Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Exposition « L’Afrique des routes »

Musée du quai Branly-Jacques Chirac, du 30 janvier au 12 novembre 2017
Catherine Coquery-Vidrovitch
p. 155-157

Résumé

L’historienne africaniste Catherine Coquery-Vidrovitch, conseillère scientifique de l’exposition construite par Gaëlle Beaujean, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly, présente ici les enjeux historiographiques de l’exposition « L’Afrique des routes », qui se tient actuellement dans ce musée. Elle montre combien, dans le contexte politique d’aujourd’hui, la connaissance de l’histoire de l’Afrique subsaharienne, notamment des circulations insérant les sociétés africaines dans des réseaux d’échanges intercontinentaux, est un enjeu culturel crucial.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Catherine Coquery-Vidrovitch, Petite Histoire de l’Afrique. L’Afrique au sud du Sahara de la préhis (...)
  • 2 La commissaire de l’exposition est Gaëlle Beaujean, docteure en anthropologie et responsable des co (...)

1Cette exposition, la première du genre, a pour objet de suggérer l’ancienneté et l’importance du rôle de l’Afrique subsaharienne dans l’histoire du monde depuis les origines. Ces réalités s’expriment par la beauté et la variété de plus de 300 objets qui les attestent. La moitié proviennent des réserves du musée, le reste a été emprunté dans des collections publiques et privées, en France et ailleurs (Portugal, Italie, Suisse). L’exposition, conduite par la commissaire Gaëlle Beaujean, a eu de son propre aveu pour origine, ou plutôt comme prétexte, un petit ouvrage de synthèse que j’ai publié en 2011 sur l’histoire africaine de la préhistoire à nos jours1. Ce choix, a priori, a étonné certains responsables du musée, plus orientés, par héritage, vers les « arts premiers » que vers l’histoire de ces productions. Mais liberté remarquable nous a été donnée d’orienter l’affaire à notre idée. Au cours de cinq années de travail commun, le projet a pris forme de façon autonome, ne serait-ce que par le choix du titre qui a donné sens à l’ensemble2. L’équipe du musée qui nous a soutenues tout au long du processus a été formidable, de même que tous les spécialistes, historiens d’art, historiens, archéologues, anthropologues, artistes qui ont accepté de collaborer au catalogue.

2L’objectif est de montrer que les circulations africaines n’ont pas été refermées sur elles-mêmes. Contrairement aux idées reçues, l’Afrique a toujours été un continent ouvert. Cela est démontré par la circulation des objets autant que des hommes, de leurs langues, de leurs cultures, de leurs productions. L’exposition inclut des éléments majeurs de ces rencontres, et nombreux sont les indices d’une vie incessante de relations : l’arrivée des langues afro-asiatiques ; les creusets que furent les espaces égyptien ou punique/carthaginois ; l’expansion des peuples de langues bantoues ; les échanges de plantes vers et depuis l’Afrique ; l’introduction du dromadaire (avec les Romains, autour du Ier siècle de notre ère) qui transforma l’espace transsaharien ; les échanges religieux, dont l’arrivée de l’Islam en Afrique de l’Ouest et sur la côte orientale (à partir des VIIIe-Xe siècles) ; l’influence perse en Afrique orientale (Ier-VIe siècles) ; l’essor du monde de l’océan Indien depuis avant notre ère et le rôle de l’or de Zimbabwe et des expéditions chinoises (Xe-XVe siècles) ; les routes de l’or qui déterminèrent « les Siècles d’Or » de l’Afrique occidentale dans la même période ; l’abondance des perles arrivées d’Asie et de l’Égypte avant d’être imitées par les « perles de Venise » ; la présence de l’ivoire, très précoce hors Afrique (déjà à Rome et dans l’Europe médiévale, et recherchée par les Indiens et les Chinois) et exponentielle à partir du XVIIIe siècle sur les marchés européen et asiatique ; la circulation ancienne des cauris (coquillages servant de monnaie) des îles Maldives en Afrique sahélienne occidentale. Les routes ne firent que s’amplifier avec l’essor des traites d’esclaves dans toutes les directions, puis la culture atlantique, l’influence chrétienne, l’intrusion du capitalisme européen.

3L’exposition entend aussi souligner le rôle de diffusion de savoirs et de cultures joué par les esclaves dans le reste du monde. Les effets de ce rôle actif dans les transferts culturels sont décelables par exemple dans les contenus religieux ou les échanges architecturaux (Inde/Portugal/Brésil/Afrique). Enfin survient la rupture provoquée par l’invention des routes coloniales, qui bouleverse à nouveau les sociétés. Un film original de vingt minutes est consacré à la colonisation occidentale, à partir d’extraits de documents de l’époque coloniale (photos, archives, reportages filmés).

4En épilogue, la reconnaissance de l’artiste comme acteur social dans les sociétés humaines conclut le propos. Les formes et les médias empruntèrent les anciennes et les nouvelles routes. Des œuvres modernes et contemporaines, d’artistes africains et européens, invitent le visiteur à sentir des formes ou des intentions confluentes.

  • 3 Musée du quai Branly, Arles, Actes Sud, 2017, 255 p., 37,90 €.

5L’exposition est accompagnée d’un catalogue précis, comportant (comme l’exposition) une chronologie soulignant les dates majeures. Ce catalogue a été rédigé par trente spécialistes qui sont à la pointe des connaissances actuelles dans tous les domaines concernés (préhistoriens, anthropologues, sociologues, historiens d’art, historiens) et il s’appuie sur un grand nombre d’œuvres souvent inédites. Il pourra être utile pour les enseignants, les chercheurs et les curieux intéressés par le rôle de l’Afrique dans les mondialisations successives de l’histoire : L’Afrique des routes. Histoire de la circulation des hommes, des richesses et des idées à travers le continent africain3.

6Le tout entend mettre en lumière un fait majeur : à quel point est fausse l’idée, naguère répandue et parfois encore partagée, d’une Afrique sans histoire.

Haut de page

Notes

1 Catherine Coquery-Vidrovitch, Petite Histoire de l’Afrique. L’Afrique au sud du Sahara de la préhistoire à nos jours, Paris, La Découverte, Poche, 2011 (rééd. complétée en 2016).

2 La commissaire de l’exposition est Gaëlle Beaujean, docteure en anthropologie et responsable des collections Afrique, musée du quai Branly-Jacques Chirac. Elle est l’auteure d’une belle thèse sur L’Art de cour d’Abomey (ex-Dahomey, Bénin) : le sens des objets (2015, à paraître fin 2017 aux Presses du Réel). Sur elle a reposé, entre autres, l’énorme responsabilité de repérer, collecter et vérifier les objets à exposer et d’en concevoir l’accrochage. Commissaire associée et responsable du catalogue : Catherine Coquery-Vidrovitch, historienne, université Paris-Diderot. Cartels, chronologies et cartes ont été conçus de concert.

3 Musée du quai Branly, Arles, Actes Sud, 2017, 255 p., 37,90 €.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Exposition « L’Afrique des routes » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 155-157.

Référence électronique

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Exposition « L’Afrique des routes » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6198

Haut de page

Auteur

Catherine Coquery-Vidrovitch

Professeure émérite, université Paris 7-Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page