Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Les organisations sportives communistes de France (1923-2015)

Histoire d’un renouvellement militant permanent
Fabien Sabatier
p. 133-152

Résumé

La trace historique laissée jusqu’à aujourd’hui par les organisations sportives communistes nationales peut s’apprécier au travers des militantismes sportifs, éducatifs et politiques premiers promus au cours du temps, en prenant soin d’en discerner les transformations majeures. Une des clefs pour saisir ce cheminement militant réside dans l’appréciation du travail d’impulsion réformatrice successif soutenu par des générations d’acteurs – parfois incarnées par un ou deux leaders charismatiques – qui surent renouveler le projet d’intervention sociale et politique de la Fédération sportive du travail1, mais plus encore de la Fédération sportive et gymnique du travail. Quatre ruptures rythment l’histoire militante de fédérations qui furent toujours en lien avec le communisme français, même si une réelle distance caractérise la relation établie entre la FSGT et le PCF depuis quatre décennies. Sans proposer une histoire totale de ces fédérations affinitaires, au demeurant parfaitement illusoire, le propos vise ici à souligner la capacité d’innovation et de repositionnement sportif, idéologique et politique permanent qui caractérise la vie de ces organisations. Il présente la profonde mutation qui conduit, en un court siècle, d’un militantisme sportif révolutionnaire à la promotion d’un « sport pour tous » mondialisé, marqué de nos jours par le projet d’alter-sport.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2 Bernard Pudal, Un monde défait. Les communistes français de 1956 à nos jours, Clamecy, Éditions du (...)
  • 3 Franz Nitsch & Lorenz Peiffer, Die roten Turnbruder, 100 Jahre Arbeitersport, Marburg, Schuren, 199 (...)

1Malgré le déclin politique et social du communisme, le champ intellectuel et la recherche académique s’intéressent toujours au marxisme et à certaines des organisations qu’il a façonnées2. C’est le cas notamment des organisations sportives communistes de France, après plus d’un demi-siècle au cours duquel nombre d’initiatives éditoriales européennes, nord-américaines ou proche-orientales3 ont permis la constitution d’une historiographie internationale abondante.

  • 4 Fabien Sabatier, Histoire des organisations sportives communistes de France au XXe siècle. Combats (...)
  • 5 Bernard Delétang, Le mouvement sportif ouvrier : une tentative de domestication de l’histoire, thès (...)
  • 6 Marianne Amar, Nés pour courir. Sport, pouvoirs et rébellions, 1944-1958, Grenoble, PUG, 1987.
  • 7 Pierre Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994.
  • 8 André Gounot, Die Rote Sportinternationale, 1921-1937. Kommunistische Massenpolitik im europäischen (...)
  • 9 Marianne Borrel, Sociologie d’une métamorphose : la FSGT entre société communiste et mouvement spor (...)
  • 10 Karen Bretin, Histoire du mouvement sportif ouvrier en Bourgogne : autre regard sur les organisatio (...)
  • 11 Fabien Sabatier, Une histoire socioculturelle de la FSGT. La diffusion sociale de son projet « spor (...)

2De leur côté, quoique tardivement, les historiens français ont consacré divers travaux à la Fédération sportive du travail (FST - 1923-1934) et à la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT - 1934)4. Bernard Delétang5et Marianne Amar6ont étudié l’inféodation de ces organisations sportives ouvrières au Parti communiste français (PCF). Cette première historiographie a été complétée par un large mouvement de recherche que l’ouvrage dirigé par Pierre Arnaud7, publié en 1994, a favorisé. Les nombreuses productions d’André Gounot8, fortes de la consultation des fonds soviétiques du sportintern, et la thèse de Marianne Borrel9, soutenue en 1999, ont permis d’en élaborer une histoire politique renouvelée. Enfin, la thèse de Karen Bretin10, soutenue cinq ans plus tard, sur le sport travailliste en Bourgogne, a montré la pertinence d’une histoire régionale en complément de recherche conduite à l’échelle nationale11.

  • 12 Le Colloque Organisations sportives ouvrières : territoires et métamorphoses aux XXe et XXIe siècle (...)

3Depuis 1994, chacun de ces chercheurs a ouvert une brèche dans la vision monolithique et téléologique de l’histoire de ce « mouvement », portant sur celui-ci un regard nouveau grâce à de nouvelles sources. Le retard français a ainsi été comblé, après deux décennies particulièrement actives qui ont permis la tenue d’un colloque international à l’université de Dijon en novembre 2014 sur le thème de la métamorphose et des territorialités des organisations sportives communistes dans l’espace français et européen12.

  • 13 Entre 1934 et 1939, puis entre 1944 et 1950, la FSGT est composée de dirigeants communistes et soci (...)

4La présente contribution se propose de dessiner la trajectoire dans le siècle des fédérations sportives communistes13, en s’attachant à clairement caractériser et identifier ce qui a constitué leur centre de gravité militant dans les domaines politique et sportif.

5Quatre temps scandent cette histoire quasi séculaire, qui nous signalent à quel point ces organisations révisèrent leur militantisme, en essayant de s’inscrire systématiquement dans un régime moderne d’historicité, hier pleinement arrimé au projet sportif révolutionnaire ou réformiste, puis à l’ambition matérialiste représentée par les stages Maurice Baquet et, aujourd’hui, à la tentative de déploiement de l’alter-sport. Des transformations du projet fédéral qui prennent forme à côté de la permanence d’implications politiques au niveau international.

1923-1934 : radicalisation politique et choix du sport

6En 1908, certains militants socialistes s’engagent sur le terrain sportif et fondent la Fédération sportive athlétique socialiste (FSAS) dans un but prophylactique et de loisirs. Une ambition socialiste confirmée après la guerre de 1914-1918 par la création de la FST en 1919 et la participation française à l’édification de l’Union internationale d’éducation physique et de sport travailliste (UIEPST) en septembre 1920.

  • 14 Archives nationales du monde du travail (ANMT Roubaix), cote 2009 015 002.

7Cependant, après la Grande Guerre, ce premier pas en direction du sport connaît une inflexion idéologique notable, lors de la constitution du mouvement communiste mondial. En 1923, la FST passe sous influence communiste grâce à la présence massive de membres des Jeunesses communistes (JC) en son sein14. Au lendemain de l’affrontement avec le courant socialiste, fondateur de la fédération, le réseau FST communiste, quoique modeste, compte alors quelque 8 000 membres et près de 130 clubs, majoritairement issus du département de la Seine. Le congrès fédéral de Montreuil-sous-Bois des 12 et 13 avril 1925, fait respectivement de Georges Naze, André Teychenné et Charles Tisserand le secrétaire général, le trésorier et le secrétaire sportif de l’organisation.

  • 15 Bernard Delétang, op. cit.

8Désormais, les communistes français défendront durablement les destinées du sport ouvrier français, même si de modestes fédérations sportives d’obédience socialiste persisteront pendant tout ou partie du siècle. De façon générale, à cette époque, l’entrisme communiste au sein des fédérations sportives réformistes eut raison des nombreuses initiatives socialistes en Europe, à l’exception notable du cas allemand. Ainsi, la doctrine bolchevique « des courroies de transmission » a contribué à la formation du conglomérat militant communiste français et a conduit au déplacement du sport sur le terrain de la lutte politique. C’est dès lors au nom de l’idéologie communiste que s’ouvre, entre 1923 et 1934, une décennie de militantisme sportif « rouge »15.

  • 16 Sport ouvrier, 17 novembre 1923.
  • 17 L’ensemble des numéros de revues de la FST et de la FSGT des années 1923 à 2000 a été consulté.
  • 18 Sport ouvrier, n° 11, 11 janvier 1924.
  • 19 Sport ouvrier, n° 20, 17 mai 1924.

