Navigation – Plan du site
DOSSIER

Académies, ordre social et pouvoir politique à l’âge baroque : le cas des conférences du Bureau d’Adresse

Simone Mazauric
p. 51-69

Résumé

Parmi les différentes assemblées savantes fondées à Paris dans la première moitié du XVIIe siècle, les conférences du Bureau d’Adresse, créées en 1633 à l’initiative de Théophraste Renaudot, fondateur de la Gazette et protégé de Richelieu, présentent un intérêt particulier. Elles offrent en effet un observatoire privilégié pour découvrir une modalité originale des différents types de rapports qui ont pu se nouer entre le pouvoir politique et les nombreuses académies dont la fondation a caractérisé la période de construction de l’État dit absolu. Dénoncées par les adversaires de Richelieu comme un instrument destiné à asseoir son pouvoir, elles n’en n’ont pas moins été en effet le lieu d’une réelle liberté de questionnement, qui atteste la complexité de ces rapports.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Sur les conférences du Bureau d’Adresse, voir Simone Mazauric, Savoirs et philosophie à Paris dan (...)
  • 2 . Sur ces académies de l’âge baroque, voir Harcourt Brown, Scientific Organizations in Seventeenth- (...)
  • 3 . Des adversaires qui se recrutaient aussi bien dans les cercles proches de la reine mère, Marie de (...)
  • 4 . Il va de soi que cette association caractérise alors toute l’Europe savante. Nous nous en tenons (...)

1En novembre 1632, Théophraste Renaudot ouvre un cycle de conférences hebdomadaires, les Conférences du Bureau d’Adresse, qui ne s’interrompent définitivement qu’en 1644, douze ans plus tard1. Durant ces douze années, tous les lundis après-midi, de 14 à 16 heures, dans la grande salle du Bureau d’Adresse que Renaudot avait fondé deux ans plus tôt, se sont réunis érudits et curieux venus écouter débattre différents orateurs à propos des sujets les plus variés. Précédées par les réunions qui se tenaient quotidiennement depuis 1617 dans la bibliothèque des frères Dupuy (l’académie putéane) et suivies par la création de plusieurs autres cénacles savants – l’académie du père Mersenne (1635), l’académie Bourdelot (1637 ou 1642), l’académie Le Pailleur (1648), l’académie de Montmor (vers 1653), pour s’en tenir aux plus renommées –, les conférences du Bureau d’Adresse ont pris place au sein d’un ensemble de différentes structures de sociabilité savante2, dont la création rapprochée a caractérisé l’âge baroque. À ce titre, elles n’ont été que l’une parmi d’autres de ces académies. Pourtant, elles se sont en même temps apparemment singularisées au sein de cet ensemble. Dans la mesure en effet où il a été fondé par Théophraste Renaudot, un médecin d’origine huguenote converti en 1626 au catholicisme et passé au service de Richelieu, qui exerce à partir de 1630 les fonctions de principal ministre de Louis XIII, ce cénacle peut être soupçonné d’avoir entretenu un rapport étroit avec le pouvoir politique. Plus précisément encore, en raison de cette proximité supposée, on peut se demander – et les adversaires de Richelieu3 n’ont pas manqué de le faire – si les Conférences du Bureau d’Adresse n’ont pas joué un rôle directement politique, en s’érigeant en instrument mis par Renaudot au service de la défense de la politique de son protecteur. Reste cependant à s’assurer de la validité de cette hypothèse et, pour ce faire, il faut démêler la véritable nature des liens qui ont pu se nouer entre cet espace savant et le pouvoir politique, cela à un moment très particulier de l’histoire de la pensée européenne, celle de la naissance de la science moderne, à laquelle la création en France des académies de l’âge baroque est traditionnellement associée4. Des liens qui s’avèrent en réalité subtils, complexes, et difficiles à caractériser unilatéralement.

Les Conférences du Bureau d’Adresse : une « volière de Psaphon » ?

  • 5 . Voir notamment à ce sujet : Gilles Feyel, « Richelieu et la Gazette aux origines de la presse de (...)

2Né à Loudun en 1586, Renaudot suit d’abord à Paris, au collège de Saint-Côme, une formation de chirurgien avant d’entamer, sans doute à Poitiers, des études de médecine qu’il achève à Montpellier. Comme il était d’origine protestante, la faculté de médecine de Paris lui était en effet interdite. Au terme de ces études, il fait la connaissance de Richelieu qui le fait nommer en 1619 « Commissaire des pauvres du royaume », titre purement honorifique mais qui signale la précocité de son intérêt pour le problème de la pauvreté, au cœur de plusieurs de ses futures entreprises. En 1630, Richelieu a triomphé de ses adversaires politiques et devient le principal ministre de Louis XIII. À partir de là, grâce à son soutien actif, Renaudot met en œuvre une politique de créations successives d’entreprises très diverses mais néanmoins très cohérentes entre elles car elles signalent toutes, chacune à sa façon, son intention bien arrêtée d’intervenir dans tous les domaines de la vie publique. Dès cette année-là en effet, il obtient l’autorisation de créer un Bureau d’Adresse, en gros un bureau de petites annonces, destiné essentiellement, dans la mesure où sa fonction principale consistait à recenser les offres d’emploi, à lutter contre le paupérisme qui atteint alors dans le royaume des dimensions considérables, mais destiné également et plus généralement à faciliter toutes les formes d’échange dans le domaine de la vie sociale, puisque ces annonces concernaient en réalité les domaines les plus divers. En s’attaquant ainsi cependant avant tout à la question de la pauvreté via la lutte contre l’absence d’emplois, Renaudot s’attachait à résoudre un problème social et économique aux enjeux politiques majeurs. La dimension politique de la création, l’année suivante, de la Gazette, à laquelle Renaudot doit sa renommée, est encore plus manifeste. En 1631, il obtient le privilège exclusif d’éditer et d’imprimer le premier périodique français. Or, on sait que celui-ci, qui est traditionnellement tenu pour l’organe fondateur de la « presse de propagande5 », avait pour fonction principale de rallier l’opinion publique à la politique extérieure de Richelieu, politique très vivement combattue par ses adversaires du parti dévot.

  • 6 . Renaudot résumait ainsi les fonctions qu’étaient censées remplir ses conférences : « Le jeune s’y (...)

3Comparée à ces deux premières créations, l’ouverture en 1632 des conférences du Bureau d’Adresse ne paraissait pas répondre à des objectifs aussi ouvertement politiques, bien au contraire. En organisant ces conférences, Renaudot énonçait en effet explicitement sa seule intention d’instituer un nouvel espace destiné à favoriser la communication et l’échange dans l’ordre intellectuel. Ses ambitions étaient donc purement savantes, même si, à la différence des fondateurs des autres cénacles, il ne passait ni pour un savant, ni pour un érudit et n’affichait d’ailleurs aucune prétention en ce domaine. Ces ambitions étaient au reste assez limitées si on les compare avec celles qui animaient les autres académies qui, pour la plupart d’entre elles, se proposaient de s’ériger en lieux destinés à favoriser la construction de nouveaux savoirs voués à se substituer aux savoirs anciens, jugés obsolètes. Les orateurs qui intervenaient dans les conférences du Bureau d’Adresse, prudents pour leur part dans leur critique de ces savoirs anciens et surtout des savoirs diffusés au sein des institutions d’enseignement, collèges et universités, se proposaient plus modestement de remplir une fonction de divulgation des savoirs déjà constitués, tout en fournissant aux auditeurs venus les écouter débattre sur les sujets les plus variés un passe-temps agréable et conforme aux exigences de l’honnêteté6, ajoutant ainsi à leurs ambitions savantes une touche de mondanité.

