Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT

Les Cahiers recommandent...

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 207-221

Texte intégral

EXPOSITIONS

1Pissarro à Éragny. La nature retrouvée

2Une exposition du musée du Luxembourg (Paris), du 16 mars au 9 juillet 2017.

3Au firmament des impressionnistes, l’étoile Pissarro brille d’un éclat singulier, moins vif que celui d’un Monet, star incontestée du tourisme culturel mondialisé, mais peut-être plus profond et pénétrant, comme nous le rappelle cette belle exposition consacrée à la dernière période de la vie du peintre, lorsque celui-ci séjourne à Éragny-sur-Epte, de 1884 jusqu’à sa mort en 1903.

4En effet, nous découvrons non seulement un immense artiste, mais aussi une personnalité particulièrement attachante, anarchiste convaincu, qui n’hésite pas à fustiger la violence de la société de son temps dans ses féroces Turpitudes sociales, 28 dessins datant de 1889 et cruellement actuels.

5En s’installant à Éragny, village du Vexin français, Pissarro espère mener une vie plus en accord avec ses convictions, loin de la jungle urbaine. Épris de liberté et de fraternité, il consomme les produits de sa ferme, éduque lui-même ses huit enfants. Parmi eux, Lucien, peintre et illustrateur de talent lui aussi, collabore avec son père à un ambitieux ouvrage intitulé Les Travaux des champs, hélas inachevé.

6Car Pissarro ne se contente pas de capter les différentes nuances de la lumière, en variant sa technique (il expérimente notamment le pointillisme cher à Seurat), de peindre les splendeurs renouvelées de la nature avec une sensibilité remarquable, comme le souligne Octave Mirbeau, son frère en anarchie, contempteur acéré des hypocrisies bourgeoises et critique d’art avisé. Dans des toiles magnifiques, il exalte la peine des hommes qui, même s’ils doivent arracher à cette nature leur pain quotidien, mènent ensemble une existence simple et harmonieuse. Peut-être exprime-t-il là un idéal de vie, laborieuse et fraternelle, loin des villes déshumanisées par l’industrialisation. Un bel idéal : tous à Éragny !

7On ne manquera pas le catalogue de Richard R. Bretell et Joachim Pissarro, Pissarro à Éragny. La nature retrouvée, RMN/Grand Palais, 240 p., 160 ill., 2017, ni la réédition de Camille Pissarro, Turpitudes sociales, avec une préface de Henri Mitterrand, Presses universitaires de France/Fondation Bodmer, 2009, 120 p.

8  

9Walker Evans

10Une exposition au Centre Pompidou de Paris, du 26 avril au 14 août 2017.

11Est vernaculaire, à l’origine, ce qui relève du domestique, du fait-à-la-maison, qui n’est pas commercial ; une langue vernaculaire est indigène, autochtone, à l’opposé de la langue véhiculaire, qui sert à communiquer entre les peuples (Le Robert) ; par extension, on appelle aussi vernaculaire un art dont la matière première est la mémoire commune : architecture, objet utilitaire, élément de décoration qui marque une époque...

12Clément Chéroux, le commissaire de la grande rétrospective Walker Evans, qui s’est tenue au Centre Pompidou cet été, a placé son exposition sous le signe du vernaculaire : en effet, si l’on cherche une unité dans l’œuvre foisonnante du photographe, on trouve l’idée de garder une trace, une image du fugitif, de ce qui va disparaître. C’est une œuvre de collectionneur, dont les photographies se classent par séries : les rues de New York, les enseignes publicitaires dans ces rues, l’architecture si typique des églises en bois à la campagne, les objets comme des outils, pompes à eau, balais, seaux... C’est un art modeste : la beauté qui se dégage de ces images se trouve dans leur simplicité, dans le choix d’objets marqués par le temps, parfois délabrés : on pense à ces carcasses de voitures qui s’empilent, à ces déchets pris en gros plan et qui parlent d’une autre époque.

13Le grand modèle de Walker Evans est le photographe Eugène Atget : c’est en 1929 que Bérénice Abbott, elle-même photographe, lui fait découvrir l’œuvre du Français, faite de séries de portes, de cages d’escaliers, de rues, de devantures de boutiques du Paris du début du XXe siècle ; ce sont des images qui dégagent un fort sentiment de nostalgie.