9Au cours de cette période, les statuts16 et les engagements discursifs ou concrets de la FST prennent une tonalité ouvertement révolutionnaire. Dans la presse sportive rouge17, les commémorations de la Commune de Paris de 1871 et de la révolution bolchevique de 1917 côtoient la célébration de Lénine, Jaurès, Trotski, Liebknecht ou Luxemburg18. Cet attachement révolutionnaire s’accompagne fréquemment d’un appel à la révolution mondiale au travers d’extraits de discours ou d’écrits des grands protagonistes de la révolution russe. Ainsi Léon Trotski, comme bien d’autres, est « convoqué » pour rappeler la filiation entre le mouvement d’Octobre et l’expérience fondatrice de la Commune19.

10Le militantisme se structure autour du refus de la militarisation de la jeunesse, de la défense de l’URSS, de la lutte contre le capitalisme, de la promotion de l’internationalisme et d’une timide dénonciation du colonialisme. En outre, la valorisation de l’expérience politique, sociale et sportive soviétique sert systématiquement de référence au modèle de société à bâtir en France.

11Si des journées d’adieux aux conscrits au chant de La Jeune Garde et de L’Internationale sont mises en place, la fédération dénonce également le fascisme sportif, bourgeois ou socialiste qui sert de préparation militaire pour la jeunesse et distille le « poison » nationaliste. Ce rejet du nationalisme se traduit également dans des prises de position défavorables au Traité de Versailles, matérialisées par l’accueil d’équipes sportives travaillistes allemandes. Cette militance trouve également son expression dans la critique du « brigandage colonial », selon l’expression fréquemment utilisée à l’époque.

  • 20 Sport ouvrier, n° 40, 7 octobre 1925.
  • 21 Depuis le Traité de Fès en 1912, le Maroc est un protectorat français, mais deux zones d’influence (...)
  • 22 l’Humanité, 23 mai 1925.
  • 23 On notera l’appel à l’engagement de la CGT, pourtant syndicalement et politiquement opposée aux org (...)

12À partir de 1925, la FST s’engage très officiellement « contre la guerre du Rif20 » et s’associe alors au mouvement de contestation politique initié par le PCF une année plus tôt21. La fédération sportive mobilise ses adhérents en faveur du mouvement de grève du 12 octobre 1925 au nom de la fraternisation avec les peuples opprimés et répond à l’ambition politique du PCF qui affiche clairement sa volonté « d’aller vers un mouvement de protestation générale22 » incluant l’ensemble des organisations ouvrières révolutionnaires et réformistes23. Un engagement du « sport rouge » qui reste toutefois dans le strict cadre de l’agit-prop communiste jusqu’à l’année 1926, moment où la fédération se lance dans la création d’un embryon de réseau sportif en Algérie.

  • 24 Rose Guérard, Carnet de voyage aux spartakiades de Moscou, été 1928, archives privées de Gérard Cha (...)

13La décennie révolutionnaire s’apprécie également par la participation de sportifs FST à quelques grandes compétitions sportives organisées par les Soviétiques entre 1928 et 1933, véritables caisses de résonance militante de la construction d’une URSS armée et bâtisseuse d’une société égalitaire24.

  • 25 André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communi (...)
  • 26 Rose Guérard prit la parole au cours d’un meeting à la maison des syndicats et Henri Sarrazin chez (...)

14L’URSS met sur pied à partir de 1928 des manifestations sportives internationales destinées à concurrencer les olympiades sociale-démocrates de l’Internationale sportive ouvrière socialiste (ISOS) et les Jeux olympiques organisés par le CIO25. Pendant près d’une décennie, l’Internationale rouge des sports (IRS) et le Comité supérieur de la culture physique de Russie (CSCP) s’attachent à promouvoir des spartakiades mondiales destinées à assurer la propagande du modèle sociopolitique communiste auprès des « inorganisés » et parfois des sportifs issus des fédérations sportives réformistes. La FST rencontre les plus grandes difficultés à y envoyer une délégation, mais y parvient malgré de nombreux obstacles financiers et politiques. Une petite trentaine de membres, athlètes masculins et féminins, entraîneurs et journalistes, quitte la France pour Moscou. l’Humanité et la revue Sport ouvrier s’appliquent à restituer, avec engouement, le déroulement des compétitions. Une fois en France, la mise en récit du séjour, fondée sur l’exaltation de certains membres de la délégation, est associée aux conversions de retour d’URSS. Les membres les plus aguerris de la délégation sont conviés à s’exprimer dans divers meetings26 pour souligner l’existence d’une jeunesse prolétarienne en armes au service de l’édification de l’Union soviétique. Cette première grande spartakiade à l’été 1928, en présence de plus de 7 000 athlètes, est suivie d’autres tentatives moins réussies, mais qui symbolisent bien la volonté soviétique et communiste de forger une génération de sportifs politiquement et symboliquement voués à la révolution.

  • 27 Sport ouvrier, n° 11, 11 janvier 1924, p. 1.
  • 28 Fondée en 1918, le Wessobutch est une organisation qui utilisait la pratique physique comme outil d (...)
  • 29 André Gounot, « Le sport travailliste européen et la Fitzkultura soviétique : critiques et appropri (...)
  • 30 Stéphano Pivato, « Socialisme et antisportisme. Le cas italien (1900-1925) », Les Origines du sport (...)
  • 31 Paul Dietschy, « Sport et communisme en Italie : Le cas de l’Union italienne du sport populaire », (...)

15Mais parallèlement, c’est le débat sur la forme que doit prendre la pratique corporelle prolétarienne qui s’amorce dès 1923. Deux options distinctes sont affichées, opposant partisans d’une culture corporelle prolétarienne et promoteurs d’un usage politique des sports « britanniques ». Mais la demande de certains militants de la FST de retrait du modèle sportif compétitif – « fait de championnats et de prix » – au bénéfice de la mise sur pied d’une culture physique exempte de toute idée d’émulation, ne débouche sur aucune mise en œuvre durable. Seulement quelques mois après la prise de contrôle de la fédération par les communistes, les licenciés sont informés par la revue du choix de l’URSS en faveur des sports ; l’article « Du Wessobutch au développement des sports27 » retrace, auprès des sportifs de la FST, la généalogie du choix soviétique28. Le ralliement de l’URSS au sport moderne29 engage l’ensemble des fédérations sportives communistes, FST en tête, dans une voie similaire. Au début des années 1930, l’IRS renonce donc à élaborer un projet alternatif au sport bourgeois en préconisant de couvrir tout l’éventail des activités proposées par les associations gymniques et sportives de la bourgeoisie dans la perspective d’une politisation ouvrière. Cette mise en débat sur l’usage du sport n’est cependant pas une spécificité soviétique ou française, voire communiste. Les Suédois et Italiens discutent également de la légitimité d’une pratique susceptible de devenir un véritable « opium pour le peuple ». En France, au sein de la SFIO naissante, cette pratique incarne pour certains le contre-modèle culturel par excellence de l’émancipation réussie des travailleurs. Il provoque également dès le début du siècle de vives tensions dans les rangs socialistes en Italie30, ainsi que chez les communistes où le débat est conduit en particulier au sein de L’Ordine Nuovo31. En outre, les quelques tentatives étrangères d’alternative sportive se révèlent infructueuses.

  • 32 Red Star Journal, n° spécial, mai 1929, archives privées Fabien Sabatier.

