Navigation – Plan du site
DÉBATS

« Personne n’invente seul et en dehors de tout contexte »

Entretien avec Pascal Brioist, université de Tours-CESR, vice-président du CAPES, réalisé par Johann Petitjean le 22 août 2017
Pascal Brioist et Johann Petitjean
p. 169-178

Texte intégral

1Johann Petitjean (JP) : En guise d’introduction, je voudrais commencer par interroger le vice-président du CAPES d’histoire et te demander ce que tu penses du rôle des concours d’enseignement aujourd’hui, du CAPES bien entendu, mais aussi de l’agrégation, dans le contexte des réformes de la formation des enseignants, contexte qui est aussi celui de la multiplication des attaques contre des concours fréquemment considérés comme la source de tous les maux de l’université et de l’enseignement secondaire. À quoi servent-ils aujourd’hui, à quoi serviront ils demain ? Les contenus, les attentes et les profils des candidat/es ont-ils évolué et que peut-on attendre, voire espérer des évolutions en cours et des réformes à venir ?

2Pascal Brioist (PB) : Les concours ne sont pas à mes yeux la source de tous les maux. Je concède bien entendu qu’ils introduisent un biais en favorisant l’apprentissage en un temps très limité de masses de connaissances impressionnantes et sans doute sont-ils inadaptés à certaines formes d’intelligence et même à certains profils psychologiques. Toutefois, j’estime aussi qu’ils sont le moins injuste des systèmes, en proposant une notation nationale avec barèmes unifiés. Au CAPES, par exemple, chaque candidat est noté par huit professionnels (deux à l’écrit, et deux fois trois à l’oral) dont la notation est statistiquement surveillée pour garantir le moins d’arbitraire possible.

3Je suis personnellement convaincu que la réforme du concours mise en place au cours des cinq dernières années sous la houlette du président Vincent Duclert a porté ses fruits. Tout d’abord, les efforts faits dans le sens d’une professionnalisation ont permis aux candidats de conscientiser la nécessité de rattacher les contenus académiques de leurs études à leur futur métier par des épreuves faisant place à une dimension pédagogique accrue. Bien sûr, sans une mise en situation face à des élèves réels, ce travail reste incomplet, d’où la nécessité d’une année pratique avec tuteur, qui s’ajoute aux stages d’observation de la formation initiale. Le concours, tel qu’il est conçu aujourd’hui, a pour vocation de fabriquer des professeurs intellectuellement autonomes capables de mettre en œuvre tous leurs savoirs critiques pour faire vivre de façon originale et passionnée les programmes proposés aujourd’hui par le Conseil supérieur des programmes, autrefois par l’Inspection générale. La fonction des professeurs n’est pas en effet celle de répétiteurs d’un savoir prédigéré, mais plutôt d’éveiller leurs élèves à une pensée critique, à condition qu’eux-mêmes aient la formation et la liberté de pouvoir le faire. L’autre acquis de la politique suivie, notamment par le directoire du CAPES ces dernières années, est d’avoir choisi de synchroniser les programmes du CAPES et de l’agrégation, ce qui permet à un public plus large de tenter le second concours. Certes, le CAPES a fait le choix de ne garder que trois périodes chaque année, mais cela permet de conserver la parité nécessaire entre épreuves d’histoire et épreuves de géographie sans charger déraisonnablement la barque de la préparation pour les candidats.

4JP : Alors que les seul/es agrégatif/ves étaient invité/es ces trois dernières années à travailler sur la projection ibérique dans le monde à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, l’histoire moderne fait son retour au CAPES avec un sujet formulé ainsi : « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés du XVe au XVIIIe siècles (période révolutionnaire exclue) en Angleterre, France, Pays Bas/Provinces unies et péninsule italienne ». Les questions mises aux concours faisant traditionnellement la part belle à des champs d’étude nouveaux ou, à tout le moins, récemment renouvelés plus ou moins en profondeur, peux-tu nous expliciter ce qui, historiographiquement, justifie un tel choix ? Quelles ont été les évolutions et les publications récentes les plus marquantes dans le domaine de l’histoire des sciences, des techniques et des savoirs à l’époque moderne ?