4Pourtant, aussi éloignées qu’elles pouvaient ainsi paraître de tout rapport avec le champ du politique en général et du pouvoir monarchique en particulier, les opposants à la politique de Richelieu n’ont pas hésité à voir en elles un instrument de propagande ouverte en faveur de cette dernière. Ainsi Mathieu de Morgues, pamphlétaire au service du parti dévot, n’hésitait pas à comparer l’académie de Renaudot à une « volière de Psaphon » et la rangeait parmi les moyens utilisés par le cardinal pour se rallier l’opinion en faisant chanter ses louanges. À l’en croire en effet, le cardinal aurait

  • 7 . Les conférences, ainsi que leur nom l’indique, se tenaient en effet dans le Bureau d’Adresse, qui (...)
  • 8 . Mathieu de Morgues, Jugement sur la Préface et autres pièces que le Cardinal de Richelieu prétend (...)

« dressé une école, ou plutôt une volière de Psaphon, l’Académie qui est en la maison du gazetier7, c’est-à-dire le père du mensonge. (…) Là s’assemble un nombre de pauvres ardents qui apprennent à composer du fard pour plâtrer ses laides actions et à faire des onguents pour mettre sur les plaies du public et du cardinal. Il promet quelque avancement à cette canaille qui combat la vérité pour du pain. »8

5La question se pose donc de savoir si les conférences du Bureau d’Adresse, même si évidemment ce rôle ne leur était pas officiellement dévolu, ont fonctionné comme un instrument de propagande en faveur de la personne et surtout de la politique de Richelieu.

6Si l’on entend cette accusation au sens littéral, la réponse est clairement « non ». L’étude des comptes rendus des conférences l’invalide en effet largement. L’épître dédicatoire de la Première Centurie est certes un modèle de flagornerie, mais c’était alors la loi du genre. On a par ailleurs peu de chance de trouver dans les Centuries des prises de position explicites en faveur de la politique de Richelieu, dans la mesure où, nous y reviendrons, Renaudot avait exclu d’entrée, parmi les sujets qui seraient abordés au cours des conférences, les sujets d’ordre politique ou religieux. Enfin, même si malgré tout on rencontre bien au détour de diverses considérations quelques passages particulièrement flatteurs pour Richelieu, ces passages sont très rares : quelques courtes pages au total si on les rassemblait, ce qui est peu de choses si on les rapporte aux quelque deux mille pages que représentent les cinq volumes des Centuries.

7Toutefois, ce constat ne règle pas la question précédente, et d’ailleurs Mathieu de Morgues n’entendait probablement pas son accusation de façon littérale. Donc, si les conférenciers du Bureau d’Adresse n’ont pas chanté de façon intempérante les louanges de Richelieu, ce constat ne disculpe aucunement Renaudot de l’accusation d’avoir fait servir les conférences du Bureau d’Adresse à des fins politiques, directement ou indirectement, ouvertement ou plus discrètement.

Soutenir une politique ?

  • 9 . Première Centurie..., avis au lecteur, non paginé.

8En s’ouvrant en effet à un public relativement large – Renaudot s’est à plusieurs reprises félicité du succès remporté par ses conférences, qui auraient vu selon lui des « milliers de personnes d’honneur9 » venir y assister –, les conférences du Bureau d’Adresse se donnaient les moyens d’intervenir hors des limites étroites d’un espace confiné et réservé, limité à un petit nombre d’initiés, et pouvaient ainsi servir d’instrument de propagande efficace en faveur d’une politique qui se heurtait à de très vives oppositions. Il paraît donc possible d’imaginer que Renaudot n’ait pas voulu laisser cet instrument inexploité et l’on peut donc tenter d’y trouver des indices d’un possible soutien actif à la politique de Richelieu, malgré la résolution programmatique de s’interdire de traiter des sujets relevant des affaires d’État.

  • 10 . Nous l’avons déjà signalé, il faut distinguer le nombre de conférences et le nombre de sujets tra (...)
  • 11 . « Du règlement des pauvres », 35e conférence du 19 avril 1634, Première Centurie…, p. 281-284.
  • 12 . « Du Mont-de-Piété », 43e conférence du 12 juin 1634, Ibid., p 349-352.
  • 13 . « Le commerce déroge-t-il à la noblesse ? », 160e conférence du 1er février 1638, Troisième Centu (...)
  • 14 . Ibid, p. 489-496.

9Si l’on dresse une typologie des 451 sujets traités au long des 336 conférences10, on constate que l’immense majorité d’entre eux ne relevait en aucune façon du politique : traiter de l’origine des fontaines, du vide, de la sympathie et de l’antipathie, du phénix, de l’histoire, du tabac, des étrennes, des taches du soleil, du caprice des femmes, etc., était sans aucune incidence dans ce domaine. Toutefois, quelques exceptions ont contrevenu à la règle de s’interdire d’aborder de tels sujets. Ainsi, les conférences consacrées au « règlement des pauvres11 », au « mont-de-piété12 », plus encore la conférence intitulée « Si le commerce déroge à la noblesse13 » ou encore le « Compte rendu des assemblées tenues dans le Bureau d’Adresse durant les vacations de l’année 1638 », assemblées entièrement consacrées à l’examen des « moyens de rétablir le commerce14 », ont ouvertement abordé des questions touchant à la fois à la politique économique et sociale de la monarchie et aux entreprises de Renaudot en lien avec cette politique, puisque le Bureau d’Adresse avait pour fonction première de lutter contre le paupérisme par le moyen de la réduction du chômage et que Renaudot obtiendra en 1637 l’autorisation de joindre un mont-de-piété au Bureau d’Adresse. Renaudot aurait donc bien pu tenter de rallier les auditeurs des conférences à cette politique et à ces entreprises.

Du règlement des pauvres

  • 15 . Sur ces représentations divergentes de la pauvreté et sur les différents remèdes alors proposés p (...)

10La question du « règlement des pauvres », c’est-à-dire comment tenter de résoudre la question de la pauvreté, a été abordée le 19 avril 1634 au Bureau d’Adresse. Le problème de la pauvreté, qui sévissait de manière endémique dans la France d’Ancien Régime et qu’a renforcé, à partir de la décennie 1620-1630, une conjoncture économique puis politique particulièrement difficile, pose alors un problème social majeur. Il a été, nous l’avons déjà suggéré, une préoccupation constante de Théophraste Renaudot. Il soulève en réalité une double question, théorique et pratique : quelle conception doit-on se faire de la pauvreté et quelle attitude doit-on adopter à son égard15 ? Deux réponses très divergentes sont proposées. La plus ancienne est celle de la tradition chrétienne, tenant que « pauvreté n’est pas vice » et qui même la sacralise, car elle voit en elle l’occasion d’exercer les vertus chrétiennes : d’humilité pour ceux qui en sont les victimes, de charité pour ceux qui portent à ces derniers secours et assistance. La fin du XIVe siècle voit se dessiner une tout autre conception de la pauvreté, qui la tient à la fois pour une situation dégradante et pour une menace, transformant ainsi les pauvres en objets de répulsion et de méfiance.

