Navigation – Plan du site
DOSSIER

Un observatoire parmi les lieux d’observation du ciel : le projet de l’Observatoire royal de Louis XIV au prisme de son nom

Dalia Deias
p. 101-130

Résumé

Qu’est-ce qu’un observatoire ? Quels furent les premiers observatoires de l’histoire ? Dans cette étude, nous montrerons que le choix du nom « observatoire » pour l’Observatoire royal de Paris, fondé pour Louis XIV et pour l’Académie royale des sciences, ne fut pas le résultat d’une tradition dans l’usage de ce terme. À travers des études de cas, notamment des récits d’acteurs concernant la France pour la génération de savants qui précède l’Académie, nous aborderons le choix de ce nom en considérant la façon dont les espaces d'observation étaient nommés précédemment et l’utilisation du terme observatorium dans différentes langues. Le choix a été fait probablement encore une fois pour affirmer le pouvoir de Louis XIV et son primat dans le soutien aux sciences.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Quelques exemples : Jean-Baptiste Delambre, Histoire de l’astronomie moderne, tome II, Paris, Cou (...)

1Qu’est-ce qu’un observatoire ? Quels furent les premiers observatoires de l’histoire ? La réponse à ces questions est loin d’être simple et univoque. Dans la littérature historique, on a souvent associé au terme « observatoire » les lieux – des terrasses, des pièces, des palais, des tours – servant de manière plus ou moins exclusive à l’observation céleste, équipés ou pas d’instruments, à partir du début de l’époque moderne1.

  • 2 . Voir à ce propos le volume de Lorraine Daston et Élisabeth Lunbeck (dir.), Histories of Scientifi (...)

2Tout en suivant cette définition, les lieux d’observation appartenant au passé reçoivent ainsi, a posteriori, par le biais du lexique d’aujourd’hui, l’appellation d’« observatoire » en dépit de la réalité des termes utilisés à l’époque. La recherche sur les proto-observatoires s’avère ainsi relativement simple. De cette manière, on identifie des proto-observatoires : le palais à Istanbul (XVIe siècle), les châteaux de Hesse-Cassel (fin XVIe siècle), Uranibourg et Stellaebourg (fin XVIe siècle), la tour de Copenhague (XVIIe siècle), la maison de Johannes Hevelius à Dantzig (XVIIe siècle), l’Observatoire de Paris (XVIIe siècle), l’observatoire de Greenwich (XVIIe siècle), l’observatoire de Pékin (XVIIe siècle). Cependant, des auteurs comme Lorraine Daston, Katherine Park et Gianna Pomata, dont nous nous inspirons ici, ont commencé à montrer les diverses nuances des mots liés aux pratiques de l’observation et de l'expérimentation dans différents moments de l’histoire, notamment du Moyen Âge à l’âge moderne2. Si l’on pose donc les deux questions initiales, quand et par qui, concernant ce qui était appelé « observatoire » (ou observatorium, osservatorio, observatorio, etc.), les réponses peuvent être très différentes des précédentes.

  • 3 . Mis à part l’histoire de l’Observatoire de Paris faite par Wolf en 1902 et l’étude de Jérôme Lamy (...)

3Les questions posées ne concernent bien sûr pas seulement le cas de l’Observatoire de Paris ou des proto-observatoires qui l’ont précédé ; elles convergent aussi avec les recherches récentes sur les observatoires à toutes les époques, notamment avec les travaux qui tentent de définir ces lieux en lien avec les sociétés qui les inventent3.

  • 4 . Sur la fondation de l’Académie des sciences et son observatoire : Roger Hahn, The Anatomy of a Sc (...)
  • 5 . Dominique Pestre, Stéphane Van Damme, Kapil Raj et Otto Sibum (dir.), Histoire des sciences et sa (...)

4Dans cet article, nous nous focaliserons sur le choix précis du nom « observatoire » donné à l’Observatoire royal de Louis XIV entre 1665 et 1666, cette dernière année étant celle de la fondation par Jean-Baptiste Colbert de l’institution savante associée à l’Observatoire, l’Académie royale des sciences4. Nous mènerons cette enquête historique en nous appuyant sur une littérature qui requestionne l’histoire des sciences. L’approche suivie dans cet article reprend en effet la philosophie générale des trois volumes dirigés par Dominique Pestre, Stéphane Van Damme, Kapil Raj et Otto Sibum de l’Histoire des sciences et savoirs, vaste somme parue en 2015. Cette approche insiste notamment sur le fait d’aborder le sujet d’étude en le considérant comme un phénomène aux variables multiples en évolution dans le temps et non comme quelque chose de clos et de définitif. L’ambition programmatique est très bien expliquée par Dominique Pestre dans le chapitre d’introduction de l’ouvrage. Nous y renvoyons5. Dans notre étude, nous nous concentrerons donc notamment sur les lieux de production des savoirs et sur les récits d’acteurs.

5Nous verrons dans cet article que le nom même « observatoire », un choix précis fait par les académiciens entre 1665 et 1666, renvoie très probablement au pavillon « observatorium » du Stellaebourg de Tycho Brahé, et inscrit l'Observatoire de Paris dans la tradition de l’observation céleste. Toutefois, à travers l’étude de l’appellation « observatoire » en 1666, il est possible de lire aussi le projet de Louis XIV concernant les sciences et l’Académie. La dénomination « observatoire » marque également un choix d’identité et de représentation pour les deux institutions en lien avec le souverain français.

  • 6 . Olaf Pedersen, art. cit.
  • 7 . Jérôme Lamy, L’Observatoire de Toulouse aux XVIIIet XIXe siècles. Archéologie d’un espace s (...)

6Dans l’un des articles les plus précis à ce sujet, Olaf Pedersen6 décide de commencer son analyse au moment où, en Europe, la taille des instruments astronomiques contraint à disposer de lieux assez spacieux pour les utiliser et les conserver. L’auteur procède ensuite à l’examen de tous ces lieux, les premiers observatoires selon sa propre définition. Une autre méthode possible de repérage de ces lieux est d’appliquer la critériologie défendue par Jérôme Lamy dans son étude sur l’observatoire de Toulouse aux XVIIIe et XIXe siècles7. Il considère deux critères principaux permettant de définir l’objet « observatoire » : d’une part, il s’agit d’un espace savant résultant de la combinaison entre des dimensions sociale, politique, scientifique et technique, et d’autre part, d’un lieu caractérisé par une certaine continuité dans les observations célestes.

  • 8 . Cette méthode s’inspire de l’étude concernant l’usage du mot « académie » en France par Peter-Ec (...)

7Dans cet article, nous utilisons une méthode un peu différente, fondée sur les récits d’acteurs. Tout en partant de l’usage du mot observatorium (et de ses correspondances dans les langues néolatines en usage à l’époque) dans les cas des châteaux de Tycho Brahé à la fin du XVIe siècle, nous procéderons à des études de cas – en nous focalisant notamment sur la France du XVIIe siècle – jusqu’à la fondation de l’Observatory de Greenwich8. Nous observerons la stabilisation de l’appellation « observatoire » autour de sa signification actuelle. Autrement dit, nous montrerons à travers une série de contre-exemples comment, pour la génération de savants astronomes faisant partie des cercles précédant l’Académie des sciences, l’observatorium n’est pas encore un objet unique défini par un mot, mais qu’il le deviendra, entre autres grâce aux choix de l’Académie des sciences pour Louis XIV.

  • 9 . David Aubin, Charlotte Bigg et Heinz-Otto Sibum (dir.), The Heavens on Earth : Observatories and (...)
  • 10 . David Aubin, « The hotel that became an observatory... », art. cit.
  • 11 . David Aubin, « L’Observatoire. Régimes de spatialité... », art. cit.

8Nous souhaitons ainsi mieux cerner les contours de l’expression « sciences de l’observatoire9 » proposée en 2001 par David Aubin, Otto Sibum et Charlotte Bigg, indispensable à la compréhension de ces objets dans les espaces sociaux qui sont les leurs. Bien que le premier de ces auteurs ait approfondi en 200910 et 201611 les caractéristiques d’un objet appelé « observatoire », notamment quant à son fonctionnement, cette expression dépend aussi intrinsèquement de ce qu’on considère comme un observatoire.

  • 12 . « Observatoire », dans Louis de Jaucourt et Jean le Rond d’Alembert, L’Encyclopédie, 1ère éd., to (...)

9Partons donc d’une définition précise : en 1756, un siècle après la fondation de l’Académie des sciences de Louis XIV, la première édition de l’Encyclopédie12 définit un observatoire comme un lieu où l’on trouve toute forme d’activité astronomique, lieu équipé d’instruments fixes et en forme de tour avec une terrasse. Les savants encyclopédistes font suivre des exemples afin de préciser cette définition : Uranibourg, Paris, Beijing (Pékin) et Greenwich, ici en ordre chronologique. En nous appuyant avant tout sur les exemples fournis par cette définition, nous analyserons la terminologie utilisée par les acteurs de l’époque dans tous ces cas précis.

Préhistoire de l’Observatoire royal : le lexique de Tycho Brahé et les observatoria à Uranibourg et Stellaebourg.

  • 13 . Pour la littérature secondaire à ce sujet, voir notamment : Alistair Marcus Kwan, op. cit. ; John (...)

10Le premier observatoire célèbre selon l’Encyclopédie est le château d’Uranibourg que l’astronome danois Tycho Brahé fait construire, avec la protection du roi Frédéric II du Danemark, sur l’île de Hven autour de 1580. L’édifice est une sorte de citadelle des savoirs – notamment des savoirs astronomiques – où l’organisation de chacune des parties gravite autour de l’étude des cieux13. On trouve également dans ce château une bibliothèque, des laboratoires et une imprimerie. Quelques années plus tard, entre 1584 et 1586, non loin d’Uranibourg, Brahé décide de faire construire un deuxième château, l’appelant cette fois Stellaebourg. Ce bâtiment s’inspire d’Uranibourg, mais il est presque entièrement situé sous terre, afin d’éviter les désagréments causés par les vents de l’île et constatés lors des expériences et des mesures faites à Uranibourg.

  • 14 . Par exemple dans Tycho Brahé, Astronomiae Instauratae Mechanica, 1598, où la description des ins (...)

11L’astronome danois a transmis des écrits témoignant d’un lexique fort précis sur les instruments et les parties de ses châteaux14, qui ont inspiré d’importantes études. Comme nous pouvons le voir dans les extraits donnés en figure 2, ce que Brahé appelle observatorium dans son château d’Uranibourg n’est pas l’édifice en entier, mais chacun des nombreux pavillons élevés d’où l’on observait le ciel. Il est probable que la disposition devait être identique pour Stellaebourg.

  • 15 . Le dessin de Stellaebourg se trouve dans « Ortographia Stellaeburgi Extra Arcem Urania Siti » dan (...)
  • 16 . Joan Blaeu, Geographia, quae est cosmographiae Blavianae pars prima, 1662.
  • 17 . Plaque « Stellaeburgum sive Observatorium Subterraneum a Tychone Brahe » dans Joan Blaeu, Ibid.

12Le « château du ciel » et le « château des étoiles » de Brahé sont des cas intéressants de synecdoque dans l’histoire du lexique des lieux pour l’observation céleste. Pour ce qui concerne Stellaebourg, nous lisons dans son Astronomiae Instauratae Mechanica15 que Brahé utilise le terme observatorium pour indiquer Stellaebourg dans son entier, étant donné que l’observatoire est la construction principale que l’on aperçoit en surface (nous en avons donné un aperçu avec la figure 5), alors que le reste du château est souterrain. Dans son atlas Geographia16 de 1662, le cartographe et géographe Joan Blaeu, élève de Brahé à Uranibourg, insère cette information dans le titre de la plaque illustrant le château de Stellaebourg « Stellaeburgum sive Observatorium Subterraneum a Tychone Brahe17 », ce qui a contribué sûrement à la circulation de l’appellation.

