Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Marie-Louise De Roeck, Julie Urbain, Paul Lootens, Tutti cadaveri. Le procès de la catastrophe du Bois du Cazier à Marcinelle

Bruxelles, Éditions Aden, 2006, 280 p.
Sébastien Jahan
Référence(s) :

Marie-Louise De Roeck, Julie Urbain, Paul Lootens, Tutti cadaveri. Le procès de la catastrophe du Bois du Cazier à Marcinelle. Bruxelles, Éditions Aden, 2006, 280 p.

Texte intégral

110 mars 2006-8 août 2006. L’année écoulée aura vu la France et la Belgique commémorer chacune, à cinq mois d’intervalle, les catastrophes minières les plus meurtrières de leur histoire. Le samedi 10 mars 1906, vers 6h30 du matin, dans les mines de Courrières, près de Lens, le souffle d’une explosion probablement due à un coup de grisou balaye une centaine de kilomètres de galeries et tue 1100 mineurs. Lors des obsèques des premières victimes, quelques jours plus tard, la colère éclate : les compagnies minières sont accusées de rechercher avant tout le profit, au mépris de la sécurité de leurs ouvriers. La grève s’étend à l’ensemble du bassin du Nord, puis à toute la France, avant d’être brisée par l’intervention de l’armée et l’arrestation des syndicalistes les plus actifs.

2Un demi-siècle s’écoule et l’histoire bégaie, de l’autre côté de la frontière, dans le Hainaut belge. Il est 8h10, le 8 août 1956, à Marcinelle, dans la périphérie de Charleroi, sur la concession minière dite du « Bois du Cazier », lorsqu’une cage démarre sans prévenir de l’étage 975, emportant avec elle un wagonnet qui en dépasse de 35 cm. Lors de sa remontée, le wagonnet arrache une poutre qui, à son tour, déchire une canalisation d’huile, des câbles électriques et une conduite d’air comprimé. Des arcs électriques enflamment alors l’huile s’écoulant de la canalisation, avant que les coffrages en bois ne prennent feu. Alimenté par l’air envoyé sous pression par un ventilateur de surface, l’incendie très violent propage des fumées toxiques dans les galeries. Ce jour-là, six mineurs remontèrent par leurs propres moyens, sept autres revirent le jour grâce à l’intervention des sauveteurs. Il en restait 262 au fond. Le 22 août, après deux semaines d’attente angoissée des familles massées derrière les grilles de la concession, le sauveteur Angelo Berto revenait de l’étage 1035 et annonçait : « Tutti cadaveri ! ». Tous morts. Parmi eux, 136 étaient des Italiens, recrutés dans le cadre de l’accord « charbon contre mineurs », signé entre la Belgique et l’Italie en juin 1946.

3Tutti cadaveri, c’est aussi le titre d’une publication des éditions Aden, à portée évidemment commémorative, et qui réunit les compétences de trois auteurs au parcours dissemblable : une enseignante de langue à Charleroi, une chercheuse de l’Université Libre de Bruxelles et un syndicaliste de la FGTB (Fédération Générale du Travail Belge), responsable national des anciens mineurs. Leur projet n’était pas tant de retracer l’histoire de la catastrophe, déjà traitée dans un livre récent (J.-L. Delaet, A. Forti, F. Groff, Marcinelle. Le Bois du Cazier, Bruxelles, Labor, 2003), que de suivre celle de son procès, ouvert, près de 30 mois plus tard, le 6 mai 1959. L’intérêt de l’ouvrage réside aussi dans les différents types de sources qu’il croise : archives du procès conservées par les défenseurs des parties civiles, témoignages oraux, archives de l’Administration des Mines, articles tirés de revues syndicales ou de la presse régionale et nationale. Émaillé de photographies, d’extraits des dépositions de rescapés ou de responsables du charbonnage, accompagné d’annexes éclairantes, le livre, d’apparence austère et décousu, fournit à son lecteur un dossier qui s’avère à la fois passionnant et convaincant. Il réussit en somme assez bien à maintenir cet équilibre, revendiqué par ses auteurs, entre une approche historique, qui étudie le déroulement du procès, ses acteurs et leurs stratégies, et une démarche plus « personnelle » (on pourrait dire, en l’espèce, « militante »), qui envisage le procès « comme un fait de société important pour le mouvement ouvrier ».