11Ces représentations divergentes induisent des pratiques forcément différentes elles aussi : la pauvreté exaltée, et parfois même recherchée comme dans le cas des ordres mendiants, suscite une attitude d’accueil et d’inclusion qui autorise et légitime une pratique d’assistance privée : l’aumône, qui se doit – comme la charité qu’elle incarne – d’être pratiquée sans discrimination et sans suspicion. À l’inverse, la pauvreté méprisée suscite la défiance et conduit à instaurer une distinction entre les pauvres valides et les pauvres invalides, entre les « vrais » pauvres et les « faux » pauvres, fainéants et brigands en puissance qui, loin de mériter un secours, doivent faire l’objet de sanctions : enfermement, mise au travail forcé, envoi aux galères, déportation, etc.

12Au cours du XVIIe siècle se multiplient les programmes d’inspiration mercantiliste, comme celui de l’économiste Barthélémy de Laffemas, programmes destinés à régler cette question et qui, à mi-chemin entre la charité et la répression pure et simple, proposent différentes mesures, dont la mise au travail forcé des pauvres valides dans les hôpitaux généraux : le travail obligatoire et l’enfermement doivent faire disparaître la mendicité, ainsi que le banditisme et la dangerosité sociales, inséparables de la pauvreté.

13Or, on constate qu’au cours de la conférence du 19 avril 1634 a été exposé tout l’éventail de ces positions, offrant ainsi d’ailleurs un panorama complet des représentations et des attitudes, privées et publiques, à l’égard de la pauvreté. On ne peut donc tenir cette conférence pour une intervention en faveur des dernières mesures proposées, vers lesquelles penche de préférence l’État monarchique. Elle permet néanmoins de constater qu’en dépit d’une neutralité affichée, les conférences ont pu à l’occasion aborder des questions aux enjeux au moins sociaux, sinon incontestablement politiques.

Du mont-de-piété

14La conférence consacrée au mont-de-piété peut en revanche, en raison de l’unanimité des opinions exprimées, passer bien davantage cette fois pour un plaidoyer en faveur des entreprises personnelles de Renaudot, qui étaient pour une grande part indissociables de la politique de Richelieu.

  • 16 . Sur les monts-de-piété, voir Maurice Weber, Les origines des Monts de Piété, Rixheim, 1920 ; Mich (...)
  • 17 . Sur la position de l’Église à l’égard du prêt à intérêt, voir Dictionnaire de théologie catholiqu (...)

15Très tôt, sans doute dès la création du Bureau d’Adresse, Renaudot a songé à lui adjoindre un mont-de-piété, à l’imitation de l’Italie où le premier mont-de-piété a été créé dès le XVe siècle, à Pérouse, et où très rapidement les créations se multiplient16. Leur but était de lutter contre le prêt à intérêt, pratiqué par les juifs et les banquiers lombards, qui prêtaient de l’argent à des taux exorbitants, pouvant atteindre jusqu’à 45 %. Le prêt à intérêt est officiellement condamné par l’Église catholique, qui l’identifie à l’usure, considérée comme un vol et comme contraire à la charité chrétienne, préconisée par l’Évangile de saint Luc : « Prêtez sans rien en attendre17 ». Les banquiers lombards prêtent essentiellement aux riches, aux nobles qui mènent grand train, aux États aussi. Ce sont cependant surtout les plus pauvres que les premiers monts-de-piété ont pour ambition de protéger des usuriers, en leur accordant un crédit en échange du dépôt d’un gage. Même s’ils ne perçoivent que des intérêts modiques, destinés à couvrir leurs dépenses de fonctionnement, les monts-de-piété sont très vite controversés et accusés de pratiquer eux-mêmes l’usure. Il faut l’intervention en 1515 du pape Léon X pour qu’ils soient définitivement approuvés, tandis qu’à Genève Calvin reconnaît de son côté la légitimité du prêt à intérêt. À partir de là, très vite, les monts-de-piété se répandent hors d’Italie. En France, plusieurs projets similaires avaient été élaborés dès la fin du XIVe siècle, mais ils n’avaient pas connu de suites. Renaudot est pour sa part favorable à la création de monts-de-piété et se bat pour obtenir l’autorisation d’en ouvrir un à Paris. Il connaît bien les objections que leurs adversaires soulèvent à leur encontre. Afin d’en venir à bout, il produit plusieurs plaidoyers en leur faveur et assure à ces plaidoyers un large écho. Il recourt pour cela aux instruments de diffusion de l’information et d’action sur l’opinion dont il dispose : les conférences du Bureau d’Adresse et la Gazette.

  • 18 . Première Centurie…, p. 352.

16Le 19 juin 1634, la seconde conférence du Bureau d’Adresse est ainsi consacrée aux monts-de-piété. Très exceptionnellement, les prises de position sont unanimes et cinq intervenants se succèdent pour exposer les différents arguments justifiant leur existence. Les monts-de-piété sont déclarés conformes aux préceptes chrétiens, puisqu’ils ont été institués et développés par les papes ; en outre, dans un État, la recherche de l’harmonie sociale requiert que les riches aident les pauvres ; la modicité des intérêts exigés pour couvrir les dépenses de fonctionnement autorise à parler de charité et non d’usure ; enfin, loin de le freiner, les monts-de-piété favorisent le rétablissement du négoce. Des mesures adéquates doivent permettre par ailleurs d’éviter qu’ils ne deviennent, comme on s’en inquiète par avance, des « asiles de voleurs » en pratiquant le recel des marchandises. Un enquêteur du Bureau doit également s’assurer que les objets mis en dépôt ne « sortent pas d’un lieu infecté de quelque maladie contagieuse18 ».

17En la circonstance, les conférences n’ont pas à l’évidence simplement rempli leur rôle de témoin de l’opinion, mais elles sont intervenues à titre d’instrument pour incliner l’opinion en faveur des entreprises de Renaudot, entreprises que Richelieu soutient activement.

  • 19 . « Si l’établissement des Monts-de-Piété est nécessaire en France », Recueil des Gazettes de 1636, (...)
  • 20 . « Réplique aux nouvelles objections contre les Monts-de-Piété », ibid., n° 46, p. 193-196.

18On doit ajouter que ces arguments n’ayant pas été suffisamment efficaces, Renaudot recourt deux ans plus tard à la Gazette, où il publie en son nom propre le 13 mars 1636 un très long, très informé et très précis argumentaire en faveur de la création en France d’un mont-de-piété19. Puis, le 25 mars 1636, il publie un complément au précédent plaidoyer20. Les arguments développés ne diffèrent guère de ceux qui avaient été employés deux ans plus tôt, mais finissent par porter leurs fruits puisque le 27 mars 1637, Renaudot obtient enfin du roi la « permission de faire ouverture en cette ville de Paris, des dites ventes à grâce et pure et simple, troques et achats de toutes hardes, meubles, marchandises et autres biens dont le commerce n’est prohibé par les ordonnances, en payant six deniers, en attendant la fondation des monts-de-piété », enfin autorisés le 1er avril 1637. Renaudot a donc dû batailler au moins trois ans avant de fonder un mont-de-piété à Paris, qui s’installe rue de la Calandre, dans la maison où Renaudot regroupe toutes ses activités.