13Malgré la précision des termes employés par l’astronome danois, on assiste au cours du siècle suivant à des simplifications pour les appellations concernant notamment Uranibourg, ce qui aura probablement un effet non négligeable dans l’usage du mot observatorium ensuite.

  • 18 . Pierre Gassendi, Tychonis Brahéi equitis dani, astronomorum coryphaei vita..., Parisiis, Mathurin (...)
  • 19 . Pierre Gassendi, Opera omnia, Lyon, Laurent Anisson et Jean-Baptiste Devenet, 1658, p. 398.
  • 20 . Jean Picard, « Voyage d’Uranibourg, ou observations astronomiques faites en Dannemarck » dans Rec (...)
  • 21 . Ibid., p. 3.
  • 22 . Ibid., p. 4.
  • 23 . Des informations plus précises relatives à cette tour se trouvent dans Christiano Severino Longo (...)

14La plupart des écrits du XVIIe siècle concernant les châteaux de Brahé émanent de savants qui pratiquent l’astronomie. Donnons-en quelques exemples. En 1654, l’astronome français Pierre Gassendi, l’un des savants les plus connus de la République des lettres, emploie correctement le lexique de Brahé pour les châteaux sur l’île de Hven dans la biographie de l’astronome danois18. Toutefois, tout en décrivant la visite que Brahé fait au château de Hesse-Cassel en 157519, lieu où il y avait également de l’activité astronomique, Gassendi appelle le château observatorium. Un peu plus tard, en 1671, après donc la fondation de l’Observatoire royal, l’académicien et astronome français Jean Picard se rend sur l’île de Hven pour visiter les lieux d’observation de Tycho Brahé et transmettre ces données à l’Observatoire de Paris qui commence à fonctionner. Dans ce texte, qui appartient au recueil intitulé Observations faites en plusieurs voyages20, Picard appelle « observatoire21» le château d’Uranibourg en entier, en le distinguant de la « tour astronomique22 » de Copenhague23, qui fut construite après le démantèlement d’Uranibourg et de Stellaebourg, notamment pour les observations astronomiques. Cette tour existait encore au moment de la construction de l’Observatoire de Paris et, comme le souligne Charles Wolf, était donc le seul exemple d'observatoire existant à l'époque.

Préhistoire de l’Observatoire : les lieux d’observation français avant l’Académie royale des sciences, la specula et l’observatorium de Hevelius à Dantzig

  • 24 . Signalons ici pour la littérature secondaire : Simone Mazauric, op. cit., p. 35-47 ; Guillaume Bi (...)

15Voyons maintenant l’utilisation du terme « observatoire » ou observatorium pour la génération des savants qui a contribué à la fondation de l’Académie des sciences24. Il s’agit de comprendre si l’appellation donnée au bâtiment astronomique de Louis XIV relève des mêmes caractéristiques que celle des lieux d’observation qui l’ont précédé. Nous étudions les noms donnés aux édifices astronomiques dans les réseaux de la République des lettres ou au sein de certains collèges jésuites, espaces de formation de quelques–uns des académiciens.

16Nous n’avons bien sûr pas pu lire toutes les sources primaires ou toutes les lettres au sujet de ces savants. Malgré tout, dans l’échantillon que nous avons analysé, on peut remarquer que, soit le terme observatorium – ou son correspondant français – n’est pas utilisé du tout, soit chaque acteur l’utilise d’une manière personnelle. Pour la génération des savants astronomes des cercles qui ont précédé l’Académie, l’observatorium n’est donc pas encore un objet unique défini par un seul mot.

  • 25 . William L. Hine, « Jean-Baptiste Morin, The Last “Official” Court Astrologer », Cahiers du XVIIe  (...)
  • 26 . Charles Wolf, op. cit., p. 2.
  • 27 . Jean-Baptiste Delambre, op. cit., p. 242.
  • 28 . Idem.

17Prenons l’exemple de Jean-Baptiste Morin, astronome et astrologue sous Louis XIII25, contemporain de Galilée. Il est cité au sujet de la préhistoire de l’Observatoire de Paris dans l’étude fondamentale menée sur cet établissement par Wolf au début du XXe siècle26. Dans la partie touchant aux ancêtres de l’Observatoire de Louis XIV, Wolf reprend des indications provenant de l’Histoire de l’astronomie de Jean-Baptiste Delambre27. En particulier, il reprend l’idée que Morin aurait été un précurseur de l’Observatoire royal. Selon ce qu’écrit Delambre au XVIIIe siècle, Morin suggère que « fonder à Paris un observatoire28 » permettant des observations célestes régulières contribuerait à la solution du problème des longitudes et de la correction des cartes.

  • 29 . Jean-Baptiste Morin, Longitudinum terrestrium necnon coelestium nova et hactenus optata scientia. (...)
  • 30 . Bien que le contexte scientifique et politique des livres de Morin soit donné en introduction du (...)

18Certes, l’idée de Morin, exprimée tout au long des neuf livres publiés à partir de 163429, possède bon nombre de points communs avec le projet de l’Observatoire. Mais si l’on regarde le lexique utilisé par le savant, on découvre que Morin ne donne pas du tout de nom à l’objet indiqué. La nouveauté dans les conditions d’observation que Morin propose suggère certes le lien entre l’observation céleste régulière depuis une construction fixe et l’amélioration des tables des longitudes30, mais en revanche cet auteur n’utilise jamais le terme observatorium pour la structure décrite dans le neuvième des livres, une sorte de poly-instrument fixe bâti pour observer le ciel (dont la figure 1 donne l’aspect).

  • 31 . Dans la riche littérature sur Mersenne, voir : Catherine Goldstein, « Routine Controversies : Mat (...)
  • 32 . Sur ce personnage : Peter Miller, Peiresc’s Europe : Learning and Virtue in the Seventeenth Centu (...)

19Les lettres de Marin Mersenne31, Pierre Gassendi ou Nicolas Fabri de Peiresc32, circulant dans la France entière, contribuent à structurer les discussions sur le problème des longitudes. Les idées de Morin y font également l’objet de discussions importantes. Un bon nombre de ces savants se consacrent à l’observation astronomique et discutent par lettres à ce sujet. Les archives et les sources secondaires transmettent des indications concernant des lieux d’observation connus et utilisés par cette génération d’acteurs, notamment le château de Nicolas Fabri de Peiresc, cité dans la biographie du savant, ainsi que d’autres lieux, repérés par Guy Picolet en 1987, concernant les observations avant 1666 de l’astronome et futur académicien Jean Picard. Étudions ici quelques cas. Quelles étaient les appellations utilisées et comment, dans ce cadre, celle d’observatorium – ou sa variante française, observatoire – était-elle utilisée ?

  • 33 . Voir à ce propos Anna Cassini, Gio. Domenico Cassini, uno Scienziato del Seicento, Perinaldo, Com (...)

20L’un des lieux d’observation les plus connus de la République des lettres est le château à Belgentier, que Peiresc fait construire en 1634 et d’où il réalise un grand nombre d’observations célestes, notamment celle des satellites de Jupiter, à la base du projet sur les longitudes de l’Observatoire de Paris et de la venue en France de Giovanni Domenico Cassini. Giovanni Domenico Cassini (Cassini I) sera en effet appelé en France en 1668 pour donner son avis d’expert sur le bâtiment de l’Observatoire en construction. Professeur d’astronomie à Bologne à l’époque, Cassini en 1668 a enfin réussi à publier des tables fort précises avec les mouvements des satellites de Jupiter, les Ephemerides Bononienses Mediceorum Syderum, un résultat que le monde entier attendait. Ces tables permettent enfin de mettre en pratique l’idée de Galilée d’une nouvelle méthode pour la déduction des longitudes et ainsi l’amélioration des cartes sur laquelle nous reviendrons33.

  • 34 . Nous utilisons ici les Lettres de Peiresc, éditées par Philippe Tamizey de Larroque, plus préc (...)
  • 35 . Pierre Gassendi, Vir illustris Nicolai Claudij Fabricijde Pereisc senatoris acquisenxtiensis vith (...)
  • 36 . Pierre Gassendi, Ibid., p. 78.
  • 37 . Pierre Gassendi, Peiresc, le « prince des curieux », Paris, Belin, 1992, voir les pages 114-116 p (...)
  • 38 . Pierre Gassendi, op. cit., « 1634 », p. 180.

21Si l’on s’en tient à l’échantillon des lettres que nous avons analysé34, ni la dénomination française « observatoire » ni le terme latin d’observatorium n’apparaissent pour désigner le lieu d’observation de Peiresc. En revanche, dans la biographie du savant rédigée par Pierre Gassendi en 165535, on trouve l’expression « apparavit observatorium36 », effectivement utilisée pour indiquer une pièce ou bien une zone de la maison préparée chez Pereisc afin d’assister à un événement astronomique en 1610. Dans la version en français de la biographie datant de 1992, cette expression indiquant une partie du château de Peiresc est traduite par le syntagme : « il installa un laboratoire37 ». Cependant, toujours dans le même ouvrage en latin de Gassendi, se référant à l’année 1634, nous trouvons également l’expression « locum idoneum38 », signalant un espace bien équipé que Peiresc met en place spécifiquement pour l’observation du ciel sur les toits de sa maison, afin de noter tout ce qu’il y avait de remarquable dans le ciel. Bien que ce lieu « idoine » soit parfois indiqué avec le mot français « observatoire » dans la littérature, dans la traduction française de 1992 chez Belin, l’expression choisie par Roger Lassalle est « pièce spéciale ».

  • 39 . Ismael Boulliau, Observatio secundi deliquii lunaris anno 1652 mense septembri facti, una cum cal (...)
  • 40 . Ibid.
  • 41 . Ibid., p. 6.
  • 42 . Voir à ce propos la thèse CAK-EHESS : Dalia Deias, « L’Observatoire de Paris au regard de la corr (...)
  • 43 . Les trois lettres échangées par les deux savants sont en forme autographe et en pièces jointes (...)
  • 44 . Sur cette période de la vie de l’astronome italien, voir la biographie d’Anna Cassini, op.cit.
  • 45 . Lettre de Cassini à Ismael Boulliau, de Bologne à Paris, datée du 21 octobre 1653, dans Ismael Bo (...)
  • 46 . « Secunda Observatio », suivant la lettre de Cassini à Ismael Boulliau, de Bologne à Paris, datan (...)
  • 47 . Jean-Dominique Cassini, Mémoires pour servir à l’histoire des sciences et à celle de l’Observato (...)

22Prenons un autre exemple. Ismael Boulliau est un astronome contemporain de Pierre Gassendi. Ce savant, de famille protestante loudunaise, fait partie des cercles parisiens antérieurs à la création de l’Académie des sciences, mais il est également en contact par correspondance avec bien des savants étrangers qui feront partie de l’institution après 1666. Les lettres de Boulliau permettent de suivre la transition vers l’Académie des sciences et l’Observatoire. On trouve parmi les destinataires de ses lettres, avant et après 1666, des personnages dont l’histoire est liée aux lieux d’observation européens connus, tels Giovanni Domenico Cassini ou Johannes Hevelius. Boulliau est l’un des rares personnages à nommer les lieux d’observation dans ses publications ; il témoigne également de l’activité astronomique de ses contemporains, tels Adrien Auzout ou Pierre Petit39. En 1653, dans son compte rendu de l’observation de l’éclipse de lune de l’année précédente, l’Observatio secundi deliquii lunaris anno 1652 mense septembri facti, una cum calculo illius40, Boulliau écrit avoir observé le ciel « ob tecta domorum41 », depuis les toits des maisons et, à cette époque, il n’utilise apparemment pas le mot observatorium ou son correspondant français. En effet, Boulliau en 1653, dans l’une des premières lettres que nous possédons faisant partie de la correspondance de Giovanni Domenico Cassini42, discute avec ce dernier de la comète de l’année précédente43. Cassini, futur académicien et astronome de l’Observatoire de Paris, enseigne à l’époque dans la ville italienne de Bologne et observe le ciel depuis les champs et les constructions qui l’entourent44, dont « Panzani in agro bononiensi45 » et « Monte Paterno apud Bononiam46 ». Le même Cassini, cette année-là, ne donne pas de nom précis aux lieux ou édifices à partir desquels il fait des observations, alors qu’à la fin de sa vie, celle aussi du Grand Siècle, il indique l’un des lieux d’observation de sa jeunesse bolognaise en l’appelant « observatoire47 ».