14Bien sûr, ce n’est pas cette partie de l’œuvre du photographe américain qui est la plus connue : il est surtout célèbre pour ses portraits de farmers (métayers) pendant la Grande Dépression. Entre 1935 et 1937, il travaille pour un programme gouvernemental d’aide sociale aux cultivateurs : il va passer plusieurs semaines à vivre avec trois familles de métayers de l’Alabama, dont il va photographier les visages, les corps, les lieux où ils vivent et travaillent. Les portraits de Floyd et Allie Mae Burroughs sont bouleversants et inoubliables : ils vous regardent droit dans les yeux et leurs nobles visages gardent toute leur beauté, bien au-delà de la misère.

15D’autres visages, anonymes ceux-là, apparaissent dans l’œuvre d’Evans : ceux de ces hommes, de ces femmes pressés qui arpentent les trottoirs de New York, ceux des usagers du métro, photographiés en cachette. Ces visages fugitifs ont disparu, leurs peines et leurs joies aussi ; reste l’image furtive que Walker Evans a voulu retenir d’eux.

16Catalogue de l’exposition, sous la direction de Clément Chéroux, Éditions du Centre Pompidou, 2017, 320 p., 420 ill.

17Voir aussi pour le contexte des années 1930 : Françoise Poos, The Bitter Years ; les Années amères : la Grande Dépression vue par Edward Steichen au travers des photographies de la Farm Security Administration, Thames & Hudson/CNA, Londres/Luxembourg, 2012, 288 p. ; Edward Steichen, directeur du département photographie du MoMA de New York, organisa une grande exposition en 1962 sur la Grande Dépression. Le livre reprend 208 clichés pris par 12 photographes de 1935 à 1941 et tirés du fonds de la FSA, illustrant la vie des populations rurales aux États-Unis après la crise.

18  

FILMS

19Visages villages, film français d’Agnès Varda et JR, 2017, 88 min.

20JR est un photographe français, dont l’art consiste à afficher sur les murs des bâtiments industriels, des monuments et des villes, le visage, le corps de ceux qui y vivent ou y travaillent.

21On ne présente plus Agnès Varda, photographe, documentariste, cinéaste, mais aussi auteure d’installations visuelles et sonores qu’on a pu admirer en 2006 à la Fondation Cartier.

22Leur rencontre donne naissance à un projet commun : parcourir la France et proposer aux gens qu’ils rencontrent d’afficher en (très) grand leur portrait photographique sur le lieu où ils habitent, ou travaillent. Agnès est à la caméra et JR au volant d’une petite camionnette qui lui sert de laboratoire photographique. Chaque séquence met en scène la discussion qui s’engage entre les habitants de différentes régions (on va dans le Nord, dans le Sud, sur les côtes ouest) et les artistes ; puis Agnès filme l’équipe de JR à l’œuvre : coller des affiches immenses sur des parois parfois peu faites pour cela nécessite une bonne organisation (découpage de l’image en morceaux qui devront coïncider parfaitement) et du matériel (échafaudages, cordes...). Le plus intéressant reste la réaction des modèles face à leur propre image : cet agriculteur qui parle de sa solitude face à son portrait qui s’étale sur le portail de sa grange ; cette vieille dame du Nord, fille et épouse de mineurs, qui vit seule dans son petit coron dont on veut l’expulser, tout émue de voir les photos anciennes des mineurs disparus, collées sur les murs en briques de la cité minière vide ; les enfants d’une jeune serveuse qui font semblant de chatouiller les pieds de leur maman qui s’affiche, immense, dans la rue de leur ville...

23Ce film en rappelle d’autres d’Agnès Varda : son intérêt pour le street-art de JR fait penser à Murs, murs (1981), son documentaire sur les peintures murales de la côte ouest des États-Unis. Comme dans Les Glaneurs et la Glaneuse (2000), on retrouve sa curiosité, son goût pour les petites gens, son apparente facilité à communiquer avec les personnes rencontrées et à les faire parler, pour qu’ils dévoilent quelque chose d’eux qui les dépasse. La fierté, par exemple, de ces épouses de dockers de Saint-Nazaire : ces femmes expriment leur émotion de se voir, plus grandes que nature, affichées sur les containers du port, symboles de la vie rude et des luttes sociales de leurs hommes. Comme un écho aux Plages d’Agnès (2008), son dernier film autobiographique, on retrouve la photo de Guy Bourdin, modèle d’Agnès autrefois et mort depuis, placardée sur un blockhaus, que la mer fera disparaître en une nuit.