5PB : Je ne puis cacher mon intense satisfaction au choix des directoires de concours – dont celui du CAPES –, par l’Inspection générale et au final par la ministre, de mettre la question des sciences et des techniques au programme des concours. Le thème me semble en effet remplir une importante fonction dans un XXIe siècle où les sciences et les techniques jouent un rôle sans cesse croissant, mais échappent de plus en plus à la compréhension du public, voire échouent à capter l’intérêt des élèves. Je pense qu’une approche historique est un moyen de reprendre en main les rênes d’une compréhension et même d’une passion nécessaire. Ajoutons que les sciences et les techniques sont bien présentes dans les programmes d’histoire des collèges et des lycées et qu’encourager les jeunes enseignants à les mieux considérer peut servir la cause de l’interdisciplinarité entre professeurs. Il me semble par ailleurs important de fournir des outils à la revalorisation des études techniques.

  • 1 n° 435, juillet-septembre 2016, p. 87 et suiv.

6D’un point de vue plus interne à la discipline, il est certain que l’historiographie récente a largement ouvert le champ de l’histoire des sciences et des techniques, même si certains de mes collègues sont convaincus, à tort, du contraire. Pour te convaincre de l’ampleur du changement, je te renvoie à ce propos à la bibliographie qu’Audrey Millet et moi-même avons proposée à Historiens et Géographes1.

  • 2 Voir à ce propos l’article de Dominique Pestre, « Pour une histoire sociale et culturelle des scien (...)

7L’un des points forts du renouvellement intellectuel, partiellement d’origine anglo-saxonne, et les œuvres de Steven Shapin et Simon Schaffer en sont les vaisseaux amiraux, est la montée de l’intérêt pour la construction sociale et politique des savoirs, sous l’influence de plusieurs courants, s’inscrivant au sein de la discipline historique en lien avec la sociologie, l’anthropologie et l’ethnologie des connaissances2.

  • 3 Pamela Long, « Trading zones in early Modern Europe », Isis, 2015, vol. 106, n° 4, p. 840-847.

8Un autre point fort est la réflexion qui a été menée sur les relations entre les sciences et les techniques, la notion de science appliquée et la révolution industrielle (voir les travaux de Musson et Robinson, de Liliane Hilaire Pérez, ou de Marcus Popplow). Enfin, le spatial turn identifié par les articles de Steven Shapin ou Jean-Marc Besse a apporté de nouvelles interrogations sur l’espace comme élément déterminant dans la production des savoirs, notamment dans ces lieux que Peter Galison, puis Pamela Long après lui, appellent des trading zones, c’est-à-dire des lieux d’échange entre savants et praticiens3.

9Tu comprendras qu’il m’est impossible d’être ici exhaustif, les quelques grandes lignes posées sont plus une invitation à approfondir ce qui est présenté dans les très bons manuels sortis l’an dernier chez Atlande, Armand Colin, Dunod, Nouvelle Clio, les PUR, Le Seuil (et j’en oublie).

10JP : Sur le plan épistémologique, que penses-tu de l’opposition entre internalisme et approche externaliste ? La formulation même du sujet, et la présence des « pouvoirs », ainsi que des « sociétés », ne reflètent-elles pas un parti pris anti-internaliste ? Quelle est la position du jury et/ou la tienne en particulier sur ce point, et dans quel esprit la question a-t-elle été posée aux candidat/es ?

  • 4 Ainsi : Lissa Roberts, Simon Schaffer et Peter Dear (éd.), The Mindful Hand : inquiry and invention (...)