  • 48 . Sur ce savant et son lieu d’observation sur les toits, voir par exemple : « La vie et les travaux (...)
  • 49 . Par exemple dans : Olaf Pedersen, art. cit., ou Fabrizio Bonoli, art. cit.
  • 50 . Philippe Tamizey de la Roque (dir.), Lettres de Jean Chapelain, de l’Académie française, tome II, (...)
  • 51 . Johannes Hevelius, « De peculiari observatorio, maximis telescopis convenientissimo » dans Machin (...)

23Le savant danois Johannes Hevelius48 est un autre personnage souvent cité dans la littérature comme célèbre astronome possédant son propre observatoire avant la fondation de l’Académie49. Hevelius fut un correspondant assidu de bon nombre de futurs académiciens : nous privilégions ici les lettres échangées avec Colbert, Ismael Boulliau, Henri Oldenburg, Jean Chapelain, Jean Picard et Cassini, pour les années 1665-1671. Il est donc un acteur important, échangeant avec des hommes de premier plan comme Jean Chapelain ou Jean-Baptiste Colbert au moment de la fondation de l’Académie par ce dernier50. L’espace d’observation céleste d’Hevelius était constitué par la mise en connexion de divers toits de maisons au cœur de la ville de Dantzig, comme on peut le voir dans la figure 3. Ce lieu d’observation régulière était équipé de bon nombre d’instruments, probablement conservés sur place. Eu égard à l’expertise d’Hevelius dans l’observation astronomique ainsi qu’à ses contacts depuis 1666 avec l’Académie, est-ce lui qui suggéra à l’Académie l’appellation d’« observatoire » ? Il est très difficile de répondre à cette question. Dans l’attente de la publication de l’entière correspondance d’Hevelius, nous pouvons cependant donner quelques éléments contribuant à éclaircir son lexique. L’astronome polonais utilise le terme en latin observatorium en 1673 dans son ouvrage adressé à Louis XIV, Machinae Caelestis51, pour indiquer une tour idéale, avec des caractéristiques précises, qui permettrait l’accueil d’un gigantesque télescope. Le savant précise également que construire ce genre d’objet revient aux nobles et au roi, qui seuls ont l’argent et l’espace nécessaires.

  • 52 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 8 novembre 1669. Paris, Arch. Obs., ms C1, vol (...)
  • 53 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 27 aout 1670. Paris, Arch. Obs. , ms C1, vol.  (...)
  • 54 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 5 juillet 1670. Paris, Arch. Obs., ms C1, vol. (...)
  • 55 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 7 décembre 1668. Paris, Arch. Obs., ms C1, vo (...)
  • 56 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 15 mars 1667. Paris, Arch. Obs., ms C1, vol. 8 (...)
  • 57 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 8 novembre 1669, Paris, Arch. Obs., ms C1, vol (...)

24Toutefois, cet astronome n’aurait peut-être pas appelé son propre espace d’observation un observatorium. Dans sa correspondance avec l’Académie, ou notamment avec Ismael Boulliau pendant les années 1665-1671 et dans le texte imprimé déjà signalé, Hevelius privilégie le mot specula en se référant à son propre lieu d’observation (« Specula mea Astronomica52 », « nostra specula53 »), ainsi qu’à l’Observatoire royal de Paris, appelé « Speculâ Regiâ54 », « Speculam Observatoriam55 » ou « Specula Astronomica56 ». Le terme specula est par ailleurs utilisé également pour les verres dans les mêmes sources. Le mot est resté jusqu’à aujourd’hui dans l’italien specola, terme assez utilisé pour indiquer de manière un peu érudite un observatoire astronomique notamment lorsqu’il est situé sur le sommet d’une tour ou bien d’un édifice. Hevelius n’utilise le terme « observatorio57 » qu’une seule fois dans notre échantillon de lettres en se référant à l’Observatoire royal, tout en reprenant l’expression de son correspondant, Boulliau, en 1669, qui lui raconte l’arrivée de Cassini à l’Observatoire et les critiques faites à la construction.

  • 58 . L’académicien jésuite Jean de Fontaney, entre autres, y observa les comètes de 1680 et 1681. Pour (...)
  • 59 . Sur la compétition qui s’installe apparemment ensuite entre l’Observatoire de Louis XIV et ce col (...)
  • 60 . Gustave Emond, op. cit., p. 362. Dans la même page, Emond donne une description de ce lieu d’obse (...)

25L’éclipse de lune de mai 1653 fut observée par le même Boulliau au collège de Clermont, le collège jésuite parisien, souvent cité dans la littérature comme l’un des lieux de réunion et d’observation pour quelques futurs académiciens58. Ce collège, dont l’enseignement mathématique et les observations célestes sont bien connus, surtout pour la période précédant la fondation de l’Observatoire59, est décrit dans la littérature comme disposant d’un « observatoire pour les jésuites60 », une tour à l’intérieur du collège.

  • 61 . Guillaume Bigourdan, « La station astronomique... », op. cit.
  • 62 . Ibid.

26L’astronome et historien des sciences Guillaume Bigourdan, qui appelle simplement « station astronomique61 » la tour d’où l’on observait le ciel au collège à partir de 1660 environ, écrit : « Cependant il y avait alors un modeste mais véritable observatoire, auquel on donnait indifféremment ce nom ou celui de belvédère, guérite ou tour62 ». Il reprend ensuite la description matérielle de ce lieu faite par Emond au XIXe siècle, deux petites chambres l’une sur l’autre, ainsi qu’une plateforme avec une vue dégagée :

  • 63 . Ibid., p. 871, citation extraite de la page 362 du livre d’Emond.

« Le Belvéder s’élevait entre le Plessis et Louis le Grand du côté de la cour des cuisines, sur le bâtiment neuf construit en 1660. Il se composait de deux petites chambres, l’une au-dessus de l’autre, surmontées d’une plateforme qui dominait tout Paris. C’était l’observatoire des jésuites qui y conduisaient les élèves pour les leçons d’astronomie. On l’a détruit récemment, parce qu’il menaçait ruine. »63

27Dans nos recherches, nous n’avons toutefois pas trouvé de mention d’« observatoire » pour cette tour.

  • 64 . Guy Picolet (dir.), Jean Picard et les débuts de l’astronomie de précision au XVIIe siècle, Pa (...)
  • 65 . John W. Olmsted, « Jean Picard’s “Membership” in the Académie royale des sciences, 1666-1667 : th (...)
  • 66 . Guy Picolet, op. cit., p. 22.
  • 67 . Ibid., p. 24.
  • 68 . Idem.
  • 69 . Idem.
  • 70 . Guillaume Bigourdan, « Les observatoires dits de la rue de Poste à Paris », Comptes rendus hebdom (...)
  • 71 . Paris, Arch. Obs., ms D1 vol. 15 et D1 vol. 14.
  • 72 . Guillaume Bigourdan, art. cit., p. 1022.

28L’un des autres acteurs dont le travail et la vie ont été étroitement liés aux études des sciences astronomiques et à la fondation de l’Observatoire de Louis XIV est le déjà nommé Jean Picard. Il a observé avec Gassendi dans sa jeunesse et il devient astronome académicien après 1666. Picard était également membre des cercles savants précédant la création de l’Académie des sciences. Bien qu’avant la fondation de l’Académie, il soit difficile de trouver des publications portant le nom de Picard, grâce aux recherches de Guillaume Bigourdan et aux reconstructions biographiques de Guy Picolet64 et John Olmsted65, nous avons des éléments pour répondre à notre question. Picard se forme à l’astronomie en tant qu’élève externe au collège jésuite de la Flèche66. Il met plusieurs fois en place des observations dans la maison de l’abbé de Champigny au cloître de Notre-Dame à partir de 165267, et il en réalise au moins une avec Gassendi68. Parmi les lieux cités dans le livre de Picolet concernant des observations ponctuelles faites par Picard – telle la comète apparue en 1652 –, il convient de mentionner le collège de Navarre et le collège des Grassins tout proche69. En ce qui concerne la période avant l673, Bigourdan nous renseigne sur les observations faites par Picard70 dans sa maison située près de l’ancienne rue de Poste à Montmartre. Dans les notes de Picard utilisées par Bigourdan et conservées aujourd’hui dans les archives de l’Observatoire de Paris71, Picard appelle simplement cet endroit « maison ». Une fois l’Observatoire royal construit, lorsqu’il s’agit de mesurer la distance entre cette maison et l’Observatoire, le lexique de Picard est fort précis, il dit observer « la distance entre (…) l’Observatoire et ma maison72 ». Le lexique de Tycho Brahé et les usages qui en ont été faits par la suite permettent d’éclairer le vocabulaire de Picard à propos des lieux d’observation astronomique après 1666. Les sources ici mobilisées permettent d’avancer l’hypothèse que Picard faisait une distinction dans son lexique entre ce qui est un observatoire, bâtiment dédié à l’étude du ciel, une tour (telle la tour de Copenhague) pour les observations astronomiques et enfin une maison où l’on trouve des traces d’activités astronomiques.

Le choix du nom « Observatoire royal » et les années 1665-1668

  • 73 . Adrien Auzout, « Epistre » Éphéméride du Comète, 1665, n.p. (en ligne sur Gallica-Bibl. nat., (...)
  • 74 . Bien que l’Académie soit officiellement fondée l’année suivante, en 1666, Auzout nomme les autres (...)

29L’idée d’un lieu d’observation céleste pour les académiciens apparaît pour la première fois en 1665 dans l’Éphéméride du Comète de l’astronome Adrien Auzout73. La dédicace de l’ouvrage contient la demande faite à Louis XIV d’un espace qui permette de se consacrer à l’observation du ciel, afin d’améliorer les cartes et la connaissance de la géographie indispensables à la grandeur du souverain français ainsi qu’à l’image qu’il renvoie au monde entier. L’astronome se fait probablement le porte-parole des exigences de tous les académiciens et, comme il le répète, en 1665, dans sa Lettre à l’Abbé Charles imprimée dans la même année que l'Éphéméride, la « Compagnie des sciences et des arts74 » attend toujours la décision du roi à ce propos, étant donné l’urgence pour la mise en place d’un lieu pareil.

  • 75 . Pour des informations biographiques sur ce savant, voir : Robert McKeon, Établissement de l’astro (...)
  • 76 . La thèse de McKeon donne un bon nombre d’éléments sur la production d’Auzout dans les instruments (...)
  • 77 . Paris, Archives de l’Académie des sciences, Procès verbaux, tome 3, “1667”, 73r.

30Auzout est à la fois astronome, anatomiste et architecte. Il a été intimement lié à la fondation de l’Observatoire royal et aux choix faits à ce sujet en 1665-166875, Cassini ayant pour sa part beaucoup pesé sur les modifications demandées en 1669 ainsi que sur le fonctionnement de l’établissement après 1672. Du fait des études faites par Auzout concernant l’optique, la construction des lunettes et l’observation des planètes76, ce savant est souvent nommé avant 1666 dans les cercles qui feront l’Académie, mais il est également l’un des premiers académiciens en 1666 et l’un des astronomes de l’Assemblée qui, le 21 juin 1667, tracent la ligne méridienne pour l’orientation du bâtiment77. La place d’Auzout dans l’ensemble des décisions de l’Académie pendant les premières années du fonctionnement de l’institution est visible à travers sa carrière avant 1668 et grâce aux deux documents imprimés en 1665. Mais on a très peu de sources de sa plume pour la période suivante. En effet, à cause de son soudain et énigmatique départ en Italie en 1668 et suite à l’incendie de la bibliothèque du Louvre à la fin du siècle suivant, les sources sur Auzout, du moins celles restées en France, ont en grande partie disparu.