16Le choix d'un sport fortement politisé conduit à l’atrophie numérique du sport communiste français qui prend acte en ce début des années 1930 de l’aspect contre-productif du « tout politique » et amorce une première réflexion sportive autour de la création de sections pour les enfants ou d’études sur les techniques sportives. Ainsi, à partir de 1932, une première forme de recentrage vers une approche plus sportive a lieu, perceptible lors du congrès national de Saint-Denis du 14 au 16 mai de la même année. Diverses mises en œuvre accompagnent cette réorientation timide, telle la création de bureaux sportifs régionaux destinés à coordonner l’activité des différentes commissions sportives ou l’ouverture plus nette des clubs aux enfants. Ce modeste glissement vers la ligne « Allez aux masses ! » est parfaitement visible à l’échelle locale. Ainsi, le bulletin mensuel du Red Star Club ouvrier (RSCO), club FST situé à Montreuil-sous-Bois, reprend très fidèlement cette réorientation militante modérée32.

  • 33 André Gounot, « Jacques Doriot : l’impact sportif d’un homme politique », dans Jean-Michel Delaplac (...)
  • 34 Marc Giovaninetti, « 1928-1929, “classe contre classe” : les sportifs ouvriers peuvent-ils se mesur (...)

17Cette décennie révolutionnaire plonge ses racines dans le projet prosoviétique d’extension de la révolution en Europe, même si à partir de 1928 cette ambition n’est plus guère d’actualité pour la haute hiérarchie soviétique. La radicalité de ce choix a néanmoins provoqué des tensions au sein de la FST entre partisans de la ligne dure et promoteurs d’un retour à une conception sportive ouvrière moins dogmatique. Certains militants chevronnés professèrent au grand jour le nécessaire retour à une ligne apolitique et contestèrent ouvertement l’option défendue. Ce courant d’opposition, dont les leaders rejoindront en 1930 le Parti d’unité prolétarienne (PUP), s’appuie sur de jeunes sportifs militants regroupés au sein du Comité pour l’indépendance du sport ouvrier. Face au risque encouru, les majoritaires, défenseurs de la ligne Barbé-Celor, entamèrent une lutte contre les « traîtres et les renégats » avant le congrès fédéral d’Ivry-sur-Seine de janvier 1930, congrès qui débouche sur le maintien de la fédération sur la ligne orthodoxe ; victoire parfaitement symbolisée par l’arrivée de Jacques Doriot à la présidence de l’organisation33, quasi simultanément à l’infléchissement de la ligne « classe contre classe34 ».

1934-1939 : entre ouverture politique antifasciste et réformisme sportif militant

  • 35 La victoire électorale est toutefois liée à l’alliance des forces de gauche et non à un glissement (...)
  • 36 Sylviane Paoli, Le sport travailliste en France sous le Front populaire (1943-1939), maîtrise d’his (...)

18À partir de 1934, le vaste rassemblement des forces de gauche se traduit par la réunification de la CGT et plus précocement encore par la constitution d’une fédération sportive travailliste unifiée en décembre 1934. Les Français optent35, dans un contexte de fascisation d’une partie croissante de l’Europe continentale, pour un projet politique de permanence républicaine, humaniste et favorable à une vaste relance économique. Dans ce contexte, la FST propose en juin 1934 à sa rivale socialiste une action antifasciste conjointe dans le cadre d’un rassemblement sportif international prêt à accueillir plusieurs milliers de sportifs français et étrangers. Ce premier pas vers l’alliance entre les deux organisations est confirmé lors du conseil national de l’Union des sociétés sportives et gymnastiques du travail (USSGT), fin septembre 1934, au cours duquel la démarche unitaire est validée. Le 23 octobre de la même année, une commission paritaire débute ses travaux dans le but de définir les contours et les conditions d’une fusion entre les deux entités sportives. Elle précise explicitement que la première ambition de la future fédération vise la défense des revendications sportives des travailleurs et la lutte contre les tentatives fascistes dans le sport en toute indépendance organique au regard du « politique36 ».

  • 37 ANMT 2009 015 004. Dossier congrès nationaux ordinaires et extraordinaires (1934-1955).
  • 38 Auguste Delaune, portrait ANMT 2009 015 776. Né le 26 septembre 1908 à Graville-Saint-Sauveur, comm (...)

19Le rapprochement amorcé conduit dans la salle de la Grange-aux-Belles en décembre 193437 à la création de la FSGT par fusion de l’USSGT et de la FST. Georges Marrane et Antonin Poggioli président alors aux nouvelles destinées de la fédération, tous deux très bien implantés dans les « familles » communiste et socialiste et, respectivement, maires d’Ivry-sur-Seine et du Bourget. Pour sa part, Auguste Delaune38 conserve le poste de secrétaire général de la fédération jusqu’à l’éviction de la fédération de tous les communistes en 1939. Cette nouvelle fédération enracine d’emblée son programme d’action dans ce vaste mouvement de lutte, telle une réponse sportive française à la dissolution du mouvement sportif ouvrier allemand. La charte constitutive de la FSGT précise très clairement le motif premier de la fusion :

  • 39 Charte constitutive de la FSGT, adoptée les 10 et 11 novembre 1934, Dossier congrès nationaux ordin (...)

20« Devant les menaces fascistes et les dangers de la guerre, les organisations sportives des travailleurs ne sauraient prolonger plus longtemps leur division, car elles ne méconnaissent pas les enseignements qui se dégagent des durs combats que la classe ouvrière des autres pays (Allemagne, Autriche, Italie, Lettonie) a dû engager contre des adversaires dont la victoire n’a été possible qu’en raison de la division ouvrière. »39

21La toute récente FSGT participe activement à la mise sur pied du comité français de défense de l’idée olympique et participe à la conférence constitutive d’un comité international.

  • 40 Fabien Sabatier, « Regards du sport ouvrier français sur l’olympisme au cours du siècle », dans Cla (...)

22Aux États-Unis, en Grande-Bretagne et dans de nombreux pays d’Europe continentale, des voix s’élèvent contre les limites imposées à la pratique sportive des juifs. À l’instar du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA) (1936) ou du mouvement Amsterdam Pleyel (1933), un « comité de sauvegarde de l’idée olympique » est créé début 1935 sous l’égide du mouvement ouvrier européen, d’obédience réformiste et communiste. La FSGT s’y implique largement et s’engage contre la tenue des Jeux sous « bannière nazie » en mobilisant ses clubs en vue du financement et de la participation à la contre-olympiade de Barcelone40.

23Mise en place par le Comité catalan pour le sport populaire (CCEP) avec l’appui d’autres fédérations sportives « ouvrières » telles la FSGT ou son homologue suisse, cette manifestation sportive de grande ampleur a pour ambition, quelques semaines avant les Jeux de Berlin, d’amoindrir la tribune sportive nazie et d’offrir une autre symbolique politique en Europe. En dénonçant le dévoiement fasciste de l’olympisme, la FSGT assure dans le même temps pour la première fois son adhésion à l’idée olympique. La fédération affinitaire s’adresse ainsi à la délégation française en partance pour l’Allemagne, en évoquant le nécessaire respect de la charte olympique et l’espoir des plus vifs succès français sur le stade olympique.

  • 41 Pascal Ory, La Belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Pa (...)

