Navigation – Plan du site
DOSSIER

La science à la cour de Versailles : mise en scène du savoir et démonstration du pouvoir (XVIIe-XVIIIe siècles)

Jérôme Lamy
p. 71-99

Résumé

Espace spectaculaire de l’affirmation du pouvoir royal, la cour de Versailles est aussi un lieu de science. Le château a bénéficié des apports de la science géodésique et les jeux d’eau ont mobilisé des connaissances mécaniques majeures. L’implication du roi s’est révélée fondamentale : Louis XIV, par sa puissance, ne pouvait s’impliquer trop fortement sans compromettre l’autonomie des savants, Louis XV, au contraire, s’est employé à observer le ciel à de nombreuses reprises. Le corps du roi est l’objet d’une attention médicale toute particulière : la démonétisation progressive du somatisme symbolique autorise un investissement médical public généralisé. Le théâtre de la cour se prête à des manifestations scientifiques fondées sur la curiosité. Peu à peu, cependant, la force du rationnel s’impose au détriment de la spectacularisation. Enfin, le patronage évolue d’une relation personnelle entre le roi et les savants vers une administration régulée de l’usage des savoirs à des fins politiques. La science curiale constitue donc une stylisation du régime régulatoire des sciences et des techniques ; elle a contribué à structurer la façon de gouverner par et pour les savoirs1.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 . Robert Halleux, « Aux origines des politiques scientifiques », Archives internationales d’histoir (...)
  • 3 . Bruce T. Moran, « German Prince-Practitioners : Aspects in the Development of Courtly Science, Te (...)
  • 4 . Brian W. Ogilvie, The Science of Describing. Natural History in Renaissance Europe, Chicago, The (...)
  • 5 . Paula Findlen, « Controlling the experiment : rhetoric, court patronage and the experimental meth (...)
  • 6 . Mario Biagioli, Galileo Courtier. The Practice of Science in the Culture of Absolutism, Chicago, (...)
  • 7 . Paul Findlen, Possession Nature. Museums, Collecting and Scientific Culture in Early Modern Italy(...)

1Les cours princières et royales ont constitué, dès le début de l’époque moderne, des espaces d’exposition et de légitimation des savoirs et des techniques. En Italie et en Allemagne, comme le note Robert Halleux, « un nouveau modèle se développe » qui combine « l’idéal ficinien du prince prêtre, initié aux secrets du cosmos » et « l’idée du prince opérateur culturel et investisseur industriel à l’époque où naît le capitalisme moderne2 ». Il s’agit pour les monarques d’intégrer dans leurs propres politiques des dispositifs scientifiques et techniques leur permettant une plus grande efficacité. Bruce T. Moran a montré combien la cour de Wilhem IV, à la Renaissance, constituait un lieu central pour la validation des savoirs, un point nodal dans l’élaboration de systèmes techniques horlogers, ainsi qu’un relais puissant pour l’information scientifique3. Dès le début de l’époque moderne, l’introduction des savants dans les cours princières et royales transforme à la fois la pratique de recherche et la façon de gouverner. Au XVIe siècle, à Vienne, « la vie intellectuelle n’est pas à l’université mais à la cour4 ». Un peu plus tard, Francesco Redi à la cour du grand duc de Toscane s’est efforcé de conformer la présentation de ses expériences savantes au goût théâtral des courtisans5. Dans un autre registre, les observations de Galilée et la découverte des satellites de Jupiter ont été rapportées à la puissance dynastique des Médicis, signalant la double stratégie de légitimation savante et politique à l’œuvre6. À partir du milieu du XVIIe siècle, la civilité curiale de la science migre des cours italiennes vers la France7 : la mise en œuvre d’un absolutisme royal triomphant nécessitait la mobilisation de toutes les ressources, matérielles et cognitives.

  • 8 . Mario Biagioli, « Le prince et les savants. La civilité scientifique au 17e siècle », Annales. Hi (...)

2Le cas de Versailles, à partir de la fin du XVIIe siècle, est cependant particulier. Si, comme l’a montré Mario Biagioli, il existe de fortes « homologies entre la civilité de cour et la civilité académique », par le biais notamment de « protocoles de socialisation que bien des savants et des courtisans partageaient8 », la puissance politique de Louis XIV lui interdisait une participation trop appuyée aux démonstrations savantes. Ce n’est que progressivement, et avec les règnes de Louis XV et de Louis XVI, qu’est apparu un équilibre plus sensible entre l’autonomie des pratiques de recherche et l’implication politique des monarques.

  • 9 . Anthony Grafton, Nancy Siraisi (dir.), Natural Particulars. Nature and the Disciplines in Renaiss (...)
  • 10 . Jérôme Lamy, « Des sciences par et pour le gouvernement. Sur le régime régulatoire des sciences c (...)

3Coïncidant avec l’émergence de pratiques savantes en voie d’autonomisation (menant à la stabilisation progressive des disciplines9) et avec la montée en puissance d’un régime régulatoire (qui articule les ressources scientifiques aux modalités de gouvernement10), la science de cour à Versailles est une configuration spécifique du rapport savoir/pouvoir. S’y donnent à voir à la fois les effets d’une puissance princière protectrice des sciences, le soubassement technicien de l’administration publique, ainsi que la spectacularisation des savoirs. Lieu unique de cette combinaison particulière de principes politiques, de publicisation des connaissances et d’administration de la preuve, la cour opère comme un régulateur des tensions entre des forces sociales et épistémiques parfois contradictoires.

  • 11 . Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985.
  • 12 . Joël Cornette, Histoire de la France : Absolutisme et Lumières, 1652-1783, Paris, Hachette, 1993, (...)
  • 13 . Fanny Cosandey, Le rang. Préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris, Gallima (...)
  • 14 . Frédérique Leferme-Falguières, Les courtisans. Une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Par (...)
  • 15 . Jean-François Solnon, La Cour de France, Paris, Fayard, 1987, p. 379.

4On le sait depuis Norbert Elias11, la curialisation de la noblesse a permis aux monarques de l’époque moderne de juguler la puissance des Grands en leur imposant un code de comportement contraignant. La cour de Versailles, comme « manifeste de l’absolutisme12 », a porté à son paroxysme la mise en scène d’une structuration sociale établie sur le rang. Dans son étude magistrale sur cette polarisation du monde nobiliaire par les « préséances et [les] hiérarchies », Fanny Cosandey constatait que « la cour de Louis XIV, symbolisée par le château de Versailles, est emblématique de cette société hiérarchisée, policée, domestiquée, entièrement tournée vers la personne du roi, qui a su en faire l’instrument par excellence de son pouvoir souverain13 ». Dans l’univers minutieusement réglé de la cour de Versailles, les spectacles, les bals, les représentations festives occupent une place importante14. Parallèlement, l’économie culturelle de la cour suppose, comme l’a montré Jean-François Solnon, une conversation agréable, sans complexité : « l’honnête homme s’épargne les sujets techniques15 ».

5C’est donc dans cet espace très contraint de la régulation des pulsions aristocratiques, de l’expression politique du roi et du déploiement des savoirs utiles à la puissance publique que s’organisent les pratiques singulières d’une science de cour.

  • 16 . J’utilise ce terme dans le sens que lui a donné Claude Rosental pour caractériser les démarches s (...)

6Je propose dans cet article de retrouver les différentes formes et manifestations de ce savoir curial. Le lieu même du château de Versailles, dans sa construction et ses ornements, mobilise des techniques de pointe qui visent à rendre manifeste la toute-puissance royale. La place du roi, dans cette mise en scène des sciences, offre une vue synoptique sur l’engagement personnel et même somatique (lorsqu’il s’agit de la vaccination) du monarque. Versailles s’érige également en espace de démonstration publique16 de la capacité d’action permise par l’emploi des savoirs et des techniques. La cour comme tribunal de la preuve doit, en permanence, jouer sur une tension sensible entre l’administration du vrai et la spectacularisation des sciences. Enfin, l’exercice du patronage royal, comme forme institutionnalisée de politique savante, opère depuis l’espace curial comme un révélateur des usages politiques des connaissances : la fondation de l’Académie des sciences en 1666, puis la dépense royale pour les expéditions savantes, fixent les grandes lignes d’un mécénat à l’échelle de l’État. Pour chacun de ces traits spécifiques de la science curiale, je proposerai une perspective dialectique sur les transformations opérées à la fin du XVIIe siècle et tout au long du XVIIIe siècle, car l’équilibre entre démonstration publique, implication personnelle et gouvernement de la science varie pour chaque monarque. L’évolution des configurations des savoirs de cour permet de mieux les situer dans l’économie générale du régime régulatoire des sciences.

  • 17 . J’ai entièrement dépouillé les journaux d’Edmond Jean François Barbier, du marquis de Sourches, d (...)
  • 18 . Béatrix Saule, Catherine Arminjon (dir.), Sciences & curiosités à la cour de Versailles, Paris, R (...)

7Cette enquête s’appuie sur le dépouillement de journaux de cour17, des mémoires de l’Académie des sciences et des gazettes, ainsi que sur les nombreuses études publiées sur les pratiques savantes à Versailles depuis la tenue en 2011 d’une exposition intitulée « Sciences et curiosités à la cour de Versailles18 ».

Versailles, une construction savante

  • 19 . Frédéric Tiberghien, Versailles, le chantier de Louis XIV, Paris, Perrin, 2002, p. 237.
  • 20 . Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte, 2015, p. 17.
  • 21 . Hubert Loriferne, « L’influence de Picard dans les travaux d’alimentation en eau du château de Ve (...)
  • 22 . Éric Soulard, « Les eaux de Versailles sous Louis XIV », Hypothèses, vol. 11, 1998, p. 105.
  • 23 . Ibidem, p. 107.

8La construction du château de Versailles mobilise savoirs et savants dans la perspective d’une démonstration architecturale de la puissance royale. L’abbé Picard, « astronome, géodésien, membre de l’Académie des sciences et auteur d’un Traité de nivellement, va fréquemment niveler sur les chantiers de Versailles entre 1674 et 168419 ». Cependant, c’est principalement autour de la construction d’un réseau hydraulique que se concentrent les recherches et les expertises. Sur ce site « pauvre en eau20 », Louis XIV veut pourtant que soit érigé « un parc (…) dont l’un des principaux attraits devait être le jeu d’eaux21 ». Comme l’a bien montré Éric Soulard, « les Eaux de Versailles sont un choix personnel et une véritable passion (…) du Roi-Soleil et Louis XIV aura tout fait pour que l’on puisse amener l’eau à Versailles22 ». Il s’agit à la fois d’une maîtrise technique de l’ornementation et d’une démonstration publique de la capacité du monarque à domestiquer les éléments naturels23. Dans cette perspective, la science et la technique sont des instruments qui permettent le spectacle hydraulique ; ils donnent forme à un impératif royal.

9Picard doit composer avec l’absence de grands cours d’eau à proximité du futur château : sous le niveau de la Seine, ne disposant que des maigres disponibilités de l’étang de Cluny, le lieu se prête particulièrement mal à la captation des eaux. Pierre-Paul Riquet, qui avait supervisé le chantier du canal reliant Toulouse à la Méditerranée, propose de détourner le cours de la Loire pour alimenter Versailles. Picard assure que Riquet

  • 24 . Jean Picard, Traité du nivellement, Paris, Estienne Michallet, 1684, p. 143.