24Bien sûr, les deux auteurs du film insistent un peu trop sur ce qui les oppose : leur taille, leur âge, et même leur humeur ; leurs échanges, qui reviennent entre chaque séquence, sonnent parfois un peu creux et certaines « scènes de ménage pour rire » sentent le numéro et l’artifice... Mais le rire se change en larmes, très sincères, en voyant la petite Agnès toute triste, à la fin du film, devant la porte close du vénérable Jean-Luc Godard : elle a rendez-vous avec lui, mais son camarade d’autrefois n’a pas daigné lui ouvrir.

25  

26Le cinéma aux prises avec le fanatisme et le mal : bouddhisme, manipulation identitaire et purification ethnique (Birmanie). Le vénérable W., film franco-suisse de Barbet Schroeder, 2016, 100 min.

27Depuis son sulfureux More (1969), description clinique d’un amour fracassé par la drogue, Barbet Schroeder s’interroge sur la part d’ombre que chacun d’entre nous recèle, sur notre difficulté, voire incapacité, à nous délivrer du mal qui nous hante. Ce questionnement a notamment donné lieu à trois documentaires, parmi les plus forts du genre. Son Général Idi Amin Dada (1974) traçait le portrait saisissant du tyran bouffon et d’apparence débonnaire qui a ensanglanté l’Ouganda entre 1971 et 1979, tandis que L’Avocat de la terreur (2007) s’attachait au personnage de Jacques Vergès, lequel mit son talent oratoire au service de personnages a priori parmi les moins défendables, comme Klaus Barbie. Le vénérable W. vient donc clore cette « trilogie du mal », selon l’expression de Barbet Schroeder, confrontant le spectateur à des êtres monstrueux, et pourtant à certains égards terriblement banals, voire médiocres, miroirs de notre humanité agie par le mal jusqu’à se nier elle-même.

28Le « W » du titre est en fait Ashin Wirathu, moine bouddhiste birman leader de l’extrémiste « Mouvement 969 », qui prêche une idéologie haineuse à l’encontre des musulmans, accusés de dangereuses velléités expansionnistes. Cette figure maléfique entre spectaculairement en dissonance avec la vision courante d’un bouddhisme tolérant et conduisant à la « paix de l’esprit », dont Schroeder lui-même est un adepte depuis un séjour, justement, en Birmanie. Cette version « philosophique » oublie quelque peu que la quête personnelle de la délivrance signifie souvent indifférence à autrui et que les religions bouddhiques tolèrent voire justifient la violence sociale.

29Soucieux d’alerter sur le danger que Wirathu représente, Schroeder se résout à l’interviewer et nous donne à entendre ses paroles de haine, qu’il confronte aux points de vue d’autres membres du clergé birman et de représentants d’ONG, ainsi qu’avec des images d’archive saisissantes, notamment des vidéos amateurs où l’on voit des bonzes participer aux exactions commises contre les musulmans. Il ne manque pas non plus au passage de nous interpeller sur nos propres fantasmes et craintes à propos de l’islam.

30Ce fasciste en robe safran dénonce avec un sourire glacé le péril que courrait la « race birmane » face à la prolifération des musulmans, décrits comme une espèce animale nuisible, avec des mots qui font frémir tant ils évoquent les métaphores antisémites. Il s’attaque en particulier à la minorité musulmane des Rohingyas, qui vit en Arakan, État frontalier du Bangladesh, et pour ce faire mobilise tout le spectre des moyens de communication, depuis les sermons devant une foule vibrante jusqu’aux réseaux sociaux, pour distiller son poison. Tout est bon pour exacerber les tensions entre les communautés constituant la Birmanie, État pluri-ethnique et pluriconfessionnel (90 % de bouddhistes, 4 % de chrétiens et autant de musulmans). Ainsi Wirathu exhibe-t-il avec une complaisance ignoble une vidéo dans laquelle est reconstitué le viol en 2012 d’une jeune Arakanaise par trois musulmans, épisode qui mit le feu aux poudres. Les Rohingyas furent alors victimes de véritables pogroms – incendies de quartiers entiers, passages à tabac, meurtres – dont Schroeder n’hésite pas à montrer les terribles images prises sur le vif, nous confrontant avec le spectacle de la barbarie en actes. La question du viol obsède Wirathu, qui accuse de plus les musulmans polygames d’épouser en nombre de jeunes bouddhistes dans l’unique but de les convertir : notre chaste moine retrouve là la préoccupation millénaire du contrôle du corps des femmes par le groupe des mâles.

