républicain d’une commémoration officielle », de « sortir de l’enfermement des traumatismes individuels » pour « faire en sorte que la nation tout entière assume, dans sa mémoire collective, la guerre »28. Ces déclarations manifestent la volonté de prendre en charge le passé dans sa complexité, en prenant soin du fait qu’aucun groupe porteur de mémoire ne puisse être exclu de prime abord. Une telle ambition ne va pourtant pas de soi. Est-il possible de résoudre aujourd’hui, et définitivement, toutes les contradictions d’hier ? Le caractère pédagogique, voire thérapeutique, des commémorations officielles est-il évident ? Enfin, le « décloisonnement » des mémoires peut-il résulter d’une volonté politique ? Ces interrogations renvoient à la croyance selon laquelle le discours politique permet de façonner les représentations individuelles du passé. Or comme cette étude le suggère, il importe de prendre la pleine mesure des résistances que l’interprétation officielle du passé a toujours suscitées 29.

Un couple exemplaire ?

  • 30  Cité par Jacques Chirac devant les députés allemands et français réunis à Versailles le 22 janvier (...)

20A la veille de la signature du traité de l’Élysée, Charles De Gaulle considère que, « parmi les éléments qui façonnent le présent, il n’y en a pas qui soient plus frappants que le fait franco-allemand »30. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Un messianisme commun

  • 31  A cet égard, il est intéressant de se rappeler qu’au milieu des années 1990, la page d’accueil du (...)
  • 32  Le 9 septembre 1962, in Notes et Études documentaires, 21 décembre 1962, n° 2947, p. 20-21.
  • 33  Ibidem.

21Les autorités des deux États rappellent que, depuis des décennies, leur rapprochement fait figure de modèle en matière de réconciliation. A ce sujet, il est frappant de constater que la mission civilisatrice traditionnellement mise en lumière dans le cadre de la politique étrangère de la France s’articule petit à petit autour de la prouesse franco-allemande 31. En effet, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la grandeur qui caractérisait jusqu’ici la France de manière exclusive est progressivement présentée comme celle du couple franco-allemand. En 1962, Charles De Gaulle décrit la France et l’Allemagne comme les deux pays qui « font la civilisation »32. Unies l’une à l’autre, les nations françaises et allemandes ont pour rôle d’exercer une espèce de magistrature morale, éclairant le monde par l’universalisme de leur culture. Pour le général De Gaulle, elles sont à même d’accroître le « bien commun », « le beau, le juste et le bon partout » et de vaincre « la faim, la misère et l’ignorance » dans le monde 33.

  • 34  Le 14 mai 1982, in La politique étrangère de la France, mai 1982, p. 47-56.
  • 35  Le 11 mai 1987, ibidem, mai 1987, p. 21-22.
  • 36 Le 21 janvier 1993, in La politique étrangère de la France, janvier 1993, p. 50-53.

22François Mitterrand déclare lui aussi que Français et Allemands doivent porter plus loin « la civilisation », allant jusqu’à identifier l’Europe tout entière au couple franco-allemand : « Nous nous estimons porteurs d’une sorte d’espérance raccordée à des formes de civilisations et de cultures, à un certain état d’esprit, à une certaine façon d’être ou de comprendre les problèmes, à des siècles et des siècles d’antagonismes, de rencontres, à des productions d’écrivains, d’artistes, des échanges. Bref, nous sommes, pensons-nous, l’Europe »34. Comme ces mots le suggèrent, François Mitterrand considère la construction européenne comme la « fonction historique » des deux États. Celle-ci les charge d’un rôle particulier qui leur échoit en raison même de leur histoire. Le raisonnement du président est simple : c’est parce que les peuples français et allemand ont vécu une « si longue vie ensemble dans la concorde et dans la discorde » qu’ils sont aujourd’hui en mesure de guider le monde. Il affirme notamment que la France et l’Allemagne ont peut-être « plus que d’autres le droit et le pouvoir de changer le cours des temps ». C’est, selon lui, « parce qu’elles ont souffert l’une par l’autre » que ces nations « ont véritablement vocation à dire aux autres ce qu’il en coûte de bâtir un monde nouveau »35. C’est, autrement dit, parce qu’ « ils ont beaucoup pesé sur l’histoire » que ces deux peuples sont jugés aptes à insuffler « un peu de sagesse » dans le monde, faisant toujours prévaloir les formes d’unité et de coopération sur les facteurs de dislocation et de rivalité 36.