24Au côté du combat antifasciste international, la fédération devient le fer de lance d’une politique sportive nationale progressiste destinée à la masse. Elle appuie la constitution du brevet sportif populaire (BSP) du 10 mars 1937. Véritable brevet d’hygiène, il est une incontestable réussite au regard de l’intérêt que lui portent les Français. La FSGT collabore pareillement à son organisation et à son contrôle sur le plan régional en sa qualité de membre des comités régionaux des sports mis en place par la nouvelle administration. Elle œuvre également à l’évaluation des besoins en équipements sportifs du pays et soutient activement les orientations prises en ce domaine par le pouvoir politique. Cette politique d’inclusion se lit également dans les protocoles d’accord signés avec certaines fédérations sportives unisport ou multisports et dans l’adhésion des Amis de la nature, mouvement excursionniste alsacien fondé à la fin du XIXe siècle, qui devient, courant avril 1937, la branche Tourisme de la FSGT. Cette fusion d’un mouvement d’origine germanique est complétée par l’adhésion des campeurs de l’Université ouvrière un mois plus tard41.

  • 42 ANMT 2009 015 135. Dossier Effectifs adhérents (1938-1985).

25Son investissement dans la vie sportive nationale est à la hauteur de son propre développement numérique, à l’instar de ses succès dans le domaine du sport d’entreprise que la dynamique syndicale favorise sensiblement. Ainsi, le volume d’adhérents de la fédération quintuple en l’espace de trois années, et cette dernière peut subséquemment se prévaloir à la veille de la guerre d’une centaine de milliers d’adhérents et d’un maillage territorial composé de 47 comités régionaux42.

  • 43 Sport, 11 décembre 1935.
  • 44 Jean Clauzel, La France d’Outre-mer (1930-1960), Paris, Karthala, 2003, p. 27.
  • 45 Alain Ruscio, La question coloniale dans l’Humanité, Paris, La Dispute, 2004, p. 187.

26En matière coloniale, l’équation militante s’accorde avec la politique de démocratisation du sport nouvellement érigée. Dès lors, le discours de l’émancipation nationale pour les peuples sous joug colonial est abandonné au bénéfice, in fine, d’un recentrage sur la nation impériale43. Ce changement de cap idéologique et politique se confirme avec l’expansion d’un réseau sportif au Maghreb, tout particulièrement en Algérie et plus modestement en Tunisie et au Maroc. Au plan politique général, l’alliance de Front populaire exigeait sur ce point un accord entre les différents partis signataires. Le réformisme du gouvernement Blum dut répondre à un certain réalisme politique précédemment formalisé dans le programme colonial du Rassemblement populaire et rendu public le 12 janvier 1936. Ce programme évoquait la formation d’une commission parlementaire sur « la situation politique, économique et morale dans les territoires d’outre-mer », qui eut mission en janvier 1937 de commencer un travail préparatoire sur la réforme du système colonial français. Mais la chute du second gouvernement Blum eut raison en février 1938 de ce groupe de travail réformiste44 dans lequel se trouvait la figure d’André Gide, auteur des très critiques Voyage au Congo et Retour d’URSS. En février 1939 dans l’Humanité, Maurice Thorez « officialisait » cette position en développant, après son second voyage en Algérie, la thèse de la « Nation en formation45 ».

27La fédération sportive travailliste promeut alors, conformément à l’esprit des positions coloniales du Front populaire, la démocratisation du sport chez les populations autochtones. Ce choix entérine pour deux décennies le projet de développement d’un réseau sportif communiste en Afrique du Nord au bénéfice des « indigènes », préparant une intégration civile par l’adoption du droit à la gestion des clubs, comités et fédération.

  • 46 Sport, 15 mai 1936.

28Ainsi, le comité du département d’Alger compte au cours de l’année 1936 quelques centaines de licenciés et appuie son premier développement sur les pratiques du cross-country, du football, du cyclisme et du basket-ball. L’ancrage politique et social s’entrevoit au travers de la symbolique des coupes et challenges organisés, et du nom des clubs formant les comités d’Algérie : L’Étoile sportive rouge, La Jeunesse sportive ouvrière d’Hussein Dey ou encore La Prolétarienne d’Orléansville. Le soutien de la presse locale de gauche (Algérie ouvrière, Algérie socialiste, Lutte sociale et Alger républicain), de la même façon qu’en métropole avec l’Humanité ou Le Populaire, se traduit par la promotion du développement sportif ouvrier dans le Maghreb46.

1945-1980 : vers l’autonomisation politique et la refonte éducative du projet sportif militant

  • 47 Bernard Delétang, op. cit., p. 73.
  • 48 Après l’éviction des cadres socialistes compromis sous Vichy lors du congrès national FSGT des 30 j (...)
  • 49 André Fontaine, Histoire de la guerre froide. De la révolution d’Octobre à la guerre de Corée, 1917 (...)

29Évincée de la direction de la FSGT après la signature du pacte germano-soviétique, pour certains incarcérés dans les camps de Pithiviers ou de La Lande à Monts au cours des premières années de guerre, la composante communiste de la FSGT refait surface en 1944. Son premier « fait d’armes » réside très symboliquement dans l’occupation par les militants du mouvement « Sport libre » du siège fédéral de l’ex-FSGT pendant l’insurrection parisienne du 21 août 194447. Cette génération de dirigeants reprend assez largement les rênes de la fédération aux temps bien distincts de la Libération48 puis de relance de la guerre froide49, avant le renouvellement sensible des cadres de l’organisation deux décennies plus tard. La longue période, postérieure à la Seconde Guerre mondiale, qui couvre globalement la phase la plus aiguë de la guerre froide en Europe continentale (1947-1956), va servir de matrice à l’émergence d’une nouvelle génération de militants. Au temps d’un soviétisme particulièrement exacerbé entre 1947 et 1962, se dessine l’indispensable renouveau FSGT fondé sur une volonté de désenclavement sportif et politique, que les années 1960 et 1970 favoriseront amplement.

  • 50 On notera l’influence du matérialisme dialectique dans cette refonte du sport FSGT où la pensée de (...)
  • 51 Né le 5 novembre 1920 à Chamalières (Puy-de-Dôme), décédé le 27 août 2011 à Paris (XIIe arr.) ; pro (...)
  • 52 Sur les stages Maurice Baquet, des recherches restent à conduire. Pour une vue des fonds disponible (...)
  • 53 Marianne Borrel, op. cit., p. 344-354.

30Pour la première fois, l’innovation éducative va façonner l’identité militante de la FSGT en s’appuyant sur le projet de démocratisation du sport lancé sous le Front populaire, mais en s’inspirant du matérialisme dialectique. Par la conceptualisation d’un autre sport, pensé en terme philosophique50 et scientifique, s’écrit une nouvelle période de l’histoire du mouvement affinitaire. Largement arrimée au Conseil pédagogique et scientifique (1967) dominé par la figure de Robert Mérand51, cette césure dans le militantisme s’accompagne au mitan de la décennie 1970 d’une autre rupture, cette fois contre le conglomérat communiste dans lequel la FSGT, dans la continuité de la FST, est amplement insérée. Si les stages Maurice Baquet, qui eurent cours entre 1964 et 1980, symbolisent le renouveau éducatif52, l’autogestion et la fin du centralisme démocratique représentent, pour leur part, le refus de la tutelle du Parti sur la vie de l’organisation et la mise en œuvre d’une autre approche de l’activité militante FSGT53.

  • 54 Né le 16 février 1922 à Calais (Pas-de-Calais), décédé le 9 janvier 2010 à Fontenay-aux-Roses (Haut (...)
  • 55 ANMT 2009 015 317-333
  • 56 Paul Goirand, René Moustard & alii, Les stages Maurice Baquet, 1965-1975. Genèse du sport de l’enfa (...)
  • 57 Les mémentos servent pendant plusieurs années de vecteurs de diffusion des bilans des stages. ANMT (...)
  • 58 Pour une vision synthétique des conceptions de l’éducation physique et sportive, consulter Annick D (...)

