Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Questions, remarques et témoignages d’un scientifique

Pierre Crépel
p. 159-166

Texte intégral

1Le titre du programme des concours d’histoire commence par « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés ». La période retenue (XVe-XVIIIe siècles) y est qualifiée, sans discussion, de « cœur de la révolution scientifique – c’est-à-dire le moment où s’impose la nouvelle pratique expérimentale et l’établissement de la vérité scientifique dans le cadre du laboratoire ». Un peu plus loin, on lit qu’à cette époque « l’invention technique a été identifiée comme cruciale dans la légitimation des pouvoirs politiques ». Commentant les renouvellements historiographiques de ces dernières décennies, le texte ajoute ceci à propos des sciences et des techniques : « Les historiens […] ont montré qu’elles se situaient au cœur des relations de pouvoir ». En d’autres termes, ici, l’histoire des sciences et des techniques ne doit pratiquement être considérée que dans ses dimensions politiques. Pour ne laisser aucune ambiguïté, le programme précise en outre :

2« Le libellé n’incite donc nullement [sic] à une classique histoire internaliste des idées scientifiques ou techniques. Ainsi ne demandera-t-on pas aux candidats de connaître les contenus des Discorsi de Galilée ou des Principia de Newton, mais simplement de retenir les grandes lignes des apports de ces auteurs aux sciences de leur temps et d’examiner l’interaction de leurs idées avec la société et les pouvoirs religieux, politiques, académiques ».

3Nul ne saurait reprocher aux auteurs du programme de le rendre accessible à des étudiants en histoire, ou de limiter le sujet en focalisant la réflexion sur tel ou tel aspect, afin de ne pas embrasser un domaine trop vaste. Toutefois, la lecture d’ensemble du texte et le ton qui s’en dégage appellent quelques remarques. Et cela d’autant plus qu’il est très rare de voir les sciences et les techniques au programme de ces concours : l’occasion ne se représentera peut-être pas de sitôt, donc ce cadre partiel risque de rester longtemps le seul ayant droit de cité à leur égard.

4Voici deux questions :

51) Est-il donc possible de « retenir les grandes lignes des apports » de Galilée et de Newton aux sciences sans « connaître les contenus » de leurs œuvres ?

62) « l’interaction de leurs idées » avec les religions et les académies se réduisent-elles à des enjeux de « pouvoirs » ?

7Je ne prétends pas y répondre ici, mais ces questions sont claires et naturelles, elles ne doivent pas être esquivées, y compris dans la tête des futurs professeurs d’histoire de collèges et de lycées.

81) Ne risque-t-on pas ainsi de banaliser la superficialité, d’accepter sans approfondissement les vues des vulgarisateurs et commentateurs plutôt que celles des acteurs scientifiques eux-mêmes, de faire l’impasse sur les exigences et les souffrances de la vraie recherche (d’ailleurs parfois cachées dans les publications des savants) ? Peut-on dire le dernier mot d’une histoire des mathématiques sans équations, de la physique sans instruments, de l’économie sans agronomie et sans industrie ? Ne risque-t-on pas aussi d’alimenter le « relativisme » et, par contrecoup, son miroir inversé, à savoir le repli des scientifiques sur une rationalité « pure » et non contextualisée ?

92) Les religions, sans être évidemment indépendantes des intérêts de classes ou autres, ne sont-elles pas aussi une façon de chercher à comprendre les mystères de la nature et des sociétés ? Les académies ne sont-elles pas aussi des lieux de production, d’échanges, de débats scientifiques, surtout à des époques où les facultés des sciences et les centres de recherche n’existaient pas ? Si les pouvoirs sont un peu partout, ils ne sont pas tout.

  • 1 Terme du jargon des historiens des sciences, évoquant une conception de l’histoire purement interne (...)
  • 2 Notamment Bertrand Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, Hermann, 1964.
  • 3 Voir en particulier René Taton (dir.), Enseignement et diffusion des sciences au XVIIIe siècle, Par (...)