11PB : Je pense qu’il est ridicule d’opposer internalisme et externalisme, comme on l’a fait depuis trop longtemps. Dans ma propre pratique, j’ai par exemple travaillé sur Léonard de Vinci, « homme de guerre » dans son rapport aux princes de son temps, cela ne m’a pas empêché d’étudier sa balistique et sa théorie du mouvement dans le cadre de la pensée des calculatores du XIVe siècle ou de me pencher sur ses pratiques expérimentales. De même, quand j’ai essayé de percer les mystères des notes mathématico-physiques de Thomas Harriot, je ne me suis pas contenté d’étudier ses relations avec le comte de Northumberland. Les idées scientifiques naissent bien sûr dans les esprits des inventeurs, mais personne n’invente seul et en dehors de tout contexte. Alexandre Koyré était si désireux de prouver l’autonomie des sciences qu’il affirmait qu’aucun artilleur n’avait lu Tartaglia au XVIe siècle, ce que démentent totalement les recherches les plus récentes. Les positions qualifiées d’externalistes et internalistes ont laissé la place aujourd’hui à une réflexion sur le caractère hybride des savoirs scientifiques et techniques4. Les historiens, faisant remarquer que les artisans étaient aussi capables d’abstraction, ont donc fait reprendre le débat en posant la question des flux d’informations entre le savant et l’artisan, indiquant qu’il existait une épistémologie artisanale. Ils ont aussi suggéré, malgré les résistances, de faire sauter les barrières handicapantes qui séparaient l’histoire des sciences et l’histoire des techniques. Il faut néanmoins avouer que les enjeux de définition de champ disciplinaire et de position dans le champ troublent encore cette historiographie. La formulation de la thématique des concours invite justement non seulement à braver la frontière artificielle entre les sciences et les techniques (en insistant sur l’impact des dispositifs matériels et techniques, les instruments, les savoir-faire, sur les découvertes), mais encore à prendre en compte les enjeux sociétaux ou religieux, les régimes de la vérité scientifique et les enjeux de pouvoir dans l’épanouissement de tel ou tel champ de découverte, d’invention ou d’innovation.

12JP : De surcroît, s’opposent aussi, classiquement, deux visions du développement scientifique, une vision cumulative, d’une part, et une autre, plus transformatrice, plus violente également, malgré des phases intermédiaires plus consensuelles, comme a pu notamment le théoriser Thomas Kuhn ; bref, une vision plus révolutionnaire du phénomène. Les candidat/es doivent-ils/elles privilégier un paradigme par rapport à l’autre ? N’existe-t-il pas, ici aussi, une troisième voie ? Peut-on, doit-on, alors en finir avec l’idée même de « révolution scientifique », du moins dans son acception kuhnienne ? Ne faudrait-il pas, au final, brûler sinon Copernic, du moins l’idée de « révolution copernicienne » pour interroger les inventions, leurs facteurs et leurs effets, en contexte, socialement et politiquement, et ce, dans leur diversité et toute leur complexité ? Car comment, autrement, comparer la « révolution copernicienne » avec l’invention de la pompe à air, ou de la bielle-manivelle ?

  • 5 p. 56 et suiv.

13PB : Voilà encore une vaste question, et tu as certainement raison. Je te renvoie sur le sujet à la belle synthèse faite par Laurent Henri Vignaud dans son manuel chez Dunod sur la longue lutte entre la vision révolutionnaire et la vision continuiste5. Aujourd’hui, la notion de « révolution scientifique » est remise en cause et l’on considère que le changement a eu lieu sur un long terme prenant en écharpe la Renaissance et les Lumières (précisément ce que nous avons fait en définissant le sujet). Faut-il pour autant rejeter le terme de révolution ? Je crois que tout dépend de l’échelle à laquelle on se place, très clairement. Il y eut à certaines époques, dans des sciences et des techniques précises, des changements brutaux. C’est la prise en compte de tous ces changements qui, de fait, se sont étalés sur trois siècles, qui pousse Peter Dear à intituler son manuel de cours Revolutionizing the sciences (2001) ou Steven Shapin à intituler le sien La Révolution scientifique (1998) en écrivant « La révolution scientifique n’a jamais existé et pourtant ce livre lui est consacré ». Évolution ou révolution, le débat le plus intéressant n’est sans doute pas là, en tout cas pour notre domaine.