31Le développement d’une conception éducative marquée par le refus de la spécialisation précoce et la promotion avant 14 ans d’une motricité sportive générale, prend une tournure plus institutionnelle avec la mise en œuvre des stages Maurice Baquet en pleine République gaullienne. Lancée par René Deleplace54 pour la première fois en 1964 dans la ville de Malakoff en banlieue parisienne, cette nouvelle expérience de recherche-action se développe l’année suivante à Sète, dans un centre de l’Enfance ouvrière nîmoise55. Durant une longue décennie, la colonie Gai-Soleil de l’Enfance ouvrière nîmoise au grand air (EONAGA) sert la cause du renouveau FSGT, fondé sur l’invention collective d’un sport de l’enfant56 et l’affirmation d’une orientation plus socioculturelle que sociopolitique. Le glissement du politique vers l’éducatif conduit alors au changement de référent de l’action collective pour toute une génération de militants. En outre, le travail conduit et les publications afférentes aux stages57 (mémentos) intéressent de façon croissante le monde de l’éducation physique et sportive, de plus en plus sensible à l’innovation FSGT, quand le tissu associatif de la fédération ne représente qu’un terrain d’application limité au moins dans un premier temps. En EPS, l’orientation prosportive et éducative prise officiellement en 1967 est toutefois précédemment liée à une diversité de facteurs, en particulier le primat progressif de l’approche sportive, dans sa version éducative et active, défendue par l’Institut national du sport (INS) face aux enseignants des écoles normales supérieures d’éducation physique (ENSEP) largement favorables à la tradition méthodiste, c’est-à-dire au primat de l’exercice physique rationnel dénué pour l’essentiel de référence à des pratiques sociales de masse, le lancement en 1950 de la Revue EPS, pourvoyeuse de nombreux articles sur les différentes spécialités sportives, le renforcement numérique du corps des maîtres d’EPS favorable à l’enseignement du sport et le décret du 25 mai 1950 intégrant trois heures forfaitaires d’association sportive dans le service des enseignants d’EPS. La réorientation doctrinale de cette discipline scolaire a favorisé l’innovation et la pénétration de ce militantisme FSGT dans le domaine scolaire. En outre, le Syndicat national de l’éducation physique (SNEP), au sein duquel le courant communiste devient majoritaire en 1969, joue en partie un rôle signifiant de relais de l’approche FSGT en matière d’apprentissage sportif scolaire. Dans cette décennie 1980, certaines UFR STAPS deviennent les premiers foyers universitaires de poursuite de la réflexion et de l’expérimentation en matière de sport éducatif58.

32Ainsi, de la transformation de la sociologie militante de la haute hiérarchie résulte un changement sans précédent menant à la mise en minorité des cadres provenant du mode ouvrier au bénéfice des professeurs d’EPS formés au sein des écoles normales supérieures d’éducation physique. Cette volonté de rupture très profonde ne se limite pas au travail d’innovation sportive largement conçue sous la bannière du matérialisme dialectique. Si le frémissement, puis l’affirmation d’un tel projet court de la fin des années 1940 aux années 1970, une autre ambition se dessine pendant la décennie 1970, celle de réformer puis de révolutionner le mode de gouvernance de la fédération. Le projet autogestionnaire saisit l’organisation au moment où l’expérience des stages Maurice Baquet est à son apogée.

33La théorisation et la mise en pratique de l’autogestion prennent forme dans la Yougoslavie titiste avant d’interpeller les partis communistes dans les phases d’ouverture poststalinienne. L’arrivée de Waldeck Rochet au poste de secrétaire général du Parti a, en effet, ouvert une période de déstalinisation après les fortes tensions ayant scandé la relation Thorez-Khrouchtchev sur la nature du bilan des années Staline. Mais la disparition prématurée du tout nouveau secrétaire général conduit Georges Marchais à la tête du Parti. Ce dernier promeut, un temps seulement, l’assouplissement du fonctionnement interne du Parti, quand l’impulsion autogestionnaire mène à une réelle décentralisation au sein de la FSGT.

34En 1972, le refus de la signature du programme commun de la gauche marque le premier pas vers l’abandon de la tutelle du PCF. Un choix reconduit en 1977, étendu à l’échelle communale, qui ne va pas sans poser de réelles difficultés aux dirigeants de clubs particulièrement liés aux édiles communistes. Cette césure dans le conglomérat militant communiste, en outre non exclusif au domaine sportif, s’intensifie jusqu’à la fin du siècle.

35La transformation partielle de la sociologie militante du mouvement communiste français, façonnée par l’accroissement significatif des professions intellectuelles (dont les enseignants), favorise la montée des revendications relatives au desserrement du fonctionnement de l’appareil dirigeant. Finalement, tenue en échec au sein du PCF, cette dynamique aboutit à de réels résultats au sein de la fédération affinitaire, car c’est bien l’arrivée des professeurs d’éducation physique et sportive à sa tête qui explique en grande partie une « bataille éclair » pour le renouvellement des cadres et la gestion des relations centre-périphérie.

  • 59 ANMT 2009 015 491. Dossier congrès Port-de-Bouc, 1980.
  • 60 Marianne Borrel, op. cit., p. 345.

36Deux temps forts marquent l’affirmation du projet autogestionnaire. Au congrès de Colomiers en 1976, pour la première fois, le débat est ouvert avec l’ensemble des délégués. À cet instant, d’une certaine façon, le centralisme démocratique a vécu. Mais c’est surtout quatre années plus tard, lors du congrès de Port-de-Bouc59, qui tente de prendre en compte l’acteur-participant dans la définition du projet FSGT, que la nouvelle gouvernance est entérinée. La grande nouveauté réside dans l’absence de résolution finale et dans la production par les délégués départementaux de textes d’orientation destinés à être mis en œuvre dans leur espace d’action spécifique60.

  • 61 Yves Baloup, « Fratrie d’alternance-Fratrie d’alternative : quel nouveau chantier de médiation pour (...)

37Ce mode de gouvernance conduit à la formulation de projets multiples. Par exemple en cette fin de siècle, la Haute-Garonne offre à ses adhérents un projet fondé sur l’accès et la maîtrise des activités physiques et sportives, alors qu’en Gironde le modèle de développement choisi fonctionne, comme à Pessac, sur la participation sportive, l’émancipation des populations « marginalisées » et la mobilisation du tissu associatif local de nature non exclusivement sportive61.

38Cette génération militante se construit contre la bolchevisation. Robert Mérand et René Moustard conduisent le désenclavement politique de la fédération affinitaire. Les tensions entre le PCF et la FSGT, omniprésentes pendant les années 1950, prennent alors un tour irrévocable. Les choix de l’élaboration d’un sport éducatif fondé sur la base de la pensée wallonienne puis piagétienne et la fin du centralisme démocratique restent ceux de militants qui entendent sortir de l’impasse du « tout politique » et qui souhaitent construire de l’intérieur l’identité militante de la FSGT.

  • 62 Né le 17 juin 1935 à Bar-sur-Aube (Aube) ; professeur d’éducation physique puis permanent de la FSG (...)
  • 63 Entretiens avec René Moustard, avril 2007 et mai 2013. Il souligne dans nos échanges l’importance d (...)