La noblesse et le commerce

19Le rôle actif que Renaudot a pu à l’occasion faire jouer aux conférences du Bureau d’Adresse en faveur de la politique économique et sociale de la monarchie se révèle également avec évidence dans le compte rendu de la 160e conférence, en date du 1er février 1638 : « Le commerce déroge-t-il à la noblesse ? ». En ce cas également, la question posée se rattachait directement à cette politique. Le bouleversement des structures féodales traditionnelles, induit par le passage d’une économie fondée sur la richesse terrienne à une économie transformée par l’apparition du capital marchand et manufacturier, a obligé dès le XVe siècle la monarchie à reconsidérer la question du rapport de la noblesse au commerce. Traditionnellement, le commerce déroge en effet à la noblesse. Caste vouée en théorie à exercer le métier des armes, tirant ses revenus de la possession de la terre, la noblesse ne peut se livrer à une quelconque activité commerciale sans déroger, c’est-à-dire sans perdre ses qualités et privilèges, auxquels la noblesse est évidemment fortement attachée, autant d’ailleurs qu’aux symboles par lesquels se marque sa différence. Toutefois, les activités commerciales apparaissent comme de plus en plus nécessaires à la richesse et à la puissance des États. C’est notamment le point de vue de Richelieu, qui accède en 1626 au titre de « grand maître et surintendant général du commerce et de la navigation ». Dès 1629, une ordonnance royale autorise les nobles à exercer le grand commerce sans déroger, sans grand succès d’ailleurs, l’immobilisme de la noblesse française rendant en effet cette décision quasiment sans effet. En 1638, il demeure par conséquent primordial pour le succès de la politique économique de la monarchie de gagner l’opinion à la conviction de l’utilité et de l’honnêteté du commerce.

  • 21 . Troisième Centurie…, p. 414 et 415-416.
  • 22 . Ibid., p. 413-414 et 415.

20Cependant, à la différence de la conférence précédente, et à l’imitation de celle consacrée au « règlement des pauvres », la conférence du 1er février 1638 voit se dessiner un partage très net des orateurs qui, pour les uns, expriment leur attachement à la conception très traditionnelle d’une noblesse confinée aux emplois militaires et leur mépris pour les valeurs de l’utilité21, tandis que les autres s’attachent à démontrer que la pratique du commerce n’a rien de vil, ni de sordide, ni de dégradant22. En cette circonstance à nouveau, malgré l’intervention de ceux qui défendent une vision très traditionnelle de la noblesse, les conférences ont joué essentiellement un rôle de simple témoin de l’état de l’opinion, plutôt que de s’employer à l’infléchir dans le sens d’un soutien sans équivoque à la politique économique de Richelieu.

Les assemblées touchant les moyens de rétablir le commerce

  • 23 . C’est le titre du compte rendu qui en a été proposé dans la Troisième Centurie : « Résultat des a (...)

21Un quatrième exemple illustre la capacité de l’académie de Renaudot à adopter, en ce qui concerne cette politique, des attitudes divergentes. Traditionnellement, les conférences du Bureau d’Adresse s’interrompaient au début du mois de juillet pour reprendre le premier lundi après la Saint-Martin. Or, l’année 1638, Renaudot a utilisé cette période de vacation pour organiser dans le Bureau d’Adresse des assemblées « touchant les moyens de rétablir le commerce23 ». Ces assemblées n’étaient évidemment pas sans rapport avec la précédente conférence et l’un des intervenants ne manque pas de le souligner. Cette fois, en revanche, s’exprime une parfaite unanimité en ce qui concerne à la fois l’importance et la dignité du commerce, préalable à l’énoncé des différentes propositions concrètes susceptibles de relancer en France les activités commerciales : créer des compagnies de navigation, creuser des canaux, assurer la sécurité sur les routes du royaume, etc., propositions longuement détaillées par chacun des intervenants.

Expertise au Bureau d’Adresse

  • 24 . Première Centurie…, p. 8.
  • 25 . Première Centurie…, p. 87.

22Enfin, mais on souffre d’un déficit d’information à ce sujet, les conférences du Bureau d’Adresse ont exercé une fonction d’expertise qui aurait pu les rapprocher d’une institution officielle de caractère monarchique. Renaudot ne s’est jamais précisément expliqué à ce sujet. On ne peut donc en savoir que ce que permettent d’en découvrir quelques comptes rendus, surtout les comptes rendus des premières conférences. On apprend ainsi que les deux heures hebdomadaires des conférences se prolongeaient par une troisième heure baptisée « l’heure des inventions », au cours de laquelle différents procédés étaient proposés à l’examen de la compagnie, des procédés extrêmement divers allant d’un « moyen d’apprendre en jouant depuis l’ABC jusques aux sciences plus relevées24 » à la présentation d’un instrument dans la description duquel on reconnaît un microscope, en passant par le moyen de « conserver des fleurs, voire un jardin tout entier, tout le long de l’année » ou encore un moyen de « faire promptement quantité d’eau douce en pleine mer ». Ces procédés étaient soumis à l’examen de commissaires chargés de se prononcer autant sur leur utilité éventuelle que sur leur faisabilité, et qui rendaient leur verdict la semaine suivante. D’une façon générale, on attendait en effet de ces inventions qu’elles soient « utiles au public », tandis que Renaudot se faisait fort d’assurer à leur auteur que « l’honneur et le profit » de leurs inventions leur serait conservés25. L’exercice de cette fonction a été très irrégulier. Assez rapidement, sous divers prétextes, « l’heure des inventions » a été sacrifiée, au point que leur examen a finalement cessé d’être hebdomadaire pour être renvoyé à la période de vacation des conférences.

  • 26 . Ibid., p. 296.

23Malgré ces indications sommaires – on ne sait pas notamment qui étaient les commissaires auxquels les inventions étaient soumises, ni d’où ils tenaient leur pouvoir d’expertise – on devine cependant l’intérêt que représente l’exercice de cette fonction par l’académie de Renaudot. On remarque d’abord, par exemple, que l’une des « inventions » examinées à la fin de la 36e conférence s’apparente aux propositions qui seront énoncées quelques mois plus tard touchant les moyens de rétablir le commerce. Il s’agissait d’un moyen « de tirer du charbon de forge des terres de ce royaume et, ce faisant, creuser des canaux propres à dessécher les marais et rendre les rivières navigables pour l’abrégé des voitures et facilitation du commerce, nourriture du bétail et conservation des forêts26 ». Renaudot s’étend longuement sur les avantages de cette proposition et s’en fait l’écho quelques jours plus tard dans la Gazette du 6 mai 1634, où il est rapporté que

  • 27 . Recueil des Gazettes de l’année 1634, Paris, 1635, p. 180.

« Le Roi, avant de partir d’Essonne pour Fontainebleau, vit l’expérience de la proposition faite en la dernière conférence du Bureau d’Adresse par le Sieur de Lamberville, de tirer le même usage des terres à bruler de la France (dont il a donné l’invention) que celui du charbon d’Angleterre, au grand soulagement de tous les gens de forge. »27

  • 28 . Si on savait depuis l’Antiquité calculer la latitude en mer, on ne possédait aucune méthode fiabl (...)