« avoit veu que la riviere de Loire avoit beaucoup plus de pente que la Seine, d’où il avoit conclu que le lit de la Seine étoit beaucoup plus bas que celuy de la Loire, & sur ce fondement il s’étoit persuadé que l’on pourroit conduire un canal depuis la riviere de Loire jusques au Château de Versailles. »24

  • 25 Ibidem, p. 144.
  • 26 . Ibidem, p. 144-145.
  • 27 . Ibidem, p. 155.
  • 28 . Hubert Loriferne, op. cit., p. 286.
  • 29 . Ibidem, p. 286.

10L’abbé est appelé pour examiner cette « entreprise de grande consequence25 » ; il « s’appliqua à bien connoitre la difference du niveau entre Versailles & le plus haut point du canal de Briare26 ». Les conclusions de Picard sont sans appel : pour remonter le niveau de la Loire jusqu’à Versailles, c’est un aqueduc capable de compenser « 14 toises27 » qu’il serait nécessaire d’établir. Cette confrontation avec Riquet est l’occasion pour Picard de se faire connaître de Colbert et de Charles Perrault, les deux grands ordonnateurs du chantier de Versailles. L’abbé est alors consulté « à propos d’autres projets visant à conduire des eaux à Versailles28 ». Il intervient également dans « l’établissement du système des étangs artificiels alimentant les bassins et jets d’eau du parc, ou dans celui du réseau des “eaux bonnes à boire” destinées aux usages domestiques des habitants du château29 ».

  • 30 . Antonio Lafuente, José L. Peset, « La question de la figure de la Terre. L’agonie d’un débat scie (...)

11La géodésie, mobilisée sur le chantier de Versailles, est une science « à mi-chemin entre l’astronomie pratique et la géographie30 » : elle prend place dans le corpus de savoirs qui visent à maîtriser le territoire, à le cartographier, à le rendre disponible pour un contrôle politique.

  • 31 . Hubert Loriferne, op. cit., p. 296.

12Les apports des étangs artificiels, finalement établis sous l’impulsion de Picard, s’avèrent insuffisants pour contenter le désir du roi d’avoir « des jeux d’eaux toujours plus extraordinaires dans le parc de son château de Versailles31 ». C’est la machine de Marly qui permettra de combler les attentes du monarque. Érigée en 1682 sous la conduite d’Arnold De Ville, cet immense ouvrage est composé

  • 32 . Bernard Forest de Belidor, Architecture hydraulique ou l’art de conduire, d’élever et ménager les (...)

« de 14 roues ; elles ont toutes pour objet de faire agir les pompes qui forcent l’eau de monter jusques sur la tour élevée au sommet de la montagne, où elle se réunit à la sortie de plusieurs tuyaux, pour couler sur un aquéduc & se rendre dans les réservoirs qui la reçoivent. »32

  • 33 . Thomas Brandsetter, « La machine de Marly : un spectacle technologique », Bulletin du Centre de R (...)
  • 34 . Ibidem.
  • 35 . Ibidem.

13Cet ensemble mécanique, qui met en jeu une technique complexe, était, selon l’expression de Thomas Brandsetter, « une partie intégrante de l’imaginaire politique, social et culturel de son époque, (…) une illustration de la puissance de Louis XIV33 ». Incluse dans « l’art des jardins », cette machine hydraulique s’inscrivait « dans les discours et les pratiques de l’absolutisme ». Brandsetter soutient avec raison que la machine de Marly quintessencie, au moment de sa construction, la modélisation « d’une certaine conception de l’autorité ». Mais peu à peu, la perception du dispositif technique change : la machine est d’abord prise dans un processus mémoriel articulé « au souvenir de Louis XIV ». Surtout, à partir du XVIIIe siècle, elle représente moins la puissance politique que la débauche financière. Or, à l’ère libérale des physiocrates, « les techniques et les arts mis au service du luxe devenaient (…) moralement condamnables et n’avaient en aucun cas leur place dans un État vertueux34 ». La gloire politique du monarque, que condensait l’exploit technique de la machine de Marly, fait place à une quête d’intérêt général (c’est-à-dire « contribuer à accroître les rendements agricoles ou la production artisanale35 »).

  • 36 . Jean de Viguerie, « Le roi et le “public”. L’exemple de Louis XV », Revue historique, t. 278, fas (...)

14Les sciences et les techniques employées pour construire le château de Versailles et ses aménagements ont donc été prises dans des configurations politiques, économiques et culturelles successives, qui ont donné des sens différents à leur mobilisation. L’utilité politique d’une affirmation absolutiste est caractéristique du règne de Louis XIV ; par la suite, ce sont les axiomes d’une action publique moins centrée sur la personne du roi36 qui organisent le gouvernement par les savoirs.

  • 37 . Chandra Mukerji, Territorial Ambitions and the Gardens of Versailles, Cambridge, Cambridge Univer (...)
  • 38 . Ibidem, p. 250 (ma traduction).
  • 39 . Ibidem, p. 275.
  • 40 . Édouard Pommier, « Versailles, l’image du souverain », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémo (...)

15Cependant, toute la construction du château de Versailles est marquée par l’absolutisme de la fin du XVIIe siècle. Les investissements savants, dans la géométrie des jardins notamment, viennent soutenir une certaine idée du pouvoir, de sa représentation et de sa manifestation architecturale. Chandra Mukerji, dans son maître ouvrage Territorial Ambitions and the Gardens of Versailles, montre que la configuration du lieu est structurée par les sciences et les techniques. Le système de circulation des eaux renvoie à la fois aux « fluides circulants invisibles » de Descartes et au « travail de référence de Harvey sur la circulation du sang37 ». Le jardin, quant à lui, est sous-tendu par une représentation du « modèle héliocentrique de l’univers38 » qui vient appuyer la géométrisation d’un lieu tout entier pris dans la métaphore du Roi-Soleil, autour duquel tout s’ordonne. Il s’agit de confondre, en un même geste architectural, le pouvoir de l’État, la science de l’espace et la nature39 : c’est dans cette essentialisation du politique que s’affirme la force de l’absolutisme. L’enjeu est bien, en géométrisant l’espace, de « subordonner la nature à l’ordre et à la raison (de l’homme, du roi, de l’État)40 ».

16Versailles se construit donc avec l’appui des sciences et des techniques de l’époque : d’une part il s’est agi pour les savants et les ingénieurs de compenser, par leurs connaissances, ce que le cadre physique du lieu n’offrait pas pour l’expression de la magnificence royale (c’est-à-dire des ressources hydriques pour les jeux d’eau), d’autre part il fallait plier, par la géométrie, l’ordre architectural et naturel aux formes de l’absolutisme. Mais, on l’a vu notamment avec la machine de Marly, cette politique technologique au service de la grandeur n’a pas été constante : au XVIIIe siècle, la démesure savante n’est plus d’actualité pour mettre en scène le pouvoir du monarque.

L’implication du roi

  • 41 . Jean-François Solnon, op. cit., p. 353.
  • 42 . Jacob Soll, The Information Master. Jean-Baptiste Colbert’s Secret State Intelligence System, Ann (...)
  • 43 . Ernst Kantotowics, « Les deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge », dans (...)

17Dans l’économie curiale, la position du roi est centrale ; c’est autour de lui que s’organisent les cérémonials, les décisions politiques et même la gestion administrative du royaume41, même si Colbert assure une part essentielle du travail concret de coordination politique42. Les manifestations scientifiques et techniques à la cour, quelle que soit la forme qu’elles peuvent prendre, sont toujours organisées en fonction du monarque. De cette implication royale dépendent les formes même de l’investissement politique : la façon dont le roi se positionne par rapport aux expériences, la part qu’il peut prendre dans les observations et l’implication de son corps dans l’exercice savant, délimitent les enjeux de la gouvernementalité à l’œuvre. On sait, depuis l’œuvre fondatrice d’Ernst Kantorowicz, que le corps du roi se dédouble : le corps physique, concret et mortel du roi se superpose à un corps politique perpétuel symbolisant la communauté des sujets43. Chaque apparition du monarque est donc une mise en tension de cette dualité somatique, et l’implication royale dans les activités scientifiques et techniques est une actualisation de cette gémellité corporelle. Bien sûr, pour chaque monarque, l’engagement n’a ni la même ampleur ni la même signification : ainsi l’absolutisme de Louis XIV impose une surreprésentation du corps politique dans l’implication royale.

18Deux grands traits de l’investissement politique du roi permettent de délimiter le type de gouvernement politique de la science configurée par la monarchie : d’une part les contacts directs que le roi entretient avec les pratiques savantes, d’autre part l’application de connaissances scientifiques au corps même du roi.

  • 44 . Pascale Mormiche, Devenir prince. L’école du pouvoir en France, Paris, CNRS éditions, 2015, p. 41 (...)
  • 45 . Idem.
  • 46 . Ibidem, p. 427.
  • 47 . Ibidem, p. 431.
  • 48 . Ibidem, p. 432.
  • 49 . Ibidem, p. 431.

19Les jeunes monarques de l’époque moderne sont très tôt informés des matières savantes, comme l’a montré Pascale Mormiche. Ainsi la géographie fait-elle partie des « savoirs traditionnels » et « sert principalement d’illustration à l’histoire44 ». Les cartes sont les instruments privilégiés de cet apprentissage du territoire : au départ elles signalent surtout « les places fortes [et] les lieux stratégiques », puis, au XVIIIe siècle, « les sujets plus administratifs ou économiques » sont finalement représentés : « les fleuves et la navigation, les limites administratives, les villes, les postes et routes terrestres45 ». La géographie est un savoir de gouvernement ; elle permet d’informer la puissance souveraine du roi, de dominer l’espace par la carte. En ce qui concerne les sciences physiques et naturelles, l’éducation des monarques a d’abord dû composer avec les « trois contraintes » ecclésiastiques pesant sur la production de connaissances : « le fixisme, le créationnisme et le monogénisme46 ». Cependant, « l’éducation du grand dauphin correspond exactement à la période entre 1666 et 1683, durant laquelle la science française s’impose47 » : visite à l’Académie et échange avec Cassini marquent une nouvelle appréhension royale des manières de connaître. Pascale Mormiche a bien montré que le jeune prince est mis en contact avec la pratique scientifique : il assiste à plusieurs expériences (notamment celles « d’hydrostatique et de nivellement »), à des « dissections qui se font pendant la saison froide, de novembre à mars, au Jardin des plantes à Paris puis à la Ménagerie à Versailles48 ». Je reviendrai plus loin sur cette présence royale dans l’économie de la démonstration scientifique. Cette mise en présence de l’expérience ou cette participation à l’observation visuelle sont des éléments essentiels dans l’apprentissage du dauphin, notamment parce qu’ils lui permettent « d’apprendre à devenir le protecteur des Académies49 ».

  • 50 . Ibidem, p. 435.

20Louis XV est lui aussi au contact des derniers développements de la science lors de son éducation : il est initié à la physique, à la chimie et à la mécanique (notamment dans le cabinet de Pajot à Ons-en-Bray)50.

  • 51 . Ibidem, p. 433.

21Peu à peu, les jeunes princes sont formés aux savoirs les plus récents ; ils intègrent un corpus de connaissances qui les met à même de mener une politique d’investissement scientifique et technique. Cette implication directe, pratique et concrète dans l’ordre savant est également liée au rôle déterminant de « Colbert et [de] son fils Seignelay51 », qui s’efforcent d’organiser la communauté scientifique. La formation savante des princes est donc partie prenante d’un projet plus vaste d’incorporation des productions scientifiques aux prises de décisions politiques. La rationalité scientifique et technicienne devient (notamment dans les domaines impliquant la maîtrise du territoire, comme la cartographie) un point nodal du mode de gouvernement. Sans être au sens strict un « prince savant », le monarque doit être en mesure de comprendre les données scientifiques qui vont l’aider à prendre des décisions pour son royaume.