  • 78 . Adrien Auzout, « Epistre » Éphéméride..,. op. cit.
  • 79 . Adrien Auzout, Lettre à l’abbé Charles, Paris, Cusson, 1665, p. 2 (en ligne sur Gallica-Bibl. nat (...)
  • 80 . Adrien Auzout, Ibid., p. 28.

31Il est fondamental selon nous que, dans sa dédicace en 1665, l’expression employée pour le lieu d’observation ne mobilise par le terme d’observatoire. Le nom finalement choisi pour l’édifice ne s’inscrit donc pas dans une filiation lexicale traditionnelle qui aurait été bien ancrée ; il résulte fort probablement d’un choix qui se fait entre 1665 et 1666. En 1665, Auzout demande un lieu pour les observations célestes où l’utilisation des grandes lunettes, équipées avec tout le nécessaire pour les pratiques de l’observation du ciel78, serait possible. Il ne donne alors aucun détail sur le fait de savoir si le lieu invoqué doit être un édifice en entier ou bien une partie d’un édifice. Dans la lettre à l’abbé Charles de la même année, Auzout parle du manque d’« un lieu commode79 » pour observer, en faisant comprendre que d’habitude il s’agit de terrasses, souvent mises à disposition par des curieux qui veulent profiter également des observations80.

  • 81 . Voir à ce propos la thèse EHESS-CAK de Dalia Deias, op. cit.
  • 82 . Marie Boas Hall, Henry Oldenburg, Shaping the Royal Society, Oxford University Press, 2002 ; Jean (...)

32À la fin de 1666, le nom du bâtiment a déjà été choisi et l’Académie est officiellement fondée. À ce moment-là, les académiciens sont conscients de l’importance du projet de l’Observatoire, alors qu’ils connaissent peu de chose (sinon rien) de sa forme et de son organisation pratique81. Dans une lettre datant du 28 décembre 1666 adressée à Henry Oldenburg (1619-1677), secrétaire de la Royal Society82, Auzout laisse transparaître les attentes énormes qui pèsent à Paris sur ce magnifique bâtiment royal, unique au monde, qui sera fait pour être mis au service de l’Académie du roi. Par ces lignes, Auzout informe son destinataire du fait que l’Observatoire servira toutes les disciplines au sein de l’Académie, les observations célestes, terrestres et tout type d’expérience, y compris l’anatomie :

  • 83 . Cette lettre, déjà signalée dans Robert McKeon, Établissement de l’astronomie de précision et (...)

« Quoyque jaye eu l’honneur davoir été nommé par le Roy pour etre des mathématiques et de la physique, je ne puis vous en rien dire de plus particulier, que ce que tout le monde scait, parce qu’on ne sest pas encore expliqué entierement avec nous et que les choses ne sont pas au point qu’on nous les fait esperer car on nous promet de faire batir un bel Observatoire, que l’on garnira de toutes sortes de grans instruments et un laboratoire ou on pourra faire toutes sortes d’Experiences, lon doit faire toutes sortes d’Anatomie et generalement toutes sortes d’Observations tant Celestes que terrestres et quand cela sera etabli, il y aura moyen dentretenir correspondence avec vous et de sentrexciter mutuellement et sentreaider à decouvrir des choses nouvelles. » 83

  • 84 . Jules Guiffrey, volume « Colbert » de 1881 des Comptes des Batiments du roi sous le regne de Loui (...)
  • 85 . Paris, Archives de l’Académie des sciences, Procès verbaux, tome 3, « 1667 », 73.

33En 1667, l’expression « observatoire pour l’astronomie84 » apparaît également dans les Comptes des Bâtiments du roi, en raison de l’achat du terrain : la mise en place matérielle du lieu commence avec le traçage de la ligne méridienne le 21 juin de cette année-là85.

34À l’instar de la médaille L’Observatoire : Sic Itur Ad Astra produite en 1667, la fondation de ce bâtiment est aussi une occasion de célébrer le souverain français qui attache une grande importance à son image de Roi-Soleil. Bien que d’autres souverains se soient déjà dotés avant lui d’une académie pour les sciences, Louis XIV, avec la fondation de l’Observatoire, est le premier à donner à son académie un lieu adapté et équipé pour ses recherches. Il est également le premier à faire bâtir un monument représentant l’absolue nécessité des sciences. Seul bâtiment destiné au savoir construit pendant le Grand Siècle, l’Observatoire est prévu pour être, d’une part, un instrument scientifique au service du roi et, d’autre part, un symbole de son pouvoir absolu. Au cours du règne, cette fonction d’ostentation royale prendra forme notamment à travers la pratique des visites à l’Observatoire par les ambassadeurs et les étrangers. Grâce à cet espace qui unit ciel et terre, astronomie et géographie, le souverain fera rayonner son influence dans le monde entier, tant symboliquement que concrètement, avec les résultats dans le domaine de la cartographie notamment.

  • 86 . Pour une réponse plus complète, voir la thèse déjà citée de Dalia Deias, « L’Observatoire de Pari (...)
  • 87 . Pour l’analyse des espaces prévus dans le projet d’origine, les plans et les dessins à ce sujet, (...)

35Mais pour l’heure, tout est à inventer pour ce bâtiment. Quelle forme lui donner ? Quelle architecture pour exprimer efficacement ce projet royal ? Nous n’abordons pas ici la question de savoir qui a dressé le premier les plans de l’Observatoire, car ce sujet nous amènerait trop loin. Finalement, la place donnée à l’Académie dans l’organisation des espaces en 1667 est importante : ses réunions et ses activités semblent être le premier objectif que les architectes ont à l’esprit86, dans l’organisation du bâtiment appelé « observatoire », dans le creusement des caves au-dessous de celui-ci. Les laboratoires de l’Académie sont situés sous la grande terrasse au sud du bâtiment87 (une représentation de l’Observatoire, avec terrasse au sud et laboratoires selon le projet original, est donnée en figure 4).

  • 88 . Voir dans le tome V de Pierre Clément, (dir.), Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Par (...)
  • 89 . Lettre de Christiaan Huyghens, datée du 15 août 1679, dans Christiaan Huyghens, Œuvres complètes (...)

36Il est décidé finalement en 1666-1667 que l’édifice de l’Observatoire sera une partie d’un complexe architectural plus important s’élevant sur son terrain. En 1667, on commence à construire les caves sous l’Observatoire, en exploitant la structure à carrières du sous-sol. La construction des caves est décrite dans les papiers de Claude Perrault concernant l’Observatoire88. Seules les caves et le bâtiment de l’Observatoire seront achevés. Les laboratoires et la terrasse au sud ne seront que partiellement construits. On peut donc se demander si le choix de l’appellation « observatoire » par les académiciens ne s'inspire pas du pavillon en surface de Stellaebourg. Toutefois, la forme choisie par les académiciens pour cette construction à la surface n’est pas celle d’un simple pavillon pour observer le ciel. Comme le dira l’astronome mathématicien Christian Huyghens quelques années plus tard, « il n’y en a jamais eu de pareil en ce sorte de bastiments89 » : l’Observatoire est une première absolue aux yeux des savants de l’époque.

  • 90 . Par ordre chronologique : Antoine Picon, « L’Observatoire et l’Arc de Triomphe » dans Claude Perr (...)

37Les chercheurs Petzet, Picon et McEwen ont enquêté sur les sources d’inspiration matérielle de l’Observatoire de Paris90. Michael Petzet trouve dans Uranibourg les racines de l’organisation matérielle de l’Observatoire de Louis XIV. Malgré des ressemblances évidentes entre les deux bâtiments, c’est toutefois l’analyse d’Antoine Picon qui permet d’éclairer le mieux la question en dépit du manque de sources.

  • 91 . Indra Kagis McEwen, op. cit.

38Tout en prenant les salles et les tours du bâtiment comme source primaire, et en réfléchissant à la philosophie que l’édifice peut traduire – notamment la conception des sciences chez l’un des architectes de l’Observatoire, Claude Perrault –, Picon voit dans les choix architecturaux de l’Observatoire la volonté de bâtir l’une des machines de l’Académie ou de représenter l’un des organes se trouvant sur ses tables de dissection. Selon cet auteur, l’Observatoire est volontairement un objet original dans le panorama des bâtiments de l’époque, qui n’appartient pas à un ordre architectural défini mais se caractérise par la nouveauté et une physiologie précise, où chacune des parties a une fonction et des tâches propres. Par ailleurs, à travers l’analyse des frontispices tirés des ouvrages de Claude Perrault, Indra McEwen91 ajoute que le bâtiment de l’Observatoire resserre le lien entre l’État moderne et la philosophie baconienne, notamment le rôle de l’observation dans la construction de l’État moderne.

  • 92 . À ce propos, voir le volume déjà cité de Daston and Lunbeck, notamment le chapitre de Daston pour (...)
  • 93 . Voir le tome V du recueil des lettres réalisé par Pierre Clément (dir.), Lettres, instructions et (...)

39L’architecture du bâtiment de l’Observatoire royal permet le rayonnement de la philosophie et oriente le travail de toute l’Assemblée – à savoir l’expérience et l’observation92 contre toute forme d’idée préconçue  et incarne précisément le projet des sciences de Louis XIV. L’importance de cette approche basée sur l’expérience est soulignée dans l’un des rares documents ayant survécu à l’incendie de la bibliothèque du Louvre, dans les papiers de Claude Perrault concernant l’établissement de l’Académie des sciences et de l’Observatoire93.

  • 94 . Adrien Auzout, « Epistre » Éphéméride..., op. cit, n.p.

40Mais à partir de ce moment, nous ne pouvons formuler que des hypothèses car, en raison de l’incendie, les sources manquent pour les derniers mois de l’année 1665 et les premiers de 1666, justement quand le nom d’« observatoire » est choisi. Au cours de ces mois cruciaux, Louis XIV reçoit la proposition faite par Auzout dans sa dédicace, l’Académie des sciences est officiellement fondée, et la proposition pour « un lieu plus propre et les grands instruments nécessaires94» à l’observation faite par Auzout est acceptée. Cependant, lorsque l’Académie est officiellement créée, l’Observatoire est déjà prévu pour elle.

  • 95 . On ne connaît pas la date de production du Lynceographum. Le texte manuscrit, dont il existe plus (...)
  • 96 Voir le chapitre de Lorraine Daston dans le tome 1 de la publication déjà signalée, p. 176-203 ; le (...)

41De nombreux auteurs ont souligné la tradition, à partir de l’Accademia dei Lincei, d’associer aux travaux des académies une sorte de temple de sciences, espace matériel de ses activités. Ce lieu pour l’Accademia de Rome est décrit dans le texte en latin qui contient le règlement de l’institution, le Lynceographum95. Une analyse transversale et multidisciplinaire des académies à l’époque moderne examinées au prisme des pratiques sociales, qui inclut la question du temple des sciences, permet ces rapprochements. Nous renvoyons aux travaux de Maria-Pia Donato, Lorraine Daston ou de Marta Cavazza qui décrit dans son livre de 1990 la genèse de l’Istituto delle Scienze di Bologna au début du XVIIIe siècle, institution scientifique bolognaise inspirée de l’Académie des sciences de Paris. Marta Cavazza explique le contexte politique et social de l’Europe du XVIIe siècle qui donne naissance aux principales académies de ce siècle, notamment en liant ce cadre à l’émergence de la conception baconienne d’une science utile à la société et donc protégée et favorisée par les gouvernements. Francis Bacon exprime ce concept dans l’introduction de son De Dignitate et Augmentis Scientiarum (1652), mais également dans sa Nouvelle Atlantide96.