24Surtout, l’exercice de cette fonction d’expertise semble avoir conféré à l’académie de Renaudot le droit d’exercer une fonction semblable à celle exercée par la commission instaurée dès 1602 par Barthélémy de Laffemas, encouragé par le surintendant Sully, pour procéder à l’examen des mesures de redressement économique proposées par Laffemas. Ou par la commission réunie en 1634 par Richelieu à l’Arsenal dans le but d’expertiser la méthode de calcul des longitudes proposée par l’astronome Jean-Baptiste Morin, méthode de calcul dont on sait l’importance pour la navigation en mer et donc pour le commerce maritime28.

  • 29 . Ouverture des conférences, 3 novembre 1634, Seconde Centurie.
  • 30 . Ainsi, mais on pourrait multiplier les exemples, a été proposé « le moyen de donner à l’instant a (...)

25L’exercice de cette fonction d’expertise, qui n’a cependant pas toujours été destinée à examiner des « inventions » aux enjeux aussi directement économiques, tend donc à tout le moins à confirmer, sinon à renforcer, le statut ambigu de l’académie de Renaudot : si celle-ci n’a jamais cessé de ressortir du domaine privé, elle s’est cependant parée à l’occasion de prérogatives tendant à lui conférer un statut quasi officiel. Cependant, le fait que la plupart des inventions proposées aient été « trouvées véritables au rapport des personnes commises par la Compagnie à leur examen et expérience29 », et cela alors même que la plupart d’entre elles relevaient à l’évidence de ce que l’on a baptisé « l’utopie technicienne » et n’avaient donc aucune chance d’être « véritables30 », jette un soupçon sur la portée véritable de ce statut qu’elle s’est apparemment autoconféré sans qu’il ait jamais fait l’objet d’une reconnaissance officielle.

26Quoi qu’il en ait été, on doit retenir en conclusion, à partir de ces quelques exemples, que ces conférences ont bien davantage reflété le partage de l’opinion sur des questions tout à fait cruciales qu’elles n’ont été le lieu d’expression d’une volonté explicite de soutenir la politique de la monarchie. Surtout, ce type d’intervention est demeuré largement exceptionnel puisqu’il ne concerne au total que quelques conférences sur les 451 dont on possède le compte rendu. Il paraît donc toujours difficile de présenter l’académie de Renaudot tout uniment comme un espace de propagande en faveur de la politique de Richelieu.

Un espace de liberté ?

  • 31 . C’est celle qu’il a exposée dans son Testament politique ou les Maximes d’État de Monsieur le Car (...)
  • 32 . Voir à ce sujet Étienne Thuau, Raison d’État…, op. cit.

27Bien plus, il est parfaitement possible de retourner l’accusation en son contraire et, même si cette présentation peut paraître paradoxale, de présenter les conférences comme un espace de liberté, protégé autant qu’il était possible de toute volonté d’intervention de la part du pouvoir politique. C’est ce qui apparaît pourtant avec évidence si l’on procède à une comparaison entre la création, tout au long des premières décennies du XVIIe siècle, de ces sociétés savantes dont ont fait partie les conférences du Bureau d’Adresse et la fondation en 1635 par Richelieu de l’Académie française. Cette comparaison s’impose en effet dans la mesure où cette dernière fondation a constitué quant à elle un mode d’intervention, cette fois indéniable et parfaitement ostensible, du pouvoir politique dans la sphère de la vie intellectuelle. Un mode d’intervention par ailleurs en totale cohérence avec la conception du politique théorisée alors soit par Richelieu lui-même31, soit par les écrivains qu’il avait recrutés pour élaborer et diffuser une théorie du politique ayant pour fonction de légitimer l’exercice d’un pouvoir et de pratiques politiques alors très fortement controversées. Le caractère autoritaire – voire « tyrannique » si l’on adopte le vocabulaire des adversaires politiques de Richelieu – qu’a revêtu ce mode d’intervention s’inscrivait en effet entièrement dans la logique de la politique de la raison d’État, dont la théorisation a précédé, accompagné et favorisé en France la gestation de l’État moderne32.

  • 33 . Sur la fondation de l’Académie française par Richelieu, voir notamment Marc Fumaroli, « Le Cardin (...)
  • 34 Il est d’ailleurs tout à fait possible d’imaginer que c’était en réalité l’Académie française que s (...)

28Les motifs qui ont concouru à la fondation de l’Académie française étaient certes divers : désir de Richelieu de créer, à l’imitation de ces prélats et de ces princes italiens soucieux d’exhiber leur magnificence, une institution jugée conforme à l’idée qu’il se faisait de ce que doit être la dignité du principal ministre de la France33 ; volonté d’utiliser cet organisme dans le but de concourir à la gloire de la monarchie ; ou volonté, et ici l’intervention dans le domaine du politique est encore plus patente, de contribuer par l’élaboration, la validation et la légitimation tout à la fois d’une norme langagière susceptible de rassembler les membres épars d’un pays divisé par la multiplicité des langues régionales et par les différentes pratiques langagières liées aux différences de classes sociales, à la formation d’un État unifié. Dans tous les cas, on ne peut donc que constater l’inféodation étroite de l’Académie française à l’ordre du politique, inféodation qui a transformé les académiciens en instruments du prestige de la monarchie française, ainsi qu’en instruments de la normalisation de la langue dans une perspective unificatrice destinée à favoriser la construction de l’État absolu. La création de cette institution a bien correspondu à une intrusion pure et simple du pouvoir politique dans la sphère de la vie intellectuelle. Les accusations de Mathieu de Morgues, à leur excès près, pourraient ainsi valoir pour l’Académie française34.

29Elles valent en revanche beaucoup moins pour les académies de l’âge baroque en général et pour l’académie de Renaudot en particulier, qui par contraste semblent avoir offert une sorte de réserve de liberté, protégée de toute forme d’intervention directe et autoritaire de la part de l’État. En effet, à la différence de l’Académie française, la création de ces cénacles a relevé d’un acte purement privé par lequel chacun d’eux s’est auto-institué en lieu de rencontre et d’échange, sans avoir été sollicité à cette fin et sans avoir davantage recherché ni avoir eu besoin pour cela de la moindre sorte d’autorisation officielle. Cette non-intervention du pouvoir de l’État dans leur création a d’ailleurs eu pour corollaire leur totale liberté d’organisation sur le plan institutionnel, ce qui permet de rendre compte de leur polymorphisme puisqu’aucune de ces académies, dont chacune n’obéissait qu’à ses propres règles de fonctionnement, ne ressemblait à une autre.

  • 35 . Voir à ce sujet bien évidemment René Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du XV (...)