  • 52 . Mario Biagioli, op. cit., p. 1439.
  • 53 . Christian Licoppe, La formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en Franc (...)

22L’engagement des rois ne se limite pas à leur éducation ; la pratique de la science constitue une manifestation tangible de la nouvelle implication des princes. Louis XIV – Mario Biagioli et Christian Licoppe l’ont bien montré –, ne constitue pas un bon témoin pour les expériences. D’une part, sa puissance politique est telle qu’elle met potentiellement en péril l’autonomie des savants dans leurs activités52, il doit se tenir à une distance relative de toutes les institutions qu’il a pu fonder. D’autre part, il n’apporte pas, concrètement, autre chose que les autres aristocrates, « alors que la position de monarque absolu supposait justement le contraire53 ». Ainsi, en 1681, le roi visite l’Académie des sciences

  • 54 . Histoire de l’Académie Royale des Sciences, t. I, Paris, Chez Gabriel Martin, Jean-Baptiste Coign (...)

« accompagné de Monseigneur le Dauphin, de Monsieur (…), de Monsieur le Prince de Condé, & d’une partie de la Cour. Le Roy ayant visité la Bibliothèque, entra dans le Laboratoire de l’Académie, où M. Du Clos exécuta en présence de Sa Majesté plusieurs expériences ; il fit en un instant la coagulation de l’Eau de Mer, par le moyen de l’huile de tartre, il réduisit après plusieurs lotions en une terre insipide, des sels très-acres, comme le sel de tartre ; il fit la distillation de la flamme d’esprit de Vin ; il fit voir de la Manganese, qui étant verte ôte la couleur verte au verre. Sa Majesté passé ensuite dans la Salle des Assemblées Ordinaires de l’Académie (…) ; Sa majesté considéra aussi quelques Plantes, entre-autres le Melocarduus, que M. Dodart explique : M. Cassini explique ensuite la construction & l’usage de deux Machines Astronomiques de M. Roëmer, ausquelles le Roi s’arrêta longtemps. »54

  • 55 . Ibidem, p. 320.

23Une visite tardive (quinze ans après la création de l’Académie), des expériences rôdées, des instruments exhibés, c’est sur un mode relativement lointain que Louis XIV s’imprègne des travaux académiques. Sa conclusion est d’ailleurs sobre et indique bien la frontière que le monarque entend laisser entre lui et les savants : « Le Roi dit à l’Académie qu’il n’étoit point nécessaire qu’il l’exhortât à travailler, & qu’elle s’y appliquoit assés d’elle-même55 ».

24Il en va de même lorsque Louis XIV assiste, toujours en 1681, à la dissection spectaculaire de l’éléphant de la Ménagerie de Versailles :

  • 56 . Ibidem, p. 322-323.

« M. Du Verney en fit la dissection, M. Perrault la description des principales parties, & M. De La Hire en fit les desseins : jamais dissection anatomique ne fut si éclatante, soit par la grandeur de l’Animal, soit par l’exactitude que l’on apporta à l’examen de ses différentes parties, soit enfin par la qualité & le nombre des Assistants : on avoit couché le sujet sur un espèce de Théatre assés élevé. Le Roi ne dédaigna pas d’être présent à l’examen de quelques-unes des parties & lorsqu’il y vint, il demanda avec empressement où étoit l’Anatomiste, qu’il ne voyoit point ; M. Du Verney s’éleva aussitôt des flancs de l’Animal, où il étoit pour ainsi dire englouti. »56

  • 57 . Yann Lignereux, Les rois imaginaires. Une histoire visuelle de la monarchie, de Charles VIII à Lo (...)

25Le roi n’assiste pas à la totalité de la dissection ; il se tient en retrait de l’exercice savant, ne s’impose pas dans l’espace scientifique et se contente de reconnaître l’anatomiste à l’œuvre. Le corps symbolique de Louis XIV sature la cour ; il politise toutes ses interventions et reconfigure totalement les scènes sur lesquelles il apparaît. Yann Lignereux a bien montré, à propos des représentations du roi, une forme d’effondrement de la dualité corps réel/corps politique : « l’économie de la représentation louis-quatorzienne (…) est fondée sur un corps dans lequel s’incarne la souveraineté et sur lequel se reconnaissent les traits de la figure de l’État éprouvant le corps privé du roi57 ».

26Avec Louis XV, cette mise à distance n’est plus de mise. Le corps politique du roi n’est pas strictement défini par l’absolutisme. Son implication est donc plus forte dans les activités scientifiques de la cour, son engagement est plus personnel dans la pratique savante. C’est en particulier dans le domaine astronomique que le monarque s’illustre. Cassini de Thury confie ainsi :

  • 58 . Cassini de Thury, Description géométrique de la France, Paris, Imprimerie de J. Ch. Desaint, 1783 (...)

« Nous avions l’avantage, mon pere & moi, d’avoir contribué au goût particulier que le feu Roi avoit pour l’astronomie, il n’arrivoit aucun évenement remarquable dans le ciel, dont Sa Majesté ne voulut être spectatrice, elle en faisoit son amusement dans sa jeunesse. On avoit élevé sur la terrasse de Compiegne un mât, pour porter d’assez grandes lunettes, pour pouvoir observer les éclipses des Satellites de Jupiter : ce goût pour l’Astronomie, fortifié par des connoissances, a produit de grandes révolutions dans l’Astronomie & la Géographie, les entreprises sous le Regne de Louis XV peuvent être mises en paralleles avec celles de Louis le Grand. »58

  • 59 . Mémoires du Duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1748), t. I, 1745-1737, Paris, Firmin Did (...)

27Les mentions des observations astronomiques de Louis XV sont effectivement assez nombreuses dans les journaux de cour. Le duc de Luynes signale ainsi le 1er mars 1757 que « le Roi ne va point aujourd’hui à la chasse ; il s’amusera à regarder avec M. Cassini, de l’Observatoire, l’éclipse de soleil, qui sera assez considérable. Depuis que la comète a paru découverte, il y a aujourd’hui quinze jours, il est venu souvent ici59 ». L’observation du ciel est une distraction, un moyen de se changer les idées. En 1765, après la mort du dauphin, Louis XV appelle Cassini. Ce dernier rapporte au duc de Croÿ les échanges qu’il avait eus avec le souverain :

  • 60 . Journal inédit du Duc de Croÿ, 1718-1784, t. II, Paris, Ernest Flammarion, 1906, p. 215.

« M. de Cassini (…) vint me voir le même jour, me conter les traits les plus touchants. Le Roi l’avait fait venir pour se distraire, les sciences étant, en pareil cas, avec la piété, la seule distraction des belles âmes, mais les futiles courtisans tournaient cela en ridicule. Il m’étonna parce qu’il me dit de la science et de l’exactitude avec laquelle le Roi fit lui-même les observations les plus difficiles et vérifia le bel instrument que M. de Chaulnes avait inventé. Il m’assura que les calculs et les remarques les plus justes lui étaient familières. »60.

  • 61 . Pascale Mormiche, op. cit., 2015, p. 436.

28Loisir mondain, la pratique scientifique reste une activité exigeante : Louis XV aménage ainsi l’ancien cabinet de Médailles en « laboratoire61 » richement doté en instruments. Et Louis XV s’y astreint avec un grand sérieux. Cette capacité à maîtriser les outils d’observation et à faire des calculs contraste singulièrement avec l’attitude de Louis XIV, davantage passif lors des examens célestes. Le marquis de Sourches rapporte ainsi la façon dont le monarque a suivi l’éclipse de soleil du 23 septembre 1699 :

  • 62 . Mémoires du Marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, t. VI, Paris, Librairie Hachette et Ci (...)

« Le 23 il y eut une éclipse de soleil très considérable ; et on le vit, à Fontainebleau, couvert des trois quarts. Le Roi le regarda plusieurs fois dans des verres enfumés, et peu de jours après, le célèbre Cassini, de l’Observatoire, lui apporta un plan de l’éclipse dans lequel il fit voir de quelles différentes manières elle avoit été vue dans tous les endroits du monde où elle avoit paru. »62

  • 63 . Note manuscrite de J.-D. Cassini sur un entretien qu’il parait avoir eu avec le Roi, cité par Cha (...)
  • 64 . Chantal Grell, « Pouvoir, sciences et politique en France, XVIIe-XVIIIe siècles. État des lieux » (...)
  • 65 . Christine Lehman, « Chimie et apothicaire », dans Béatrix Saule, Catherine Arminjon (dir.), Scien (...)

29Non que Louis XIV soit totalement ignorant des pratiques savantes : Cassini raconte l’échange qu’il eut avec le souverain en mai 1682, au cours duquel celui-ci entre « dans le détail de la méthode des observations63 » ; mais il ne s’implique pas complètement dans l’examen céleste. Louis XIV est un souverain « soucieux de dominer l’espace et le temps64 ». Il fait montre, en revanche, d’un intérêt plus direct pour la chimie. Le roi fabrique ainsi lui-même « un remède contre la hernie65 », mais sa pratique reste secrète.

30Louis XVI s’intéresse à la mécanique et à la géographie, mais il n’ignore pas les développements de la science astronomique. En juin 1774, peu de temps après le début de son règne, il se rend

  • 66 . Gazette de France, n° 50, 24 juin 1774, p. 230.

« avec la Reine & la Famille Royale (…) dans l’Hôtel du Cabinet de Physique & d’Optique appartenant à Sa Majesté pour voir le grand Telescope Catadioptrique, de vingt quatre pieds de foyer, & tous les instruments de Physique, d’Optique et de Méchanique qui y sont renfermés. Leurs Majestés les examinerent avec beaucoup d’attention, s’en firent donner des explications par Dom Noel qui en est le Garde, le Démonstrateur, & témoignerent à ce Religieux leur satisfaction. »66

31Mais déjà, sous le règne de Louis XVI, c’est un autre investissement royal qui s’affirme : centré sur un patronage institutionnalisé, il détache peu à peu le souverain de la pratique savante pour le positionner en ordonnateur des grandes missions géographiques.

32L’engagement des monarques dépend donc de la configuration politique : l’absolutisme de Louis XIV interdit une pratique trop visible de l’activité scientifique ; à distance de ces principes de saturation de l’espace public, Louis XV s’engage dans l’observation ; Louis XVI, enfin, défend un exercice administratif de son pouvoir lorsqu’il vise les pratiques savantes.

  • 67 . Alexandre Lunel, La maison médicale du roi, XVIe-XVIIIe siècles. Le pouvoir royal et les professi (...)
  • 68 . Ibidem, p. 313.
  • 69 . Colin Jones, « The French King’s Physicians in and beyond the Royal Court in the 17th and 18th ce (...)

33Le corps physique du roi est l’enjeu d’un autre investissement scientifique, celui des médecins qui observent ses manifestations, auscultent ses défaillances et soignent ses maladies. Livré au regard des hommes de l’Art, le somatisme royal révèle la progressive érosion du corps symbolique. Alexandre Lunel a minutieusement décrit la maison médicale du roi qui rassemble, à la fin du XVIIIe siècle, « plusieurs centaines de praticiens : médecins, chirurgiens, barbiers, apothicaires, auxquels il faut ajouter divers spécialistes pour chacune de ces disciplines ». Il s’agit d’une véritable « mini-cour à la cour67 », dont très peu de membres sont en contact direct avec le monarque68. Le premier médecin est « au sommet du pouvoir médical69 », précisément parce qu’il ausculte et manipule régulièrement le corps royal. Si le corps du souverain est, au début de l’époque moderne, un corps politique représentant l’État, la progressive sécularisation de l’anatomie des monarques témoigne d’une mutation profonde du rapport entre savoir et pouvoir.