39René Moustard62, impliqué dans l’appareil central de la FSGT, candidat aux élections municipales de Troyes en 1965, formé à l’ENSEP et idéologiquement nourri, tel qu’il se présente, de l’URSS khrouchtchévienne63, conduit la débolchevisation de la fédération. Le virage socioculturel et autogestionnaire de l’organisation en 1960/1970 n’entame pas son ambition, maintes fois affichée, d’implication dans les grands « débats politiques » du siècle, que le cas sud-africain illustre parfaitement. Ces longues décennies sont bien celles d’une réforme profonde de la culture militante de la FSGT, qui se diffuse toutefois de façon contrastée au plan local dans le tissu associatif FSGT. Mais en ce qui concerne l’éducation physique scolaire secondaire, le processus de diffusion des conceptions sportives éducatives FSGT est bien lancé.

40La période suivante sera à son tour touchée par une refonte profonde des engagements militants de l’organisation, même si la mutation précédemment opérée portera ses fruits encore quelques temps.

1980-2015 : entre nouvelle symbolique politique et affirmation de l’alter-sport

41Deux évolutions assez nettes des engagements militants fédéraux prennent forme dans les dernières décennies du XXe siècle.

  • 64 Entretien avec Yves Baloup, cadre national, puis régional FSGT, 15 mars 2011.

42D’une part, la mise sur pied d’une formation universitaire complète dans le domaine du sport et de l’éducation physique rend obsolète le fonctionnement du conseil pédagogique et scientifique de la FSGT. Dès lors, malgré la fondation du Centre de recherche action-formation (CRAF) et la publication de la revue D.I.R.E. en APS, la fédération s’incline progressivement sur le terrain de l’innovation pédagogique et scientifique. Cette revue mensuelle lancée en 1984, destinée aux étudiants de la filière STAPS, est rapidement un échec et le CRAF, pensé et institué pour théoriser les pratiques locales FSGT, ne parvient pas à jouer un rôle pivot dans les rapports centre-périphérie64.

  • 65 Échange avec Marcel Zaidner, ancien responsable de la commission sportive du PCF, 14 septembre 2013

43Comme souvent dans son histoire, la fédération renouvelle son logiciel militant en s’orientant d’une part vers un mode collégial de pilotage du niveau fédéral et, d’autre part, en conservant l’initiative par la promotion, au-delà du sport pour tous, de l’alter-sport. Cette autre approche du sport populaire, distant des apports des stages Maurice Baquet, s’inscrit plus volontiers dans une tradition sportive plus encline à rester au contact des formes populaires renouvelées de pratique que de l’usage du matérialisme dialectique. Cette différence notable d’approche n’est toutefois pas une réelle nouveauté, puisqu’elle trouve sa source dans la décennie 1960 et justifie en partie les tensions qui se firent jour entre PCF et FSGT lors du virage « dialectique » de la fédération65.

  • 66 ANMT 2009 015 409. Dossier CSIT (1943-1988).

44La critique s’organise dorénavant autour de la dénonciation du « tout compétition » et de la marchandisation du sport, des thèmes qui ne sont pas nouveaux mais qui deviennent centraux au sein de la fédération. Cet engagement prend une dimension résolument internationale dans la mesure où elle se développe sous l’égide de la Confédération sportive internationale du Travail (CSIT). Fondée au printemps 1946, cette organisation reprend les statuts de l’Internationale sportive de Lucerne (1920) et se compose, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, quasi exclusivement de fédérations ouvrières socialistes ou social-démocrates, à la notable exception de la FSGT et de l’Union italienne du sport travailliste (UISP)66.

  • 67 Nicolas Kssis & alii, La FSGT. Du sport rouge au sport populaire, Montreuil, Éditions La Ville brûl (...)
  • 68 Fabien Archambault, « Un autre football ? Catholiques et communistes italiens au tournant des année (...)
  • 69 Website : <http://www.wsg2015.com>.

45L’opposition au modèle sportif hégémonique emprunte plusieurs voies. L’alter-sport est, tout d’abord, défini sur la base de plusieurs critères relevant principalement du refus de l’élimination compétitive, de la promotion de l’amateurisme, de la défense d’une pratique populaire et de la modification des règles de jeu. Le football à sept auto-arbitré (ni tacle, ni hors-jeu) reste l’emblème de cette nouvelle donne sportive, qui vise la responsabilisation des joueurs. Il connaît un développement significatif en France et au Japon67, mais se développe également en Palestine et dans le Maghreb. Ainsi, la Fédération algérienne du sport et du travail (FAST) a mis sur pied ses premiers tournois récemment. La promotion d’une contre-culture sportive passe également par l’organisation des Jeux sportifs mondiaux sous l’égide de la CSIT. La première édition eut lieu en 2008 à Rimini en Italie, puis en 2010 à Tallin en Estonie, en 2012 à Varna en Bulgarie et enfin en 2015 à Lignano Sabbiadoro, de nouveau sur le sol italien. Largement soutenue par la fédération sportive travailliste italienne, fortement arrimée au PCI jusqu’en 196068, cette manifestation fut organisée selon trois espaces-temps bien distincts. D’une part, les compétitions officielles, puis les pratiques sportives de démonstration et enfin plusieurs workshops et conférences destinés à débattre des alternatives sportives au modèle dominant69.

46Un second pilier militant répond aux valeurs promues par la FSGT et la CSIT, dont elle est membre. Il s’agit de l’affirmation du droit au sport pour tous, dans une version quelque peu réactualisée de celle promue à partir de l’année 1934. La lutte contre toutes formes de discriminations dans l’accès à la pratique sportive s’inscrit dorénavant dans le cadre plus large des valeurs prônées par l’internationalisme sportif ouvrier, qui s’appliquent en ce début de la décennie 1980 tout particulièrement au cas palestinien.

47La FSGT affiche sa solidarité aux Palestiniens avant même les événements de Sabra et Chatila (16-18 septembre 1982). Le 22 octobre 1981, l’établissement de relations sportives entre la fédération française et le Conseil supérieur de la jeunesse et des sports de Palestine est acté. Entre cette date et le 19 septembre 1986, une première phase de coopération est mise en œuvre et se décline, en particulier, par des tournées sportives des équipes de football palestinienne et FSGT. Ainsi, en mai 1982, la venue de l’équipe de football palestinienne préfigure l’établissement de la relation d’amitié et de solidarité entre les deux organisations, avant que la venue des footballeurs FSGT ne l’entérine officiellement lors d’une tournée en Palestine du 27 juin au 7 juillet 1985.

  • 70 Sport et Plein Air, n° 313, novembre 1986.
  • 71 Sport et Plein Air, n° 344, décembre 1989. Consulter ANMT 2009 015 372-373. Voir également Adrien V (...)

48Cette première étape est suivie d’un affermissement des relations, puisque de nouveaux accords sont signés à la fin de l’été 1986, qui affirment le devoir de solidarité et de coopération de la FSGT à l’endroit des sportifs palestiniens, et la nécessité pour la fédération française de contribuer très activement à la reconnaissance internationale du Conseil supérieur de la jeunesse et des sports (CSJP)70. Ce nouveau pas se concrétise par la remise par la FSGT à l’été 1988 aux clubs sportifs jumelés de Cisjordanie et de Gaza du produit d’une collecte française de solidarité et inaugure plusieurs échanges sportifs entre les deux structures71, qui se poursuivent d’ailleurs toujours aujourd’hui. En outre, à la charnière des décennies 1980 et 1990, la FSGT milite activement pour la reconnaissance du comité olympique palestinien par le CIO et pour son adhésion à la CSIT.

Conclusion

49Une des caractéristiques majeures de l’histoire des organisations sportives communistes de France relève d’une « réinvention » permanente de leur militantisme au cours du temps. Dans cette histoire quasi séculaire, ces différentes césures furent largement adossées à des générations d’acteurs qui, insérés dans leur époque, trouvèrent la voie pour retrouver l’adhésion populaire, souvent après des phases de déclin et d’étiages numériques particulièrement marqués.