10Il est vrai que l’histoire des sciences, telle qu’elle était pratiquée en France, disons jusqu’aux années 1980, se concentrait sur certains aspects (les grands savants, les grandes idées, les grandes découvertes) et en négligeait bien d’autres. Chez divers auteurs, elle semblait étudier davantage une production des dieux qu’une production des hommes. Elle s’intéressait assez peu aux enjeux de pouvoir, aux rapports de force, aux politiques scientifiques, aux réseaux d’influence, à la culture scientifique des gens « moyens ». Il serait néanmoins injuste et erroné de prétendre qu’elle se limitait à « une classique histoire internaliste1 des idées scientifiques ou techniques ». C’est bien entendu entièrement faux pour les sciences et techniques de l’Antiquité, du Moyen Âge ou de ce qu’on appelait les « civilisations » arabes ou asiatiques, mais ce n’est pas très exact non plus pour l’Occident dit « moderne ou contemporain ». Les études alors pratiquées se penchaient souvent au moins sur les interactions avec le mouvement des idées philosophiques. D’autre part, des historiens des sciences parmi les plus connus ont assez tôt étudié les ingénieurs2, l’histoire de l’enseignement3.

  • 4 Simon Gouz, J.B.S. Haldane, la science et le marxisme, Paris, Éditions matériologiques, 2013, préfa (...)

11Jérôme Lamy parle à juste titre de l’importance du 2e congrès international d’histoire des sciences (Londres, 1931) et de l’impact des interventions de la délégation soviétique, spécialement sur les savants britanniques comme Bernal, Haldane ou Needham. Les retombées ont concerné non seulement les façons de réfléchir sur les sciences, mais aussi les façons de les pratiquer. La thèse de Simon Gouz est à cet égard éclairante4.

12Mais on doit aussi remonter plus avant dans le temps. Une histoire des sciences et des techniques à vocation large et non internaliste est-elle si récente ? Par certains côtés, les « éloges des académiciens », tels qu’ils sont conçus par Fontenelle, puis par bien d’autres comme Condorcet ou Arago, ne se cantonnent « nullement » à des cascades de théorèmes ou d’expériences de laboratoire. Sans vouloir faire dire aux écrits de ce genre, à ces époques, autre chose que ce qu’ils expriment, avec leurs limites, on ne saurait sous-estimer la valeur des informations et des réflexions de fond qu’ils contiennent. L’Histoire des mathématiques de Montucla, dont la première édition est publiée en 1758, est un ouvrage de grande envergure, avec une vision très large des mathématiques (incluant toutes les sciences et techniques plus ou moins mathématisées), qu’on ne saurait qualifier d’internaliste. Il en est de même des aspects historiques sur les sciences et les arts qu’on trouve dans l’Encyclopédie Diderot-D’Alembert. Le Tableau historique des progrès de l’esprit humain de Condorcet peut aussi être vu comme un ouvrage d’histoire des sciences et il se situe aux antipodes d’une vision internaliste. La presse d’Ancien Régime, sur laquelle les littéraires (plus que les historiens) ont attiré notre attention, fourmille d’essais proches de l’histoire des sciences et des techniques qui ne se recroquevillent pas sur un développement interne à telle discipline présentée comme coupée du monde. Ces ouvrages brouillent en outre les distinctions entre sources primaires et sources secondaires.

  • 5 Dans la Revue des deux mondes, 21 mai et 1er-2 juin 1846.

13Un autre aspect, essentiellement éludé dans le programme du concours, est celui du rapport aux sources, sur lequel la réflexion ne date pas d’aujourd’hui. Remarquable est par exemple, à ce sujet, la controverse entre Arago et Libri5 à l’occasion de l’éloge de Monge lu par le premier à l’Académie des sciences le 11mai 1846. Ces deux personnages sont d’ailleurs en même temps savants et hommes politiques. Libri reproche à Arago de transformer l’histoire des sciences en histoire politique, de ne pas analyser les travaux scientifiques, de se comporter négligemment vis-à-vis des sources. Il a en partie raison, toutes mentent, toutes (se) trompent, toutes apportent quelque chose, mais pas de la même façon. Toutes sont partielles, on cherche à en recueillir le maximum, les rapports de l’historien à l’exhaustivité sont toujours problématiques et douloureux. Pour la formation d’un professeur d’histoire, la capacité à critiquer les sources, écrites, orales, matérielles, est fondamentale.