  • 70 . Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Mo (...)
  • 71 . Ibidem, p. 230.
  • 72 . Ibidem, p. 225.

34Samir Boumediene a bien montré, dans le cas du quinquina, le rôle joué par la cour pour fixer les « comportements à suivre70 ». La compétition médicale (notamment entre Talbor et Daquin) et le succès relatif du remède à base de quinquina tracent les contours d’une politique médicale royale très spécifique. En effet, la monarchie va soutenir la diffusion au plus grand nombre des produits ayant réduit les fièvres, après en avoir bénéficié : « un remède passe dans le corps du monarque avant de soigner celui de ses sujets. À travers lui, un comportement se fixe, se généralise71 ». Cependant, c’est encore le roi qui décide d’arrêter le traitement, alors même que la bataille médicale a tranché en faveur du nouveau produit72. De plus, la prise de risque est faible ; le corps du roi est encore protégé des effets potentiellement délétères d’un médicament dangereux. Lorsque le péril est avéré, les expérimentations en amont servent à préserver l’intégrité du corps royal.

  • 73 . Mémoires du Marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, t. I : septembre 1681- décembre 1686, (...)

35En 1686, Louis XIV se fait opérer d’une fistule. Se sentant « de plus en plus incommodé », explique le marquis de Sourches, le souverain « s’étoit fait faire la grande opération73 ». C’est lui qui

  • 74 . Ibidem, p. 457.

« ordonn[e] à Félix, [son premier chirurgien], de commencer l’opération ; ce qu’il fit en même temps, en présence de Bessière, le plus habile chirurgien de Paris et de M. de Louvois, qui tient toujours la main du roi pendant l’opération (…). Le Roi ne criat point et dit seulement une fois : “Mon Dieu !” quand on lui fit la première incision. Comme l’opération étoit presque faite, il dit à Félix de ne le point épargner, et qu’il le traitât comme le moindre particulier de son royaume ; ce qui obligea Félix de lui donner encore deux coups de ciseaux. »74

  • 75 . Ibidem, p. 458.
  • 76 . Journal du marquis de Dangeau, t. I, 1684-1685-1686, Paris, Firmin Didot Frères, 1854.

36La puissance royale de Louis XIV interdit, malgré les préventions toutes rhétoriques du roi, que son cas soit traité comme n’importe quel autre. D’abord, parce que l’opération a été tenue secrète : la cour, assure le marquis de Dangeau, nota avec empressement cette discrétion médicale75. Ensuite, si Félix « avoit fait faire un instrument d’une manière nouvelle » pour intervenir sur le corps du roi, il « l’avoit essayé sur différents malades, et cela a épargné encore quelques coups de ciseaux76 ».

37Le corps du monarque, à la fin du XVIIe siècle, est encore dédoublé entre sa fonction politique et sa fonction organique. L’opération doit donc combiner la résolution chirurgicale d’une indisposition physique et la nécessaire sacralité du somatisme royal.

38Avec Louis XV, les choses évoluent sensiblement. Atteint de variole, le souverain n’est pas mis immédiatement au courant de son état par les médecins. Pierre Darmon a souligné que

  • 77 . Pierre Darmon, La variole, les nobles et les princes. La petite vérole mortelle de Louis XV, Brux (...)

« si l’isolement d’un variolé est chose aisée dans la haute société, tel n’est pas le cas lorsqu’il s’agit d’un roi de France dont l’une des fonctions consiste à se montrer jusqu’aux derniers jours de sa vie. Autour de son lit et dans les pièces voisines, la présence nécessaire de la foule des courtisans et le va-et-vient des diplomates s’inscrivent dans une longue tradition. »77

  • 78 . Ibidem, p. 117.
  • 79 . Ibidem, p. 107.

39Le cérémonial politique n’est pas facile à arrêter. Malgré le grand risque d’une contagion, et dans « une atmosphère dominée par le déchirement des factions, les querelles partisanes, les rivalités de cour et les règlements de comptes78 », le roi ne sera pas isolé. Et « la variole royale fut à l’origine d’une véritable épidémie79 ».

  • 80 . Ibidem, p. 51-57.
  • 81 . Ibidem, p. 60-61.
  • 82 . Ibidem, p. 147.
  • 83 . Joseph-Marie-François de Lassone, Rapport des inoculations faites dans la famille royale au châte (...)
  • 84 . Gazette de France, n° 50, 24 juin 1774, p. 230.

40Louis XV avait refusé l’inoculation. Pourtant, la méthode avait déjà été employée, notamment dans les milieux nobiliaires, au début du XVIIe siècle80 ; elle fait retour au milieu du XVIIIe siècle81. Mais à la cour de France, soutient Pierre Darmon, elle « n’avait pas bonne réputation. (…) La variole mortelle de Louis XV allait tout remettre en cause82 ». C’est le « médecin inoculateur de La Flèche » qui sensibilise la famille royale. Finalement, le nouveau souverain, ainsi que « Monsieur, (…) le Comte d’Artois et (…) Madame la Comtesse d’Artois83 » se font inoculer le 18 juin 1774. Le 23 juin, tous avaient « été purgés pour l’inoculation84 ». Joseph-Marie-François de Lassone, membre de l’Académie des sciences, rapporte que

  • 85 . Joseph-Marie-François de Lassone, op. cit., p. 3.

« La Famille royale persuadée enfin, par l’évidence des faits les plus authentiques & les plus multipliés, qu’il n’existoit qu’un moyen de se mettre désormais en sûreté contre les malheurs qui la menaçoient encore de toute part, pris tout-à-coup, seule & sans impulsion étrangère le pari courageux de recourir à l’inoculation. »85

  • 86 . Pierre Darmon, op. cit., p. 61.
  • 87 . Ibidem, p. 152.

41Malgré les hésitations médicales et mondaines à l’endroit du remède, le souverain engage son propre corps. Surtout, cette prise de risque somatique86 est un moyen politique d’étendre le procédé le plus largement possible. Ainsi que le souligne Pierre Darmon, « désormais le gouvernement du roi se déclare prêt à tout faire pour encourager la diffusion de l’inoculation dans le royaume », même si « les initiatives rest[ent] chichement distillées87 ».

  • 88 . Ibidem, p. 150.
  • 89 . Ibidem, p. 51-54.
  • 90 . Catriona Seth, « L’inoculation contre la variole : un révélateur des liens sociaux », Dix-huitièm (...)
  • 91 . Pierre Darmon, op. cit., p. 10-11.

42Bien sûr, en amont, d’autres corps ont servi pour que le corps royal puisse être protégé (en particulier celui de la jeune fille « variolifère88 » sur laquelle a été prélevé le pus infecté). Mais la personna du roi est ici transformée très directement en opérateur de politique épidémiologique. Le corps symbolique voit sa charge sacrale transmutée, puisque c’est le corps mortel du monarque qui est, tout à la fois, éprouvé et transformé en témoin pour une politique médicale d’ampleur. En Europe, c’est par la cour d’Angleterre que les opérations de vaccination royale ont débuté, Lady Montagu ayant rapporté le procédé de Turquie89. À Florence, de jeunes enfants sur lesquels on pratique l’opération servent à « rassurer les grandes familles locales pratiquant l’inoculation ». Catriona Seth remarque que « le même processus est suivi en Autriche90 ». En réalité, la cour de France était en retard91.

  • 92 . Alain Boureau, Le simple corps du roi. L’impossible sacralité des souverains français, XVe-XVIIIe(...)

43Le corps du roi est donc un espace d’investigation scientifique ; il est le lieu d’une stratégie de recherche, d’un investissement épidémiologique. Sa puissance symbolique ne disparaît jamais complètement puisqu’il peut servir, comme dans le cas de Louis XVI, à justifier une volonté politique, quand bien même celle-ci peinerait à s’incarner. Mais le risque pris pour l’inoculation de la variole, bien plus grand que pour la quinine de Louis XIV, témoigne d’une démonétisation progressive du corps symbolique. La saisie savante du somatisme royal participe de cette réduction de la charge sacrale au profit d’une politisation épidémiologique qui, si elle était présente dès le règne de Louis XIV, devient désormais un levier médical puissant du gouvernement monarchique. En somme, la quête savante vient redoubler cette tentation de réduire le corps du roi à sa seule essence organique, tension essentielle de la modernité qu’Alain Boureau avait mise en exergue, avec la forte résistance des sujets à la symbolisation du somatisme monarchique92.

Une politique curiale de la démonstration

  • 93 . Jean-Marie Apostolidès, Le prince sacrifié. Théâtre et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éd (...)
  • 94 . Jean-Marc Apostilidès, Le Roi-machine. Spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éditi (...)
  • 95 . Jean-Marie Apostolidès, Le prince sacrifié. Théâtre et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éd (...)

44Jean-Marie Apostolidès a mis en évidence, sous le règne de Louis XIV, l’évacuation par le théâtre des valeurs féodales, au profit de « celles de la modernité, fondées sur la comparaison, l’échange, la mise en relation93 ». La modernité marque donc le passage, pour la noblesse, d’un système de pratiques, de comportements et de valeurs axé sur l’appropriation et l’exercice légitime de la violence en tant que mode d’affirmation d’un groupe social, à une économie du pouvoir redéfinie à partir de l’État et de son actualisation dans le corps du roi. Apostolidès affirme que « l’aristocratie désarmée, (…) privée de ses prérogatives militaires, se mue en une caste spectaculaire ». Formant « le cercle de la cour, elle diffracte partout l’image du souverain placé en son centre94 ». Les rapports sociaux qui lient le roi à ses courtisans sont profondément travaillés par ce passage (contraint) de la féodalité à la modernité. L’espace curial est saturé de signes qui rappellent le nouvel ordre social : le théâtre devient la « récitation tragique95 » des valeurs féodales, la science est proposée (et imposée) comme une perspective moderne de substitution pour la noblesse. La cour devient un espace strié par la modernité. Toutes les pratiques savantes mises en œuvre doivent publiciser et réfléchir cet impératif de modernité.

45Le déploiement des connaissances scientifiques et techniques à la cour s’inscrit dans le registre du spectaculaire et de la démonstration. Il s’agit de donner à voir les manières de faire science, de produire un nouveau régime d’investissement pour la noblesse et de signaler l’engagement royal dans une gouvernementalité savante.

46Si la performance scientifique domine la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle, à partir du règne de Louis XV, et surtout pendant celui de Louis XVI, la cour se transforme en espace de validation et de légitimation des pratiques scientifiques. Dans cette évolution sensible, l’ancrage régulatoire du pouvoir royal s’affirme peu à peu. À l’intérieur même de la cour, un archipel de scènes savantes multiple les occasions de démonstrations ouvertes.