  • 37  Sur ce sujet, voir Rosoux,Valérie, « La “diplomatie morale” de la Belgique à l’épreuve », Critique (...)

23Cette rhétorique est d’autant plus emblématique qu’elle est aujourd’hui relayée par nombre de représentants européens. Prenons pour seule illustration les six mois de la présidence belge de l’Union Européenne en 2001. Les autorités belges épinglent à plusieurs reprises la réconciliation franco-allemande comme l’un des maillons centraux de l’histoire exemplaire de l’Europe. Se référant à la construction européenne et au rapprochement franco-allemand en particulier, les autorités belges n’ont de cesse de décrire l’Europe comme « un continent à la fois puissant et désireux de partager ce pouvoir avec les autres ». Pour le Premier ministre Guy Verhofstadt, l’expérience dévastatrice des deux guerres mondiales est la source d’une sensibilité, d’une générosité et d’une compréhension particulières. Après avoir surmonté le poids d’un tel passé, l’Europe constitue un « soft power », une « force de paix et d’écoute », « une cathédrale, un haut lieu où reprendre espoir », « une puissance plus douce dans le monde »37.

« Une relation qui ne ressemble à nulle autre » ?

  • 38  Vernet, Daniel, « Réconciliation dans le “Verdun de l’Est” », Le Monde, 29 juin 2005.

24Les commentateurs s’accordent tout autant pour dépeindre le caractère exemplaire du rapprochement franco-allemand. Dans l’une de ses chroniques, Daniel Vernet le confirme en dressant un parallèle éloquent : « François Mitterrand et Helmut Kohl se tenant par la main au cimetière de Verdun, en 1984, ont fait école : les présidents polonais et ukrainien, Alexandre Kwasniewski et Viktor Iouchtchenko, ont scellé la réconciliation entre leurs deux pays et leurs deux peuples, vendredi 24 juin [2005], au cimetière de Lviv (Ukraine occidentale) où sont enterrés plus de 2500 soldats polonais, tombés après la Première Guerre mondiale. »38

  • 39  Le Monde, 6 et 7 novembre 1983.
  • 40  Le 21 octobre 1984, in La politique étrangère de la France, octobre 1984, p. 118.
  • 41  Peyrefitte, Alain, « Indécent », Le Figaro, 22 octobre 1984.

25Cas d’école, modèle, précédent, le cas franco-allemand est également souvent évoqué dans le cadre des relations franco-algériennes. En novembre 1983, à l’occasion du premier voyage officiel d’un président algérien sur le sol français depuis l’indépendance de l’Algérie, Chadli Bendjedid explique qu’il est utile de s’inspirer des relations franco-allemandes pour tourner la page d’un passé difficile : « Pourquoi n’y aurait-il pas de relations identiques entre la France et l’Algérie ? »39. L’année suivante, c’est également en s’appuyant sur l’exemple franco-allemand que Roland Dumas, alors ministre délégué aux affaires européennes, justifie la présence d’un représentant officiel français à Alger pour le 30e anniversaire du début de la guerre d’indépendance. Face aux critiques suscitées par cette décision, Roland Dumas déclare que la réconciliation des nations meurtries par la guerre est une exigence de l’histoire 40. Alain Peyrefitte rétorque aussitôt que la comparaison entre les rapports franco-algériens et la réconciliation franco-allemande ne va pas de soi. S’il approuve le fait que le président français et le chancelier allemand se recueillent ensemble à Verdun, c’est en raison d’un contexte qui est propre à la Grande Guerre : « Deux armées s’y sont affrontées, entre soldats et dans l’honneur » ; « soixante-huit ans sont passés » ; « les survivants se font rares » ; surtout « cette commune piété n’insulte personne, mais consolide l’union de deux peuples ». Et de préciser que les données sont tout autres au sujet de l’Algérie. Alain Peyrefitte pourrait admettre qu’un ministre français s’associe à l’anniversaire de l’indépendance algérienne. Une telle commémoration ne serait pas « déshonorante » pour la France. Mais il ne peut accepter que la France cautionne d’une telle manière « la célébration d’un massacre odieux ». Face à ce qu’il considère comme « un reniement intolérable à beaucoup de Français qui n’ont pas eu le temps d’oublier », une seule épithète lui vient à l’esprit : « indécent » 41.

  • 42  Alger, 1er décembre 2001.
  • 43  Élysée, 1er mars 2003, interview accordé à la télévision algérienne.
  • 44  Duteil, Mireille, Le Point, 19 août 2004.