31De fait la rhétorique des « 969 » dérive vers une pensée génocidaire, puisque la survie de la « race birmane » face au « péril musulman » finit par induire l’exclusion des Rohingyas, au mieux parqués dans des townships (zones de relégation), au pire terrorisés et violentés pour qu’ils s’enfuient, par exemple vers le Bangladesh, qui n’en veut pas non plus et les renvoie. Ces violences ne sont pas un épiphénomène dû à une faction marginale du clergé bouddhiste – dont une partie de la hiérarchie condamne cependant les agissements de Wirathu, jusqu’à l’interdire cette année de sermon – mais s’inscrivent pleinement dans l’évolution politique de la Birmanie postcoloniale.

32En effet, la dictature militaire (1962-2015) a mené, par à-coups, une politique de « bamarisation » visant à homogénéiser une Birmanie aux frontières d’origine coloniale autour des Bamars, l’ethnie principale (les Birmans à proprement parler), tandis qu’elle affrontait les rébellions armées des peuples vivant dans les régions périphériques, tels les Karens ou les Chans. Ainsi, la « loi sur la citoyenneté » de 1982 a-t-elle conféré le statut de « races nationales » à huit grands groupes ethnolinguistiques, présents avant 1823 (début de la conquête coloniale par les Anglais), statut refusé aux Rohingyas car descendants d’émigrés que les colonisateurs ont fait venir du Bengale proche pour les implanter en Arakan. À cette conception raciale, voire raciste, de l’identité birmane, s’est ajoutée à partir des années 1990 la récupération du bouddhisme par le pouvoir, pour lui donner une place centrale dans la « birmanité ». Les malheureux Rohingyas sont pris au piège, d’autant plus qu’ils se sont singularisés en affirmant leur identité propre à partir des années 1950.

33Le clivage « ethnique » cache aussi un conflit, ô combien classique, lié à la rente procurée par une ressource : l’Arakan produit du gaz naturel dont la junte confisque les revenus, tout en détournant les frustrations des Arakanais sur des boucs émissaires bien commodes. En Birmanie comme ailleurs, les forces de domination fabriquent et manipulent identités et ressentiments afin de perpétuer leur pouvoir et leur pillage des richesses. La transition démocratique ne semble guère changer les choses, tant l’armée reste à la manœuvre derrière l’icône Aung San Suu Kyi. Le parti nationaliste, héritier du « Mouvement 969 » (finalement interdit), le « Ma Ba Tha », entend devenir incontournable sur l’échiquier politique.

34En conclusion, Barbet Schroeder nous rappelle les principes bienfaisants du bouddhisme, pour ne pas faire l’amalgame entre les extrémistes et l’ensemble des adeptes d’une religion. Son film démontre pourtant que le bouddhisme peut lui aussi rimer avec fanatisme, quand on sait le mêler aux enjeux de territoire et aux pulsions identitaires. Le sourire de Wirathu est une grimace mortelle.

35Sur les Rohingyas, on pourra lire, en sus de nombreux articles de presse et rapports d’institutions onusiennes et d’ONG (notamment Fortify Rights, qui apparaît dans le film) :

36- Jean-Louis Margolin, Rohingyas, Comprendre la tragédie, asialyst.com, 29/07/2015.

37- Martin Michalon, Religions, politique et espace(s) : « la question rohingya » en Birmanie (Myanmar), geoconfluences.ens-lyon.fr, 18/10/2016.

38- Warda Mohamed, « Des apatrides nommés Rohingyas », dans Le Monde diplomatique, n° 728, Novembre 2014.

39- Laurent Ribadeau-Dumas, Birmanie : pourquoi tant de haine vis-à-vis des Rohingyas ?, geopolis.francetvinfo.fr, 11/05/2017.

40  

LITTÉRATURE

41De Vallès le réfractaire à Mirbeau l’imprécateur au cœur sensible

42Octave Mirbeau, Sébastien Roch, dessins d’Éloi Valat, Bleu autour, 2017.

43Éloi Valat est peintre et dessinateur. On lui doit Le Journal de la Commune (2008), L’enterrement de Jules Vallès (2011), La semaine sanglante (2013) et toujours aux éditions de Bleu autour : Louises, les femmes dans la Commune, à paraître en 2017.

44Alain (Georges) Leduc, Octave Mirbeau (1848-1917), le gentleman-vitrioleur, Les Éditions libertaires, 2017.