  • 96 . Peter Sahlins, « The Royal Menageries of Louis XIV and the Civilizing Process Revisited », French (...)
  • 97 . Ibidem, p. 264.
  • 98 . Joan Pieragnoli, La cour de France et ses animaux, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Presses universitai (...)
  • 99 . Ibidem, p. 256.
  • 100 . Anita Guerrini, The Courtiers’ Anatomists. Animal and Human in Louis XIV’s Paris, Chicago, The Un (...)
  • 101 . Bernard de Fontenelle, Éloge des académiciens avec l’histoire de l’Académie des Sciences, t. II, (...)
  • 102 . L.C. Rookmaaker, « Histoire du rhinocéros de Versailles (1770-1793) », Revue d’histoire des scien (...)
  • 103 . Ibidem, p. 309.
  • 104 . Yves Laissus, « Versailles et le jardin du roi », dans Béatrix Saule, Catherine Arminjon (dir.), (...)

47La ménagerie occupe ainsi une place privilégiée. Le passage de la ménagerie de Vincennes (où étaient représentés des affrontements entre animaux) à la ménagerie de Versailles (qui vise à mettre en valeur le règne animal) caractérise, selon Peter Sahlins, la « dialectique entre le modèle royal et l’expérience aristocratique96 ». « Métaphore97 » de la civilité de cour attendue, la ménagerie de Versailles n’est qu’accessoirement un espace savant. Comme le signale Joan Pieragnoli, « au départ, rien n’indique que le médecin Claude Perrault, instigateur des travaux d’anatomie de l’Académie royale des sciences, ait eu pour intention d’étudier les espèces rares, et encore moins de superviser une vaste publication, les Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux98 ». Ce sont bien les « arrivages d’animaux à destination de la Ménagerie avec leur cortège de cadavres » qui ont « incidemment et rapidement conduit les savants à élargit leur champ d’étude99 ». On l’a vu, Louis XIV lui-même assiste à l’ouverture du cadavre d’un éléphant. Le rôle de Joseph-Guichard Du Verney est central dans cette activité de dissection anatomique100 : Fontenelle assure qu’il a été pendant « près d’un an l’Anatomiste des Courtisans, connu de tous, & presque ami de ceux qui avoient le plus de mérite. Ses succès de Paris l’avoient porté à la Cour, & il en revint à Paris avec ce je ne sai quoi de plus brillant que donnent les succès de la Cour101 ». La ménagerie devient un point de ralliement pour les savants en quête d’informations sur certaines espèces exotiques. Ainsi le rhinocéros indien, « offert par Chevalier, gouverneur de l’établissement commercial français à Chandernagor, près de Calcutta, à Louis XV102 » est examiné, en 1777 par « le professeur d’anatomie hollandais » Petrus Camper et, deux ans plus tard, par le « jeune anatomiste allemand », Heinrich Sander103. Versailles n’est cependant pas central dans l’offre anatomique et zoologique : c’est le Jardin du roi, parce qu’il concentre l’activité des académiciens, qui rythme la recherche savante. Buffon en particulier, comme l’a montré Yves Laissus, marque ses distances avec la cour : « Ce n’est pas un courtisan. Lorsqu’il se rend à Versailles, c’est pour visiter les bureaux de son ministre de tutelle, solliciter des aides pour les travaux du jardin ou l’achat de collections, demander du personnel104 ».

  • 105 . Gabriela Lamy, « Trianon, jardin d’études et d’essais », dans Béatrix Saule, Catherine Arminjon ( (...)
  • 106 . Ibidem, p. 143.
  • 107 . Ibidem, p. 148.
  • 108 . Ibidem, p. 150.
  • 109 . Annick Heitzmann, « La ménagerie de Trianon et la ferme expérimentale de Rambouillet », dans Béat (...)

48Trianon est également, selon l’expression de Gabriela Lamy, un « jardin d’études et d’essais105 ». On y reçoit des plantes et des graines (notamment des terres lointaines), qui sont « distribuées dans trois types de jardins : le jardin fruitier, le jardin fleuriste et le jardin botanique106 ». Lorsqu’une pousse réussit, comme en 1765 avec les plans de fraisiers d’Antoine-Nicolas Duchesne, elle est montrée au roi107. Mais c’est aussi une « presse à la fois scientifique et populaire108 » qui relaie les innovations botaniques du Trianon. Loin de Versailles, sous le règne de Louis XVI, la ferme expérimentale de Rambouillet participe également d’une politique « de perfection de l’agriculture et de l’élevage109 ».

  • 110 . Pascale Mormiche, op. cit., p. 437.

49L’espace curial est donc aussi un espace de recherche, même si ce n’est pas le principal office des pratiques savantes menées à Versailles que de faire avancer les connaissances. Au contraire, le plus souvent, la science publicisée à la cour est une science depuis longtemps validée, robuste, routinisée. Plus l’offre scientifique est spectaculaire, moins elle est sujette à caution. C’est le cas notamment des démonstrations de l’abbé Nollet. Précepteur du dauphin et de ses sœurs110, il met en scène à la cour des représentations frappantes du pouvoir de l’électricité. Il insiste ainsi, dans l’épître au dauphin de son Essai sur l’électricité des corps :

  • 111 . Jean Antoine Nollet, Essai sur l’électricité des corps, Paris, chez les Frères Guerin, 1746, p. I (...)

« Ce volume, que j’ai l’honneur de vous présenter, vous rappellera les phénomènes électriques dont vous avez voulu être témoin plus d’une fois, & que vous avez rendus, par Votre présence, & par l’attention que vous y avez donnée, aussi célèbres à Versailles qu’ils l’ont été dans les autres cours d’Europe. »111

50Les démonstrations d’électricité sont d’abord faites pour être spectaculaires, pour frapper les esprits et impliquer les courtisans. Le récit fait dans le Mercure de France d’une expérience à Versailles, en mars 1746, met en exergue le choix d’une curiosité savante théâtralisée :

  • 112 . Mercure de France, mars 1746, p. 175.

« (…) M[onsieur] L[’abbé] N[ollet] par ordre & en présence du Roi fit dans la grande Galerie du Château les nouvelles expériences d’Electricité si célébres ; entr’autres, il fit sentir d’un seul coup & subitement la commotion électrique à cent quatre-vingt personnes qui formoient une chaîne en se tenant par la main. »112

  • 113 . Christian Licoppe, op. cit., 1996, p. 163.
  • 114 . Ibidem, p. 163.
  • 115 . Ibidem, p. 164.
  • 116 . Idem.
  • 117 . Ibidem, p. 165.
  • 118 . Ibidem, p. 166.
  • 119 . Idem.
  • 120 . Ibidem, p. 168. À propos des témoignages dans les expériences scientifiques au début de l’époque (...)

51Nollet, rappelle Christian Licoppe, « incarne au milieu du XVIIIe siècle un genre particulier de physique naturelle, spectaculaire mais aussi pédagogique113 ». Tous ces récits d’expériences incluent « le caractère visuel (…) de l’effet114 ». Cette « économie de la curiosité115 » a la particularité de conjuguer « la preuve expérimentale (…) avec le spectacle mondain116 ». La sociabilité qu’entretiennent ces manifestations publiques de savoirs est « aristocratique117 », mais aussi curiale : elle installe Versailles dans l’ordre des lieux de spectacularisation des connaissances. Les enjeux concernant l’utilité des phénomènes mis en évidence ne sont jamais exposés, même si Nollet doit « s’en justifier118 ». Ce qui importe au démonstrateur, c’est « l’exigence de stabilité, de reproductibilité ou encore de robustesse du fait d’expérience119 ». En somme, en réunissant des impératifs épars (c’est-à-dire le spectacle et la rigueur expérimentale), Nollet tente d’« étendre le type de preuve valide dans les cercles mondains de la curiosité » qui nécessite « le témoignage de personnes de qualité120 ».

  • 121 . Simon Werret, « Explosive Affinities : Pyrotechnic Knowledge in Early Modern Europe », dans Pamel (...)

52La spectacularisation des sciences et des techniques occupe donc une large part de la démonstration curiale : la théâtralisation de la vie quotidienne favorise cette mobilisation curieuse des savoirs. C’est ainsi que les techniques pyrotechniques des Ruggieri sont mises à contribution sous le règne de Louis XV121.

  • 122 . Simone Mazauric, « Savants et courtisans vus par Fontenelle », dans Béatrix Saule, Catherine Armi (...)
  • 123 . Christine Lehman, « Les miroirs ardents : recherches académiques et divertissements de cour », da (...)
  • 124 . Liliane Hilaire-Pérez, L’invention des techniques au Siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 20 (...)
  • 125 . Mémoires du Duc de Luynes sur la cour de Louis XV, 1735-1758, t. XIII : 1753-1754, Paris, Didot, (...)
  • 126 . Marie Thébaud-Sorger, L’Aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Renn (...)
  • 127 . Antoine Schnapper, Le géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosités en France au XVI (...)
  • 128 . Liliane Hilaire-Pérez, op. cit., p. 172.
  • 129 . Mémoire du Duc de Lauzun, Paris, Mercure de France, 2017, p. 95.
  • 130 . Mémoires de la Baronne d’Oberkirch, t. II, Paris, Charpentier, 1853, p. 102.
  • 131 . Mémoires du Comte de Cheverny, t. I : L’Ancien Régime (1731-1787), Paris, Librairie Plon, 1909, p (...)
  • 132 . Robert Darnton, La fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution, Paris, Odile Jacob, 1984, p. (...)
  • 133 . Ibidem, p. 64.
  • 134 . Idem.
  • 135 . Ibidem, p. 65.
  • 136 . Ibidem, p. 64.

53Cependant, la dimension ludique des savoirs, qui correspond aux attentes mondaines, ne fait pas l’unanimité dans la communauté scientifique. Simone Mazauric, en s’appuyant sur les écrits de Fontenelle, remarque que « l’image du savant académicien et celle du courtisan » sont « deux figures antithétiques ». Entre les deux s’organise une double opposition, d’une part entre la ville et la cour, d’autre part entre « l’aristocratie et les nouvelles élites sociales122 ». Certes, la démonstration savante et l’érudition sont partout présentes à Versailles : qu’il s’agisse des miroirs ardents de François Villette et d’Antoine Lauricesque de la Garouste123, du « rouet amélioré de Brisout de Barneville124 », de la pendule astronomique de Passement125, de l’expérience aérostatique d’Étienne Montgolfier faite devant Louis XVI le 19 septembre 1783126, des collections d’antiquités ou de pierres127, Versailles est bien, comme l’assure Liliane Hilaire-Pérez, « un véritable chantier expérimental128 ». Pour autant, la cour n’est pas le lieu d’un triomphe absolu de la raison, ni d’une adhésion complète aux canons de la science expérimentale. C’est ainsi que le duc de Lauzun, en 1768, se rend chez un « sorcier129 » qui lui prédit l’avenir. L’exemple le plus marquant de cette tension irrationnelle qui travaille la cour concerne les expériences de magnétisme de Franz-Anton Mesmer. Le médecin du pays de Bade soutient que « l’univers baigne dans un fluide ultra-fin qui pénètre et enveloppe tous les corps ». Il assure que « ce fluide (…) doit être un agent d’attraction puissant ». Il arrive à Paris en 1778 et commence à se faire une assez grande réputation. La baronne d’Oberkirch se dit ainsi « charmée d’une visite à Mesmer, le chef et le père du magnétisme » ; elle soutient que « M. de Montjoie (…) a été guéri par M. Mesmer d’une maladie grave. (…) Le magnétisme devint tout à fait à la mode ; ce fut comme toutes les modes, une rage, une furie. On publia ses merveilles et on les augmenta130 ». Le comte Dufort de Cheverny reconnaît que « la fureur du magnétisme tourna toutes les têtes à Paris131 ». L’engouement gagne jusqu’à la famille royale : Robert Darnton rappelle que « Marie-Antoinette prie Maurepas de négocier avec Mesmer132 » une pension conséquente. Mais c’est le roi lui-même qui nomme une commission « chargée d’enquêter sur le mesmérisme133 ». Ce dernier « apparaît comme un défi à l’autorité » ; il interfère avec les « scientifiques établis et même [le] gouvernement134 ». Les résultats sont sans appel : « Le fluide de Mesmer n’existe pas135 ». Une autre commission, composée de membres « de la Société royale de médecine, (…) condamne le mesmérisme dans un rapport séparé136 ».