26Ce type de réactions n’empêche pas que le parallèle entre les cas franco-allemand et franco-algérien subsiste dans les discours officiels. Lors de sa visite à Alger, en 2001, Jacques Chirac le rappelle : « Il se trouve que nous avons à assumer le poids de l’histoire. Mais le poids de l’histoire, cela finit par s’effacer. Le poids de l’histoire était beaucoup plus difficile à effacer entre l’Allemagne et la France. […] le contentieux était séculaire, considérable, et se chiffrait par des millions et des millions de morts, dans des guerres successives. Donc j’ai la conviction très profonde que la relation entre la France et l’Algérie est dans la nature des choses […] et qu’elle ne peut que se développer. »42 Deux ans plus tard, Jacques Chirac revient sur cette conviction : « Ce que je souhaite, c’est que l’on mette l’accent sur ce qui nous unit, sans oublier ce qui a pu nous diviser naturellement, mais ça c’est l’histoire, comme nous avons pu le faire avec l’Allemagne. »43 Dernier exemple en date, le projet de traité d’amitié franco-algérien parfois explicitement désigné comme le « traité de l’Élysée à la manière franco-algérienne »44.

  • 45  Jacques Chirac, Versailles, 22 janvier 2003.

27La multiplication des références au modèle franco-allemand sur la scène diplomatique française et algérienne ne peut toutefois empêcher la persistance de malentendus. Il est à cet égard intéressant de constater que, dans le chef des autorités algériennes, le précédent de 1940-1945 soit utilisé à géométrie variable selon les circonstances. Face à des interlocuteurs français, les représentants algériens reviennent sur le prodige de la réconciliation franco-allemande et se profilent dans le prolongement de ce modèle. Face à l’opinion publique algérienne, ces mêmes autorités reviennent plus volontiers sur la comparaison entre la France et l’Allemagne nazie, dénonçant le génocide et les massacres jusqu’ici « occultés » par l’ancienne colonie. Paradoxe donc que cette relation franco-allemande tantôt décrite comme « exemplaire », tantôt dépeinte comme « ne ressemblant à nulle autre »45.

  • 46  « La France et l’Allemagne : une nouvelle chance », Le Figaro, 29 septembre 1998.
  • 47  Caen, le 6 mars 2004, op. cit.

28Au lendemain de l’élection du chancelier Schröder, Jacques Chirac appelait à rénover la relation des deux pays. Dans une tribune publiée dans Le Figaro et dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chef d’état français se dit alors parfaitement conscient du fait que « l’émotion de la réconciliation s’atténue avec le passage des générations »46. Avec le successeur d’Helmut Kohl, c’est une nouvelle classe d’âge qui arrive au pouvoir : celle qui n’a pas connu la guerre. Comme le déclare lui-même le chancelier Schröder, « ce n’est pas l’ancienne Allemagne des années sombres » qu’il représente, mais un « pays qui a retrouvé sa place au sein de la communauté des peuples civilisés »47. Outre cette réalité, le président français souligne la transformation radicale du contexte géopolitique, marqué par la chute du mur de Berlin et l’unification allemande. C’est donc sur le double mode quelque peu contradictoire de l’identique et du différent que Jacques Chirac met alors en perspective la relation franco-allemande. Il est à la fois question de continuité, d’analogie avec le passé (« Ce que nous avons fait est le meilleur garant de ce que nous allons faire ») et de changement, de rénovation par rapport au passé (« Nous avons changé. Il faut refonder, renforcer nos liens en adaptant nos méthodes »). La réflexion ne demeure-t-elle pas d’actualité ?

  • 48  Le Monde, 28 novembre 2004.
  • 49  Voir Lavabre, Marie-Claire, Le Fil rouge, op. cit., p. 31.
  • 50  Fentress, James et Wickham, Chris, Social Memory, Oxford-Cambridge, Blackwell, 1992, p. 129.