45Si la Commune a largement inspiré les romans graphiques, on citera évidemment les œuvres de Tardi (Le Cri du peuple, 4 tomes, 2001-2004) ou encore les trois tomes des Communardes (déjà présentés dans cette rubrique), Éloi Valat n’a pas voulu faire une bande dessinée pour illustrer ce roman autobiographique de Mirbeau, mais effectuer une pénétration profonde, très personnelle et fragmentée, de l’écriture par le dessin, comme autrefois Peter Watkins s’y était essayé pour le cinéma avec une grande réussite dans La Commune (2000, 5 h 45, disponible en DVD).

46C’est en toute logique qu’Éloi s’intéresse à Mirbeau après s’être passionné pour Vallès, le réfractaire. Bien sûr les liens personnels entre les deux écrivains sont inexistants : Vallès meurt en 1885, très usé par ses combats et l’exil de la Commune, alors que Mirbeau est encore un bien jeune écrivain (son premier roman « autobiographique », Le Calvaire, n’est publié qu’en 1886), encore marqué par son engagement réactionnaire et antisémite. Rien ne semble les rapprocher directement ni même littérairement, sinon la violence du journaliste et du pamphlétaire qu’ils pratiquent quotidiennement. Immergés dans leur temps, viscéralement incapables de s’en extraire, comme d’autres écrivains sont incapables de s’engager, ils partagent les luttes populaires pour la dignité, l’autogouvernement – non pour le pouvoir dont ils se défient – et en particulier celles contre toutes les injustices sociales et politiques, qui atteignent leur paroxysme pendant la Commune, puis à l’époque de l’affaire Dreyfus.

47Or, en cette année 1885 qui voit la mort de Vallès, se produit, selon Alain Leduc, un tournant d’importance dans la vie de Mirbeau : sa « conversion » aux idées libertaires, qui ne quitteront pas celui qu’il qualifie de « gentleman-vitrioleur » aux multiples facettes : pamphlétaire, militant, critique d’art novateur et passionné, auteur dramatique, protecteur des écrivains des pauvres comme le trop méconnu Charles-Louis Philippe. Le livre de Leduc est d’abord un bel objet : mise en page soignée et illustrations originales, notamment dans le cahier iconographique en couleurs d’« images mirbeliennes », rendent le livre très attractif et font regretter définitivement qu’une grande exposition n’ait pas été consacrée aux rapports de Mirbeau avec l’art. Dans son texte, Leduc dresse un portrait complet, foisonnant d’idées, d’informations, de réflexions personnelles, parfois un peu désarticulées et difficiles à suivre quand on connaît mal l’œuvre du grand écrivain, mais mettant toujours en avant les contradictions et la complexité de la pensée de Mirbeau, qui font la force et l’humanité de son œuvre.

48C’est en 1890 que paraît Sébastien Roch, troisième roman de l’auteur. Ce récit, très personnel à défaut d’être entièrement autobiographique, montre bien l’évolution de Mirbeau, qui se sert de l’écriture tout d’abord comme thérapie face à un traumatisme profond subi chez les jésuites de Vannes, mais aussi pour exposer les grandes idées de son œuvre. Dans ce roman, il y a déjà, non seulement la dénonciation anarchiste d’une société étouffante qui annihile les esprits et les corps, les souille jusque dans leur intimité, comme ceux des enfants « favorisés » victimes des jésuites pourtant censés les éduquer, mais aussi les traces de ce pessimisme, de cette neurasthénie qui hantent Mirbeau et minent son personnage inhabité, qui ne peut plus que subir et souffrir. Il est déjà mort avant même de tomber sur les champs de bataille d’une guerre, toujours aussi absurde, celle de 1870, qui annonce déjà la Commune de Paris.

49Dans cette réédition de Sébastien Roch, le travail d’Éloi Valat est magnifique, profondément original et personnel. Comme il l’explique lors d’une émission diffusée sur Radio Libertaire le 25 juin 2017, son dessin naît d’une phrase de Mirbeau, de sa résonance. Il est incisif, noir, sans lissage, éclatant, pour traduire le plus rapidement l’émotion ressentie à la lecture, jonglant avec les « images » de Mirbeau comme avec les « tableaux » de Vallès. Éloi réalise, à travers tant de personnages écorchés physiquement et psychologiquement par la vie, une véritable rencontre picturale qui conjugue la réalité historique, l’univers mirbelien et l’histoire intime du dessinateur.