4Le premier enseignement à tirer des faits et témoignages recoupés par les auteurs réside dans l’évidence d’une responsabilité, dans cette catastrophe, du patronat (la SA Charbonnages du Bois du Cazier) et du Corps des Mines (l’organisme gouvernemental chargé de la gestion des mines). La crise que traversait alors une industrie charbonnière belge de moins en moins compétitive décourageait les investissements et la modernisation technique d’un secteur soutenu artificiellement par la CECA. L’infrastructure du Bois du Cazier n’était dès lors plus compatible avec une production poussée à des records quasi historiques. Dans le même temps, l’ouvrier, souvent mal formé, était poussé par un système de primes à accroître son rythme de travail en négligeant sa propre sécurité. Une note émanant des organisations syndicales signale ainsi, parmi les principales causes de la tragédie, la vétusté et l’étroitesse d’un puits creusé plusieurs décennies auparavant pour ramener cinq fois moins de charbon qu’il ne s’en extrayait au moment du drame. Plusieurs témoignages de mineurs attestent, en outre, que la poutre qui avait cédé sous le choc avait déjà été endommagée sans jamais avoir été restaurée. Les experts nommés pour l’enquête de police judiciaire pointent également une série d’infractions au règlement minier (le code de signalisation trop compliqué et prêtant à confusion, la présence d’une tuyauterie à huile à proximité de câbles électriques, des disjoncteurs automatiques commandés par un seul relais au lieu de deux ou trois, l’absence de moyens d’extinction à l’étage 975, etc.) et de dysfonctionnements au moment des secours (en particulier la passivité du directeur des travaux et des ingénieurs qui n’ont pas fait arrêter le ventilateur ni arroser le puits dès qu’ils ont été informés de l’incendie). Ces négligences sont d’autant moins excusables que les conditions exécrables du travail et les risques accrus qu’elles supposaient étaient connus du patronat qui s’efforçait de les étouffer ou de les démentir. En 1954, un syndicaliste italien, Gastone Lodolo (dont le témoignage, dans le quotidien du PCI, l’Unità, est traduit et reproduit en annexe) avait dénoncé de manière nette les problèmes de sécurité dans les charbonnages belges lors d’une conférence à Dampremy en octobre 1954 : il fut expulsé sur ordre du ministre de la Justice pour « nuisance à l’économie du pays »…

5Le second enseignement du livre est que la sentence prononcée par le Tribunal correctionnel de Charleroi le 1er octobre 1959 relève clairement de ce que le responsable d’alors de la FGTB, Robert Balesse, appela « un jugement de classe ». Tous les prévenus furent acquittés, la faute incombant à la « fatalité », à un malheureux concours de circonstances… L’ouvrage démontre que ce résultat est en fait à mettre au crédit d’une stratégie d’alliance défensive entre le patronat et le gouvernement. L’enquête du Corps des Mines, lancée par le directeur divisionnaire du bassin de Charleroi-Namur, Roger Lefèvre — à la fois juge et partie puisqu’il sera au nombre des prévenus — visait à faire ressortir le caractère imprévisible et inévitable de l’accident afin de disculper les dirigeants du charbonnage et son administration. Quant à celle diligentée par le gouvernement, elle tendait plus à montrer que les autorités s’intéressaient au sort des mineurs qu’à dégager les véritables responsabiltés : cinq ingénieurs du Corps des Mines faisaient, en effet, partie de cette commission dont ils orientèrent les travaux de façon à confirmer le résultat de leurs propres investigations… Au final, le procès dont tout le monde attendait qu’il offrît à la Belgique, en même temps qu’une réparation aux victimes, un début de réponse aux graves problèmes socio-économiques dont souffrait le secteur minier (fermetures des charbonnages, chômage, matériel vétuste et conditions de travail difficiles, politique de rendement insoutenable…), évita soigneusement ces sujets pour se transformer en ennuyeuse bataille d’experts, véritable rideau de fumée qui servit à protéger l’impunité des vrais responsables.