14Le XIXe et le XXe siècles n’ont pas entièrement rompu avec ces tentatives de compréhension des interactions entre les sciences, les techniques et la vie sociale, idéologique ou politique. Mais le lien fut assuré essentiellement par des philosophes, en général plus enclins à insister sur les idées ou les méthodes que sur les contextes ou la chronologie. Pensons à Auguste Comte, mais aussi au XXe siècle à Meyerson, Brunschvicg, Boutroux, Gonseth, etc. Pensons aussi à quelques grands savants philosophes, amis ou ennemis de l’histoire des sciences, comme Claude Bernard, Ernst Mach ou Henri Poincaré. D’autres seraient beaucoup mieux placés que moi pour en parler. Évidemment, cette prise en mains par les philosophes pouvait avoir tendance à se transformer en corporatisme surplombant. Je me souviens d’avoir entendu l’un d’entre eux à Rennes vers 1985, au cours d’un exposé par ailleurs intéressant, affirmer d’un ton qui n’admettait pas la réplique : « toute histoire des sciences qui n’est pas philosophique est anecdotique ». Les philosophes sont souvent peu attentifs à la chronologie et, s’ils acceptaient alors un dialogue avec des scientifiques, ils semblaient en général assez indifférents aux préoccupations des historiens.

15L’Histoire générale des sciences en 4 volumes sous la direction de René Taton et l’Histoire générale des techniques sous la direction de Maurice Daumas, parues dans les années 1960, peuvent certes être qualifiées de « classiques », mais elles ne sont pas internalistes. Les auteurs cherchent à comprendre les relations entre les sciences et techniques et le reste de la société. Avec le recul du temps, l’historien d’aujourd’hui pourra juger leurs récits un peu naïfs, mais c’était largement l’usage de l’époque d’écrire ainsi.

16Lors d’un colloque, vers 1980, un participant eut cette saillie : « Il y a deux histoires des sciences, celle de la rue Colbert et celle de la rue du Four ». La rue Colbert (à Paris) signifiait les érudits, proches des textes, lecteurs assidus de la BNF ; et la rue du Four, les philosophes (Bachelard, Canguilhem), qui avaient alors un grand prestige. On lui répondit (à tort et à raison) que cette dichotomie était excessive, que les frontières n’étaient pas si marquées.

  • 6  Zentralblatt für Mathematik, n° 403 (1979), notice 00023.

17Il est vrai qu’il existait (et existe encore) une histoire des sciences purement interne à la discipline examinée, comme Les Éléments d’histoire des mathématiques de Bourbaki, dont la première édition remonte à 1960. Le mathématicien Jean Dieudonné en donnait un exemple caricatural, notamment dans son Abrégé d’histoire des mathématiques. Non seulement, il développait un point de vue totalement interne, mais en outre il était obsédé par la lubie de classer les savants selon leurs mérites ou leurs performances (un peu comme le guide Michelin avec ses étoiles), et aussi de classer les domaines des mathématiques selon leurs prestiges (la géométrie algébrique se trouvant en haut, le calcul des probabilités en bas). Tout ce qui pouvait dévier d’une histoire voire d’une réflexion autre qu’ultra-élitiste à propos des mathématiques devait être combattu de la façon la plus vive. En voici un exemple à propos d’une discussion tout à fait anodine et sans prétention, lors d’une école d’été tenue à Saint-Flour et relatée dans une publication confidentielle de l’université de Clermont-Ferrand. Dieudonné, chargé de la recenser pour une revue, terminait ainsi son compte rendu : « Il me semble qu’il n’y a pas lieu de perdre son temps à prendre en considération l’opinion de personnes pour lesquelles, visiblement, l’honêteté [sic] intellectuelle n’est qu’un vain mot6 ».

18D’ailleurs, jusqu’aux années 1980, l’histoire des sciences était mal vue par la plupart des scientifiques, ceux-ci la considéraient comme une sous-science pratiquée par ceux qui ne sont pas capables d’en faire de la vraie. Pour la plupart d’entre eux, le présent effaçait le passé ; les sciences « périmées » devaient surtout se faire oublier et les techniques anciennes devaient rejoindre le rouet et la lampe à huile dans les musées. Quand des scientifiques voulaient se lancer dans des études historiques, ils savaient que c’était vraisemblablement un coup d’arrêt à leur carrière. « On » (en particulier les philosophes) leur faisait d’ailleurs remarquer qu’il y avait les « amateurs » et les « professionnels » et qu’un scientifique devait d’abord apprendre à faire une dissertation avant de vouloir marcher sur les plates-bandes des autres. Régnait un certain élitisme, au mauvais sens du terme, et aussi au bon, car les travaux des philosophes existants étaient souvent de remarquable qualité. En revanche, « on » tolérait ou acceptait ce qui émanait de vieux savants et de retraités. Ceux-ci racontaient l’évolution de leurs disciplines, souvent sans même se rendre compte qu’il pouvait y avoir des exigences de méthode en histoire (même quand ils étaient très cultivés et avaient lu par ailleurs des ouvrages de grands historiens critiques réputés).