29Loin d’avoir perdu sa raison d’être, la relation franco-allemande affronte aujourd’hui de nouveaux défis – nationaux, européens et mondiaux. Pour ce faire, l’objectif d’homogénéisation des souvenirs dans le cadre d’une « mémoire commune unificatrice » se révèle peu réaliste. Bien qu’ils épinglent la rédaction d’un manuel scolaire franco-allemand comme « le stade ultime de la réconciliation »48, les représentants des deux États ne peuvent nier les résistances suscitées par la narration officielle du passé. Chacune de ces résistances rappelle qu’il est illusoire de se contenter d’une conception purement « utilitaire » du passé. S’il est vrai que dans le dialogue du présent et du passé, le présent prend souvent l’initiative, il convient de mesurer les limites d’un tel constat : l’utilisation politique du passé est inévitablement limitée par le poids de l’expérience vécue 49. Quant à la notion d’un « usable past »50, elle demeure aguichante : longtemps considérés comme « utiles », les souvenirs franco-allemands traditionnellement mis en valeur se révèlent-ils encore efficaces ? Le plus urgent n’est sans doute pas de chercher à fixer des fragments de vérité aujourd’hui dispersés. Il est peut-être d’éviter le risque inhérent à toute représentation officielle du passé : se muer en une description figée, politiquement correcte, mais dénuée de toute épaisseur sociale.

Haut de page

Notes

1  Luebke, Heinnick, le 4 septembre 1962, Notes et Études documentaires, n° 2947, 1962, p. 5-6.

2  C’est à la France qu’Angela Merkel réserve sa première visite étrangère en tant que chancelière allemande, le 23 novembre 2005.

3  Lavabre, Marie-Claire, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1994, p. 18.

4  Voir Le Goff, Jacques, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, p. 177.

5  Voir Frank, Robert, « Penser historiquement les relations internationales », in Annuaire français des relations internationales, 2003, p. 42-65.

6  Les discours sélectionnés sont issus de la revue La Politique étrangère de la France. Depuis 1990, ils sont également accessibles sur http://www.doc.diplomatie.gouv.fr/BASIS/epic/www/doc/SF.

7  Notes et Études documentaires, 21 décembre 1962, n° 2947, p. 7.

8  Voir par exemple Mitterrand, François, Réflexions sur la politique extérieure de la France, Paris, Fayard, 1986, p. 173.

9  Colloque « Mémoire et identité » le 25 septembre 1999 à Genshagen.

10  Barnavi, Élie, « Faire prendre conscience aux Européens de ce qui leur est commun », Le Monde, 19 octobre 1999.

11  Le Monde, 5 juillet 2003.

12  Le Figaro, 5 février 1998.

13  Le Figaro, 8 mai 1998. Sur le « souci d’aseptisation » manifesté par maints partisans de la réconciliation, voir Becker, Annette et Audouin-Rouzeau, Stéphane, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du premier conflit mondial », dans Pour une histoire culturelle, sous la dir. de Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli,Paris, Le Seuil, 1997, p. 251-271.

14  Amery, Jean, Par-delà le crime et le châtiment, Essai pour surmonter le mal, Paris, Actes sud, 1995, p. 17 et p. 20.

15  Discours prononcé à Caen le 6 juin 2004, publié in Esprit, n° 306, juillet 2004, p. 164-166.

16  Voir Rosoux, Valérie, Les usages de la mémoire dans les relations internationales, Bruxelles, Bruylant, 2001, p. 177-183.

17  Sur cette question, voir Ferry, Jean-Marc, « Procéder démocratiquement », La Revue Nouvelle, n° 1-2, 2003, p. 10-17 et Olivier Abel, « Le conflit religieux fondateur de l’Europe », La Revue Nouvelle, n° 1-2, 2003, p. 42-55.

18  Genshagen le 25 septembre 1999.

19  Voir Wieviorka, Annette, « Le Vél’ d’Hiv’ : histoire d’une commémoration », Autrement, n° 54, 1999, p. 161-165 ; Bogumil Jewsiewicki, « De la vérité de mémoire à la réconciliation. Comment travaille le souvenir ? », Le Débat, n° 122, 2002, p. 63-77 et Krzysztof Pomian, « Sur les rapports de la mémoire et de l’histoire », Le Débat, n° 122, 2002,p. 32-40.

20  Jean-Pierre Rioux parle à ce sujet de « mémoire-Nation en souffrance » (Rioux, Jean-Pierre, « Devoir de mémoire, devoir d’intelligence », Vingtième siècle. Revue d’Histoire,2002, p. 157-167). Voir également Gauchet, Marcel, La Religion dans la démocratie, Paris, Gallimard, 2001 ; Hartog, François, Régimes d’historicité. Présentismes et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003 et le dossier « Le roman national face aux guerres mémorielles », Esprit, n° 322, février 2006, p. 148‑193.