42Concernant l’Académie parisienne, cœur de notre propos ici, au moment de sa fondation, ce qui reste à décider est probablement le nom et l’organisation matérielle du projet. Tout se déroule rapidement et quasiment en même temps, jusqu’au moment où Auzout écrit à Oldenburg en 1666 en décrivant le projet que l’Observatoire sera censé servir. À la fin de 1666, le nom d’« observatoire » a déjà été choisi et en 1667 l’organisation matérielle du bâtiment commence une fois le terrain acheté.

  • 97 . Dont quelques éléments que nous trouvons déjà dans Charles Perrault, Mémoires de Charles Perraul (...)
  • 98 . Lorsque Cassini arrive en France en 1669, dans ses lettres il appelle l’Observatoire « Grande Edi (...)
  • 99 . Philippe Tamizey de la Roque (dir.), op. cit., p. 188.
  • 100 . Paris, Archives de l’Académie des sciences, Procès verbaux, tome 3, « 1667 », 73r.

43À ce moment précis, l’histoire se complique car les doutes concernant les décisions sur le projet se mêlent à la controverse autour des architectes auteurs des plans97, et des choix architecturaux à faire concernant la construction, son style, ses parties. Une fois sur le sol français, Cassini critiquera en avril 1669 les plans de l’Observatoire98, trop peu fonctionnels pour l’astronomie, ce qui conduira à la modification du projet et des pratiques scientifiques qui finalement auront lieu à l’intérieur. Pour pallier la lacune dans les sources, nous avons consulté les documents qui sont à la frontière entre le monde des décisions officielles et celui des discussions internes, c’est-à-dire les procès-verbaux de l’Académie, les documents restant dans les papiers de Colbert déjà cités et les lettres de Jean Chapelain99. Ces trois sources ne donnent pas d’indication sur le choix du nom « observatoire », mis à part le fait qu’en 1668, dans les procès-verbaux le bâtiment est désigné également sous le nom « uranoscope » (synonyme d’observatoire)100.

  • 101 . « Observatoire » dans Académie française, Le dictionnaire de l’Académie françoise, tome II, M (...)

44La forme donnée au bâtiment, l’organisation des autres constructions à ses côtés, l’expression dans l’architecture des pratiques d’observation, de la philosophie, du modus operandi de l’Académie des sciences, ont été des choix conscients faits par des académiciens en 1666. De la même manière, le nom témoigne d’un choix précis qui inscrit de manière assez libre le bâtiment dans une tradition royale d’observation céleste, mais qui en même temps émane de l’Académie et de son roi en se singularisant comme l’un des plus beaux bâtiments de son temps. L’appellation « observatoire » repose bien sûr sur le verbe qui lui est associé ; la pratique astronomique est l’activité principale prévue pour l’édifice, mais celui-ci est construit pour être à la fois un espace dédié à l’observation et un monument de Louis XIV. Le substantif « observatoire » ne fut jamais utilisé dans sa forme latine à notre connaissance, confirmant la place de la langue française dans l’institution scientifique de Louis XIV. Le seul autre nom dont on possède la trace est « uranoscope ». En 1694, dans la première édition du Dictionnaire de la langue française publié par l’Académie101, le mot « observatoire » semble avoir déjà des caractéristiques précises, car il désigne un édifice entier destiné à l’observation astronomique.

  • 102 . Nous renvoyons ici à la littérature sur cet observatoire, notamment : John W. Witek (dir.), Fer (...)
  • 103 . Ces deux expressions, nous les trouvons précisément à la toute première page correspondant à (...)

45L’usage de specula demeure cependant. Non seulement aujourd’hui encore, on retrouve ce terme dans l’italien specola mais on le trouve également dans les descriptions de l’édifice fondé à Pékin entre 1671 et 1673 par Ferdinand Verbiest102, très peu de temps donc après celui de Paris, édifice mentionné, comme nous l’avons vu, dans la définition de l’Encyclopédie. Selon des études sur Verbiest, le terme en chinois utilisé pour ce lieu correspond à « observatoire ». Toutefois, si l’on regarde de près le lexique en latin de Verbiest, on remarque que ce missionnaire l’appelle « Specula Astronomica » et « Specula Astroptica103 », et non pas observatorium.

  • 104 . Sur la fondation de cet observatoire, voir les travaux de Frances Willmoth, notamment au sujet de (...)
  • 105 . Plan « Ichnographia Speculas Regiae Grenovici » datant en 1676, dans Philip S. Laurie, op. cit.

46Lorsqu’il est fondé en 1675-1676, le Greenwich Observatory104 est associé aux travaux astronomiques de la Royal Society de Londres, une institution qui échange avec l’Académie de Paris et qui suit de près la fondation de l’Observatoire, comme nous l’avons vu. À Greenwich, il s’agit d’une tour dédiée aux observations astronomiques, bâtiment à la forme très différente de celui de Paris mais qui s’inspire de ce dernier, d’abord et avant tout à travers son nom et son lien avec l’institution savante associée. Il est appelé Observatory dès sa fondation, mais on peut trouver également l’expression de « Specola Grenovici105 » dans quelques sources, notamment les plans de cet observatoire.

Conclusion

47L’Observatoire royal de Louis XIV a constitué une première dans le panorama des lieux des sciences de l’époque et nous avons ici montré son originalité en l’abordant à travers le choix, par les académiciens, entre 1665 et 1666, du nom « observatoire ». À travers plusieurs exemples de structures pour l’observation céleste antérieures à l’Observatoire royal, nous avons montré comment, auparavant, le terme « observatoire » et ses correspondants dans d’autres langues étaient utilisés de manières différentes selon les contextes et les intentions des acteurs. Les différentes mobilisations de ce terme – ou son absence totale de mobilisation parfois – montrent à quel point les sciences qui peuvent être faites à l’intérieur d’un lieu appelé « observatoire » dépendent de manière fort stricte des acteurs et des groupes qui le nomment. La consolidation d’une signification univoque pour le terme « observatoire » contribue également à stabiliser les sciences qu’un observatoire pourra abriter.

48Nous avons également vu, à travers des récits d’acteurs, comment l’Observatoire de Louis XIV s’inscrit dans le champ des pratiques astronomiques auxquelles s’ajoute la volonté d’incarner le travail de l’Académie des sciences (notamment au travers de toutes sortes d’observations faites en son sein) et de célébrer le souverain qui a fondé les deux institutions. Le choix du nom « Observatoire royal » sous Louis XIV ne procède donc pas littéralement d’une tradition dans l’usage du terme. La suggestion faite par Adrien Auzout en 1665 à propos d’un lieu pour l’observation céleste des académiciens se transforme rapidement en un projet qui prend de l’ampleur et de l’importance. L’Académie des sciences s’approprie probablement en 1665-1666 le terme employé par Brahé pour désigner son Stellaebourg. Les académiciens, en associant ce nom d’ « observatoire » à un site dédié à leurs pratiques d’observation et à un « bâtiment du roi », participaient à la construction simultanée d’un symbole du pouvoir monarchique et à l’édification d’un instrument à son service.

  • 106 . En 1669, dans ses lettres, Cassini appelle l’Observatoire « Grande Edificio astronomico » (Lettre (...)

49Déjà peu de temps après la fondation de l’Observatoire, le terme « observatoire » commence à indiquer de façon plus univoque des édifices entièrement conçus pour les sciences et notamment pour l’observation du ciel. Comme on le trouve dans le lexique de Giovanni Domenico Cassini, « l’Osservatorio » est synonyme de « Grande Edificio Astronomico106 ». La fondation de l’Observatory de Greenwich en 1676, jumeau concurrent de celui de Paris, marque une autre étape vers la stabilisation de cette désignation. Le terme « observatoire » est associé, dans les encyclopédies du XVIIIe siècle, à un lieu dont la signification et le but sont désormais univoques.

50Le choix du pouvoir et de sa représentation fait en 1666 concernant l’Observatoire constitue donc une étape importante dans la structuration d’un lexique précis qui restera jusqu’à nos jours pour définir les édifices d’observation astronomique.

Images et références :

Fig. 1 : Détail pour la structure d'observation fixe dans la partie IX de Jean-Baptiste Morin, Longitudinum terrestrium necnon coelestium nova et hactenus optata scientia. Pars VIII et IX, Paris, J. Libert, 1639, p. 355 (Bibl. Nat., V-18023).

51  

Fig. 2 : Extraits de Tycho Brahé, Epistolarum Astronomicarum (1596), p. 258-259 (en ligne sur <https://www.loc.gov/​item/​85194824>, téléchargé le 5 mars 2017) où l'on voit la légende pour les différentes parties du château d'Uranibourg et ses divers « observatoria ».

52  

Fig. 3 : Extrait (dans le texte fig. EE) avec des images de la « Specula » de Hevelius, dans Jan Hevelius, Machinae coelestis..., Gedani, S. Reiniger, 1673, (Gallica-Bibliothèque de l'Observatoire de Paris).

53  

Fig. 4 : « Élévation perspective de l'Observatoire », env. 1667 (Gallica-Bibl. Nat.).

54  

Fig. 5 : Extrait de Tycho Brahe, Astronomiae Instauratae Mechanica, 1598 (Gallica-Bibl. Nat.).

Haut de page

Notes

1 . Quelques exemples : Jean-Baptiste Delambre, Histoire de l’astronomie moderne, tome II, Paris, Courcier, 1821 ; Charles Wolf, Histoire de l’Observatoire de Paris de sa fondation à 1793, Paris, Gauthier-Villars, 1902 ; Olaf Pedersen, « Some Early European Observatories », Vistas in Astronomy, vol. 20, 1976, p. 17-28 ; Agostin Udias, Searching the Heavens and the Earth : the history of Jesuit Observatories, Dordrecht, Kluwer, 2003 ; Fabrizio Bonoli, « La nascita dei moderni osservatori », dans Paolo Galluzzi (dir.) Galileo. Immagini dell’universo dall’antichità al telescopio, Firenze, Giunti, 2009, p. 276-287 ; Gudrun Wolfschmidt (dir.), Astronomical Observatories. From Classical astronomy to Modern Astrophysics, Paris, ICOMOS, 2009 ; Chantal Grell (dir.), Correspondance de Johannes Hevelius, tome I, Turnhout, Brepols, 2014.

2 . Voir à ce propos le volume de Lorraine Daston et Élisabeth Lunbeck (dir.), Histories of Scientific Observation, Chicago, University of Chicago Press, 2011, dont nous utilisons, dans cette recherche, le chapitre de Lorraine Daston, Katherine Park et Gianna Pomata. La première se penche notamment sur ce qu’était une observation au XVIIe siècle, et particulièrement une observation collective dans le cadre des académies savantes. Signalons dans ce cadre également la journée d’étude Dialogue avec Lorraine Daston, organisée le 2 décembre 2015 par l’École normale supérieure de Paris, et en particulier l’intervention de Catherine Goldstein et Sophie Roux, « Quelques observations sur l’observation ».