  • 137 . Hervé Drévillon, Lire et écrire l’avenir. L’astrologie dans la France du Grand Siècle (1610-1715)(...)
  • 138 . Édit du Roy, Pour la punition de differents crimes. Registré en Parlement le 31 Aoust 1682, Paris (...)
  • 139 . Hervé Drévillon, op. cit., p. 236.

54Les thématiques irrationnelles ne disparaissent donc pas de la cour ; elles continuent de nourrir la texture mondaine des échanges. Cependant, ce qui change peu à peu, c’est la position du roi. Dans le cas du mesmérisme, c’est bien sous son autorité que les commissions sont chargées de trancher et c’est en son nom qu’elles interviennent. Le roi impose donc la cour comme tribunal scientifique. On repère les prémices de cette rationalisation progressive du pouvoir royal dans l’attitude de Louis XIV à l’endroit de l’astrologie. Hervé Drévillon remarque qu’au début de son règne, « la divination reste fréquemment pratiquée et la capacité des astrologues à prédire l’avenir n’est guère remise en cause137 ». L’astrologie se situe clairement hors des pratiques scientifiques. Mais le pouvoir royal s’emploie également à réguler l’espace des possibles. L’édit « pour la punition de differents crimes » de 1682, dénonce les « Devins, Magiciens & Enchanteurs » comme des imposteurs abusant de la crédulité de ceux qui les écoutent138. En outre, dès 1655, « plus aucun astrologue n’est pensionné par la monarchie, ni même consulté officiellement, ou officieusement139 ».

  • 140 . Le duc de Croÿ rapporte ainsi dans son journal de son « goût pour l’astronomie » et de « [s]on ob (...)

55Le spectacle savant de Versailles organise une diffusion lente et imparfaite des principes rationnels. Toute la noblesse ne se voue pas à la science ; même si certains Grands s’activent pour observer le ciel, comme c’est le cas du duc de Croÿ140. La prise en charge par le pouvoir monarchique des frontières saillantes entre ce qui relève de la pratique savante et ce qui s’en écarte témoigne, à l’époque moderne, d’une superposition des intérêts scientifiques et politiques pour l’action publique. Le gouvernement monarchique a besoin de la science pour l’administration du royaume : les cartes pour l’imposition, les connaissances géologiques pour les minerais, les procédés techniques pour la compétition commerciale, sont autant de points d’appui. La cour est donc le lieu d’une reconfiguration progressive des modalités du patronage.

Mutation du patronage savant

  • 141 . Stephen J. Campbell (dir.), Artists at Court. Image-Making and Identity 1300-1550, Boston, Isabel (...)
  • 142 . Bruce T. Moran, « Patronage and Institution. Courts, Universities and Academies in Germany. An Ov (...)
  • 143 . Aurélien Ruellet, « Patronage », dans Liliane Hilaire-Pérez, Fabien Simon, Marie Thébaud-Sorger ( (...)
  • 144 . Ibidem, p. 368.

56Le financement et le soutien politique des souverains aux activités scientifiques constituent les deux axes principaux des formes de patronage qui émergent à l’époque moderne. Le patronage ne concerne pas que les sciences : l’intérêt des princes pour les arts a donné lieu au déploiement de nouvelles relations entre le pouvoir et le champ esthétique dès le Moyen Âge141. Bruce T. Moran distingue le prince collectionneur, le prince praticien et le prince protecteur142. Cette dernière figure se stabilise en fait très lentement tout au long de l’époque moderne. La personnalisation du soutien, l’économie aristocratique dans laquelle elle prend forme ainsi que les contraintes politiques qu’elle génère, dessinent une structure d’opportunité très variable selon le caractère du souverain, les rapports de force en jeu ou les conditions socio-économiques du moment. Aurélien Ruellet constate ainsi le caractère problématique du concept de patronage, puisqu’il apparaît comme « universel et intemporel, quitte à gommer les singularités de chaque espace ou de chaque époque143 ». La condition du savant soutenu par un prince est en ce sens assez proche de celle « des domestiques144 ». À partir du XVIIIe siècle, le patronage se transforme considérablement. D’une part, « le marché éditorial » ou « la souscription » offrent « la possibilité de carrières indépendantes ». D’autre part, les structures académiques qui émergent en Europe depuis le XVIIe siècle tendent à dépersonnaliser les rapports entre princes et savants. En somme, les cénacles savants subventionnés par les princes prennent place dans un schéma administratif plus général du royaume et prennent part aux modalités régulatoires du gouvernement.

  • 145 . Mario Biagioli, Galileo Courtier. The Practice of Science in the Culture of Absolutism, Chicago, (...)

57Dans cette transformation importante des règles du soutien politique aux activités scientifiques, la cour joue un rôle important. La scène curiale dramatise les enjeux et porte à leur paroxysme toutes les attentes socio-épistémiques. De ce point de vue, le cas de Galilée, au XVIIe siècle, est exemplaire. Comme l’a montré Mario Biagioli, la production savante patronnée par les Médicis ne vise pas à légitimer spécifiquement la théorie de Copernic, mais à justifier l’importance politique de leur famille. C’est pourquoi Galilée a « présenté aux Médicis les satellites de Jupiter non pas comme des découvertes astronomiques coperniciennes, mais comme des emblèmes dynastiques145 ».

  • 146 . Aurélien Ruellet, La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France (...)

58Avant que ne s’organise complètement le relais académique de la politique de patronage, l’écart entre les ambitions savantes et les moyens administratifs est parfois très grand. Ainsi, dans le cas du problème des longitudes en mer, au XVIIe siècle, « la monarchie française est bien impliquée puisqu’elle promet récompense. (…) Mais l’administration (…) n’a pas l’initiative des recherches146 ».

  • 147 . Christian Licoppe, op. cit., p. 80.
  • 148 . Ibidem, p. 81.
  • 149 . Idem.
  • 150 . Ibidem, p. 83.

59Il s’agit donc d’un déficit de la structure administrative, mais aussi d’un ajustement entre les modalités épistémiques de présentation des résultats savants et des attentes politiques gouvernementales spécifiques. En relisant les comptes rendus du passage de la comète en 1663 et 1664, Christian Licoppe montre les spécificités d’une rhétorique probatoire qui ne s’adresse pas aux aristocrates mais vise le roi lui-même. Il s’agit, simultanément, de défendre les intérêts de la communauté savante (en obtenant « un observatoire avec les grands instruments nécessaires147 ») et ceux du monarque (une « carte fidèle du royaume148 » sera utile à l’administration). Le savoir curieux, merveilleux et spectaculaire s’efface ici devant une connaissance qui « peut engager à la fois la raison d’État et l’attention du monarque absolu149 ». Dans le même temps, « le pouvoir royal confère réciproquement à ces pratiques une partie de crédibilité et soutient leur prétention à produire une représentation fidèle du monde150 ».

  • 151 . Alice Stroup, « Science, politique et conscience au début de l’Académie royale des sciences », Re (...)

60Une nouvelle forme de relation se noue entre le monarque et les hommes de science au XVIIe siècle. La puissance politique des savants n’est pas négligeable. Comme l’a noté Alice Stroup, « en inculquant aux mécènes quelques critères scientifiques, ils affermirent les liens entre la science et l’État, protégèrent leurs recherches scientifiques et transformèrent leurs recherches savantes en profession établie151 ».

  • 152 . À propos de l’Académie des sciences de Paris, voir Roger Hahn, L’anatomie d’une institution scien (...)
  • 153 . Bernard de Fontenelle, Œuvres, T. VI, Paris, Chez Bernard Brunet, 1752, p. 388.

61Le déplacement vers l’Académie152 des formes routinisées d’expériences et d’observations contribue à l’autonomie relative de la communauté scientifique. Une distance s’établit entre le souverain et les savants : l’administration de la science ne peut se limiter à des demandes personnelles. L’intérêt du royaume prédomine, avant même celui du roi. Sous le règne de Louis XIV, il est encore possible pour Colbert d’exhorter le père Sébastien Truchet « à suivre son grand talent pour les Méchaniques, surtout à étudier les Hidrauliques, qui devenoient nécessaires à la magnificence du Roi153 ». Avec l’Académie, les demandes visent une plus grande efficacité de l’administration publique et la mobilisation d’outils pour un meilleur gouvernement. D’ailleurs, dans ces circonstances, le roi est moins un ordonnateur qu’un facilitateur. Sa puissance politique est mise au service de l’accomplissement savant. Maupertuis assure que pour mener à bien les expéditions sur la mesure du méridien de la Terre, dans le cadre de la querelle entre newtoniens et cartésiens, il fallut la stature de Louis XV pour imposer l’entreprise scientifique :

  • 154 . Pierre Louis Moreau de Maupertuis, « Discours prononcé pour le jour de la naissance du Roi (1747) (...)

« Le moyen le plus seur étoit de mesurer les Degrès de Meridien, vers l’Equateur & vers le Pole. Mais quelle entreprise ! quelle dépense ! quel attirail d’instrumens il falloit porter dans des païs deserts & sauvages ! Louis ordonna, & toutes les difficultés furent vaincuës. »154

  • 155 . Marie-Noëlle Bourguet, « Voyage, mer et science au XVIIIe siècle », Bulletin de la Société d’hist (...)
  • 156 . Ibidem, p. 43.

62Avec l’expansion coloniale, ce sont les voyages scientifiques qui retiennent l’attention des souverains. Ainsi, comme le rappelle Marie-Noëlle Bourguet, « considérée sous l’angle de la politique impériale, la course maritime et savante qui va se jouer dans le Pacifique durant la seconde moitié du [XVIIIe] siècle est bien à sa manière une course pour l’hégémonie155 ». Les ambitions commerciales, politiques et scientifiques se nouent pour déterminer le cadre et les objectifs des missions : « le rôle des pouvoirs se manifeste (…) aussi sur le plan scientifique, dans l’élaboration du programme et dans le personnel enrôlé156 ».

  • 157 . Mémoire du Roi Pour servir d’Instruction particulière au sieur de la Pérouse, capitaine de vaisse (...)
  • 158 . Ibidem, p. 14.
  • 159 . Ibidem, p. 40.
  • 160 . Ibidem, p. 42.
  • 161 . Ibidem, p. 43.
  • 162 . Idem.
  • 163 . Ibidem, p. 44.
  • 164 . Ibidem, p. 47.

63Pour la mission de La Pérouse, Louis XVI rédige ainsi un « Mémoire (…) pour servir d’Instruction particulière157 ». Il y fixe le « projet de navigation158 », les « objectifs relatifs à la Politique ou au Commerce159 », ainsi que les « Opérations relatives à l’Astronomie, à la Géographie, à la Navigation, à la Physique et aux différentes branches de l’histoire naturelle160 ». Sous ce chapitre, le monarque recommande aux astronomes présents à bord de ne négliger « aucune occasion de faire toutes les observations astronomiques qui pourront (…) paraître utiles161 ». Longitude, latitude, suivi du « mouvement des horloges et montres marines162 », « déclinaison et inclinaison de l’aiguille aimantée163 », tenue d’un registre des observations, relevé cartographique, le voyage, tel que l’envisage Louis XVI, est d’abord le prolongement sur mer des exigences scientifiques ordinairement circonscrites à l’Observatoire de Paris. Le rôle des « physiciens et naturalistes164 » est laissé à l’appréciation de l’Académie. C’est, dans l’ensemble, un projet encyclopédique qui motive la politique royale de conquête scientifique :

  • 165 . Ibidem, p. 48.