  • 7 Je ne saurais dire si c’est spécial à la France.

19Où étaient alors les historiens, les sociologues et les littéraires ? Fort peu impliqués sur les sciences et même sur les techniques ! L’un d’entre eux m’avait dit un jour : « Nous sommes incapables de faire de l’histoire des sciences, parce que nous n’avons aucune culture scientifique, nous sommes victimes du programme de 1902 » (qui installait, d’après lui, une coupure entre les lettres et les sciences). C’est un point de vue peut-être un peu sommaire, mais qui témoigne au moins partiellement d’un aspect réel7. Ils adoptaient une position (exagérément) humble et distante, selon laquelle on ne pouvait parler que de ce qu’on maîtrisait.

  • 8 Paris, Aubier-Montaigne, 1981.

20Il existait peu d’exceptions. Parmi celles-ci, Jacques Léonard, auteur notamment de La médecine entre les savoirs et les pouvoirs8. Il était passé de l’histoire socioculturelle des médecins et personnels de santé à celle des sciences médicales, puis à celle des sciences de la vie et recherchait le dialogue avec les scientifiques. Il avait parfois l’impression de se battre un peu dans le désert. Je le revois vers 1986, au retour d’un colloque dont le titre devait être « Histoire des sciences et histoire des mentalités », très dépité d’avoir assisté à une juxtaposition d’exposés entre deux corporations qui semblaient ne pas chercher à partager leurs savoirs et leurs méthodes.

21Il faut dire que les habitudes « classiques » des historiens n’étaient pas toujours adaptées à l’étude des évolutions des sciences et des techniques. Par exemple, le découpage presque sacro-saint des historiens français en quatre époques (Antiquité, Moyen Âge, moderne, contemporaine) ne marche pas du tout pour la périodisation en histoire des sciences, comme l’ont montré de nombreux chercheurs, tel Roshdi Rashed, spécialiste des sciences arabes.

22On peut aussi envisager la question autrement. Au moment du bicentenaire de la Révolution française, plusieurs scientifiques (dont je faisais partie) ont impulsé des études sur Condorcet. Vu l’unité du personnage et son rôle sous le ministère Turgot et pendant la Révolution, il était indispensable de travailler avec des historiens. C’est ainsi que nous avons pris contact avec François Hincker, Jean-Claude Perrot et Marcel Dorigny. Il était particulièrement intéressant pour nous de voir comment ceux-ci travaillaient, notamment comment ils appréhendaient les interventions de Condorcet en économie, dans un esprit souvent différent (et complémentaire) de celui des économistes qui se penchaient sur l’histoire de leur discipline. Ainsi, un vrai travail en commun s’est-il instauré autour du savant révolutionnaire, entre des historiens des sciences de formation scientifique et des historiens de métier, sans que cela ait d’ailleurs de liens avec les études dites « sciences, technologie, société ».

23Retournons à 1980. C’est l’année de la création de la Société française d’histoire des sciences et des techniques (SFHST). Elle témoigne d’un mouvement général d’investissement de scientifiques et d’ingénieurs critiques à partir de leur vécu. C’est aussi le cas dans les Instituts de recherche sur l’enseignement des mathématiques (IREM) fondés vers 1970, notamment face au désarroi de l’introduction des mathématiques modernes. Les premières assemblées générales de la SFHST furent surtout peuplées de scientifiques. Les historiens des sciences de métier (philosophes ou érudits) y étaient présents aussi (mais il y avait fort peu d’historiens). Pourquoi cet engouement est-il arrivé alors ? Les historiens et les sociologues sauront le dire mieux que moi. On peut penser que le facteur suivant a eu de l’importance à cet égard.