3 . Mis à part l’histoire de l’Observatoire de Paris faite par Wolf en 1902 et l’étude de Jérôme Lamy parue en 2007, nous pouvons citer ici : Alistair Marcus Kwan, Architectures of Astronomical Observations : from Stenwarte Kassel (circa 1560) to the Radcliffe Observatory (1772), Yale University, 2010, pour une étude des différentes architectures dans la construction des lieux pour l’observation astronomique à l’époque moderne. Sur la gestion de l’orientation dans le temps et dans l’espace des observatoires, signalons également le chapitre d’Omar Nasim dans Marianne Sommer, Carsten Reinhardt and Staffan Muller-Wille ( dir.), Handbuch Wissenschaftsgeschichte, Stuttgart, Metzler Verlag, 2016, que nous avons consulté ici dans sa version anglaise, pour laquelle nous remercions l’auteur et Rebekah Higgit de nous l’avoir fournie. Encore : Jean-Marie Homet, Astronomie et astronomes en Provence, Aix-en-Provence, Édisud, 1982 ; Guy Boistel, « Un observatoire pour la formation des militaires, des géographes et des explorateurs en plein Paris : l’observatoire de la Marine et du Bureau des longitudes au parc Montsouris, 1875-1914 » dans Jérôme De La Noë et Caroline Soubiran (dir.), La (Re)fondation des observatoires astronomiques sous la IIIe République, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2011, p. 127-146 ; David Aubin, « L’observatoire. Régimes de spatialité et délocalisation du savoir » dans Kapil Raj et Otto Sibum (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, tome 2 : Modernité et globalisation, Paris, Le Seuil, 2015, p. 55-72 et « The hotel that became an observatory : Mount Faulhorn as singularity, microcosm, and macro-tool », Science in Context, vol. 22, 2009, p. 365- 386.

4 . Sur la fondation de l’Académie des sciences et son observatoire : Roger Hahn, The Anatomy of a Scientific Institution : the Paris Academy of Sciences, 1666-1803, Berkeley-Los Angeles-London, The University of California Press, 1971 ; Guillaume Bigourdan, Les premières sociétés savantes de Paris et les origines de l’Académie des Sciences, Paris, 1919 ; Marie-Jeanne Tits-Dieuaide, « Une institution sans statuts : l’Académie royale des sciences de 1666 à 1699 », dans Histoire et mémoire de l’Académie des sciences : guide de recherches, Paris, 1996, p. 3-13 ; Éric Brian et Christiane Demeulenaere-Doyere (dir.), Histoire et Mémoire de l’Académie des sciences : guide de recherche, Londres-New York, Lavoisier, 1996 ; Guy Picolet (dir.), Jean Picard et les débuts de l’astronomie de précision au XVIIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1987 ; Guy Picolet, « Paris Observatory » dans Wilburn Applebaum (dir.), Encyclopedia of the Scientific Revolution : From Copernicus to Newton, New York-London, Garland, 2000, p. 726-728 ; Réné Taton, Les Origines de l’Académie Royale des sciences, Paris, Palais de la Découverte, 1966 ; Charles Wolf, op. cit.

5 . Dominique Pestre, Stéphane Van Damme, Kapil Raj et Otto Sibum (dir.), Histoire des sciences et savoirs, Paris, Seuil, 2015. Pour Dominique Pestre, le chapitre d’introduction, « Écrire une histoire des sciences et des savoirs de longue durée », tome 1 de l’ouvrage, dirigé par Stéphane Van Damme, p. 9-15. Pour quelques références supplémentaires, des ouvrages fondamentaux des Science studies : Steven Shapin, A Social History of Truth, Chicago, University of Chicago Press, 1994 ; Steven Shapin, Simon Schaffer, Léviathan et la Pompe à air, Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La Découverte, 1993. Au sujet des lieux de production du savoir : Dominique Pestre (dir.), Trois cents ans de science. Les lieux de science, numéro spécial de La Recherche, 300, juillet-août 1997 ; Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014.

6 . Olaf Pedersen, art. cit.

7 . Jérôme Lamy, L’Observatoire de Toulouse aux XVIIIet XIXe siècles. Archéologie d’un espace savant, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 15.

8 . Cette méthode s’inspire de l’étude concernant l’usage du mot « académie » en France par Peter-Echkart Knabe dans son chapitre de l’ouvrage collectif : Daniel-Odon Hurel et Gérard Laudin (dir.), Académies et sociétés savantes en Europe (1650-1800), Paris, Honoré Champion, 2000, p. 24-34. Signalons dans cette étude également le chapitre « Aux origines du mouvement académique en France : protohistoire des Académies et genèse de la sociabilité savante », par Simone Mazauric. Avec la même problématique, ici pour le mot « laboratoire », signalons les parties introductives dans Patrice Bret et Catherine Lanoë, « Laboratoires et ateliers, des espaces de travail entre sciences, arts et métiers, XVIe-XVIIIe siècles » dans Liliane Hilaire-Pérez, Fabien Simon, Marie Thébaud-Sorger (dir.), L’Europe des sciences et des techniques. Un dialogue des savoirs, XVe-XVIIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 149-156 ; Catherine Lanoë et Patrice Bret, « La formation d’un espace de travail entre sciences, arts et métiers : le laboratoire du chimiste et le laboratoire du parfumeur au XVIIIe siècle », dans Maurice Hamon (dir.), Le travail avant la révolution industrielle, Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, avril 2002, Paris, Éd. du CTHS, 2006, p. 139-154.

9 . David Aubin, Charlotte Bigg et Heinz-Otto Sibum (dir.), The Heavens on Earth : Observatories and Astronomy in Nineteenth-Century Science and Culture, Durham and London, Duke University Press Books, 2010, p. 2.

10 . David Aubin, « The hotel that became an observatory... », art. cit.

11 . David Aubin, « L’Observatoire. Régimes de spatialité... », art. cit.

12 . « Observatoire », dans Louis de Jaucourt et Jean le Rond d’Alembert, L’Encyclopédie, 1ère éd., tome 11, p. 323-325

13 . Pour la littérature secondaire à ce sujet, voir notamment : Alistair Marcus Kwan, op. cit. ; John R. Christianson, On Tycho’s island : Tycho Brahé, science, and culture in the sixteenth century, New York, Cambridge University Press, 2003 et Adam Mosley, Bearing the Heaven’s, Tycho Brahé and the Astronomical Community of the Late Sixteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

14 . Par exemple dans Tycho Brahé, Astronomiae Instauratae Mechanica, 1598, où la description des instruments est accompagnée par des dessins fort précis, ou bien dans Tycho Brahé, Epistolarum Astronomicarum Libri, 1596, dont nous avons cité un extrait.

15 . Le dessin de Stellaebourg se trouve dans « Ortographia Stellaeburgi Extra Arcem Urania Siti » dans Tycho Brahe, Astronomiae Instauratae Mechanica (1598). Brahé nomme Stellaebourg comme synonyme d’observatorium à la page suivante : « Appellavi autem hoc Observatorium Danicâ linguâ Stjerneborg, quod & Germanis ferè idem, latiné Stellaeburgum sonat », entre les lignes de « Stellaebourgi Explicatio ». Dans le même ouvrage, Brahé donne la même description d’Uranibourg déjà présente dans son Epistolarum Astronomicarum Libri, sortie en 1596.

16 . Joan Blaeu, Geographia, quae est cosmographiae Blavianae pars prima, 1662.

17 . Plaque « Stellaeburgum sive Observatorium Subterraneum a Tychone Brahe » dans Joan Blaeu, Ibid.

18 . Pierre Gassendi, Tychonis Brahéi equitis dani, astronomorum coryphaei vita..., Parisiis, Mathurini Dupuis, 1654. Ce livre, gardé à la réserve des archives de l’Observatoire de Paris (Arch. Obs. ensuite) est disponible en ligne dans la version comprise dans Opera omnia, Laurent Anisson et Jean-Baptiste Devenet, Lyon, 1658, p. 401-404.

19 . Pierre Gassendi, Opera omnia, Lyon, Laurent Anisson et Jean-Baptiste Devenet, 1658, p. 398.

20 . Jean Picard, « Voyage d’Uranibourg, ou observations astronomiques faites en Dannemarck » dans Recueil d’observations faites en plusieurs voyages par ordre de sa Majesté pour perfectionner l’astronomie et la géographie, Paris, Imprimerie royale, 1680, informations aux pages 3 et 4.

21 . Ibid., p. 3.

22 . Ibid., p. 4.

23 . Des informations plus précises relatives à cette tour se trouvent dans Christiano Severino Longo, Introductio in Theatrum Astronomicum, Hauniae, 1639, p. 17-19. Cet ouvrage est accessible en ligne sur e-bibliotek, rundertaarn, <http://rundetaarn.1642.dk/e-bibliotek/> (consulté le 7 février 2017). La tour est citée dans tous les livres au sujet des premiers observatoires, dont nous signalons notamment la thèse d’Alistair (p. 232), l’article de Pedersen (p. 24) et le livre de Wolf (p. 20).

24 . Signalons ici pour la littérature secondaire : Simone Mazauric, op. cit., p. 35-47 ; Guillaume Bigourdan, « Les premières Sociétés savantes de Paris. Le cercle du père Mersenne et l’Académie de Montmor » et « Les premières Sociétés savantes », art. cit. ; Harcourt Brown, Scientific Organizations in Seventeenth Century France (1620-1680), Baltimore, 1934 ; René Taton, Les origines de l’Académie royale des sciences, conférence du Palais de la Découverte, 15 mai 1965, Paris, 1966.

25 . William L. Hine, « Jean-Baptiste Morin, The Last “Official” Court Astrologer », Cahiers du XVIIe siècle. n° 2, 1988, p. 121-134. Citons également pour le personnage de Morin l’article d’Aurélien Ruellet, « Deux documents inédits sur Jean-Baptiste Morin (1583-1656) : Testament et inventaire après décès, édition critique du testament et de l’inventaire après décès de Jean-Baptiste Morin », 2014 (en ligne sur <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01116353>, consulté le 7 février 2017) et Monette Martinet, « Jean-Baptiste Morin (1582-1656) », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, n° 14, 1986, p. 69-87. Morin fut un contemporain de Galilée (1564-1642), l’un des pères de la lunette. Or, comment ce dernier appelait-il ses lieux d’observation en Italie ? Tout en suivant la même méthodologie que dans l’article, nous avons vérifié dans son Sidereus Nuncius datant en 1610 et dans un échantillon de ses lettres en italien et latin pour la période 1610-1640 (en ligne sur <http://www.classicistranieri.com/liberliber/Galilei, %20Galileo/letter_p.pdf>, consulté le 5 mai 2017). Galilée n’utilise, dans cet échantillon, ni specula ni observatorium (ou osservatorio). Dans ses lettres, il écrit faire ses « osservazioni » de l’intérieur d’une pièce, à travers une fenêtre et probablement un rideau pour les observations du soleil (Seconda Lettera Del Sig. Galileo Galilei Al Sig. Marco Velseri Delle Macchie Solari, de Firenze, 14 agosto 1612, dans le dossier en ligne la pièce est citée à la page 32). Pour ce qui concerne son lieu d’observation privilégié pendant son séjour à Padoue entre 1592 et 1610, qui a pris aujourd’hui le nom de « la Specola », à l’époque n’était qu’un château en ruine construit pour défendre la ville en 1374, et qui prit cette appellation bien après la période des observations de Galilée (information sur le site de la Specola de Padoue sur <http://www.belludi37.it/specola-padova/>, consulté le 5 mai 2017).

26 . Charles Wolf, op. cit., p. 2.

27 . Jean-Baptiste Delambre, op. cit., p. 242.

28 . Idem.

29 . Jean-Baptiste Morin, Longitudinum terrestrium necnon coelestium nova et hactenus optata scientia. Pars VIII et IX, chapitre 8, Paris, J. Libert, 1639, p. 355. Morin décrit un instrument pour la mesure des cieux de sa propre invention (Fig. 1, Paris, Bibl. nat., V-18023). Cet ouvrage est composé de neuf volumes qui ont tous le même titre. Le premier paraît en 1634, au début de la conférence sur les longitudes. À ces neuf livres s’ajoute un dernier, paru en 1640, rassemblant l’ensemble des autres.