30On peut évidemment se demander si, par-delà ces aspects institutionnels, la communication, l’échange, la « conversation », l’exercice de la parole savante ont pu se dérouler en ces lieux avec une pareille liberté et si le pouvoir monarchique a pratiqué en ce domaine une politique aussi délibérément abstentionniste. On ne peut déterminer cependant à la fois la réalité et l’étendue de cette liberté de parole sans distinguer, parmi ces cénacles, ceux qui étaient ouverts au public et les cénacles strictement privés. En ce qui concerne ces derniers, il est de tradition d’admettre qu’ils ont autorisé une liberté de parole à peu près totale, comme cela a été sans doute le cas pour le cabinet des frères Dupuy, qui passe pour avoir été un lieu qui tolérait l’expression des opinions les plus diverses, notamment en matière religieuse35. Cette forme de liberté de parole n’était cependant pas celle qui caractérisait les autres cénacles, aux ambitions plus nettement savantes, où elle prenait alors davantage la forme d’une grande liberté de proposer des vues originales en matière de philosophie naturelle et d’expérimenter. En ce dernier sens, on peut admettre que les académies privées de l’âge baroque ont pu s’instituer en lieux où régnait une réelle liberté de parole, que ce même pouvoir ne s’est apparemment pas préoccupé de tenter de réduire ou de limiter, dans la mesure où leurs membres ne prétendaient pas exercer cette liberté hors des frontières de ces cénacles.

  • 36 . L’académie Bourdelot a pratiqué également une forme d’ouverture au public, mais les informations (...)

31La situation s’est avérée apparemment en partie différente en ce qui concerne les académies ouvertes au public, et finalement en ce qui concerne les seules conférences du Bureau d’Adresse, puisqu’il s’agit de l’unique cénacle ouvert au public durant la période qui nous intéresse36. Dès le départ, en effet, a été annoncée l’interdiction de traiter des sujets d’ordre politique et/ou religieux. Ainsi, avertissait Renaudot dans la préface des conférences,

  • 37 . Première Centurie…, Préface, p. 2.

« de peur d’irriter les esprits aisés à échauffer sur le fait de la religion, on renvoie en Sorbonne tout ce qui la concerne. Les mystères des affaires d’État tenant aussi de la nature des choses divines, desquelles ceux-là parlent le mieux qui parlent le moins, nous en faisons le renvoi au Conseil d’où elles procèdent. Tout le reste se présente ici à vous pour servir d’une spacieuse carrière à vos esprits. »37

32La liberté de parole paraît donc avoir été moins grande chez Renaudot que dans les autres cénacles privés.

33Toutefois, il ne faut certainement pas exagérer ou surestimer la différence entre l’académie de Renaudot et les autres académies savantes, ne serait-ce d’abord que parce que cette décision d’exclure les sujets de réflexion à caractère politique et religieux se retrouve également dans plusieurs cénacles privés, soucieux de préserver la sérénité des échanges savants. Surtout, si ces assemblées se sont voulues, avec plus ou moins de modération d’ailleurs, des lieux d’innovation dans l’ordre intellectuel, elles n’étaient animées d’aucune intention de subversion dans l’ordre politico-religieux. De sorte qu’en contenant l’expression d’opinions éventuellement subversives dans des lieux clos, ces académies ont signifié elles aussi leur volonté de faire en sorte que cette expression n’interfère en aucune façon avec un ordre social qu’elles n’avaient nulle intention de soumettre à l’entreprise de déconstruction/reconstruction à laquelle elles se livraient sur le plan intellectuel.

34Dans les deux cas, il est possible d’interpréter cette attitude comme une sorte de contrepartie de la non-intervention de l’État monarchique dans la sphère de la vie académique, non officielle s’entend. En échange de la liberté qui leur est ainsi concédée de débattre dans l’ordre intellectuel, soit ces académies font en sorte que leurs échanges restent circonscrits à la sphère du privé, soit, lorsque ces échanges accèdent à une dimension publique, il s’agit de faire en sorte que ces débats ne puissent être accusés de contrevenir à un ordre approuvé et accepté. En deçà de cette limite, la liberté de parole est supposée totale. On peut certes se demander si l’on peut encore parler de liberté de débattre quand cette liberté s’arrête au domaine du politique et du théologique, même si ces limitations ont été auto-imposées. Il nous semble pourtant que oui et que l’on aurait tort, en arguant de cette autocensure, de sous-estimer l’importance de la latitude qui a été réellement concédée, aux assemblées savantes en général et aux conférences du Bureau d’Adresse en particulier, de débattre largement et par conséquent, dans ces limites, librement dans l’ordre intellectuel, latitude dont on peut découvrir différentes sortes de manifestations.

  • 38 . À la différence en effet de la faculté de médecine de Montpellier, rivale de celle de Paris.
  • 39 . Voir à ce sujet notamment Simone Mazauric, Savoirs et philosophie à Paris…, op. cit.
  • 40 . Qui, rappelons-le, a reçu une formation de chirurgien à l’hôpital Saint-Côme, puis suivi les cour (...)
  • 41 . Savoirs et philosophie…, op. cit., p. 116-117. L’objet fondamental du conflit qui a opposé les mé (...)
  • 42 . Seconde Centurie…, p. 7.

35Cette liberté, pour en revenir aux seules Conférences du Bureau d’Adresse, s’est exprimée notamment sous la forme de leur opposition à l’École. Même si cette opposition s’est exprimée avec modération, les conférences n’en ont pas moins affiché leur ambition de penser hors des sentiers battus de l’enseignement universitaire et collégial. Elle s’est également exprimée sous la forme de la proclamation de leur refus de l’autorité, refus certes plus programmatique que réel, puisque les conférenciers ont fait un usage très abondant des références auctoriales, mais encore faut-il distinguer parmi ces références. De fait, les références à la tradition alors dominante dans le champ de la métaphysique ou de la philosophie naturelle, c’est-à-dire la tradition aristotélo-scolastique qu’enseignent les collèges et les universités, autant que les références à la tradition qui avait la faveur de la plupart des facultés de médecine, à commencer par la très conservatrice faculté de médecine de Paris38, la tradition hippocratico-galénique, sont extrêmement fréquentes39. Mais sont également très fréquentes les références à de tout autres traditions intellectuelles ignorées ou rejetées par les institutions officielles : Platon et les néoplatoniciens, la philosophie hermétique et la kabbale, le stoïcisme, Paracelse, etc. C’est tout particulièrement dans le domaine médical que l’on relève une réelle volonté de s’ouvrir aux innovations thérapeutiques qui ont commencé à émerger au siècle précédent : on débat ainsi chez Renaudot pour savoir s’il est bon de se servir de remèdes chimiques, comme le préconisait Paracelse. Les adversaires de Renaudot40, au premier rang desquels les médecins de la faculté de médecine de Paris, avec à leur tête Guy Patin, n’ont pas manqué de le lui imputer à crime, après la mort de Richelieu, lui reprochant – entre autres – de laisser parler dans ses conférences « des cabbalistes et des platoniciens » et tout autant des « libertins, vagabonds, hérétiques et huguenots41 ». Les conférences ont donc bien été le lieu d’exercice d’une réelle liberté de questionnement, liberté dans laquelle Renaudot n’a pas manqué de proclamer que l’on devait y voir une preuve de « la généreuse façon d’agir de ceux qui nous gouvernent, diamétralement opposée à l’esclavage tyrannique de quelques autres42 ». En d’autres termes, de l’interpréter comme un témoignage du libéralisme du gouvernement de Richelieu, interprétation sans aucun doute un peu forcée, mais qui n’est pas entièrement infondée, ne serait-ce que parce que cette liberté concédée, potentiellement peu dangereuse, pouvait ainsi précisément être mise à son crédit.