« Dans les séjours qu[e Lapérouse] fera dans les ports, il fera observer le génie, le caractère, les mœurs, les usages, le tempérament, le langage, le régime et le nombre des habitants. Il fera examiner la nature du sol et les productions des différens pays, et tout ce qui est relatif à la physique du globe. »165

64On mesure donc combien les formes du patronage savant ont changé, entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle. L’économie de la curiosité, centrale dans l’espace curial, s’estompe peu à peu dans le contrôle politique des demandes savantes. La pacification de la noblesse permet de disjoindre l’attente aristocratique de merveilleux de l’exigence monarchique d’une plus grande efficacité dans l’administration du royaume. Peu à peu, les pratiques scientifiques sont intégrées dans l’ordre politique du souverain. Au prix d’une autonomisation relative (via le mouvement académique) et d’une dépersonnalisation (partielle) du rapport aux savants, la régulation scientifique prend place dans l’ordre gouvernemental d’Ancien Régime.

65La cour de Versailles est un lieu de science bien spécifique. Le château a bénéficié d’avancées techniques considérables dans le domaine de la géodésie. La place du roi dans l’économie savante qui travaille la cour varie en fonction des configurations absolutistes : la puissance de Louis XIV lui interdit de trop s’impliquer dans les expériences et les observations ; au contraire, Louis XV examine le ciel et pratique le calcul. Le corps du monarque est un espace d’investigation scientifique. Maladies, remèdes, chirurgie, vaccination : l’anatomie royale concentre de nombreuses attentes savantes. Le dédoublement somatique du souverain, entre le symbolique et le physique, tend à disparaître : la vaccination (risquée) de Louis XVI signale la fixation du corps concret du souverain. La cour est d’abord un spectacle : pour épuiser la tentation hégémonique de la noblesse, le roi impose un divertissement permanent. Les sciences sont prises dans cette théâtralisation du quotidien. L’administration de la preuve doit donc côtoyer l’esprit de curiosité. Peu à peu, l’exigence rationnelle pénètre l’espace curial. Le patronage, qui caractérisait la force politique du souverain en direction des sciences et des techniques, se transforme à Versailles : les exigences personnelles du souverain comptent moins que la recherche d’un surcroît de puissance pour le royaume.

66D’une certaine façon, la science de cour constitue une stylisation du régime régulatoire des sciences et des techniques : le gouvernement par la mobilisation de savoirs spécifiques se construit aussi à Versailles. C’est dans l’espace curial que la désacralisation du corps royal rend possible un investissement du souverain pour une action publique informée des derniers développements savants. La cour a maintenu un certain temps la recherche de la curiosité comme un impératif de démonstration scientifique, mais la régulation administrative des savoirs importants pour la conduite des affaires royales a exigé une conformation du régime curial des sciences aux exigences de la science d’État.

Haut de page

Notes

1 . Je remercie Johann Petitjean et Pierre Crépel pour leurs remarques et commentaires sur les versions antérieures de ce texte.

2 . Robert Halleux, « Aux origines des politiques scientifiques », Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 62, 2012, p. 442.

3 . Bruce T. Moran, « German Prince-Practitioners : Aspects in the Development of Courtly Science, Technology and Procedures in the Renaissance », Technology and Culture, vol. 22, n° 2, 1981, p. 253-274 (ma traduction).

4 . Brian W. Ogilvie, The Science of Describing. Natural History in Renaissance Europe, Chicago, The University of Chicago Press, 2005, p. 65.

5 . Paula Findlen, « Controlling the experiment : rhetoric, court patronage and the experimental method of Francesco Redi », History of Science, vol. 31, n° 2, 1993, p. 40.

6 . Mario Biagioli, Galileo Courtier. The Practice of Science in the Culture of Absolutism, Chicago, The University of Chicago Press, 1994, p. 149-151.

7 . Paul Findlen, Possession Nature. Museums, Collecting and Scientific Culture in Early Modern Italy, Berkeley, The University of California Press, 1997, p. 107-108.

8 . Mario Biagioli, « Le prince et les savants. La civilité scientifique au 17e siècle », Annales. Histoire, Sciences sociales, 50e année, n° 6, 1995, p. 1420.

9 . Anthony Grafton, Nancy Siraisi (dir.), Natural Particulars. Nature and the Disciplines in Renaissance Europe, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1999 ; Rudolf Stichweh, « The Sociology of Scientific Disciplines : On the Genesis and Stability of the Disciplinary Structure of Modern Science », Science in Context, vol. 5, n° 1, 1992, p. 3-5 ; Donald R. Kelley, History and the Disciplines : The Reclassification of Knowledge in Early Modern Europe, Rochester, University of Rochester Press, 1997.

10 . Jérôme Lamy, « Des sciences par et pour le gouvernement. Sur le régime régulatoire des sciences contemporaines », Sociologie et Société, vol. XLVII, n° 2, 2015, p. 287-309 ; Jérôme Lamy, « L’État et la science. Histoire du régime régulatoire (France, XVIe-XXe siècles), Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 134, juillet-février 2017, p. 87-111.

11 . Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985.

12 . Joël Cornette, Histoire de la France : Absolutisme et Lumières, 1652-1783, Paris, Hachette, 1993, p. 50.

13 . Fanny Cosandey, Le rang. Préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris, Gallimard, 2016, p. 17.

14 . Frédérique Leferme-Falguières, Les courtisans. Une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France, 2007, p. 253-254.

15 . Jean-François Solnon, La Cour de France, Paris, Fayard, 1987, p. 379.

16 . J’utilise ce terme dans le sens que lui a donné Claude Rosental pour caractériser les démarches scientifiques « dont la vocation affichée est prioritairement d’ordre probatoire et/ou argumentatif, voire pédagogique, mais qui est susceptible de jouer bien d’autres rôles » (Claude Rosental, « Anthropologie de la démonstration », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, n° 2, 2009, p. 234.

17 . J’ai entièrement dépouillé les journaux d’Edmond Jean François Barbier, du marquis de Sourches, du duc de Croÿ et du duc de Luynes. J’ai également utilisé des journaux de cour dépouillés par Marine Masure-Vetter et disponibles à l’adresse suivante : <https://www.chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/corpus-electroniques/corpus-raisonnes/les-pratiques-savantes-a.html>.

18 . Béatrix Saule, Catherine Arminjon (dir.), Sciences & curiosités à la cour de Versailles, Paris, Réunion des musées nationaux, 2011 ; Robert Halleux (dir.), « Les sciences à la cour de Versailles et la naissance des politiques scientifiques en Europe », Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 62, 2012. Mon article s’appuie sur un travail effectué en amont de l’exposition présentée à Versailles : Jérôme Lamy, « L’astronomie à la cour, transversalité et modernité », Journée d’études Sciences et pouvoir. Le prince et le savant dans les cours européennes aux XVIIe et XVIIIe siècles, Observatoire de Paris, 9 décembre 2008.

19 . Frédéric Tiberghien, Versailles, le chantier de Louis XIV, Paris, Perrin, 2002, p. 237.

20 . Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte, 2015, p. 17.

21 . Hubert Loriferne, « L’influence de Picard dans les travaux d’alimentation en eau du château de Versailles sous Louis XIV », dans Guy Picolet (dir.), Jean Picard et les débuts de l’astronomie de précision au XVIIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1987, p. 278.

22 . Éric Soulard, « Les eaux de Versailles sous Louis XIV », Hypothèses, vol. 11, 1998, p. 105.

23 . Ibidem, p. 107.

24 . Jean Picard, Traité du nivellement, Paris, Estienne Michallet, 1684, p. 143.

25 Ibidem, p. 144.

26 . Ibidem, p. 144-145.

27 . Ibidem, p. 155.

28 . Hubert Loriferne, op. cit., p. 286.

29 . Ibidem, p. 286.

30 . Antonio Lafuente, José L. Peset, « La question de la figure de la Terre. L’agonie d’un débat scientifique au XVIIIe siècle », Revue d’histoire des sciences, t. 37, n° 3-4, 1984, p. 236.

31 . Hubert Loriferne, op. cit., p. 296.

32 . Bernard Forest de Belidor, Architecture hydraulique ou l’art de conduire, d’élever et ménager les eaux pour les différens besoins de la vie, Paris, Chez L. Collot, 1781, p. 196.

33 . Thomas Brandsetter, « La machine de Marly : un spectacle technologique », Bulletin du Centre de Recherche du Château de Versailles, 2012, <http://crcv.revues.org/11907>. Les citations qui suivent sont extraites du même article.

34 . Ibidem.

35 . Ibidem.

36 . Jean de Viguerie, « Le roi et le “public”. L’exemple de Louis XV », Revue historique, t. 278, fasc. 1, 1987, p. 23-34.

37 . Chandra Mukerji, Territorial Ambitions and the Gardens of Versailles, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 250-251 (ma traduction).

38 . Ibidem, p. 250 (ma traduction).

39 . Ibidem, p. 275.

40 . Édouard Pommier, « Versailles, l’image du souverain », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. I, Paris, Gallimard, 1997, p. 1259.

41 . Jean-François Solnon, op. cit., p. 353.

42 . Jacob Soll, The Information Master. Jean-Baptiste Colbert’s Secret State Intelligence System, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2009.

43 . Ernst Kantotowics, « Les deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge », dans Œuvres, Paris, Gallimard, 2000, p. 643-1222.

44 . Pascale Mormiche, Devenir prince. L’école du pouvoir en France, Paris, CNRS éditions, 2015, p. 417.

45 . Idem.

46 . Ibidem, p. 427.

47 . Ibidem, p. 431.

48 . Ibidem, p. 432.

49 . Ibidem, p. 431.

50 . Ibidem, p. 435.

51 . Ibidem, p. 433.

52 . Mario Biagioli, op. cit., p. 1439.

53 . Christian Licoppe, La formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), Paris, La Découverte, 1996, p. 85.

54 . Histoire de l’Académie Royale des Sciences, t. I, Paris, Chez Gabriel Martin, Jean-Baptiste Coignard fils, Hippolyte-Louis Guerin, 1733, p. 319-320.

55 . Ibidem, p. 320.

56 . Ibidem, p. 322-323.

57 . Yann Lignereux, Les rois imaginaires. Une histoire visuelle de la monarchie, de Charles VIII à Louis XIV, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p. 272.

58 . Cassini de Thury, Description géométrique de la France, Paris, Imprimerie de J. Ch. Desaint, 1783, p. 12.

59 . Mémoires du Duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1748), t. I, 1745-1737, Paris, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, 1860, p. 194.

60 . Journal inédit du Duc de Croÿ, 1718-1784, t. II, Paris, Ernest Flammarion, 1906, p. 215.

61 . Pascale Mormiche, op. cit., 2015, p. 436.

62 . Mémoires du Marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, t. VI, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1886, p. 187.

63 . Note manuscrite de J.-D. Cassini sur un entretien qu’il parait avoir eu avec le Roi, cité par Charles Wolf, Histoire de l’Observatoire de Paris de sa fondation à 1793, Paris, Gauthier-Villars, p. 122.