30 . Bien que le contexte scientifique et politique des livres de Morin soit donné en introduction du premier livre de l’auteur, sorti l’année de la conférence des Longitudes, voir également à ce propos : Guillaume Bigourdain, « La Conférence des Longitudes en 1634 », Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences, tome 163, 1916, p. 229-333 et Jean Pares, Jean-Baptiste Morin (1583-1656) et la querelle des longitudes de 1634 à 1647, thèse de 3e cycle présentée et soutenue à l’université de Paris I, 1976.

31 . Dans la riche littérature sur Mersenne, voir : Catherine Goldstein, « Routine Controversies : Mathematical Challenges in Mersenne’s Correspondence » dans « La guerre en lettres : La controverse scientifique dans les correspondances des Lumières », Revue d’histoire des sciences, tome 66, 2013, p. 249-273 et Aurélien Ruellet, « Le grand négociant des lettres : contours, évolution, et usages du réseau épistolaire de Mersenne », dans André Vauchez, Pierre Benoist (dir.), Saint François de Paule et les minimes en France, de la fin du XVe au XVIIIe siècle, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2013, p. 277-289.

32 . Sur ce personnage : Peter Miller, Peiresc’s Europe : Learning and Virtue in the Seventeenth Century, New Haven and London, Yale University Press, 2000 ; Lisa Sarasohn, « Nicolas-Claude Fabri de Peiresc and the Patronage of the New Science in the 17th Century », Isis, vol. 84, 1993, p. 70-90.

33 . Voir à ce propos Anna Cassini, Gio. Domenico Cassini, uno Scienziato del Seicento, Perinaldo, Comune di Perinaldo, 2003, à partir de la page 181 ; Suzanne Débarbat et Curtis Wilson, «The Galilean satellites of Jupiter from Galileo to Cassini, Römer, and Bradley » dans René Taton et Curtis Wilson (dir.), Planetary astronomy from the Renaissance to the rise of astrophysics, The General History of Astronomy, vol. IIA, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 144-157.

34 . Nous utilisons ici les Lettres de Peiresc, éditées par Philippe Tamizey de Larroque, plus précisément les tomes 4, 6 et 7, et des lettres échangées entre Peiresc et Mersenne, données aux pages 431-599 dans Les correspondants de Peiresc : lettres inédites [de] Dubernard, Nostradamus, Bouchart..., tome II, Genève, Slatkine, 1874, du même éditeur que les précédents tomes. C’est l’éditeur qui utilise le mot « observatoire » dans les notes ajoutées, et non les auteurs des lettres.

35 . Pierre Gassendi, Vir illustris Nicolai Claudij Fabricijde Pereisc senatoris acquisenxtiensis vitha autore Pietro Gassendo, Paris, Vlacq, 1655 (Paris, Bibl. nat., F-18942-50).

36 . Pierre Gassendi, Ibid., p. 78.

37 . Pierre Gassendi, Peiresc, le « prince des curieux », Paris, Belin, 1992, voir les pages 114-116 pour l’année 1610. Dans l’index du livre V de la traduction faite en 1992 pour cette biographie, parmi les événements de l’année 1634, on trouve que Peiresc « installa un observatoire dans sa demeure ».

38 . Pierre Gassendi, op. cit., « 1634 », p. 180.

39 . Ismael Boulliau, Observatio secundi deliquii lunaris anno 1652 mense septembri facti, una cum calculo illius, Paris, Martini, 1653, p. 8. Avant la fondation de l’Académie des sciences en 1666, il est difficile d’avoir des publications des premiers astronomes qui en feront partie, tels l’abbé Picard ou Edme Mariotte.

40 . Ibid.

41 . Ibid., p. 6.

42 . Voir à ce propos la thèse CAK-EHESS : Dalia Deias, « L’Observatoire de Paris au regard de la correspondance de Gian Domenico Cassini : science, politique et réseaux savants dans le Grand Siècle », à paraître.

43 . Les trois lettres échangées par les deux savants sont en forme autographe et en pièces jointes à la fin du livre d’Ismael Boulliau, op. cit.

44 . Sur cette période de la vie de l’astronome italien, voir la biographie d’Anna Cassini, op.cit.

45 . Lettre de Cassini à Ismael Boulliau, de Bologne à Paris, datée du 21 octobre 1653, dans Ismael Boulliau, Observatio secundi deliquii lunaris anno 1652 mense septembri facti, una cum calculo illius, Paris, Martini, 1653, n.p.

46 . « Secunda Observatio », suivant la lettre de Cassini à Ismael Boulliau, de Bologne à Paris, datant du 21 octobre 1653, dans Ismael Boulliau, op. cit.

47 . Jean-Dominique Cassini, Mémoires pour servir à l’histoire des sciences et à celle de l’Observatoire royal de Paris, suivis de la Vie de J.-D. Cassini écrite par lui-meme, et des éloges de plusieurs académiciens morts pendant la Révolution, Paris, Bleuet, 1810, p. 262-263.

48 . Sur ce savant et son lieu d’observation sur les toits, voir par exemple : « La vie et les travaux de Jean Hevelius », Bullettino di bibliografia e di storia delle scienze matematiche e fisiche, tome IX, 1878, p. 185-200 ; l’ouvrage collectif Johannes Hevelius and his World : Astronomer, Cartographer, philosopher and Correspondant, Varsovie, Plska Akademianauk, Instituti Historii Nauki, 2013, dont nous signalons ici le chapitre par Susan Keyes liant le savant à l’Observatoire de Paris. Cette chercheuse est d’ailleurs impliquée dans l’édition de la correspondance du savant, en cours. Voir Chantal Grell (dir.), Correspondance de Johannes Hevelius, tome I : Prolegomenes Critiques, Turnhout, Brepols, 2014.

49 . Par exemple dans : Olaf Pedersen, art. cit., ou Fabrizio Bonoli, art. cit.

50 . Philippe Tamizey de la Roque (dir.), Lettres de Jean Chapelain, de l’Académie française, tome II, Paris, Imprimerie nationale, 1883.

51 . Johannes Hevelius, « De peculiari observatorio, maximis telescopis convenientissimo » dans Machina Coelestis, 1673, p. 419-425 et plaque 5. Sur ce sujet, voir également : Charles Leeson Prince, The Illustrated Account given by Hevelius in his Machina Coelestis, of the method of mounting a Telescope and erecting an Observatory, 1882.

52 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 8 novembre 1669. Paris, Arch. Obs., ms C1, vol. 9, 1373/1466.

53 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 27 aout 1670. Paris, Arch. Obs. , ms C1, vol. 10, 1404/23.

54 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 5 juillet 1670. Paris, Arch. Obs., ms C1, vol. 10, 1398/17.

55 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 7 décembre 1668. Paris, Arch. Obs., ms C1, vol. 9, 1329.

56 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 15 mars 1667. Paris, Arch. Obs., ms C1, vol. 8, 1199.

57 . Lettre de Johannes Hevelius à Ismael Boulliau, le 8 novembre 1669, Paris, Arch. Obs., ms C1, vol. 9, 1373/1466, en réponse à la lettre du 3 mai 1669 de ce dernier.

58 . L’académicien jésuite Jean de Fontaney, entre autres, y observa les comètes de 1680 et 1681. Pour la littérature en question, citons principalement : Gustave Emond, Histoire du collège de Louis-le-Grand, ancien collège des jésuites à Paris, depuis sa fondation jusqu’en 1830, Paris, Durand-Loisel, 1845 ; Gustave Dupont-Ferrier, La vie quotidienne d’un collège parisien pendant plus de trois cent cinquante ans. Du Collège de Clermont au Lycée Louis-le-Grand (1563-1920), Paris, De Boccard, 1921 ; Guillaume Bigourdan, « La station astronomique du Collège de Clermont (première période) et la mission astronomique de Siam », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, tome 166, 1918, p. 833-840.

59 . Sur la compétition qui s’installe apparemment ensuite entre l’Observatoire de Louis XIV et ce collège jésuite, voir la thèse EHESS-CAK de Dalia Deias, « L’Observatoire de Paris… », op. cit.

60 . Gustave Emond, op. cit., p. 362. Dans la même page, Emond donne une description de ce lieu d’observation.

61 . Guillaume Bigourdan, « La station astronomique... », op. cit.

62 . Ibid.

63 . Ibid., p. 871, citation extraite de la page 362 du livre d’Emond.

64 . Guy Picolet (dir.), Jean Picard et les débuts de l’astronomie de précision au XVIIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1987, dont nous signalons notamment le chapitre I, du même auteur.

65 . John W. Olmsted, « Jean Picard’s “Membership” in the Académie royale des sciences, 1666-1667 : the problem and its implications », dans Guy Picolet, Ibid., p. 85-116, précédé par, du même auteur, « Recherches sur la biographie d’un astronome et géodésien méconnu : Jean Picard (1620-1682) », Revue d’histoire des sciences, tome 29-3, 1976, p. 213-222.

66 . Guy Picolet, op. cit., p. 22.

67 . Ibid., p. 24.

68 . Idem.

69 . Idem.

70 . Guillaume Bigourdan, « Les observatoires dits de la rue de Poste à Paris », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, tome 166, 1918, p. 1021-1024.

71 . Paris, Arch. Obs., ms D1 vol. 15 et D1 vol. 14.

72 . Guillaume Bigourdan, art. cit., p. 1022.

73 . Adrien Auzout, « Epistre » Éphéméride du Comète, 1665, n.p. (en ligne sur Gallica-Bibl. nat., consulté le 5 mai 2017).

74 . Bien que l’Académie soit officiellement fondée l’année suivante, en 1666, Auzout nomme les autres académiciens en 1665 dans son « Au lecteur » de sa Lettre à l’abbé Charles, Paris, Cusson, 1665, n.p. (en ligne sur Gallica-Bibl. nat., consulté le 5 mai 2017).

75 . Pour des informations biographiques sur ce savant, voir : Robert McKeon, Établissement de l’astronomie de précision et œuvre d’Adrien Auzout, thèse présentée pour le doctorat du troisième cycle sous la direction de René Taton, Paris, 1965. Sur sa place dans le cadre de la fondation de l’Observatoire de Paris, voir la thèse de Dalia Deias, déjà citée, ainsi que Ron Jelaco, « Adrien Auzout and the Origins of the Paris Observatory », dans Alberto Pérez-Gómez et Stephen Parcell (dir.), Intervals in the Philosophy of Architecture, Montréal, McGill University Press, 2015, p. 117-140. Hors du cadre de l’astronomie, notamment la construction des réseaux de ce savant en lien avec les activités d’anatomie dans la ville de Paris, voir : Anita Guerrini, The courtiers’ anatomists : animals and humans in Louis XIV’s Paris, Chicago, The University of Chicago press, 2015. Nous renvoyons également aux études qui ont croisé Auzout en soulignant son importance au sein de l’Académie, comme par exemple les travaux sur Christian Huyghens ou ceux de Guy Picolet sur la première génération d’astronomes de l’Académie des sciences.

76 . La thèse de McKeon donne un bon nombre d’éléments sur la production d’Auzout dans les instruments pour l’observation céleste.

77 . Paris, Archives de l’Académie des sciences, Procès verbaux, tome 3, “1667”, 73r.

78 . Adrien Auzout, « Epistre » Éphéméride..,. op. cit.

79 . Adrien Auzout, Lettre à l’abbé Charles, Paris, Cusson, 1665, p. 2 (en ligne sur Gallica-Bibl. nat., consulté le 5 mai 2017).

80 . Adrien Auzout, Ibid., p. 28.

81 . Voir à ce propos la thèse EHESS-CAK de Dalia Deias, op. cit.