14JP : On devine que le jury ne saurait se satisfaire d’une approche purement intellectuelle, élitaire, de la question, qui n’a pas été seulement pensée comme un sujet portant sur les cultures savantes. Quelle place à accorder alors aux savoirs pratiques, à ce que Carlo Macagni, à partir de la culture de l’abaque, d’une culture scientifique qui n’est, stricto sensu, ni tout à fait savante, ni totalement populaire, a pu qualifier de « strate culturelle intermédiaire » ? Quels autres exemples comparables pourraient être développés ?

  • 6 Voir, en sus des références mentionnées dans la note 4, Malcolm Oster, « The scholar and the craftm (...)

15PB : Oui, c’est important de reprendre cette question qui était déjà celle d’Edgar Zilsel et son collègue Robert K. Merton dans les années 1930 et 1940. Selon eux, les artisans qualifiés jouèrent un rôle fondamental dans ce qu’ils appelaient la révolution scientifique du XVIIe siècle. Alexandre Koyré et Rupert Hall, dans les années 1960, considéraient au contraire que les techniques étaient irréductibles au savoir scientifique, déniaient donc leur rôle aux artisans, et que l’histoire des sciences devait essentiellement prendre en compte l’histoire des idées scientifiques, tu as vu plus haut ce que je pensais de ces positions internalistes et externalistes. Au demeurant, malgré mes critiques, j’admire beaucoup l’œuvre de Koyré. Ces positions ont toutefois laissé la place aujourd’hui à une réflexion sur le caractère hybride des savoirs scientifiques et techniques6.

  • 7 Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs : l’intelligence technique du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, (...)

16J’ajoute qu’il existe des figures intermédiaires entre les deux pôles du savant et de l’artisan, par exemple celle de l’ingénieur, étudiée par Hélène Vérin7, dont l’activité pratique le verse du côté de la technè et l’activité théorique – maîtrise d’Euclide, de la balistique et d’Archimède ou Tartaglia, etc. – du côté de l’épistémè. Cette figure en tension s’avère particulièrement intéressante.

17Quant aux travaux de Carlo Macagni, ils sont mal connus en France, mais mériteraient d’être traduits. Il a écrit sur la littérature scientifique en vulgaire et expliquait que cette culture de l’abaque était adaptée à une strate culturelle intermédiaire entre celle des litterati et celle des illiterati, apparue à la fin du Moyen Âge dans le monde des artisans et des corporations, des notaires et des commerçants. Dans la société médiévale, il y a en effet ceux qui sont détenteurs de la culture latine, il y a les analphabètes et il existe une strate très large, « intermédiaire ». Sa culture n’a pas de fondement dans la culture latine, elle est celle de gens qui se sont forgé un savoir où s’articulent culture savante et culture marchande. Avec une typologie nouvelle des structures mercantiles est en effet apparue la nécessité d’uniformiser les opérations, les procédures élémentaires de caractère mathématique, et cela se fit précisément dans les écoles d’abaques où l’on formait ceux qui avaient besoin des mathématiques commerciales, mais qui n’étaient pas des mathématiciens. Dans ces écoles d’abaques, les mathématiques valent comme capacité opérative (prendre la mesure d’une aune de drap, d’une vigne, construire un pentagone ou un décagone, manipuler les triangles semblables, etc.) et on vend ces savoirs. Leon Battista Alberti expliquait que le marchand devait être éduqué à la manière de l’abaque et familier de l’écriture marchande (celle qui est très présente par exemple dans la bibliothèque de Dante Alighieri). Sur les chantiers de la Renaissance, à Milan, à Florence, des hommes issus du monde des métiers, tels l’orfèvre Brunelleschi, l’horloger Della Volpaia ou le menuisier nommé « le Francione », des proto-ingénieurs détenteurs de mathématiques pratiques très élémentaires qui construisent a triangolum ou a quadratum, sont issus de cette culture. Une énorme production manuscrite en langue vulgaire en garde la trace. Au demeurant, le phénomène n’est pas seulement italien, comme en témoignent les carnets de l’architecte Villart d’Honnecourt (XIIIe siècle) ou du géomètre vigneron provençal Bernard Boysset (XIVe-XVe siècles).