50En 1934, sous impulsion soviétique, l’abandon de la voie révolutionnaire et du « tout politique » ouvrait une période plus réformiste, irriguée par l’ambition de la démocratisation du sport, puis, au détour de la décennie 1960, par son acception éducative et scientifique, avant qu’un temps de renouveau culturel et citoyen ne se dessine vers la fin du XXe siècle.

51La présence permanente de la FSGT sur la scène sportive nationale et internationale est venue de sa capacité à fédérer au-delà de la sphère communiste, en particulier lorsque l’unité du mouvement s’est fondée sur un projet renouvelé et populaire au cours des années Blum, puis ouvert aux initiatives locales et aux nouvelles dynamiques sportives dans les dernières décennies du siècle. Son histoire est marquée du sceau du changement, à la différence de nombreuses organisations de masse qui n’ont guère survécu à l’effondrement de l’URSS et au déclin rapide du communisme français à la fin du XXe siècle.

  • 72 François Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003. I (...)

52Le souci du monde ouvrier, puis des classes populaires, est resté une constante des régimes historiques révolutionnaires ou réformistes et des terrains d’intervention multiples, politiques, sociaux ou scolaires. Alors que nombre d’anciens mouvements sportifs ouvriers se sont effondrés, à l’instar de l’Arbeiter-Turn-und-Sportbund (ATSB) allemand, longtemps seul mouvement réellement de masse au monde, l’UISP et la FSGT, selon des trajectoires distinctes, ont su rester en prise avec les enjeux contemporains du sport en promouvant un renouvellement militant permanent72. Une évolution qui caractérise également la CSIT, longtemps en retrait dans le monde du sport, mais aujourd’hui vecteur de relance d’un « autre sport » au plan international.

Haut de page

Notes

1 La réorientation du projet révolutionnaire de la FST vers le réformisme en 1934 n’a été possible que par le changement de position diplomatique de l’URSS face à l’arrivée du nazisme en Allemagne.

2 Bernard Pudal, Un monde défait. Les communistes français de 1956 à nos jours, Clamecy, Éditions du Croquant, 2009 ; Roger Martelli, L’empreinte communiste, PCF et société française (1920-2010), Paris, Éditions sociales, 2010.

3 Franz Nitsch & Lorenz Peiffer, Die roten Turnbruder, 100 Jahre Arbeitersport, Marburg, Schuren, 1995 ; Stephen G. Jones, Sport, Politics and the working class. Organised Labour and Sport in Interwar Britain, Manchester, Manchester University Press, 1991 ; E. Gill, Sipuro shel Hapoel, Tel Aviv, 1971.

4 Fabien Sabatier, Histoire des organisations sportives communistes de France au XXe siècle. Combats pour l’émancipation, soviétisme et cultures militantes, Grenoble, PUG, 2013.

5 Bernard Delétang, Le mouvement sportif ouvrier : une tentative de domestication de l’histoire, thèse de sciences de l’éducation, Paris VIII, 1980.

6 Marianne Amar, Nés pour courir. Sport, pouvoirs et rébellions, 1944-1958, Grenoble, PUG, 1987.

7 Pierre Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994.

8 André Gounot, Die Rote Sportinternationale, 1921-1937. Kommunistische Massenpolitik im europäischen Arbeitersport, Münster, LIT Verlag, collection « Schriften zur Körperkultur » dirigée par Horst Hübner, 2002.

9 Marianne Borrel, Sociologie d’une métamorphose : la FSGT entre société communiste et mouvement sportif (1964-1992), thèse de sociologie des organisations, IEP, Paris, 1999.

10 Karen Bretin, Histoire du mouvement sportif ouvrier en Bourgogne : autre regard sur les organisations sportives travaillistes (fin des années 30-fin des années 70), thèse d’histoire contemporaine, université de Dijon, 2004.

11 Fabien Sabatier, Une histoire socioculturelle de la FSGT. La diffusion sociale de son projet « sportif » à l’épreuve de ses réseaux et de ses militants (1945-1972), thèse d’histoire contemporaine, UVSQ, 2003.

12 Le Colloque Organisations sportives ouvrières : territoires et métamorphoses aux XXe et XXIe siècles en Europe s’est déroulé les 27 et 28 novembre 2014 à la Maison des sciences de l’homme de Dijon, en partenariat avec les universités de Dijon, Bordeaux et Bologne Alma Mater.

13 Entre 1934 et 1939, puis entre 1944 et 1950, la FSGT est composée de dirigeants communistes et socialistes, mais l’histoire de cette fédération montre que l’influence communiste est massive sur les orientations et la vie fédérale.

14 Archives nationales du monde du travail (ANMT Roubaix), cote 2009 015 002.

15 Bernard Delétang, op. cit.

16 Sport ouvrier, 17 novembre 1923.

17 L’ensemble des numéros de revues de la FST et de la FSGT des années 1923 à 2000 a été consulté.

18 Sport ouvrier, n° 11, 11 janvier 1924.

19 Sport ouvrier, n° 20, 17 mai 1924.

20 Sport ouvrier, n° 40, 7 octobre 1925.

21 Depuis le Traité de Fès en 1912, le Maroc est un protectorat français, mais deux zones d’influence sont confiées à l’Espagne, en particulier le Rif. À partir de l’année 1921, une des tribus de cette zone montagneuse se soulève, défait les armées espagnoles et proclame une République confédérée avant que le conflit ne s’ouvre avec la France.

22 l’Humanité, 23 mai 1925.

23 On notera l’appel à l’engagement de la CGT, pourtant syndicalement et politiquement opposée aux organisations communistes.

24 Rose Guérard, Carnet de voyage aux spartakiades de Moscou, été 1928, archives privées de Gérard Chatron.

25 André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 88, 2002, p. 59-75.

26 Rose Guérard prit la parole au cours d’un meeting à la maison des syndicats et Henri Sarrazin chez les Amis de l’URSS.

27 Sport ouvrier, n° 11, 11 janvier 1924, p. 1.

28 Fondée en 1918, le Wessobutch est une organisation qui utilisait la pratique physique comme outil de préparation militaire pour les soldats de l’Armée rouge. André Gounot, « Entre exigences révolutionnaires et nécessités diplomatiques. Les rapports du sport soviétique avec le sport ouvrier en Europe, 1920-1937 » dans Pierre Arnaud & James Riordan (dir.), Sport et relations internationales (1900-1941), Paris, l’Harmattan, 1998, p. 241-276.

29 André Gounot, « Le sport travailliste européen et la Fitzkultura soviétique : critiques et appropriations du modèle “bourgeois” de la compétition (1893-1939) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 120, Janvier-mars 2013, p. 33-48.

30 Stéphano Pivato, « Socialisme et antisportisme. Le cas italien (1900-1925) », Les Origines du sport ouvrier en Europe, op. cit., p. 129-139.

31 Paul Dietschy, « Sport et communisme en Italie : Le cas de l’Union italienne du sport populaire », dans Pierre-Alban Lebecq, Sports, éducation physique et mouvements affinitaires au XXe siècle, tome 1, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 85-96.

32 Red Star Journal, n° spécial, mai 1929, archives privées Fabien Sabatier.

33 André Gounot, « Jacques Doriot : l’impact sportif d’un homme politique », dans Jean-Michel Delaplace (dir.), Histoire du sport, histoire des sportifs. Le sportif, l’entraîneur, le dirigeant, XIXe et XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 61-76.