82 . Marie Boas Hall, Henry Oldenburg, Shaping the Royal Society, Oxford University Press, 2002 ; Jean-Pierre Vittu, « Henry Oldenburg, “grand intermédiaire” », dans Christiane Berkvens-Stevelinck, Hans Bots et Jens Häseler (dir.), Les grands intermédiaires culturels de la République des lettres. Études de réseaux de correspondances du XVIe au XVIIIe siècle, Honoré Champion, Paris, 2005, coll. « Les Dix-Huitièmes Siècles », n° 91, p. 183-209.

83 . Cette lettre, déjà signalée dans Robert McKeon, Établissement de l’astronomie de précision et œuvre d’Adrien Auzout, p. 266-274, fait partie de la correspondance d’Oldenburg (Alfred Rupert Hall and Marie Boas Hall, The Correspondence of Henry Oldenburg, Londres, Madison, Mansell, Taylor & Francis, 1965-1986), dans le volume III correspondant aux années 1666-1667. L’original se trouve à la Royal Society, ms E.L. A-17.

84 . Jules Guiffrey, volume « Colbert » de 1881 des Comptes des Batiments du roi sous le regne de Louis XIV, Paris, Imprimerie nationale, 1881, p. 172.

85 . Paris, Archives de l’Académie des sciences, Procès verbaux, tome 3, « 1667 », 73.

86 . Pour une réponse plus complète, voir la thèse déjà citée de Dalia Deias, « L’Observatoire de Paris... ».

87 . Pour l’analyse des espaces prévus dans le projet d’origine, les plans et les dessins à ce sujet, voir d’abord le premier chapitre de la thèse CAK-EHESS de Dalia Deias, op.cit., et également Kwan, Nasim et Wolf, dans les ouvrages cités précédemment. Au niveau des sources primaires, voir également les écrits de Claude Perrault qui se trouvent recueillis dans l’ouvrage de son frère, édité par Paul Bonnefon : Charles Perrault, Mémoires de ma vie, Paris, Laurens, 1909, p. 221. Les informations sur l’Observatoire se trouvent aux pages 49-51 et dans l’appendice dédié au bâtiment, page 219 et encore dans « Anecdotes sur la vie et les ouvrages de Jean Dominique Cassini », Bologne, Biblioteca Comunale dell’Archiginnasio, ms. A-431 a été transcrit dans l’ouvrage de Cassini IV, Jean-Dominique Cassini, op. cit., à partir de la page 255.

88 . Voir dans le tome V de Pierre Clément, (dir.), Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, Imprimerie royale, 1861-1873, p. 515. Les caves sont également visibles dans « Profil du bastiment de l’Observatoire », 1692 (Gallica-Bibl. nat.), consulté le 5 mai 2017.

89 . Lettre de Christiaan Huyghens, datée du 15 août 1679, dans Christiaan Huyghens, Œuvres complètes, tome VIII : Correspondance (1676-168), Johannes Bosscha jr. (dir.), Den Haag, Martinus Nijhoff, 1899, p. 196.

90 . Par ordre chronologique : Antoine Picon, « L’Observatoire et l’Arc de Triomphe » dans Claude Perrault, 1613-1688 ou La curiosité d’un classique, Paris, Picard, 1988, p. 197-248 ; Michael Petzet , « Das Observatorium », dans Claude Perrault und die Architektur des Sonnenkönigs, München-Berlin,Deutscher kunstverlag, 2000, p. 355-391 ; Indra Kagis McEwen, « Figures de l’Observatoire de Paris, préfiguration d’un “État” moderne ? », dans Frédéric Pousin (dir.), Figure de la ville et construction des savoirs, Paris, CNRS Éditions, 2005, p. 42-52 ; Michael Petzet, « The Observatory of the Sun King and Classical Astronomy, » dans Gudrun Wolfschmidt (dir.), Astronomical Observatories. From Classical astronomy to Modern Astrophysics, Paris, ICOMOS, 2009, p. 25-33. Signalons à ce sujet que la même question a été posée pour Uranibourg et Stellaebourg par Alistair Marcus Kwan, dans Architectures of Astronomical Observations : from Stenwarte Kassel (circa 1560) to the Radcliffe Observatory (1772), op. cit. Il suggère que la structure des deux châteaux de Thycho Brahé fut inspirée de la villa Palladio, près de Venise.

91 . Indra Kagis McEwen, op. cit.

92 . À ce propos, voir le volume déjà cité de Daston and Lunbeck, notamment le chapitre de Daston pour la place de l’observation dans les académies savantes du XVIIe siècle.

93 . Voir le tome V du recueil des lettres réalisé par Pierre Clément (dir.), Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, Imprimerie royale, 1861-1873. La description pour la philosophie de l’Académie se trouve p. 513-515.

94 . Adrien Auzout, « Epistre » Éphéméride..., op. cit, n.p.

95 . On ne connaît pas la date de production du Lynceographum. Le texte manuscrit, dont il existe plusieurs exemplaires, trois entre Rome et Florence, a été édité par Anna Nicolo, Lynceographum. Quo norma studiosa vitae lynceorum philosophorum exponentur, Rome, Accademia Nazionale dei Lincei, 2001. Les informations concernant ce temple se trouvent aux pages 90-93 (Paris, Bibl. nat., 2007-180072). À ce propos, nous signalons le chapitre de Maria Pia Donato, « Faire corps : les académies dans l’ancien régime des sciences (XVIIe-XVIIIe siècles) » dans Stéphane Van Damme (dir.), Histoire des sciences et savoirs, tome I, Paris, Seuil, 2015, p. 86-109.

96 Voir le chapitre de Lorraine Daston dans le tome 1 de la publication déjà signalée, p. 176-203 ; le chapitre X de Marta Cavazza, Settecento Inquieto, Bologna, Il Mulino, 1990 ; Francis Bacon, De Dignitate et Augmentis Scientiarum (1652) ; Francis Bacon, Nouvelle Atlantide, Paris, Vrin, 1981. Ajoutons également à ce sujet le chapitre d’Annarita Angelica dans Daniel Odon-Hurel et Gérard Laudin (dir.), op. cit., p. 177-190.

97 . Dont quelques éléments que nous trouvons déjà dans Charles Perrault, Mémoires de Charles Perrault... contenant beaucoup de particularités et anecdotes du ministère de M. Colbert, Avignon, 1759, (Paris, Bibl. nat. 8L-B37-206) ; Albert Laprade, François d’Orbay, architecte de Louis XIV, Paris, Vincent-Fréal, 1960 ; Ron Jelaco, op. cit.

98 . Lorsque Cassini arrive en France en 1669, dans ses lettres il appelle l’Observatoire « Grande Edificio astronomico » (Lettre de Gio. Domenico Cassini au Studio, datée du 13 avril 1669, Bologne, Archives d’État, Assunteria di Studio, Serie 69-Lettere a Studio, 1650-1669) ou « Osservatorio ad uso dell’astronomia » (Lettre de Gio. Domenico Cassini aux sénateurs, datée du 26 avril 1669, Bologne, Archives d’État, Archivio del Senato, VII, lettere all’Ambasciatore, vol. 142, 1669). Malheureusement, nous ne possédons pas d’informations quant à l’usage de ce terme par l’astronome italien avant cette date, et ne sommes donc pas en mesure de fournir d’autres éléments sur son lexique.

99 . Philippe Tamizey de la Roque (dir.), op. cit., p. 188.

100 . Paris, Archives de l’Académie des sciences, Procès verbaux, tome 3, « 1667 », 73r.

101 . « Observatoire » dans Académie française, Le dictionnaire de l’Académie françoise, tome II, M-Z, Paris, Coignart, 1694, p. 138.

102 . Nous renvoyons ici à la littérature sur cet observatoire, notamment : John W. Witek (dir.), Ferdinand Verbiest (1623-1688). Jesuit Missionary, Scientist, Engineer and Diplomat, Nettetal, Steyler Verlag, 1994. Au fil de l’ouvrage, nous retrouvons à plusieurs reprises que pour indiquer ce bâtiment, le mot utilisé dans le vernaculaire se traduit bien par le terme français d’« observatoire », notamment dans le chapitre d’Isaia Iannaccone. On peut voir encore Henri Bosmans, Ferdinand Verbiest, directeur de l’Observatoire de Pékin (1623-1688), Louvain, Impr. Ceuterick, 1912, et la récente publication à ce sujet de Catherine Jami, « Pékin au début de la dynastie Qing : capitale des savoirs impériaux et relais de l’Académie royale des sciences de Paris », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 55-2, 2008, p. 43-69.

103 . Ces deux expressions, nous les trouvons précisément à la toute première page correspondant à la figure 1a et à la page I du manuscrit en latin de Ferdinand Verbiest, Compendium proponens XII posteriores figuras Libri observationum, nec non priores VIII figuras Libri organici. Astronomia europaea sub imperatore Cam Hy ex umbra in lucem revocata, 1668, Gallica-Bibl. nat. consulté le 5 mai 2017.

104 . Sur la fondation de cet observatoire, voir les travaux de Frances Willmoth, notamment au sujet de l’astronome John Flamsteed et de Jonas Moore. Encore : Eric G. Forbes, « The Origins of the Royal Observatory at Greenwich », dans Vistas in Astronomy, vol. 20, 1976, p. 39-50 ; Alfred Rupert Hall and Marie Boas Hall, The Correspondence of Henry Oldenburg, op. cit. ; Philip S. Laurie, The Old Royal Observatory. A Brief History, Greenwich, National Maritime Museum, 1972, n.p. ; « Greenwich», dans Alistair Marcus Kwan, op. cit., p. 209-229.

105 . Plan « Ichnographia Speculas Regiae Grenovici » datant en 1676, dans Philip S. Laurie, op. cit.

106 . En 1669, dans ses lettres, Cassini appelle l’Observatoire « Grande Edificio astronomico » (Lettre de Gio. Domenico Cassini au Studio, datée du 13 avril 1669, Bologne, Archives d’État, Assunteria di Studio, Serie 69-Lettere a Studio, 1650-1669) ou « Osservatorio ad uso dell’astronomia » (Lettre de Gio. Domenico Cassini aux sénateurs datée du 26 avril 1669, Bologne, Archives d’État, Archivio del Senato, VII, lettere all’Ambasciatore, vol. 142, 1669).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Détail pour la structure d'observation fixe dans la partie IX de Jean-Baptiste Morin, Longitudinum terrestrium necnon coelestium nova et hactenus optata scientia. Pars VIII et IX, Paris, J. Libert, 1639, p. 355 (Bibl. Nat., V-18023).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6157/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6157/img-2.png
Fichier image/png, 4,9M
Légende Fig. 2 : Extraits de Tycho Brahé, Epistolarum Astronomicarum (1596), p. 258-259 (en ligne sur <https://www.loc.gov/​item/​85194824>, téléchargé le 5 mars 2017) où l'on voit la légende pour les différentes parties du château d'Uranibourg et ses divers « observatoria ».
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6157/img-3.png
Fichier image/png, 3,5M
Légende Fig. 3 : Extrait (dans le texte fig. EE) avec des images de la « Specula » de Hevelius, dans Jan Hevelius, Machinae coelestis..., Gedani, S. Reiniger, 1673, (Gallica-Bibliothèque de l'Observatoire de Paris).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6157/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Légende Fig. 4 : « Élévation perspective de l'Observatoire », env. 1667 (Gallica-Bibl. Nat.).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6157/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 5 : Extrait de Tycho Brahe, Astronomiae Instauratae Mechanica, 1598 (Gallica-Bibl. Nat.).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6157/img-6.png
Fichier image/png, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dalia Deias, « Un observatoire parmi les lieux d’observation du ciel : le projet de l’Observatoire royal de Louis XIV au prisme de son nom », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 101-130.

Référence électronique

Dalia Deias, « Un observatoire parmi les lieux d’observation du ciel : le projet de l’Observatoire royal de Louis XIV au prisme de son nom », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6157

Haut de page

Auteur

Dalia Deias

Centre Alexandre Koyré-EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page