18Les deux mondes professionnel et savant communiquent : dans une ville comme Florence, peuplée de 30 000 habitants, on discute. Léonard de Vinci par exemple, fils de notaire et apprenti chez le peintre Verrochio, bel exemple de la strate culturelle intermédiaire, est en relation avec le mathématicien Paolo dal Pozzo Toscanelli et plus tard à Milan avec le très savant Luca Pacioli, qui l’initie à Euclide, mais qui lui-même écrivit toute sa vie en mercantesca. En 1562, en Angleterre, cela continue et le géomètre Edward Worsop distingue bien les learned et les unlearned, mais atteste de pratiques mathématiques non issues des universités. Plus tard, dans les années 1590, Thomas Harriot, mathématicien formé au prestigieux Oriel College d’Oxford, collabore avec le maître de hache Mathew Baker dans l’arsenal de Deptford et les flux d’informations ne vont pas nécessairement toujours du savant vers l’artisan. Ce n’est pas tout à fait un hasard si Galilée fait débuter son Discours concernant deux sciences nouvelles (1633) par une scène dialoguée introductive mise en scène entre les madriers de l’arsenal de Venise.

19JP : Si on connaît bien la circulation des idées en Europe via les échanges épistolaires entre humanistes et les dimensions et les ressorts de la diffusion des Lumières sur le continent, ainsi que la mobilité des élites intellectuelles tout au long de la période, la circulation des savoirs techniques, des techniciens, des ingénieurs, des ouvriers, malgré des publications récentes, est moins connue. Les géographies sont-elles comparables ? Et les mécanismes permettant ces circulations le sont-ils également ? Et puisque l’on parle des circulations, comment expliquer l’absence de l’Allemagne dans le sujet ?

20PB : Je répondrai d’abord à ta dernière question. Tu trouveras toujours de bonnes raisons pour élargir le champ géographique de l’étude. Tu parles de l’Allemagne (qui à cette époque n’existe pas !), mais en fait pourquoi pas les pays ibériques, absolument fondamentaux pour les sciences naturelles, la Pologne de Copernic, la Suède de Linné, etc. ? En fait, la réponse va te décevoir. Personnellement, j’étais pour une approche plus européenne du sujet, mais j’étais sans doute déraisonnable et il fallait réduire la taille du rocher de Sisyphe imposé aux candidats. J’ai accepté cet argument, mais ne suis pas persuadé qu’en diminuant la focale, on ne crée pas des effets fractals de complexité accrue. Disons que la réduction à quatre pays est purement arbitraire, mais vise surtout à aider les étudiant/es ! Le reste de ta question mérite un cours entier et je ne suis pas sûr de pouvoir y répondre de façon rapide. Disons pour aller vite qu’entre le XVe et la première partie du XVIe siècle, la péninsule italienne mène le jeu tout au moins dans le monde des techniques et de l’ingénierie. Dans la seconde moitié du XVIe siècle et au XVIIe siècle, les trois autres pays considérés, qui se sont mis à l’école de l’Italie, toujours intellectuellement productive dans la mathématisation du monde, accouchent d’un paradigme à la fois mécaniste et/ou expérimental et échangent énormément leurs idées (voir le cas de Descartes et Beckman, de Harriot et Viète). À la fin du XVIIe siècle, chaque pays apporte sa réponse académique particulière à l’affirmation du laboratoire et de l’internationalisation des sciences par la circulation des savoirs, les échanges épistolaires et livresques n’ont jamais été aussi intenses. Au XVIIIe siècle, les sciences et les techniques interagissent avec les publics, les industries et les marchés, en Angleterre d’abord, mais aussi en France et en Italie par la suite. Là encore, chacun copie le voisin et finit par donner le ton. La circulation des ingénieurs, des ouvriers et techniciens est une histoire complexe et il est certainement difficile d’apporter une réponse quantitative rigoureusement périodisée, mais les travaux de Marco Belfanti, d’Hélène Vérin, de Liliane Hilaire-Pérez, de moi-même et d’autres encore, apportent des réponses partielles.