34 Marc Giovaninetti, « 1928-1929, “classe contre classe” : les sportifs ouvriers peuvent-ils se mesurer aux sportifs bourgeois ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 120, janvier-mars, 2013, p. 49-60.

35 La victoire électorale est toutefois liée à l’alliance des forces de gauche et non à un glissement d’une part de l’électorat vers la gauche de l’échiquier politique.

36 Sylviane Paoli, Le sport travailliste en France sous le Front populaire (1943-1939), maîtrise d’histoire contemporaine, Paris I Sorbonne, 1984.

37 ANMT 2009 015 004. Dossier congrès nationaux ordinaires et extraordinaires (1934-1955).

38 Auguste Delaune, portrait ANMT 2009 015 776. Né le 26 septembre 1908 à Graville-Saint-Sauveur, commune rattachée au Havre en 1919 (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), décédé le 12 septembre 1943 ; ouvrier soudeur ; dirigeant des Jeunesses communistes ; secrétaire général de la Fédération sportive du travail. Notice, Dictionnaire biographique mouvement ouvrier-mouvement social, Le Maitron en ligne.

39 Charte constitutive de la FSGT, adoptée les 10 et 11 novembre 1934, Dossier congrès nationaux ordinaires et extraordinaires, AMT Roubaix, 2009 015 004. Consulter également la cote 2009 015 002.

40 Fabien Sabatier, « Regards du sport ouvrier français sur l’olympisme au cours du siècle », dans Claude Boli (dir.), Les Jeux olympiques. Fierté nationale et enjeu mondial, Paris, Musée national du sport, Atlantica, 2008, p. 107-115.

41 Pascal Ory, La Belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Paris, Plon, 1994.

42 ANMT 2009 015 135. Dossier Effectifs adhérents (1938-1985).

43 Sport, 11 décembre 1935.

44 Jean Clauzel, La France d’Outre-mer (1930-1960), Paris, Karthala, 2003, p. 27.

45 Alain Ruscio, La question coloniale dans l’Humanité, Paris, La Dispute, 2004, p. 187.

46 Sport, 15 mai 1936.

47 Bernard Delétang, op. cit., p. 73.

48 Après l’éviction des cadres socialistes compromis sous Vichy lors du congrès national FSGT des 30 juin et 1er juillet 1945, une des revendications majeures de la FSGT consiste à défendre la création d’une Fédération nationale multisports unique (FNMU). Archives FSGT, rapport dactylographié, « Une seule grande fédération multisports française », dossier Congrès nationaux, congrès national FSGT, 27-29 décembre 1946, non coté.

49 André Fontaine, Histoire de la guerre froide. De la révolution d’Octobre à la guerre de Corée, 1917-1950, tome 1, Paris, Fayard, 1965, et De la guerre de Corée à la crise des alliances, 1950-1963, tome 2, Paris, Fayard, 1967.

50 On notera l’influence du matérialisme dialectique dans cette refonte du sport FSGT où la pensée de Politzer a une place significative. Sur le philosoviétisme dans l’entre-deux-guerres en France, voir Isabelle Gouarné, L’introduction du marxisme en France. Philosoviétisme et sciences humaines, 1920-1939, Rennes, PUR, 2013.

51 Né le 5 novembre 1920 à Chamalières (Puy-de-Dôme), décédé le 27 août 2011 à Paris (XIIe arr.) ; professeur à l’École normale supérieure d’éducation physique, formateur et chercheur ; militant du PCF, de la FSGT et du SNEP. Dictionnaire biographique mouvement ouvrier-mouvement social, Le Maitron en ligne.

52 Sur les stages Maurice Baquet, des recherches restent à conduire. Pour une vue des fonds disponibles aux archives nationales de Roubaix (ANMT), consulter la cote 2009 015 683-719 (1964-1986).

53 Marianne Borrel, op. cit., p. 344-354.

54 Né le 16 février 1922 à Calais (Pas-de-Calais), décédé le 9 janvier 2010 à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) ; professeur d’éducation physique ; militant syndicaliste ; militant communiste ; théoricien de la pratique du rugby ; musicien. Notice, Dictionnaire biographique mouvement ouvrier-mouvement social, Le Maitron en ligne.

55 ANMT 2009 015 317-333

56 Paul Goirand, René Moustard & alii, Les stages Maurice Baquet, 1965-1975. Genèse du sport de l’enfant, Paris, L’Harmattan, 2005.

57 Les mémentos servent pendant plusieurs années de vecteurs de diffusion des bilans des stages. ANMT 2009 015 428-431 (1967-1974).

58 Pour une vision synthétique des conceptions de l’éducation physique et sportive, consulter Annick Davisse, Michel Delaunay, Paul Goirand, Jean Roche & Patrick Seners, Quatre courants de l’EPS entre 1985 et 1998, Paris, Vigot, coll. « Repères en éducation physique et en sport », 2005.

59 ANMT 2009 015 491. Dossier congrès Port-de-Bouc, 1980.

60 Marianne Borrel, op. cit., p. 345.

61 Yves Baloup, « Fratrie d’alternance-Fratrie d’alternative : quel nouveau chantier de médiation pour l’éducation dite “populaire” ? » dans Christine Bouneau & Jean-Paul Callède (dir.), Léo Lagrange. Une perspective de renouvellement dans la construction des jeunes générations, Pessac, MSHA, 2012, p. 143-176.

62 Né le 17 juin 1935 à Bar-sur-Aube (Aube) ; professeur d’éducation physique puis permanent de la FSGT ; président de la FSGT ; militant communiste ; initiateur de la coopération entre sportifs de France et de Palestine. Notice Dictionnaire biographique mouvement ouvrier-mouvement social, Le Maitron en ligne.

63 Entretiens avec René Moustard, avril 2007 et mai 2013. Il souligne dans nos échanges l’importance du Festival de la jeunesse de Moscou en 1957 (FMJD), lieu d’affirmation d’une pensée et d’une culture post-stalinienne. Sur ce point d’ordre général, voir André Gratchev, Le passé de la Russie est imprévisible. Journal de bord d’un enfant du dégel, Paris, Alma éditeur, 2014, p. 93-94.

64 Entretien avec Yves Baloup, cadre national, puis régional FSGT, 15 mars 2011.

65 Échange avec Marcel Zaidner, ancien responsable de la commission sportive du PCF, 14 septembre 2013.

66 ANMT 2009 015 409. Dossier CSIT (1943-1988).

67 Nicolas Kssis & alii, La FSGT. Du sport rouge au sport populaire, Montreuil, Éditions La Ville brûle, 2014, 230 p.

68 Fabien Archambault, « Un autre football ? Catholiques et communistes italiens au tournant des années 1970 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 120, janvier-mars 2013, p. 61-75.

69 Website : <http://www.wsg2015.com>.

70 Sport et Plein Air, n° 313, novembre 1986.

71 Sport et Plein Air, n° 344, décembre 1989. Consulter ANMT 2009 015 372-373. Voir également Adrien Virondeau & Fabien Sabatier, « La FSGT face à l’apartheid en Afrique du Sud et au conflit israélo-palestinien dans la revue fédérale (1970-2000) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 21, 2013, p. 77-88.

72 François Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003. Il convient de relever la notable influence de l’historien allemand Reinhart Koselleck dans le travail de l’historien français. L’ouvrage récent dirigé par Christian Delacroix, François Dosse & Patrick Garcia, Historicités, Paris, La Découverte, 2009, revient abondamment sur cette notion dans le champ élargi des sciences humaines et sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Sabatier, « Les organisations sportives communistes de France (1923-2015) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 133-152.

Référence électronique

Fabien Sabatier, « Les organisations sportives communistes de France (1923-2015) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6189

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page