6C’est à ce point que l’ouvrage dévie de l’analyse historique d’un événement judiciaire pour amorcer une mise en perspective où s’expriment des engagements personnels. Plus personne en Wallonie ne descend aujourd’hui dans la mine. Mais la postface de Paul Lootens n’en rapproche pas moins l’injustice du procès de 1959 de situations similaires plus récentes. On pense à Bhopal, bien sûr, où d’énormes négligences dans l’application des règles de sécurité n’ont pourtant jamais conduit les responsables du groupe américain Union Carbide devant les tribunaux. Plus près de nous encore, des accidents du travail continuent de tuer, comme dans la cockerie d’Ougrée en 2002, dépendante du groupe Arcelor : lors du procès, deux ans plus tard, la responsabilité est retombée sur des lampistes, en l’occurrence des ouvriers exécutants en bout de chaîne et qui faisaient leur travail dans des conditions pénibles. Les dirigeants de Cockerill et d’Arcelor n’ont pas été inquiétés alors même qu’aurait dû être ici posée une fois encore la question des budgets consacrés à la prévention et celle de l’adaptation des cadences de production aux contraintes d’entretien et d’intervention. Et Paul Lootens de constater que les leçons de Marcinelle ne seront véritablement tirées que lorsqu’une loi sur les accidents du travail organisera en Belgique « l’obligation pour l’entreprise de se donner les moyens d’empêcher tout accident » et prévoira une responsabilité pénale et civile des employeurs sans exonération possible.

7En même temps qu’il rend justice aux 262 morts sur le front de la « bataille du charbon », l’ouvrage Tut-ti cadaveri s’impose comme une contribution indispensable à l’histoire ouvrière de la Belgique, saisie à l’heure de son irréversible déclin charbonnier. Il pourra être avantageusement complété par la lecture de Cazier judiciaire (éditions Luc Pire, 2006, 282 p.), un ouvrage écrit par le conservateur du Bois du Cazier, Alain Forti, et l’archiviste Christian Joosten, qui, à propos des responsabilités du drame, aboutissent à des conclusions plus nuancées. Le même Alain Forti a collaboré à un intéressant petit livre collectif intitulé Da Roma a Marcinelle. Publiés dans la langue de Dante par l’ASBL Bois du Cazier (2004) à l’attention des descendants de migrants italiens, ces textes racontent le parcours de ces milliers de travailleurs entre leur village pauvrissime des Abruzzes et l’enfer de la mine, ainsi que les conditions épouvantables de leur accueil dans des baraquements construits pour les prisonniers de la dernière guerre. Enfin, on ne manquera pas de faire à l’occasion une visite au site du Bois du Cazier, aujourd’hui transformé en musée et qui abrite deux espaces bien distincts : l’un est consacré à l’histoire industrielle de la région wallone, l’autre est dédié au souvenir de la tragédie du 8 août 1956. Dans l’obscurité du mémorial, propice au recueillement, les portraits des 262 victimes de Marcinelle, leurs noms et leurs dates de naissance, égrénés par une voix invisible, rappellent avec force et émotion l’exigence d’une société où la vie humaine compterait plus que le profit…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Marie-Louise De Roeck, Julie Urbain, Paul Lootens, Tutti cadaveri. Le procès de la catastrophe du Bois du Cazier à Marcinelle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/612

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page