21JP : Sur le plan politique maintenant, que doit-on entendre par « pouvoirs » ? S’agit-il, étroitement, de rappeler aux candidat/es l’importance de l’autorité publique dans les processus de production du savoir, grosso modo des pratiques du mécénat à la Renaissance, à leur forte institutionnalisation – notamment en France – par le biais des académies royales, des diverses instances de contrôle, validation et promotion des savoirs, puis à leur autonomisation progressive au XVIIIe siècle par l’intermédiaire des sociétés savantes, des clubs, etc., ou d’ouvrir également le champ à une réflexion historique sur les usages concrets, immédiats ou indirects des savoirs ?

22PB : C’est tout cela en même temps. Il faut bien entendu étudier la façon dont les pouvoirs protègent les sciences et les techniques et leur permettent de s’épanouir sous diverses formes plus ou moins contrôlées, mais aussi comment les sciences et les techniques ont apporté aux princes – ou aux républiques – non seulement des moyens de se perpétuer (on pense notamment aux technologies militaires), mais encore des formes de légitimation.

23JP : J’ai toujours à l’esprit le mot d’Yves Lacoste, qui disait que « la géographie ça sert d’abord à faire la guerre ». Mais ne peut-on pas, au final, en dire autant de toutes les sciences et techniques de l’époque moderne qui, elles aussi, servent à faire la guerre ? La question des usages immédiats ou secondaires des sciences et des techniques entre la Renaissance et les Lumières fait-elle pleinement partie du sujet ? L’histoire du développement scientifique et technique n’est-il pas, aussi, voire surtout, celui de l’État moderne, de sa construction, de son renforcement, de sa crise également ? L’histoire des sciences et des techniques n’est-elle pas aussi une histoire du capitalisme marchand, de son expansion, de ses mutations ? Et quelle place accorder également aux rapports entre sciences et religion à l’époque moderne ?

24PB : Tu as raison, il est très clair pour moi que les mathématiques, par exemple, par le biais de l’arithmétique militaire (qui sert à former les unités de piquiers et d’arquebusiers), de la géométrie des fortifications bastionnées ou des calculs balistiques, entretiennent un lien étroit avec les arts militaires. La mécanique préclassique, celle qui accouche de la statique et de la dynamique, est également fortement endettée vis-à-vis des entreprises belliqueuses. La chimie des poudres elle-même n’est pas étrangère à la façon dont le paracelsisme s’intéresse particulièrement aux sels pour élaborer une pharmacopée nouvelle. Toutefois, sciences et techniques sont également au service du capitalisme marchand et, inversement, le capitalisme contribue à l’épanouissement de certaines sciences et de certaines techniques. Prenons l’exemple de l’horlogerie : la demande d’une mesure du temps plus précise est clairement issue à la fois des ordres religieux et de la bourgeoisie. Le passage aux horloges portables miniaturisées et à leur large diffusion engendre à son tour des progrès dans le domaine de la précision et de la standardisation des processus mécaniques. Sans de telles percées, associées aux expériences sur la pompe à air au XVIIe siècle, la révolution de la machine à vapeur n’eût pas été possible. S’installe alors un cercle vertueux où les besoins dans les mines et dans les textiles assurent le succès de l’énergie nouvelle. Ici, on le voit, la guerre ne joue pas un grand rôle.

  • 8 Pour un résumé de ses thèses, voir Braunstein, L’histoire des sciences. Méthodes, styles et controv (...)