Conclusion

36En tout état de cause, durant quelques décennies, le pouvoir monarchique a incontestablement concédé un espace de liberté en n’intervenant ni dans l’organisation, ni dans le contenu des échanges instaurés au sein des cénacles privés, qui ont pu se constituer en quelque sorte en marge du processus d’absolutisation de l’État monarchique, et permis à la vie savante de s’y auto-organiser très librement. Voir simplement dans les conférences du Bureau d’Adresse un instrument au service de la politique de Richelieu relève donc d’une interprétation très superficielle. Cependant, autant par leur propre mode de fonctionnement que par les comparaisons auxquelles elles invitent, celles-ci offrent incontestablement un observatoire permettant d’envisager les différents types de rapports qui ont pu se nouer entre le savoir et le pouvoir durant la période cruciale de la construction de l’État moderne.

Haut de page

Notes

1 . Sur les conférences du Bureau d’Adresse, voir Simone Mazauric, Savoirs et philosophie à Paris dans la première moitié du XVIIe siècle. Les conférences du Bureau d’Adresse (1633-1642), Paris, publications de la Sorbonne, 1998. Voir également Simone Mazauric, De la petite fille velue et autres conférences du Bureau d’Adresse, Paris, Klincksieck, 2004 ; Simone Mazauric, « La publicité du savoir et les conférences du Bureau d’Adresse », dans Libertinage et philosophie au XVIIe siècle, 3 : Le Public et le Privé, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1999. Les textes de ces conférences faisaient l’objet d’une publication hebdomadaire. Au terme des cent premières publications, Renaudot a choisi de les réunir en un volume publié sous le titre Première Centurie des Questions traitées ez Conférences du Bureau d’Adresse, depuis le 22e jour d’Août 1633 jusques au dernier Juillet 1634. Dediée à Monseigneur le Cardinal. Avec une table des Matières, Paris, Au Bureau d’Adresse, 1634. La Seconde Centurie a été publiée en 1636, la Troisième Centurie en 1639, la Quatrième Centurie en 1641. Le cinquième et dernier volume est paru sous le titre Cinquième et dernier tome du Recueil général des Questions traitées ez conférences du Bureau d’Adresse, sur toutes sortes de matières. Par les plus beaux esprits de ce temps. Non encore mises à jour, Paris, Vve G. Loyson, 1655. Ce dernier volume a été édité par les soins d’Eusèbe Renaudot, l’un des deux fils de Théophraste, mort en 1653. Jusqu’en juin 1636, on traitait deux sujets par conférence, puis un seul. Il faut donc distinguer le nombre des conférences et le nombre de sujets traités : on possède ainsi les comptes rendus de 336 conférences, qui ont traité de 451 sujets différents. Enfin, il est probable que les conférences aient commencé à se tenir dès 1632 et qu’elles se soient poursuivies jusqu’en 1644, mais on n’en possède les comptes rendus que de 1633 à 1642. C’est la mort de Richelieu en 1642, puis celle de Louis XIII l’année suivante, qui ont signifié la fin des conférences du Bureau d’Adresse. Sitôt ses protecteurs morts, Renaudot a dû faire face en effet à un procès intenté par les médecins parisiens, qui ont obtenu en 1644 l’interruption de la quasi-totalité de ses activités, à l’exception de la direction de la Gazette.

2 . Sur ces académies de l’âge baroque, voir Harcourt Brown, Scientific Organizations in Seventeenth-Century France (1610-1680), Baltimore, The Williams and Wilkins Company, 1934. Voir également, Simone Mazauric, Les Conférences…, op. cit. ; Simone Mazauric, De la petite fille…, op. cit. ; Simone Mazauric, « Aux origines du mouvement académique en France : protohistoire des académies et genèse de la sociabilité savante », dans Daniel-Odon Hurel et Gérard Laudin (dir.), Académies et sociétés savantes en Europe (1650-1800), Paris, Champion, 2000 ; Simone Mazauric, « Vie académique et mouvement des idées scientifiques dans la première moitié du XVIIe siècle », dans La science à l’époque moderne, Actes du colloque des Historiens modernistes des universités (Paris, 1996), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1998, p. 71-86.

3 . Des adversaires qui se recrutaient aussi bien dans les cercles proches de la reine mère, Marie de Médicis, et/ou de Gaston d’Orléans, que dans la faction du parti dévot et de l’alliance espagnole. Richelieu devait également affronter l’irrédentisme féodal des familles princières.

4 . Il va de soi que cette association caractérise alors toute l’Europe savante. Nous nous en tenons cependant, pour des raisons évidentes, au seul cas de la France.

5 . Voir notamment à ce sujet : Gilles Feyel, « Richelieu et la Gazette aux origines de la presse de propagande », dans Roland Mousnier (dir.), Richelieu et la culture, Actes du colloque international, Paris, CNRS Éditions, 1987 ; Gilles Feyel, « Richelieu et la Gazette », dans Richelieu et le monde de l’esprit, Sorbonne, Paris, 1985 ; Gilles Feyel, article « Gazette » dans Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, Universitas, 1991 ; Roger Chartier, « Pamphlets et gazettes », dans Histoire de l’édition française. Le livre conquérant. Du Moyen Âge au milieu du XVIIe siècle, Paris, Fayard, 1982. Pour une période un peu postérieure à celle qui nous concerne, voir Stéphane Haffemayer, L’information en France au XVIIe siècle. La Gazette de Renaudot de 1647 à 1663, Paris, Honoré Champion, 2002.

6 . Renaudot résumait ainsi les fonctions qu’étaient censées remplir ses conférences : « Le jeune s’y façonne, le vieil y rafraîchit sa mémoire, le docte s’y fait admirer, les autres y apprennent, et tous y rencontrent un divertissement honnête » (Première Centurie, Préface, p. 2). Les ambitions intellectuelles y sont donc bien pour le moins discrètement énoncées.

7 . Les conférences, ainsi que leur nom l’indique, se tenaient en effet dans le Bureau d’Adresse, qui lui-même avait été ouvert dans la propre maison de Renaudot, située rue de la Calandre, dans l’île de la Cité, maison dans laquelle il avait regroupé toutes ses activités.

8 . Mathieu de Morgues, Jugement sur la Préface et autres pièces que le Cardinal de Richelieu prétend de faire servir à l’histoire de son crédit, 1635, p. 4. (Cité par Étienne Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, 1966, p. 124). Mathieu de Morgues a repris en d’autres circonstances cette image, alors qu’il s’adressait directement à Richelieu et cette fois en l’explicitant : « Vous imitez en cela ce Psaphon qui avait dans des cages quantité de perroquets, merles, pies, geais, sansonnets et autres oiseaux de semblable nature ; auxquels ayant enseigné avec un très grand soin à dire souvent : “Psaphon est un grand dieu”, et les ayant lâchés, ces écoliers qui répétaient toujours la même leçon qu’ils savaient attirèrent le peuple ignorant à dresser des autels à cet imposteur » (Remontrance de Caton Chrétien au Cardinal de Richelieu, p. 210, cité par Étienne Thuau, Raison d’État…, op. cit., p. 123). Mathieu de Morgues vise ici les membres du cabinet de presse de Richelieu, mais selon lui, le rôle qu’ils jouent est semblable à celui des « ardents » de l’académie de Renaudot.