64 . Chantal Grell, « Pouvoir, sciences et politique en France, XVIIe-XVIIIe siècles. État des lieux », Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 62, 2012, p. 452.

65 . Christine Lehman, « Chimie et apothicaire », dans Béatrix Saule, Catherine Arminjon (dir.), Sciences & curiosités à la cour de Versailles, Paris, Réunion des musées nationaux, 2011, p. 168.

66 . Gazette de France, n° 50, 24 juin 1774, p. 230.

67 . Alexandre Lunel, La maison médicale du roi, XVIe-XVIIIe siècles. Le pouvoir royal et les professions de santé (médecins, chirurgiens, apothicaires), Seyssel, Champ Vallon, 2008.

68 . Ibidem, p. 313.

69 . Colin Jones, « The French King’s Physicians in and beyond the Royal Court in the 17th and 18th centuries », dans Elisa Andretta, Marilyn Nicoud (dir.), Être médecin à la cour (Italie, France, Espagne, XIIIe-XVIIIe siècles), Florence, Edizioni Del Galluzo, 2013, p. 200 (ma traduction).

70 . Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Les Éditions des mondes à faire, 2016, p. 219.

71 . Ibidem, p. 230.

72 . Ibidem, p. 225.

73 . Mémoires du Marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, t. I : septembre 1681- décembre 1686, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1882, p. 456.

74 . Ibidem, p. 457.

75 . Ibidem, p. 458.

76 . Journal du marquis de Dangeau, t. I, 1684-1685-1686, Paris, Firmin Didot Frères, 1854.

77 . Pierre Darmon, La variole, les nobles et les princes. La petite vérole mortelle de Louis XV, Bruxelles, Éditions Complexe, 1989, p. 106-107.

78 . Ibidem, p. 117.

79 . Ibidem, p. 107.

80 . Ibidem, p. 51-57.

81 . Ibidem, p. 60-61.

82 . Ibidem, p. 147.

83 . Joseph-Marie-François de Lassone, Rapport des inoculations faites dans la famille royale au château de Marli. Lû à l’Académie Royale des Sciences, le 20 juillet 1774, p. 3.

84 . Gazette de France, n° 50, 24 juin 1774, p. 230.

85 . Joseph-Marie-François de Lassone, op. cit., p. 3.

86 . Pierre Darmon, op. cit., p. 61.

87 . Ibidem, p. 152.

88 . Ibidem, p. 150.

89 . Ibidem, p. 51-54.

90 . Catriona Seth, « L’inoculation contre la variole : un révélateur des liens sociaux », Dix-huitième siècle, n° 41, 2009, p. 138.

91 . Pierre Darmon, op. cit., p. 10-11.

92 . Alain Boureau, Le simple corps du roi. L’impossible sacralité des souverains français, XVe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions de Paris, 1988.

93 . Jean-Marie Apostolidès, Le prince sacrifié. Théâtre et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éditions de Minuit, 1985, p. 178.

94 . Jean-Marc Apostilidès, Le Roi-machine. Spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éditions de Minuit, 1981, p. 46.

95 . Jean-Marie Apostolidès, Le prince sacrifié. Théâtre et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éditions de Minuit, 1985, p. 178.

96 . Peter Sahlins, « The Royal Menageries of Louis XIV and the Civilizing Process Revisited », French Historical Studies, vol. 35, n° 2, 2012, p. 239 (ma traduction).

97 . Ibidem, p. 264.

98 . Joan Pieragnoli, La cour de France et ses animaux, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Presses universitaires de France, 2016, p. 255.

99 . Ibidem, p. 256.

100 . Anita Guerrini, The Courtiers’ Anatomists. Animal and Human in Louis XIV’s Paris, Chicago, The University of Chicago Press, 2014, p. 154.

101 . Bernard de Fontenelle, Éloge des académiciens avec l’histoire de l’Académie des Sciences, t. II, La Haye, Isaac Van der Kloot, 1740, p. 440.

102 . L.C. Rookmaaker, « Histoire du rhinocéros de Versailles (1770-1793) », Revue d’histoire des sciences, t. 36, n° 3-4, 1983, p. 308.

103 . Ibidem, p. 309.

104 . Yves Laissus, « Versailles et le jardin du roi », dans Béatrix Saule, Catherine Arminjon (dir.), op. cit., p. 50.

105 . Gabriela Lamy, « Trianon, jardin d’études et d’essais », dans Béatrix Saule, Catherine Arminjon (dir.), op. cit., p. 141.

106 . Ibidem, p. 143.

107 . Ibidem, p. 148.

108 . Ibidem, p. 150.

109 . Annick Heitzmann, « La ménagerie de Trianon et la ferme expérimentale de Rambouillet », dans Béatrix Saule, Catherine Arminjon (dir.), op. cit., p. 122.

110 . Pascale Mormiche, op. cit., p. 437.

111 . Jean Antoine Nollet, Essai sur l’électricité des corps, Paris, chez les Frères Guerin, 1746, p. III-IV.

112 . Mercure de France, mars 1746, p. 175.

113 . Christian Licoppe, op. cit., 1996, p. 163.

114 . Ibidem, p. 163.

115 . Ibidem, p. 164.

116 . Idem.

117 . Ibidem, p. 165.

118 . Ibidem, p. 166.

119 . Idem.

120 . Ibidem, p. 168. À propos des témoignages dans les expériences scientifiques au début de l’époque moderne, voir Steven Shapin, « The House of Experiment in Seventeenth-Century England », Isis, vol. 79, n° 3, 1988, p. 373-404.

121 . Simon Werret, « Explosive Affinities : Pyrotechnic Knowledge in Early Modern Europe », dans Pamela H. Smith, Benjamin Schmidt (dir.), Making Knowledge in Early Modern Europe. Practices, Objects and Texts, 1400-1800, Chicago, The University of Chicago Press, 2007, p. 77.

122 . Simone Mazauric, « Savants et courtisans vus par Fontenelle », dans Béatrix Saule, Catherine Arminjon (dir.), op. cit., p. 55.

123 . Christine Lehman, « Les miroirs ardents : recherches académiques et divertissements de cour », dans Béatrix Saule, Catherine Arminjon (dir.), op. cit., p. 234-236.

124 . Liliane Hilaire-Pérez, L’invention des techniques au Siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, p. 172.

125 . Mémoires du Duc de Luynes sur la cour de Louis XV, 1735-1758, t. XIII : 1753-1754, Paris, Didot, 1863, p. 142.

126 . Marie Thébaud-Sorger, L’Aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 50.

127 . Antoine Schnapper, Le géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosités en France au XVIIe siècle. t. I : Histoire et histoire naturelle, Paris, Flammarion, 2012, p. 575-577.

128 . Liliane Hilaire-Pérez, op. cit., p. 172.

129 . Mémoire du Duc de Lauzun, Paris, Mercure de France, 2017, p. 95.

130 . Mémoires de la Baronne d’Oberkirch, t. II, Paris, Charpentier, 1853, p. 102.

131 . Mémoires du Comte de Cheverny, t. I : L’Ancien Régime (1731-1787), Paris, Librairie Plon, 1909, p. 443.

132 . Robert Darnton, La fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution, Paris, Odile Jacob, 1984, p. 56.

133 . Ibidem, p. 64.

134 . Idem.

135 . Ibidem, p. 65.

136 . Ibidem, p. 64.

137 . Hervé Drévillon, Lire et écrire l’avenir. L’astrologie dans la France du Grand Siècle (1610-1715), Seyssel, Champ Vallon, 1996, p. 120.

138 . Édit du Roy, Pour la punition de differents crimes. Registré en Parlement le 31 Aoust 1682, Paris, chez François Muguet, 1682, p. 3.

139 . Hervé Drévillon, op. cit., p. 236.

140 . Le duc de Croÿ rapporte ainsi dans son journal de son « goût pour l’astronomie » et de « [s]on observatoire ». (Journal du Duc de Croÿ, 1718-1784, t. II, Paris, Ernest Flammarion, p. 177). Il ajoute en 1765 : « Je continuai aussi, avec MM. Lemonnier, Cassini et Lalande, de me donner à l’astronomie » (Ibidem, p. 183).

141 . Stephen J. Campbell (dir.), Artists at Court. Image-Making and Identity 1300-1550, Boston, Isabella Stewart Gardner Museum, 2005 ; Fabienne Joubert (dir.), L’Artiste et le commanditaire aux derniers siècles du Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2001 ; Mary Hollingsworth, Patronage in Renaissance Italy, from 1400 to the Early Sixteenth Century, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1994 ; John T. Paoletti, Gary M. Radke, Art, Power, and Patronage in Renaissance Italy, Londres, Prentice Hall, 2005.

142 . Bruce T. Moran, « Patronage and Institution. Courts, Universities and Academies in Germany. An Overview, 1550-1750 », dans Bruce T. Moran (dir.), Patronage and Institutions. Science, Technology and Medecine at the European Court, 1500-1750, Rochester, Boydell Press, 1991, p. 169-183.

143 . Aurélien Ruellet, « Patronage », dans Liliane Hilaire-Pérez, Fabien Simon, Marie Thébaud-Sorger (dir.), L’Europe des sciences et des techniques. Un dialogue des savoirs, XVe-XVIIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 367.

144 . Ibidem, p. 368.

145 . Mario Biagioli, Galileo Courtier. The Practice of Science in the Culture of Absolutism, Chicago, The University of Chicago Press, 1992, p. 149 (ma traduction).

146 . Aurélien Ruellet, La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 215.

147 . Christian Licoppe, op. cit., p. 80.

148 . Ibidem, p. 81.

149 . Idem.

150 . Ibidem, p. 83.

151 . Alice Stroup, « Science, politique et conscience au début de l’Académie royale des sciences », Revue de Synthèse, IVe série, n° 3-4, 1993, p. 451.

152 . À propos de l’Académie des sciences de Paris, voir Roger Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique, l’Académie des sciences de Paris, 1666-1803, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1994.

153 . Bernard de Fontenelle, Œuvres, T. VI, Paris, Chez Bernard Brunet, 1752, p. 388.

154 . Pierre Louis Moreau de Maupertuis, « Discours prononcé pour le jour de la naissance du Roi (1747) », dans Histoire de l’Académie royale des sciences et belles lettres, Berlin, Haude, 1748, p. 12.

155 . Marie-Noëlle Bourguet, « Voyage, mer et science au XVIIIe siècle », Bulletin de la Société d’histoire moderne et contemporaine, n° 1-2, 1997, p. 42.

156 . Ibidem, p. 43.

157 . Mémoire du Roi Pour servir d’Instruction particulière au sieur de la Pérouse, capitaine de vaisseau, commandant les frégates la Boussole et l’Astrolabe, dans M.L.A. Milet Mureau, Voyage de La Pérouse autour du monde, t. I, Paris, Imprimerie de la République, 1797, p. 13.

158 . Ibidem, p. 14.

159 . Ibidem, p. 40.

160 . Ibidem, p. 42.

161 . Ibidem, p. 43.

162 . Idem.

163 . Ibidem, p. 44.

164 . Ibidem, p. 47.

165 . Ibidem, p. 48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « La science à la cour de Versailles : mise en scène du savoir et démonstration du pouvoir (XVIIe-XVIIIe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 71-99.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « La science à la cour de Versailles : mise en scène du savoir et démonstration du pouvoir (XVIIe-XVIIIe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6140

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

CNRS-CERTOP (UMR 5044), Université Toulouse Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page