24Autrefois, les scientifiques ne formaient qu’un milieu restreint et les liens sciences-production-entreprises étaient moins directs et moins rapides. Il y a un changement d’échelle, les politiciens et hommes d’affaires se sont impliqués pour décider des orientations : sous Giscard, le ministre Pierre Aigrain avait popularisé le slogan du « pilotage par l’aval ». Le scientisme traditionnel du XIXe siècle est resté dominant jusque vers 1970 et souvent, quand les travailleurs revendiquaient, on leur répondait : à quoi bon vos luttes puisque vous obtiendrez mieux et sans douleur grâce aux retombées du progrès ? À la même époque, les syndicats de chercheurs et d’enseignants-chercheurs (lesquels n’étaient qu’embryonnaires au lendemain de la guerre) ont également essayé de prendre du recul sur la politique scientifique. Tous ces mouvements ont eu indirectement des retombées sur les objets d’étude et les façons de traiter l’histoire des sciences et des techniques, même quand il s’agissait de l’histoire d’autres périodes. Il est d’ailleurs probable que les courants « sciences, technologie, société » (STS) ont également prospéré sur ce même terreau.

25Tous les changements survenus au cours de la décennie 1980 en histoire des sciences ne sont pas le fait des STS. D’ailleurs, leurs premiers acteurs en France, tels Michel Callon et Bruno Latour, se plaignaient alors amèrement de ne pas être reconnus dans le milieu. Les liens de ces courants avec l’implication nouvelle des historiens et des sociologues dans les champs touchant aux sciences sont exposés ci-dessus, avec détail et recul, dans l’essai bibliographique de Jérôme Lamy. Le lecteur s’y reportera.

26L’arrivée de ces nouveaux interlocuteurs a comblé un vide, ceux-ci ont mis le doigt sur des aspects que leurs prédécesseurs ne savaient ou ne voulaient pas aborder, c’est évident. Cela correspond indéniablement à un enrichissement. Mais il ne faudrait pas qu’une corporation (d’historiens et sociologues) en chasse une autre (de philosophes) et qu’on passe (je force le trait) d’une histoire des sciences sans histoire à une histoire des sciences sans sciences. J’exagère un peu, bien entendu : si la plupart des historiens n’ont pas pratiqué les sciences et techniques, nombre d’entre eux ont suivi des formations complémentaires (parfois même davantage) dans tel ou tel domaine. D’ailleurs un certain équilibre s’est instauré aujourd’hui, toujours fragile, insuffisant, mais vivant. Il convient néanmoins de ne pas laisser prise à l’idée qu’on devrait regarder les scientifiques et les techniciens (et leurs travaux) principalement de l’extérieur, comme le faisaient les anthropologues avec les « tribus sauvages ».

27On me pardonnera peut-être cette intervention partielle, partiale et subjective sur le contenu du programme des concours du CAPES et de l’agrégation. Le ton adopté dans celui-ci pourrait en effet laisser entendre que l’histoire des sciences et des techniques était indigente ou seulement internaliste, un peu bornée avant sa libération dans les années 1980. Puisque nous écrivons dans une « revue d’histoire critique », nous avons bien le droit de critiquer les programmes officiels et l’on pourrait aussi revendiquer que les historiens et sociologues qui se penchent sur l’analyse des pouvoirs acceptent aussi qu’on exprime des avis sur le pouvoir... de ceux qui décident des sujets des concours !

28En conclusion, l’histoire des sciences et des techniques, par sa nature même, appelle une pluralité de formations et un dialogue des points de vue; une juxtaposition ne suffit pas. Selon les sujets précis traités, c’est telle ou telle approche ou combinaison d’approches qui sera plus pertinente et, pour former un bon professeur d’histoire et géographie, il faut aussi lui faire vivre cela de l’intérieur.

Haut de page

Notes

1 Terme du jargon des historiens des sciences, évoquant une conception de l’histoire purement interne à chaque discipline, indépendante du monde extérieur.

2 Notamment Bertrand Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, Hermann, 1964.

3 Voir en particulier René Taton (dir.), Enseignement et diffusion des sciences au XVIIIe siècle, Paris, 1964 (1ère éd.), rééd. Hermann, 1986.

4 Simon Gouz, J.B.S. Haldane, la science et le marxisme, Paris, Éditions matériologiques, 2013, préface de Jean Gayon.

5 Dans la Revue des deux mondes, 21 mai et 1er-2 juin 1846.

6  Zentralblatt für Mathematik, n° 403 (1979), notice 00023.

7 Je ne saurais dire si c’est spécial à la France.

8 Paris, Aubier-Montaigne, 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Crépel, « Questions, remarques et témoignages d’un scientifique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 159-166.

Référence électronique

Pierre Crépel, « Questions, remarques et témoignages d’un scientifique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6199

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page