9 . Première Centurie..., avis au lecteur, non paginé.

10 . Nous l’avons déjà signalé, il faut distinguer le nombre de conférences et le nombre de sujets traités car, au début, on traitait deux sujets par conférence. Puis, à partir de 1636, chaque conférence n’a traité qu’un seul sujet. Les 336 conférences ont donc traité en tout 451 sujets.

11 . « Du règlement des pauvres », 35e conférence du 19 avril 1634, Première Centurie…, p. 281-284.

12 . « Du Mont-de-Piété », 43e conférence du 12 juin 1634, Ibid., p 349-352.

13 . « Le commerce déroge-t-il à la noblesse ? », 160e conférence du 1er février 1638, Troisième Centurie…, p. 413-416.

14 . Ibid, p. 489-496.

15 . Sur ces représentations divergentes de la pauvreté et sur les différents remèdes alors proposés pour lui trouver une solution, voir : Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, 1971 ; Michel Mollat, Les pauvres au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1978 ; Bronislaw Geremek, « Criminalité, vagabondage et paupérisme : la marginalité à l’aube des temps modernes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XXI, juillet-septembre 1974 ; Roger Chartier, « Les élites et les gueux. Quelques représentations (XVIe-XVIIe siècles), Ibid.

16 . Sur les monts-de-piété, voir Maurice Weber, Les origines des Monts de Piété, Rixheim, 1920 ; Michel Mollat, op. cit., p. 335-338 ; Jacques Le Goff, Marchands et banquiers du Moyen Âge, Paris, 1956.

17 . Sur la position de l’Église à l’égard du prêt à intérêt, voir Dictionnaire de théologie catholique, t. XV, 2e partie, Paris, 1950, article « usure » ; Jacques Le Goff, Marchands et banquiers du Moyen Âge, op. cit. ; François Braudel, La civilisation matérielle. Économie et capitalisme, XVe-XVIIe siècles, t. 2 : Les jeux de l’échange, Paris, Armand Colin, 1979, p. 499-505.

18 . Première Centurie…, p. 352.

19 . « Si l’établissement des Monts-de-Piété est nécessaire en France », Recueil des Gazettes de 1636, n° 39, 13 mars 1636, Paris, 1637, p. 161-168.

20 . « Réplique aux nouvelles objections contre les Monts-de-Piété », ibid., n° 46, p. 193-196.

21 . Troisième Centurie…, p. 414 et 415-416.

22 . Ibid., p. 413-414 et 415.

23 . C’est le titre du compte rendu qui en a été proposé dans la Troisième Centurie : « Résultat des assemblées tenues dans le Bureau d’Adresse durant les vacations de la présente année 1638, touchant les moyens de rétablir le commerce ».

24 . Première Centurie…, p. 8.

25 . Première Centurie…, p. 87.

26 . Ibid., p. 296.

27 . Recueil des Gazettes de l’année 1634, Paris, 1635, p. 180.

28 . Si on savait depuis l’Antiquité calculer la latitude en mer, on ne possédait aucune méthode fiable permettant de calculer avec précision la longitude et donc d’assurer notamment la sécurité du commerce maritime, dont les enjeux étaient considérables pour les États. Les savants sont donc nombreux à proposer des méthodes de calcul, dont il fallait cependant s’assurer qu’elles étaient exactes ou capables d’être mises en pratique. Sur l’histoire du calcul des longitudes, voir Vincent Jullien (dir.), Le calcul des longitudes. Un enjeu pour les mathématiques, l’astronomie, la mesure du temps ou la navigation, Rennes, PUR, 2002. Sur l’histoire de l’expertise technique, histoire qui ne peut être ici que survolée, voir Liliane Hilaire-Perez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.

29 . Ouverture des conférences, 3 novembre 1634, Seconde Centurie.

30 . Ainsi, mais on pourrait multiplier les exemples, a été proposé « le moyen de donner à l’instant avis de ce qui se fait à 50 lieues et plus, de telle chose que l’on voudra, même de chose inopinée » ou encore « de percer à l’instant une porte avec une chandelle non allumée ». Plus d’une quarantaine de propositions ont été ainsi soumises à examen.

31 . C’est celle qu’il a exposée dans son Testament politique ou les Maximes d’État de Monsieur le Cardinal de Richelieu, présentation de Daniel Dessert, Bruxelles, Éditions Complexes, 1990.

32 . Voir à ce sujet Étienne Thuau, Raison d’État…, op. cit.

33 . Sur la fondation de l’Académie française par Richelieu, voir notamment Marc Fumaroli, « Le Cardinal de Richelieu, fondateur de l’Académie française, dans Richelieu et le monde de l’esprit, Paris, Imprimerie nationale, 1985 ; Marc Fumaroli, « Les intentions du Cardinal de Richelieu, fondateur de l’Académie française », dans Roland Mousnier (dir.), Richelieu et la culture, Paris, CNRS Éditions, 1987.

34 Il est d’ailleurs tout à fait possible d’imaginer que c’était en réalité l’Académie française que ses pamphlets visaient, de préférence aux conférences de Renaudot. Exilé alors à Bruxelles, Mathieu de Morgues a pu (ou voulu) confondre ces deux institutions.

35 . Voir à ce sujet bien évidemment René Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Paris, 1943.

36 . L’académie Bourdelot a pratiqué également une forme d’ouverture au public, mais les informations dont on dispose à ce sujet concernent une période beaucoup plus tardive que celle dont il est ici question.

37 . Première Centurie…, Préface, p. 2.

38 . À la différence en effet de la faculté de médecine de Montpellier, rivale de celle de Paris.

39 . Voir à ce sujet notamment Simone Mazauric, Savoirs et philosophie à Paris…, op. cit.

40 . Qui, rappelons-le, a reçu une formation de chirurgien à l’hôpital Saint-Côme, puis suivi les cours de la faculté de Montpellier, où était enseignée la médecine chimique vis-à-vis de laquelle il ne partageait pas les préventions des médecins parisiens.

41 . Savoirs et philosophie…, op. cit., p. 116-117. L’objet fondamental du conflit qui a opposé les médecins parisiens à Renaudot était loin cependant d’être uniquement théorique. Guy Patin en particulier redoutait que Renaudot ne soit à l’origine de la création d’une faculté de médecine rivale de celle de Paris (sur cette question, voir Georges Gilles de la Tourette, Théophraste Renaudot d’après des documents inédits, Paris, 1884). Les raisons de cet affrontement étaient donc essentiellement d’ordre institutionnel. Ou, si l’on préfère, ils étaient inséparablement d’ordre théorique et d’ordre institutionnel, la défense de l’institution passant par la défense des théories qu’elle soutenait.

42 . Seconde Centurie…, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simone Mazauric, « Académies, ordre social et pouvoir politique à l’âge baroque : le cas des conférences du Bureau d’Adresse », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 51-69.

Référence électronique

Simone Mazauric, « Académies, ordre social et pouvoir politique à l’âge baroque : le cas des conférences du Bureau d’Adresse », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6115

Haut de page

Auteur

Simone Mazauric

Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page