25La question des rapports entre science et religion (mais on pourrait ajouter aisément le troisième terme des techniques pour complexifier le problème) est un vieux serpent de mer historiographique. D’abord, il y eut l’idée, issue d’un XIXe siècle anticlérical, selon laquelle la science n’a pu se développer qu’en se débarrassant de ses préjugés religieux et en s’autonomisant. Puis dans les années 1930, il y eut les thèses de Robert Merton qui affirmaient l’importance du protestantisme dans l’essor des sciences modernes, notamment dans l’Angleterre puritaine. La thèse de Merton veut en effet qu’au départ la religion, en l’occurrence le puritanisme et les valeurs correspondantes d’utilité, de rationalité, d’empirisme et d’individualisme, lance la science, mais qu’ensuite, la science gagnerait de l’autonomie jusqu’au rejet de ce qui l’empêche de progresser dans la religion8. Cette idée que l’« éthique puritaine » a favorisé l’essor des sciences par la volonté de glorifier Dieu, par le souci du bien-être de la communauté et par la valorisation du travail constant et utile aux autres, a continué d’être discutée dans les années 1960 et 1970 par Christopher Hill et Theodor Rabb. Par la suite, cependant, d’autres chercheurs ont remis en cause la théorie mertonienne, ou plutôt ont démontré qu’on pouvait la transposer à d’autres religions. Ainsi, ont-ils pu démontrer que des scientifiques catholiques italiens, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, étaient alors en nombre bien plus grand que les savants anglais. D’autres, à l’instar de Steven Shapin, ont souligné le fait que la spiritualité apostolique (qui portait au pinacle diligence, pragmatisme et savoir) a pu elle aussi contribuer à l’établissement d’une tradition scientifique jésuite. Les travaux de Luce Giard, Antonella Romano, Michael Gorman et Moty Feingold, entre autres, ont abondé dans ce sens. Les valeurs associées à la spiritualité apostolique conduisirent en effet à l’acceptation de sciences actives et empiriques. Il semble bien qu’il existe une sanctification supraconfessionnelle du travail et du savoir.

Haut de page

Notes

1 n° 435, juillet-septembre 2016, p. 87 et suiv.

2 Voir à ce propos l’article de Dominique Pestre, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », dans Annales. Histoire, sciences sociales, 1995, 50e année, n° 3, p. 487-522.

3 Pamela Long, « Trading zones in early Modern Europe », Isis, 2015, vol. 106, n° 4, p. 840-847.

4 Ainsi : Lissa Roberts, Simon Schaffer et Peter Dear (éd.), The Mindful Hand : inquiry and invention from the late Renaissance to early industrialisation, Amsterdam, 2007 ; Robert Halleux, Le savoir de la main : savants et artisans dans l’Europe pré-industrielle, Paris, 2009 ; ou encore Margaret Jacob, Scientific culture and the making of industrial west, Oxford, 1997 ; Liliane Hilaire-Perez et alii, L’Europe des sciences et des techniques, XVe-XVIIIe siècles. Un dialogue des savoirs, Rennes, 2016.

5 p. 56 et suiv.

6 Voir, en sus des références mentionnées dans la note 4, Malcolm Oster, « The scholar and the craftman revisited : Robert Boyle as aristocrat and artisan », Annals of Science, vol. 49, n° 3, 1992, p. 255-276.

7 Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs : l’intelligence technique du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1993.

8 Pour un résumé de ses thèses, voir Braunstein, L’histoire des sciences. Méthodes, styles et controverses, Paris, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Brioist et Johann Petitjean, « « Personne n’invente seul et en dehors de tout contexte » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 169-178.

Référence électronique

Pascal Brioist et Johann Petitjean, « « Personne n’invente seul et en dehors de tout contexte » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6200

Haut de page

Auteurs

Pascal Brioist

Université de Tours-CESR

Articles du même auteur

Johann Petitjean

Université de Poitiers, Criham/IHMC-ERC ConfigMed

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page