502017, année du centenaire de la mort d’Octave Mirbeau, a été bien remplie grâce à l’activité militante de la Société Octave Mirbeau et de son président Pierre Michel : les reprises théâtrales, lectures, conférences, colloques se sont succédé aux quatre coins de la France et ailleurs, les rééditions de ses textes et des ouvrages qui lui sont consacrés ont permis un meilleur accès à son œuvre (voir <https://mirbeau.asso.fr/​actualite2017.htm>). Peu d’écrivains suscitent cette empathie et ce dévouement, souvent altruiste, qui tranche évidement avec le silence assourdissant des institutions (musées, ministères), semblant ne pas pardonner à Mirbeau sa férocité à les détruire.

51Tant mieux, Mirbeau ne leur demande aucune reconnaissance et les a toujours combattues : ses œuvres resteront car elles ont le mérite, rare, d’être toujours actuelles. Elles gardent leur subversion et dénonceront encore longtemps les militaires, les religieux, les arrivistes politiques, les hommes d’État liés aux exploiteurs de tout poil, dont nous n’avons toujours pas su nous débarrasser. Elles conservent, avec tant de délicatesse derrière l’acidité de l’écriture, toute cette tendresse pour ce peuple démuni, souvent cruel par soumission aux normes imposées par ses ennemis, désespérant parfois pour un auteur marqué, comme beaucoup de ses contemporains, par l’empreinte du pessimisme schopenhauerien, mais toujours porteur d’une profonde générosité à redécouvrir comme l’espoir d’un monde meilleur.

52Le combat continue.

53  

BD

54Pénélope Bagieu, Culottées. Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent, Gallimard BD, 2016 (tome 1) et 2017 (tome 2).

55Publiées à l’origine sur le blog de Pénélope Bagieu, ses histoires de femmes « culottées » sont maintenant parues en recueil, et c’est un vrai régal : ces femmes viennent des cinq continents, elles ont vécu de l’Antiquité à l’époque contemporaine ; leur domaine de réussite est scientifique ou artistique, politique ou sportif ; elles ont néanmoins comme point commun d’avoir dû lutter pour parvenir à imposer leur vie, leurs choix.

56Le style de Pénélope Bagieu est enjoué : pas d’apitoiement, au contraire, elle insiste sur la persévérance de ses héroïnes. Elle n’édulcore pas la violence non plus (images effrayantes de femmes battues, violées). Cependant, c’est l’optimisme qui prime : la volonté de donner des modèles féminins qu’on cherche trop souvent dans l’histoire institutionnelle.

57Petit florilège de nos héroïnes préférées (choix subjectif assumé) :

58- Leymah Gbowee, née au Libéria en 1972 et dont le prénom veut dire « qu’est-ce qui cloche chez moi », car sa mère n’avait que des filles... Sans instruction, mal mariée, elle aidera néanmoins les femmes de son pays à refuser les mutilations sexuelles et la domination masculine, en partie grâce à une arme redoutable : la grève du sexe dans le lit conjugal !

59- Wu Zetian, impératrice de Chine, qui fonde sa propre dynastie, la plus courte de l’histoire : de 690 à 705. L’histoire officielle chinoise retient d’elle la manière un peu expéditive dont elle se débarrassait de ses ennemis, une vraie sorcière ! Mais elle mettra en place des réformes progressistes (qui ne lui survivront pas).

60- Agnodice, gynécologue à Athènes au quatrième siècle avant notre ère : elle doit partir en Égypte pour faire des études de médecine interdites aux femmes en Grèce et se travestir en homme pour pouvoir exercer à Athènes et aider les femmes à accoucher… Scandale !

61- Thérèse Clerc, qui découvre le féminisme en Mai 68, quitte son mari, tombe amoureuse d’une femme, fonde à Montreuil la première maison des « babayagas », maison de retraite communautaire et engagée, autogérée, écolo, féministe... Après avoir refusé la Légion d’honneur, elle finit par l’accepter en présence de Simone Veil.

62- Nzinga, reine africaine du XVIIe siècle, qui prend le pouvoir en assassinant un peu tout le monde dans sa famille. Cheffe de guerre, elle luttera héroïquement toute sa vie contre les colons esclavagistes portugais : elle a sa statue à Luanda, en Angola.

63Et bien d’autres, plus connues : Joséphine Baker, Peggy Guggenheim et... la femme à barbe !

64Effet dynamisant et revigorant garanti pour les lectrices (et peut-être les lecteurs ?) : quel bonheur de découvrir le parcours de ces femmes qui ont la pêche et que rien n’arrête !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent... », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 207-221.

Référence électronique

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent... », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6216

Haut de page

Auteurs

Anne Kienast

Articles du même auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page