21  Il est en effet frappant de constater le glissement, dans les discours officiels, d’un terme à l’autre. Privilégiée jusqu’au début des années 2000, la formule du « devoir de mémoire » fait progressivement place à celle de « travail de mémoire ». Les écrits de Paul Ricoeur, notamment ceux qui dénoncent les abus du devoir de mémoire, contribuent certainement à ce changement de vocabulaire.

22  Expression du sociologue François de Singly, cité par Stéphanie Noblet, « Quand les secrets de famille font la “une” de l’actualité », Le Monde, 22 mai 2004.

23  Pour reprendre une formule forgée dans un tout autre contexte, Jean Vernette, Nouvelles Spiritualités et nouvelles sagesses : les voies de l’aventure spirituelle aujourd’hui, Paris, Bayard, 1999.

24  Voir entre autres Moreau Defarges, Philippe, Repentance et réconciliation, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1999 ; Torpey, John (ed.), Politics and the Past. On Repairing Historical Injustices, Lanham, Rowman and Littlefield Publishers, 2003 et Ferro, Marc, (dir.), Le Livre noir du colonialisme. xvie-xxe siècle : de l’extermination à la repentance, Paris, Robert Laffont, 2003.

25  Paris le 15 septembre 1998.

26  Certains spécialistes de l’histoire coloniale décrivent le passage d’une « histoire de conquérants » à une « histoire des dominés ». Voir entre autres Dulucq, Sophie, et Zytnicki, Colette, « Penser le passé colonial français. Entre perspectives historiographiques et résurgence des mémoires », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 86, avril-juin 2005, p. 60.

27  Discours cité par Dulucq, Sophie, et Zytnicki, Colette, op. cit., p. 69.

28  Le Monde, 23 janvier 2002.

29  Voir l’avant-propos de Lavabre, Marie-Claire, in Claire Andrieu et al., Politiques du passé. Usages politiques dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006, p. 7-11.

30  Cité par Jacques Chirac devant les députés allemands et français réunis à Versailles le 22 janvier 2003.

31  A cet égard, il est intéressant de se rappeler qu’au milieu des années 1990, la page d’accueil du site internet du quai d’Orsay représente la poignée de main d’Helmut Kohl et François Mitterrand devant l’ossuaire de Douaumont en 1984.

32  Le 9 septembre 1962, in Notes et Études documentaires, 21 décembre 1962, n° 2947, p. 20-21.

33  Ibidem.

34  Le 14 mai 1982, in La politique étrangère de la France, mai 1982, p. 47-56.

35  Le 11 mai 1987, ibidem, mai 1987, p. 21-22.

36 Le 21 janvier 1993, in La politique étrangère de la France, janvier 1993, p. 50-53.

37  Sur ce sujet, voir Rosoux,Valérie, « La “diplomatie morale” de la Belgique à l’épreuve », Critique internationale, n° 15, avril 2002, p. 25-32.

38  Vernet, Daniel, « Réconciliation dans le “Verdun de l’Est” », Le Monde, 29 juin 2005.

39  Le Monde, 6 et 7 novembre 1983.

40  Le 21 octobre 1984, in La politique étrangère de la France, octobre 1984, p. 118.

41  Peyrefitte, Alain, « Indécent », Le Figaro, 22 octobre 1984.

42  Alger, 1er décembre 2001.

43  Élysée, 1er mars 2003, interview accordé à la télévision algérienne.

44  Duteil, Mireille, Le Point, 19 août 2004.

45  Jacques Chirac, Versailles, 22 janvier 2003.

46  « La France et l’Allemagne : une nouvelle chance », Le Figaro, 29 septembre 1998.

47  Caen, le 6 mars 2004, op. cit.

48  Le Monde, 28 novembre 2004.

49  Voir Lavabre, Marie-Claire, Le Fil rouge, op. cit., p. 31.

50  Fentress, James et Wickham, Chris, Social Memory, Oxford-Cambridge, Blackwell, 1992, p. 129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Rosoux, « La réconciliation franco-allemande : crédibilité et exemplarité d’un « couple à toute épreuve » ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 100 | 2007, 23-36.

Référence électronique

Valérie Rosoux, « La réconciliation franco-allemande : crédibilité et exemplarité d’un « couple à toute épreuve » ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/623

Haut de page

Auteur

Valérie Rosoux

Chercheur qualifié du FNRS (Fonds national de la Recherche scientifique), Université catholique de Louvain.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page